Psychologie appliquée et sociale. - compte-rendu ; n°1 ; vol.49, pg 664-674

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1948 - Volume 49 - Numéro 1 - Pages 664-674
11 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1948
Lecture(s) : 48
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins

III. Psychologie appliquée et sociale.
In: L'année psychologique. 1948 vol. 49. pp. 664-674.
Citer ce document / Cite this document :
III. Psychologie appliquée et sociale. In: L'année psychologique. 1948 vol. 49. pp. 664-674.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1948_num_49_1_8408— Psychologie appliquée et sociale. III.
148. — CHAPANIS (A.), GARNER (W. R,), MORGAN (C. T.).
— Applied experimental psychology (Psychologie appliquée expé
rimentale). — In-8° de 434 pages, New- York, John Wiley and
Sons, et London, Chapman and Hall, 1949.
Ce manuel extrêmement bien présenté et abondamment illustré
fut rédigé d'après les cours professés, pendant la guerre, par les auteurs
devant des élèves d'une école navale américaine. C'est pourquoi
son style est celui de la conversation et les exposés théoriques
quelquefois un peu élémentaires. C'est pourquoi aussi, les questions
traitées sont souvent centrées sur les problèmes |de l'aviation
navale. Mais ces réserves une fois faites, on appréciera cet excel
lent traité qui a l'avantage d'être très moderne. On y trouvera
en effet l'exposé de nombreuses recherches qui datent presque
toutes de ces dernières années et dont un bon nombre n'avaient
été publiées qu'à l'usage du gouvernement américain.
Après une introduction historique, un chapitre est consacré à
un exposé particulièrement clair des méthodes statistiques. Puis
sont étudiés successivement la vision (avac un chapitre sur les
applications : établissement des cadrans, lisibilité, etc.), l'audition
(les : intelligibilité de la parole, problèmes posés par la
radio, etc.), les mouvements (les applications : appareils de contrôle
et de commande, etc.), la rationalisation du travail, la fatigue, enfin
le milieu du travail (bruit, éclairage, etc.).
V. B.
149. — BAUMGARTEN (F.).— Progrès de la Psychotechnique.
— In-8° de 315 pages, Berne, A. Francke, 1949.
Mme Baumgarten, secrétaire générale de l'Association interna
tionale de Psychotechnique, a eu l'heureuse idée de demander à
des psychotechniciens de nombreux pays, de fournir un exposé
sur l'œuvre accomplie au cours des années où le conflit mondial
empêcha le jeu normal des échanges internationaux. Elle a ainsi
recueilli des contributions provenant de vingt-cinq pays sur la
période 1939-1945. Ces contributions sont particulièrement nomb
reuses pour l'Italie (Ponzo, Maria Diez Gasca, Ancona, Banissoni,
Marzi, Falorni, Costa) et pour la Suisse (Baumgarten, Heinis,
feu Carrard, Silberer, Koch, Schaer). Parmi les collaborateurs, on .
PSYCHOLOGIE APPLIQUÉE ET SOCIALE 665
peut signaler Frisby en Angleterre, Fingermann et Kaplan en
Argentine, Hackl en Autriche, Drabs en Belgique, Fürstenthal et
Mira au Brésil, Mercedes Rodrigo en Colombie, José Germain en
Espagne, Bingham et Viteles aux États-Unis, Fiaendt en Finlande,
Bonnardel et Mme Pacaud en France, Robert et Braunshausen au
Luxembourg, feu Bonaventura en Palestine, Blumenfeld au Pérou,
Targonskien Pologne, Nestor en Roumanie, Fellenius en Suède, etc.
Le livre devait paraître en 1947. Malgré les deux années de
retard, ce recueil sera accueilli en tous pays, avec beaucoup de
satisfaction et jouera un rôle fort utile.
H. P.
150. — BAUMGARTEN (F.). — Psychologie et facteur humain
dans l'entreprise. — In-8° de 196 pages, Neuchatel et Paris,
Delachaux et Niestlé, 1948.
Après une introduction et un historique, l'auteur étudie les
mesures tendant à exercer une action indirecte sur l'employé. Elle
passe rapidement sur les moyens d'agir sur les masses, et s'attache
plus longuement à l'étude de l'amélioration des conditions d'exis
tence et de travail.
