Psychologie différentielle - compte-rendu ; n°3 ; vol.86, pg 458-462

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1986 - Volume 86 - Numéro 3 - Pages 458-462
5 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1986
Lecture(s) : 18
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Psychologie différentielle
In: L'année psychologique. 1986 vol. 86, n°3. pp. 458-462.
Citer ce document / Cite this document :
Psychologie différentielle. In: L'année psychologique. 1986 vol. 86, n°3. pp. 458-462.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1986_num_86_3_29163Analyses bibliographiques 458
soient pas clairement établies au niveau des enfants, il convient de
dépister précocement les individus présentant un tel pattern et bien
évidemment de tenter de comprendre les raisons de son émergence.
— Dans le chapitre 6, Cartledge et Milburn proposent aux psycho
logues scolaires d'élargir leur champ d'action à la participation à des
programmes d'enseignement. Il s'agit ici d'enseigner des compétences
sociales aux élèves. Ici encore, une première phase du travail du psycho
logue va consister à évaluer le niveau initial des compétences de l'enfant.
Une large revue des différents moyens d'évaluation est présentée.
Cet article nous paraît pouvoir constituer la transition avec deux
autres contributions centrées sur des programmes d'interventions dans
les classes :
— Lévy fait un compte rendu de deux types de programmes expér
imentaux visant à une prévention des problèmes dentaires chez les
enfants.
— Fox et Kendall dans un long article fort intéressant, analysent
les effets d'un enseignement portant directement sur les stratégies de réso
lution de problème à acquérir. Ils s'intéressent en particulier aux possi
bilités de généralisation de tels apprentissages.
Nous classons isolément la contribution de Roser et Schauert concer
nant l'apprentissage de la lecture. Afin de fournir au psychologue un
nouvel éclairage sur les problèmes intervenant fréquemment au cours
de ce type d'apprentissage, les auteurs tentent, à l'appui d'un ensemble
de recherches, d'analyser d'une part les différentes composantes mises en
jeu dans l'activité de lecture et d'autre part, le processus d'enseign
ement de la lecture lui-même.
Cet article apparaît comme le seul, parmi ceux offrant des revues
de questions sur un point théorique précis, à tenter de dégager les
implications au plan de l'activité professionnelle du psychologue.
Du même coup s'il risque de ne pas répondre très directement aux
préoccupations des praticiens de la psychologie scolaire, cet ouvrage
pourra intéresser tous ceux qui sont à la recherche de documents de
synthèse étayés par de larges bibliographies sur les différents points
que nous avons évoqués.
A. Blaye.
PSYCHOLOGIE DIFFÉRENTIELLE
Weiner (E. A.) et Stewart (B. J.). — Assessing individuals : psychol
ogical and educational tests and measurements, Boston (ma), Toronto,
Little Brown, 1984, 209 p.
L'étudiant ou le psychologue qui recherche une synthèse des pro
blèmes actuels relatifs à la pratique des tests la trouvera dans cet différentielle 459 Psychologie
ouvrage conçu, précisément, en fonction de la double expérience d'ensei
gnant et de praticien des auteurs. Le texte, écrit avec une certaine pas
sion, comme pour défendre des « outils » que l'on sent menacés, demeure
toutefois concis et nuancé. Son contenu reflète parfaitement les préoc
cupations des constructeurs et consommateurs de tests aux Etats-
Unis où les épreuves standardisées d'intelligence et de connaissances
peuvent jouer un rôle déterminant sur la réussite aux examens et
concours. Des conséquences en sont tirées à l'intention de leurs utilisa
teurs. Une place importante est donc accordée à une réflexion sur les
aspects sociaux et éthiques inhérents à l'administration de tests. Parce
que l'on ne peut apprécier la valeur d'un test à la lecture de son manuel
sans un minimum de connaissances statistiques ; une présentation
notionnelle est faite des principaux concepts utilisés pour la
description des performances des individus et des groupes : niveaux de
mesure, indices de tendance centrale et de dispersion, indices de fidélité,
d'homogénéité, de validité, étalonnages, coefficients de corrélation. Un
inventaire des domaines d'utilisation des tests est dressé : tests d'intel
ligence, d'aptitudes, de connaissances scolaires, de personnalité, mesure
des intérêts... Chaque fois des exemples d'items sont donnés. Les aspects
théoriques sous-jacents aux mesures et les principaux travaux de
recherches effectués sur chacun de ces domaines sont évoqués. Exemple :
dans le domaine de l'intelligence les auteurs présentent les théories
factorielles de l'intelligence, discutent de la notion de qi, relatent les
principaux travaux sur la stabilité du qi et sur l'héritabilité de l'intell
igence. En conclusion un débat utile est amorcé sur le présent et le
futur de la psychométrie.
