Psychologie clinique et pathologique - article ; n°2 ; vol.75, pg 659-676

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1975 - Volume 75 - Numéro 2 - Pages 659-676
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1975
Lecture(s) : 77
Nombre de pages : 19
Voir plus Voir moins

Psychologie clinique et pathologique
In: L'année psychologique. 1975 vol. 75, n°2. pp. 659-676.
Citer ce document / Cite this document :
Psychologie clinique et pathologique. In: L'année psychologique. 1975 vol. 75, n°2. pp. 659-676.
doi : 10.3406/psy.1975.28120
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1975_num_75_2_28120Psychologie clinique et psychopathologie
Freeman (Th.). — A Psychoanalytic study of the psychoses. —
New York, Int. University Press, 1973, 356 p.
Important travail psychanalytique réalisé à la célèbre clinique
d'Hampstead, sous la direction d'Anna Freud et Dorothy Burlingham.
C'est d'ailleurs en utilisant les « schémas de profil » pour l'étude diagnos
tique et psychopathologique des enfants atteints de névroses, de troubles
graves du comportement, ou même d'états limites (border-line states),
mis au point par l'équipe d'A. Freud, que l'auteur va analyser ses
observations et traitements de psychotiques adultes (25 cas). Tout ceci
reste d'ailleurs dans une perspective analytique très orthodoxe où,
cependant, le Soi (Self) a une place importante, même au niveau
métapsychologique. Dès le premier chapitre consacré à la métapsycho-
logie des psychoses, sont longuement étudiés les investissements libid
inaux du Soi, et les problèmes de l'organisation sexuelle, de l'agressivité,
de l'organisation et des mécanismes de défense du Moi, du Sur-Moi,
de la régression et de la fixation, et des conflits chez la personnalité
prépsychotique. Après un exposé du « schéma du profil » ou plus exacte
ment des différents « schémas de profil » possibles, Freeman décrit, en
donnant des exemples concrets tirés de ses cas observés, les troubles de
la distribution de la libido dans les psychoses. Il envisage d'abord
l'investissement des objets (investissement réel et investissement déli
rant), puis l'investissement narcissique du Soi (utilisant en particulier
es travaux d'E. Jacobson). Il étudie ensuite longuement le rôle et
l'expression des conduites agressives et, dans le chapitre suivant, l'orga
nisation du Moi et l'épreuve de réalité (reality testing) dans les psychoses.
Il reprend alors l'étude des mécanismes de défense, dans l'attaque
psychotique initiale, puis au cours de la chronicisation et des rémissions,
en montre les relations existant entre les symptômes et les types de
défenses spécifiques. Il en arrive ainsi aux problèmes de la régression
psychotique : régression à la fois profonde et extensive, ou régressions
plus limitées touchant seulement le Moi, ou le Sur-Moi, ou le Soi. Tout
ceci reste très classique et se réfère à une dynamique et une topique de
la personnalité qui nous rappelle un peu celles que nous enseignait
autrefois D. Lagache (où le « Soi » prendrait en quelque sorte la place
du « Moi idéal narcissique ») avec ses défenses et ses conflits inter et
intrasystémiques. Une bonne manière en tout cas de se représenter, ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES 660
selon le modèle freudien, ce qui peut se passer au cours du processus
psychotique et de son traitement.
M. Postel.
Segal (H.). — Introduction à l'œuvre de Melanie Klein. — Paris,
Presses Universitaires de France, 1974 (2e éd.), 144 p.
Voici la traduction française (par E. Hawelka) d'un manuel d'ini
tiation à l'œuvre psychanalytique de M. Klein rédigé par la plus fidèle
de ses élèves, et paru à Londres en 1964. On y retrouve les notions
kleiniennes fondamentales étudiées dans l'ordre suivant : le fantasme,
la position paranoïde-schizoïde, l'envie, la position dépressive, les
défenses maniaques, la réparation et les stades initiaux du complexe
d'Œdipe qui apparaît pour la psychanalyste anglaise dès la première
année de la vie. Quelle que soit la position critique que l'on puisse adopter
devant une telle œuvre, il faut bien en admettre la cohérence, la rigueur
explicative et théorique, et la valeur heuristique dans les psychothér
apies d'enfants et de psychotiques. Melanie Klein a pris une place
prépondérante parmi les grands psychanalystes de l'époque post
freudienne.
