Rembrandt, un maître dans son atelier - article ; n°1 ; vol.42, pg 3-25

De
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1987 - Volume 42 - Numéro 1 - Pages 3-25
Rembrandt: A Master in the Studio. S. Alpers.
How are we to explain the effect of singularity and individuality given off by apainting such as Rembrandt's Jewish Bride ? It has become the custom to begin with a meditation on the meaning of the picture. But let us consider instead how the picture might have been mode in such a way as to raise the question of meaning. Ipropose to see Rembrandt's works in terms of the circumstances of his own production or making of art. His life and the life of his art are largely a studio matter. Rembrandt represented life as if it were an event staged in his studio. The puzzling nature of the Jewish Bride is evidence of the professional basis and is the pictorial effect of Rembrandt's domination of the world brought into his studio.
23 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1987
Lecture(s) : 58
Nombre de pages : 24
Voir plus Voir moins

Svetlana Alpers
Rembrandt, un maître dans son atelier
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 42e année, N. 1, 1987. pp. 3-25.
Abstract
Rembrandt: A Master in the Studio. S. Alpers.
How are we to explain the effect of singularity and individuality given off by apainting such as Rembrandt's Jewish Bride ? It has
become the custom to begin with a meditation on the meaning of the picture. But let us consider instead how the picture might
have been mode in such a way as to raise the question of meaning. Ipropose to see Rembrandt's works in terms of the
circumstances of his own production or making of art. His life and the life of his art are largely a studio matter. Rembrandt
represented life as if it were an event staged in his studio. The puzzling nature of the Jewish Bride is evidence of the professional
basis and is the pictorial effect of Rembrandt's domination of the world brought into his studio.
Citer ce document / Cite this document :
Alpers Svetlana. Rembrandt, un maître dans son atelier. In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 42e année, N. 1, 1987.
pp. 3-25.
doi : 10.3406/ahess.1987.283365
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1987_num_42_1_283365AR ET HIS TO IRE
SVETLANA ALPERS
REMBRANDT UN MAITRE DANS SON ATELIER
Très tôt art de Rembrandt est apparu unique en soi Si on prend deux
portraits réalisés par des peintres hollandais il ne semble guère difficile de dire
lequel est de Rembrandt fig arrière-plan assombri ou obscur sur le couple amoureux se détache pour apparaître en pleine lumière la
palette limitée les teintes peu nombreuses modelées en une matière richement
travaillée et surtout la présence de ce couple immobile qui nous fait face et
dont les pensées et les sentiments suggérés sont au-delà de la surface qui arrête
notre regard telles sont les caractéristiques de nombre uvres parmi les plus
impressionnantes de Rembrandt
Nous avons pris comme exemple le tableau du Rijksmuseum connu depuis
son apparition sur le marché de art au xixe siècle sous le titre La Fiancée
juive Br 416)1 La représentation des visages pourrait laisser penser il
agit individus particuliers dont Rembrandt aurait fait les portraits Mais
leurs gestes leur costume singulier introduisent certains éléments énigmatiques
qui ont conduit les spécialistes suggérer que Rembrandt avait en fait repré
senté des personnages de histoire biblique Peut-être agit-il du fils
Abraham Isaac et de Rebecca son épouse alors Guerar chez les Phi
listins ils se faisaient passer pour frère et ur et que le roi Abimèlek qui
découvrit ils étaient amants les épiait Les deux interprétations pourraient
être vraies époque en Hollande il était la mode pour les couples de se
faire représenter en personnages historiques On pourrait spéculer sur les
diverses manières dont les peintres alors rendaient les identités sociales et évo
quaient les urs dans une société en rapide mutation homme et la femme
qui figurent sur le second tableau sont un couple de Hollandais qui comman
dèrent Jan de Bray leurs portraits en Ulysse et Pénélope remarquons ils
Annales ESC janvier-février 1987 n0 pp 3-25 ET HISTOIRE ART
Illustration non autorisée à la diffusion
Rembrandt van Rijn La Fiancée Juive avec aimable autorisation
du Rijksmuseum-Stichtung Amsterdam
tiennent un fuseau La sécheresse de la surface peinte et la gaucherie des atti
