Population active et structures économiques de l'Egypte - article ; n°3 ; vol.17, pg 465-490

De
Publié par

Population - Année 1962 - Volume 17 - Numéro 3 - Pages 465-490
De façon générale, dans le monde, c'est surtout dans certaines îles que Von trouve des phénomènes de surpeuplement caractérisés (Antilles, Malte, Maurice, Java, etc.). Or, la configuration de l'Egypte est à peu près insulaire; le marginalisme n'y joue à peu près aucun rôle. C'est pourquoi le problème de la population s'est, de tous temps, posé de façon particulière dans ce pays et a dû profondément marquer son histoire, d'une façon qui reste, en large partie, à éclaircir. Aujourd'hui encore, l'évolution politique prend ses sources dans l'évolution démographique. En vingt-cinq ans, l'accroissement de la population a été de 62 %, sans que la superficie cultivée ait sensiblement augmenté. M. M. Seklani, démographe tunisien, attaché de recherche au C.N.R.S. qui a déjà donné, dans Population, des articles sur la démographie de pays arabes, montre ici les conditions générales de l'activité économique en rapport avec la population.
26 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : lundi 1 janvier 1962
Lecture(s) : 105
Nombre de pages : 27
Voir plus Voir moins

Mahmoud Seklani
Population active et structures économiques de l'Egypte
In: Population, 17e année, n°3, 1962 pp. 465-490.
Résumé
De façon générale, dans le monde, c'est surtout dans certaines îles que Von trouve des phénomènes de surpeuplement
caractérisés (Antilles, Malte, Maurice, Java, etc.). Or, la configuration de l'Egypte est à peu près insulaire; le marginalisme n'y
joue à peu près aucun rôle. C'est pourquoi le problème de la population s'est, de tous temps, posé de façon particulière dans ce
pays et a dû profondément marquer son histoire, d'une façon qui reste, en large partie, à éclaircir. Aujourd'hui encore, l'évolution
politique prend ses sources dans l'évolution démographique. En vingt-cinq ans, l'accroissement de la population a été de 62 %,
sans que la superficie cultivée ait sensiblement augmenté. M. M. Seklani, démographe tunisien, attaché de recherche au
C.N.R.S. qui a déjà donné, dans Population, des articles sur la démographie de pays arabes, montre ici les conditions générales
de l'activité économique en rapport avec la population.
Citer ce document / Cite this document :
Seklani Mahmoud. Population active et structures économiques de l'Egypte. In: Population, 17e année, n°3, 1962 pp. 465-490.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pop_0032-4663_1962_num_17_3_10177ACTIVE ET STRUCTURES POPULATION
ÉCONOMIQUES DE L'EGYPTE
près îles {Antilles, l'Egypte de tous De que aucun façon temps, Von est Malte, rôle. à trouve générale, peu posé C'est Maurice, près de des pourquoi façon dans phénomènes insulaire; particulière Java, le monde, le problème le etc.). de marginalisme c'est surpeuplement dans Or, de surtout la ce pays population configuration n'y dans et caractérisés joue a certaines dû à s'est, prpeu de
ofondément marquer son histoire, d'une façon qui reste, en large
partie, à éclaircir.
Aujourd'hui encore, V évolution politique prend ses sources dans
l'évolution démographique. En vingt-cinq ans, l'accroissement de
la population a été de 62 %, sans que la superficie cultivée ait
sensiblement augmenté.
M. M. Seklani, démographe tunisien, attaché de recherche au
C.N.R.S. qui a déjà donné, dans Population, des articles sur la
démographie de pays arabes, montre ici les conditions générales
de l'activité économique en rapport avec la population.
CARACTÉRISTIQUES DÉMOGRAPHIQUES
DE LA POPULATION ACTIVE
Évolution du nombre des actifs Voici l'évolution de la population active
de 1927 à 1957. et de la population totale depuis 1927 :
Tableau I. — Population totale et population active
(en milliers)
1927 1937 1947 1957
Population totale (P) О 14.276 19.068 24.178 16.008
+• 5.110 il ( absolu + 1.732 + 3.160 Accroissement en 10 ans < « + 27 % ( en % + 12 % + 19 %
Population active (A) (2) 5.250 6.095 6.729 7.030
и + 634 + 301 ( absolu + 845 Accroissement en 10 ans < и 1 en •/. + 16 % + 10 % + 4,5 %
Taux d'activité (A/P) 36,7 % 29,7 % 38% 35%
Sources :
(1) Vital Statistics. Le Caire 1956, 1957.
