Recensements et registres paroissiaux du Canada durant la période 1665-1668. Étude critique - article ; n°1 ; vol.25, pg 97-124

De
Publié par

Population - Année 1970 - Volume 25 - Numéro 1 - Pages 97-124
Les recensements du Canada en 1666 et 1667 comptent parmi les plus anciens des temps modernes et ont été le point de départ de plusieurs études démographiques. En particulier, MM. Hubert Charbonneau et Jacques Légaré, de l'Université de Montréal ont publié, avec divers collaborateurs, des résultats d'un grand intérêt. L'analyse initiale ayant laissé plusieurs points en suspens, notamment la véracité même des recensements, MM. Charbonneau, Légaré et Mlle Lavoie ont entrepris une étude plus profonde, comportant des vérifications nominatives et l'usage de registres paroissiaux. Bien que leur œuvre ne soit pas encore achevée, les résultats donnés ici présentent une grande importance historique et méthodologique.
28 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1970
Lecture(s) : 32
Nombre de pages : 29
Voir plus Voir moins

Hubert Charbonneau
Yolande Lavoie
Jacques Légaré
Recensements et registres paroissiaux du Canada durant la
période 1665-1668. Étude critique
In: Population, 25e année, n°1, 1970 pp. 97-124.
Résumé
Les recensements du Canada en 1666 et 1667 comptent parmi les plus anciens des temps modernes et ont été le point de
départ de plusieurs études démographiques. En particulier, MM. Hubert Charbonneau et Jacques Légaré, de l'Université de
Montréal ont publié, avec divers collaborateurs, des résultats d'un grand intérêt. L'analyse initiale ayant laissé plusieurs points en
suspens, notamment la véracité même des recensements, MM. Charbonneau, Légaré et Mlle Lavoie ont entrepris une étude plus
profonde, comportant des vérifications nominatives et l'usage de registres paroissiaux. Bien que leur œuvre ne soit pas encore
achevée, les résultats donnés ici présentent une grande importance historique et méthodologique.
Citer ce document / Cite this document :
Charbonneau Hubert, Lavoie Yolande, Légaré Jacques. Recensements et registres paroissiaux du Canada durant la période
1665-1668. Étude critique. In: Population, 25e année, n°1, 1970 pp. 97-124.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pop_0032-4663_1970_num_25_1_14519ET REGISTRES RECENSEMENTS
PAROISSIAUX DU CANADA
DURANT LA PÉRIODE 1665-1668
Étude critique
Les recensements du Canada en 1666 et 1667 comptent parmi
les plus anciens des temps modernes et ont été le point de départ
de plusieurs études démographiques. En particulier, MM. Hubert
Charbonneau et Jacques Légaré, de Г Université de Montréal
ont publié, avec divers collaborateurs, des résultats d'un grand
intérêt (1). L'analyse initiale ayant laissé plusieurs points en
suspens, notamment la véracité même des recensements,
MM. Charbonneau, Légaré et Mlle Lavoie ont entrepris une
étude plus profonde, comportant des vérifications nominatives
et l'usage de registres paroissiaux. Bien que leur œuvre ne
soit pas encore achevée, les résultats donnés ici présentent une
grande importance historique et méthodologique.
La critique des sources, élément essentiel des travaux démographiques, a
une importance toute particulière en démographie historique. C'est pourquoi
la première phase d'un vaste projet de reconstitution de la population cana
dienne-française est consacrée à cette démarche indispensable (2). De façon
générale, aucune critique systématique des nombreuses sources de la démog
raphie historique canadienne n'a encore été tentée, de sorte qu'on ignore
toujours si ce sont les recensements ou les registres paroissiaux qui pèchent
le plus par défaut.
Dans un précédent article, nous avons déjà analysé les résultats bruts des
deux premiers recensements nominatifs effectués il y a trois siècles en terre
canadienne (3). Notre essai de critique des résultats bruts avait alors soulevé
(D Voir les indications bibliographiques tout au début de l'article.
