Recherches sur la morphologie lexicale : les flexions de genre et de nombre - article ; n°4 ; vol.89, pg 531-551

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1989 - Volume 89 - Numéro 4 - Pages 531-551
Summary : Processing of gender and number categories in the french language.
In French, gender and, less obviously, number are indicated by two processes :
1/ A so called morphological process by affixation of a morpheme (for example, -e in the feminine, -s in the plural),
2/ A so called lexical process by changing a word (ex. masculine garcon and feminine fille, singular cheval and plural chevaux). In gender and number processing, are these two processes equivalent ?
Rather recent models of lexical derivation can be applied to the morphological process. These models assume an analysis in levels of the different components of a word, root, radical and affixes and suggest that number can be inserted at a deeper level than gender ; This idea leads to the experimental hypothesis in which gender processing promutes recognition in comparison with recall and number processing yields no difference between these two forms of retrieval.
Four experiments using a particular method of transformation (from masculine to feminine, from plural to singular, etc.) of recall and recognition are applied to these issues. They show :
A/ for gender :
1) The equivalence of masculine and feminine ;
2) An easier processing of lexical gender than of morphological gender, which implies two lexical entries in the case of lexical gender, and only one, not lexical, in the case of morphological gender. B/ for number :
1) The equivalence of singular and plural ;
2) Better recall of lexical plural than morphological plural, which leads to think that words such as cheval--chevaux, mal-maux are linked to derivation rules.
C/ The comparison between recognition and recall shows that gender recognition is better than gender recall whereas both retrieval forms are equivalent for the number. This is in line with the idea of a deeper insertion level for number than for gender.
Key words : morphological and lexical processive, gender, number.
Résumé
Quatre expériences, 2 de rappel et 2 de reconnaissance, s'adressent à deux niveaux de problèmes : 1 / Les deux principales façons de marquer le genre et le nombre des noms en français, c'est-à-dire par spécialisation lexicale (ex. garçon-fille, cheval-chevaux) ou par affixation d'un morphème (ex. ami-amie, lapin-lapins), entraînent-elles des traitements différents ? 2/ Dans un modèle de dérivation lexicale, où les différents constituants morphologiques des mots sont supposés s'insérer en niveaux successifs, les affixes de genre et de nombre sont-ils placés à des niveaux différents ?
Si les deux catégories de genre (masculin, féminin) et de nombre (singulier, pluriel) sont traitées avec une égale facilité, il apparaît que le mode lexical (garçon-fille) est traité plus rapidement que le mode morphologique (ami-amie) et ceci surtout pour le genre. Par ailleurs, les morphèmes du nombre (ex. ± s) paraissent se situer à un niveau d'insertion plus profond que les morphèmes du genre (ex. ± e).
Mots clés : processus morphologique et lexical, genre, nombre.
21 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 1 janvier 1989
Lecture(s) : 52
Nombre de pages : 23
Voir plus Voir moins

Marie Laure Pinon
Raymond Champagnol
Recherches sur la morphologie lexicale : les flexions de genre et
de nombre
In: L'année psychologique. 1989 vol. 89, n°4. pp. 531-551.
Citer ce document / Cite this document :
Pinon Marie Laure, Champagnol Raymond. Recherches sur la morphologie lexicale : les flexions de genre et de nombre. In:
L'année psychologique. 1989 vol. 89, n°4. pp. 531-551.
doi : 10.3406/psy.1989.29367
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1989_num_89_4_29367Abstract
Summary : Processing of gender and number categories in the french language.
In French, gender and, less obviously, number are indicated by two processes :
1/ A so called morphological process by affixation of a morpheme (for example, -e in the feminine, -s in
the plural),
2/ A so called lexical process by changing a word (ex. masculine garcon and feminine fille, singular
cheval and plural chevaux). In gender and number processing, are these two processes equivalent ?
Rather recent models of lexical derivation can be applied to the morphological process. These models
assume an analysis in levels of the different components of a word, root, radical and affixes and
suggest that number can be inserted at a deeper level than gender ; This idea leads to the experimental
hypothesis in which gender processing promutes recognition in comparison with recall and number
processing yields no difference between these two forms of retrieval.
Four experiments using a particular method of transformation (from masculine to feminine, from plural to
singular, etc.) of recall and recognition are applied to these issues. They show :
A/ for gender :
1) The equivalence of masculine and feminine ;
2) An easier processing of lexical gender than of morphological gender, which implies two lexical entries
in the case of lexical gender, and only one, not lexical, in the case of morphological gender. B/ for
number :
1) The equivalence of singular and plural ;
2) Better recall of lexical plural than morphological plural, which leads to think that words such as
cheval--chevaux, mal-maux are linked to derivation rules.