(2) Migrations professionnelles I.N.E.D. Cahier n° 31, 1957.
Enquête par sondage sur la population active de l'Egypte, 1057. R.I.T., 1960. 466 POPULATION ACTIVE
De 1927 à 1957, la population totale ayant augmenté de 70 °/o, alors
que la population active ne s'est accrue que de 34 °/o, le taux d'activité
global a diminué de 20 %.
Bien que le chiffre de 7.030.000 actifs (provenant d'une enquête par son
dage) nous semble sous-estimé, il y a lieu de chercher les causes de ce recul.
Trois causes de recul. La première est démographique W. La structure
par âge s'est modifiée dans un sens défavorable, 3a
proportion des adultes de 15 à 65 ans ayant diminué ^2^ :
Tableau II. — Répartition par âge de 1927 À 1957
65 ans Année Total 0 à 14 ans 15 à 64 ans et plus
1927 100 38,69 58,41 2,90
100 1937 39,20 56,77 3,64
1947 100 39,09 57,81 3,10
1957 100 42,00 54,10 3,90
Comme le nombre de femmes et d'enfants occupés recensés ne représente
que 15 °/o, au plus, de la population active, les variations du taux global
d'activité suivent de très près le rapport de la population masculine de 15
à 64 ans à la population totale.
La seconde est économique : comme on va le voir ci-après, le nombre
d'occupés dans le secteur primaire n'a presque pas augmenté alors que la
population rurale s'est accrue de 32 °/o entre 1937 et 1957. Ce qui se traduit
par le recul dans ce secteur, de la fraction de personnes occupées dans la active globale. Le déclin de l'artisanat a pu aussi contribuer à la
diminution du nombre des actifs âgés, dans les villes comme dans les cam
pagnes.
La troisième est sociale : la diminution du nombre des enfants occupés
dans les activités agricoles et industrielles, par suite de l'application progress
ive de la législation restrictive sur l'emploi des adolescents et du progrès de la
scolarisation, tout au moins dans les centres urbains ^. D'autre part, l'emploi
des femmes a diminué: le taux d'activité féminine a baissé de 10,1 % en 1927
à 6 °/o en 1957. Cette dernière réduction peut, il est vrai, être imputable,
dans une certaine mesure, aux différentes définitions données au terme de
« femme active » au cours des divers recensements (précisions apportées aux
derniers dénombrements et amélioration des méthodes d'enquêtes).
i1) Le taux de natalité en 1957 est de 43 °/oo, le taux de mortalité est de 19 °/oo (Vital
Statistics, 1957, Le Caire, 1961).
W Voir Seklani M. : « Variations de la structure par âge et charges de la population active
dans les pays sous-développés », communication au Congrès de New- York, septembre 1961.
W « Les problèmes du travail en Afrique du Nord », B.I.T., Genève, 1960. ET STRUCTURES ÉCONOMIQUES DE l'ÉGYPTE 467
Composition par sexe et par âge Le taux global d'activité en Egypte,
de la population active. 29,7 °/o, est parmi les plus faibles du
monde. Il est de 34 °/o au Mexique (1954),
de 40 °/o au Brésil (1940) de 46 °/0 au Japon (1954) et de 38,4 °/0 en Tunisie
(1956).
En dehors de l'interprétation restrictive qu'on donne au terme de « femme
active », surtout dans le secteur agricole, on peut invoquer le nombre réduit
de femmes occupées dans les autres secteurs d'activité.
Tableau III. — Taux d'activité par sexe
Sexe Sexe Sexe Pays et années Sexe Pays et années masculin féminin masculin féminin
1927. 64,2 20,1 33,0 •1ар0П ( 1930 58,8
1937. 65,2 11,3 î 1954 55,7 36,8 Egypte 62,0 6,8 2,8 1947. Meil(Iue ( 1930 60,7
1957. 52,3 6,1 j 1950 56,8 8,7
Tunisie 1956. . . 53,2 22,6 , 1 1920 60,9 16,3
53,6 24,5 ÉtatsUniS| 1955 58Í9 25,2 Maroc 1952
Sources :
I.N.E.D., cahier n° 31, 1957. Migrations professionnelles.