J. Postel.
Besancon (A.). — L'histoire psychanalytique, une anthologie. —
Paris, La Haye, Mouton Edit., 1974, 384 p.
Ce recueil de textes se propose de donner une idée de ce que la psy
chanalyse a déjà pu faire pour l'histoire ; le choix est du côté de l'histoire
« entre le psychanalyste le plus profond mais mauvais historien et
l'historien qualifié, quoique psychanalyste pataud, nous donnons la
priorité au second ». La variété de la sélection nous oblige à un choix,
tout aussi arbitraire et personnel que celui opéré par l'auteur lui-même.
On attend de la psychanalyse un progrès de la connaissance historique,
par une centration sur l'inconscient. Mais s'il existe un changement
fondamental de la nature humaine au cours de l'évolution
si l'appareil psychique change, on n'a plus aucune chance de comprendre
l'inconscient dans le matériel d'une autre époque. Malgré l'adhésion à
cette doctrine du changement, F. E. Manuel conclut son étude en affi
rmant que la psychanalyse classique, « bien que son avenir en tant que
thérapeutique soit incertain, pourrait, en tant qu'instrument historique
connaître une renaissance, les morts ne demandent pas d'être guéris,
mais seulement d'être compris ».
La position de Devereux nous paraît plus féconde : l'appareil psy
chique serait une combinatoire dont certains éléments sont manifestes
à telle époque, latents à telle autre, mais tous présents et mobilisables
et par conséquent intelligibles. La très brillante démonstration que fait
Devereux pour illustrer son point de vue dans Une application à l'histoire
de Sparte, nous montre la psychanalyse comme une méthode auxiliaire PSYCHOLOGIE CLINIQUE ET PSYCHOPATHOLOGIE 661
parmi d'autres auxquelles l'historien fait appel pour comprendre et
interpréter le sens et les causes des phénomènes historiques. Nous ne
pouvons citer tous les textes de cette anthologie, qui sont certes intéres
sants et d'une lecture très enrichissante ; peut-être celui de Norman
O. Brown est-il le plus subversif car il fait éclater l'histoire en montrant
comment un événement historique se fabrique, qui le fait, et avec quels
matériaux, avec quelle énergie et quels effets. Le rôle de la psychanalyse
serait alors de jeter un autre regard sur le réel et non pas seulement
d'ajouter une pierre à un édifice déjà tout monté.
R. Menahem.
Sarnoff (I.). — Testing freudian concepts. An experimental social
approach. — New York, Springer, 1971, xi-276 p.
C'est essentiellement une méthodologie rigoureuse pour des recherches
théoriquement adaptées au champ des concepts freudiens et éthiquement
acceptables qui nous est proposée ici. L'élaboration en a été faite à
partir de travaux de l'auteur ou de ses disciples et publiés depuis 1965 ;
elle représente un bon cadre méthodologique pour le contrôle d'acquis
itions recueillies à partir de toute pratique clinique.
R. A. V. Mallet.
Eysenck (H. J.), Wilson (G. D.) (Eds). — The experimental study
of freudian theories. — Londres, Methuen, 1973, 405 p.
Recueil de 21 articles consacrés à des tentatives de justification
expérimentale ou de contestation des théories freudiennes. Ces articles
connus sont dus à près de trente auteurs et ont été publiés pour la pre
mière fois entre 1951 et 1972. Les présentateurs proposent chacun
d'eux une critique méthodologique et suggèrent diverses interprétations
des résultats.
R. A. V. Mallet.
Hall (C. S.), Nord by (V. J.). — The individual and his dreams. —
New York, Signet book from New American Library, 1972, 204 p.
« Une exploration fascinante de l'esprit avec un guide détaillé sur
la façon d'analyser vos propres rêves », tel est le sous-titre alléchant de
ce livre qui donne la plus grande place, en nombre de pages, à une telle
entreprise.
