Sexe. Milieu. Race. Famille. Transmissions héréditaires. Les jumeaux. - compte-rendu ; n°1 ; vol.39, pg 506-519

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1938 - Volume 39 - Numéro 1 - Pages 506-519
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 1938
Lecture(s) : 17
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins

b) Sexe. Milieu. Race. Famille. Transmissions héréditaires. Les
jumeaux.
In: L'année psychologique. 1938 vol. 39. pp. 506-519.
Citer ce document / Cite this document :
b) Sexe. Milieu. Race. Famille. Transmissions héréditaires. Les jumeaux. In: L'année psychologique. 1938 vol. 39. pp. 506-519.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1938_num_39_1_5670506 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
parfois simplement une éducation mal adaptée Les méthodes
éducation ne pourront appuyer que sur une connaissance précise
du développement du jeune enfant aveugle Les présentent un
plan de recherches appuyé sur des observations et indiquent les
méthodes et les recherches en cours la nursery de New-Jersey
562 IRENE EWING et ALEX EWING Thé
handicap Of deafness Le handicap de la surdité In-80 de
327 pages Londres Long-mans Green and C0 1938 Prix
126 sh
Les auteurs qui appartiennent au département éducation des
sourds créé Université de Manchester ont écrit leur livre dans un
but essentiellement pratique
En dehors de quelques considérations sur les problèmes de la
surdité et de notions sur audition sa mesure et sur divers tests
pour intelligibilité du langage en particulier le livre traite essentielle
ment de la lecture sur les lèvres et de appui considérable appor
tent les moyens modernes de renforcement auditif
la clinique pour les sourds établie en 1934 par Université de
Manchester et où furent examinées 1.037 personnes sur 658 adultes
il en fut trouvé que qui ne pouvaient bénéficier une aide
auditive
Une étude fondée sur de nombreuses expériences de appoint
<les renfor ateurs électriques très inégal suivant la nature des sons
et celle des surdités et de la combinaison de amplification sonore
avec la lecture sur les lèvres dont efficience variable suivant les
phonèmes est également précisée combinaison qui double le pour
centage de consonnes correctement per ues par des sourds adultes
montre combien éducation des sourds-muets peut actuellement être
perfectionnée II
Sexe Milieu Race Famille
Transmissions héréditaires Les jumeaux
563 SEARL note on thé relation between physical and
psychical differences in boys and girls Noie sur la relation entre
différences physiques et différences psychiques chez les gar ons et les
filles of Psychoan. XIX 1938 50
Dans cette étude la fois critique et documentaire auteur insiste
essentiellement sur les points suivants éviter les vues stéréotypées
sur importance précoce des différences sexuelles âge où le pénis
devient important et les variétés de réaction son égard tenir
compte des difficultés de enfant concevoir abstraitement état
de gar on et état de fille boyhood and girlhood) la masculinité
et la féminité et par voie de conséquence de la surdétermination
des différences physiques il beaucoup de détails des différences
sexuelles entre gar ons et filles qui interfèrent avec les
psychiques et auxquels il conviendrait attacher plus importance
564 PHILIP Sex differences in the perception of color PSYCHOLOGIE DIFFERENTIELLE 507
mass Différences entre les sexes dans la perception ïun ensemble
coloré Am of Ps. LI 1938 398-404
En continuant ses recherches sur la un
coloré voir même revue LI 127-135) applique le test
décrit précédemment 485 gar ons et 204 filles âge scolaire et
130 femmes et 365 hommes étudiants université Il trouve statis
tiquement une légère supériorité des femmes sur les hommes dans la
discrimination un ensemble coloré âge et intelligence ne
semblent jouer ici un rôle tout fait secondaire
565 GERTRUD BURKHARDT Die psychologischen Grundla
gen und Grenzen der körperlichen Ausbildung der Frau Les
fondements psychologiques et les limites de la culture physique chez
la femme ges Ps. CI 3-4 1938 337-394
On peut distinguer trois grands domaines dans la culture phy
sique sports de matches sports exercice et gymnastique du corps
analyse les caractères particuliers inhérents ces trois genres
