Psychologie chimique et psychologie pathologique - compte-rendu ; n°1 ; vol.67, pg 345-358

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1967 - Volume 67 - Numéro 1 - Pages 345-358
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 1 janvier 1967
Lecture(s) : 49
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins

Psychologie chimique et psychologie pathologique
In: L'année psychologique. 1967 vol. 67, n°1. pp. 345-358.
Citer ce document / Cite this document :
Psychologie chimique et psychologie pathologique. In: L'année psychologique. 1967 vol. 67, n°1. pp. 345-358.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1967_num_67_1_29995Psychologie clinique et psychologie pathologique
Zeigarnik (B. V.). — The pathology of thinking (La pathologie de la
pensée). — New York, International Behavioral Sciences, 1965, 211 p.
Cet ouvrage, préfacé par Luria, est la traduction anglaise du livre
de Mme Zeigarnik, datant de 1962.
C'est un essai d'analyse des formes essentielles des troubles de la
pensée se produisant au cours des maladies mentales. Il s'oppose aux
ouvrages antérieurs traitant des mêmes problèmes, en ce qu'il se réfère
à la connaissance des structures intellectuelles mises en évidence par la
psychologie scientifique. La pensée est toujours basée sur un système
défini d'idées qui permettent de « réfléchir » la réalité sous des formes
abstraites et générales. C'est à travers le langage qu'on aboutit à ce
système. Dans l'oligophrénie ou dans certaines lésions organiques, il est
impossible d'atteindre ce niveau abstrait et la pensée fonctionne à un
niveau concret.
Dans d'autres cas, le système de communication par la pensée se
trouve séparé de l'expérience de la réalité ; la sélection des qualités
des objets est confuse. La première partie de ce livre est consacrée à
l'étude du dysfonctionnement de ces deux aspects du codage de la
pensée.
La seconde partie traite des différentes manifestations des troubles
structuraux et dynamiques de l'activité intellectuelle : troubles du cours
de la pensée, fuite des idées, viscosité, respondency qui se caractérisent
par une incapacité à contenir le flux des idées dans les limites d'une
situation prévue.
Ensuite l'auteur analyse les aspects de la pensée perturbée tels qu'ils
se manifestent au cours de l'activité pathologiquement amoindrie du
cerveau. Puis elle décrit les troubles globaux de la « pensée orientée vers
un but » qui peut prendre deux formes ; la diminution des besoins et la
perte de l'évaluation critique des résultats de sa propre activité.
L'auteur nous rappelle dans sa conclusion, que le but de l'ouvrage
est double : les besoins de la clinique psychiatrique et la théorie de la
psychologie générale.
Il n'existe pas de corrélatoin directe entre un certain type de trouble
de la pensée et une forme particulière de maladie. Le dysfonctionnement
de la peut paraître parfois comme une régression à un stade
antérieur de développement, mais cette similitude est purement externe.
La connaissance des paramètres des troubles du processus de la
pensée et la connaissance des faits psychologiques recueillis dans le
domaine de la psychiatrie clinique doivent permettre l'avancement de
la science psychologique, aussi bien théorique qu'appliquée.
R. Menahem. 346 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
Sarason (I. G.). — Personality : an objective approach (Étude
objective de la personnalité). — ■ New York, Wiley & Sons, 1966,
670 p.
L'auteur dresse un bilan objectif de l'état actuel des connaissances
sur le problème de la personnalité, dans ce volume extrêmement dense.
Après avoir, dans un premier chapitre, résumé l'essentiel des princi
pales orientations théoriques, en accordant une place importante aux
idées issues de la théorie de l'apprentissage, il tente de regrouper les
aspects sur lesquels ces orientations divergent. Parmi ces aspects,
nombreux sont ceux qui se rapportent au caractère inné ou acquis des
composantes de la personnalité. Sarason insiste sur le fait que les diff
érentes tentatives n'ont pas abouti à l'élaboration d'une véritable théorie
de la personnalité (par théorie, il entend un ensemble de concepts définis
en termes d'observables et qui permettent d'établir des relations nou
velles à partir de faits connus) car les observations qui ont été effectuées
ont eu le plus souvent un caractère anecdotique et n'ont pas été soumises
à un contrôle systématique.