Cinquante mille rêves ont été analysés pendant vingt-cinq ans par
les auteurs, qui ont signé un tiers des ouvrages cités dans leur biblio
graphie, de près de cent titres. Ce ne sont pas, il faut y insister, des rêves
faits en « laboratoire ». De Freud ou de Jung, de Kafka ou de Kerouac,
d'un écolier ou d'un montagnard, d'un Américain ou d'un aborigène
d'Australie, ces rêves sont des récits qu'il faut bien distinguer, nous
dit-on, du rêve vécu ou du rêve remémoré pour-soi par le rêveur. C'est 662 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
donc sur une analyse du texte du récit que porte ce travail qui s'inspire
de la méthode standardisée d'Osgood dite d' « analyse de contenu »
du discours.
Les « séries » de rêves étudiées comprennent pour un individu au
minimum 60 rêves dont les thèmes les plus fréquents sont d'abord
l'hostilité (5/7) et ensuite la bienveillance, l'agressivité, la sexualité, la
nourriture ou les activités de la vie quotidienne du rêveur.
Aucune théorie définitive n'est proposée, mais seulement une concep
tion de la valeur du rêve comme moyen de connaissance de soi, de la
vie des groupes ou du fonctionnement des institutions. Analyse du
contenu, indice de cohérence interne des thèmes, confrontation après
coup avec la biographie du rêveur, telle est la démarche proposée.
La comparaison du symbolisme des rêves (métaphorique ou déno-
tatif) avec le symbolisme de la vie éveillée faite de pensées, de sentiments
ou de fantaisies, nous rappelle un peu les travaux sur les « sources
anthropologiques de l'imaginaire » (de G. Durand) ou sur le « symbolisme
phonétique » (de J.-M. Peterfalvi).
Bien que s'appuyant sur la théorie freudienne de l'interprétation
du rêve (satisfaction hallucinatoire de désirs infantiles, d'une part, et
contenus inconscients qui ignorent le passage du temps, d'autre part),
ce « guide » nous semble négliger la « résistance » qui prélude chez tout
individu à la découverte de son inconscient.
N. Zuili.
De la caractérologie à la personnologie. — Paris, Presses Universit
aires de France, 1973, 160 p.
Ce fascicule constitue le quatorzième numéro de la Revue internatio
nale de caractérologie. Il présente une tentative de renouveau de la
caractérologie qui se veut fldèle à elle-même tout en se renouvelant par
un apport structuraliste. Les articles qui constituent ce numéro sont
rassemblés sous trois rubriques : « Objet », « Moyens d'approche »,
« Elargissement ». Un propos liminaire de Clément Féraud, secrétaire
général de la revue, présente l'essentiel des critiques faites actuellement
à l'approche caractérologique.
R. A. V. Mallet.
Duval (J.), Wicklund (R. A.). — A theory of objective self
awareness. — • New York, Academic Press, 1972, x-238 p.
Une théorie de la conscience objective de soi a nécessairement pour
corollaire une théorie de la conscience subjective de soi. L'ouvrage
comporte deux parties d'inégale importance consacrées chacune à l'un
des deux aspects de la conscience de soi.
Ce travail a été élaboré pour constituer un système de référence
fécond pour ceux qui s'intéressent à la personnalité et aux motivations. PSYCHOLOGIE CLINIQUE ET PSYCHOPATHOLOGIE 663
Une typologie descriptive de la dépendance réciproque des individus
et des institutions peut y trouver son appui.
Les auteurs éprouvent leur théorie en la confrontant à diverses
expériences connues, à la pensée de Mead et de Piaget et en s'y référant
pour interpréter divers comportements.
Ce travail utile et bien fait appelle de nouveaux développements
qui trouveraient mieux leur place dans une culture qui ne soit pas
américaine.
R. A. V. Mallet.
McReynolds (P.) (Ed.). — Advances in psychological assessment
(vol. II). — Palo Alto, California, Science and Behaviour Book Inc.,
1971, 395 p.
Il s'agit du second volume, paru en 1971, d'un ouvrage consacré
aux développements récents des techniques d'évaluation en psychologie.
Les méthodes d'évaluation sont présentées et développées ici dans
la mesure où elles apportent des éléments nouveaux dans l'étude d'un
problème particulier, celui de la personnalité et non pas en tant que
telles. Elles sont loin de se limiter aux tests psychométriques. Elles
comprennent aussi bien les échelles d'appréciation que les analyses de
contenu verbal et les jeux expérimentaux.
