Psycho-physiologie (Interactions. Influences diverses, physiques, chimiques, etc.). - compte-rendu ; n°1 ; vol.21, pg 371-375

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1914 - Volume 21 - Numéro 1 - Pages 371-375
5 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1914
Lecture(s) : 13
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Henri Piéron
IV. Psycho-physiologie (Interactions. Influences diverses,
physiques, chimiques, etc.).
In: L'année psychologique. 1914 vol. 21. pp. 371-375.
Citer ce document / Cite this document :
Piéron Henri. IV. Psycho-physiologie (Interactions. Influences diverses, physiques, chimiques, etc.). In: L'année psychologique.
1914 vol. 21. pp. 371-375.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1914_num_21_1_8027PSYCHO-PHYSIOLOGIE 371
et l'exactitude des mouvements donnant une évaluation de l'habileté
motrice.
Les recherches ont été faites dans des écoles de Virginie, chez des
jeunes gens et jeunes filles, de onze à dix-sept ans (486 blancs et 421
de couleur).
Malheureusement, il y avait une forte proportion de mulâtres, et il
était impossible de sélectionner des nègres purs, la plupart ayant une
certaine quantité de sang blanc.
Gela ôte aux résultats une grande partie de leur valeur : d'une
manière générale, le niveau des nègres atteignait les trois quarts de
celui des blancs, les mulâtres et quarterons étant supérieurs aux
nègres n'ayant que peu ou pas de sang blanc. Mais il n'y a pas de
différence systématique évidente selon les âges.
L'auteur, à côté de son travail expérimental, résume les études
antérieures relatives à la psychologie des nègres.
H. P.
IV. — Psycho-physiologie (Interactions.
Influences diverses, physiques, chimiques, etc.).
E. GLEY et MAURICE MENDELSSOHN. — Quelques expériences sur le
réflexe salivaire conditionnel chez l'homme. — B. B., LXXVIII, 1915,
p. 645-649.
Les auteurs ont cherché à créer un réllexe conditionnel, eu asso
ciant à l'ingestion d'un gâteau sec au chocolat des excitants auditifs
(courte série d'arpèges de sol sur la flûte) ou lumineux (lumière élec
trique intense brusquement dirigée sur les yeux) chez un porteur —
par traumatisme de guerre — d'une iistule du canal de Sténon, et
dont on enregistrait la sécrétion parotidienne (par la chute des gouttes).
Pendant huit jours, après une série de 5 excitations associées, deux
à trois fois par jour, on faisait agir l'excitant conditionnel seul. Mais
en aucun cas, dans la limite de ce nombre d'associations (40 à 50) il
n'est apparu de réflexe conditionnel. L'expérience n'a pu être poursuiv
ie davantage.
Les auteurs pensent que le nombre d'essais ne dut pas être suffisant,
et invoquent l'influence possible des différences individuelles. Le
sujet dont il s'agissait était un soldat russe, de « médiocre excitabilité
cérébrale ».
H. P.
LÉON BINET. — Le rythme cardiaque chez le soldat combattant. —
Presse médicale, 1916, p. 356-337.
Parmi les observations de guerre de l'auteur, il y a lieu de signaler
celles qui concernent l'influence des émotions.
Dans la moitié des cas, il y a eu ralentissement du pouls (de 70 à
50 pulsations à la minute dans un cas) ; dans l'autre moitié des cas, ou ' J (
372 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
il n'y a pas eu de modification de rythme (2 fois sur 10), ou il y a eu
accélération (de 60 à 120 pulsations dans un cas).
Pour des émotions semblables, il n'y a donc pas une formule
unique ; l'excitation peut porter davantage sur le vague ou sur le sym
pathique.
Dans les commotions, sur 16 cas, l'auteur a observé 8 fois des accé
lérations, 3 fois du ralentissement, et 5 fois des irrégularités seu
lement.
H. P.
LÉON BINET. — Le pouls cérébral dans les émotions. — G. R., GLXVI,
1918, p. 505-508.
Chez des individus porteurs de brèches crâniennes, on peut voir,
dans les émotions, le cerveau se congestionner ou s'anémier; et les
modifications du pouls cérébral, qui traduisent cette congestion ou
cette anémie, sont parallèles à celles du pouls digital. Les réactions
vaso motrices se montrent donc de même sens à la périphérie et dans
les centres au cours des émotions.
H. P.
A. FE LECKT. — The influence of the emotions on respiration [L'in
fluence des émotions sur la respiration). — J. of exp. Ps., I, 1916,
p. 218-241.
L'auteur enregistre la respiration des sujets pendant qu'ils ima
ginent, tâchent de revivre certaines émotions.
Il y aurait, en rapport avec les attitudes émotionnelles, des diff
érences spécifiques dans le comportement respiratoire (profondeur de
la respiration, travail total, rapport de l'inspiration à l'expiration).
Toutefois, entre la colère et la haine, la différence n'est pas nette.