tudes pourraient faire croire ils ont passé la tête travers un de ces décors
peints comme on en trouve encore chez certains photographes ou dans les fêtes
foraines La Fiancée juive est un portrait Rembrandt est cependant parvenu
en représentant ses contemporains évoquer autres temps et autres lieux
Mais la question de interprétation demeure en suspens pour les historiens de
art tout au moins agit-il un portrait ou une scène historique Rem
brandt nous laisse dans le doute Ainsi ce que nous pourrions nommer le pro
blème du sujet serait une autre caractéristique de nombre uvres de Rem
brandt2
Les différences que on peut déceler entre deux toiles telles que celles-là ont
souvent servi de prétexte la question classique Rembrandt était-il ou non un
peintre typiquement hollandais tait-il semblable aux autres artistes ou se
sentait-il étranger parmi eux un marginal voire comme cru le xixe siècle
un solitaire3 Une telle conception trouve quelque fondement dans son
uvre ses tableaux donnent effectivement une impression de singularité
individualité et intériorité Mais aimerais tenter une approche différente
du problème et replacer Rembrandt intérieur même de sa culture je ef
forcerai pour ce faire examiner les circonstances de sa propre production REMBRANDT DANS SON ATELIER ALPERS
de sa fabrication oeuvres art histoire de art est peut-être trop long
temps et de fa on trop exclusive intéressée aux questions de signification alors
que dans le cas de Rembrandt il serait bon de délaisser la question du sens au
bénéfice de celle de la création Rembrandt a-t-il pas très tôt cherché attirer
attention sur le caractère souvent laborieux de son travail de la peinture Il
mettait ainsi accent sur acte inventif en tant que pratique il semble alors
tout fait justifié de se demander ce une telle pratique implique Plutôt que
de reprendre les considérations habituelles sur la signification du couple de La
Fiancée juive il serait bon de rechercher ce qui dans la réalisation même du
tableau fait que la première question qui se pose on le regarde est celle
de son sens Adaptant une formule célèbre de Gombrich nous pourrions dire
que la construction précède la signification4 Et au moins en ce qui concerne
Rembrandt il semble que étude des modalités de création des uvres soit
étape préalable toute tentative de compréhension de leur sens Examinons
un des aspects de la production de Rembrandt son atelier en tant que lieu de
travail lieu enseignement et centre affaires
Illustration non autorisée à la diffusion
Jan de Bray Couple représenté en Ulysse et Pénélope 1668
Collection du J.B Speed Museum Louisville Kentucky
Je me propose de montrer que la vie de Rembrandt et celle de son art sont
en grande partie liées son atelier Une telle affirmation soulève un certain
nombre objections art de Rembrandt ayant une portée humaine et histo
rique considérable En choisissant de peindre des sujets histoire sujets nobles ART ET HISTOIRE
par excellence époque Rembrandt se détournait de univers visible mon
dain des autres peintres hollandais De ce point de vue activité du portraitiste
condamné peindre après nature correspondait peut-être pour lui une
nécessité ordre économique une fa on de gagner de argent fort éloignée
des ambitions véritables de art Ses uvres semblent évoquer et saisir les
mécanismes de imagination humaine plutôt que les préoccupations réelles les
dispositions matérielles un atelier de peintre Que pouvait-il de surcroît
avoir de plus éloigné du sentiment que Rembrandt avait de la solitude essen
tielle de homme que activité fébrile qui règne dans un atelier
Ce que nous savons hui du temps et de énergie que Rembrandt
consacrés ses tâches enseignement et de direction un grand atelier remet
en question une telle analyse5 Il eut au moins quarante élèves et son style
influen un nombre plus grand encore artistes Il créa et inspira une école de
peinture dont il effor de diffuser les uvres auprès du public hollandais On
compte probablement parmi les uvres de Rembrandt et celles de ses élèves et
collaborateurs plus de représentations des activités propres un atelier la
manière dont posent les modèles et les clients le décor qui les entoure que chez
tout autre artiste européen de époque fig 3)6 la représentation commu
nément acceptée un Rembrandt qui aurait choisi la noble voie de la peinture
Illustration non autorisée à la diffusion
Rembrandt van Rijn ou plus vraisemblablement un de ses élèves)
