Régulation temporelle et histoire du conditionnement - article ; n°1 ; vol.74, pg 109-124

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1974 - Volume 74 - Numéro 1 - Pages 109-124
Summary
The acquisition of temporal regulation of behaviour during DRL (Differential Reinforcement of Low Rates) conditioning by « naive » rats and by rats « pretrained » with a FI (Fixed Interval) schedule and, on the other hand, the acquisition of temporal regulation during FI conditioning by « naive » rats and by rats « pretrained » with a DRL schedule have been studied. Post-reinforcement pauses, IRTs and reinforcement rate of the two groups of rats do not differ at the end of DRL conditioning : in the « pretrained » rats, the behaviour adapted to FI is replaced by a behaviour adapted to the DRL contingencies. In contrast, post-reinfor-cement pauses and reinforcement rate of « pretrained » rats are higher than those of « naive » rats at the end of FI conditioning. Two patterns of behaviour elicited by the two experimental conditions have thus been observed during FI conditioning. On the other hand, two types of collateral behaviour played a different role in the adaptation to the two schedules. It is suggested that behaviour which occurred in the « lever-food cup » area, and only during post-reinforcement pauses, had a mediating role ; behaviour which occurred opposite the « lever-food cup » area, and only during DRL, had a role of compensation of inhibition.
Résumé
Nous avons étudié d'une part la régulation temporelle acquise avec un DRL par des rats « naïfs » et par des rats ayant une histoire de conditionnement avec un FI, d'autre part la régulation temporelle acquise avec un FI par des rats « naïfs » et par des rats ayant une histoire de conditionnement avec un DRL. Pauses, IRTs et taux de renforcement des deux groupes de rats ne diffèrent pas en fin de conditionnement avec le DRL : chez les rats « entraînés » le comportement adapté au FI a finalement laissé place à un comportement plus adapté aux contingences de renforcement du DRL. Par contre, les pauses et le taux de renforcement des rats « entraînés » sont plus élevés que ceux des rats « naïfs » en fin de conditionnement avec le FI : deux types de comportement modelés par les conditions expérimentales différentes ont donc pu être observés lors du conditionnement avec le FI.
D'autre part, deux types de conduites collatérales ont joué un rôle différent dans l'adaptation aux deux programmes. Nous pensons que les conduites qui se produisent près du lieu « levier-mangeoire » et seulement pendant les pauses en FI et en DRL ont un rôle de médiation et que celles qui se produisent à l'opposé du lieu « levier-mangeoire » et seulement en DRL ont un rôle de compensation de l'inhibition.
16 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 1974
Lecture(s) : 7
Nombre de pages : 18
Voir plus Voir moins

Viviane Pouthas
Régulation temporelle et histoire du conditionnement
In: L'année psychologique. 1974 vol. 74, n°1. pp. 109-124.
Citer ce document / Cite this document :
Pouthas Viviane. Régulation temporelle et histoire du conditionnement. In: L'année psychologique. 1974 vol. 74, n°1. pp. 109-
124.
doi : 10.3406/psy.1974.28027
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1974_num_74_1_28027Abstract
Summary
The acquisition of temporal regulation of behaviour during DRL (Differential Reinforcement of Low
Rates) conditioning by « naive » rats and by rats « pretrained » with a FI (Fixed Interval) schedule and,
on the other hand, the acquisition of temporal regulation during FI conditioning by « naive » rats and by
rats « pretrained » with a DRL schedule have been studied. Post-reinforcement pauses, IRTs and
reinforcement rate of the two groups of rats do not differ at the end of DRL conditioning : in the «
pretrained » rats, the behaviour adapted to FI is replaced by a behaviour adapted to the DRL
contingencies. In contrast, post-reinfor-cement pauses and reinforcement rate of « pretrained » rats are
higher than those of « naive » rats at the end of FI conditioning. Two patterns of behaviour elicited by
the two experimental conditions have thus been observed during FI conditioning. On the other hand,
two types of collateral behaviour played a different role in the adaptation to the two schedules. It is
suggested that behaviour which occurred in the « lever-food cup » area, and only during post-
reinforcement pauses, had a mediating role ; behaviour which occurred opposite the « lever-food cup »
area, and only during DRL, had a role of compensation of inhibition.
