Pouvoir de monopole et répartition salaires-profits - article ; n°1 ; vol.33, pg 107-131

De david encaoua (auteur)bernard franck (auteur)
Publié par

Revue économique - Année 1982 - Volume 33 - Numéro 1 - Pages 107-131
Monopole power and distributive shares
David Encaoua, Bernard Franck
Starting from the theory tvhich relates relative factor shares to monopoly power, we try here to explain cross-industrial variations in the distribution of value-added. The model is tested upon a sample of 270 french industries for the year 1974. In the first section, we show that relative shares are significantly linked with a set of market structure variables which are determinants of monopoly power. Notably, the share of gross profits is an increasing function of sellers concentration.
In the second section, we take into account the internal structure of industries. We distinguish industries where most firms are isolated and single-product from industries dominated by subsidiaries of large industrial groups. These groups constitue a form of organisation which seems to us similar to the U.S. multidivisionnal corporation. The relation previously tested is still observed in the first category of industries but does not work any more in the industries where groups are strongly implanted. It seems so that, in these industries, distributive shares are not influenced by market power variables but rather by the properties of the structural organization of industrial groups which enables them to capture benefits of internal coordination and to secure a higher share of value-addes.
Monopole power and distributive shares
David Encaoua, Bernard Franck
Starting from the theory tvhich relates relative factor shares to monopoly power, we try here to explain cross-industrial variations in the distribution of value-added. The model is tested upon a sample of 270 french industries for the year 1974. In the first section, we show that relative shares are significantly linked with a set of market structure variables which are determinants of monopoly power. Notably, the share of gross profits is an increasing function of sellers concentration.
In the second section, we take into account the internal structure of industries. We distinguish industries where most firms are isolated and single-product from industries dominated by subsidiaries of large industrial groups. These groups constitue a form of organisation which seems to us similar to the U.S. multidivisionnal corporation. The relation previously tested is still observed in the first category of industries but does not work any more in the industries where groups are strongly implanted. It seems so that, in these industries, distributive shares are not influenced by market power variables but rather by the properties of the structural organization of industrial groups which enables them to capture benefits of internal coordination and to secure a higher share of value-addes.
25 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 22 décembre 2011
Lecture(s) : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement

Monsieur David Encaoua
Monsieur Bernard Franck
Pouvoir de monopole et répartition salaires-profits
In: Revue économique. Volume 33, n°1, 1982. pp. 107-131.
Citer ce document / Cite this document :
Encaoua David, Franck Bernard. Pouvoir de monopole et répartition salaires-profits. In: Revue économique. Volume 33, n°1,
1982. pp. 107-131.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reco_0035-2764_1982_num_33_1_408644Résumé
Monopole power and distributive shares
David Encaoua, Bernard Franck
Starting from the theory tvhich relates relative factor shares to monopoly power, we try here to explain
cross-industrial variations in the distribution of value-added. The model is tested upon a sample of 270
french industries for the year 1974. In the first section, we show that relative shares are significantly
linked with a set of market structure variables which are determinants of monopoly power. Notably, the
share of gross profits is an increasing function of sellers concentration.
In the second section, we take into account the internal structure of industries. We distinguish industries
where most firms are isolated and single-product from industries dominated by subsidiaries of large
industrial groups. These groups constitue a form of organisation which seems to us similar to the U.S.
multidivisionnal corporation. The relation previously tested is still observed in the first category of
industries but does not work any more in the industries where groups are strongly implanted. It seems
so that, in these industries, distributive shares are not influenced by market power variables but rather
by the properties of the structural organization of industrial groups which enables them to capture
benefits of internal coordination and to secure a higher share of value-addes.
Abstract
Monopole power and distributive shares
David Encaoua, Bernard Franck
Starting from the theory tvhich relates relative factor shares to monopoly power, we try here to explain
cross-industrial variations in the distribution of value-added. The model is tested upon a sample of 270
french industries for the year 1974. In the first section, we show that relative shares are significantly
linked with a set of market structure variables which are determinants of monopoly power. Notably, the
share of gross profits is an increasing function of sellers concentration.