C/ The comparison between recognition and recall shows that gender recognition is better than gender
recall whereas both retrieval forms are equivalent for the number. This is in line with the idea of a
deeper insertion level for number than for gender.
Key words : morphological and lexical processive, gender, number.
Résumé
Quatre expériences, 2 de rappel et 2 de reconnaissance, s'adressent à deux niveaux de problèmes : 1 /
Les deux principales façons de marquer le genre et le nombre des noms en français, c'est-à-dire par
spécialisation lexicale (ex. garçon-fille, cheval-chevaux) ou par affixation d'un morphème (ex. ami-amie,
lapin-lapins), entraînent-elles des traitements différents ? 2/ Dans un modèle de dérivation lexicale, où
les différents constituants morphologiques des mots sont supposés s'insérer en niveaux successifs, les
affixes de genre et de nombre sont-ils placés à des niveaux différents ?
Si les deux catégories de genre (masculin, féminin) et de nombre (singulier, pluriel) sont traitées avec
une égale facilité, il apparaît que le mode lexical (garçon-fille) est traité plus rapidement que le mode
morphologique (ami-amie) et ceci surtout pour le genre. Par ailleurs, les morphèmes du nombre (ex. ±
s) paraissent se situer à un niveau d'insertion plus profond que les morphèmes du genre (ex. ± e).
Mots clés : processus morphologique et lexical, genre, nombre.L'Année Psychologique, 1989, 89, 531-551
Laboratoire de Psychologie du langage
CNBS UA 666
Université de Poitiers1
RECHERCHES SUR LA MORPHOLOGIE LEXICALE :
Les flexions de genre et de nombre
par Marie-Laure Pinon
et Raymond Champagnol
SUMMARY : Processing of gender and number catergories in the french
language.
In French, gender and, less obviously, number are indicated by two
processes :
1 I A so called morphological process by affixation of a morpheme (for
example, -e in the feminine, -s in the plural),
2 I A so called lexical process by changing a word (ex. masculine
garçon and feminine fille, singular cheval and plural chevauxj. In gender
and number processing, are these two processes equivalent ?
Rather recent models of lexical derivation can be applied to the morphol
ogical process. These models assume an analysis in levels of the different
components of a word, root, radical and affixes and suggest that number can
be inserted at a deeper level than gender ; This idea leads to the experimental
hypothesis in which gender processing promotes recognition in comparison
with recall and number yields no difference between these two
forms of retrieval.
Four experiments using a particular method of transformation (from
masculine to feminine, from plural to singular, etc.) of recall and recogni
tion are applied to these issues. They show :
A I for gender :
1) The equivalence of masculine and feminine ;
2) An easier processing of lexical gender than of morphological gender,
which implies two lexical entries in the case of lexical gender, and only
one, not lexical, in the case of morphological gender.
1. 95, avenue du Recteur-Pineau, 86022 Poitiers Cedex. 532 M.-L. Pinon et B. Champagnol
B I for number :
1) The equivalence of singular and plural ;
2) Better recall of lexical plural than morphological plural, which leads
to think that words such as che\a.\-chevaux, moZ-maux are linked to
derivation rules.
C I The comparison between recognition and recall shows that gender
recognition is better than gender recall whereas both retrieval forms are
equivalent for the number. This is in line with the idea of a deeper insertion
level for number than for gender.
Key words : morphological and lexical processive, gender, number.
Ï
D'après un assez grand nombre de travaux relatifs à l'enr
egistrement en mémoire des mots et de leurs constituants mor
phologiques (dont un aperçu a été donné dans un précédent
article : Champagnol, 1989), on peut imaginer le lexique mental
subdivisé en un certain nombre de magasins dont sont extraits
les différents constituants morphologiques des mots au fur et
à mesure des opérations d'insertion lexicale mises en jeu dans
la constitution des syntagmes. Un magasin principal, ou central,
contient les items lexicaux utilisables directement, c'est-à-dire
sans application de règles de compositions morphologiques ;
un autre magasin est affecté aux radicaux (ou lexemes) auxquels
des règles morphologiques permettront d'attacher des affixes
de dérivation ou de flexion pour former de nouveaux items
lexicaux ; d'autres magasins contiennent ces différents affixes
(ou morphèmes). Par exemple, un item de la forme « chant- »
pourra donner un ensemble de dérivés comme « chanter »,
« chanteur », de fléchis comme « chant », « chants », « chantons », etc.