Résumé
Nous avons étudié d'une part la régulation temporelle acquise avec un DRL par des rats « naïfs » et par
des rats ayant une histoire de conditionnement avec un FI, d'autre part la régulation temporelle acquise
avec un FI par des rats « naïfs » et par des rats ayant une histoire de conditionnement avec un DRL.
Pauses, IRTs et taux de renforcement des deux groupes de rats ne diffèrent pas en fin de
conditionnement avec le DRL : chez les rats « entraînés » le comportement adapté au FI a finalement
laissé place à un comportement plus adapté aux contingences de renforcement du DRL. Par contre, les
pauses et le taux de renforcement des rats « entraînés » sont plus élevés que ceux des rats « naïfs »
en fin de conditionnement avec le FI : deux types de comportement modelés par les conditions
expérimentales différentes ont donc pu être observés lors du conditionnement avec le FI.
D'autre part, deux types de conduites collatérales ont joué un rôle différent dans l'adaptation aux deux
programmes. Nous pensons que les conduites qui se produisent près du lieu « levier-mangeoire » et
seulement pendant les pauses en FI et en DRL ont un rôle de médiation et que celles qui se produisent
à l'opposé du lieu « levier-mangeoire » et seulement en DRL ont un rôle de compensation de l'inhibition.Année psychol.
1974, 74, 109-124
Laboratoire de Psychologie expérimentale et comparée
Université René-Descartes et E.P.H.E., 3e section
associé au C.N.R.S.
RÉGULATION TEMPORELLE
ET HISTOIRE DU CONDITIONNEMENT
par Viviane Pouthas
SUMMARY
The acquisition of temporal regulation of behaviour during DRL
(Differential Reinforcement of Low Rates) conditioning by « naïve »
rats and by rats « pretrained » with a FI (Fixed Interval) schedule and,
on the other hand, the acquisition of temporal regulation during FI condi
tioning by « naïve » rats and by rats « pretrained » with a DRL schedule
have been studied. Post- reinforcement pauses, IRTs and reinforcement
rate of the two groups of rats do not differ at the end of DRL conditioning :
in the « pretrained » rats, the behaviour adapted to FI is replaced by a
behaviour adapted to the DRL contingencies. In contrast, post-reinfor
cement pauses and reinforcement rate of « pretrained » rats are higher than
those of « naïve » rats at the end of FI conditioning. Two patterns of beha
viour elicited by the two experimental conditions have thus been observed
during FI conditioning. On the other hand, two types of collateral behaviour
played a different role in the adaptation to the two schedules. It is suggested
that behaviour which occurred in the « lever-food cup » area, and only
during post-reinforcement pauses, had a mediating role ; behaviour which
occurred opposite the « lever-food cup » area, and only during DRL, had a
role of compensation of inhibition.
INTRODUCTION
Les techniques de conditionnement et, parmi elles, celle du
conditionnement opérant fournissent un outil précieux pour
l'étude des régulations temporelles acquises. La méthode de 110 MÉMOIRES ORIGINAUX
conditionnement opérant consiste en la sélection d'une unité
de comportement, la réponse, qu'on place sous le contrôle
d'un renforcement, les relations réponse-renforcement peuvent
être très variées ; dans une expérience donnée cette relation
est définie par le programme de renforcement. Si donc, la durée
s'écoulant entre deux réponses est une des conditions du ren
forcement, on a bien là une procédure de choix pour l'étude de la
régulation temporelle du comportement.