Comme le souligne McReynolds dans sa préface, ces techniques sont
sous-tendues par des modèles différents de la théorie de la personnalité.
Ces modèles se ramènent à trois principaux : le modèle de l'attribut, le
modèle décisionnel et le modèle analytique.
Le premier repose sur la notion de trait et a été fortement ébranlé
par la notion de validité de construct. Le second accorde plus d'intérêt
à la « d'utilité » d'une information (éventuellement en vue d'une
orientation thérapeutique). Le troisième modèle dit analytique (déno
mination discutable à bien des égards), se caractériserait, entre autres,
par le fait qu'il vise la description d'un comportement déterminé dans
une situation déterminée. Dans ce modèle qui s'accommode d'une gamme
étendue de techniques, l'accent est mis à la fois sur les déterminants
intra-organismes (c'est-à-dire personnels) et situationnels. On reconnaît
là les approches interactionnistes.
Ce second tome, outre une introduction qui donne une vue synthé
tique des principales tendances de la psychologie de la personnalité,
fournit avec ses 14 chapitres des informations détaillées sur des domaines
extrêmement divers que l'on pourrait regrouper de différentes manières
et notamment en fonction des modèles auxquels ils se réfèrent.
Nous les avons regroupés, pour la commodité de la revue, en fonction
des contenus et des techniques. En ce qui concerne le premier point, on
trouvera des analyses des « lieux » (K. H. Craik) ; de l'aptitude à diriger
(M. D. Dunette) ; de l'agression (E. I. Megargee et E. S. Menzres) ; de
la motivation intrinsèque (P. McReynolds) ; des effets de la psycho- 664 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
thérapie ( E. Lichtenstein) ; des dimensions de la psychose (M. Lorr) ;
des agents neurorégulateurs (J. D. Barkas et coll.). En ce qui concerne
les techniques, on lira avec le même intérêt le chapitre sur l'automati
sation des procédures d'évaluation (G. J. McKlett et D. K. Pumroy) ;
l'utilité du Personality Research Form dans les choix professionnels
(F. F. Siess et D. N. Jackson). On sait que ce questionnaire récent a
bénéficié dans son élaboration des innovations méthodologiques propo
sées par Campbell et Fiske : approche multitrait-multiméthode ; on
trouvera aussi une mise à jour des travaux sur le T. A. T., ainsi qu'une
revue sur l'utilisation des jeux expérimentaux dans l'étude de la personn
alité (R. J. Harris). Le dernier chapitre fournit une revue historique
des questionnaires et inventaires de personnalité par un spécialiste de
la méthodologie des questionnaires (L. R. Goldberg).
L'énumération des différents chapitres donne peut-être une impres
sion de manque d'unité. Ce n'est pas ce qui ressort de la lecture du livre.
Il s'agit d'un ouvrage de base aussi indispensable au chercheur spécialiste
dans le domaine de la personnalité qu'à l'enseignant qui s'intéresse à
une présentation synthétique de telles études.
L'importante bibliographie, qui comporte plus de 1 200 références,
constitue en outre une source précieuse de renseignements.
M. de Bonis.
Millon (T.), Millon (R.). — Abnormal behavior and personality. —
Philadelphia, Saunders Company, 1974, 535 p.
Le comportement anormal et la personnalité, le titre même de ce manuel
de 535 pages, indique le double but que veulent atteindre les auteurs.
D'une part, donner aux étudiants une description concrète, vivante de
ce qu'est un comportement anormal, d'autre part définir avec rigueur
et impartialité ce qu'est la personnalité pathologique.
Pour être concret, vivant, accessible aux étudiants débutants et à
tous ceux qui s'intéressent aux sciences humaines les auteurs consacrent
deux longs chapitres aux comportements déviants tels qu'on les rencontre
dans la vie quotidienne, abnormal personalities in every-day life, essaient
de rester le plus près possible de l'expérience vécue par la majorité des
gens. Pour chaque névrose ou psychose étudiée ou pour chaque caractère
pathologique passé en revue, un cas clinique illustre la description
proposée.
