Représentation du soi et auto­attention en fonction de l'âge - article ; n°2 ; vol.100, pg 265-284

De
Publié par

L'année psychologique - Année 2000 - Volume 100 - Numéro 2 - Pages 265-284
Résumé
La représentation du soi est susceptible d'évoluer à la fois en fonction de l'âge et des conditions situationnelles. Une première recherche se propose de décrire la structure de cette représentation en distinguant traits centraux et périphériques selon l'âge. Si les traits centraux sont communs aux différents âges, il en va différemment avec les traits périphériques qui varient selon les groupes d'âge. Une seconde recherche porte sur l'effet que la focalisation de l'attention sur soi, publique ou privée, entraîne sur l'évaluation des traits précédents. Les conditions situationnelles affectent peu les traits centraux et plus nettement les traits périphériques. On note également un effet du type de centration sur soi selon l'âge.
Mots-clés : représentation du soi, auto-attention, vieillissement.
Summary : Self-representation and self-attention according to age.
The self-representation is supposed to evolve with age and with situational conditions. A first study investigates the structure of this representation and distinguishes central elements from peripheral ones according to age. A second study examines the effects produced by focalisation of self-attention on public or private self, on the evaluation of the previous elements varying with age. The results show that central elements of self representation are quite identical across age but peripheral ones are different in some ways. The situational conditions affect in particuler the peripheral elements. There is also an age effect on the private or public aspect of self attention.
Key words : self-concept, self-awareness, self-attention, aging.
20 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 2000
Lecture(s) : 70
Nombre de pages : 21
Voir plus Voir moins

Nathalie Bailly
Daniel Alaphilippe
Représentation du soi et auto­attention en fonction de l'âge
In: L'année psychologique. 2000 vol. 100, n°2. pp. 265­284.
Résumé
La représentation du soi est susceptible d'évoluer à la fois en fonction de l'âge et des conditions situationnelles. Une première
recherche se propose de décrire la structure de cette représentation en distinguant traits centraux et périphériques selon l'âge. Si
les traits centraux sont communs aux différents âges, il en va différemment avec les traits qui varient selon les
groupes d'âge. Une seconde recherche porte sur l'effet que la focalisation de l'attention sur soi, publique ou privée, entraîne sur
l'évaluation des traits précédents. Les conditions situationnelles affectent peu les traits centraux et plus nettement les traits
périphériques. On note également un effet du type de centration sur soi selon l'âge.
Mots­clés : représentation du soi, auto­attention, vieillissement.
Abstract
Summary : Self­representation and self­attention according to age.
The self­representation is supposed to evolve with age and with situational conditions. A first study investigates the structure of
this representation and distinguishes central elements from peripheral ones according to age. A second study examines the
effects produced by focalisation of self­attention on public or private self, on the evaluation of the previous elements varying with
age. The results show that central elements of self representation are quite identical across age but peripheral ones are different
in some ways. The situational conditions affect in particuler the peripheral elements. There is also an age effect on the private or
public aspect of self attention.
Key words : self­concept, self­awareness, self­attention, aging.
Citer ce document / Cite this document :
Bailly Nathalie, Alaphilippe Daniel. Représentation du soi et auto­attention en fonction de l'âge. In: L'année psychologique. 2000
vol. 100, n°2. pp. 265­284.
doi : 10.3406/psy.2000.28640
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_2000_num_100_2_28640L'Année psychologique, 2000, 100, 265-284
Laboratoire de Psychologie expérimentale
Université François-Rabelais1
REPRESENTATION DU SOI
ET AUTO-ATTENTION
EN FONCTION DE L'ÂGE
par Nathalie BaILLY et Daniel AlaPHILIPPE2
SUMMARY : Self-representation and self- attention according to age.
The self-representation is supposed to evolve with age and with situational
conditions. A first study investigates the structure of this representation and
distinguishes central elements from peripheral ones according to age. A second
study examines the effects produced by focalisation of self-attention on public or
private self, on the evaluation of the previous elements varying with age. The
results show that central elements of self representation are quite identical
across age but peripheral ones are different in some ways. The situational
conditions affect in particuler the peripheral elements. There is also an age
effect on the private or public aspect of self attention.
