Orientation de la tête du nouveau-né en présence d'un stimulus visuel - article ; n°2 ; vol.77, pg 357-364

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1977 - Volume 77 - Numéro 2 - Pages 357-364
Résumé
Les mouvements de la tête de 20 nouveau-nés (60 h de vie) en position assise sont enregistrés dans 4 situations : un objet est placé à gauche, à droite, en face du sujet ; dans la dernière situation, le champ est vide.
Le temps passé en direction de l'objet est significativement plus long que le temps passé dans n'importe quelle autre direction. Cependant, le temps passé dans la position de face n'est pas significativement différent lorsque l'objet est placé au centre ou lorsqu'il n'y a pas d'objet. Ce résultat pose un problème méthodologique important. Des situations de poursuite del'objet en mouvement sont également réalisées. Les patterns de mouvement observés sont très différents de ceux rencontrés chez des enfants plus âgés ou chez l'adulte.
Summary
Head movements were recorded in 20 neonates (aged 60 h) sitting upright under four experimental conditions : an object was placed to the left, to the right or directly in front of the subject; in the remaining condition the field was empty.
The time spent with the head oriented in the direction of the object was significantly greater than the time spent oriented in any other direction. However, the proportion of time spent oriented straight ahead was no greater when the object was placed in the center of the field than when there was no object at ail. This finding raises an important methodological problem.
Situations involving pursuit of moving objects were also considered. The patterns of movement observed in the neonates were very different front those found in older children or adults.
8 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 1977
Lecture(s) : 122
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins

A. Bullinger
Orientation de la tête du nouveau-né en présence d'un stimulus
visuel
In: L'année psychologique. 1977 vol. 77, n°2. pp. 357-364.
Résumé
Les mouvements de la tête de 20 nouveau-nés (60 h de vie) en position assise sont enregistrés dans 4 situations : un objet est
placé à gauche, à droite, en face du sujet ; dans la dernière situation, le champ est vide.
Le temps passé en direction de l'objet est significativement plus long que le temps passé dans n'importe quelle autre direction.
Cependant, le temps passé dans la position de face n'est pas significativement différent lorsque l'objet est placé au centre ou
lorsqu'il n'y a pas d'objet. Ce résultat pose un problème méthodologique important. Des situations de poursuite del'objet en
mouvement sont également réalisées. Les patterns de mouvement observés sont très différents de ceux rencontrés chez des
enfants plus âgés ou chez l'adulte.
Abstract
Summary
Head movements were recorded in 20 neonates (aged 60 h) sitting upright under four experimental conditions : an object was
placed to the left, to the right or directly in front of the subject; in the remaining condition the field was empty.
The time spent with the head oriented in the direction of the object was significantly greater than the time spent oriented in any
other direction. However, the proportion of time spent oriented straight ahead was no when the object was placed in the
center of the field than when there was no object at ail. This finding raises an important methodological problem.
Situations involving pursuit of moving objects were also considered. The patterns of movement observed in the neonates were
very different front those found in older children or adults.
Citer ce document / Cite this document :
Bullinger A. Orientation de la tête du nouveau-né en présence d'un stimulus visuel. In: L'année psychologique. 1977 vol. 77,
n°2. pp. 357-364.
doi : 10.3406/psy.1977.28204
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1977_num_77_2_28204Université de Genève
Faculté de Psychologie et des Sciences de V Education1
ORIENTATION DE LA TÊTE DU NOUVEAU-NÉ
EN PRÉSENCE D'UN STIMULUS VISUEL2
par A. Bullinger
SUMMARY
Head movements were recorded in 20 neonates (aged 60 h) sitting
upright under jour experimental conditions : an object was placed to the
left, to the right or directly in front of the subject; in the remaining condi
tion the field was empty.
The time spent with the head oriented in the direction of the object was
significantly greater than the time spent oriented in any other direction.
However, the proportion of time straight ahead was no
greater when the object was placed in the center of the field than when there
was no object at all. This finding raises an important methodological
problem.
Situations involving pursuit of moving objects were also considered.
The patterns of movement observed in the neonates were very different from
those found in older children or adults.