Intérieur atelier avec deux modèles Cabinet des Dessins Musée du Louvre Paris ALPERS REMBRANDT DANS SON ATELIER
histoire il nous faut présent ajouter celle de homme qui choisit aussi de
vivre existence un atelier très actif La question de la distinction entre les
uvres de Rembrandt et celles autres peintres hollandais telle que nous
avons évoquée avec le tableau de De Bray récemment été formulée en termes
différents Loin être considéré comme un créateur isolé Rembrandt appar
tient hui un vaste groupe artistes élèves collaborateurs imita
teurs dont on lui longtemps attribué tort certaines uvres Ainsi authenti
cité un nombre étonnant de tableaux jadis considérés comme des uvres
canoniques est actuellement contestée citons Le Cavalier polonais Br 279)
de la collection Frick New York) Homme au casque or de Berlin
Br 128) le David et Saul de La Haye et même une série complète de petits
tableaux histoire des années 16507 Le Projet de recherches sur Rem
brandt créé Amsterdam il une quinzaine années afin établir de fa on
définitive aide des méthodes scientifiques les plus modernes la paternité
des uvres donné des résultats inattendus loin de montrer en quoi art de
Rembrandt était singulier équipe de chercheurs semble-t-il attiré atten
tion sur sa diffusion8 Les connaissances nouvelles dont nous disposons sur
atelier et entourage du peintre nous permettent de conclure il pas été
pendant la plus grande partie de son existence un génie solitaire mais bien ini
tiateur un style pictural qui fut même un temps la mode
Certes alliance de la peinture histoire et de la direction un atelier réa
lisée par Rembrandt avait eu illustres précédents entre autres en Europe sep
tentrionale celui exemplaire de Rubens Mais la différence de Rubens grand
voyageur diplomate et confident des rois ou même de Bloemart Honthorst ou
Lastman maîtres plus modestes ateliers dans le nord des Pays-Bas Rem
brandt demeura au pays est dans atelier où il travaillait et tenait son
commerce art il fit entrer le monde Par sa nature même le style de Rem
brandt est le produit de atelier Bien que ses ambitions eussent égalé celles de
importe quel autre artiste de son temps est dans ce cadre elles se mani
festèrent plus particulièrement Il trouvé le moyen de se figurer existence
réelle ou du moins de la représenter comme il agissait une réalité atelier
organiserai mon étude de la fa on suivante dans un premier temps
partir de quelques données de caractère biographique je tenterai de montrer
que atelier occupe une place centrale dans la carrière et uvre de
Rembrandt ensuite analyse une première uvre nous permettra illustrer
de quelle manière dans son atelier Rembrandt représente la vie comme une
réalité ordre théâtral Et enfin étude une deuxième uvre nous aidera
montrer quels sont les fondements professionnels et la nature picturale du trai
tement par Rembrandt de atelier comme son domaine propre
Les grands traits de la vie de Rembrandt sont assez bien connus9 Fils un
meunier de Leyde benjamin de huit enfants vivants Rembrandt suit les cours
de école latine locale peut-être parce que ses parents souhaitent le voir entrer
dans la bureaucratie dirigeante Cependant ses goûts le poussent vers les études
artistiques tout abord chez le maître ley dois Isaak van Swanenburgh la
fin de son apprentissage pour parfaire sa formation il travaille six mois
Amsterdam chez Pieter Lastman peintre histoire renommé Bien que les
dates de ce séjour soient imprécises on peut supposer il eut lieu vers 1625-
1626 alors que Rembrandt allait vers ses vingt ans son retour il travaille cinq ART ET HISTOIRE
ou six ans Leyde où il est le rival de Jan Lievens mais rien ne permet
affirmer comme on quelquefois supposé ils aient partagé le même
atelier et accueille là ses premiers élèves Rembrandt se spécialise dans les
petits tableaux histoire la manière de Lastman et aussi dans les tronies
ces études de têtes connues en France au xvnie siècle sous le nom de têtes de
fantaisie Cette rivalité entre Lievens et Rembrandt chose plutôt exception
nelle dans art hollandais époque apparaît dans leurs uvres et aussi dans
le rapprochement que le secrétaire du Stathouder de La Haye
Constantijn Huygens établit entre eux dans une critique dithyrambique il
leur consacra dans son fragment autobiographie inédit il loue Lievens
pour ses portraits et Rembrandt pour ses scènes historiques
De nombreuses études ont été consacrées la production des deux artistes