In the second section, we take into account the internal structure of industries. We distinguish industries
where most firms are isolated and single-product from industries dominated by subsidiaries of large
industrial groups. These groups constitue a form of organisation which seems to us similar to the U.S.
multidivisionnal corporation. The relation previously tested is still observed in the first category of
industries but does not work any more in the industries where groups are strongly implanted. It seems
so that, in these industries, distributive shares are not influenced by market power variables but rather
by the properties of the structural organization of industrial groups which enables them to capture
benefits of internal coordination and to secure a higher share of value-addes.DE MONOPOLE POUVOIR
ET RÉPARTITION SALAIRES-PROFITS
INTRODUCTION
Au cours de la période récente, écrivaient en 1975 les auteurs
de La mutation industrielle de la France 1, « les modalités du partage
de la valeur ajoutée des entreprises industrielles ont été profondément
modifiées. L'ouverture des frontières, le mouvement de restructura
tion de l'appareil productif qui s'est traduit par l'accentuation de la
concentration technique et financière, l'intensification du caractère capi-
talistique de la production par la substitution du capital au travail,
ont été les facteurs les plus importants de ces modifications ».
Ce diagnostic global sur les transformations qui ont affecté la répar
tition fonctionnelle des revenus cache en fait des différences notables
entre secteurs. Il est cependant frappant de constater qu'il n'existe
que peu d'études empiriques consacrées à l'analyse des modalités du
partage de la valeur ajoutée dans les différents secteurs de l'indus
trie en France. C'est ce thème qui constitue l'objet du présent article.
Parmi les différentes théories expliquant le partage des revenus
créés entre revenus du capital et revenus du travail, nous nous inté
ressons plus particulièrement ici à celles qui sont fondées sur le pouvoir
de monopole, pouvoir qui trouve son origine dans l'existence de struc
tures industrielles non concurrentielles.
En ne retenant que les déterminants sectoriels de la répartition fonc
tionnelle des revenus et en nous appuyant sur l'analyse originelle de
Kalecki [18], nous présentons dans la section I un modèle économé-
* Les auteurs remercient M. Alexis Jacquemin et un rapporteur anonyme de
la Revue économique, pour les commentaires et suggestions adressés à une pre
mière version de l'article. Ce travail a été présenté à un colloque sur l'Impact
des grandes formes sur les performances de l'économie européenne (Bruxelles,
juin 1981) et à la Conférence de l'EARJE (Bâle, septembre 1981).
1. Voir Guibert et alii [14], t. II, p. 87.
107
Revue économique — N° 1, janvier 1982. Revue économique
trique pour expliquer les variations intersectorielles de cette répar
tition dans le cadre de l'industrie française.
Se limiter aux caractéristiques de chaque secteur ne permet pas
cependant de prendre en compte la nature multisectorielle et la spé
cificité stratégique des groupes industriels qui ont été, comme on le
sait, les principaux agents économiques à l'origine des transformations
de la structure de l'appareil productif français.
Que ce soit du fait des caractéristiques technologiques des pro
cessus de production dans lesquels ils sont engagés, ou du fait de
leurs spécificités en tant que structures d'organisation et de coordi
nation internes de nombreuses activités économiques, les groupes in
dustriels affectent en effet les conditions de la répartition fonction
nelle des revenus. Nous examinerons cet aspect dans la seconde sec
tion et nous présenterons un test empirique pour préciser l'influence
des groupes industriels dans le partage de la valeur ajoutée.
LES THEORIES DE LA DISTRIBUTION
ET LE DEGRE DE MONOPOLE
Les théories de la répartition fonctionnelle du revenu
fondée sur le degré de monopole
Dès 1938, Kalecki 2 mettait en évidence l'importance du rôle joué
par le degré de monopole des secteurs industriels dans la répartition
fonctionnelle des revenus. Son analyse cependant a été critiquée com
me étant tautologique. Ainsi, Kaldor [17], passant en revue les théories
de la répartition fonctionnelle des revenus, écrit : « A moins que le
" degré de monopole " ne soit défini à partir de variables de structure
de marché et qu'on puisse démontrer comment ces variables déte
rminent une relation entre les prix et les coûts, la théorie ne fournit
aucune hypothèse qui soit acceptable ou refutable... » Cette critique
semble bien fondée aussi longtemps que les déterminants du degré
de monopole dans une industrie n'ont pas été explicitement spécifiés.
