Psychologie scolaire et pédagogie - compte-rendu ; n°2 ; vol.61, pg 523-524

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1961 - Volume 61 - Numéro 2 - Pages 523-524
2 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 1 janvier 1961
Lecture(s) : 8
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

Psychologie scolaire et pédagogie
In: L'année psychologique. 1961 vol. 61, n°2. pp. 523-524.
Citer ce document / Cite this document :
Psychologie scolaire et pédagogie. In: L'année psychologique. 1961 vol. 61, n°2. pp. 523-524.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1961_num_61_2_26881PSYCHOLOGIE DU DÉVELOPPEMENT 523
et établi la proportion des conceptions ayant eu lieu avant le mariage :
cette proportion est de 43 % si l'on considère 8 mois lunaires comme
intervalle critique maximum entre date du mariage et date de la première
naissance, de 56 % si l'on considère 9 mois lunaires comme intervalle.
De nombreuses autres variables sont examinées (âge du père, niveau
socio-économique, habitat urbain ou rural, etc.) et ces données sont
comparées à celles d'études américaines ou européennes analogues.
F. J.
Psychologie scolaire et pédagogie.
Elronine (D. B.). — (En russe) (Étude psychologique dans une
classe expérimentale). — Vopr. Psikhol, 1960, 6, 29-40.
La création d'une première « classe expérimentale » dans une école
moscovite présente un double intérêt :
— méthodologique, grâce à un équipement qui, par télévision et magnét
ophone, permet de suivre de l'extérieur, sans être vu, tout ce qui
se passe dans la classe ;
— psycho-pédagogique, le but essentiel des « classes expérimentales »
étant de permettre le contrôle, et l'utilisation dans un enseignement
collectif, de procédés pédagogiques découlant d'expériences psycho
logiques individuelles. Ainsi, les enfants de la « classe expérimentale »
apprirent à lire, à écrire et à compter selon les méthodes inspirées des
travaux de Galpérine et de ses disciples ; ils dépassèrent ceux des
trois classes « contrôle » de la même école, alors que leur classe avait
été composée des enfants les moins bien préparés au travail scolaire.
Ces premiers résultats confirmeraient apparemment le bien-fondé
des principes généraux de Galpérine (passer de l'acte effectué sur
le plan matériel à l'acte « développé » oralement, puis, sous une forme
« réduite », condensée, en esprit) et de leurs applications à l'écriture et
au calcul ; par exemple, l'apprentissage de la lecture et de
est basé sur l'analyse auditive des mots (divisés en syllabes et en
sons) ; celui du calcul — sur les notions de mesures et de rapports
des quantités.
Dans sa conclusion, l'A. souligne qu'un problème scolaire ne doit pas
constituer une simple tâche pratique, où l'attention est braquée sur
l'obtention d'un résultat, mais une tâche éducative, dont le but est de
comprendre le modèle d'action. Par ailleurs, toute activité scolaire a
pour effet non seulement de permettre l'acquisition de telle ou telle
connaissance, mais de développer l'enfant sur tous les plans.
N. H.
Engel (M). — Some parameters of the psychological evaluation of
children (A propos de quelques paramètres dans l'évaluation psycho
logique des enfants). — Arch. gen. Psychiat., 1960, 2, 593-605.
Le projet de recherches, dont les résultats quantitatifs seront publiés
ultérieurement, est centré sur l'estimation de l'affectivité de l'enfant. 524 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES.
Les résultats quantitatifs ne vont pas épuiser le sujet car il reste toujours
dans ce genre d'études une sorte de « frange faite d'impressions, d'obser
vations d'attitudes, de remarques qualitatives », enfin, dont il serait
dommage de se priver.
C'est dans le but de cerner ces observations et ces considérations
que l'A. propose un exposé de cas qui permet l'illustration de ces para
mètres dont il est question. Ces paramètres ont tous trait à la relation
enfant-examinateur, la relation étant vue comme un processus fait de
situations uniques et non comme un produit final. Suivant en cela
Hirsch et Schaefer, l'A. ne veut pas limiter les données cliniques aux
résultats des tests eux-mêmes et discute donc des paramètres suivants :
le degré de maîtrise que le sujet s'impose ou qui lui est imposé, les diffé
rents niveaux et modalités de communication (se méfier de la valori
sation du verbal), les formes de régression survenant en cours d'examen,
les facteurs temps et espace enfin. La formulation définitive de ces
paramètres interviendra en fin de recherche, qui semble être menée
d'une manière fort nuancée.
N. R. T.
Lach mann (F. M.). — Perceptual-motor development in children
retarded in reading ability (Développement psychomoteur chez des
enfants présentant un retard de lecture). — J. consult. Psychol.,
1960, 24, 427-431.
Le retard est imputable suivant les prises de positions théoriques
soit à des difficultés émotionnelles soit à une immaturité perceptivo-
motrice. L'auteur travaille dans la seconde perspective tout en essayant
de tenir compte des facteurs émotionnels et ceci en prenant comme sujets
des caractériels lisant normalement, des normaux à tous points de vue et
des retardés en lecture, l'intelligence étant présumée normale quand le
sujet atteint un Q.I. de 90 au Wise. Le Bender Gestalt test appliqué aux
trois groupes de 40 sujets est coté suivant les indications et critères de
Pascal et les résultats sont traités d'après une nouvelle méthode, celle
de McGill (multivariate information transmission analysis) et celle de
Garner et McGill (uncertainty analysis). Il paraît indispensable de tenir
compte de l'âge, souvent responsable de distorsions perceptives qui dispa
raissent par la suite, soit entre 8 et 12 ans. Le fait que le groupe des
caractériels donne un nombre suspect de ces distorsions vient nuancer
les conclusions de ce travail, l'A. ne pouvant plus affirmer que l'immat
urité perceptivo-motrice est seule responsable des retards en lecture.
N. R. T.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.