B.I.T., annuaire des statistiques du travail, 1959. Genève 1960.
Si l'activité masculine est voisine de celle des autres pays, l'activité fémi
nine est très faible.
Le taux d'activité masculine du groupe d'âges central (20-64 ans) est,
comme dans les autres pays, de l'ordre de 97 °/o. Ceux des groupes d'âges
supérieurs à 64 ans et inférieurs à 20 ans semblent élevés (tableau IV),
résultat de la prédominance de l'agriculture, où la cessation d'activité n'est
limitée que par l'aptitude physiologique et où les jeunes travaillent de bonne
heure.
Tableau IV. — Taux d'activité par groupes d'Âges
15-19 ans 20-64 ans 65 ans et + Tous âg
91,1 97,4 89,7 65,2
16,3 14,1 11,2 1937 16,9
- - - 38,0
77,8 94,6 83,5 62,1
1947 10,5 8,4 8,8 6,8
- - - 35,0
- - - 52,3
С О. J 1 1957
39,0 47,8 23,1 29,7
B.I.T., Annuaires des statistiques du travail, 1957, 1958.
(1) Calculés d'après les données de l'enquête de 1957. R I.T., 1960. POPULATION ACTIVE 468
D'autres statistiques mettent en évidence la large activité des jeunes
(tableau V).
Tableau V. — Pourcentage des actifs par groupe d'âges
PAR RAPPORT À LA POPULATION ACTIVE
Moius 15-19 20-64 65 ans Pays de et plus ans ans 15 ans
Egypte :
11,6 4,5 100 M 12,5 71,4
9,2 _ 1937 F 11,9 76,1 2,8
- E 10,4 12,2 73,7 3,6
M 10,1 13,1 72,8 4,0 100
- 1947 14,8 61,0 4,6 F 19,6
— Б 14,8 13,9 66,9 4,3
M
1957 F
75,4 3,1 100 E 12,8(1) 8,7(2)
Maroc :
77,4 5,8 100 M 7,7 9,1
- 1952 1,3 F 2,8 9,6 86,3
- E 5,2 9,3 81,8 3,6
France :
87,3 5,8 100 M 0,5 6,4
_ 1954 6,4 F 0,6 8,7 84,3
6,1 - E 0,5 7,6 81,4
(1) Moins de 16 ans.
(2) De 16 à 19 ans.
Sources : Annuaires des statistiques du travail, B.I.T., 1957, 1958.
La forte proportion de jeunes actifs de moins de 15 ans a très peu varié
depuis 1937. Si, en France par exemple, sur 1.000 enfants de moins de 15 ans,
5 seulement sont occupés, en Egypte ce nombre est de 125. Par suite de la
faiblesse numérique de la main-d'œuvre féminine totale, la proportion des
femmes occupées de moins de 15 ans paraît considérable. Ce fait, en partie
imputable à la culture du coton (1) est également un indice de la faible sco
larisation féminine, puisque en 1957, les effectifs scolaires féminins du pri
maire, secondaire et technique ne totalisaient que 885.000 filles sur 2.900.000
scolarisables de 6 à 19 ans, soit le tiers.
Une proportion de cet ordre de jeunes occupés ne se retrouve, pour des
raisons semblables d'ailleurs, qu'en Turquie ou dans quelques pays asiat
iques. En Egypte, l'emploi des adolescents est un fait traditionnel. Le taux
d'activité pour l'ensemble des deux sexes des jeunes de moins de 15 ans en
Egypte est plus de deux fois celui du Maroc en 1952 et vingt fois celui de la
J. et S. Lacouture : « L'Egypte en mouvement », Paris, 1956, p. 301. ET STRUCTURES ÉCONOMIQUES DE L'EGYPTE 469
France en 1954. Malgré sa tendance à diminuer après 1952, en raison probable
ment de la nouvelle législation, l'emploi des enfants est encore très développé :
le nombre des enfants occupés âgés de 6 à 11 ans était estimé à 281.000 en
1957 et à 221.000 en 1959 Ы.