Key words : self-concept, self-awareness, self-attention, aging.
La représentation de lui-même que se construit chaque indi
vidu humain constitue un centre d'intérêt primordial pour le
psychologue. Les investigations dans ce domaine ont joué un
rôle fondateur dans le développement de différents secteurs de la
psychologie : depuis les études développementales jusqu'à la sociale, sans négliger le domaine clinique et psycho
pathologique. Elles constituent toujours un domaine de
recherche fort actif (Martinot, 1995 ; Piolat, 1995). En outre ces
préoccupations débouchent le plus souvent sur des applications
1. 3, rue des Tanneurs, 37041 Tours Cedex.
2. E-mail : alaphilippe@univ-tours.fr. 266 Nathalie Bailly et Daniel Alaphilippe
pratiques d'aide ou de diagnostic qui s'appuient sur la dimens
ion adaptative de cette représentation.
De nombreux auteurs (Markus, 1977 ; Greenwald, 1980 ;
Higgins, Bond, Klein et Strautman, 1986) s'accordent à consi
dérer au-delà de leurs divergences, la représentation du soi
comme un processus adaptatif qui répond à la nécessité pour
tout sujet de maintenir la permanence d'un moi intégrateur
alors même qu'il se trouve confronté aux changements aussi
bien développementaux que situationnels qui affectent son
organisme.
Ainsi, tout au long de la durée de vie, chacun connaît-il un
développement qui transforme de manière importante son appa
rence physique, ses capacités et ses compétences motrices, cogni-
tives, affectives, ou encore ses modalités d'intégration sociale.
Ces phénomènes ont été bien décrits autour de l'enfance et de
l'adolescence. Plus rares et récents sont les travaux à propos de
la dernière période de la vie de la personne adulte. Alors même
qu'à ce moment l'organisme connaît des transformations radical
es qui ne peuvent qu'affecter la représentation qu'un sujet peut
avoir de lui-même. En retour, cette peut entraî
ner des conséquences notoires sur l'adaptation du sujet à son
environnement psychologique, social ou même physique (Ala
philippe et Bailly, 1997).
Les observations qui ont été faites mettent en évidence les
qualités adaptatives certaines des personnes âgées (Baltes et
Baltes, 1990). En ce qui concerne la représentation du soi, on a
montré que se mettait en place à partir de soixante-cinq ans une
équilibration des dimensions du soi (L'Ecuyer, 1994). Une évo
lution de la prépondérance des centres d'intérêt induit en fin de
vie un sentiment de moindre maîtrise de l'environnement
(Nurmi, Puliainen et Salmmela-Aro, 1992 ; Alaphilippe et Chas-
seigne, 1993 ; Alaphilippe, 1995).
Nous nous intéresserons plus particulièrement ici à la dimens
ion sociale de la représentation du soi. A ce titre, il nous semble
important de différencier deux types de soi : le soi-agent et le
soi-objet. Si le soi en tant qu'agent est une structure executive
du système mental qui dirige et contrôle les expériences, les pen
sées et les actes, le soi en tant qu'objet se réfère à la connaissance
et à l'évaluation de nous-mêmes (James, 1890 ; Martinot, 1995).
Dans ce dernier cas le soi constitue donc un objet parmi d'autres,
au sein de tous ceux qui se manifestent dans notre environne- Représentation du soi 267
ment psychologique et social, même s'il se distingue par sa cen-
tralité et sa permanence. Nous postulerons en conséquence que
les modèles théoriques et opératoires qui s'appliquent aux repré
sentations sociales peuvent être sollicités pour décrire la
sentation du soi.
