Psychologie industrielle - compte-rendu ; n°1 ; vol.77, pg 278-282

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1977 - Volume 77 - Numéro 1 - Pages 278-282
5 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 1977
Lecture(s) : 23
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Psychologie industrielle
In: L'année psychologique. 1977 vol. 77, n°1. pp. 278-282.
Citer ce document / Cite this document :
Psychologie industrielle . In: L'année psychologique. 1977 vol. 77, n°1. pp. 278-282.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1977_num_77_1_30441278 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
des « cœurs chauds » (discours inspirés, improvisés) ; c) le discours « pur »
(symbolique et rituel).
La hiérarchisation et l'organisation de la classification linguistique
chamula dépendent de deux principes complémentaires qui sont l'espace
et le temps, réunis dans un même concept dont le réfèrent reste la divi
nité solaire, principe cosmogonique et socio-régulateur. La thématique
du temps et de l'espace ordonne l'ensemble de la vie sociale et informe
les systèmes de représentation. C'est ainsi que l'éloignement dans l'espace
social est interprété comme un éloignement dans le temps : le temps est
projeté dans l'espace selon des lignes concentriques qui définissent tout
à la fois, suivant leur distance au centre, des déviances et des archaïsmes.
La tradition orale chamula qui traduit ces représentations et ces
constructions est alors définie par l'auteur comme un fait social : elle
est normative dans la mesure où elle tend a situer l'ordre dans
l'ordre naturel, à accommoder la nouveauté selon le même principe qui
donne de la crédibilité et de la stabilité à la tradition. Elle fonctionne
donc comme un système d'informations normatives sur l'homme et sur
l'univers. Malgré une formalisation sophistiquée et une démonstration
souvent logique, l'auteur n'échappe pas aux critiques généralement
adressées à ce type de recherche qui, à trop vouloir chercher la cohérence
entre les différents domaines de la réalité sociale et culturelle à partir
des taxonomies qui les classent, néglige les discordances, l'effet des
changements, la variété des comportements psychologiques ou sociaux.
J. Rabain.
Psychologie industrielle
Age et contraintes de travail. Aspects sociologiques, psychologiques,
physiologiques. — Jouy-en-Josas, N.E.B. Editions scientifiques,
1975, 373 p.
Fruit d'un colloque organisé en 1973 à Paris par le Laboratoire de
Physiologie du Travail, cet ouvrage pose un jalon pour le développe
ment des recherches en matière de conditions de travail, sur un problème
encore peu exploré mais dont les implications sociales sont d'importance
majeure : l'analyse de la charge de travail dans son interdépendance avec
les phénomènes de vieillissement.
Ce colloque réunissait des chercheurs, français et étrangers, de disci
plines diverses : sociologues, psychologues, physiologistes, médecins,
ingénieurs et ergonomistes industriels. Leurs contributions, rassemblées
dans cet ouvrage, sans viser à un bilan exhaustif des travaux qui inté
ressent le sujet, fournissent cependant une bonne vue d'ensemble des
différents aspects des problèmes posés par la charge de travail des travail
leurs vieillissants. On y trouvera :
— des données démographiques et sociologiques situant l'importance
sociale de l'emploi des personnes d'âge « moyen » ; PSYCHOLOGIE INDUSTRIELLE 279
— des synthèses sur l'évolution avec l'âge des phénomènes biologiques
et des fonctions physiologiques et psychologiques ;
— des résultats de recherche sur les relations entre caractéristiques du
travail et âge des ouvriers, dans divers secteurs industriels ;
— des éléments de base sur la notion de charge de travail et quelques
méthodes d'évaluation ;
— des de réflexion permettant de traduire les connaissances
générales acquises sur l'homme au travail en termes de recommand
ations pour la conception des moyens de travail.
Chacun de ceux qui se trouvent concernés par les problèmes de condi
tions de travail devrait donc lire avec profit cet ouvrage. Ceux qui ont à
intervenir directement dans le processus de formation des conditions
de travail, à un titre ou à un autre, y trouveront des éléments utiles pour
définir des moyens propres à atténuer les aspects critiques des situations
de travail pour les travailleurs de plus de 40 ans. Mais il n'y trouveront
pas pour autant réponse à toutes leurs questions. Le problème posé n'est
apparu que trop récemment dans les préoccupations des chercheurs et
certaines communications s'apparentent davantage à la définition d'un
programme de recherche qui reste à réaliser qu'à l'exposé d'un savoir
assuré. Les chercheurs pourront ici mesurer l'ampleur du champ qui
reste à explorer, et l'on souhaiterait qu'ils soient plus nombreux à s'enga
ger dans les diverses voies de recherche que suggère la lecture de cet
ouvrage.