de culture physique et la répartition des différents sports dans ces
trois grandes catégories
Il discute ensuite le rôle des fonctions psychiques psychomo
trices et sensorielles dans la compétition individu contre individu
dans la compétition groupe contre groupe dans les sports faisant
appel une activité technique dans athlétisme léger et dans la
natation dans excursionnisme la gymnastique et acrobatie
Il examine dans chaque cas si la constitution anatomique physiolo
gique et psychologique de la femme satisfait aux exigences de ces
activités
attitude de la femme est selon très différente de celle de
homme Cette différence se manifeste par son perfectionnement dans
certains genres sportifs seulement dans la préférence elle montre
pour les uns et aversion elle pour autres Cette différence est
la plus frappante au point de vue de la durée de effort
Pour mettre bien en lumière ce point crucial de la différence
entre les deux sexes approfondit spécialement étude de leur
rendement dans la course pied sur courte et longue distance De
cette étude on peut dégager les points suivants
Course sur courte distance on trouve parmi les femmes
autant individus bien ou mal doués sportivement que parmi les
hommes Mais le rendement des individus moyens est supérieur
de environ chez les hommes
Course sur longue distance il ressort nettement de la compa
raison des rendements de deux sexes que la différence de ces rende
ments accroît au désavantage de la femme avec accroissement de
la durée de la course Ce phénomène évidemment une base physio
logique mais il aussi le facteur psychique un jugement critique
et une répartition contrôlée de effort plus développée chez
homme que chez la femme
Quelques témoignages de femmes sportives complètent cet inté
ressant article
566 ETTEL BARKE et PARRY WILLIAMS 508 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
further study of the comparative intelligence of children in certain
bilingual and monoglot schools in South Wales Autre étude de
intelligence comparée des élèves écoles bilingues et monolingues
dans le sud du Pays de Galles Br Ed Ps. VIII
fév 1938 63-77
Cette étude été entreprise dans le but de vérifier les conclusions
de er obtenues après une enquête en 1923 sur des écoliers
gallois de la région minière savoir que dans les districts ruraux les
enfants bilingues gallois et anglais sont nettement inférieurs aux
monolingues anglais seulement dans les tests Binet infériorité que
attribue un conflit émotionnel Déjà en 1933 Barke avait
trouvé que bien inférieurs en effet dans un test verbal les bilingues
sont légèrement supérieurs dans un test non verbal Cette fois-ci on
donna un test en gallois aussi bien en anglais aux bilingues et
aux monolingues ce même test en anglais seulement Scottish mental
test) un test intelligence générale pris dans les Northumberland
Tests un test de performance Pintner un test de vocabulaire
Thorndike en forme double galloise et anglaise Les sujets compre
naient 54 élèves écoles bilingues parlant gallois la maison
47 élèves écoles monolingues anglais dont la moitié environ parle
gallois la maison et autre moitié anglais groupe combiné)
100 élèves écoles parlant seulement anglais la
maison Cette recherche confirme les conclusions précédentes
pas de différence significative entre les deux groupes bilingue et
monolingue quand on les mesure par un test non verbal les
bilingues sont inférieurs aux monolingues quand on les mesure par
un test donné dans leur seconde langue le test est donné dans
la langue maternelle de chaque groupe la supériorité des monolingues
est encore plus marquée cela semble dû ce que le bilinguisme est
concomitant une pauvreté de vocabulaire dans les deux langues
la fois
567 KO DAK The mental development of adopted children
whose true mothers are leeble-minded Le développement mental
des enfants adoptifs dont les vraies mères sont faibles esprit
Child dev. IX 1938 303-308
Puisque parmi les filles-mères on trouve tant de déficientes au
point de vue mental se demande si les enfants de ces femmes
sont des êtres voués eux aussi la déficience ou bien si une fois placés
dans des foyers normaux ils peuvent se développer une fa on
normale En faisant des recherches dans ce domaine consacre
