Structures familiales et solidarités lignagères à Marseille au XVe siècle : autour de l'ascension sociale des Forbin - article ; n°3 ; vol.41, pg 657-681

De
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1986 - Volume 41 - Numéro 3 - Pages 657-681
Family Structures and Solidarity in 15th Century Marseille: The Social Rise of the Forbin. C. Maurel.
The micro-history of the Forbin family in Marseille and Provence around the 15th century—as it rose from artisanal honorability, to mercantile success and then on to the ranks of the country gentry—constitutes an exemplary case of family social rising based on commercial enrichment, princely favors, and strong lineal cohesion. Despite the family's recourse to dividing up their inheritance, its absence of communal economic structure, the dispersion of its hearth and burial-grounds, and its appreciable socio-economic heterogeneity, the Forbin 's saga shows how a high degree of political solidarity, as well as a sharing and defense of its collective symbolic inheritance—family name, coat of arms, emblem, and geneological records—were, in the course of the family's rise, the linchpins of the success of this naissant aristocratic house.
25 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1986
Lecture(s) : 87
Nombre de pages : 26
Voir plus Voir moins

Monsieur Christian Maurel
Structures familiales et solidarités lignagères à Marseille au XVe
siècle : autour de l'ascension sociale des Forbin
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 41e année, N. 3, 1986. pp. 657-681.
Abstract
Family Structures and Solidarity in 15th Century Marseille: The Social Rise of the Forbin. C. Maurel.
The micro-history of the Forbin family in Marseille and Provence around the 15th century—as it rose from artisanal honorability,
to mercantile success and then on to the ranks of the country gentry—constitutes an exemplary case of family social rising based
on commercial enrichment, princely favors, and strong lineal cohesion. Despite the family's recourse to dividing up their
inheritance, its absence of communal economic structure, the dispersion of its hearth and burial-grounds, and its appreciable
socio-economic heterogeneity, the Forbin 's saga shows how a high degree of political solidarity, as well as a sharing and
defense of its collective symbolic inheritance—family name, coat of arms, emblem, and geneological records—were, in the
course of the family's rise, the linchpins of the success of this naissant aristocratic "house".
Citer ce document / Cite this document :
Maurel Christian. Structures familiales et solidarités lignagères à Marseille au XVe siècle : autour de l'ascension sociale des
Forbin. In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 41e année, N. 3, 1986. pp. 657-681.
doi : 10.3406/ahess.1986.283302
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1986_num_41_3_283302CHRISTIAN MAUREL
STRUCTURES FAMILIALES ET SOLIDARIT LIGNAG RES
MARSEILLE AU XVe SI CLE
AUTOUR DE ASCENSION SOCIALE DES RBIN
est au cours de la dernière décennie du xive siècle que le nom de Förbin fit
son apparition sur la scène proven ale1 Après un court séjour aixois le maître-
peaussier bourguignon Guillaume Förbin établit définitivement Marseille
dans les années 1392-13942 la cité phocéenne était alors un grand centre de
traitement des cuirs et des peaux
Une cinquantaine années plus tard les Förbin comptaient au milieu du
xve siècle au nombre des plus puissantes familles marchandes marseillaises
Enrichis dans le commerce maritime méditerranéen ils se consacrèrent tout
aussi activement au grand négoce levantin au trafic du cabotage avec la
Catalogne le Languedoc et la Riviera génoise ou bien encore la lucrative
exploitation des bancs coralligènes sardes les deux premiers leaders fami