C. Gadbois.
Chapanis (A.) (Ed.). — Ethnie variables in human factors engi
neering. — Baltimore and London, The Johns Hopkins University
Press, 1975, 290 p.
Les communications présentées à un symposium sur « Les variables
nationales et culturelles en ergonomie » sont rassemblées dans cet ouvrage.
Le symposium s'est tenu à Oosterbeet, Hollande, les 19-23 juin 1972, sous
les auspices du groupe conseil en ergonomie de l'O.T.A.N. Le long délai
qui a séparé cette conférence et la publication enlève une partie de l'actual
ité de cet ouvrage.
Le livre est composé de quatre parties : l'étude des variations anthro
pométriques, l'étude de variations sociales et culturelles, des études
d'aménagements localisés (clavier, machine à écrire), urbanisme et
habitat.
Il est regrettable (comme le fait remarquer Chapanis lui-même) que
tant de travaux soient consacrés à l'anthropométrie et beaucoup moins
à l'influence des données interculturelles.
Tel qu'il est, cet ouvrage montre d'abord l'intérêt d'une approche
internationale de l'ergonomie d'un point de vue social et économique.
Tous les aménagements de boutons, claviers et machines à écrire sont 280 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
sous-tendus par cette idée — sauf évidemment pour les machines à
écrire, les résultats sont d'ailleurs assez homogènes.
C'est également dans cette perspective que des problèmes jusqu'alors
négligés comme allant de soi dans une ergonomie « nationale », tels que la
lisibilité des textes, des notices techniques (J. A. Voets), des symboles
et des dessins (H. W. Sinaiko-Ghwyndham), prennent toute leur acuité
dans un contexte international : souvent l'efficacité de l'action est liée
à la qualité de la traduction.
On peut regretter que ces études restent au niveau du simple
constat.
En ce qui concerne l'organisation sociale, les considérations sur les
positions traditionnelles d'une part et les rapports de la vie de travail,
vie hors travail d'autre part, que l'on trouve dans le chapitre sur l'erg
onomie aux Indes (C. N. Daftuar), sont particulièrement intéressantes ;
la transition de la vie paysanne à la vie industrielle en Afrique (Wyn-
dham) et les problèmes de différences de conceptions dans l'habitat
selon la structure sociale et familiale (Givoni) sont également très
instructifs.
Le principal intérêt de cet ouvrage réside dans la comparaison inter
nationale qui, d'un point de vue méthodologique, oblige à une approche
contrastée des problèmes : l'utilisation de variables indépendantes
différentes, anthropométriques, culturelles, sociales, soulignent ou accen
tuent l'importance de certains problèmes ergonomiques souvent connus,
mais plus difficiles à cerner dans un contexte national.
A. Weill-Fassina.
Poulton (E. G.). — Tracking skill and manual control. — New
York, Academic Press, 1974, 427 p.
L'auteur de cet ouvrage présente de manière exhaustive les travaux
conduits dans le « champ de l'habileté à la poursuite et du contrôle
manuel ».
Une première partie délimite le champ traité, introduit quelques
grands critères de classement des situations, présente les principales
catégories de notation et met en garde contre des erreurs méthodolo
giques dans la conception des expériences. La deuxième partie qui,
comme tout le reste de l'ouvrage, est organisée selon les différents types
de situations de poursuite : à échelon simple, à échelons multiples, à
rampe, sinusoïdale, directe et par compensation, assistée, etc. Ce livre
constitue un inventaire bien organisé d'une masse considérable de résul
tats. Il comporte une bibliographie de vingt pages et un index détaillé
qui en font un bon instrument de travail.
L'auteur a fait un effort pédagogique important pour présenter les
recherches de manière claire — ce qui n'est pas un minime mérite dans
ce domaine où les auteurs utilisent souvent une technologie complexe PSYCHOLOGIE INDUSTRIELLE 281
et ne font pas toujours l'effort d'en présenter les produits de façon
lisible. On appréciera les nombreux graphiques et leurs commentaires
qui aident beaucoup à faire passer les informations utiles. On regrettera
peut-être que certaines données techniques, parfois évoquées un peu rap
idement au cours d'un chapitre (par exemple les fonctions de transfert)
n'aient pas été rassemblées dans la partie introductive, ce qui aurait
permis d'en donner une explication plus systématique et de mieux les
coordonner.