En fait, si l'on définit simplement le degré de monopole d'une
branche comme l'expression de son taux de marge bénéficiaire, il est
facile de montrer que celui-ci est lié par des relations purement comptab
les aux parts des facteurs dans la valeur ajoutée.
2. L'analyse que fait Kalecki de la formation des prix industriels et de la
répartition des revenus, a subi de nombreuses fluctuations dans ses présentations
successives. La position de Kalecki sur cette question peut se trouver dans [18].
108 I
David Encaoua, Bernard Franck
Cependant, il est possible par ailleurs de relier le degré de monop
ole à un certain nombre de variables qui caractérisent les structures
d'une industrie et les comportements des agents qui y sont présents.
Dans ces conditions, l'existence d'un lien entre ces variables et les
parts relatives des facteurs dans la valeur ajoutée devient empirique
ment testable et peut permettre d'apprécier la pertinence d'une théorie
de la répartition fondée sur le degré de monopole.
Un cadre général d'analyse
Au niveau de l'ensemble d'une branche industrielle, désignons par :
W : le montant de salaires rémunérant le travail directement lié à
la production,
M : les dépenses de consommations intermédiaires,
F : les coûts fixes de la branche 3,
R : le chiffre d'affaires total de la branche,
Y = R — M : la valeur ajoutée totale,
II : les profits nets (avant impôts),
II + F représente alors les profits bruts, et l'on a
(1) II + F=R — M — W = Y— -W.
Soit L le taux de marge bénéficiaire de la branche, défini par
(2) L = -i* ™- .
^
Si les coûts marginaux de production peuvent être considérés com
me constants pour les différents producteurs, l'expression de L est
une mesure du degré de monopole de la branche, qui est celle pro
posée aussi bien par Lerner [19] que par Kalecki [18].
Moyennant ces définitions et relations, on obtient alors, par des
/ W \
calculs très simples, la part des salaires dans la valeur ajoutée ( -=- )
et, de / façon TT TJ1 complémentaire, \ la part cumulée des profits et des coûts \ /
fixes ( — en fonction du taux de marge bénéficiaire L et du j
3. Y compris la rémunération du travail lié à des fonctions non directement
productives (administration, recherche, fonction commerciale, ...).
109 Revue économique
rapport des consommations intermédiaires aux salaires versés ttt- M :
1 — L
w M Y 1 + L W
(3) M \ L (i + F n + W/
Y M + L 1 W
De façon équivalente, le rapport profits bruts sur salaires, que nous
utiliserons ultérieurement, s'exprime par
,41 n + F _ L / m
(4) w T^ 1 + [
C'est donc une fonction croissante du taux de marge bénéficiaire
de la branche et du rapport des consommations intermédiaires aux
salaires de production.
Il est clair que les relations (3) et (4) doivent être considérées
comme de simples relations comptables qui restent valables, quel
que soit le comportement des firmes de la branche et en particulier
quel que soit le mécanisme de formation des prix. Elles ne peuvent
donc constituer en tant que telles une théorie de la répartition dont
la constitution nécessite une analyse des déterminants du degré de
monopole.
Les déterminants du degré de monopole
On peut distinguer deux approches dans les théories qui décrivent
l'évolution des parts des facteurs en fonction du degré de monopole,
correspondant à deux conceptions de la formation des prix industriels.
a) La première, d'inspiration classique, est celle qui est adoptée
par Kalecki. Elle consiste à poser que le prix d'un bien industriel est
simplement proportionnel à son coût variable unitaire de production
(coût direct) ; le coefficient de proportionnalité, qu'on désigne par
l'expression de « mark-up » doit, d'une part, couvrir les coûts fixes de
production et, d'autre part, assurer un profit unitaire.
110 David Encaoua, Bernard Franck
L'objectif est alors d'expliquer les variations du « mark-up » qui est
simplement relié au taux de marge bénéficiaire (si u. est le taux de
« mark-up », on a a = - ).