L'utilisation de la théorie et de la méthodologie des représen
tations sociales permet de distinguer clairement éléments cen
traux permanents et éléments périphériques modifiables. La
fonction adaptative remplie par ces éléments répond à la double
injonction d'assurer de la cohérence tout en permettant l'adap
tation. Notre choix méthodologique s'est porté sur une approche
quantitative de la centralité (Flament, 1981 ; Degenne, 1985 ;
Abric, 1994 ; Guimelli, 1994). Deux critères semblent caractér
iser les aspects centraux d'une cognition : l'effet de saillance et
l'effet de connexité. Le premier est lié à la place privilégiée de
certaines cognitions dans le discours d'un individu. Ces dernières
jugées plus importantes, utilisées plus fréquemment que d'au
tres renvoient au caractère central de la représentation : la sai
llance étant la conséquence de la valeur symbolique de la repré
sentation centrale. L'effet de connexité quant à lui, a trait à la
forte capacité associative de la représentation centrale. Une
cognition centrale sera donc liée avec un grand nombre d'autres
éléments de la représentation. Il est entendu que ces deux pro
priétés quantitatives ne peuvent être le seul critère de sélection
pour valider l'hypothèse de centralité. Certains auteurs propo
sent d'y adjoindre des dispositifs susceptibles d'apporter une
information qualitative (Moliner, 1994). Toutefois, comme le
souligne Verges (1994), il ne s'agit pas de rejeter toute approche
quantitative dans la détermination du noyau central, mais peut-
être de mieux contrôler les critères quantitatifs par d'autres pro
priétés structurales.
Si les processus adaptatifs peuvent être envisagés de manière
relativement globale et à long terme sur une période de vie plu
tôt importante, ils ont aussi à répondre à des modifications
ponctuelles de l'environnement immédiat. Parmi les différents
facteurs situationnels susceptibles d'entraîner des
de la représentation du soi nous avons choisi de nous intéresser à
ceux en mesure de provoquer une focalisation de l'attention
sur soi.
Dans ce dernier domaine, les travaux initiaux de Wicklund
(1975), puis ceux de Carver et Scheier (1981), ou Gibbons (1990) 268 Nathalie Bailly et Daniel Alaphilippe
ont montré que le fait de polariser l'attention des sujets sur eux-
mêmes (situation d' « objective self- awareness ») a pour effet de
rendre plus saillantes les références normatives en fonction des
quelles chacun procède à sa propre évaluation de lui-même, de
son comportement et de ses performances. Or, ces références
normatives sont dépendantes des situations environnementales.
Certaines situations nécessitent de faire appel à des
externes, d'autres à des références internes. Dans le premier cas,
l'évaluation s'établit sur les aspects publics du sujet. Nous parle
rons alors de situation de focalisation sur le soi public. Dans le
second cas, l'évaluation se fait à partir des aspects les plus per
sonnels. Nous parlerons alors de situation de focalisation sur le
soi privé.
Mais quels sont les facteurs expérimentaux ou naturels qui
déterminent ces deux types de références normatives ? Tous les
facteurs environnementaux — objets, personnes... — rappelant à
l'individu son statut d'objet, sont susceptibles d'induire un état
de focalisation. Ainsi, les caméras, les appareils photos, les spec
tateurs... représentent autant de stimuli qui amènent à se référer
à « son » soi public (Carver et Scheier, 1981). Ces situations sus
citent le désir de se présenter aux yeux des autres d'une certaine
façon. Ainsi, le seul fait de se croire filmé ou enregistré suffirait à
induire un état de focalisation sur le soi public. D'autre part, les
miroirs, l'écoute de sa propre voix, la présence d'un observat
eur... nous focalisent sur « notre » soi privé (Gibbons, 1990). Le
simple reflet de sa propre image dans un miroir négligemment
disposé dans son champ visuel suffirait à induire un état de foca
lisation sur le soi privé.
On peut imaginer en conséquence, que cette variable situa-
tionnelle n'aura pas le même effet selon l'âge du sujet, à la fois
parce que les referents normatifs ne seront pas les mêmes selon
que l'on aura à faire à des sujets jeunes ou âgés, ou encore parce
que la focalisation sur soi n'aura pas le même effet.