H. P.
HENRI PIËRON. — Sur les variations de la résistance du corps d'ori
gine affective. — B. B., LXXVIII, 1914, p. 332-334.
Le sujet, ayant les mains paraffinées — à l'exception d'une surface
de grandeur connue — plongeant dans des vases de grand volume
remplis d'eau physiologique à 30° où étaient amenées des électrodes
d'argent chloruré, était traversé par un courant venant d'un accu
mulateur et passant par un galvanomètre ; traversant le même galva
nomètre, un autre circuit, de sens contraire, comprenait un autre
accumulateur et des boîtes de résistance.
Dans ces conditions, le jeu des fiches ayant amené le galvanomètre
au zéro, toute variation de résistance entraine une déviation qui est
aussitôt compensée, et l'on a la mesure directe de la variation.
Une série d'émotions (bruits, pincements) ont donné — avec des résis
tances initiales de 27 500 à 115 000 ohms (suivant la grandeur des
surfaces cutanées conductrices) — des chutes ohmiques de 500 h 3 000
(entre 1,19 et 7,27 p. 100 de la résistance initiale). 373 PSYCHO-PHYSIOLOGIE
II parait bien y avoir parallélisme entre l'intensité de l'émotion et
l'intensité de la variation.
Une discussion succincte du mécanisme probable (sudoral) de cet
abaissement de résistance termine la note. On peut signaler que, tra
versé par deux courants inverses, l'organisme présente une diminution
parallèle de résistance sous l'influence des émotions.
H. P.
A. D. WALLER. — Galvanometric records of the emotive response
to air raids (Enregistrements galvanometric ues des émotions provoquées
par les aériens). — The emotive response to ordinary stimulat
ion, real and imaginary (Réponse émotionnelle à une stimulation
ordinaire, réelle ou imaginaire). — Lancet, 1918, p. 311 et p. 380-381. —
The galvanometric measurement of « emotive » physiological
changes (La mesure galoanométrique des changements physiologiques
émotionnels). — Pr. of R. S., B. 91», 1918, p. 214-217.
L'éminent physiologiste Waller s'est bien tardivement avisé de la
réalité des variations psychogalvaniques d'origine émotive; incrédule
jusque-là, il croit avoir démontré le premier leur existence indubit
able, mais il ne connaît que les travaux de Veraguth, Petersen et
Jung, et Goldscheider, et ignore, en particulier, que le phénomène
fut découvert par Féré.
Quoi qu'il en soit à cet égard, les recherches de Waller sont très
intéressantes. Il a constaté qu'une femme émotive donnait des réac
tions à un bruit inattendu, à une pensée effrayante ou pénible, à la
menace d'une brûlure, et, au cours d'un raid aérien sur Londres,
l'annonce de l'arrivée des avions ennemis entraîna une chute de la
résistance du corps de 56 000 à 27 000 ohms. Une demi-heure après
le retour au calme, la résistance remontait à 44 000, puis à 60000 ohms.
Cette épreuve d'émotivité lui a paru utilisable pour les examens
militaires, en particulier chez les pilotes d'avions; il donna le résultat
de l'examen à ce point de vue de 20 hommes et femmes, d'émotivité
très inégale.
Waller a recherché la réaction avec des électrodes placées en diff
érentes régions; le pied et surtout la main sont les lieux d'élection, à
la face palmaire du moins, la face dorsale ne donnant à peu près rien-
II pense que les glandes sudoripares doivent être incriminées, mais, en
utilisant des applications locales d'atropine il n'a pas obtenu de modif
ications, pas plus d'ailleurs qu'en utilisant la bande d'Esmarch — fait
déjà connu.
Mais il faut signaler qu'avec l'atropine des résultats inverses de ceux
de Waller avaient été déjà obtenus.
H. P.
O. VERAGUTH et H. BRUNSGH WEILER. — Recherches sur le phénomène
psychogalvanique dans quelques cas de troubles sensitifs par bles
sures cérébrales de guerre. — R. N., XXV 2, 1918, p. 151-162.
La réaction galvanique affective, provoquée par les excitations
cutanées, qui fait défaut dans les anesthésies médullaires, s'est 374 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
montrée conservée et parfois exagérée dans des cas d'hypoesthésie ou
d'anesthésie d'origine corticale, après blessure centro-pariétale (8 su
jets). Il y aurait donc dissociation des réactions affectives et des per
ceptions conscientes pour les excitations sensitives.
Les auteurs pensent qu'un tel mécanisme peut expliquer la persis
tance de réactions affectives dans les anesthésies hystériques.
H. P.
ARTHUR I. GATES. - Variations in efficiency during the day ( Varia
tions de capacité dans la journée). — Un. of Cal. Pub. in Ps., II, 1,
1916, p. 1-156.
Recherches sur les élèves, garçons et filles, de trois écoles, au moyen
des tests suivants : addition; multiplication ; mémoire immédiate des
chiffres, auditive et visuelle ; mémoire de reconnaissance de syllabes ;
vitesse et précision motrice avec le labyrinthe de Thorndike; phrases
à compléter ; barrage de chiffres.