au cours de ces années de jeunesse on accorde généralement dire que est
Lievens qui montrait plus de facilité et travaillait souvent sur une plus vaste
échelle qui fit concurrence Rembrandt Nous avons là comme le remarqua
un jour Horst Gerson un premier exemple et un cas pratiquement unique dans
art hollandais du type de relations qui devaient établir entre Braque et
Picasso dans les années 1907-1910 Mais au lieu de attarder sur les divers
aspects de leur production leydoise aimerais étudier évolution de leurs car
rières respectives et montrer en quoi elles différèrent Jeunes et pleins ambi
tion tous deux ils choisirent de quitter Leyde pour courir leur chance Il est
remarquable alors ils recherchaient une gloire internationale que leurs
périples ne les aient conduits un ni autre en Italie En 1632 peu après le
départ de Rembrandt pour Amsterdam Lievens semble-t-il fit route pour
Angleterre où il souhaitait trouver un emploi la cour Il parvint certainement
ses fins Il tout lieu de penser il peint le roi ainsi que plusieurs mem
bres de la famille royale Il semble bien que Van Dyck dont le style pictural et
la réussite la cour lui servirent de modèles ait exercé sur lui une certaine atti
rance Il existe un portrait de Lievens mais aucun de Rembrandt dans Icono
graphie le célèbre recueil de portraits au burin ou eau forte réalisés par
Van Dyck Lorsque vers 1635 le peintre flamand revint Anvers Lievens fit de
même là il entra dans la Guilde et se maria De retour Amsterdam en 1644
Lievens fut invité participer divers grands projets civils ou pour la cour
Oranjezaal au Huis ten Bosch des peintures inspiration mythologique pour
un château de la famille Orange Oranienburgh et enfin il travailla
hôtel de ville Amsterdam lui-même10 était là le couronnement une car
rière publique exemplaire est ailleurs ainsi que Lievens jugeait sa propre
réussite on rapporte en 1654 il aurait dit Lord Ancram dont il faisait le
portrait que nul ne pouvait lui être comparé dans toute Allemagne la Hol
lande ou le reste des Dix-Sept Provinces 11 On pourrait dire que était exac
tement là le sentiment que Rembrandt avait de lui-même Mais ce qui était vrai
de la carrière de Lievens ne était pas de son art On laissé entendre que Rem
brandt aurait souhaité connaître une réussite image de celle de Lievens
était peut-être le rêve que les deux artistes avaient partagé au temps de leur
jeunesse Leyde Mais on peut penser que ambition de Rembrandt était pas
être le meilleur en Europe du Nord mais tout simplement le meilleur en
Europe Il parvint mais est dans le fonctionnement et influence de son
atelier et non dans une brillante carrière publique comme celle dont Lievens ALPERS REMBRANDT DANS SON ATELIER
pouvait se vanter que on trouve la preuve de sa réussite est aux exigences de
atelier et non celles un souverain que art de Rembrandt se conformait et
est cela qui exige explication
Rembrandt travailla certes aussi pour la cour tôt il réalisa un portrait
Amelia von Solms épouse du prince Frédéric Henri Br 99) ainsi que
autres commandes dont le cycle si souvent étudié des tableaux de la Passion
Br 548 550 557 560 561 Un de ses auto-portraits probablement celui qui
se trouve hui Liverpool Br 10 appartenait la collection de
Charles Ier Angleterre dès 1639 Certaines uvres plus tardives ainsi
esquisse connue sous le nom de Union du Pays Br 476) eau-forte Le
Phénix et La Conjuration de Claudius Civilis Br 482 ont fait soup onner
Rembrandt avoir eu des sympathies orangistes Mais pour autant on le
sache il ne quitta jamais la voie il était tracée je veux dire il alla pas
chercher fortune la cour en Angleterre ni même La Haye Pour Rembrandt
la cour était une affaire atelier un certain goût pour les personnages raffinés
et les tenues élégantes par exemple ces chaînes or que on voit son cou
ou au cou de quelques-uns de ses modèles apparaît clairement dans son
uvre. Précisément époque où Lievens partait pour la cour Angleterre
Rembrandt allait vivre Amsterdam et travailler dans atelier Uylenburgh
installé dans la Jodenbreestraat de 1631 1635 Là avec autres artistes il
investit ses talents et aussi de argent dans la production uvres adaptées
au réseau commercial organisé par Uylenburgh est au cours de ces années
que Rembrandt découvrit ses compétences de portraitiste Il assura certaine
ment aussi un enseignement dirigeant la production de copies de ses uvres ou
de celles autres artistes Certaines études modernes déplorent la baisse du
