Sexe. Milieu. Race. Famille. Transmissions héréditaires - compte-rendu ; n°1 ; vol.38, pg 439-463

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1937 - Volume 38 - Numéro 1 - Pages 439-463
25 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1937
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 26
Voir plus Voir moins

b) Sexe. Milieu. Race. Famille. Transmissions héréditaires
In: L'année psychologique. 1937 vol. 38. pp. 439-463.
Citer ce document / Cite this document :
b) Sexe. Milieu. Race. Famille. Transmissions héréditaires. In: L'année psychologique. 1937 vol. 38. pp. 439-463.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1937_num_38_1_5545DIFF RENTIELLE 439 PSYCHOLOGIE
interrompue par expiration et vice versa interruptions toniques
et cloniques asymétrie dans activité des côtés de abdomen
Dans les enregistrements de la voix variations pathologiques
dans la forme la longueur ou intensité ondes consécutives
ondes isolées terminaisons tonales anormales
On constaté asymétrie des courants action des groupes
musculaires homologues de la face et un nystagmus oculaire
Ces recherches ont permis de conclure il pas de relations
directes entre un quelconque des troubles de synergie décrits et le
spasme du bégaiement on enregistré il est possible que la
<lissynergie exprime autrement que sous la forme étudiée dans
expérience présente et elle invoque autres mécanismes mais
11 est également possible que le bégaiement ait lieu sans que des
incoordinations neuromusculaires se manifestent
Sexe Milieu Race Famille Transmissions héréditaires1
560 GILKINSON Masculine temperament and secondary
sex characteristics study of the relationship between psycholo
gical and physical measures of masculinity Tempérament masculin
et caractères sexuels secondaires étude des relations entre les mesures
psychologiques et physiques de la masculinité Gen Ps Mon.
XIX no 1937 105-154
recherche les corrélations pouvant exister entre sortes
appréciations ou de mesures de la appréciations de
sens commun portant sur couples de caractères opposés masculin-
féminin grossier-fin audacieux-timide mesures psychologiques
obtenues avec le test de Stanford Attitude-Intérêt forme et
mesures biologiques distribution des poils sur le corps largeur de
bassin et épaules ton de la voix Il existe une corrélation modérée
entre les appréciations concernant la masculinité et la grossièreté
et les mesures du test psychologique les appréciations de la grossiè
reté ont pas de corrélation marquée avec les mesures physiques
Il corrélation modérée entre les de la masculinité
et celles du ton de la voix pas de corrélation entre abondance des
poils et la largeur du bassin et des épaules une part et le test psycho
logique autre part Le ton de la voix chez les hommes est en corréla
tion modérée avec le test psychologique
561 CHOUEYRES La femme tude médico-psycholo
gique In-80 de 120 pages Paris Baillière 1938
auteur est livré sous le titre choisi de son livre des réflexions
assez décousues où il paraphrase le mot de Spinoza que âme est
idée du corps envisage anatomie des organes reproducteurs puis
le cours de la pensée en général parle de affectivité de amour de
instinct maternel et de la tendance au concret et consacre enfin un
ohapitre la distinction des psychismes masculin et féminin où il
Voir aussi les nos 444 520 525 526 693 1252 1570 1746 440 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
déclare que la capacité créatrice est moindre chez la femme qui en
compensation aurait plus de stabilité et équilibre
562 SYMONDS Changes in sex differences in problems
and interests of adolescents with increasing age Modifications
chez les adolescents avec avancement en âge des différences entre
les sexes concernant les problèmes et les intérêts of genet Ps.