Puis vient le chapitre principal de l'ouvrage : les relations directes
individuelles. Ces relations ne peuvent être fondées que sur la con
naissance d'autrui et de soi. Les rapports réciproques du chef et
du personnel sont abordés sous l'angle général. Dans ces rapports,
la personne de l'ouvrier doit être prise en considération par le chef.
Une attention toute particulière est apportée à l'étude des moments
critiques qui surviennent : le commandement dont l'auteur examine
la technique, après avoir analysé les raisons et les motifs de l'obéis
sance ou de la désobéissance; le contrôle; le blâme, examiné quant
à son contenu et quant à sa forme; les sanctions. En dehors de ces
moments critiques, le rendement peut être stimulé en suscitant la
confiance en soi, en faisant des éloges ou des blâmes, en sachant
encourager et apprécier l'initiative personnelle de l'employé.
Dans deux autres chapitres, l'auteur étudie le chef (ses qualités,
ses fonctions, la typologie du chef, les dangers que comporte cette
fonction) et l'employé.
Enfin, elle nous apprend comment sélectionner des employés
suivant des critères d'ordre social et psychologique.
M. R.
151. — BAUMGARTEN (F.). — Orientation et sélection profes
sionnelles par l'examen psychologique du caractère (traduction de
B. Lahy). — In-8° de 182 pages, Paris, Dunod, 1949.
Donnant à l'étude du caractère une place primordiale dans l'exa
men, l'auteur a cherché à fournir à cette étude des instruments pré- 666 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
cis sous forme de tests, dont certains, relatifs à l'habileté manuelle,
à la visualisation et au jugement, permettent des observations sur
le comportement du sujet (systématisées dans une fiche d'interpré
tation très complète donnée, en annexe), mais dont trois sont des
épreuves originales mises au point spécialement pour l'investigation
caractérielle : le test du catalogue, le test des proverbes, et celui
des goûts professionnels (déterminés par un choix de livres dont la
lecture est désirée sur une liste où figurent 92 professions, et des
ouvrages relatifs à des activités professionnelles, à des données sur
les matières premières, et à des problèmes généraux).
L'ouvrage de Mme Baumgarten rendra, dans sa traduction française,
grand service aux lecteurs qui ne pouvaient utiliser la 2e édition
en langue allemande, publiée en 1943.
H. P.
152. — THORNDIKE (R. L.). — Personnel selection (La sélec
tion du personnel). — 358 pages, New- York, John Wiley and
Sons, 1949.
L'auteur a travaillé, durant la dernière guerre, dans les services
de sélection de l'Armée de l'Air des Etats-Unis. Ce fut pour lui
l'occasion de faire une synthèse de ses travaux antérieurs et de l'en
richir, et c'est cette qu'il nous offre dans un volume qui
sera précieux à tous ceux qui utilisent la méthode des tests.
Son contenu en est trop dense pour que l'analyse puisse faire plus
que donner un résumé de la table des matières.
Les huit premiers chapitres sont purement techniques. Après une
introduction qui donne le plan et le résumé de l'ensemble, l'auteur
traite de la description et de l'analyse des métiers (prenant le terme
« job » dans un sens plus large que ne le font en général ses confrères
américains). Il examine comment les tests à appliquer doivent être
choisis ou construits, la fidélité et la validité doivent être
déterminées, comment plusieurs tests peuvent être combinés en une
batterie, et enfin comment doivent être analysés et choisis les él
éments d'un test.
Les trois derniers chapitres donnent des conseils quant à la réali
sation pratique d'un programme de sélection psychologique, traitant
en particulier des relations du psychologue avec son entourage :
direction d'une part, ouvriers d'autre part.
Tous ces points ne sont pas traités d'une façon également détail
lée, et les techniques proposées sont loin d'atteindre toutes au
même degré d' elaborations. C'est sans doute le seul regret que l'on
peut exprimer, et qui est d'ailleurs signalé par l'auteur lui-même
dans sa préface.