(2> à ce sujet :
Hubert Charbonneau et Jacques Légaré : « La démographie historique au Canada fran
çais avant 1800 », Congrès général de l'Union internationale pour l'étude scientifique de la
population, Londres, septembre 1969.
Hubert Charbonneau, Jacques Légaré, René Durocher, Gilles Paquet et Jean-Pierre
Wallot : « La démographie historique au Canada », Recherches sociographiques, VIII, 2,
mai-août 1967.
<8> Hubert Charbonneau et Jacques Légaré : « La population du Canada aux recensements
de 1666 et 1667 », Population, 22, 1967, p. 1031-1054.
0 249001 5 7 98 RECENSEMENTS ET REGISTRES PAROISSIAUX DU CANADA
plusieurs questions demeurées sans réponse, à propos de l'exactitude de ces
dénombrements. Après avoir décelé l'existence de quelques anomalies sta
tistiques, nous avions conclu que les effectifs totaux paraissaient assez larg
ement sous-estimés et que les caractéristiques individuelles semblaient rel
ativement erronées.
Nous désirons maintenant pousser plus avant la critique. Dans ce but, nous
avons relié sur une seule fiche les renseignements contenus dans les deux
recensements sur un même individu, de façon à comparer systématiquement
la qualité des documents. Nous nous sommes ensuite efforcés de vérifier leur
valeur, en exploitant les registres paroissiaux des années encadrantes. Le
jumelage de l'information contenue dans chacune des deux sources nous a
enfin conduits à esquisser une première reconstitution de la population au
1er janvier 1667.
COMPARAISON DES RECENSEMENTS DE 1666 ET 1667
Comme les deux recensements ne sont séparés que d'une année, il est
tentant de les comparer. A cet effet, on a recherché, dans la liste alphabétique
des habitants recensés en 1667, les individus apparaissant déjà dans la liste
de 1666. Pour faciliter cette opération, nous disposions déjà d'une liste alpha
bétique réunissant les résultats des deux recensements et aussi d'un duplicata
des 7 180 cartes perforées, dont l'original est conservé au Centre de calcul
de l'Université de Montréal. Rappelons que chaque carte perforée correspond
à un individu inscrit à l'un des recensements et qu'elle contient, outre les
noms et prénoms, le sexe, l'âge, l'état matrimonial, la profession, le lieu de
résidence et le ménage auquel appartient l'individu recensé (1).
A l'aide des listes alphabétiques, nous avons procédé au jumelage des
cartes perforées. Toutes les cartes intéressant un même individu ont été immé
diatement accolées. Mais, dans ce rapprochement des données, plusieurs
catégories d'individus devaient être distinguées :
1. Inscrits aux deux recensements et mentionnés :
— une fois à chaque occasion;
— une fois à l'un et plus d'une fois à l'autre;
— plus d'une fois à chaque occasion;
2. Inscrits à un seul recensement et mentionnés :
— une fois;
— plus d'une fois.
(i) Toutes les listes et tableaux de base mentionnés dans cet article ont été produits par
le Centre de calcul de l'Université de Montréal, que nous remercions ici vivement pour le
concours indispensable de son personnel et de son ordinateur CDC 3400. DURANT LA PÉRIODE 1665-1668 09
Le jumelage de l'information ne s'est pas fait sans mal. On s'est princ
ipalement heurté aux difficultés habituelles de changement d'orthographe. Le
nom d'un même individu pouvait varier notablement d'un recensement à
l'autre, surtout par l'emploi de pseudonyme : on pouvait lire successivement
Amounet et Hamonnet, Dion et Guyon, Cachet et Chacheu, Coquillier et
Recoquille, mais aussi Camin et Thamin, Pichart et Richard ou encore Bosse-
ron et Cicire. Comme on peut le constater par quelques-uns de ces exemples,
les copies imprimées des documents originaux contenaient aussi des erreurs
de lecture.