liaux les frères Jean et Bertrand purent alors affirmer comme assureurs ou
bailleurs de fonds de la municipalité ou de la monarchie angevine leur fortune
leur ouvrit également les portes de édilité marseillaise chargés plusieurs
reprises du ravitaillement en blé et en armes de la ville investis de nombreuses
missions ambassade ils devaient enfin accéder par trois fois en 1431 1435 et
1451 la charge de syndic magistrature suprême de la cité
La réussite économique constitue le moteur premier un processus familial
ascensionnel que la faveur princière devait porter son apogée au cours de la
seconde moitié du xve siècle travers la fulgurante carrière du plus fameux
représentant de la famille le grand Palamède Förbin
Fort de aisance familiale et de ses grades de docteur en droit de Univer
sité de Turin Palamède gravit irrésistiblement le cursus honorum des
Annales ESC mai-juin 1986 no pp 657-681
657 STRUCTURES FAMILIALES LES
grands serviteurs de tat conseiller royal moins de trente ans dès 1455 il
occupa partir de 1469 la très haute charge de président de la Cour des Maîtres
Rationaux est-à-dire de la Chambre des Comptes de Provence3 influence
personnelle il sut acquérir auprès du roi René au temps de la retraite défini
tive que le prince angevin observa en Provence de 1471 sa mort en juillet 1480
sa connaissance du fran ais ainsi que sa finesse diplomatique en firent le prin
cipal artisan de union de la Provence la France la disparition en décembre
1481 du roi Charles III neveu et éphémère successeur du bon roi élevé
alors par le roi Louis XI aux fonctions de lieutenant-général et gouverneur du
pays proven al ce fils frère et cousin de marchands jouit pendant près de deux
ans en octobre 1483 des pouvoirs un véritable vice-roi4
Alliances aristocratiques la famille Förbin unit avec quelques-unes des
plus anciennes maisons nobles proven ales tels les Simiane Pontevès Castel
lane Glandevès ou Villeneuve achats de seigneuries et agrégation au second
ordre5 Palamède par la grâce du roi René devint en 1468 seigneur de Sol
lies tandis que ses deux frères Jean II et Jacques faisaient respectivement
en 1474 et 1482 acquisition des seigneuries de La Barben et de Gardanne
contrôle enfin du jeu politique marseillais après avoir exercé une importante
mainmise sur les affaires municipales marseillaises de 1475 1489 la famille
Förbin parvint faire régner sur la cité une véritable dictature pendant une
quinzaine années de 1493 1509 constituent autant de traits de la prodi
gieuse élévation des Förbin
La société marseillaise du xve siècle offrait certes un théâtre favorable aux
mouvements de promotion sociale Les nombreuses attaques pesteuses de la
seconde moitié du xive siècle et des premières années du xve siècle avaient
notablement bouleversé la contexture du tissu social le sac de la ville par la
flotte catalane du roi Alphonse II Aragon en novembre 1423 aggrava encore
davantage la situation La plupart des anciennes familles qui après avoir
illustré le commerce marseillais des xne et xnie siècles se contentaient depuis
la récession commerciale du xive siècle de tirer profit de leurs biens immobi
liers se trouvèrent décimées ou ruinées importantes brèches ouvrirent
dans les rangs de oligarchie et quelques familles commer antes nouvelles
telles celles des Remezan et des Vento ou plus tard la famille origine floren
tine des Altoviti se hissèrent ainsi au sommet de la pyramide sociale de la cité
sans parvenir toutefois aussi hautes destinées que celles des Förbin Car si
la réussite de ceux-ci ne fait point figure de cas isolé Marseille au xve siècle
elle se distingue cependant par son exceptionnelle ampleur elle nous invite
par-delà toute référence au contexte socio-économique marseillais une