Parmi les problèmes traités avec le plus de détails, on peut citer
l'étude sur la fidélité, précédée d'excellentes considérations logiques
amenant l'auteur à poser la question sous l'angle de l'analyse de la PSYCHOLOGIE APPLIQUÉE ET SOCIALE 667
variance. On retrouve là certains travaux publiés dans Psychome-
trika, sous une présentation statistique simplifiée.
Signalons également l'étude de la détermination de la validité
d'un test sur un groupe sélectionné.
L'exposé est d'une grande clarté, et se rapproche même par endroit
d'une schématisation qui risquerait peut-être d'entraîner le lecteur
insuffisamment informé à utiliser des procédés ou à appliquer des
formules sans s'entourer de toutes les garanties nécessaires.
L'ouvrage reste cependant de grande valeur. Certains lecteurs
y trouveront la trace de problèmes dont ils n'avaient pas soupçonné
l'existence. D'autres pourront s'en servir pour restructurer sur cer
tains points leurs connaissances antérieures.
M. R.
153. — PROVOST (C). —La sélection des cadres.— « Que Sais-je? »,
in-16 de 117 pages, Paris, Presses Universitaires, 1949.
Le problème des cadres est avant tout un problème de personn
alité. Les connaissances, la culture sont nécessaires mais ne peuvent
remplacer 1' « efficacité sociale ».
Le commandement impose l'engagement total de la personnalité,
que le chef détienne son autorité par délégation, ou qu'il se soit
imposé grâce à son prestige personnel.
Après avoir rappelé les caractéristiques du chef : ascendant natur
el, efficacité de l'action, intelligence, initiative, sens de la respons
abilité, etc., l'auteur passe à l'étude des critères de sélection.
Ceux-ci doivent permettre de mettre en évidence, derrière les manif
estations apparentes de tel ou tel comportement, la personnalité
qui « n'est pas seulement l'ensemble de nos données biologiques,
intellectuelles et caractérielles, mais le résultat de la confrontation
de ce moi inné avec le milieu, avec les événements, en un mot, avec
la vie ».
L'évolution de la personnalité aboutit normalement au dépasse
ment de soi-même, à l'objectivité envers soi qui s'accompagnent plus
ou moins de l'intégration au milieu social.
Ce sont ces caractères que la sélection se propose de déceler chez
les futurs cadres, par le biais de la recherche de certains traits de
la personnalité, tels que : introversion, extraversion, ascendance,
soumission, coopération, « discipline de soi-même », équilibre émot
ionnel, dynamisme, etc.
Les critères essentiels seront, l'intelligence, la culture, la « matur
ité intellectuelle », facilité des contacts sociaux, prestige, esprit
critique « de bon aloi », aptitude à coopérer, initiative, etc.
Pour cette recherche, toutes les méthodes sont bonnes, objective,
clinique, etc., pourvu qu'on veille « à interpréter convenablement
leurs résultats ».
On emploiera les tests d'aptitude, les questionnaires (Bernreuter, ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES 668
intérêts, etc.), l'observation dans des situations de groupe ou indi
viduelles, les tests projectifs (Rorschach, T. A. T., association do
mots de Jung) les « entretiens », enfin, « l'analyse factorielle
des divers résultats et éléments obtenus au cours de ces multiples
investigations ».
Le futur cadre sera jugé par un jury qui devra être en posses
sion d'une part, d'une « analyse professiographique » de la fonction
à remplir, d'autre part, d'un dossier complet sur les diverses épreuves
passées par le candidat. Le jury devra comprendre au moins trois
personnes, dont un représentant des cadres et un « technicien des
questions de sélection de personnel » : psychologue, psychosociol
ogue, psychotechnicien ou psychiatre.
L'auteur rappelle le succès remporté dans les pays anglo-saxons
par des méthodes semblables et souhaite les voir plus largement
utilisées en France, sans pour cela exclure les examens classiques
de connaissances.
M. P.
154. — Me KINNE Y (F.). — Psychology of personal adjustment
(Psychologie de l'adaptation personnelle) . — In-8° de 752 pages,
New- York, John Wiley and Sons, 1949.