Tout en procédant avec assez de hardiesse, nous n'avons relié entre elles
que les cartes réunissant une proportion raisonnable de caractéristiques ana
logues (liens de parenté, âge, lieu de résidence par exemple). Deux personnes
distinctes et portant même nom et même prénom pouvaient avoir des carac
téristiques similaires, mais cette dernière éventualité était limitée par la pré
sence d'une forte proportion d'immigrants provenant de diverses régions de
France. Il est apparu par contre que les caractéristiques d'un même individu
étaient susceptibles de comporter des variations invraisemblables d'une carte à
l'autre. Des rapprochements ont été rendus possibles à la fin des opérations,
grâce à une liste alphabétique par ordre des prénoms des individus qui n'avaient
pas encore fait l'objet de jumelage.
Tout au long de cette laborieuse étape de rapprochement des données,
nous avons aussi consulté des sources auxiliaires, pour ratifier les décisions
les plus serrées (1). Chaque carte ayant reçu un numéro, on a finalement
accolé les numéros concernant une même personne, avant de confier les cartes
à l'exploitation mécanographique.
Classification Comme on peut le voir au tableau I, 42,6 % des
des individus recensés, individus concernés par l'un au moins des deux
recensements n'ont pu faire l'objet de jumelage.
La proportion de cartes non réunies est assez élevée, puisqu'elle atteint 19,1 %
de l'ensemble des en 1666 et 33,4 % en 1667. L'écart entre les deux
dénombrements doit provenir, soit de l'accroissement de la population durant
la période intercensitaire, soit de la meilleure qualité de l'état de 1667, soit
de ces deux facteurs à la fois.
(1) On a utilisé à cette fin, par ordre d'importance :
L'abbé C. Tanguay : « Dictionnaire généalogique des familles canadiennes », Montréal,
E. Sénécal, 1871, premier volume.
Archange Godbout : « Nos ancêtres au xvne siècle », Rapport des Archives du Québec,
1951-1953, 1953-1955, 1955-1957, 1957-1959, 1959-1960, 1965.
Philéas Gagnon : « Noms propres au Canada français », Bulletin des recherches historiques,
vol. 15, 1909, n08 1 à 6.
G. Debien : « Engagés pour le Canada au XVIIe siècle vus de La Rochelle », Revue d'histoire
de l'Amérique française, vol. VI, n08 2 et 3.
Recensement de 1681 reproduit dans : Benjamin Sulte : < Histoire des Canadiens fran
çais », Montréal, 1882-1884.
7. RECENSEMENTS ET REGISTRES PAROISSIAUX DU CANADA 100
Tableau I. — Classification des individus inscrits à un recensement
AU MOINS
Nombre Catégorie d'individus Nombre
d'individus de cartes
Inscrits aux deux recensements et mentionnés :
Une fois à chaque occasion 2 463 4 926
Une fois en 1666 et deux fois en 1667 48 144
Deux fois en 1666 et une fois en 55 165
12 fois à chaque occasion 3
2 569 5 247 Ensemble
Inscrits à un seul recensement et mentionnés :
En 1666 — une fois 607 607
— deux fois 12 6
En 1667 — une fois 1 276 1 276
— deux fois 19 38
Ensemble 1 908 1 933
4 477 7 180 Total
Si on élimine les doubles comptes, on obtient la population véritablement
dénombrée à chaque recensement, soit 3 182 habitants en 1666 et 3 864 en
1667.
Population inscrite Par définition, les 2 569 personnes qui ont fait
aux deux recensements, l'objet de jumelage sont entrées dans la population
étudiée avant le premier dénombrement et n'en
sont pas sorties avant le second. Ces personnes ont donc échappé aux risques
de décès et d'émigration entre les deux recensements. Leurs principales carac
téristiques apparaissent au tableau II et sur la figure 1 (2).
A tous âges, les effectifs de sexe masculin l'emportent sur ceux de l'autre
sexe, le rapport de masculinité atteignant 143 % pour l'ensemble. Entre
30 et 60 ans, il y a deux fois plus d'hommes que de femmes, alors que le
rapport ne dépasse pas 150 % dans le groupe de 15-29 ans. La pyramide des
âges paraît un peu moins irrégulière que celles correspondant à l'ensemble des
individus inscrits dans l'un ou l'autre dénombrement.