réflexion sur les forces internes un groupe familial en formation sur ses
structures ses solidarités et son identité
De exercice des activités familiales
Dispersion professionnelle
Guillaume Förbin exer sa vie durant le métier de fourreur sous son auto
rité dans le cadre de atelier familial ses trois fils Dragon Jean et Bertrand
devaient aussi dès leur adolescence puis pendant les premières années de leur
658 MAUREL ASCENSION SOCIALE DES RBIN
vie adulte sacrifier aux mêmes occupations professionnelles La famille Förbin
se caractérisait alors par une mono-activité familiale de type artisanal
Elle connut cependant très tôt dès sa seconde génération marseillaise un
premier mouvement de diversification Si aîné des trois frères Dragon
Förbin se montra en effet fidèle la spécialisation paternelle dès 14086 et
plus encore après la disparition de leur père en 1410 les deux frères cadets
Jean et Bertrand abandonnaient définitivement art de la peausserie pour
importantes affaires de négoce et armement maritime La dispersion pro
fessionnelle ne cessa de accentuer au fil des générations suivantes attache
ment la peausserie ne survécut guère Dragon son fils unique Antoine
Förbin préféra intéresser art de la draperie avant de succomber âge
environ 40-45 ans aux délices de oisiveté rentière laquelle son cousin ger
main Barthélémy fils de Bertrand paraît avoir dédié le plus clair de son exis
tence Le second fils de Jean le célèbre Palamède Förbin abandonna enfin
quant lui le négoce pour la science juridique avec lui la famille Förbin
accéda ce que on pourrait nommer le stade du clerc
Mais si la génération de Palamède la marchandise emportait encore
travers les activités de ses frères Jean II et Jacques ou de ses cousins germains
Jeannet et Honorât fils de Bertrand Förbin sur ensemble des huit représen
tants mâles de la génération suivante seul Charles Förbin fils de Jacques joua
encore un rôle appréciable dans le commerce marseillais Son frère et ses cou
sins germains de la branche de Jean ainsi que ses autres cousins issus de ger
mains de la branche de Bertrand délaissèrent définitivement après quelques
éphémères tentatives de jeunesse activité commerciale qui avait fait la fortune
de leur famille pour se consacrer de plus en plus partir du dernier quart
du xve siècle exercice de professions juridiques ou la gestion de leurs pos
sessions immobilières ou seigneuriales
Louis Förbin marcha sur les traces de son père Palamède seigneur du Luc
et de Sollies docteur en droit il mena une carrière de grand officier des cours
souveraines proven ales abord comme président de la Chambre des
Comptes puis comme premier conseiller-lai et doyen du Parlement de Pro
vence créé en 1502 par le roi Louis XII8 Pierre Förbin fils aîné de Jean II
après avoir brassé importantes affaires bancaires et commerciales Avignon
au début des années 14809 se retira ensuite sur sa terre de La Barben pour
couler vraisemblablement une existence oisive sa mort en 1500 Il en fut
de même de ses deux frères cadets Jean III et Bernardin dont le seul acte de
nature économique et somme toute non commerciale fut dans leur jeunesse
de prendre ferme en 1497 les revenus de archevêché Aix10 Michel Förbin
seigneur de Gardanne il passa quelques actes de commerce conjointement
avec son frère Charles en 1495-1496 au lendemain de la mort de leur père
occupa surtout par la suite de la mise en valeur agricole de sa seigneurie11 Au
sein de la branche de Bertrand Nicolas fit le choix de la carrière juridique et
devint docteur en droit de Université Avignon quant au fils de Jeannet
Louis il apparaît encore désigné la fin xve siècle comme patron de navire
il semble avoir mené dès le début du xvie siècle une existence inactive partagée
entre sa demeure citadine et la bastide il possédait dans le terroir marseillais