Dans une première expérience nous nous proposons de
décrire la structure de la représentation du soi en distinguant
traits centraux et traits périphériques selon l'âge. Dans une
deuxième expérience, nous nous intéresserons à la façon dont la
focalisation de l'auto-attention affecte les réponses évaluatives
portant sur les traits de la représentation du soi, selon que l'on
est jeune ou âgé. Représentation du soi 269
EXPERIMENTATION 1
METHODE
SUJETS
Au total, 126 personnes, réparties en 3 groupes de 42, ont participé à
l'expérience. Le premier groupe est constitué déjeunes adultes (étendue : 30-
40 ans ; moyenne d'âge : 33,8 ans ; écart type = 3,09), le second de sujets
âgés (étendue : 60-75 ans ; moyenne d'âge : 67 ans ; écart type = 4,48) et le
troisième de sujets très âgés (étendue : 76-99 ans ; moyenne d'âge : 81,8 ans ;
écart type = 4,99). Chaque groupe d'âge est constitué pour moitié d'hommes
et de femmes. La majorité des sujets jeunes vit en couple (52,4 %) et possède
un niveau d'étude primaire (59,5 %). Quant aux deux groupes de sujets
âgés, ils font état d'une santé satisfaisante. Ces sujets participent régulièr
ement à des activités associatives ou de loisirs. Les 60-75 ans sont pour la plus
grande majorité mariés (66,7 %) et ont un niveau de formation primaire
(47,6 %) tandis que les plus de 75 ans sont majoritairement veufs ou veuves
(45,2 %) et sont « sans diplôme » (47,6 %).
MATERIEL
Pour la construction de notre questionnaire, nous nous sommes inspi
rés de la typologie sur les « sois » de R. L'Ecuyer (1994). Cinq types de soi
avaient été dégagés : soi matériel, soi social, soi personnel, soi adaptatif et
soi non-soi. Les réponses formulées sous un mode de questionnement libre
( « Qui suis-je ? » ) ont ici été appréhendées sous une forme evaluative.
Ainsi, les différents groupes de sujets sont amenés à répondre à un ques
tionnaire composé de 22 items autodescriptifs (ex. : « En général, je suis
assez fier(e) de moi »). Les sujets doivent se situer sur une échelle en
9 points de « Tout à fait moi » à « Pas du tout moi ». Les items sont pré
sentés dans le tableau 1 . 1.
PROCEDURE
Les sujets participent à l'expérience soit sur leur lieu d'activité (clubs
du 3e âge pour les personnes âgées et très âgées), soit dans leur résidence
personnelle (pour les jeunes et pour certains âgés et très âgés). La passation
a toujours été individuelle, elle dure entre quinze et quarante-cinq minutes. Nathalie Bailly et Daniel Alaphilippe 270
RESULTATS
RECUEIL DES DONNEES
Afin de mettre en évidence la nature des traits autodescript
ifs — centraux versus périphériques - nous avons procédé aux
calculs de leurs saillance et connexité.
Les données recueillies furent transformées en 3 sous-
ensembles d'items : des items jugés les plus caractéristiques, car
les plus acceptés (correspondant aux grades 7, 8, 9 de l'échelle en
9 points) notés 2, aux items les moins caractéristiques (correspon
dant aux grades 1, 2, 3 de l'échelle en 9 points) et notés 0. Pour
chaque item, on a calculé un score moyen variant de 0 à 2 ind
iquant sa saillance. Les scores moyens figurent sur le tableau 1 . 1.
D'autre part, on a eu recours à la méthode des filtres de
l'analyse de similitude pour apprécier la connexité de chaque
item (Flament, 1981). Le calcul d'un coefficient de corrélation
linéaire (r de Bravais-Pearson) a été retenu au seuil de .05,
comme indice de similitude (Degenne et Verges, 1973). A partir
de cet calculé pour toutes les paires d'items, la méthode
des filtres permet l'élaboration d'un graphe de corrélation. Ce
graphe révèle l'existence d'items fortement connexes. Le
tableau 1 . 1 indique le degré de connexité de chaque item. Les
traits connectés avec un grand nombre d'éléments de la repré
sentation seront alors définis comme centraux. Les items
ayant 3 ou plus de 3 connexions seront considérés comme cen
traux, les autres items, bien que corrélés entre eux, mais qui ont
quantitativement moins de liaison avec les autres (entre 1 et
2 connexions) seront définis comme périphériques.