son article étude de 16 enfants placés dans des conditions normales
avant âge de mois est-à-dire avant que influence de la mère ait
pu se faire sentir Le des mères de ces enfants est de 666 en
moyenne allant de 57 74 Les familles de tous ces enfants sont
depuis longtemps connues dans différentes institutions de bienfai
sance hygiène mentale etc Les adoptives sont par contre
au-dessus de la moyenne au point de vue social Les résultats de tests
appliqués ces enfants ou plusieurs fois à.un intervalle de ans
montrent que les de mères déficientes et issus un milieu
très bas ils sont placés de très bonne heure dans des familles PSYCHOLOGIE DIFF RENTIELLE 509
supérieures ou moyennes ne se distinguent pas autres enfants en ce
qui concerne leur développement mental ce qui indique selon auteur
une mère arriérée ne présente pas obstacle pour le placement
un enfant normal dans une famille normale
568 SPRINGER The influence of general social status
on the emotional stability of children Influence des conditions
sociales générales sur la stabilité émotionnelle des enfants of
genet Ps. LIII 1938 321-328
De la comparaison de 327 enfants des deux sexes âgés de 9-15 ans
provenant de familles pauvres et de condition sociale inférieure
avec 473 enfants de même âge de même sexe de même intelligence
mais dont les parents appartiennent la classe moyenne il ressort
que les premiers sont plus instables au point de vue émotionnel et
moins bien adaptés que les seconds La stabilité ou instabilité émo
tionnelle paraît indépendante du sexe de âge de intelligence des
enfants et de la profession des parents mais semble liée étroitement
aux conditions sociales générales dans lesquelles vivent les enfants
569 PORTENIER racial comparison of personality traits
Aspects des conditions socio-économiques qui différencient les
étudiants université of appi Ps. XXII 1938 261-
270
Les différences moyennes et le rapport de ces différences leurs
erreurs-types entre les étudiants des écoles secondaires de Wyoming
qui ont entrepris des études Université et ceux qui en ont pas
entrepris ont été très nettes aussi bien en ce qui concerne les condi
tions socio-économiques dans lesquelles vivent ces sujets que du
point de vue des résultats fournis dans Ohio State University Test
570 SUKOV et WILLIAMSON Personality traits
and attitudes Jewish and non-Jewish students Traits de
personnalité et attitudes des étudiants Juifs et non-Juifs
oî appi Ps. XXII 1938 487-492
Un groupe étudiants et étudiantes Juifs et ont été
comparés après les résultats fournis dans deux questionnaires le
Rundquist-Sletto-Test et Inventaire de Bell Des différences signi
ficatives dépassant le triple de leur erreur-type ont été observées
que pour une partie du questionnaire celle relative la morale où le
résultat des non-Juifs été de 5419 points pour les hommes et
de 5412 points pour les femmes alors que les Juifs avaient fourni
5738 et 575 points respectivement les résultats élevés dénotent un
équilibre médiocre La différence de points entre les moyennes vaut
plus de fois son erreur-type mais elle égale environ ou
un peu plus de la dispersion observée intérieur des groupes homo
gènes Dans la partie relative au droit chez les hommes) celle rela
tive au droit et éducation chez les femmes) les différences entre
les Juifs et non-Juifs dépassent ou atteignent le double de leurs
erreurs-types respectives pour ensemble du Rundquist-Sletto- 510 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
Test les moyennes des non-Juifs sont de 3796 hommes et 3729
femmes avec des dispersions de 656 et 634 pour les Juifs les
resultats sont de 4002 et 4076 en moyenne avec des dispersions
de 740 et 703 Le questionnaire de Bell donné aucune différence
qui atteindrait le double de son erreur-type
571 HERSCII Le Juif délinquant In-16 de 104 pages
Paris Alean 1938
tude statistique concernant la délinquence des Juifs compa
rativement aux non-Juifs appartenant la république polonaise
Le matériel de cet ouvrage est constitué par des données officielles
polonaises et surtout par la Statistique criminelle comprenant les
personnes condamnées ou acquittées irrévocablement en 1924-1925
Varsovie 1930)
De tous les chiffres et tableaux publiés résulte pour presque toutes
les catégories de délits une faible participation de Juifs