1937 83-89
Chez les élèves école supérieure les différences entre gar ons et
filles portent beaucoup plus sur les intérêts que sur les problèmes
Elles sont alors plus grandes aux autres époques de leur vie est
donc quand les hommes et les femmes ont la plus grande fécondité au
point de vue biologique ils diffèrent le plus dans leurs intérêts
Les adolescents intéressent surtout la santé physique la sécurité
argent aux questions sexuelles est par leur désir de plaire que
les adolescentes diffèrent le plus des hommes elles sont plus passives
plus réceptives plus réfléchies plus soucieuses de la vie intérieure
où leur plus grand intérêt pour une philosophie personnelle un plan
de vie la santé morale etc
563 HAN-PIAO CHEN Sex differences in simple syllogistical
judgment Différences selon le sexe dans les jugements portés sur
des syllogismes simples of genet Ps. 1937 3-13
Des au nombre de 32 test de Thurstone
forme portant sur la relation plus-grand-plus-petit entre per
sonnes) dont la moitié possédait une conclusion formellement vraie et
autre moitié une conclusion formellement fausse ont été présentés
27 étudiants et 27 étudiantes de collèges chinois expérimenta
teur pour les étudiants fut un homme pour les étudiantes une femme
Les sujets après avoir lu le syllogisme mécaniquement présenté
devaient dire si la conclusion leur paraissait vraie ou fausse Les
étudiants ont mis en moyenne un peu plus de temps pour apprécier
les syllogismes mais ont commis un peu moins erreurs que les étu
diantes Le résultat le plus remarquable est que les commises
par les hommes consistent surtout prendre pour fausses des conclu
sions vraies 63 des hommes tandis que les femmes 57 ont
tendance prendre pour vraies des conclusions fausses échec de ces
expériences révéler des différences importantes entre les sexes pro
viendrait selon A. de son traitement statistique rigide des résultats
obtenus peut-être aussi de la trop grande simplicité des tests mais
surtout du fait que les étudiantes ont été testées par une femme et les
étudiants par un homme
564 HATTWICK Sex différences behavior of nursery
School Children Différences de sexe dans le comportement des
enfants écoles maternelles) Child dev. VIII 1937 344-
355
Ce sont des pupilles de quelques écoles maternelles 283 gar ons
et 296 fillettes que auteur étudie au point de vue habitudes et
comportement en faisant une enquête sur toutes les manifestations
de leur vie quotidienne sur leur parole leurs peurs leurs phobies PSYCHOLOGIE DIFFERENTIELLE 441
leur comportement envers les adultes et envers autres enfants etc
enquête embrasse une période de ans
Comme il ressort des tables jointes article est une attitude
plutôt aggressive extrovertie qui prédomine chez les petits surtout
chez les gar ons Ses formes sont variées ainsi elle se révèle dans le
négativisme envers les adultes spécialement chez les gar ons) la
conduite envers les autres enfants le comportement anti-social Les
résultats de la présente étude concordent avec les recherches faites
par autres psychologues en particulier en ce qui concerne les
défauts de langage plus fréquents chez les gar ons que chez les
petites filles et sur le travail les petites filles paraissent travailler
mieux La masturbation se rencontre chez 34 de gar ons chez
21 de filles Quant aux tendances introverties les fillettes ont plus
que les gar ons la tendance de éloigner des autres enfants et de les
éviter en même temps elles se rapprochent davantage des adultes
En ce qui concerne les tics de différentes sortes et autres habitudes
névropathiques le sexe ne paraît pas jouer un rôle Les gar ons
sont supérieurs aux fillettes en ce qui concerne la force et la vitesse
des réactions est-à-dire la possibilité de mobiliser rapidement leur
énergie ce qui les rend plus extrovertis dans leur conduite comme
tous ceux qui réagissent rapidement La maturité plus précoce
des fillettes peut jouer un rôle dans la disparition des différences de
sexe dans le comportement des enfants âge scolaire
Sans être tout fait sûr de la différence marquée dans le comporte
ment des gar ons et des fillettes se propose de consacrer ses pro
chaines recherches étude des raisons de la plus grande extroversion
des petits gar ons et de introversion des petites filles
565 BYRNE HORTON The truthfulness of boys and girls
public and private Schools La sincérité des filles et des gar ons