Pour que ce contrôle puisse être effectué il faut que des méthodes
scientifiques soient mises au point. L'auteur consacre les deux chapitres
suivants à une analyse critique de ces méthodes en insistant sur la dis
tinction entre celles qui se proposent une évaluation de la personnalité
et celles qui visent une véritable étude expérimentale. Dans la première
catégorie, il range les auto-estimations, les interviews, les tests, les ana
lyses de contenu, et les analyses de situation. Il souligne à propos de
chaque méthode les inconvénients et les difficultés que le psychologue
rencontre, en illustrant son argumentation d'exemples bien choisis.
Dans la seconde catégorie qu'il considère comme complémentaire de
la première, il traite de l'étude des variations de performance en fonction
de certaines variables de personnalités en faisant une large place à
l'étude du comportement verbal. La situation expérimentale est enfin
envisagée comme une véritable situation sociale, et c'est à travers les
caractéristiques de cette situation que les variations de la personnalité
doivent être appréhendées.
Cet excellent ouvrage se termine par une analyse du développement
de la personnalité complétée par un examen des aspects pathologiques.
Tout au long de ce livre, l'auteur parvient à nous convaincre qu'une
étude scientifique de la personnalité est possible, bien que d'importantes
difficultés dans ce domaine plus que dans d'autres, retardent le dévelop
pement des recherches.
M. de Bonis.
Maher (B. A.). — Progress in experimental personality resaarch
(Progrès récents dans l'étude expérimentale de la personnalité). —
vol. 2. New York, Academic Press, 1965, 331 p.
Ce second volume consacré aux recherches expérimentales récentes
sur la personnalité comprend six études d'esprit assez différent. PSYCHOLOGIE CLINIQUE ET PSYCHOLOGIE PATHOLOGIQUE 347
La première de J. C. J. Bonarius est consacrée à l'état actuel des
recherches entreprises pour valider la théorie de G. A. Kelly du personal
construct. On sait que cette théorie de la personnalité proposée dans
un ouvrage publié en 1955, repose sur la notion de cadres conceptuels
qui commandent la perception d'autrui et du monde et qui permettent
les anticipations ; ces cadres, les personal constructs sont édifiés depuis
l'enfance à partir de certains rôles, et de certaines figures dans ces
rôles. Les recherches qui sont ici exposées visent à établir certaines
caractéristiques théoriques de ces rôles et de ces constructs. Elles
posent toute une série de problèmes méthodologiques : techniques
d'analyse des structures de réponses et validité de l'exploration par
questionnaire.
La seconde étude de W. M. Crockett porte sur la complexité cogni
tive et la formation d'impression. Le cadre théorique est voisin de celui
de la précédente et des recherches de Heider. Il s'agit de relier la per
ception d'autrui à la complexité des modèles cognitifs du sujet, en
entendant par là, à la fois le nombre des aspects, ou éléments envisagés
et leur mode de structuration et de hiérarchisation. Les recherches
consistent donc à évaluer ces caractéristiques et à les relier aux carac
tères des perceptions d'autrui : précision des prédictions, capacité d'inté
grer des informations contradictoires, etc. Ces études reposent aussi
en grande partie sur l'utilisation de questionnaires. Certes, les théories
sous-jacentes de la personnalité, celles de Kelly entre autres, font larg
ement appel aux aspects cognitifs, et en ce sens semblent légitimer ces
techniques, mais on ne voit pas bien comment elles pourraient les
invalider.
Le chapitre suivant, dû à P. F. Secord et C. W. Backman, part sur
l'approche interpersonnelle de la personnalité : processus d'interactions
considérés sous l'aspect stabilisation de la représentation de soi et
d'autrui dans les cas de congruence, et facteurs de changements à travers
les réorganisations de l'environnement social.
La quatrième contribution de ce recueil est due à Paivio. Il s'agit
d'un exposé des recherches sur l'interaction entre le locuteur et son
audience.
L'auteur rend compte des effets émotionnels de la présence d'un
auditoire en distinguant entre les aspects d'anxiété effective et deux
traits stables : la sensibilisation à l'auditoire, facteur général de pertur
bation émotionnelle, et d'autre part un trait « exhibitionnisme » qui
serait au contraire source d'assurance. Là encore ces recherches font
une très large place à l'utilisation des questionnaires à côté d'évaluations
plus directes du comportement verbal, par exemple.
Une cinquième étude aborde encore les problèmes de la personnalité
à travers les interactions sociales. E. E. Sampson présente les travaux
sur le rôle du rang dans la fratrie dans la formation de la personnalité.