Parmi les programmes de renforcement mis au point par les
expérimentateurs, le FI et le DRL ont en commun que les
paramètres temporels sont les facteurs essentiels de contrôle
du comportement, mais chaque programme induit une régulation
temporelle d'un type particulier.
Le programme à intervalle fixe (Fixed Interval Schedule : FI) :
la récompense est délivrée à la suite de la première réponse
émise après qu'un de temps déterminé se soit écoulé
depuis la précédente réponse renforcée. Toutes les réponses émises
dans l'intervalle sont inefficaces et sans conséquences. Il se
développe normalement dans cette situation une régulation
temporelle spontanée ; le sujet fait une pause plus ou moins longue
après l'obtention du renforcement et répond à un rythme de
plus en plus rapide au fur et à mesure que la fin de l'intervalle
approche (Richelle, 1968).
Le programme de renforcement des basses cadences de réponse
(Schedule of Differential Reinforcement of Low Bates of Responding :
DRL) : la récompense est octroyée sous les mêmes contraintes
temporelles de renforcement qu'avec le programme à intervalle
fixe, mais en outre les réponses survenant avant l'expiration du
délai à respecter provoquent la réitération de ce dernier à compter
du moment où elles sont émises. La régulation temporelle est
donc ici la condition du renforcement. Chez un sujet bien entraîné,
les intervalles inter-réponses1, indice pertinent de la régulation,
tendent à se rapprocher du délai fixé par le programme.
La régulation temporelle induite par les deux programmes
est donc bien de type différent. Dans la première situation la
distribution des réponses dans le temps est libre, s'il y a une
régulation temporelle, elle est spontanée et permet une adaptation
au milieu plus économique mais nullement nécessaire, dans l'autre
1. Intervalle inter-réponses {Inter response time : IRT) : intervalle de
temps entre deux réponses successives. V. POUTHAS 111
situation, par contre, la distribution des réponses dans le temps
est la condition du renforcement. Donc les mécanismes en jeu
lors de l'adaptation à ces deux programmes ne sont certainement
pas les mêmes. Richelle (1971) montre que des chats soumis à
des FI longs sont capables de faire des pauses allant jusqu'à
5 mn alors que ces mêmes animaux soumis à un DRL sont
incapables d'espacer leurs réponses de plus de 1 à 2 mn. De même
on n'a pas réussi à conditionner des souris à un DRL, alors que
le comportement engendré par un FI chez ces animaux est
semblable au comportement observé chez des rats et des chats
avec ce même programme.
Les résultats que nous venons de décrire sont ceux obtenus
chez des animaux naïfs soumis à un seul programme de renfor
cement. L'expérience que nous allons présenter a pour but de
comparer, d'une part la régulation temporelle acquise avec le
DRL par des rats naïfs et par des rats ayant une histoire de
conditionnement temporel avec le FI, d'autre part la régulation
temporelle acquise avec le FI par des rats naïfs et par des rats
ayant une histoire de conditionnement temporel avec le DRL.
Elle a aussi pour but d'étudier plus particulièrement le rôle des
mécanismes inhibiteurs et des conduites collatérales lors de
l'acquisition de la régulation avec l'un et l'autre programme.
PROCÉDURE EXPÉRIMENTALE
A) Sujets et matériel
Les sujets sont huit rats blancs de souche Wistar qui sont maintenus
à 80 % de leur poids normal pendant toute la durée de l'expérience.
La cage expérimentale est une boîte de Skinner comportant une mang
eoire, un levier et un biberon. De plus, un des côtés de cette cage est
muni d'une glace unidirectionnelle permettant d'observer l'animal.
Les séances expérimentales ont lieu chaque jour à l'exception du week-
end et durent une demi-heure.
B) Méthode
Nous avons construit deux histoires de conditionnement :
Quatre rats ont été entraînés après un dressage préliminaire, avec
un programme FI 20 s pendant trois semaines, puis ont été ensuite
conditionnés à différents délais d'un programme DRL pendant une 112 MÉMOIRES ORIGINAUX
semaine pour les délais 12, 14, 16 et 18 s, et pendant trois semaines pour
le délai 20 s.