Ces magasins ont sans doute chacun leur organisation propre.
Par exemple, la fréquence, qui influence très nettement la
vitesse de sélection du radical, ne semble pas jouer pour les
flexions (Lukatela, Gligorijévic', Köstic', Turvey ; 1980). Ces
magasins sont sans doute aussi impliqués dans des systèmes
d'interrelations complexes de telle façon, par exemple, que la
féminisation de ami se fasse par la simple adjonction du mor
phème -e non prononcé et que celle de directeur se fasse par
la substitution du morphème -rice au morphème -eur. La pathol
ogie, et notamment les dissociations entre mots pleins (noms,
verbes, adjectifs...) et morphèmes fonctionnels observés dans
l'aphasie de Broca ou certains cas d'agrammatismes, confortent sur la morphologie lexicale 533 Eecherches
cette façon d'imaginer une macro-organisation du lexique mental
(cf. Smith et Bates, 1987 ; Pinon, 1986 ; Lukatela, Grain,
Shankweiler, 1988).
Les grammaires lexicales développées récemment (cf. notam
ment Kaplan et Bresnan, 1982) traitent les caractéristiques
grammaticales comme le nombre, le genre, la définition, etc.,
comme des fonctions pouvant prendre deux (ou plusieurs)
valeurs, mais dont une seule est univoquement insérée dans la
structure fonctionnelle d'une phrase. Dans le calcul génératif
d'une phrase, ces fonctions sont hiérarchisées selon des rela
tions métaphoriquement représentées par mère de..., fille de...
D'un point de vue plus organisationnel, des modèles récents
de morphologie lexicale (cf. Selkirk, 1982 ; Lapointe, 1983
entre autres) considèrent les articles majeurs du lexique (noms,
verbes, adjectifs, adverbes notamment) descriptibles en struc
tures morphologiques à plusieurs niveaux. Des règles de comp
osition morphologique insèrent les affixes à différents niveaux.
La sortie finale est le mot équipé de son radical et des mor-
Af (Affix)
racine
(root)
Contribut ion
Fig. 1. — Structure morphologique du mot contributions
Morphological structure of the word M.-L. Pinon et H. Champagnol 534
phèmes de dérivation et de flexion qu'il doit éventuellement
comporter. La productivité des processus d'affîxation, c'est-à-
dire la facilité avec laquelle certains morphèmes sont affixes
à de nouveaux items lexicaux, semble commander le niveau
(nœud de l'arbre de dérivation) où l'affixe est inséré. Ainsi,
selon un exemple anglais emprunté à Lapointe (1983) et repré
senté par la figure 1, l'afFixation pluriel est placée immédiate
ment après un niveau supérieur (qui représente la catégorie
lexicale nom) et l'affixe -ion, non productif en anglais (ni en
français), est placée plus bas. Le genre, non concerné en langue
anglaise, n'est pas mentionné dans ce modèle. Etant moins
productif que le nombre, mais plus productif que l'affixation
« inerte » -ion, son placement devrait occuper une position inte
rmédiaire dans un tel modèle.
Neidle (1982), dans une étude portant sur le russe qui, comme
le français, est une langue à genre formel, le place en position
« fille » par rapport au nombre. Par exemple, avec la symboli-
sation adoptée par la grammaire lexicale fonctionnelle, où la
flèche orientée verticalement dans la métaphore de filiation
signifie « fille de... », le schéma fonctionnel pour le mot celovek,
qui signifie personne, se présente comme dans la figure 2.