Par contre, le nombre d'actifs rapporté à l'ensemble de la population active
parmi les personnes âgées de plus de 65 ans est plus faible que dans les pays
développés touchés par le vieillissement.
II. CARACTÉRISTIQUES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES
DE LA POPULATION ACTIVE
Évolution comparative L'accroissement de l'emploi a été inégal dans les
des secteurs d'activité, trois secteurs d'activité (tableau VI).
Tableau VI. — Répartition des actifs selon les secteurs d> activité
Les « transports et communications » sont compris dans le tertiaire (a'
Relativement Nombre total Années Primaire Secondaire Tertiaire à la population des actifs active globale
1907 .... 3.437.000 2.440.000 380.000 617.000 72 11 18
1917.... 5.573.000 492.000 1.037.000 72 19 19 4.044.000
556.000 67 11 22 1927 5.250.000 3.526.000 1.168.000
1937 .... 6.095:000 4.308.000 610.000 1.177.000 71 10 19
1947 .... 6.729.010 4.398.000 835.000 1.496.000 66 12 22
1957 .... 7.030.000 4.043.000 668.000 2.319.000 58 10 32
Sources :
I.N.E.D., cahier n» 31, 1957.
Annuaires statistiques de l'Egypte, 1951-1952,...
Enquête par sondage..., R.I.T., 1960.
Cette distribution reflète la prédominance du secteur primaire. La réduc
tion de 500.000 personnes dans le secteur agricole entre 1917 et 1927 s'expli
querait par l'évolution économique. Au début du xxe siècle et jusqu'à 1917,
l'accroissement de la population égyptienne était peu élevé, de l'ordre de l,l°/o,
l'extension de l'irrigation pérenne et des terres cultivées retenait les fellahs
dans les campagnes. La première guerre mondiale a stoppé cette expansion
et la répartition de la population active s'est modifiée en conséquence.
(1) B.I.T., « Les problèmes du travail en Afrique du Nord », Genève, I960, p. 274.
(2) Comme nous l'avons supposé au début, les effectifs de population active globale en 1957
semblent avoir été sous-estimés. Par conséquent les de chacun des secteurs l'ont été
probablement dans la même proportion. L'erreur sur le total serait de l'ordre de 5 à 6 °/o. 470 POPULATION ACTIVE
Après 1930, évolution en sens inverse : l'exode vers le secondaire et le
tertiaire fut freiné par l'irrigation et l'extension de la culture du coton. Après
la deuxième guerre mondiale, reprise du secondaire et du tertiaire, par suite
de l'encouragement des industries locales entre 1939 et 1945, interrompue
en 1947 par le retour aux importations. Alors que l'accroissement démogra
phique annuel s'élevait déjà à 1,9 % en 1947, seul le tertiaire s'accroissait
considérablement, en raison de la croissance urbaine. Le nombre des actifs
du primaire n'augmentait pas malgré le progrès de l'irrigation et la réforme
agraire décidée en 1952.
Situations dans la profession. Le salariat forme une partie relativement fai
ble de la population active :
Tableau VII
Nombre de Année Population
active globale salariés
6.095.000 2.350.000 39 1937
6.729.000 1947 2.752.300 41
1957 7.030.000 3.060.000 43,5
La légère progression serait due aux progrès des manufactures et des
services. Ces pourcentages sont parmi les plus forts enregistrés en Afrique
(Tunisie 1956 : 38 °/o; Algérie 1954 : 33 °/0; Maroc 1952 : 32 o/o; République
Sud-africaine : 50 °/o; Kenya : 30 %; Madagascar : entre 10 et 20 °/o). Cette
tendance est un signe de développement économique, quoique la proportion
de salariés soit encore très faible. Voici, à titre de comparaison, quelques
données pour des pays européens :
1851 54,6 France 1954 65,2
1921 90 Angleterre. 1951 93
1880 63 États-Unis. 1952 84
1954 54,7 Italie 1958 59
La participation féminine, en général faible, dépend de la nature de l'em
ploi et des branches d'activité. Elle serait de 74 °/o pour le secteur primaire ^'.