J. Aubret.
Goldstein (G.) et Hersen (M.) (Edit.). — Handbook of psychological
assessment, New York, Pergamon Press, 1984, 471 p.
En raison de l'étendue du sujet dont ils se proposaient de rendre
compte — l'Evaluation en Psychologie — et pour atteindre leur object
if « d'aller bien au-delà des frontières traditionnelles des tests psychol
ogiques », G. Goldstein et M. Hersen se sont assuré pour la rédaction
de ce manuel la collaboration de 34 coauteurs, travaillant pour la plupart
dans le domaine de la psychiatrie et de la psychothérapie.
L'ouvrage est subdivisé en neuf parties d'inégale importance.
Après une introduction (I) plaçant les méthodes standardisées
d'évaluation dans leur perspective historique, une deuxième partie,
méthodologique, présente les bases essentielles des différentes techniques
de construction d'une échelle. Cette partie introduit également les
notions fondamentales de métrologie (validité, fidélité, etc.), qui seront
utiles pour structurer les analyses ultérieures.
L'évaluation de l'Intelligence (III) ; celle des Performances, des 460 Analyses bibliographiques
Aptitudes et des Intérêts (IV) occupent un peu moins d'un tiers du
volume. C'est dans ces chapitres que sont discutées les différentes
conceptions de l'intelligence. On peut toutefois regretter que l'orienta
tion du manuel et l'esprit dans lequel il a été composé aient écarté
toute possibilité d'une référence (voire d'une allusion) à la théorie
opératoire du développement intellectuel.
Les échelles analysées (individuelles ou collectives) sont présentées
sous différents angles : historique, description des items, applications
cliniques, critiques et perspectives d'avenir. A propos des tests d'apti
tude sont abordés les aspects légaux (vis-à-vis des différentes régl
ementations des Etats-Unis) soulevés par l'utilisation des tests dans les
domaines de l'enseignement et du placement en éducation spécialisée.
Dans les chapitres qui traitent du domaine de la neuropsychologie
(partie V), les auteurs tentent une synthèse des différentes techniques
d'évaluation des désordres mentaux. En particulier, la psychométrie
classique orientée vers le bilan des performances, est mise en parallèle
avec l'approche « traitement de l'information » qui s'intéresse à l'analyse
des processus cognitifs ; ces deux courants sont présentés comme
complémentaires.
Dans la partie VI consacrée aux méthodes d'entretien psychiatrique,
une très grande importance est accordée aux diagnostics réalisés à l'aide
de questionnaires standardisés, l'analyse porte principalement sur des
études de validité.
L'évaluation de la Personnalité (VII), dans son aspect projectif,
est abordée à travers une revue des études les plus récentes utilisant le
Rorschach. Le mmpi, présenté comme le prototype des tests objectifs
de personnalité, est analysé dans sa version informatisée dont les avan
tages sont exposés de manière convaincante.
La partie VIII se réfère au domaine de la psychologie comporte
mentale et passe en revue les méthodes d'évaluation propres à ce cou
rant. Sont évoqués, en particulier, les problèmes épistémologiques et
éthiques soulevés par le développement des théories comportementales.
Une dernière partie (IX) porte sur l'évaluation des traitements
(pharmacologiques ou psychothérapiques) et évoque brièvement l'ut
ilisation des tests dans le domaine industriel.
Dans l'ensemble de l'ouvrage, les descriptions très détaillées des
instruments présentés sont illustrées de nombreux exemples.
Une importante bibliographie est fournie à la fin de chaque chapitre,
malheureusement de peu d'utilité pour le praticien de langue française.
Abstraction faite de quelques manquements à l'exhaustivité, ce
manuel constitue néanmoins un document de travail précieux pour qui
s'intéresse aux aspects différentiels de la psychopathologie.
D. Chartier. Psychologie différentielle 461
Eysenck (H. J.) et Eysenck (M. W.). — Personality and individual
differences, a natural science approach, New York, Plenum Press,
1985, 424 p.
Près de quarante ans après le premier écrit fondamental de
H. Eysenck, Dimensions of personality, ce manuel est la synthèse, une
synthèse guidée par un modèle, de l'ensemble des recherches portant
sur la personnalité dans le cadre de la théorie factorielle des traits.
L'ouvrage est simplement présenté et clairement construit et chaque
point de la démarche est expliqué et justifié ; toutefois les lecteurs
débutant dans le domaine de la personnalité risquent de se sentir rap
idement découragés : ce manuel qui est présenté — c'est presque un
usage — comme une « introduction », nécessite en fait la maîtrise de
notions psychologiques et épistémologiques fondamentales et une cer
taine familiarité avec la méthodologie de la psychologie différentielle.