Kalecki lui-même, dont les objectifs étaient plutôt d'ordre macroéco
nomique, n'a pas cherché à étudier empiriquement les disparités du
degré de monopole entre les industries. Dans le même cadre d'anal
yse, Sylos-Labini [25], raisonnant en dynamique et toujours au niveau
agrégé, a montré que les fluctuations du « mark-up » avaient essentie
llement pour origine des variations des coûts directs incomplètement
répercutées dans les prix. Néanmoins, quel que soit l'intérêt de ces
résultats, ils ne fournissent aucune indication sur les variations inter
sectorielles dans la répartition de la valeur ajoutée.
b) La seconde approche, qui nous paraît mieux adaptée à l'objectif
que nous poursuivons, consiste à considérer des marchés de concur
rence imparfaite sur lesquels les entreprises ont un comportement de
maximisation du profit.
En considérant le cas simple d'un marché oligopolistique avec un
produit homogène, on peut déterminer les variables qui interviennent
dans l'expression du degré de monopole.
Considérons une branche composée de n producteurs indicés par
k (k = 1, ..., n). Représentons la fonction de coût du producteur k
par ck (xk) = vkxk + fk où fk désigne le coût fixe de production et vk le
coût variable unitaire de production de la quantité xk, que nous suppo
serons pour simplifier indépendant de la produite.
Au niveau agrégé, soit x la production totale de la branche, et v le
coût variable unitaire moyen :
La fonction inverse de demande qui s'adresse à la branche exprime
le prix p du produit par une relation du type
p = f(Xl + ... + xn) = f(x).
Le profit du producteur k s'écrit alors :
nk (x1; ... , xn) = xk f(x) - vk xk - fk (k = 1 ... n).
111 Revue économique
En supposant que le prix d'équilibre de la branche résulte de la
maximisation du profit par chaque producteur, on peut obtenir plu
sieurs expressions du degré de monopole de la branche en fonction de
l'interdépendance oligopolistique qui caractérise le comportement des
producteurs.
a) Supposons d'abord une interdépendance oligopolistique mini
male entre producteurs, c'est-à-dire celle qui est due uniquement à la
confrontation à une fonction de demande commune qui s'adresse à
la branche. La détermination du prix d'équilibre non coopératif (équili
bre de Cournot-Nash) permet d'obtenir une relation simple entre le
pouvoir de monopole de chaque firme et sa part de marché.
Cette relation 4 s'écrit :
= <* i...) P £ X
Dans cette relation, le prix p et les quantités individuelles xk ainsi
que la quantité globale x correspondent à l'équilibre non coopératif,
tandis que ë désigne la valeur absolue de l'élasticité de la demande
globale x par rapport au prix p.
La relation ci-dessus exprime simplement que le pouvoir de monop
ole de la firme k — mesuré par l'indice de Kalecki ou celui de Lerner
— est proportionnel à sa part de marché et inversement proportionnel
à l'élasticité de la demande,
L'expression du degré de monopole dans la branche se déduit alors
par simple agrégation des pouvoirs de monopole des producteurs qui
la composent :
V P ~ Vk _^k p — V ~ ' fc=l P X P
le coût variable unitaire moyen v dans la branche ayant été défini
plus haut. En utilisant les relations ci-dessus, on obtient alors la valeur
suivante du degré de monopole dans la branche :
\lJ/ p~v —- -1 — £ fc=l y LJ (5)
Le second membre de la relation (5) fait intervenir une me
sure particulière de la concentration de l'offre dans la branche, l'in-
4. On ne spécifie aucune des hypothèses nécessaires à l'obtention de ce résultat
dont on pourra trouver une démonstration dans D. Encaoua et A. Jacquemin [10].