Cet ouvrage attrayant, de lecture facile et agréable comme un
roman, illustré d'excellentes photos portant sur des exemples de
bonne et mauvaise adaptation dans les différents domaines de la
vie pratique, constitue plutôt une sorte de manuel de conduite de
l'étudiant et de l'étudiante américains; les différentes situations
envisagées couvrent tous les problèmes qu'ont à résoudre les jeunes
gens de classe moyenne qui font des études, avec cependant une note
spécialement américaine en ce qui concerne les problèmes sexuels
et économiques : adaptation au travail intellectuel et aux relations
avec les autres étudiants et étudiantes dans le climat spécial des
« Colleges »; moyens pour obtenur une meilleure efficience intellec
tuelle par une concentration accrue et l'adoption de certaines tech
niques pour apprendre et retenir, une personn
elle par une judicieuse répartition de son temps et de son argent
et l'adoption d'une vie hygiénique, et une meilleure efficience sociale
par la résolution des conflits intérieurs grâce aux consultations du
psychologue du « College », qui contribue ainsi activement au déve
loppement d'une personnalité harmonieuse, par le choix d'une saine
philosophie de la vie (toujours grâce aux conseils de ce dernier), et
par la recherche scientifique et systématique (grâce aux données
de la psychologie) de la popularité, de l'amitié des autres, et du
« leadership » (chapitres 1 à 11).
Les chapitres 12 et 13 essaient de résoudre rationnellement, en
faisant appel à toutes les acquisitions de la psychologie et de la
psychanalyse, le difficile problème de la chasteté des jeunes adultes '

'
PSYCHOLOGIE APPLIQUÉE ET SOCIALE 669
qui ne peuvent se marier avant d'être indépendants économique
ment, et celui de l'ajustement dans le mariage. Un paragraphe bien
typique est celui consacré à la pratique sans doute universelle du
petting qui revêt cependant dans les colleges américains l'importance
d'une véritable institution. Les solutions données à ces problèmes,
tout en visant au relativisme rationaliste, sont malgré tout assez
dans la ligne d'une morale conformiste anglo-saxonne non dé
pourvue d'hypocrisie, à moins que ce qui nous apparaît comme tel
soit simplement « l'hommage que le vice rend à la vertu », ou encore
l'existence des normes différentes dans les mœurs nationales.
Les chapitres 14 et 15 sont consacrés à la conquête de la stabilité
émotionnelle et de la confiance en soi, après la victoire sur la dépress
ion, la peur et l'angoisse, la timidité et les sentiments d'infériorité,
et le livre s'achève par les descriptions de la personnalité bien adapt
ée, émotionnellement mûre, et de son rôle dans une société saine
gouvernée par les principes de l'hygiène mentale, basée sur les acqui
sitions de la psychologie.
C'est en somme un excellent et très lisible manuel de psychologie
pratique, où les conseils donnés s'appuient à la fois sur une docu
mentation théorique approfondie et sûre (indiquée par la bibliogra
phie à la fin de chaque chapitre) et sur la riche expérience accu
mulée par des années de contact avec les jeunes gens qui viennent
trouver l'auteur, « conseiller psychologique de College », pour que
celui-ci les aide à résoudre leurs difficultés intérieures. Des exemples
concrets de chaque problème sont donnés par de brèves études
de cas, présentées sous une forme un peu romancée, et relatives à
des étudiants que l'auteur a « conseillés », ce qui contribue beaucoup
à accroître l'intérêt humain de l'ouvrage.
C. N.
155. — I. N. E. T. 0. P. — L'étude objective du caractère (Jour
nées de perfectionnement pour les conseillers d'O.P.). — In-8°
de 204 pages, Paris, 41, rue Gay-Lussac, 1947.
Ce petit livre présenté par H. Piéron contient les exposés faits
à l'Institut National d'Orientation Professionnelle de Paris au cours
des journées de perfectionnement pour les conseillers d'O. P.