Les auteurs veulent montrer qu'on peut dégager en psychologie, à
l'image des sciences de la nature, de grandes lois, s'appuyant sur un
petit nombre de concepts précis, permettant des hypothèses susceptibles
d'expérimentations et aidant à l'explication d'un grand nombre de faits.
Le modèle est bien connu : trois dimensions temperamentales, l'extra-
version, le névrotisme et le psychotisme, auxquelles on adjoint ici
l'intelligence ; soit quatre dimensions orthogonales, dotées chacune d'une
structure hiérarchique. Le court chapitre consacré à « la dimension
cognitive » — et, notamment, aux mesures du qi par potentiels évo
qués — est d'un intérêt tout particulier.
L'ouvrage comporte deux parties : la première est une présentation
du modèle, de son histoire, de son cadre conceptuel et des techniques
auxquelles il fait appel, comme l'analyse factorielle. C'est aussi une
justification du choix de ce modèle : d'abord par sa valeur explicative
de données allant de la génétique aux comparaisons interculturelles,
et aussi par la confrontation du modèle aux autres grandes conceptions,
notamment celles de Gattell, Guilford, Costa et McCrae, Gough ou
Edwards. La deuxième partie est un exposé de résultats expérimentaux
extraits de domaines très divers et portant soit sur des comportements
assez simples : apprentissage, mémoire, motricité ou perception, soit
sur des conduites complexes : interactions sociales, conduites sexuelles,
réussite scolaire et professionnelle, conduites antisociales ou troubles
psychiatriques.
La qualité première de l'ouvrage est, à l'évidence, son unité : unité
de la conception (c'est un ensemble structuré et non une somme de
contributions) et unité de l'objet (une seule théorie est choisie avec un
sain parti pris). La clarté est sans doute le deuxième trait essentiel :
clarté du modèle, des comptes rendus expérimentaux (certains
sont toutefois très allusifs mais complétés par une bibliographie récente
et fournie), clarté des interprétations (et honnêteté dans la présentation
des discordances ; on peut ainsi suivre l'évolution de la notion d'impul- Analyses bibliographiques 462
si vite. L'originalité des conceptions de H. Eysenck est évidemment
réaffirmée avec, en particulier, l'importance des facteurs génétiques ou
la continuité du biophysiologique au psychosocial.
Il reste à souhaiter que ce livre soit rapidement traduit.
Y. Forner.
PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL
Mitai (A.) (Edit.). — Trends in Ergonomics, Human Factors, I, Mid-
Central ergonomics, Human factors Conference April 84, Amsterdam,
New York, North- Holland, 1984, 367 p.
Ce livre, composé de 59 courts chapitres, auxquels 97 auteurs ont
collaboré, est constitué pour l'essentiel par des communications pré
sentées en avril 1984 à un congrès régional d'ergonomie organisé par
l'Université de Cincinnati (Ohio). De ce point de vue, l'ouvrage témoigne
de la vitalité de la discipline aux Etats-Unis, qui peut s'offrir le luxe
de congrès régionaux de belle importance, mais présente en retour
l'inconvénient de distorsions thématiques dues à la sur-représentation
de certaines équipes, celles de l'Université de Cincinnati tout particulièr
ement. On ne peut donc probablement pas considérer l'ensemble de
l'ouvrage comme reflétant les grandes tendances actuelles ni de toute
l'ergonomie internationale, ni même de l'ergonomie nord-américaine,
qui occupe toujours une place incontestable de leader dans la discipline,
en particulier pour ce qui est des applications à des secteurs technolo
giques de pointe.
On peut noter tout d'abord dans le titre du livre l'usage, encore
rare aux Etats-Unis, du mot Ergonomics, associé à Human Factors,
plus couramment employé.
Les thèmes traités restent très classiques et sont regroupés en
11 sections : attention et vigilance, biomécanique, interaction homme-
ordinateur, processus cognitifs, travail manuel, organisation, méthodes
d'analyse, sécurité, formation, aménagement de postes, et une section
de thèmes généraux (qui, à dire vrai, ne sont pas très généraux et
auraient pu tout aussi bien être intégrés dans les sections précédentes).
Aucun domaine d'application ne semble avoir été particulièrement
dominant, pas même l'informatique qui, dans presque tous les congrès
internationaux d'ergonomie, polarise aussi bien les recherches que les
applications et qui n'intervient ici que modestement.
La majorité des chapitres provient d'auteurs qui sont des psycho
logues ou du moins traitent de thèmes dans lesquels la psychologie
tient une place centrale, mais nous n'avons guère trouvé de contribu
tions vraiment originales ni sur le plan théorique, ni sur le plan méthodol
ogique. Les références à des courants théoriques récents sont excep-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.