On sait que si les premiers travaux avaient surtout eu pour but de
mettre en évidence des corrélations entre le rang et l'intelligence, 348 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
où d'autres indices de performance, depuis la publication de l'ouvrage
de Schachter le problème s'est déplacé et l'on s'intéresse maintenant
à l'affiliation.
L'ouvrage s'achève sur un texte de R. A. Dykman, d'un ton
très différent des précédents. Il s'agit en effet de donner une nouvelle
théorie du conditionnement classique. L'auteur part d'une
interprétation du rétroactif dont on sait qu'il est en
général considéré comme un phénomène totalement différent des pro
cessus d'association. Au contraire, pour Dykman, il s'agit d'un autre
aspect du même phénomène de conditionnement, il met l'accent essen
tiellement sur l'aspect sensibilisation incitée par le stimulus incondi
tionnel. L'auteur utilise dans son interprétation, outre des expériences
sur l'animal, des recherches sur l'homme et insiste sur l'importance des
théories de l'émotion et du rôle des formations centrales du cerveau
dans l'établissement de ces liaisons.
Par la diversité des travaux répertoriés, cet ouvrage ouvre beaucoup
de nouvelles perspectives mais ne permet pas de faire la part de ce qui
est expérimentalement assuré et de ce qui demanderait encore à être
soigneusement vérifié.
R. Menahem.
Gattell (R. B.). — The scientific analysis of personality (L'analyse
scientifique de la personnalité). — Penguin Books, 1965, 395 p.
R. B. Cattell a fait sien le principe de Thorndike selon lequel « tout
ce qui existe, existe en une certaine quantité et peut, par conséquent
(en principe) être mesuré ». L'analyse scientifique de la personnalité
rejettera donc tout ce qui, en l'état actuel des connaissances, ne peut
être objet de mesure. Ce livre est consacré à l'étude de « la progéniture,
encore peu nombreuse mais pleine de promesses, résultant de l'union
des mathématiques et de la psychologie ». Les techniques de l'analyse
multifactorielle appliquées à l'étude de la structure de la personnalité,
techniques déjà classiques, sont minutieusement décrites. Les modèles,
plus nouveaux, qui veulent être une approche de la structure dynamique
de la personne, traduisent les besoins et les attitudes en un réseau dans
lequel ils sont affectés d'une valeur en « erg » correspondant à leur inten
sité dans ce réseau. L'évaluation quantitative des attitudes se fait au
moyen de tests objectifs, différents à la fois des inventaires classiques
et des méthodes projectives. On aboutit ainsi à une « psychanalyse
quantitative ». L'intérêt que porte un garçon à Jane se traduira de la
façon suivante :
I (Jane) = 0,4 B sex. + 0,3 E greg. + 0,3 M super ego
et si l'intérêt pour Sally se trouve dans le même rapport de forces, le
conflit sera insoluble.
De nombreuses techniques de mesure sont inventoriées avec leurs
qualités et leurs défauts métrologiques.
Les derniers chapitres traitent de l'application de ces mesures à PSYCHOLOGIE CLINIQUE ET PSYCHOLOGIE PATHOLOGIQUE 349
l'enfant d'âge scolaire d'une part, et à la solution de certains problèmes
sociaux d'autre part.
Un glossaire, précisant le sens des termes techniques employés,
facilite la lecture de l'ouvrage.
R. Manahem.
Tomhins (S. S.), Izard (C. E.). — Affect, Cognition and Personality
(Affectivité, cognition et personnalité). — New York, Springer,
1965, 464 p.
Une série de communications ont été effectuées lors d'un Congrès de
l'Association de Psychologie américaine en 1964 ; on peut se demander si
cette circonstance justifie l'initiative prise par les éditeurs de réunir
dans un même volume des recherches aussi disparates.
Ces travaux sont regroupés en 7 chapitres : « L'affectivité et l'appren
tissage » ; « La cognition » ; « Les processus sociaux » ; « La personnalité » ;
« Le développement génétique » ; « Les réactions mimiques » et en manière
de conclusion un examen des méthodes pour l'étude et l'évaluation de
l'affectivité.
L'ensemble a pour but principal de nous montrer par quels méca
nismes d'action réciproque, l'affectivité influe sur les différents aspects
de la vie psychique, et comment elle est modifiée par les événements,
les apprentissages qui interviennent dans les divers domaines de cette
vie. On perçoit dans la majorité des contributions apportées à l'étude de
ce problème un effort d'objectivité ; mais à côté des tentatives faites
pour aborder scientifiquement un tel sujet, à côté des concepts bien
définis, on rencontre des notions plus intuitives, plus vagues, survivances
d'une psychologie littéraire dont les auteurs n'ont pu se défaire. Notons
à ce propos, l'intéressante discussion de G. Murphy sur le problème de
l'objectivité dans l'étude des processus affectifs qui fait l'objet du dernier
chapitre de ce livre.