INTRODUCTION
Le positionnement et les mouvements de la tête chez le
nouveau-né ont été peu étudiés. La faute en est peut-être à
1. 24, rue du Général-Dufour, 1211 Genève.
2. Recherche menée avec l'appui du F.N.S. (n° 810.137.73) dans le
laboratoire du Pr L. P. Lipsitt, à Brown University (Etats-Unis). Nous
tenons à le remercier ici ainsi que Bernice Reilly pour son aide précieuse.
Le laboratoire du Pr Lipsitt au Women and Infant Hospital of Rhode
Island in Providence, U.S.A., bénéficiait d'une subvention du National
Institute of Child Health and Human Development et de la Fondation Grant,
New York.
L'Année psychologique 2/77, 357-364 358 A. Bullinger
l'idée préconçue qu'il est impossible pour un nourrisson de maît
riser une masse relativement aussi lourde que sa tête.
La question d'une possibilité d'une commande de sa tête
en fonction d'un stimulus visuel s'est posée à nous à propos
de l'exploration oculomotrice des nouveau-nés. Chez le tout
petit enfant, nous situons une grande partie des problèmes au
niveau de l'intériorisation des propriétés du système visuel
(comment le nouveau-né sait-il ou apprend-il qu'il voit avec
ses yeux ?).
Dans cette perspective, une voie de recherche semble devoir
conduire (tout au moins lorsqu'on est issu d'une formation
piagétienne) aux coordinations entre différents « systèmes » :
l'oculomotricité, le système vestibulaire et les muscles de la
nuque responsables des mouvements de la tête. Il est clair que
chez le nouveau-né, en tout cas, la position de la tête est liée à
un ensemble de réflexes posturaux mobilisant, outre la tête,
les bras et les jambes.
Chez l'adulte, on a pu montrer les liaisons, existant au niveau
de la commande, entre les systèmes vestibulaires, les proprio-
cepteurs de la nuque et l'oculomotricité lors de mouvements de
la tête dans la direction d'une cible visuelle (Bizzi et al., 1971 ;
Berthoz, 1974) et décrire le départ de la tête, le mouvement
trop ample de la saccade oculaire et les mouvements de rattrapage
des différents systèmes en cause dans la réaction d'orientation.
Pour le nouveau-né, rien dans ce domaine n'a été exploré ;
si ce qu'on observe chez l'adulte est le fait d'une coordination,
il est intéressant de voir si celle-ci est présente chez l'enfant et
si oui, sous quelle forme.
Harris et Mac Farlane (1974) montrent que le nouveau-né
répond par une saccade oculaire à un stimulus présent en péri
phérie du champ de vision. Le bébé est couché sur le dos, les
mouvements de la tête sont contenus, son regard est attiré par
une source lumineuse ponctuelle placée en face de lui ; on présente
un stimulus périphérique de même nature, la réponse oculo
motrice apparaît en deçà de 28° d'excentricité si la source ponc
tuelle présentée au centre disparaît et en deçà de 13° si celle-ci
est maintenue.
On a là un indice visuomoteur de la possibilité d'orientation
du nouveau-né. Ainsi, il semble qu'un des éléments de la détec
tion et de l'orientation vers une cible existe lors de la première
semaine de vie. Orientation de la tête du nouveau-né 359
Mais qu'en est-il des possibilités de fonctionnement actif
de la tête chez le nouveau-né ? C'est à cette question que nous
allons tenter de répondre.
POPULATION
36 nouveau-nés (moyenne 64,7 h, o 13,5) ont été examinés, dont
8 étaient endormis ; 8 autres ont dû être éliminés en raison d'erreurs
techniques ou de leurs cris persistants.
APPAREILLAGE
Les sujets sont assis dans un fauteuil (Delucia, Bullinger, 1976)
devant un champ blanc vertical en demi-cercle. Un objet, dans le cas
particulier, une floche de laine rouge (environ 8 cm de hauteur), lui est
présenté à une distance de 70 cm (angle visuel : 7°) à la hauteur de ses
yeux. On enregistre les mouvements d'élévation, les mouvements
gauche-droite de la tête, le rythme cardiaque et sa moyenne instan
tanée, la position du mobile dans le champ. A l'aide d'un marqueur,
on note manuellement si les yeux du bébé sont ouverts ou fermés.