La proportion des salariées par rapport aux femmes actives est beaucoup
plus faible et serait de l'ordre de 33 %.
« La population active en Afrique », B.I.T., 1961. n° 4, ET STRUCTURES ÉCONOMIQUES DE l'ÉGYPTE 471
La proportion des femmes actives était en 1947 de 7,7 % dans les manuf
actures, 10,9 °/o dans le commerce et 6,1 °/o dans les services. 31 °/o des
femmes occupées les industries manufacturières étaient salariées et 9 °/o
dans le commerce. La participation des femmes selon la catégorie socio
professionnelle varie largement selon les branches (tableau VIII).
Tableau VIII. — Participation des hommes et des femmes
AUX ACTIVITÉS EN 1957
(dans les entreprises employant plus de 10 employés)
Ouvriers Techniciens et cadres
Branches d'activité
Masculin Féminin Masculin Féminin
Mines et carrières 99,70 0,30 98.20 1,80
93.20 6.80 96,60 3,40 Industries
96,80 0,20 98,00 11,00 Constructions
99,50 95,0 5,00 Transport et communications. 0,50
91,70 8,30 89,0 11,00 Commerce
88,40 11,60 64,20 35,80 Services
Total 93,70 6,30 89,40 10.60
Sources : Statistiques de l'emploi, des salaires et du travail. — 1957. Le Caire 1960.
Les salariées dans les industries appartiennent plus à la catégorie d'ou
vrières qu'à celle de cadres et techniciennes, alors que l'inverse se produit
dans les services.
Secteur primaire. La répartition du secteur primaire sous-estime les effectifs
féminins. Plus de 3 millions de femmes occupées dans
l'agriculture au compte des chefs de famille, sont considérées comme non
productives, parce que non rémunérées. Seul le recensement de 1947 a fait
état d'un total de 3.989.000 <*>.
Tableau IX. — Répartition par sexe de L'emploi dans le primaire
% des actifs Total par rapport à Année Hommes Femmes % 7. des actifs la population
totale
1937 4.308.000 3.605.000 83,7 703.000 16,3 30
1947 4.398.000 3.656.000 82,9 742.000 17,1 23
3.356.000 687.000 1957 4.043.000 83 17 16
La population rurale a augmenté de près de 3 millions de personnes entre
1947 et 1957, sans que la population « occupée » dans l'agriculture se soit
Nations-Unies, « L'Évolution économique du Moyen-Orient », 1945-1954. 472 POPULATION ACTIVE
ассше. Ce fait est lié pour une grande part aux limites naturelles des terres
cultivables et à l'exode rural.
Les structures sociales de la population active dans l'agriculture sont
stables. Les statistiques du B.I.T. mentionnent 1.426.761 salariés en 1947 et
l'enquête de 1957, 34,7 % de la active agricole, soit 1.400.000
salariés. Il est difficile d'admettre qu'un nombre de 1.500.000 ouvriers
salariés suffirait pour mettre en valeur des terres évaluées à 4.600.000
feddans &\ dans les conditions de l'agriculture égyptienne. D'autres études ^2^
évaluent ces salariés à 3 millions en 1957 et le B.I.T. ^ mentionne qu'ils
seraient de 2.835.000 en 1953 et de 2.947.000 en 1956. Le nombre de
salariés serait probablement de l'ordre de 60 °/o du total des occupés dans
l'agriculture, si on compte que les petits propriétaires travaillent comme
ouvriers pendant une partie de l'année sur les terres des autres.
A première vue, seule une réforme agraire plus radicale pourrait changer
les structures sociales de la population agricole. La réforme de 1952 qui a
permis à plus de 200.000 fellahs sans terre de devenir propriétaires n'a prof
ité que très peu aux salariés agricoles (4). Par ailleurs, la répartition des terres
selon leur étendue, avant et après 1952, illustre l'immobilisme de la stratif
ication sociale :
Nombre de Nombre de
Catégorie des terres en feddans propriétaires propriétaires
1952 1959
Moins de 5. 2.641.900 2.869.878
5 — 50 148.400 148.374
50 — 200.. 9.600 9.562
2.100 1.768 Plus de 200
Les propriétaires absentéistes, dépossédés ou non, n'ont pas changé de
catégorie sociale. Les 200.000 petits fellahs auparavant locataires de lopins
qui ne leur appartenaient pas sont devenus, à la faveur de la réforme, pro
priétaires de ces mêmes lopins de terre. D'une part, leur qualité de salariés
occasionnels ne semble pas avoir disparu après la réforme, d'autre part, ils
ne peuvent faire appel à la main-d'œuvre salariée en raison de l'exiguïté des
lots distribués. Ainsi, le mode de faire-valoir indirect des terres a diminué
légèrement, mais le nombre de salariés agricoles est resté probablement le
même (5).