M. de Bonis.
Klein (M.), Rivière (J.). — Love, hate and reparation (Amour,
haine et réparation). — • New York, Norton and Company, 1964,
119 p.
Cette étude psychanalytique se présente comme un effort nouveau
pour rendre compréhensible à tous les processus mentaux inconscients
qui sous-tendent les sentiments et les actions des adultes normaux.
Le trait caractéristique de la psychologie humaine est le jeu intense et
constant des impulsions d'amour d'un côté, de haine, d'agressivité de
l'autre.
J. Rivière ouvre le livre par l'analyse de la haine, de l'avidité et de
l'agressivité. M. Klein traite ensuite des forces de l'amour, de la culpab
ilité, de la réparation. Ayant fait remonter ces impulsions vers leur
origine dans l'enfance, les auteurs discutent « les adaptations infiniment
variées, subtiles, compliquées » par lesquelles chaque individu essaie •
350 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
toute sa vie de tenir l'équilibre entre les éléments de vie et de destruc
tion contenus par sa nature, en vue d'obtenir le maximum de sécurité
et de gratification.
Cl. R.E VAULT d'AlLONNES.
Beach (F. A.). — Sex and behavior (Sexe et comportement). —
New York, John Wiley & Sons, 1965, 592 p.
L'ouvrage est constitué par les 21 contributions, présentées par
23 chercheurs appartenant à 12 disciplines différentes, à des journées
d'étude tenues en 1961 et 1962 à Berkeley (Université de Californie).
Chacune de ces contributions — toutes expérimentales et particulièr
ement riches — est suivie du compte rendu de la discussion qu'elle a
suscitée.
Dans le cadre général du comportement lié au sexe sont abordés
des déterminants et des espèces animales fort divers. Citons notam
ment : deux études sur la contribution de travaux récents à la connais
sance de l'évolution phylogénétique des conduites sexuelles (N. Tinber-
gen, E. W. Caspari) ; diverses recherches concernant le rôle, chez des
espèces diverses, des stimuli externes (L. R. Aronson, H. Hediger,
M. W. Schein et E. B. Haie) ou le rôle relatif des stimuli internes et
externes (B. E. Ginsburg, D. S. Lehrman, R. A. Hinde) ; deux travaux
sur les mécanismes sexuels chez le rat ou la souris de laboratoire
(T. E. McGill, J. de Groot) ; une étude sur le rôle des expériences sexuelles
antérieures chez le chat (J. S. Rosenblatt). En ce qui concerne les
anthropoïdes, une étude de I. de Vore s'attache à la dominance du mâle
et à la formation du couple chez le babouin, tandis que H. F. Harlow
apporte une très complète étude du comportement sexuel du macaque
Rhésus dans laquelle il faut signaler, en marge du comportement sexuel
lui-même, l'intéressante description de différences caractérielles liées
au sexe et manifestement non apprises.
En ce qui concerne l'homme, nous trouvons des approches fort
diverses et assez complémentaires. Le « rôle » lié au sexe est envisagé
par trois auteurs sous des angles différents. J. L. Hampson partant de
cas cliniques — des sujets ayant subi un changement de sexe biologique
par traitement hormonal — est amené à considérer le sexe psycholo
gique comme essentiellement appris et à postuler une véritable « neu
tralité psychosexuelle » à la naissance plutôt qu'une bisexualité.
R. R. Sears étudie le développement de la sexualité psychologique avec
des tests (notamment l'agressivité à travers le permissive doll play) et
la met en corrélation avec diverses attitudes éducatives. Il peut ainsi
montrer qu'elle est déjà nettement différenciée à 3 ans et que quatre
attitudes parentales ont une action féminisante, aussi bien chez le garçon
que chez la fille. De son côté, A. Kimball Romney réunit une série de
travaux qui mettent en évidence le rôle de la structure de la famille
(présence et autorité du père, rang dans la fratrie, type d'économie),
dans l'acquisition du rôle sexuel. PSYCHOLOGIE CLINIQUE ET PSYCHOLOGIE PATHOLOGIQUE 351
Sur un tout autre plan, celui de l'ethnologie comparée, W. Davenport
nous apporte un tableau très complet et particulièrement intéressant
de la vie sexuelle dans un groupe d'îles mélanésiennes où sur plusieurs
points la divergence est nette par rapport au comportement occidental.