nombre de gravures et de tableaux histoire produits par Rembrandt cette
époque mais il est clair que est pendant ces années alors il consacrait son
temps aux activités complexes de atelier Uylenburgh que acquit
les méthodes de production et de vente il devait employer par la suite est
chez Uylenburgh que Rembrandt accoutuma un milieu il devait dans
une certaine mesure reproduire dans son propre atelier Il faut ajouter que ce
qui allait se faire dans atelier de Rembrandt avec sa tête un artiste seul et
ambitieux le mélange enseignement atelier et de commerce boutique) la
nature de art produit différerait de ce qui se faisait chez Uylenburgh
Le mariage véritable promotion sociale de Rembrandt avec Saskia la fille
un bourgmestre et achat en 1639 une demeure extravagante et ruineuse ne
doivent pas nous faire oublier que ces choix sont autant éléments significatifs
de sa carrière On pourrait présenter la chose de la fa on suivante et dire
alors que Lievens recherchait les honneurs de la cour Rembrandt épousait
la cousine bien-née du marchand art pour qui il travaillait et endettait de
manière considérable pour acquérir la maison immédiatement voisine de celle
de ce marchand sur la Jodenbreestrat et installer sa propre boutique Les
commentaires sur la vie de Rembrandt ont connu diverses phases que on peut
schématiquement résumer ainsi image ancienne elle date de peu après sa
mort qui faisait de Rembrandt une espèce de bon rien succédé au xixe siècle
celle un bohème la recherche moderne qui montré que la collection privée
de Rembrandt un temps considérée comme une accumulation hétéroclite
objets sans valeur avait un caractère encyclopédique qui la rendait digne des ART ET HISTOIRE
aspirations un gentilhomme voit en ce peintre un homme aux grandes ambi
tions sociales12 Récemment on lui découvert aussi des ambitions de cour
ce qui laisse supposer que Rembrandt non pas faute avoir essayé avait
échoué se plier aux règles du jeu de aristocratie ou de la Régence13 Chacune
de ces représentations en misérable en collectionneur avide ou en courtisan
raté est pas selon moi sans rapport avec les activités de atelier de Rem
brandt ni avec certaines réactions suscitées par ces
Si la carrière de Lievens et ses relations de cour nous fournissent un exemple
de réussite artistique époque un autre exemple nous est donné par
Ferdinand Bol14 Fils une famille aisée de Dordrecht son père était maître
chirurgien Bol fut le premier une série artistes originaires de cette ville qui
étudièrent ou firent leur apprentissage chez Rembrandt Il connut Amsterdam
une réussite extraordinaire il peignit de nombreux portraits de membres des
corporations fut invité réaliser deux uvres majeures pour le nouvel hôtel de
ville et la différence de Rembrandt occupa de nombreuses fonctions publi
ques depuis celle de gouverneur de la corporation des artistes la Guilde de
St Luc de sergent de la garde civile de son quartier Mais est la
fin de sa carrière que je veux en venir son apogée marqué de manière curieuse
par son remariage en 1669 avec une femme très riche Il est intéressant de
remarquer que les bans furent publiés deux jours précisément après les funé
railles de Rembrandt Après ce beau mariage Bol qui était âgé de 53 ans cessa
tout simplement de peindre et cela sa mort quelque onze années plus
tard Sa décision est loin être unique en son genre époque le paysagiste
Meindert Hobbema fit de même il obtint emploi bien rémunéré de jau-
geur juré de la ville Amsterdam Ainsi une des marques de la réussite pour
un artiste était avoir suffisamment argent pour pouvoir cesser de peindre
Il est clair que Rembrandt était pas hostile idée de mettre art et les
affaires sur le même plan on pourrait même dire que contrairement Bol il
avait fait de la peinture son métier Après la mort de sa première femme
Saskia en 1642 il choisit une voie toute différente de celle de Bol On affirmé
il ne était jamais remarié parce que les dispositions du testament de son
épouse auraient obligé en ce cas sacrifier une partie de héritage Mais il est
évident un mariage comme celui de Bol avec une femme encore plus riche
aurait été pour lui une manière de résoudre ce problème Je avancerai pas la
thèse selon laquelle les relations de Rembrandt avec Geertge et ensuite avec
Hendrickje les deux femmes qui succédèrent Saskia furent placées sous
le signe de amour véritable et non de intérêt économique le plus sordide Je