En comparant systématiquement, pour chacun de ces individus, ses carac
téristiques à l'un et l'autre recensement, il est possible d'obtenir une meilleure
M Pour faciliter les choses, on a en fait retenu ici les caractéristiques du recensement de
1667. Les résultats sont alors assez proches de la situation qui prévalait au 1er janvier 1667,
surtout si les âges étaient déclarés en années révolues. Comme on le verra plus loin, cette der
nière date se situe à peu près au centre de la période intercensitaire. 1
'
DURANT LA PÉRIODE 1665-1668 101
AGE
70+
— г i 100'SO 230 150 200230EFFECTIF DES 200 CLASSES 150QUINQUENNALES 100 D'AGES. SO EFFECTIF DES CLASSES QUINQUENNALES D'AGES
Figure n° 1. — Population inscrite aux deux recensements
suivant les caractéristiques déclarées en 1667
Tableau II. — Population inscrite aux deux recensements
SUIVANT LE SEXE, L'ÂGE ET L'ÉTAT MATRIMONIAL DÉCLARÉS EN 1667
Sexe masculin Sexe féminin Sexe Sexes Ages non réunie M С V n. d. Ensemble С M V Ensemble déclaré
17S 0-4 178 165 165 7 350
5-9 229 229 215 215 444
10-14 138 138 114 5 119 257
15-19 96 96 27 44 71 167
141 19 160 6 95 1 102 262 20-24
94 97 1 102 25-29 69 163 4 265
30-34 54 98 152 2 88 90 242
. 14 75 1 90 7 40 1 48 138 35-39
1 104 1 2 147 40-44 .... 20 83 40 43
17 2 45-49 11 39 2 52 4 23 75
50-54 11 35 1 47 7 16 4 27 74
6 17 24 3 5 1 9 33 55-59 1
2 10 2 14 38 60-64 5 17 2 24
4 1 6 19 65-69 5 8 13 1
70 et plus 3 7 1 11 0 1 1 2 13
6 4 10 21 45 n. d 8 4 2 14
2 1495 564 466 16 1 046 28 2 569 Ensemble. . . 1012 472 9 RECENSEMENTS ET REGISTRES PAROISSIAUX DU CANADA 102
idée de la valeur des documents utilisés. La fréquence des variations d'ortho
graphe est à nouveau illustrée par le fait que 40 % seulement d'entre eux ont
leurs noms et prénoms écrits de façon identique dans les deux dénombrements.
Les diffèrent dans la moitié des cas, alors que des modifications affectent
les prénoms une fois sur quatre. Mais la majorité de ces différences se révèlent
assez légères, Etienne pouvant s'écrire Estienne et Chauret se transformer en
Chořet.
L'intérêt de la comparaison réside cependant dans l'examen des âges
déclarés dans chacun des deux états. Comme les recensements portaient
sur deux années consécutives, on a considéré comme normaux les cas où
l'âge mentionné en 1667 était soit identique, soit supérieur de une ou deux
années à celui de 1666. Au tableau III, on voit que les écarts normaux ne
concernent que 71,1 % des individus. Cette dernière proportion, qui atteint
88,7 % dans le groupe de moins de 15 ans, diminue graduellement avec l'âge.
Les écarts de cinq années et plus atteignent 11 % des habitants de tous âges
mais 31 % des personnes de 40 ans et plus. Pour 8 % de ces dernières, l'âge
inscrit au second recensement s'écarte d'au moins 10 ans de celui du premier
(figure 2).