Citons encore le travail de J. W. M. Whiting qui met en corrélation
l'âge d'apparition des règles avec les stress de la première enfance ;
celui de P. H. Gebbard envisageant divers facteurs « situationnels »
retentissant sur l'activité sexuelle (état physiologique général, variables
culturelles, expériences sexuelles antérieures) ; enfin, celui de W. H. Mast
ers et V. E. Johnson qui, sur un plan purement physiologique et avec
une méthodologie audacieuse, nous donne une description approfondie
du cycle des réponses sexuelles dans chaque sexe d'après l'observation
systématique de près de 700 sujets.
Gomme le fait remarquer F. A. Beach dans une synthèse finale,
cet ensemble de travaux d'origines diverses fait ressortir deux conclusions
méthodologiques : d'une part, les faits, techniques ou idées apportées
par une discipline intéressent souvent de façon directe une autre disci
pline, d'où l'intérêt des recherches intégrées et des confrontations inter
disciplinaires ; d'autre part, sur plusieurs points il s'avère que des rappro
chements entre des données émanant d'espèces animales diverses,
l'homme y compris, sont très significatifs, d'où l'intérêt d'une approche
largement comparative.
P. Jampolsky.
Henry (G. W.). — Masculinity and feminity (Masculinité et fémi
nité). — New York, Collier Books, 1964, 320 p.
Il s'agit de la réédition en un seul volume d'un ouvrage paru en
deux tomes en 1955 sous le titre All the sexes. L'auteur, psychiatre en
renom et créateur — directeur d'une fondation qui porte son nom
consacrée aux déviations sexuelles — y fait état d'une expérience de
30 années portant sur l'étude de près de 8 000 cas masculins et 1 000 cas
féminins. L'ouvrage, rempli de relations biographiques et de témoignages
de patients, est particulièrement concret et suggestif. Il est accessible
au grand public et plus spécialement destiné aux non-spécialistes que
leurs fonctions peuvent mettre en face de ces problèmes (éducateurs,
magistrats, prêtres, parents, etc.).
Des multiples exemples cités ressortent nettement : la complexité
de Pétiologie et le rôle primordial des attitudes et relations du couple
parental ; la diversité des modes d'adaptation sexuelle et le caractère
individuel de chaque cas ; les gradations et recouvrements qui se cachent
derrière les oppositions de notions telles que « normalité » et « homos
exualité » ou « féminité » et « masculinité » ; l'importance centrale de
l'adaptation sexuelle pour la personnalité tout entière et les autres
aspects de l'adaptation sociale.
P. Jampolsky. 352 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
Chauchard (P.). — Amour et contraception. — Paris, Marne, 1965,
294 p.
Dans une perspective humaniste et catholique utilisant les données
de la science, l'auteur mène le combat, à contre-courant, pour un vrai
contrôle des naissances conforme au progrès humain. La contraception,
« truc » matériel qui esquive le vrai problème, doit faire place à une
authentique éducation sexuelle basée sur la maîtrise de soi et la respons
abilité. Contrairement à la contraception, la continence bien comprise
n'est pas antinaturelle mais dans la ligne d'un amour plus humanisé
et d'une sexualité plus cérébralisée. Elle est dans le sens de l'évolution
et nous éloigne de l'animalité.
La sexualité conjugale normale et vraie est à base d' « esprit de
virginité », lequel n'est pas repliement refoulé mais disponibilité et
accueil. Il est aussi loin de la peur et de l'ignorance de la sexualité chez
1' « oie blanche » que du comportement sexuel des « névrosés de l'acco
uplement hygiénique ».
P. Jampolsky.
Heuyer (G). — Vingt leçons de psychologie médicale. — • Paris,
Presses Universitaires de France, 1966, 296 p.
Ces vingt leçons ont été données en 1964 à la Faculté de Médecine
d'Abidjan aux élèves de lre et 2e années. Elles constituent donc une
première initiation et mêlent avec éclectisme tout ce que le futur médec
in doit savoir des problèmes et des méthodes de la psychologie normale
et pathologique. Sont notamment envisagés : les perceptions et leurs
troubles ; l'intelligence, sa mesure et ses insuffisances ; les démences
et la schizophrénie ; l'hérédité, les instincts, l'émotivité, les déséquil
ibres psychiques ; la psychanalyse ; le conditionnement ; le milieu
familial et social et les réactions d'imitation et d'opposition ; la médec
ine psychosomatique et la relation malade-médecin. Signalons, en
introduction à ces leçons, un intéressant historique de la psychologie
médicale en France dans la pratique et l'enseignement.