Enfin la cinquième génération si on excepte la fugace expérience de jeu
nesse de Claude Förbin fils cadet de Charles associé en 1523 dans une modeste
659 LES STRUCTURES FAMILIALES
GEN Guillaume Förbin 1410
1380 Gaufride 1435
GEN II Dragon Förbin 1439-1440 Jean Förbin 1453
1405 Jasinone de Mous-tiers 1405 Marguerite Davin sp
1408 Isoarde Marin
GEN.11 Antoine Förbin Douce Förbin Jean II Förbin Palamède Förbin Jacques Förbin
1478 ap 1473 1499 1508 1495
1434 1429 sgr de La Barben sgr de Sollies sgr de Gardanne
Marg ey di er Onufre de 1447 1455 1452
Maritone 1445 Brignoles Marthone Jeanne de
dei Pazzi Cas-fcillon Teinturier Béreng Ricavi
Elziasse Isabeau Pierre Jean III Bernardin Louis
Förbin Förbin Förbin Förbin Förbin Förbin
av 1478 av 1495 1500 sp 1517 ap 1518 1536
1456 1473 sgr de La Barben sgr de Janson sgr de La Barben sgr de Sollies
Antoine de Jean 1482 1504 1503 1485
Chateauvert Lombard Marie de Antoinette de Melchionne de Marguerite
Simiane La Terre Cabanes Grimaldi
Fran ois
Förbin
1572
sgr de Janson sgr de La Barben sgr de La Fare sgr de Sollies
Baron de Villelaure 1526 1527 1526
1551 Catherine Catherine Catherine
Marguerite de Matheron Doria An ou
de Ponteves
FIG Généalogie simplifiée de la famille Förbin
660 MAUREL ASCENSION SOCIALE DES RBIN
Bertrand Förbin 1457 Aigline Förbin 1436
1413 Catherine de Arbre 1439 1401 Andrivet Nicolay
1441 Marguerite Vassal 1474
Förbin Jeannet Förbin Honorât Förbin Guillaume icolay Gaufride Förbin
1460-1461 sp 1513 1460 1466-1469 1453-1457
1438 1452 1426 1475
Bérengone Andrivette Arnaud Catherine
Raoulx Lartessuti du Chemin Bartholomei
Michel Charles Louis Marthone Nicolas Marguerite
Förbin Förbin Forhin Förbin Förbin Förbin
1520 1528 1523 1525 1516 1562
sgr de Gardanne 1491 1513 1491 sp leg. 1513
1489 Jeanne Jaumette Laurent Charles
Marguerite Boniface Sartan Rodulph de Monteux
de Rame
nät Esprit Fran ois Claude Jeannette Marthone
Förbin Förbin Förbin Förbin Eorbin
1527 1530 1546 1529 1553
1540 pbt bas âge 1523 sgr de Gardanne sp lég. xv
1521 viguier de Madeleine Louis Rostan
Madeleine Marseille Grimaldi 1540
de Villeneuve Guillaume Borgognon
661 LES STRUCTURES FAMILIALES
société de commerce de blé et de sel12 aucun des représentants de la famille
entretenait plus de rapport avec la pratique commerciale tandis que la
science juridique occupait encore les années de jeunesse de Fran ois seigneur de
Sollies ou existence entière de son cousin le seigneur de Gardanne Esprit doc
teur en droit et professeur Université Aix
Au terme de cette rétrospective séculaire il ne semble pas que les Förbin
aient développé un puissant idéal marchand leur devenir économique et pro
fessionnel évoque plutôt la courbe classique des ascensions marchandes Une
génération amasse la suivante maintient la troisième jouit de la richesse
acquise13 Une question se pose alors dans quel cadre les représentants mar
chands de la famille édifièrent-ils leur fortune Donnèrent-ils leurs activités
commerciales une structure familiale communautaire
Indépendance professionnelle
Jean et Bertrand agirent tout abord de conserve au début de leur carrière
commerciale leur communauté professionnelle ne survécut point toutefois au
partage que les trois fils de Guillaume Förbin firent en janvier 1415 de héri
tage de leur père La nef coulée dans la passe nord de entrée du port lors du
sac de Marseille de novembre 1423 appartenait ainsi en propre Bertrand
Förbin14 un acte de 1430 mentionne de même sous son seul nom une boutique
alors gérée en son absence par un certain Jean Laugier étranger la famille15
De quelques témoignages épars de cet ordre on peut raisonnablement inférer
que les deux frères devaient posséder chacun son propre fonds de commerce
Ils entretiennent également des agents commerciaux distincts abord