Tableau III. — Écarts entre les âges déclarés
AUX DEUX RECENSEMENTS, SUIVANT LE GROUPE D'ÂGES
Écarte anormaux Écarts Ensemble Groupes d'âges normaux Positifs Négatifs Total
88,7 0-14 9,4 1,9 11,3 100,0
15-39 59,9 26,0 14,1 40,1
40 et plus 51,1 29,1 19,8 48,9 100,0
Total 71,7 18,9 9,4 28,3 100,0
Des erreurs de raccordement et des erreurs de lecture ont pu causer une
partie des écarts anormaux enregistrés. Les erreurs de lecture sont principa
lement responsables du fait qu'on n'avait pas attribué le même sexe à 1,21 %
des 2 569 individus jumelés. Au sujet des changements d'état matrimonial
(tableau IV), 23 individus inscrits comme célibataires en 1667 étaient déjà
mariés ou veufs l'année précédente; il convient de rappeler à cet égard que
les personnes recensées isolément ont été considérées comme célibataires lors
de la codification, quand leur état matrimonial n'était pas précisé.
En raison de la proximité des dénombrements, les changements de région
ne pouvaient guère affecter qu'une faible partie de la population : aussi 3,7 %
seulement des individus jumelés n'habitaient pas en 1667 la même région que
l'année précédente. DURANT LA PÉRIODE 1665-1668 103
40 et plus
15-39 ans
0-14 ans
-Iletplut -I0 -8 -6 -4 -2 О +2 +4 +6 +8 +10 +1 1 et plus
Figure n° 2. — Distribution des écarts entre les âges déclarés aux deux rencensements,
suivant le groupe d'âges (âge de 1667 moins âge de 1666) 104 RECENSEMENTS ET REGISTRES PAROISSIAUX DU CANADA
Tableau IV. — État matrimonial* déclaré au recensement de 1667
SUIVANT CELUI DÉCLARÉ EN 1666
Recensement de 1666
Recensement de 1667
Célibataire Marié Veuf Ensemble
21 2 1 580 Célibataire 1 557
Marié 41 894 8 943
Veuf. . 1 4 20 25
Ensemble 1 599 919 30 2 548
* Dans 21 cas sur 2 569, l'état matrimonial est indéterminé'
Population inscrite Les 1 908 personnes qui ont échappé au jumelage
à un seul recensement, réunissent des caractéristiques spécifiques. Leur
grand nombre tient à plusieurs raisons. D'une part,
il y a la possibilité de sous-enregistrement dans l'un et l'autre recensement
D'autre part, les entrées et sorties par naissance, décès et migration ont pu
impliquer une forte proportion de la population, au cours de la période inter
censitaire. Quoiqu'il en soit, la disproportion des sexes est frappante : à
15 ans et plus, il y a 6 fois plus d'hommes que de femmes en 1666 et 3 fois
plus en 1667. On notera surtout l'importance relative des hommes célibataires
de 15-34 ans (Tableau V et figures 3 et 4).
SEXE FEMININ SEXE MASCULIN
| j Célibataires
\У//\ Mariés
BH Veufs
200 150 100 50 50 100 EFFECTIFS DES CLASSES QUINQUENNALES D'AGE EFFECTIFS DES CLASSES QUINQUENNALES D'AGE
Figure n° 3. — Population inscrite au recensement de 1666 seulement,
suivant le sexe, l'âge et l'état matrimonial DURANT LA PÉRIODE 1665-1668 105
230EFFECTIFS DES 200CL ASSES QUINQUENNALES 150 100 D AGE "Г 50 EFFECTIFS 100 DES CLASSES 150 QUINÇUENNALLS 200 D'AGE 230
Figure n° 4. — Population inscrite au recensement de 1667 seulement
suivant le sexe, l'âge et l'état matrimonial
Tableau V. — Population inscrite à un seul recensement suivant
LE SEXE, L'ÂGE ET l'ÉTAT MATRIMONIAL
Recensement de 1666
Sexe masculin En Sexe féminin En
Ages semble Ensemble
semble
0-4 28 28 24 24 52
5-9 18 18 15 15 33
10-14 15 15 13 13 28
15-19 56 56 11 67 6
17 20-24 132 140 4 13 157
25-29 77 86 1 5 7 93
30-34 39 55 1 12 15 70
35-39 2 2 11 22 24
3 40-44 10 18 3 21
4 45-49 5 9 3 13
50-54 6
55-59 2
60-64 2 4
65-69 1
70 + 2 2 3
N. d 35 35 35
Ensemble 438 57 497 64 44 116 613

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.