dans les établissements éducation publics et privés of
bn Ps. XXXI janv.-mars 1937 398-405
Un excellent oncle qui vous comble de cadeaux vous envoie un
jour un tableau qui ne vous plaît pas du tout Puis vous ren
contrez et il vous demande Comment as-tu trouvé le tableau que
je ai envoyé Que répondez-vous Pourquoi répondez-vous
ainsi 5.228 élèves établissements éducation publics et privés
confessionnels ont été soumis ce test qui de aveu de auteur ne
vaut que pour la situation considérée et ne permet pas de préjuger si
les intéressés seront ou non sincères dans une situation différente
53 des élèves testés ont été 33 ne ont pas été 14 ont
répondu évasivement Les filles en bloc sont plus sincères que les
gar ons école élémentaire les gar ons semblent plus sincères que
les filles supérieure et au collège les filles sont les plus sin
cères Les moins sincères sont les gar ons de école supérieure La
sincérité décroît avec âge et la civilité Les réponses non sincères ou
évasives sont en général déterminées par des sentiments altruistes
le souci être poli ou des préoccupations égoïstes Les élèves des
établissements privés confessionnels sont plus sincères que ceux des publics inverse des établissements publics dans les privés les gar ons ne mentent pas plus 442 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
que les filles Cette différence entre les deux types établissements
augmente avec le niveau social des élèves et surtout quand il
aucun contact entre les élèves de établissement privé et ceux de
établissement public Conséquences pédagogiques puisque le déve
loppement de la civilité invite altérer ou adoucir la vérité il faut
dès le début de la vie habituer enfant la sincérité pour il en
perde jamais esprit en le dressant au contrôle de soi et la réflexion
sur les situations et leurs suites il faut apprendre aux enfants que le
-respect de la vérité passe pour être un plus haut prix que les énon-
ciations agréablement mensongères puisque la population des éta
blissements publics est plus hétérogène que celle des établissements
privés confessionnels il faut que école publique fasse un plus grand
effort pour amener ses élèves reconnaître la valeur morale de la
vérité
videmment pour auteur la vérité est un bloc il ne faut pas
dire son oncle on aime beaucoup si on ne peut pas le souffrir
donc si vous aimez bien il vous apporte des gâteaux que vous
aimez pas et il vous demande si vous les aimez il faut lui
répondre non Il me souvient avoir il bien longtemps déjeuné
chez deux vieilles dames qui se faisaient une fête de me recevoir et de
offrir des cervelles la mode de leur pays Préparées de toutes
manières je les avais alors également en horreur ai mangé et
repris des leurs Je les ai déclarées excellentes ai menti effrontément
ce jour-là Maintenant je mange volontiers de la cervelle Valait-il
la peine de contrister deux très bonnes personnes pour une Vérité
de cette importance et par surcroît sans lendemain Ch
566 DAVIS The mental and linguistic superiority of
only girls La supériorité intellectuelle et linguistique des filles
uniques Child dev. VIII 1937 139-143
tude des aptitudes linguistiques de groupes enfants âgés de
ans mois 66 et 96 avec comparaison entre les uniques les
jumeaux et les enfants des familles plusieurs
Les gar ons uniques paraissent supérieurs aux autres au point de
vue linguistique Passant plus de temps avec les adultes les enfants
uniques possèdent un vocabulaire beaucoup plus riche Ils donnent
un pourcentage plus élevé de remarques spontanées et posent plus de
questions que les autres enfants Les filles uniques sont supérieures
aux autres encore autres points de vue Tandis que les fils
uniques sont souvent considérés par leurs maîtres comme des enfants
gâtés et nerveux les filles uniques sont très normales et bien adaptées
la vie sociale
auteur recommande de tenir compte de la différence de sexes
dans étude des enfants uniques
567 SZONDI Contributions to fate analysis An
attempt at theory of choice in love Contributions analyse du
destin Essai une théorie sur le choix dans amour
Aeta Ps. III 1937 1-80
Ce sont les aïeux identiques et opprimés qui sous forme de gênes
récessifs dirigent notre choix dans le domaine sexuel Il serait donc PSYCHOLOGIE DIFFERENTIELLE 443
souhaitable de pouvoir influencer ce système qui est dynamique et
fonctionnel dans le sens le plus favorable pour individu et la société