recrutés au sein de leur proche parentèle respective puis en dehors de leur
champ familial Tandis que Bertrand avait coutume de recourir son fils
naturel Jeannet16 ou bien son gendre Arnaud du Chemin mari de sa fille
naturelle Gaufride17 Jean utilisait habituellement les services de son gendre
Onufre de Brignoles 18 de son cousin germain Bertrand Bollegon 19 de son
neveu Guillaume Nicolay20 ou de son parent par alliance Jean Marin21 Et si
un de ces hommes ordinairement attachés un des deux frères pouvait occa
sionnellement intervenir pour le compte de autre22 il en était pas de même
des facteurs pris hors de la famille et exclusivement liés un entre eux ainsi
les attitrés de Jean Förbin Foulques Alexandre Dominique Simon-
delli ou Antoine Nicolini ne servirent jamais son frère Bertrand
En fait les deux frères conduisaient leurs affaires de manière différente
alors que Bertrand cumulait les activités de marchand et armateur et utili
sait un faible contingent de facteurs un tempérament sans doute aven
tureux il hésitait pas diriger assez souvent lui-même les expéditions levan
tines de ses navires Jean manifestement plus prudent se contentait de
commercer depuis Marseille par intermédiaire de tout un réseau agents
commerciaux
sa mort en 1453 ses deux fils Jean II et Jacques poursuivirent ensemble
exploitation de entreprise paternelle Bien que eût cherché pendant
quelque temps occasion de son mariage en 1452 conduire ses propres
affaires il renon bien vite au bénéfice de émancipation que lui avait
consentie son père23 et paraît avoir jamais mené par la suite après le décès de
662 ASCENSION SOCIALE DES RBIN MAUREL
celui-ci activités commerciales indépendantes est quelques exceptions
près toujours en association avec son frère aîné Jean II on le trouve men
tionné tout au long de la seconde moitié du xve siècle
Jean II et Jacques Förbin ne voyagèrent sans doute pas davantage que
leur père dont ils possédaient semble-t-il esprit gestionnaire aussi leur arri
vait-il de confier les intérêts de leurs expéditions lointaines leur cousin
germain Jeannet héritier du caractère hardi de son père ce dernier possédait
probablement tout comme lui une âme de marin et semble avoir rempli toute sa
vie un rôle de représentant commercial abord auprès de son père puis pour
le compte de ses cousins germains En 1466 il rapportait ainsi du Levant une
grande quantité de marchandises lorsque la galère vénitienne sur laquelle il
avait pris passage fut arraisonnée par des pirates chypriotes et lui-même fait
prisonnier ses cousins et commanditaires Jean II et Jacques chargèrent alors
leur parent Michel Descalis de récupérer la cargaison saisie et de pourvoir au
rachat de Jeannet24
la différence de Jeannet il semble certain que son demi-frère Honorât de
nature apparemment plus sédentaire détint pour sa part un fonds de
commerce personnel sur la place marseillaise25 est bien en son nom propre
il paraît être notamment occupé de approvisionnement et du commerce
spéculatif de navires26
Seules peuvent donc être mises en évidence quelques associations restreintes
entre frères ou cousins la famille Förbin ne rassembla jamais ensemble de ses
membres en une vaste compagnie commerciale familiale comparable aux
grandes entreprises mercantiles italiennes des Trecento et Quattrocento ou la
puissante firme commerciale et bancaire des Fugger Augsbourg Résolument
attachés dans leur cadre familial leur indépendance professionnelle les diffé
rents représentants marchands de la famille conclurent en revanche sans doute
dans une stratégie de minimisation des risques financiers familiaux diverses
associations extra-familiales plus ou moins temporaires chacun eut ainsi
partie liée avec autres entrepreneurs ou négociants tant marseillais que
autres villes commer antes telle Avignon