L'expérience se déroule dans un box fermé, le niveau de bruit étant
contrôlé. Les appareils d'enregistrement se trouvent en dehors de la
pièce.
PROCÉDURE
Chaque sujet est soumis à des situations différentes : champ vide (0),
objet à gauche (G) (60° d'excentricité), objet au centre (C), objet à
droite (D).
L'objet est maintenu immobile pendant 1 mn ; l'ordre des présen
tations est contrebalancé. Des situations de poursuite de l'objet ont
également été réalisées.
RÉSULTATS
Pour l'analyse, on a divisé le champ en 3 secteurs de 60°
(G, C, D) ; on a mesuré le temps pendant lequel la tête du bébé
était orientée vers chaque secteur, en tenant compte de la place
de l'objet (60 s pour localisation de l'objet).
Pour les sujets n'ayant pas ouvert les yeux, la répartition
moyenne du temps passé dans les trois directions G, C, D (ind
épendamment de l'objet) est indiquée au tableau I. 360 A. Bullinger
Tableau I
Position de la tête (yeux fermés) (N = 8)
Position de la tête
G C D
Temps moyen (secondes) 9,9 42,5 7,6
Pour les sujets ayant les yeux ouverts, en tenant compte
de la place de l'objet, la répartition moyenne des temps figure
au tableau II.
Tableau II
Position de la tête
en fonction de la localisation de l'objet (N = 20)
Position de l objet
G D C 0
G 38,4 6,3 3,3 8,5 Position de la tête 17,2 40,2 C 20,5 34,7 Temps moyen (secondes) D 2,2 12,7 31,2 15,5
Yeux fermés 2,2 0,8 5,0 1,3
Tableau III A, III B
Répartition des durées d'immobilisation de la tête (en secondes)
A) Yeux fermés (N = 8)
G 3 ,6
en Position de la tête C 15
1 D ,9
L> \ Yeux ouverts (N = 20)
Position de Vobjet
G C D 0
G 4,99 2,11 1,61 2,15
Position de la tête C 3,67 4,82 3,42 3,27
D 1,75 2,75 3,34 1,97 de la tête du nouveau-né 361 Orientation
Si l'on considère le temps (en secondes) qui s'écoule entre
chaque changement de direction (seuil de 8-10°), la répartition
des « durées de fixation » de la tête se fait de la manière présentée
au tableau III.
DISCUSSION
II est clair que les sujets s'orientent vers l'objet (tableau II).
Cependant, une analyse de variance montre que ces résultats
sont significatifs pour G et D par rapport à la situation sans
objet (0), ce qui n'est pas le cas quand l'objet occupe le secteur
central (C).
Du point de vue méthodologique, ces résultats nous incitent
à penser que la présentation « de face » de stimulus visuels n'est
pas la meilleure car elle ne peut pas être discriminée de la situa
tion sans objet.
Une présentation G ou D donne de ce point de vue une sûreté
plus grande, avec le même temps passé en direction de l'objet.
Les incidences de ce simple fait au niveau d'une analyse de
l'oculomotricité pourraient se révéler importantes. En effet,
une orientation posturale significative permet de lever une partie
des difficultés rencontrées dans l'interprétation d'une explo
ration oculomotrice, en garantissant que l'attention est bien
orientée sur l'objet présenté et non pas sur une activité autre
que celle que l'on recherche expérimentalement.
Les résultats du tableau III sont également significatifs pour G
et D relativement à 0. C'est un indice qui peut être interprété
selon deux optiques complémentaires : d'une part, en termes
d' « ancrage positionnel » lorsque le sujet est orienté vers l'objet,
et d'autre part, en termes d' « activité de recherche » lorsqu'il
n'est pas tourné vers l'objet.