Il reste que cet ouvrage n'est pas organisé selon une problématique
psychologique. S'il peut être utile au psychologue, c'est par la matière
première qu'il lui apporte. Son exploitation la plus directe sera faite
par les psychologues participant à la conception de certains systèmes
techniques de contrôle — encore que la transposition des résultats
expérimentaux à des tâches industrielles ne soit pas sans problèmes —
problèmes non explicitement envisagés dans ce livre.
J. Leplat.
Wexley (K. N.), Yukl (G. A.). — Organizational behavior and
industrial psychology. — New York, Londres, Oxford University
Press, 1975, 641 p.
Cet ouvrage présente une série d'articles sur la psychologie du travail
dans les entreprises et les organisations. Les auteurs ont délibérément
cherché à ne donner que des textes récents (trois quarts des articles sont
postérieurs à 1970) et à tirer parti d'une enquête menée par Oxford
University Press auprès des enseignants de psychologie des organisat
ions, dans les départements de psychologie et dans les écoles de « mana
gement ». Chaque chapitre est précédé par une courte et claire introduct
ion qui présente les différents courants de recherche et d'action et
suggère une liste de lectures supplémentaires.
Le livre comporte 8 chapitres qui représentent bien les grands
domaines actuels de la psychologie des organisations aux Etats-Unis :
satisfaction et motivation ; leadership et prise de décision ; organisation,
structure, technologie et environnement ; développement de l'organi
sation et conflits ; évaluation et management par objectif ; sélection
du personnel ; formation ; conditions de travail. On retrouve parmi les
auteurs tous les « grands noms » de la psychologie des organisations en
Amérique — ' Fiedler, Fleishman, Porter, Lawler, Vroom, Dunnette...
Mais on parle beaucoup de Maslow, Woodward, Herzberg, Likert,
Mac Gregor sans que des textes originaux apparaissent : c'est quelquef
ois dommage parce que le lecteur est invité à entrer au milieu d'une
discussion dont le premier acte manque.
Qu'est-ce qui intéressera spécialement le lecteur français ? L'excellent
chapitre sur satisfaction et motivation qui sort des discussions facto-
rielles pour mettre l'accent sur les modèles plus récents, et trop peu 282 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
connus en Europe, de Locke et de Porter. Le chapitre sur les problèmes
de sélection qui permettra aux lecteurs français de faire le point sur les
modèles traditionnels de validation et les modèles plus récents, que
justifient les faits, et qui tiennent compte des paramètres situationnels
et des interactions entre variables prédictrices, mais surtout d'apprendre
comment fonctionnent aux Etats-Unis les lois anti-discrimination et
comment sont organisés les assessment centers où les évaluateurs sont
eux-mêmes des cadres de l'entreprise. Egalement le chapitre consacré
au leadership et à la prise de décision où les étapes de la recherche appli
quée sont bien marquées : recherches de l'Université d'Ohio qui ont
dégagé deux dimensions indépendantes (considération, initiating struc
ture) pour décrire le comportement des leaders, recherches plus récentes
sur la contingence, et le rôle de variables modératrices que jouent les
caractéristiques organisationnelles, et modèles plus exhaustifs encore
qui tiennent compte non seulement de l'influence des leaders sur la
performance de leurs subordonnés mais également sur les buts que
ceux-ci se fixent et les motivations qui en découlent. En résumé, ce livre
de readings est un bon outil de documentation qu'il faut recommander
aux spécialistes de psychologie du travail.
C. Lévy-Leboyer.
Psychologie clinique et pathologique
Fromm (E.). — La mission de Sigmund Freud. — Complexe, 1975,
110 p.
L'édition originale américaine de cette œuvre date de 1959. La tr
aduction est due à P. Alexandre. C'est un recueil d'anecdotes groupées
en fonction de l'éclairage qu'elles apportent à l'un des traits suivants de
la personnalité de Freud : sa passion pour la vérité, ses relations avec
sa mère, ses relations avec les femmes, sa dépendance à l'égard des
hommes, ses son père, son autoritarisme, son aspect
réformateur, les ambitions politiques du mouvement, et enfin les
convictions religieuses et de Freud.
Les interprétations données visent à montrer que le but de Freud
a été de créer un mouvement pour la libération morale de l'homme, une
nouvelle religion — séculière et scientifique — pour une élite qui devait
guider l'humanité. Cette élite s'est recrutée principalement dans une
classe moyenne pour laquelle la vie avait perdu sa signification, sans
idéal politique ou religieux, mais en quête d'un sens donné à la vie, d'une
explication de la vie qui n'exige ni foi ni sacrifice et qui satisfasse le
besoin d'éprouver le sentiment de faire partie d'un mouvement.
R. A. V. Mallet.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.