Jean apparaît associé au marchand marseillais Pierre Audebert pour
achat une cargaison de fer en 143027 un an plus tard il se décide
la faveur de la trêve signée en juin 1431 entre Proven aux et Aragonais faire
acquisition un navire la Sainte-Marie Jean préfère celle de son frère Ber
trand association de deux autres citoyens marseillais le marchand drapier et
chaussetier Jacques Artani et le capitaine de navire Jean Bot n28 De son côté
Bertrand pour envoi au Portugal une cargaison de blé affrète en 1439 un
navire biscayen en association avec un marchand avignonnais du nom de
Mathieu Ricci29 De même enfin il fonda pour ans en 1432 une pre
mière société de draperie et de chaussonnerie30 puis pour dix ans en 1434 une
seconde de commerce de draps31 plutôt que de profiter de expérience
commerciale de ses deux frères le maître-peaussier Dragon Förbin préféra
associer autres citoyens marseillais choisi hors du cercle de famille le cor
donnier Geoffroy Torcati et le marchand Jacques Artani en 1432 puis le seul
Jacques Artani en 1434
la génération suivante il est vrai que la solidarité commerciale des deux
frères Jean II et Jacques Förbin se distingua par sa remanence temporelle pen-
663 LES STRUCTURES FAMILIALES
dant toute la seconde moitié du xve siècle on en voit pas moins Jacques
exporter de son côté en 1484 de conserve avec le grand marchand marseillais
Jacques de Remezan de huile et de la laine Savone et Gênes32 tandis que
son cousin Honorât Förbin apparaît pour sa part associé en 1471 un mar
chand avignonnais Marabotin Bartholomei qui approvisionnait en marchan
dises en provenance du Nord de Europe et dont il devint par ailleurs le gendre
en épousant sa fille Catherine33
la quatrième génération de la famille enfin est encore en association
avec des commer ants étrangers au groupe familial que le fils aîné de Jean II
Pierre Förbin occupa de commerce au lendemain de son installation Avi
gnon en 1484 on sait il brassa importantes affaires de banque et de
négoce avec le marchand génois Ottobon Spinola34
Systèmes héritage et rapport au patrimoine
autonomie professionnelle de ses membres apparaît dans une large
mesure fonctionnellement dépendante du système de division patrimoniale
pratiqué chez les Förbin
Dragon Jean et Bertrand commencèrent certes au lendemain de la dispa
rition de leur père en 1410 par conserver une situation indivision
patrimoniale ainsi se trouvent-ils mentionnés dans le registre des comptes du
clavaire royal de année 1411 sous le vocable générique des héritiers de Guil
laume Förbin 35 Cette indivision revêtit toutefois un caractère très
provisoire un partage en trois parts égales de héritage paternel devait
mettre fin en janvier 141536
Quelques décennies plus tard les ultimes dispositions testamentaires prises
en 1453 et 1457 par Jean et Bertrand établissaient de même une répartition
egalitaire de leur patrimoine entre leurs trois fils respectifs37 de telle sorte que
la phase indivision patrimoniale excéda point là encore la durée de quelques
années réduite quelques mois sans doute pour raison de mésentente entre
les trois frères Jeannet Barthélémy et Honorât fils de Bertrand38 elle perdura
seulement quelque trois ou quatre ans entre les trois fils de Jean 139
Par-delà ces quelques exemples étude systématique de ensemble des dis
positions testamentaires familiales montre que état indivision patrimoniale
et la gestion commune un patrimoine familial ne constituèrent jamais chez
les Förbin une étape transitoire un processus de transmission des biens
entièrement soumis au principe du partage Temporaire indivision reste
corollairement circonscrite dans le cadre particulier et étroit des fratries et
apparaît jamais entre collatéraux serait-ce entre cousins germains
De hémorragie patrimoniale..