Nous avons esquissé l'hypothèse que l'activité oculomotrice
du nouveau-né s'appuie sur les différents systèmes sensorimoteurs
dont il dispose. Nos résultats nous incitent à affirmer que les
positions asymétriques observées témoignent d'une liaison impor
tante (à 60 h de vie) qui associe la position de la tête à une posture
réflexe d'ensemble, le réflexe tonique du cou, ou position d'e
scrimeur décrite par Peiper (1962). De ce point de vue les positions
asymétriques observées (G ou D) paraissent plus « efficaces »
parce que répondant à un schématisme postural sur lequel
s'appuie l'activité d'exploration déployée par le bébé. 15 s
Fig. 1. — Poursuite de l'objet mobile
Les tracés rectilignes (0) indiquent la position de l'objet. Les ^ indiquent
le moment où s'est arrêté l'objet. Les tracés (T) indiquent la position de la
tête du nouveau-né. Orienlation de la tête du nouveau-né 363
POURSUITE DE L'OBJET EN MOUVEMENT
Si l'on regarde la forme des mouvements de poursuite de
l'objet se déplaçant, on est frappé par son aspect saccadique :
l'impression clinique est que les yeux suivent l'objet, arrivent à
un état de « tension » maximal qui entraîne un déverrouillage
de la position de la tête et une saccade de celle-ci. La répétition
de cette séquence amène, par des ajustements successifs, le
nouveau-né à se « verrouiller » sur une nouvelle position.
On est très loin du fonctionnement bien coordonné de l'adulte.
Sur la figure 1, on voit que la perturbation causée par le
changement de place de l'objet se maintient bien au-delà de
l'immobilisation de celui-ci.
A titre indicatif, sur un ensemble de 15 poursuites réussies,
c'est-à-dire où la tête du nouveau-né s'est orientée finalement
vers l'objet, la durée moyenne des mouvements de l'objet étant
de 7,5 s (amplitude 90°), les de la tête ont une
latence moyenne de 2 s ; la stabilisation de la tête sur une nouvelle
position intervient en moyenne après 19 s, et les mouvements
de tête persistent en Ils après l'arrêt du mouvement.
Il apparaît que le temps mis pour changer de localisation
n'est pas tellement fonction de la durée du mouvement de l'objet
mais il faut de toute façon à ces sujets entre 15 et 20 s pour
changer d'orientation et s'y stabiliser.
Il est clair que, si les mécanismes de régulation en jeu chez
l'adulte sont déjà présents chez le nouveau-né, ils ne sont pro
bablement pas calibrés par un calcul de l'écart à la cible ; peut-
être y a-t-il un programme moteur rigide de type réflexe ajusté
au coup par coup sur l'effet de ce mouvement.
RÉSUMÉ
Les mouvements de la tête de 20 nouveau-nés (60 h de vie) en position
assise sont enregistrés dans 4 situations : un objet est placé à gauche, à
droite, en face du sujet ; dans la dernière situation, le champ est vide.
Le temps passé en direction de Vobjet est significativement plus long
que le dans n'importe quelle autre direction. Cependant, le
temps passé dans la position de face n'est pas différent
lorsque Vobjet est placé au centre ou lorsqu'il n'y a pas d'objet. Ce résultat
pose un problème méthodologique important. 364 A. Bullinger
Des situations de poursuite de Vobjet en mouvement sont également
réalisées. Les patterns de mouvement observés sont très différents de ceux
rencontrés chez des enfants plus âgés ou chez Vadulte.
BIBLIOGRAPHIE
Berthoz (A.). — Oculomotricité et proprioception, Revue d'E.E.G. et de
Neurophysiologie, 1974, 4, 569-586.
Bizzi (E.), Kalil (R. E.), Tagliasco (V.). — Eye-head coordination in
monkeys : evidence for central patterned organisation, Science, 1971,
173, 452-454.
Delugia (C), Bullinger (A.). — A device to record infant head position,
Journal of Experimental Child Psychology, 1976, 21, 363-365.
Harris (P.), Mac Farlane (A.). — The growth of the effective visual
field from birth to seven weeks, Journal of Experimental Child Psychol
ogy, 1074, 18, 340-348.
Peiper (A.). — Réflexes de posture et de mouvement chez le nourrisson,
Revue de Neuropsychiatrie infantile, 1962, 10, 511-530.
(Accepté le 3 mars 1977.)

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.