D'autre part, quatre autres rats ont été entraînés, après un dressage
préliminaire, avec différents délais d'un programme DRL : pendant une
semaine pour les délais 12, 14, 16 et 18 s. et pendant trois semaines
pour le délai 20 s, puis ont été ensuite conditionnés à un FI 20 s pendant
trois semaines.
Ayant bâti un plan d'expérience avec deux histoires de conditio
nnement complémentaires nous pouvons comparer pour le programme
DRL et pour le programme FI la performance d'un groupe « naïf »,
sans entraînement préalable à la d'un « entraîné »
ayant été préalablement conditionné avec l'autre programme.
y DRL Groupes "naïfs (1lr p</(1lr progr.) progr.) ^-^
"entraînés" DRL Groupes
(2? ( 2? progr.) progr.)
Dans l'exposé des résultats, pour chacun des programmes, nous
appelons groupe I et rats 1, 2, 3, 4 le groupe de rats « naïfs » et groupe II
et rats 5, 6, 7, 8 le groupe de rats « entraînés ».
RÉGULATION TEMPORELLE ACQUISE
LORS DU CONDITIONNEMENT A UN DRL
HYPOTHÈSES
Nous avons donc comparé, pour les différents délais d'un
programme DRL (allant de 12 à 20 s) la performance du groupe
de rats « naïfs » à la performance du groupe de rats « entraînés »
avec un FI 20 s.
Généralement, en FI, l'animal fait une pause après la der
nière récompense et donne des appuis très rapprochés en fin
d'intervalle (à un rythme progressivement accéléré), tandis
qu'en DRL, lorsque le sujet est bien entraîné, le mode de la
distribution des intervalles inter-réponse (IRTs) se situe autour
de la valeur du délai requis pour l'obtention du renforcement.
Nous avions fait les hypothèses alternatives suivantes :
— Ou la performance du rat « entraîné » sera meilleure que
celle du rat « naïf », c'est-à-dire que celui-là fera des pauses plus
longues et que son taux de renforcement sera plus élevé. On V. POUTHA.S 113
pourra alors conclure qu'il y a une sorte de transfert positif
entre la régulation temporelle spontanée observée lors du condi
tionnement à un FI et la régulation temporelle condition du
renforcement lors du conditionnement à un DRL.
— Ou le rat « entraîné » s'adaptera plus difficilement au DRL
que le rat « naïf », à cause des conduites acquises en FI : il était
habitué à faire une pause, mais aussi à répondre à un rythme
progressivement accéléré en fin d'intervalle et ses appuis anti
cipés, ne retardant pas l'obtention de la récompense, n'étaient
pas punis. Lors du conditionnement au DRL il faudra donc
attendre que la reconduction de l'intervalle après une réponse
anticipée ait un effet punitif pour que celle-ci soit peu à peu
inhibée. On pourra alors conclure que la régulation temporelle
acquise lors du conditionnement à un DRL est de nature diffé
rente de celle acquise lors du conditionnement à un FI.
RÉSULTATS
Nous avons choisi quatre indices de comparaison des perfor
mances obtenues, trois indices quantitatifs et un qualitatif :
— la distribution des pauses, parce que la pause, intervalle de
temps qui sépare une réponse renforcée de la première réponse
qui la suit, peut être considérée comme une conduite commune
au FI et au DRL, et donc comparable ;
— la distribution des IRTs, parce que l'IRT, intervalle de temps
qui sépare deux réponses successives, est un indice pertinent
de la régulation temporelle acquise avec le DRL. Nous avons
exclu des distributions les pauses que nous traitons séparé
ment. Le début de l'IRT est donc toujours une réponse non
renforcée ;
— le taux de renforcement ;
— les conduites collatérales qui ont été observées de façon
systématique.