H. Wallon, dans une magistrale conférence d'ouverture de ces
journées, reproduite presque intégralement, pose le problème de
l'étude du caractère. Cette étude doit remonter aux sources mêmes
de la conduite. Mais elles sont multiples et diverses. Sur le
plan psycho-biologique, l'auteur rappelle les travaux de ceux qui
ont étudié le tempérament, la constitution. Sur le plan moral, le
caractère a donné lieu à de nombreuses études, depuis celles des
moralistes jusqu'à celles des psychologues expérimentaux. Enfin
l'auteur indique l'importance de « la psychologie de l'inconscient qui
a enrichi la psychologie du caractère en ajoutant aux procédés clairs 670 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
et distincts de la logique traditionnelle, qui seuls étaient jusqu'alors
invoqués dans l'explication de la conduite, d'autres procédés dont
l'influence est grande dans la vie affective ».*
C. Beizmann et M. Bénassy exposent les techniques projectives,
l'un le Rorschach, l'autre le Murray; ces articles bien que très limi
tés en considération de la matière traitée donnent une idée assez
précise de l'utilisation des deux épreuves.
C. Chauffard sous le titre « Interprétation indirecte d'un ques
tionnaire d'attitude » fait une critique générale des questionnaires
puis propose un questionnaire d'un type un peu particulier : on
demande au sujet comment dans une situation donnée il agit ou
sent, comment la plupart des gens agissent ou sentent, comment
il est bon d'agir ou de sentir. Des normes sont données ainsi que les
résultats de l'étude de fidélité et de validité du test.
M. Prudhomeau aborde le problème de « l'étude du dessin comme
élément d'investigation du caractère ». L'auteur insiste sur les pos
sibilités multiples et étendues de cette investigation mais aussi sur
le fait qu'il ne faut pas considérer les choses dans l'absolu mais dans
leur relativité.
R. Zazzo donne les premiers résultats du « test des deux barrages ».
C'est le test de barrage classique employé de façon nouvelle qui per
mettra, espère l'auteur, de tirer des indications caractérielles. Les
résultats acquis sont déjà encourageants. La précision et l'objecti
vité des techniques sont particulièrement à retenir.
N. Granjon présente « un nouveau test d'association verbale »;
c'est une modification du test d'association de Jung.
H. Gratiot-Alphandéry dans un chapitre intitulé : « L'étude du
caractère et la sociologie de l'enfant » insiste très utilement sur la
nécessité de connaître le milieu social de l'enfant.
Enfin, R. Stora donne les résultats d'une étude comparative entre
données graphologiques, dessins de Prudhomeau, Rorschach et
examen clinique. Les résultats sont encourageants.
La conclusion de la conférence de H. Wallon peut servir de con
clusion à l'ensemble des travaux exposés : « Pas de méthodes
fétiches, pas de méthodes qui se prétendent capable de tout nous
apprendre. Mais des systèmes de références, aussi variés que pos
sible et un continuel retour à l'objet. »
C. B.-C.
156. — SECHEHAYE (M. A.). — Diagnostics psychologiques.—
In-8° de 120 pages, Berne, Hans Huber, 1949.
Mme A. Sechehaye (auteur par ailleurs d'une nouvelle méthode
de psychothérapie d'inspiration psychanalytique), présente ici, sous
forme de dialogues avec une jeune psychologue, un assortiment
des problèmes psychologiques, diagnostiques et thérapeutiques PSYCHOLOGIE APPLIQUÉE ET SOCIALE 671
qu'elle a été amenée à résoudre : troubles du caractère, névroses,
psychoses, orientations professionnelles difficiles, etc.
Malgré des aspects parfois simplistes et un emploi un peu naïf
de certains concepts psychologiques, cet ouvrage montre assez bien,
et sous une forme très vivante, la variété et la complexité des pro
blèmes qui peuvent se poser au psychologue-psychothérapeute.
P. J.
157. — PALMADE (G.). — La caractérologie. — « Que Sais-je? »,
in-16 de 128 pages, Paris, Presses Universitaires, 1949.
Dans ce petit livre de vulgarisation l'auteur s'est préoccupé de
passer en revue en les esquissant rapidement, les principaux sys
tèmes caractérologiques, les plus traditionnels comme les plus
récents. Il a dû pour cela choisir un principe de classement : la
méthode qui a servi à constituer les systèmes (ce qui n'est pas sans
les situer plus ou moins dans une échelle de valeurs). La classif
ication à laquelle il aboutit n'échappe pas à un certain arbitraire, les
méthodes ne s'excluant pas toujours, mais n'est pas pour cela plus
mauvaise qu'une autre.