Enfin, dans la première partie qui traite des différentes approches de
la personnalité : behavioriste, psychanalytique, phénoménologique,
biophysiologique ou socioculturelle, les portraits photographiques de
toutes les célébrités sont offerts à notre curiosité. Illustrations, carica
tures, dessins humoristiques, reproductions de tableaux célèbres, photo
graphies réalistes se succèdent d'ailleurs à un rythme soutenu pour
rappeler au lecteur distrait qu'il a affaire à une « science concrète ».
En ce qui concerne la description théorique de la personnalité patho- CLINIQUE ET PSYCHOPATHOLOGIE 665 PSYCHOLOGIE
logique, les auteurs présentent le plus objectivement possible les différents
courants qui se dégagent, en particulier depuis les années 60 (puisque le
livre est une révision d'un ouvrage écrit en 1960, Psychopathologie
moderne, mais ils ne cachent pas leur préférence pour les théories de
l'apprentissage et les thérapies du comportement. Cependant les avan
tages et les inconvénients de chaque méthode thérapeutique sont pré
sentés avec une volonté d'objectivité louable.
L'ouvrage comprend 6 parties :
I. — Les approches du comportement pathologique et de la personn
alité.
II. — Les déterminants du anormal et de la personn
alité.
III. — Les anomalies modérées.
IV. — Les sévères.
V. — Les autres anomalies.
VI. — Les orientations futures.
Certaines descriptions peuvent paraître naïves comme la prétention
de « guérir » les homosexuels en leur montrant des photographies
d'hommes nus tout en leur administrant des secousses électriques dans
le mollet [aversive learning, p. 43), certaines irritantes comme la frag
mentation des troubles mentaux en unités symptomatiques traitées par
les ordinateurs, mais dans l'ensemble l'ouvrage est de lecture facile,
attrayante, et évite une « jargonophasie » rebutante pour les non.
spécialistes.
A. M. Mairesse.
Calhoum (K.), Adams (H.), Mitchell (K.) (Eds). — Innovat
ive treatment methods in psychopathology. — New York, John
Wiley & Sons, 1974, 428 p.
S'adressant avant tout à des techniciens du comportement humain,
cet ouvrage a pour but d'aider le praticien à améliorer ses connaissances
dans le traitement des difficultés émotionnelles de l'individu. A cette
fin, il intègre de façon très complète et très savante un certain nombre de
données théoriques et de recommandations pratiques.
L'étude de la personnalité est vue sous différents angles et les sujets
traités sont distincts, mais un fil conducteur sous-tend tout l'ouvrage.
A travers quelques thèmes précis comme :
— les innovations dans le traitement des comportements anormaux ;
— le bégaiement : son et la théorie ;
— les aspects cliniques et théoriques de la dépression ;
— le traitement des déviations sexuelles ;
— les causes et le traitement de l'alcoolisme ;
— amélioration du comportement chez les délinquants ;
— étude du contrôle du processus cardiaque ;
— actions au niveau du des psychotiques, 666 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
une ouverture est tentée vers des aspects plus généraux de l'étude de la
personnalité. Parmi les plus importants on peut retenir des sujets ayant
trait :
— • à la nature des différentes théories de la personnalité et à leurs impli
cations possibles ;
— aux mécanismes ayant une action dans les variations du compor
tement ;
— à l'émergence des différentes phases chez l'enfant et l'adolescent ;
— à l'évaluation de la personnalité par l'usage des tests ;
— à l'apport de la psychothérapie, du counseling et des autres méthodes
du même genre et leur action dans la modification de la personn
alité ;
— aux différents modèles de mauvais fonctionnement attestant les
compétences de l'individu.
Dans cet ensemble d'exposés donnant des indications intéressantes
sur les causes de trouble, chaque auteur trace un bref aperçu de son sujet,
tente une approche théorique du trouble et fait une description générale
du traitement et de l'état des recherches, avec des données expériment
ales quand cela s'avère nécessaire.
G. Burlandi.
Mikulas (W. L.). — Behavior modification : an overview. — New
York, Harper, 1972, x-179 p.
Ce plaidoyer pour les thérapies comportementales a été conçu pour
permettre à un lecteur en recherche d'une solution pour un problème
précis de s'orienter rapidement parmi les diverses techniques connues et
la littérature, en suggérant éventuellement des extensions ou déplace
ments des champs d'application.