Celovek : N (t PRED) = « PERSONNE »
« PERSON »
(t NOMB) = SG (soit singulier)
SG (singular)
(t GEN) = M (soit masculin)
M (masculine)
Fig. 2. — Schéma fonctionnel du mot russe celovek
• Fonclional schema of the Russian word celovek
Contrairement aux objets physiques, dont on peut consi
dérer qu'ils ont une existence par eux-mêmes, les caractéristiques
d'une langue renvoient nécessairement, en fin de compte, à des
propriétés des locuteurs. L'ambition avouée de la grammaire
lexicale fonctionnelle de Kaplan et Bresnan (1982) est de fournir
une image de la connaissance linguistique des locuteurs et des
mécanismes de calcul (de traitement) qu'ils appliquent à ces
connaissances dans la réalisation de performances linguistiques. Recherches sur la morphologie lexicale 535
Le relevé des performances linguistiques des locuteurs, ou le
recours à leur compétence (en sollicitant par exemple leurs
jugements d'acceptabilité ou de refus de formes linguistiques),
très utiles sans doute pour la construction d'une grammaire,
s'avèrent vite insuffisants quand on cherche à appréhender le
calcul (les opérations mentales mises en jeu par le locuteur
dans la production ou la compréhension de formes linguis
tiques). Il ne semble pas que la psychologie du langage dispose
encore de méthodologies incontestables pour une telle entre
prise. A côté de nouvelles, permises notamment
par l'utilisation des ordinateurs, des méthodes plus classiques
conservent leur intérêt, comme le rappel et la reconnaissance
que nous avons choisis pour cette recherche relative au genre
et au nombre de noms communs.
Le statut relatif du genre et du nombre, tel qu'il apparaît
dans les modèles de syntaxe lexicale mentionnés plus haut,
entraîne l'inférence d'effets différentiels de l'un et de l'autre
en rappel et en reconnaissance à court terme. En considérant
que les modèles morphologiques présentés plus haut ont quelque
valeur psychologique, comme l'affirment leurs auteurs, le niveau
auquel un afïixe est inséré doit correspondre à un niveau de
traitement. En admettant comme probable que, dans le fonc
tionnement de ces modèles, le traitement remonte l'arbre de
dérivation morphologique depuis la forme de surface, le tra
itement est plus profond pour les affixes dont le point d'insertion
se situe plus haut, c'est-à-dire, pour ce qui nous concerne, plus
profond pour le nombre que pour le genre.
Dans une série de recherches antérieures (Ghampagnol, 1976,
1978) nous avons montré que les traitements dits superficiels
(phonétiques, graphiques et plus généralement perceptifs) étaient
plus favorables à la reconnaissance à court terme que des tra
itements plus profonds, notamment sémantiques, alors que l'i
nverse est vrai pour le rappel. Si cette façon de voir, transposée
du modèle de la profondeur de traitement de Craik (1976) et
Graik et Lockhart (1972), conserve ici quelque pertinence, on
doit donc s'attendre à des performances meilleures en reconnais
sance pour le genre et en rappel pour le nombre. 536 M.-L. Pinon et R. Champagnol
EXPÉRIENCES
Le principe des expériences est de provoquer à l'enregi
strement ou à la récupération un traitement des catégories de
genre et de nombre de noms présentés comme il sera indiqué
plus loin. Il y a deux expériences, dont chacune comprend deux
parties : rappel et reconnaissance. La première concerne le
genre, la seconde le nombre. Dans ces expériences on teste
la récupération des catégories de genre ou de nombre. Comme
on veut estimer essentiellement la récupération des catégories
de genre ou de nombre, et que pour ce faire la récupération
des lexemes est nécessaire, il y a lieu de favoriser au mieux
cette dernière. Pour cela, on utilise des indices de codage. Chaque
mot présenté est accompagné d'une phrase de codage à l'enr
egistrement, et la même phrase est répétée en phase de récupé
ration. Par exemple, pour faciliter l'enregistrement et la
ration du mot porc, ce mot est toujours précédé de l'expression
« charcuterie sur pattes ! ».
EXPÉRIENCE I :
ÉTUDE DES CATÉGORIES DE GENRE
En français, le genre remplit deux fonctions. Il constitue
d'abord, dans son application la plus générale, un système de
classification générale et un système de classification nominale.
Tous les substantifs français sont nécessairement classés en
masculin ou en féminin, avec extension de cette classification
aux adjectifs attachés au nom (accord en genre). On appellera
ce système de classification le genre formel. Il peut servir ensuite
à indiquer le sexe de la personne ou de l'animal auquel se réfère
le nom. Pour cet autre cas, on parlera de genre sémantique,
puisque le genre supporte le trait sémantique mâle ou femelle.
C'est toujours le genre formel qui prévaut : des personnes ou
des animaux mâles ou femelles peuvent être désignés par des
noms féminins ou masculins.