ne reviendrai pas non plus sur les preuves dont nous disposons de la manière
brutale avec laquelle Rembrandt se débarrassa de Geergte il lui trouva
une rempla ante Mais une chose semble évidente et pour cela nous avons le
témoignage de ses uvres est que ces deux femmes comme Saskia avant
elles furent considérées par Rembrandt utilisées pourrait-on même dire
comme des modèles pour son art Ne signalons que deux exemples on recon
naît généralement Geertge dans la femme qui se penche hors de son lit Sarah
peut-être Br 521 Edimbourg) et Hendrickje certainement servi de modèle
la Bethsabée du Louvre Br 521 Loin de voir comme Bol et autres le firent
dans le mariage un moyen de quitter atelier Rembrandt introduisit comme
il le fit pour maintes autres choses dans ALPERS REMBRANDT DANS SON ATELIER
On pourrait poursuivre étude sur ce point en considérant atelier comme
espace la fois réel et représenté était une pratique commune en Hollande
que de ne pas séparer art de la vie domestique atelier Schilderkamer était
une des pièces de la demeure de artiste où souvent il se représentait uvre
Souvent aussi il aimait se peindre avec sa femme et ses enfants en famille En
autres termes art était une production domestique et donc représenté
comme telle Ce point particulier est illustré par Comenius dans son Orbis
Pidus qui prend pour modèle de La Famille la famille même de artiste
fig Rembrandt ne est dépeint une seule fois dans un décor domestique
et jamais comme chef de famille Son Auto-portrait avec Saskia Br 30
Dresde où il figure en Fils Prodigue de la Bible semble être uvre propre
saper économie domestique que défendaient les autres peintres hollandais Ce
tableau est extravagant aussi bien dans un sens économique que sexuel On
pourrait parler son propos une débauche de talents Nous savons que Rem
brandt maintint une coupure entre son atelier et la sphère domestique On
raconte il utilisait des cloisons pour créer des cellules indépendantes dans les
quelles ses élèves et ses collaborateurs pouvaient travailler seuls Bien que le but
recherché ait pu être assurer chaque peintre une certaine intimité en procé
dant ainsi Rembrandt définissait atelier comme un espace distinct du foyer
Pour revenir la question du rôle de modèle joué par épouse de artiste il
est utile là encore examiner le cas particulier présenté par Rubens Le choix
il fit Helena Fourment pour seconde femme nous renseigne sur sa concep
tion du métier de peintre Le maître flamand écrivit Peiresc que lors de son
veuvage il avait écarté la possibilité épouser une femme de la cour qui selon
ses propres mots aurait rougi de le voir prendre un pinceau Malgré sa réussite
la cour Rubens aspirait pas vivre dans cet univers Il choisit de demeurer
Anvers et de prendre pour épouse une femme de la bourgeoisie la diffé
rence des maîtresses de Rembrandt origine modeste Helena Fourment
proche en cela de Saskia était la fille un riche marchand de tapisseries et de
soieries et elle favorisa la carrière de Rubens en lui faisant obtenir des comman
des de cartons de tapisserie Son véritable rôle comme modèle de son mari
dans le superbe nu de Vienne connu sous le nom de Het Pelsken était
manifestement une affaire privée Le tableau était pas destiné être vendu et
Rubens le laissa son épouse sa mort On longtemps laissé entendre parfois
pourrait-on ajouter des fins commerciales que toutes les beautés féminines de
artiste avaient eu sa femme pour modèle Ainsi Philippe IV se laissa dire que
le corps superbe de Vénus sur un Jugement de Paris de Rubens était celui de
épouse du peintre et le xixe siècle voulut reconnaître Helena dans chacune
des femmes il avait représentées Mais exception des portraits de famille
et du tableau de Vienne il aucune preuve Helena ait réellement servi de
modèle Rubens Hendrickje et très probablement Geertge aussi posa pour
Rembrandt maintes reprises et ces uvres étaient destinées normalement la
vente Malgré le recours fréquent des membres de leur famille que les peintres
hollandais faisaient des fins artistiques il est permis de se demander si la nou
velle Mme Bol aurait posé nue comme le fit Hendrickje Si la question est
ordre culturel elle est aussi intéressante en matière de création artistique
La formation dispensée dans atelier de Rembrandt et les pratiques qui
avaient cours étaient inhabituelles Dessins peintures et témoignages verbaux
11

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.