Voici par ex. par confession les chiffres concernant les condamnés
pour 10.000 habitants pénalement responsables
Territoire anc russe Territoire ane autrichien
Taux Criminalité Taux Criminalité
de la israélite de la israélite Confession criminalité en de la criminalité en de la
pénalement criminalité pénalement criminalité
responsable correspond responsable correspond
1924 1925 1924 1925 1924 1925 1924 1925
Catholique romaine 537 45.4 196 478 1743 1770 480 423
444 1685 2030 383 grecque
287 293 927 741
298 240 904 917 1335 560
266 217 1000 1000 748 778 1000 1000
445 386 538 562 1627 460 1775 421
Pour ce qui concerne ensemble des Juifs et des non-Juifs
condamnés en Pologne anciennement russe et anciennement autri
chienne pendant la période 1923-1928 on trouve comme taux de la
criminalité juive en de celui de la criminalité non-juive respecti
vement 508 et 462
Toutefois si on considère les statistiques selon les catégories de-
délits contre tat et ordre social contre les personnes
contre la propriété on constate pour la première une certaine
supériorité pour les Juifs Le taux de la criminalité des Juifs en de
celui des non-Juifs pour le territoire anciennement russe et ancienne
ment autrichien selon les trois catégories de délits envisagées est
respectivement 19 et 117 31 et 62 40 et 24
auteur explique la grande participation des Juifs aux délits de
la première catégorie comme due au fait ils habitent plutôt la
ville où les délits contre tat et ordre social sont plus nombreux
la campagne En effet les Juifs sont pour les 3/4 une population PSYCHOLOGIE DIFF RENTIELLE 51f
urbaine pendant que le reste de la population est pour les 4/5 une
population rurale
part le grand nombre de données statistiques contenues dans
ouvrage il faut mentionner sa valeur méthodologique auteur
termine son étude avec une série de considérations méthodiques de la
plus grande importance pour les recherches juridiques psycholo
giques ou criminalogiques
572 HALPERN Some data of the psychic morbidity of
Jews and Arabs in Palestine Quelques données concernant la
morbidité psychique parmi les Juifs et les Arabes en Palestine
Am of P. XCIV mars 1938 1215-1222
Le facteur de civilisation jouant un rôle important dans éclosion
des maladies mentales en Orient comme en Europe il rien
étonnant que le taux des aliénés soit plus élevé parmi les Arabes
chrétiens que parmi les Musulmans 109 sur 100.000 habitants
contre 65 Il est le plus élevé chez les Juifs 143 après le recense
ment de Mills en 1931 trouvé en 1936 726 aliénés est-à-dire
un taux élevant 194 par 100.000 habitants Cependant les Juifs
tiennent que la 12e place au point de vue de la fréquence des
maladies mentales Irlande et la Norvège étant la tête Mais il
faut tenir compte du fait de la sélection qui ne donne accès en Pales
tine aux emigrants Juifs normaux Les hommes sont plus fré
quemment atteints que les femmes chez les Juifs comme chez les
Arabes En ce qui concerne le diagnostic est la schizophrénie qui
est en tête 701 chez les Juifs 449 chez les Arabes musulmans
et 378 chez les Arabes chrétiens La psychose maniaque-dépressive
vient après 104 chez les Juifs 237 chez les Arabes
et 280 chez les chrétiens oligophrénie tient la troisième place
76 17 et 30 Les autres psychoses sont peu fréquentes mais il
est intéressant de relever 91 de psychasthéniques chez les Arabes
chrétiens
573 MERRY Art talent and racial background Disposi
tions artistiques et dispositions raciales of Ed Res. XXXII
1938 17-22
Existe-t-il des rapports entre les dispositions artistiques et les
conditions hérédité et de milieu pose abord la question
une centaine artistes peintres sculpteurs et dessinateurs en leur
demandant de définir ce ils considèrent comme étant les caracté
ristiques fondamentales du talent Les traits dominants relevés dans
les réponses semblent être abord un amour pour toutes les mani
festations artistiques en général une habileté distinguer entre la
force et la pauvreté dans expression une habileté se représenter
des images visuelles sous forme de schémas graphiques une certaine
facilité générale exprimer ou créer Partant de là les demandent
aux professeurs de dessin de certaines écoles estimer subjectivement
existence du premier trait chez les élèves de leurs classes ils