et arriver ainsi déterminer le destin qui était ici un rigide
fatalisme généalogique
568 ROBERT HOFST TTER Beziehungen zwischen physio-
gnomischer Aenlichkeit und Ehe Relations entre la ressemblance
de physionomie et VaUiance ang Ps. LII 1-2 1937
107-122
auteur observé au cours de sa longue pratique médicale
180 couples humains tous de couche sociale très élevée haute bour
geoisie ou aristocratie Il constate que la ressemblance des conjoints
ne observe que dans des unions conjugales heureuses et rarement
dans les unions stériles La ressemblance peut être de ordre primaire
ou secondaire Le premier cas lieu lorsque homme ou la femme
ressemblent déjà au moment du mariage un de la famille de
son conjoint
Dans le second cas la ressemblance soit statique traits de
physionomie soit dynamique gestes sourire voix etc. se crée au
cours de la vie maritale
569 RAYMOND CATTELL study of the national reserves
of intelligence tude des réserves intelligence de la nation
Hum F. XI 1937 126-136
Les employeurs qui sont assez intelligents pour choisir leurs
employés diaprés intelligence comme donnant finalement le mieux
satisfaction imaginent ils ont devant eux un matériel humain
supérieur quasi-illimité mais il est loin en être ainsi et les chiffres
ce sujet sont assez alarmants Il est vrai que sur tous les enfants
capables de suivre enseignement secondaire est-à-dire ayant
un de 120 et au-dessus) 43 seulement peuvent poursuivre des
études supérieures est-à-dire que 57 sont obligés de se rejeter
sur des professions plus ou moins inférieures Mais cet état de choses
améliore rapidement et on peut prévoir une époque où les aptitudes
de individu seront utilisées au maximum pour le bénéfice de la
communauté Le jour où cette consommation logique sera réalisée
le nombre limité des personnes possédant un niveau mental la
hauteur des tâches de industrie moderne peut créer une crise grave
En effet la courbe actuelle de répartition de intelligence est la sui
vante la moitié environ de la population avec un de 85 115
un quart en dessous de 85 parmi lesquels en dessous de 70
autre quart consistant en individus bien doués de au-dessus
de 115 parmi lesquels une petite proportion élève 180 ou
plus or cette courbe est hui en train de altérer une
manière telle que le nombre des intelligences supérieures diminue
et que celui des inférieures augmente le pourcentage des naissances
étant beaucoup plus grand chez la seconde catégorie que chez la
première Parmi les enfants très intelligents la proportion enfants
uniques est très grande tandis que parmi les débiles mentaux adultes
on ne constate aucun tentative de limitation des naissances La
cernière commission sur la déficience mentale conclut une aug- 444 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
mentation du double dans les 20 dernières années De plus auteur
conduit une enquête systématique tous les enfants une ville
industrielle typique et une région agricole intacte furent testés au
point de vue de intelligence avec des tests non-verbaux de fa on
éliminer les différences dues au milieu social et une classification fut
établie après les niveaux mentaux Puis pour chacune de ces caté
gories il chercha le nombre moyen des enfants par famille Dans
les deux sphères le résultat fut le même et confirma les constatations
ci-dessus il un rapport inverse et constant entre intelligence
et le nombre des enfants dans la famille De plus la tendance dysgé-
nique est plus grande dans les campagnes que dans les villes Dans
ensemble on arrive une chute de intelligence moyenne égale
points du en une génération un accroissement de 24 de
la déficience mentale et ce qui est pire une diminution de 25
des enfants de type enseignement secondaire 120 environ
ce rythme on arriverait dans 300 ans une proportion de déficients
qui serait la moitié de la population totale si toutes sortes de change
ments sociaux intervenaient auparavant inévitablement pour
détruire les conditions qui permettent une telle chute
Les employeurs qui seraient tentés de croire que cet abaissement
pas importance et que industrie mécanisée besoin que
une race de sous-hommes de sortes de robots se trompent lourde
ment car en fait industrie moderne fait de moins en moins appel
activité corporelle et de plus en plus effort mental et attention
Dans ces conditions il est inquiétant au moment où la demande
de industrie croît pour un personnel intelligent ce soit au contraire