Globalement, le tableau 1 . 1. nous indique que si les items fo
rtement connexes sont aussi les items les plus saillants, certains
items ont une forte saillance sans pour autant avoir un fort degré
de connexité. Par exemple, pour les 30-40 ans, l'item relatif à la
santé des individus a une très forte saillance (1,9 sur 2) mais
aucune connexion. Il ne s'agit pas là certes d'un item hautement
représentatif des 30-40 ans, mais d'un item non pertinent pour
différencier les sujets à l'intérieur de ce groupe d'âge : chacun se
définissant tout naturellement comme étant en bonne santé.
Inversement, pour les deux groupes de personnes âgées, l'item 1
1
du soi 271 Représentation
TABLEAU 1.1. — Saillance et connexité des items autodesc
riptifs selon l'âge
Salience and connexity of self-description questionnaire
according to age
30-40 ans 60-75 ans Plus de 75 ans
Score Nombre de Score Nombre de Score Nombre de
Items
1 - J'attache de l'importance aux choses 1.4 1 0 1.3 0 0
matérielles (Ma) 2 - Je suis tes attache à mes idées politiques .8 Ü .7 0 .6 0
(Po) 3 - J'ai beaucoup de loisirs (Lo) 1.2 2 1 0 .8 2
4 - En général je suis assez fier de moi (Fi) 5 1.5 4 1.3 3 1.5
5 - Je suis une personne active (Ac) 1.6 3 1 5 1.1 3
.8 0 .2 2 .2 2
(Co) 0 1.2 1 1 3
(Al) 8 - La famille tient une grande place dans 1.6 0 1.9 1 1.9 1
9 - Je pense être apprécié des autres (Ap) 1.5 4 1.4 4 1.5 3
10 - Je suis une personne en bonne santé 0 1.1 1.9 0 .8 2
(Bo) II -Je m'intéresse aux autres (In) 1.4 1 1.2 0 1.3 4
1 1 .5 2 .5 3
pensent de moi (So)
13 - Je m'intéresse à beaucoup de choses 1.3 0 1.1 1 1 1
(Ch)
1.6 0 1.8 0 1.9 3 personne retraitée ou adulte (Pc)
1 5 - Je suis sensible aux événements qui 1.3 2 1 2 1.4 3
m'entourent (Se) 16 - J'attache de l'importance à la religion .4 0 1.2 0 1.2 0
(Re) 1 7 - J'ai confiance en moi (Mo) 4 1.5 1.2 2 1.2 3
1 8 - Avant tout, je me définis comme un 1.9 0 1.9 0 1.7 0
homme, une femme (Ho)
19 - J'ai une bonne estime de moi-même (Es) 1.5 4 1.2 4 1 1
20 - Les amis tiennent une grande place dans 1 1.4 1.4 1 1.4 0 ma vie (Am)
2 1 - Souvent, je ne suis pas satisfait de moi- .9 0 .7 0 .7 0
même (Sa) 22 - J'estime avoir des capacités 1.3 0 0 1 0
qui a trait à l'activité est fortement connexe mais peu saillant.
Dans ce cas précis, le fait de se définir comme une personne non
active génère une faible saillance. Néanmoins cet item fortement
connexe semble un élément grandement différenciateur dans la
représentation du soi. En conséquence, nous avons privilégié le
critère de connexité pour la suite de notre étude. C'est à partir de
ce critère que nous avons élaboré 3 graphes de corrélations.
GRAPHES DE CORRELATIONS
Les figures 1.1, 1.2 et 1.3. représentent les graphes de corré
lations des différents groupes d'âge.
La lecture des ces graphes nous indique que les éléments
constitutifs du soi central sont quasiment identiques à un item So(ucieux
de ce qu'on
pense
de moi)
Fig. 1.1. — Graphe de corrélations chez les 30-40 ans (seuil retenu : p <.01) (— ) : corrélation négative
Correlation Diagram for the 30-40 years old (p < .01) (—) : negative correlation So(ucieux de ce
qu'on pense de
moi
Fig. 1.2. — Graphe de corrélations chez les 60-75 ans
Correlation Diagram for the 60-75 years old

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.