emploient les tests de Me Adory et Meier-Seashore pour la discri
mination du second les tests de Kline-Carey pour la facilité se-
représenter des imagfis visuelles et demandent des enfants illus- 512 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
trer des contes et historiettes pour estimation du quatrième trait
On étudie ensuite les corrélations entre ces différents tests et leurs
rapports avec le niveau intelligence et on essaie établir des
distinctions partir des nationalités Les conclusions sont encore
peine ébauchées
574 PHILIP SIGMUND WAGNER comparative study
negro and white admissions to the psychiatrie pavilion ot the
Cincinnati general hospital Une étude concernant
les admissions des nègres et des blancs au pavillon psychiatrique de
hôpital général de Cincinnati Am of P. XCV juil 1938
167-183
Il agit une comparaison entre les blancs et les nègres admis
pour différentes réactions psychotiques hôpital de Cincinnati
entre juin 1936 et juin 1937
Il existe peu de différences héréditaires innées et psychologiques
entre les deux races Chez les nègres et chez les blancs les réactions
individuelles sont déterminées par le milieu et sont modifiables par
cela même Chez les nègres les psychoses sont plus fréquentes sauf
celles de âge avancé artériosclérose démence senile etc En
moyenne leur taux est double chez les nègres mais certaines psy
choses comme celles dues la syphilis sont fois plus fréquentes
chez ces derniers Cette prépondérance des psychoses chez les nègres
doit être due au changement des conditions de vie Aucune différence
fondamentale dans les problèmes étiologie de diagnostic ou de
prophylaxie dans les manifestations psychotiques des nègres si on les
compare avec les blancs
575 VAC note on racial différence in persevera-
tion Note sur les différences raciales dans la persévération
of Ps. 1938 271-279
Dix tests de persévération sensorielle ont été appliqués deux
groupes adultes un juif autre non-juif et un groupe enfants
juifs
Les intercorrélations entre les tests sont très faibles et il pas
de différences entre les deux groupes adultes Les enfants semblent
avoir un degré de persévération un peu plus fort
Cette étude qui voudrait opposer aux conclusions de Rangachar
est pas du tout concluante le nombre des sujets ne légitimant
pas le traitement statistique
576 CARPENTER et EISENBERG Some relations
between family background and personality Quelques
entre le milieu familial et la personnalité of Ps. VI 1938
115-136
Parmi 500 étudiantes sélectionné aide du test de Masiow
sur inventaire de la personnalité sociale les 50 étudiantes ayant
après ce test un sentiment de supériorité très marqué et
47 étudiantes ayant le moins ce sentiment ces deux groupes on
appliqué échelle de Carpenter sur le milieu familial et la comparaison
des résultats permis de dégager un certain nombre de relations assez PSYCHOLOGIE DIFFERENTIELLE 513
constantes entre la vie familiale des étudiantes et leur sentiment de
supériorité
Celui-ci est lié au standard de vie de la famille et au prestige
de la famille au degré indépendance laissé enfant non seule
ment dans sa famille mais dans les décisions il est appelé prendre
en général dans identification et attachement de enfant
plutôt avec le père avec la mère
Ces relations sont assez générales et ce est que dans un petit
nombre de cas que le sentiment de supériorité semble devoir être
expliqué entièrement par des facteurs autres que la vie familiale
Cependant il faut remarquer et ne manque pas de le faire
que la notion de sentiment de supériorité telle elle est définie par
le test de Masiow est vague et couvre des comportements fort divers
qui ont peu de liens entre eux
Ces résultats gardent malgré tout leur intérêt et il en ressort que
le milieu familial de enfant crée dans le comportement de adulte
<ïes attitudes caractéristiques
577 BAR CH Contrasts in marital relationships
impinging on child adjustment two cases Incidence des conflits
conjugaux sur adaplation de Venfant deux cas of genet
Ps. LIII 1938 159-171
De examen détaillé de deux cas choisis comme particulièrement
typiques parmi 33 cas examinés il ressort que les conflits entre les
parents particulièrement les conflits de nature sexuelle exercent