un matériel humain de plus en plus inférieur qui soit fourni Aux
reproches de employeur instituteur sur échec de celui-ci dans sa
tâche de donner au futur ouvrier une préparation adéquate insti
tuteur réplique que les déficiences dont se plaint employeur ne sont
pas dues une instruction défectueuse mais sont inhérentes la
matière première humaine qui leur est fournie tous deux Le devoir
une société attentive avenir de la nation serait évidemment
de modifier état de choses présent de fa on renverser la tendance
actuelle de la courbe de distribution des naissances Faute de cela le
résidu de chômeurs permanents par incapacité fondamentale ne fera
augmenter avec le mécontentement social et la délinquence qui
en sont les accompagnements naturels
570 BRAUNSHAUSEN Le milieu social et intelligence
Ed 2e année U.I janvier 1937 181-192
Après avoir exposé les principaux résultats déjà obtenus sur la
question de savoir quel point hérédité et le milieu social
sont déterminants dans la genèse de la personnalité adulte auteur
donne les résultats de ses recherches personnelles
Office Orientation Professionnelle de la ville du Luxembourg
mis sa disposition 200 dossiers scolaires et médicaux de gar ons
de 14 ans auteur retenu groupes sociaux pour classer les élèves
suivant leur milieu après la classification de Liefman commer
ants artisans indépendants instituteurs fonctionnaires infé
rieurs commer ants et artisans au service autrui ouvriers PSYCHOLOGIE DIFFERENTIELLE 44o
II résulte de ces recherches que les enfants des groupes sociaux
plus élevés montrent une intelligence supérieure dans les résultats
scolaires et dans les tests
Ces résultats sont dus en partie aux conditions extérieures et la
mentalité de la famille plus favorable étude dans les milieux plus
cultivés
Mais auteur pense que des habitudes et des formules de raison
nement se transmettent dans ces milieux qui habituent intelligence
opérer plus efficacement vis-à-vis des problèmes que pose la vie
571 BAYLEY et JONES Environmental Correlates
of Mental and Motor Development cumulative study from
infancy to six years La relation entre le développement mental et
moteur et le milieu tude des enfants depuis la naissance
six ans Child dev. VIII 1937 329-340
Nombreuses sont les recherches où on prend en considération la
relation entre le développement des enfants et éducation re ue par
leurs parents et la profession de ces derniers mais toutes ces recher
ches manquent de certains renseignements au sujet des enfants
examinés
Age mois Nombre de cas pour le teet mental pour le test moteur
76 1+2+3 52 84
54 95 82 4+5+6
45 94 82 7+8+9
10 11 12 50 89 93
85 13 14 15 45 88
18 51 93 83
21 53 83 76
24 48 80 74
51 88 82 27
30 47 89 82
33 44 86
36 49 84 80
92 42 43 83
48 45 94 71
54 44 96 86
60 47 95 94
66 46 91
46 81 88 72
Le test mental pas été appliqué
Les auteurs du présent article occupent des bébés nés dans deux
hôpitaux entre le mois de septembre 1928 et le mois de mai 1929 et
tâchent avoir des renseignements détaillés sur les mères et sur les
conditions de leur vie On étudie ainsi 59 familles appartenant
différents niveaux sociaux et économiques Tous les nouveau-nés
sont régulièrement soumis au test mental californien de la Iré année
fois par mois pendant 15 mois De 15 60 mois on applique aux
enfants échelle mentale californienne préscolaire avec intervalle 446 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
de mois abord de mois ensuite 66 mois ils sont testés aide
du test de Thorndike CAVD et de quelques tests de performance
72 mois on adresse au test Stanford-Binet Les tests moteurs sont
appliqués pendant les 72 mois
La table ci-dessus donne les coefficients de corrélation de tous ces-
tests
Les renseignements sur les parents et le milieu sont recueillis par
une assistante sociale qui visite les mères domicile pendant les
deux premiers mois qui suivent la naissance de enfant On posséda
ainsi des sur le degré instruction des parents leur
métier leur situation matérielle leur intérieur leur voisinage etc
chelle sociale de Berkeley. article comporte des tables avec les
intercorrélations de toutes ces données
Sur la table suivante est reproduite la relation du niveau mental
de enfant avec ces différentes ordre économique et social
Nombre Nombre
années années Métier Revenu TOTAL Sit ge études du des Echelle études educai soc mois du de la parents père parents soc.-éc
mère père