Certains accès féminins aux successions tombées en déshérence héritiers
mâles directs révèlent un manque de conscience patrimoniale familiale En
juillet 1460 Barthélémy Förbin alors sans postérité de sa femme Bérengone
Raoulx fit donation universelle de ensemble de ses biens son beau-frère Jac
ques Raoulx de Tarasc réservant seulement quelques legs ses demi-frères
664 MAUREL ASCENSION SOCIALE DES RBIN
Jeannet et Honorat40 Aussitôt Jacques Raoulx empressait par acte de ces
sion août 1461 de transmettre sa ur le bénéfice de la donation dont il
venait de faire objet41 est ainsi que Bérengone Raoulx désignant quelques
années après dans son testament août 1474 comme héritier universel son
petit-neveu Guillaume de Villages fils de Jean de Villages et sa nièce Madeleine
dei Pazzi42 le tiers des biens de Bertrand Förbin obvenu son fils Barthélémy
passa aux mains de la famille de Villages
Quelques années plus tard Antoine Förbin disposait par son dernier testa
ment de juin 1478 de ensemble de ses biens en faveur de son seul enfant survi
vant sa fille Isabeau épouse de obscur citoyen marseillais Jean Lombard43
un acte de 1495 confirme le passage des biens Antoine la descendance de sa
fille en la personne de Nicolas Lombard fils de cette dernière44
Au début du xvie siècle la mort ab intestat en 1516 du docteur en droit
Nicolas Förbin sa succession en absence de postérité légitime échut confor
mément au droit proven al son ascendance directe en la personne de sa mère
Catherine Bartholomei veuve Honorat Förbin Par son testament de juin et
son codicille de septembre 1523 cette dernière désignait comme légataire une
partie des biens elle avait recueillis sa petite-fille Marthone fille naturelle de
Nicolas et nommait pour son héritière universelle unique survivante de ses
enfants sa fille Marguerite épouse du noble marseillais Charles de Monteux45
Peu de temps après en décembre de la même année Marthone obtenait par
lettres de légitimation du roi Fran ois Ier le droit de recueillir héritage de son
père et de le transmettre sa postérité46 Un arrêt du Parlement de Paris
de 1534 divisait définitivement les biens jadis amassés par Honorât Förbin
entre sa petite-fille et son arrière-petite-fille47 ainsi devaient-ils finalement se
fondre dans les patrimoines de leurs descendances respectives les familles
Monteux une part Rostan et Borgognon autre part
Enfin trouve-t-on en 1529 le patrimoine de Louis Förbin décédé en 1523
aux mains de sa veuve Jaumette Sartan tutrice de leur fille Jeannette48 il ne
semble pas que celle-ci soit parvenue âge adulte et ait été mariée sans doute
Jaumette Sartan hérita-t-elle ainsi des biens de son mari Louis Förbin
La dotation féminine en biens-fonds fut loin de constituer toutefois le seul
facteur hémorragie patrimoniale les ventes immobilières représentèrent
autant de mouvements patrimoniaux centrifuges Dès septembre 1454 Antoine
se dessaisissait de certaines de ses maisons49 le noyau résidentiel originel des
Förbin la maison acquise en 1398 rue de la Pellisserie large en plein ur du
quartier de la Draperie par le maître-peaussier Guillaume Förbin passa ainsi
en mains étrangères sans Antoine accordât aucun droit de rachat ses
cousins des branches de Jean et Bertrand Förbin La veuve de Jeannet Förbin
Andrivette Lartessuti puis plus tard son fils Louis ne cessèrent également leur
vie durant amputer leur patrimoine immobilier et foncier50
est donc au total ensemble des biens patrimoniaux laissés leur mort
au milieu du xve siècle par les deux frères Dragon et Bertrand Förbin que on
voit sortir irrémédiablement au cours des générations suivantes du cadre de la
famille Et si leurs descendants ne semblent avoir aucunement cherché trans
mettre les biens de leurs branches leurs cousins descendants de Jean aucun
attachement sentimental semblable celui un Florentin comme Lapo Nic-
colini pouvait témoigner la charnière des xive et xve siècles égard des
665

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.