(D 1 feddan = 0,42 ha.
(2> Tiers-Monde : Pressions démographiques et stratification sociale dans les campagnes
égyptiennes, juillet 1960.
(3) B.I.T., « Les problèmes du travail en Afrique du Nord », Genève, 1961.
(4) D'après le B.I.T. : Les problèmes du travail en Afrique du Nord, Genève, 1960, p. 68,
la réforme agraire entre 1952 et 1960 n'a distribué des terres qu'aux fellahs anciennement loca
taires et aux ouvriers agricoles, mais non aux fellahs qui possèdent déjà de petites parcelles.
D'autres sources évaluent à 180.000 le nombre de familles qui ont bénéficié de cette réforme.
(5> « Les problèmes du travail en Afrique du Nord... », p. 70. ET STRUCTURES ÉCONOMIQUES DE l'ÉGYPTE 473
Le maintien de ce dernier au même niveau depuis quelques décades semb
le répondre aux exigences des structures foncières et des techniques em
ployées en grande partie inchangées. La rareté des terres défrichables et la
pression démographique maintiennent, malgré leur réglementation par les
autorités, la hausse des fermages, en même temps que les bas salaires ^. II
en résulte un non-emploi dans les campagnes estimé à 50 % (2). Les chiffres
de la population rurale en âge d'activité le montrent d'ailleurs (tableau X).
Tableau X. — Pourcentage de la population active agricole par
RAPPORT À LA POPULATION RURALE
Population Population agricole
Année rurale en âge par rapport
à la population de travailler l1) rurale
1937 7.440.000 57
1947 8.230.000 53
1952 8.880.000 48
1954 9.130.000 46
1957 9.700.000 42
Vital statistics, vol. 2 : Le Caire 1952, 195Ï, 1957.
(1) Groupe d'âge 15-64 augmenté de quelques groupes d'âges des deux extrémités.
Comme nous le verrons, la faible importance du secondaire et du tertiaire
dans les campagnes n'autorise à majorer les pourcentages du tableau X que
de 10 à 15 °/o, au plus, pour tenir compte des occupés dans les activités autres
que l'agriculture. Dès lors, la pression démographique qui s'exerce sur le
secteur rural peut se mesurer par les écarts entre actifs et inactifs, qui étaient
respectivement de 67 contre 33 pour 100 personnes en âge de travailler en
1937 et de 52 contre 48 en 1957. Or, la productivité du travail agricole n'a
augmenté que de 40°/o(voirp. 486). Par conséquent l'accroissement du non-
emploi de 15 personnes en âge d'activité, en fin de période, soit 22 °/o
des actifs, a fait perdre 30 °/o à la production globale en 1957. La pression
démographique, par suite de ce non-emploi, a finalement neutralisé le pro
grès de la productivité.
Secteur secondaire. Les effectifs de ce secteur ont peu varié, depuis 50 ans,
relativement à la population active globale (entre 9 °/o
et 12 °/o). Ramenés à la population totale, ces effectifs accusent — sauf
(1> La réforme agraire a fixé le fermage à sept fois l'impôt foncier au lieu de quatorze fois,
comme il était largement pratiqué, et le salaire journalier de l'ouvrier à 18 piastres pour un
homme et 10 piastres pour une femme, soit le double de ce qu'il était avant 1952. Mais ces
nouvelles mesures sont loin d'être appliquées (B.I.T. « Les problèmes du travail en Afrique du
Nord »).
<2) E. Gannagé, « Croissance économique et structures au Moyen-Orient », Paris, 1958,
144 pages.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.