L'activité croît depuis neuf heures du matin jusqu'à midi, décroît
vers treize heures (sauf pour les tests moteurs) et recommence à croître
jusqu'à quinze heures, sans atteindre le maximum de midi, les
recherches étant limitées à cette période de la journée.
Accessoirement l'auteur constate qu'il y a entre ces divers tests une
très faible corrélation (sauf entre addition et multiplication et entre
mémoire immédiate auditive et visuelle), note un progrès avec la pra
tique, variant entre 7 et 33 p. 100, et enfin compare les sexes : les
filles sont nettement supérieures dans le test des phrases à compléter,
dans le barrage des chiffres, dans la mémoire immédiate des chiffres
et la reconnaissance des syllabes; elles le sont quelquefois, mais non
constamment dans les opérations arithmétiques; enfin, dans le test
moteur elles paraissent plus exactes, les garçons étant plus rapides,
mais avec de faibles différences.
H. P.
G. COLUCCI. — La influenza acuta del vino sul polso cérébrale e sul
lavoro mentale [V influence vive du vin sur le pouls cérébral et sur le
travail mental). — Riv. di Psic, X, 5-6, 1914, p. 376-392L
Recherches sur le pouls cérébral d'un ancien trépané, sous l'influence
de doses successives de vin blanc, jusqu'à l'ivresse. Après un renfo
rcement passager, on note une diminution des pulsations, par vaso
constriction, ischémie cérébrale marquée, et des irrégularités consi
dérables, en rapport peut-être avec les modifications brusques de
caractère. Même après retour apparent à la normale, les troubles per
sistent dans la vaso-motricité cérébrale.
Le travail mental (efforts d'attention visuelle ou auditive, simple
ment) provoque une très grande fatigue pour le cerveau, dans l'état
d'ébriété, et entraîne des réactions vaso-motrices très durables.
H. P. 8ENSATI0N ET PERCEPTION 375
RAYMOND DQDGE et FRANCIS G. BENEDICT. — Neuro-muscular
effects of moderate doses of alcohol {Effets neuro-musculaires de
doses modérées d'alcool). — Pr. of N. Ac. of Se, I, 1915, p. 605-608.
En comparant certains processus avant et après, d'une part, et pen
dant l'ingestion journalière d'alcool (30 à 45 cm3 d'alcool absolu)
d'autre part, les auteurs ont trouvé, sous l'influence de l'alcool, un
retard des réflexes (patellaire et oculo-palpébral) et des réactions
(oculaires et verbales), atteignant 3 à 10 p. 100 de la valeur initiale,
une diminution (14 p. 100) de la sensibilité douloureuse, et même — à
l'inverse de ce qu'avait constaté Kraepelin — un ralentissement des
processus moteurs (9 p. 100 pour les mouvements des doigts, 11 p. 100
pour les mouvements des yeux).
Il y avait une légère accélération du pouls (3 p. 100).
Quant aux processus supérieurs (mémorisation de séries de mots et
associations libres), ils ne se sont pas montrés modifiés.
H. P.
V. — Sensation et Perception.
1° GÉNÉRALITÉS. — ILLUSIONS. — SVNESTHÉSIES. — SENS SPATIAL.
LÉONARD T. TROLAND. — Adaptation and the chemical theory of
sensory response (L'adaptation et la théorie chimique de la réponse
sensorielle). — Am. J. of Ps., XXV, 4, 1914, p. 500-527.
Hering avait donné, en 1888, une théorie générale des phénomènes
chimiques conditionnant les processus sensoriels; l'équilibre des pro
cessus antagonistes, anaboliques et cataboliques, serait rompu par
l'excitant physique, soit dans un sens, soit dans l'autre; le froid et le
chaud, les couleurs complémentaires seraient ainsi engendrés par ces
ruptures d'équilibre en sens opposé.
La théorie de Hering ne peut plus être admise, et l'auteur cherche à
en mettre sur pied une nouvelle, d'où il déduit des formules, suscept
ibles d'exprimer quantitativement les phénomènes d'adaptation ou de
récupération de sensibilité.
A la base il admet que la sensation est conditionnée par l'intensité
du processus catabolique; mais un certain taux de catabolisme est
possible en dehors de toute action, engendrant une auto-excitation
continue telle que la lumière propre de la rétine. En outre les stimuli
intenses donnent un coup de fouet aux processus réparateurs (phéno
mène de « compensation »).
L'adaptation, qui est caractéristique des processus sensoriels d'ori
gine chimique, serait une réduction spécifique, mais temporaire, de la
sensibilité d'une cellule sensorielle sous l'action d'un stimulus d'inten
sité constante.
On ne rencontre pas d'adaptation dans l'audition ni dans la sensi
bilité labyrinthique qui sont interprétables mécaniquement, ni même

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.