un effet très défavorable sur adaptation de enfant aux conditions
de la vie Les conflits de nature sexuelle ont été notés par chez
22 des 33 couples examinés et pour ces 22 couples deux seulement
des enfants étaient bien ajustés Inversement dans les cas où les
parents vivaient en harmonie sexuelle tous les enfants sauf un
étaient bien adaptés Il semble donc que dans éducation des parents
il faille insister au moins autant sinon plus sur leurs rapports entre
eux que sur leurs rapports avec leurs enfants
578 MORGAN et BANKER The relation of
mental stamina to parental protection Relation entre energie
mentale des enfants et li attitude protectrice des parents of
genet Ps. LII 1938 347-360
On détermine chez 51 enfants école primaire âgés de 13
14 ans grâce un questionnaire rédigé par miss Banker et compre
nant 73 articles auxquels les enfants sont priés de répondre le degré
initiative et de liberté qui leur est laissé par leurs parents puis
on les soumet dans le labyrinthe style de Morgan-Hull un test de
persévérance il agit de problèmes successifs de difficulté crois
sante le 4e étant ailleurs insoluble on les soumet aussi des tests
de personnalité et intelligence et on demande leurs maîtres de les
classer selon leur degré énergie mentale Les résultats montrent
que ces enfants abordent les problèmes de difficulté croissante avec
une ardeur autant plus vive et soutenue ils sont moins couvés
par leurs parents énergie mentale ils manifestent dans ces pro
blèmes ne coïncide ailleurs pas avec ce que leurs maîtres appellent
ANN PSYCHOLOGIQUE XXXIX 33 514 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
de ce nom car dans leur appréciation de énergie mentale des
enfants les maîtres sont plus influencés par le comportement intelli
gent de leurs élèves que par la résistance opposée par ceux-ci aux
obstacles
579 SNYGG The relation between the intelligence of
mothers and of their children living in foster homes Rapport
entré intelligence des mères et celle de leurs enfants vivant dans des
familles adoption of genet Ps. LII 1938 401-406
Quand on adopte un enfant on se préoccupe ordinairement d&
intelligence de ses parents Or les recherches de établissent il
une faible corrélation entre intelligence enfants séparés
dès leur tendre enfance de leurs mères et de celles-ci
en sorte que le de la mère ne peut permettre aucun pronostic
concernant intelligence future de son enfant élevé dans une autre
famille Les prédictions fondées sur les résultats obtenus avec la mère
et avec enfant ont moins de valeur que les prédictions fondées sur
les résultats obtenus avec enfant seul
580 HAYES note on personality and family position
Une note sur le caractère et la position dans la famille of
appi Ps. XXII 1938 347-349
Les résultats du questionnaire de Bernreuter appliqué 76 étu
diantes ont montré une relation positive entre la fréquence des
symptômes nerveux une part et autre part la présence et le-
nombre de frères ou urs plus âgés que le sujet interrogé
581 STAGNER Marital similarity in socio-économie
attitudes Similarité entre les époux dans les attitudes sociales et
économiques of appi Ps. XXII 1938 340-346
ün questionnaire appliqué aux parents des étudiants montré
ainsi on pouvait attendre des similitudes marquées entre lès-
opinions politiques des époux Les corrélations tétrachoriques ont
varié suivant les questions de 031 082 avec un médian de ordre
de 060
582 THORNDIKE Heredity and environment Hérédité-
et milieu of ed Ps. XXIX 1938 161-166
Les caractères individuels paraissent être faiblement influencés
par les conditions de vie et singulièrement par les méthodes de
formation intellectuelle qui sont imposées si on en rapporte aux
résultats fournis par des étudiants américains au Coopérative test
service examination de 1937
fait une analyse de ces résultats donnés par un groupe élèves
de même niveau scolaire général mais différant au point de vue d&
leur pratique du latin et du fran ais La comparaison des divers
groupes constitués montre que intervariation augmente quand on
passe des groupes qui ne poursuivent étude du latin que depuis
quelques mois aux groupes qui subissent un entraînement depuis-
plus de ans Il en est de même quand la base de différenciation est

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.