Il existe en français plusieurs modes pour représenter le
genre sémantique, dont trois principaux. Le premier, qu'on peut
appeler le mode régulier ou normal (car le plus courant) est
celui où le genre est marqué par la présence (féminin) ou l'absence Recherches sur la morphologie lexicale 537
(masculin) du morphème affixé — e. Par la suite on appellera
ces items + n, par exemple : ami-amie. L'autre cas est celui
où le genre est marqué par des changements lexicaux, affectant
le lexeme lui-même, comme par exemple taureau et vache. Par
la suite on appellera les items de cette sorte ^. Le troisième
mode est celui où le genre n'est représenté par aucune marque,
morphologique ou lexicale, comme par exemple libraire ; il
ne sera pas pris en compte dans ces expériences.
PARTIE 1 : RAPPEL DES CATÉGORIES DE GENRE
MATÉRIEL
Une liste de 24 noms communs a été établie, avec 12 noms de caté
gorie -f n (ex : ami-amie) et 12 noms de catégorie ^ (ex : cheval-jument) ,
avec répartition égale pour le genre masculin et le genre féminin.
On dispose de carnets de 6 pages. La première porte une consigne
d'enregistrement, la page suivante les 24 noms accompagnés de leur
phrase de codage, la troisième la consigne de récupération et les dernières
pages les indices de récupération suivis de pointillés sur lesquels le
sujet doit écrire le nom correspondant avec le genre demandé par les
consignes (chaque mot est présenté sans article, la détermination du
genre ne repose que sur des indices lexicaux ou morphologiques).
Il y a deux sortes de consignes d'enregistrement. La première cor
respond à une condition de contrôle dite sans indication et notée ï.
Elle indique au sujet de « penser » le nom tel qu'il est écrit et ne fait
aucune mention du genre.
La deuxième sorte de consigne, dite avec indication, est notée I.
Le sujet doit transformer mentalement le genre du mot présenté, c'est-à-
dire le « penser » au masculin s'il est présenté au féminin, et le « penser »
au féminin s'il est présenté au masculin.
Pour la récupération, on retrouve les mêmes types de consignes,
c'est-à-dire sans indication, avec indication. Dans le premier cas, le
mot doit être rappelé avec son genre tel que « donné » ; dans le second
cas, avec indication, le mot doit être rappelé tel que transformé selon
le genre, par exemple rappeler jument si le mot cheval avait été donné à
l'enregistrement.
PROCÉDURE
On a choisi trois conditions différentes, notées ïï, ÏI, IÎ, où le pre
mier terme désigne la condition d'enregistrement et le second la condi
tion de récupération. On a ainsi une situation contrôle sans traitement
du genre (ïï) et deux conditions avec le traitement du genre : ÏI le 538 M.-L. Pinon et R. Champagnol
genre est traité seulement en récupération, IÏ le genre est traité seul
ement en enregistrement.
La passation est collective et dure une vingtaine de minutes. Après
des indications générales sur le travail à exécuter, les sujets suivent les
instructions données par les consignes écrites.
SUJETS
Ce sont 30 élèves de seconde, soit 10 par situation, du lycée Marcelin-
Berthelot de Ghâtellerault.
RÉSULTATS
On a fait un relevé par item. Pour chaque série, dans un
premier temps, on a compté le nombre de lexemes correctement
rappelés et, dans un deuxième temps, le genre des lexemes. Les
analyses réalisées sur les lexemes montrent que ceux-ci ont été
retenus, globalement, par 97 % des sujets. Ce résultat permet
d'apprécier la qualité des phrases de codage permettant une
restitution correcte des lexemes.
On a ensuite comptabilisé les genres correctement rappelés.
Par genre correctement rappelé, on entend le genre qui cor
respond à l'item tel que présenté dans la condition de contrôle
et le genre obtenu après transformation dans les conditions avec
traitement selon l'indication fournie. Etant donné que le nombre
de catégories de genre rappelées (le nombre de masculins et
le nombre de féminins) est tributaire du nombre de lexemes
rappelés, les scores pour le genre sont obtenus en faisant le
rapport nombre de genres rappelés / nombre de lexemes rappelés.
Les scores ont été relevés sur les sujets : nombre de rappels
obtenus par chaque sujet et sur les items : de sujets
ayant rappelé item. Les calculs et analyses ont été effec
tués sur ces deux sortes de données. Les résultats étant très
comparables, on a utilisé les données items pour leur présentation.
Dans les tableaux où sont présentés les résultats, les sigles M
et F se rapportent au genre Masculin ou Féminin des mots tels
que présentés (c'est-à-dire avant transformation éventuelle).
Les données ont été traitées par analyses de la variance sur la
base de plan :
I(G2 * G2) * S3 (Items, Genres, Catégories -f n et #, Situa
tions avec ou sans indication).

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.