112 David Encaoua, Bernard Franck
dice d'Herfindahl, que nous noterons H dans la suite (le nombre
n / % \ 2 l
H = % ( — - ) varie entre — et 1).
k = î V x I n
Ainsi, dans le cas d'une interdépendance oligopolistique minimale, le
degré de monopole de la branche est alors directement lié à la mesure
d'Herfindahl de la concentration et inversement lié à l'élasticité de la
demande globale.
b) Dans le cas opposé d'une interdépendance oligopolistique maxi
male, qui correspond à un comportement de cartellisation (déterminat
ion du prix par maximisation des profits joints), on obtiendrait la solu
tion de monopole :
(6) P"7 = 4-.
c) Enfin, les cas intermédiaires entre les interdépendances mini
male et maximale, qui correspondent plus vraisemblablement aux corn-,
portements qu'on observe dans les structures de marché oligopolisti
que, sont marqués par l'existence d'un certain degré de collusion entre
les divers producteurs de la branche. La détermination de ce degré
de collusion n'est pas aisée. On peut néanmoins le dériver 5 de la
notion de variation conjecturale, qui exprime les comportements atten
dus des divers concurrents à la suite d'une variation du niveau de pro
duction de l'un d'entre eux. Formellement, on peut représenter ce
degré de collusion par un nombre ß compris entre 0 et 1 et expri
mer le degré de monopole de la branche comme combinaison convexe
des expressions (5) et (6) :
(7) .^z^ß.-L + a-wJl.
Les trois déterminants du degré de monopole d'une branche que
nous venons d'examiner, à savoir la concentration du marché, l'élasti
cité de la demande et le degré de collusion, ne doivent pas être consi
dérés comme de simples variables de structure des marchés indépen
dantes du comportement des producteurs qui s'y affrontent.
1) La concentration de l'offre sur un marché résulte évidemment
des stratégies de croissance interne et externe des entreprises. De plus,
5. On pourra consulter sur ce point K. Cowling [4], G. Iwata [15], et J. P.
Simonin [22].
113 économique Revue
la structure de l'offre à un moment donné ne doit pas faire oublier
l'existence d'une concurrence potentielle due à l'entrée de nouveaux
concurrents.
Celle-ci peut alors avoir une influence négative sur le pouvoir de
monopole des entreprises existantes, en les obligeant à baisser leur prix
pour décourager l'entrée. Cependant, celles-ci peuvent disposer d'autres
stratégies qui ne réduisent pas forcément leur pouvoir de monopole. Il
en est ainsi, par exemple, des stratégies d'investissement productif, qui,
en maintenant volontairement des capacités excédentaires dans une
branche, peuvent avoir un effet dissuasif sur l'entrée de nouveaux
concurrents 6.
Ces capacités excédentaires peuvent trouver par ailleurs à s'em
ployer sur des marchés étrangers en développant les ventes à l'expor
tation, contribuant ainsi au renforcement du pouvoir de monopole
global. Ainsi l'expression du pouvoir de monopole devrait faire inter
venir séparément la concentration de l'offre sur le marché intérieur et
sur le marché international. Cependant, lorsque cette distinction n'est
pas opérée, on peut y remédier partiellement en isolant, comme nous
le ferons par la suite, les effets séparés de la concentration totale et
de la part d'activité à l'exportation.
2) L'élasticitë-prix de la demande, qui intervient comme déter
minant du degré de monopole d'une branche, est influencée par les
stratégies d'investissement commercial des entreprises. D'une part,
celles-ci contribuent à stabiliser les conditions de la demande et à ren
dre celle-ci moins flexible aux variations de prix en développant des
normes sociales de consommation. D'autre part, comme dans le cas
de l'investissement en capacité excédentaire que nous avons mentionné
plus haut, les stratégies d'investissement commercial constituent une
des modalités de constitution des barrières à l'entrée de nouveaux
concurrents dans une branche 7.
Il faut néanmoins noter que si les politiques d'investissement com
mercial servent à maintenir ou à renforcer le pouvoir de monopole en
abaissant l'élasticité de la demande, elles n'en augmentent pas moins
les coûts fixes des entreprises en absorbant une partie de leurs profits
bruts 8.
6. On pourra consulter sur ce point M. S. Spence [23] et A. Dixit [8].
7. On consulter, sur ce point, J. Cubbin [6].
8. C'est une des raisons pour lesquelles l'étude de la distribution de la valeur
ajoutée doit privilégier le partage entre revenus du travail d'une part, et revenus
bruts des entreprises, d'autre part, sans distinguer les diverses composantes de
ces derniers.
114

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Lisez à volonté, où que vous soyez
1 mois offert, sans engagement Plus d'infos