1. Comparaison des pauses
Nous avons, pour chaque séance expérimentale et pour
chaque rat, calculé la médiane et l'écart semi-interquartile de
la distribution des pauses. Nous présentons dans le tableau I
la valeur en secondes des pauses pour le dernier jour de condi- 114 MÉMOIRES ORIGINAUX
tionnement avec un délai donné, et le dernier jour de chaque
semaine d'apprentissage avec le délai 20 s.
La pause des rats « naïfs » augmente progressivement,
devient même supérieure à 20 s et se stabilise. La pause de trois
rats entraînés sur quatre est supérieure aux délais courts (12
et 14 s), devient inférieure aux délais plus longs, pour finalement
dépasser 20 s.
TABLEAU I
Evolution des pauses en fonction des délais
Délais
12 14 16 18 20 (1) 20 (2) 20 (3)
Groupe I (* naïfs »; :
13,64 19,40 22,10 20,90 22,84 1 11,30 17
(4,06) (4,30) (2,73) (3,33) (2,69) (2,58) (3,25) 16,16 17 18,94 17,68 23 23 22,86 2
(2,15) (3,88) (2,43) (2,18) (5,18) (2,11) (3,04) 3 10,60 14,90 17,80 18,20 24,34 23 21,24
(1,92) (2,51) (1,64) (3,69) (4,68) (1,80) (3,57) 18,38 19,50 19,80 21,30 4 10,84 13 16
(2,29) (2,35) (2,75) (1,47) (2,03) (2,70) (1,59)
Groupe II (* entraînés *) :
FI 20 s
5 ... 18,60 12,92 16,44 15,76 16,60 19,18 19,54 18,92
(3,52) (1,25) (2,12) (2,25) (1,12) (1,98) (1,56) (2,25) 6 ... 18,00 19,00 14,50 17,68 17,48 18,44 26,50 22,50
(3,53) (3,20) (2,54) (5,81) (3,20) (3,38) (2,34) (10,63) 7 ... 6,59 8,50 10,34 16,30 18 19,14 20,44 21,70
(1,36) (2,12) (2,34) (2,88) (4,35) (3,33) (2,69) (3,22) 17,45 15,60 16,50 20,40 18,58 23,11 8 ... 14,68 18
(3,90) (3,13) (4,69) (2,86) (2,50) (3,55) (3,66) (3,01)
La pause du quatrième rat « entraîné » (rat n° 7) suit la même
évolution que celle des rats « naïfs ».
Les rats du groupe I, parce que « naïfs », le rat n° 7
du groupe II dont la pause en FI 20 s était environ de 6 s, ne
sont pas habitués à faire une longue pause après l'obtention
de la récompense et comme il y a une dépendance directe entre
la longueur de la pause et le renforcement, celle-là augmente
avec le délai et lui devient même supérieure afin que des varia
tions puissent exister sans pour autant retarder le renforcement.
La pause des trois autres rats du groupe II, qui étaient habitués
à faire une pause de 16 à 18 s en FI 20 s, peut varier sans retarder
le renforcement lors du conditionnement aux délais 12 et 14 s
du DRL, mais pour 16, 18 et 20 s les limites de variation dimi
nuent, ces rats ont alors des difficultés à s'adapter. Cependant,
en fin de conditionnement avec le DRL, il n'y a pas de difîé- V. POUTHAS 115
rence entre la performance des rats « naïfs » et la performance
des rats « entraînés ». On peut donc conclure que les nouvelles
contingences de renforcement jouent un rôle plus important
que les conduites acquises lors de l'entraînement avec le FI 20 s.
2. Comparaison des IRTs
Nous avons établi la distribution de tous les IRTs moins les
pauses pour chaque séance expérimentale et pour chaque rat
et avons calculé comme pour la pause la médiane et l'écart
semi-interquartile. Nous avons gardé la même présentation des
résultats.