P. Jampolsky.
Talland (G. A.). — Deranged Memory — A Psychonomic study
of the amnesic syndrome (Les perturbations de la mémoire. Une
étude du syndrome amnésique). — New York, Academic Press,
1965, 356 p.
Chez les korsakoviens, la perception, l'apprentissage, la rétention
et le rappel sont des processus qui se trouvent altérés à des degrés divers,
selon les malades et selon les différentes situations que traverse chaque
malade. D'après l'auteur, aucun de ces processus ne permet, à lui seul,
d'expliquer la psychopathologie du syndrome. Après avoir critiqué les
théories classiques relatives à cette maladie, et à la lumière de plusieurs
dizaines d'expériences rapportées dans cet ouvrage, le Dr Talland CLINIQUE ET PSYCHOLOGIE PATHOLOGIQUE 353 PSYCHOLOGIE
propose une explication centrée sur l'hypothèse d'un mécanisme acti-
vateur général des fonctions psychologiques.
Tout organisme est normalement en état d'activité. Celle-ci ne
s'effectue pas au hasard ; elle correspond à des « programmes » concernant
notamment la recherche d'objets susceptibles de satisfaire les besoins,
motivations, intérêts, etc., de l'individu. Une telle activité possède un
caractère séquentiel, dans la mesure où elle comprend une ou plusieurs
phases ou cycles successifs, chaque phase étant terminée par un acte
implicite de reconnaissance qui. opère sa « clôture » et permet le passage
à la phase suivante. Cet acte de reconnaissance doit être compris ici
comme un matching, un appariement, une sorte de décision selon laquelle
ceci (une réponse identificatrice, par exemple) convient à cela (le st
imulus présenté).
L'observation clinique et expérimentale révèlent que cette activité
de recherche est perturbée chez le korsakovien et qu'elle ne dépend pas
nécessairement de l'efficacité des processus mnémoniques. Tout se passe,
en effet, comme si, mis en demeure de réaliser une tâche d'identification
perceptive, d'élaboration de concept, etc., le malade achevait trop
tôt l'activité de recherche en acceptant volontiers un appariement
incorrect. Certes, un tel phénomène se produit également chez le sujet
normal, mais alors qu'il n'est que sporadique chez ce dernier, l'arrêt
prématuré constitue la règle plutôt que l'exception chez le korsakovien :
il constituerait ainsi, selon le Dr Talland la cause immédiate de toutes
les déficiences psychologiques inhérentes au syndrome.
Cependant, l'arrêt prématuré de l'activité de recherche de la « bonne
réponse » serait lui-même engendré par l'inefficacité relative du méca
nisme activateur général de la conduite, auquel on vient de faire allusion.
Cette hypothèse permet alors à l'auteur d'expliquer les troubles mnémon
iques du korsakovien. Lors d'un apprentissage normal, l'information
est probablement codée à l'intérieur d'une hiérarchie de systèmes struc
turés (catégories). Toutes choses étant égales par ailleurs, plus le nombre
de catégories relatives à une information acquise est élevé et plus il est
probable qu'elle sera évoquée au moment du rappel. Or, étant donné
la faiblesse des processus d'acfivation, l'activité de recherche du korsa
kovien ne peut être maintenue le temps nécessaire pour permettre le
codage dans plusieurs catégories ; la catégorisation effectivement réalisée
sera pauvre, elle pourra suffire à une reproduction ou à une reconnais
sance immédiate, mais elle demeurera impuissante pour satisfaire aux
exigences d'une mémoire différée.
Mais il reste à préciser la nature de ce mécanisme activateur. On
sait que les travaux, de psychophysiologie, réalisés depuis Magoun,
attribuent à la formation réticulée un rôle fondamental dans la plupart
des grandes fonctions de l'organisme, notamment dans les processus
de vigilance, perception et apprentissage. Toutefois, comme le reconnaît
Le Dr Talland, la neuropathologie du korsakovien n'autorise guère à
localiser dans la substance réticulée le mécanisme activateur qu'il
A. PSYCHOI,. f')7 21!

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.