1+2+3 12 12 24 12 50 15 07 14
23 02 7+5+6 50 26 29 26 03 10
09 7+8+9 49 Ol 09 08 05 06 04
10+11+12 47 06 06 02 01 05 07 05
13+14+15 45 03 11 01 09 03 04 10
18 44 12 10 16 06 07 05 10
21 46 37 19 29 16 04 18 15
24 41 52 39 50 35 20 29 34
27 44 47 21 27 10 28 25 41
30 08 19 20 41 48 33 44 25
36 46 28 43 47 23 00 16 04
42 37 46 26 38 30 07 15 18
48 22 39 50 37 50 31 11 13
54 12 26 38 40 39 50 43 19
27 60 40 48 53 58 43 26 36
72 42 58 50 59 38 32 29 41
Nous voyons que tous les facteurs considérés sont en faible
corrélation ou bien donnent une corrélation négative avec le niveau
mental âge de 18 mois Cette corrélation augmente un peu
par la suite Le seul facteur montrant une certaine corrélation avec
âge mental est le degré de instruction de la mère cette corrélation
atteint ans La corrélation avec éducation du père est
de ans)
Pour les tests moteurs les corrélations avec tous ces facteurs sont
plus basses encore que pour les tests mentaux âge de la Iré parole
et de la marche ne se trouve en aucun rapport avec le milieu Les tests
de vocabulaire et les tests de performance ont une corrélation de
avec le niveau instruction des parents
Il est probable en grandissant enfant subit un côté in
fluence du milieu de autre celle des facteurs héréditaires où
augmentation avec âge de la corrélation entre le niveau mental et
ambiance dans laquelle vit enfant DIFF RENTIELLE 447 PSYCHOLOGIE
572 BRADFORD The relation of intelligence to
varying birth-rate in different social grades La relation entre
intelligence et le taux des naissances aux différentes échelles
sociales Br of Ed Ps. VII nov 1937 229-246
confronte les chiffres obtenus sur la question par différents
enquêteurs de 1923 1936 Duff et Thomson Haggerty et Nash
Sutherland et Thomson Gray et Moshinsky Cattell Ca addg Jones
et lui-même Il examine successivement les variations du moyen
selon les régions le pourcentage des différents métiers par région
intelligence moyenne des différents groupes professionnels la distri
bution de intelligence dans les localités urbaines et rurales le pour
centage de chaque niveau intelligence dans chaque groupe profes
sionnel et finalement la fécondité moyenne pour chaque niveau
intelligence abaissement de moyenne par génération
la fécondité probable de chaque groupe professionnel et augmenta
tion probable de la population intérieur de chaque groupe pro
fessionnel
Malgré les assez grandes divergences partielles divergences dont
il faudra élucider les causes dans une recherche ultérieure ces
différentes enquêtes conduisent toutes admettre une relation directe
entre le niveau intelligence et occupation des parents une part
et la fécondité de la famille et des autre
au contraire il une relation inverse entre la fécondité de la
famille et le niveau intelligence de quelques-uns de ses membres-
pris comme échantillons entre la fécondité moyenne du groupe
professionnel et moyenne des enfants de ce
De plus intérieur de chaque groupe professionnel il est probable
que intelligence varie également en raison inverse de la fécondité
Si on admet que intelligence est une qualité héréditaire ces résul
tats font prévoir un abaissement de intelligence moyenne de la
population en général Mais au cas où les différences intelligence
entre les groupes professionnels résulteraient simplement das diffé
rences de milieu un relèvement des conditions de vie amènerait un
relèvement de intelligence moyenne de la nation
573 PIETER Recherches sur les facteurs conditionnant la
différenciation des quotients intelligence chez les enfants et
chez les adolescents faites en Silésie entre 1934-36 sur 1.500 en
fants Compte-rendu Pols Ar Ps. IX 1936-7 81-102
est une étude de 1.500 enfants entre 136-175 ans quant au
degré de corrélation entre les conditions sociales et intelligence
acquise mesurée par le I.)
La méthode consistait dans la décomposition du milieu sociat
en éléments influen ant intelligence acquise et dans attribution
une échelle de valeurs ces éléments Ainsi on pu évaluer les
conditions de vie de enfant selon cette échelle la somme totale des
résultats donnant le Quotient Social La corrélation entre le Quotient
Social et le fut extrêmement élevée 08
analyse des résultats tend montrer que plus on éloigne de cas
extremes donc vers le normal et plus on impression que
le dépend des conditions sociales Donc si les tests intelli-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.