Il distingue ainsi : 1° Les caractérologies causales, qui se réfèrent
aux causes déterminantes de la conduite, soit constitutionnelles
(théorie traditionnelle des tempéraments, école morphologique fran
çaise, école constitutionnaliste italienne) soit psychologiques (les
types psycho-sexuels de Freud, la caractérologie de la volonté de
J. Boutonier).
2° Les caractérologies cliniques et corrélationnelles, basées sur
l'observation de corrélations entre les principaux traits de carac
tère. Les unes sont directement inspirées de la pathologie, considérée
comme une caricature des types normaux (système de Delmas et
Boll, types et constitutions psycho-pathologiques); les autres
reposent sur une véritable analyse statistique (système de Shel
don).
3° La caractérologie des propriétés, où quelques « propriétés »
suffisamment générales des conduites humaines permettent de carac
tériser dans son ensemble l'action de chaque individu (systèmes de
Malapert, Jaensch, Jung, Heymans et Wiersma et Le Senne).
P. J.
158. — GUILMAIN (E.). — Tests moteurs et tests psycho
moteurs. — In-8° de 414 pages, Paris, Foyer Central d'Hygiène,
1948.
L'auteur, qui a une grande expérience des classes de perfection
nement, a mis sur pied en 1931 une batterie de tests psycho-moteurs,
permettant d'apprécier le niveau, mais aussi le type de l'activité
psychomotrice des enfants et particulièrement des arriérés. ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES 672
II donne un exposé de sa méthode comportant dix-neuf épreuves
avec mode de notation, et en outre, une appréciation d'attitude géné
rale. Des exemples conjcrets sont donnés, avec notation chiffrée
des traits suivants : raideur, rapidité, maladresse-exubérance, mala
dresse-lenteur, émotivité-excitation, inémotivité-opposition, moll
esse, lenteur, insuffisance d'équilibre, émotivité-inhibition. Un
certain sens clinique est exigé de l'expérimentateur pour l'emploi
de cette batterie.
Quelques données sur les corrélations psychomotrices sont données
avec exemples concrets, ainsi que quelques cas où la conclusion
comporte des conseils de rééducation.
D'autre part, Edouard Guilmain expose l'échelle d'Ozeretzki et
une échelle revisée après usage, pour la détermination de l'âge moteur.
H. P.
159. — Van LENNEP (J.).— Four picture test. — In-8° de 48 pages
avec 4 planches coloriées, La Haye, M. NijhofT, 1949.
Dans cette publication de l'Institut néerlandais de Psychologie
d'Utrecht, l'auteur donne un manuel pour l'application de son test
projectif, élaboré en 1930, et fondé sur quatre images de scènes
où un individu se trouve seul, ou en relation avec une personne
ou un groupe : Le sujet doit établir une histoire en combinant les
quatre scènes. Des observations sur plus de vingt mille sujets ont
donné une expérience large des résultats qui peuvent être obtenus
par cette méthode rapide (un quart d'heure).
H. P.
160. — STOETZEL (J.). — Les sondages d'opinion publique. —
In-4° de 63 pages, Paris, Editions du Scarabée, 1948.
Sous une forme claire et très imagée, cet exposé de haute vulga
risation renseigne très exactement sur la question actuelle de l'explo
ration du type Gallup des répartitions d'opinions dans un pays
déterminé sur les questions les plus" diverses, ce que l'on appelle,
1' « opinion publique ». d'après les dominantes que l'on peut dégager,
Quelques données historiques, des renseignements sur les pre
mières enquêtes organisées systématiquement, en vue de sondages
politiques, sur les institutions existant actuellement dans le monde,
et surtout sur la méthodologie des enquêtes à des différents stades
de préparation, d'exécution et d'élaboration précédent des exposés
plus techniques, assez développés en ce qui concerne l'emploi de la
statistique, et les problèmes d'interprétation psychologique, avec des
données complémentaires sur l'équipement et l'organisation indispen
sables, avec tables, abaques et service mécanographique. Quelques
vues d'avenir complètent cette intéressante et utile monographie
due à un expert en la matière.
H. P.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.