TABLEAU II
Evolution des IRTs en fonction des délais
Délais
12 14 16 18 20 (1) 20 (2) 20 (3)
naïfs » ) :
4,52 11,36 15,10 15 15,40 19,20 18,50
(3,33) (2,93) (7,17) (3,28) (6,15) (5,85) (5,67)
5,44 10 13 10,20 17,50 18,30 18,58
(3,60) (5,12) (7,17) (4,17) (6,16) (3,45) (3,67) 7,78 10,26 14,40 13,54 13 15,16 14,84
(4,43) (6,02) (4,75) (4,49) (3,50) (3,84) (5,17)
4,32 8,94 12,35 16,84 18,10 17,40 18,30
(2,20) (3,78) (5,25) (6,17) (3,78) (3,54) (4,84)
« entraînés ») :
6,80 6,92 10,42 11,50 13,80 15,68 18
(5,17) (4,12) (4,52) (5,42) (7,10) (10,72) 11,50 (4,76) 2,62 10,30 11,68 19,50 7,42 20,20
(1,26) (4,09) (6,73) (6,87) (9,57) (5,90) (8,75) 9,50 1,48 9,68 13,80 13,76 17,50 19,18
(1,42) (5,08) (5,29) (8,54) (9,01) (4,44) 11,34 (5,38) 16,30 6,20 6,54 11,76 13,30 19,60
(4,41) (3,87) (4,14) (4,50) (8,84) (2,69) (4,18)
II y a une augmentation nette et progressive de la médiane
des IRTs pour les deux groupes en fonction du délai. Les IRTs
des rats « entraînés » restent inférieurs à ceux des rats « naïfs »
jusqu'à DRL 20 s, mais alors que ceux du groupe I se stabilisent
pendant le conditionnement à DRL 20 s, ceux du groupe II
continuent d'augmenter et deviennent même sensiblement
supérieurs à ceux du premier groupe. La différence témoigne
du handicap qu'a au départ le groupe II sur le groupe I, du fait 116 MÉMOIRES ORIGINAUX
de son entraînement préalable avec le FI, pendant lequel les
rats avaient l'habitude de donner des réponses très rapprochées
en fin d'intervalle. Pour obtenir de la nourriture, lors du DRL,
ils doivent inhiber leurs réponses, et peut-être que, par effet de
contraste (behavioral contrast, Terrace, 1971), ils développent
une inhibition plus forte que les rats « naïfs ».
3. Comparaison des taux de renforcement1
Nous avons calculé le taux de renforcement obtenu par
chaque groupe de rats. Nous avons calculé un second taux de
renforcement pour le groupe II qui ne tient pas compte des
résultats du rat n° 7, résultats qui ne sont pas homogènes à
ceux des trois autres rats et qui sont par contre semblables à des rats « naïfs » (cf. résultats sur les pauses).
TABLEAU III
Evolution du taux de renforcement
en fonction des délais
(En %)
Délais
20 20 20
12 14 16 18 (1) (2) (3)
Groupe I (<t naïfs ») :
30 39 44 39 39 50 55 (1-2-3-4)
Groupe II (<t entraînés »)
25 27 22 25 22 38 49 (5-6-7-8)
46 27 25 18 22 34 46 (5-6-8)
Donc, le taux de renforcement des rats « entraînés », de 46 %
lors du conditionnement avec le délai 12 s, diminue considé
rablement jusqu'à 18 % (délai 18 s) alors que celui des rats
« naïfs » augmente progressivement. Cependant, en fin de condi
tionnement, les rats « entraînés » ont pratiquement comblé
leur déficit.
Nous concluons donc que nous n'avons pas observé de diff
érence notable entre les deux groupes de sujets en fin de condi
tionnement avec le DRL, en ce qui concerne les trois indices
1. Taux de renforcement : nombre de renforcements sur le nombre de
réponses X 100.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.