R. A. V. Mallet.
Strupp (H. H.), Bergin (A. E.), Lang (P. J.), Marks (I. M.),
Matarazzo (J. D.), Patterson (G. R.). — Psychotherapy and
behavior change 1973, an Aldine Annual on practice and research. —
Chicago, Aldine Publishing Company, 1974, 543 p.
Les éditeurs des Aldine Annuals rassemblent les articles parus dans
l'année dans diverses revues de langue anglaise qui présentent le plus
d'intérêt pour la recherche et ses applications. Le volume 1973 est le
troisième d'une série portant sur la psychothérapie et le changement de
comportement. Le choix des articles a été guidé par le souci des éditeurs
de permettre aux chercheurs et aux cliniciens de communiquer et de
promouvoir la recherche en psychothérapie telle qu'elle existe dans les
thérapies comportementales auxquelles deux chapitres de cet ouvrage
sont consacrés (désensibilisation systématique, immersion, techniques
d'entraînement à l'adaptation de la réponse). Après des considérations PSYCHOLOGIE CLINIQUE ET PSYCHOPATHOLOGIE 667
d'ordre général, l'étude des processus thérapeutiques et de leurs résultats
est abordée. Les deux dernières parties rassemblent des articles sur les
thérapeutiques de groupe, du couple et de la famille et sur les psychothér
apies analytiques.
M. Agathon.
Tissot (R.), Mounin (G.), Lhermitte (F.). — L'agrammatisme. —
Bruxelles, Dessart, 1973, 154 p.
Ce que les auteurs nomment « agrammatisme » est le déficit grammat
ical que l'on constate dans les formes graves de l'aphasie de Broca.
Définition restrictive qui exclut notamment les dyssyntaxies « altéra
tions variables et incidentes de l'organisation syntaxique... que l'on
observe dans l'aphasie temporale ». L'agrammatisme ainsi désigné
comme faisant partie d'un certain syndrome aphasique aurait descrip-
tivement ses caractères propres de « fixité », de régularité, de perma
nence dans le trouble de l'organisation grammaticale » (Alajouanine).
Dans les cas étudiés le diagnostic a été porté par des « cliniciens »
non linguistes. Chaque malade a été soigneusement réexaminé. L'écoute
des enregistrements de langage spontané ne laisse pas de doute sur
l'authenticité du « diagnostic ». Il ne restait donc à la linguistique qu'à
confirmer un indiscutable ; au mieux à l'expliciter. La li
nguistique est ainsi nettement située comme auxiliaire de la neurologie.
Soulignons que le groupe témoin était composé d'aphasiques de
Wernicke en nombre égal (19) à celui des agrammatiques, ce qui précise
encore le projet qui est d'affirmer la spécificité du trouble « agramma-
tique » dans l'ensemble des perturbations aphasiques.
Le protocole d'examen comprend d'une part un corpus que les
auteurs appellent spontané bien qu'il s'agisse surtout de récits provoqués,
d'autre part une série d'épreuves standardisées qui visent a priori à
mettre en évidence telle ou telle particularité du langage agrammatique.
Seules les réponses aux tests ont été systématiquement dépouillées — ce
qui n'est sans doute pas indifférent quant aux résultats de l'étude. Les
données ont subi un traitement statistique dont les auteurs eux-mêmes
déclarent que les résultats n'ont qu'une valeur indicative. Tout ce
travail est considérable ; il a permis un examen critique de ce que l'on
considère couramment comme les composantes de Pagrammatisme. La
conclusion des auteurs est que l'agrammatisme n'est pas réductible à
un schéma linguistique simple car si l'on note une désintégration des
rapports intersyntagmatiques (perte des conjonctions de subordination,
du pronom relatif) le trouble est aussi à l'intérieur du syntagme (manque
de l'article, absence des modalités verbales).
S'agit-il d'un trouble de la contiguïté comme le veut Jakobson ?
L'idée est évoquée et rapidement écartée. En revanche les auteurs
s'attardent sur la thèse de Goodglas selon laquelle il n'existe pas de
perturbation proprement agrammatique (pas plus d'ailleurs que de

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.