Un essai d'analyse factorielle des aptitudes - article ; n°1 ; vol.41, pg 202-226

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1940 - Volume 41 - Numéro 1 - Pages 202-226
25 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : lundi 1 janvier 1940
Lecture(s) : 15
Nombre de pages : 26
Voir plus Voir moins

Y. Bernyer
Un essai d'analyse factorielle des aptitudes
In: L'année psychologique. 1940 vol. 41-42. pp. 202-226.
Citer ce document / Cite this document :
Bernyer Y. Un essai d'analyse factorielle des aptitudes. In: L'année psychologique. 1940 vol. 41-42. pp. 202-226.
doi : 10.3406/psy.1940.5882
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1940_num_41_1_5882X
UN ESSAI D'ANALYSE FACTORIELLE DES APTITUDES
Par G. Bernyer
Le but de ce travail était de rechercher les facteurs pr
imaires dans une batterie de 28 tests appliqués à<320 sujets.
Les données que nous avons utilisées n'étaient pas primi
tivement destinées à. une étude. théorique des aptitudes, mais
à la sélection de candidats aviateurs. La batterie de tests
avait été constituée en 1940 par le Laboratoire de Sélection
de l'Armée -de- l'air, dirigé par le Pr Piéron, en collaboration
' avec le Laboratoire du Travail de la S.'N. C. F. de Viroflay,
qui a fourni la plupart des tests utilisés ; un certain nombre de
tests nouveaux n'ont pu être appliqués au moment où se
produisit la dispersion des élèves. En mai-juin 1940, 500 sujets
environ furent examinés ; ils avaient déjà été sélectionnés par
un examen médical et physiologique. Le but de l'examen psy
chologique était de répartir ensuite l'ensemble des candidats
dans l'une des, 3 sections d'apprentissage :
*
pilotes,
observateurs-navigateurs,
, observateurs en ballon.
Le travail du Service de sélection devait se poursuivre par
une étude de la validité des tests^ employés, étude faite en
collaboration avec les instructeurs de l'armée. Cette dernière
tâche n'a pu être abordée, les élèves ayant été dispersés et
rendus à la vie civile avant même que leur apprentissage ait
commencé. C'est alors que le Pr Piéron nous a confié les résul
tats de cet examen pour une recherche générale des facteurs
primaires.
Sujets examinés. — Le groupe examiné comprenait près
de 500 candidats ; mais certains d'entre eux n'ayant été ■
-BEAMTER. - — ANALYSE FACTORIELLE DES APTITUDES 203 G.
qu'incomplètement ou imparfaitement testés, un vexamea
individuel des dossiers nous a permis de retenir seulement
320 sujets ayant subi un ensemble de tests dans des conditions
comparables. La répartition des âges dans ce dernier groupe
était la suivante :
22 23 24 25 29 30 31 Age. 19 20 21 26 27 28 32 33
Nombre 22'
4 11 125 76 46 15 8 5 2 1 0 1 3 1 de. sujets
Leurs niveaux scolaires, d'après un questionnaire rempli
par eux-mêmes, les répartissaient "ainsi :
192 possédant les 2 parties du baccalauréat,
55- 14 la le brevet lre partie supérieur, du
26 ne possédant que le brevet simple.
Sur les 33 autres sujets, 4 avaient tait des études secon
daires non sanctionnées par un diplôme, et les 29 autres des
études professionnelles, commerciales ou industrielles, corre
spondant au moins à une instruction primaire supérieure. De
plus, parmi les 192 bacheliers, 138 avaient entrepris des
études supérieures (préparation de licences ou grandes écoles).
On voit qu'il s'agit d'un groupe très7 sélectionné présen- -
tant de bonnes conditions d'homogénéité : âges peu dispersés,
niveau intellectuel de base suffisant chez tous les sujets pour
assurer une bonne compréhension des consignes.
Batterie de tests utilisée. — Étant donné le but pratique
pour lequel cette batterie fut constituée, les tests étaient
répartis en 3 groupes :
1° Tesis destinés à apprécier les capacités intellectuelles géné
rales des sujets. Ce 1er groupe comprenait différentes variétés
de tests, d'un usage courant dans les batteries employées pour
la mesure de l'intelligence ; tests de relations spatiales (mou
vements mécaniques, développements de solides) ; d'abstrac
tion (classification de figures) ; numériques (séries de nombres,
tibde) ; verbaux (analogies, raisonnement, phrases en désordre).
A ces 9 premiers tests s'ajoutaient une épreuve d'organisation
d'un travail (test de mission) et une de mémoire.
2° Tests destinés à éprouver les capacités d'exécution.
Ce 2e groupe s'appliquait plus particulièrement à la sélection
des pilotes. Il comprenait : un test global de réactions avec MÉMOIRES ORIGINAUX* 204
complexe' tendant à mettre le attention distribuée, épreuve
sujet dans une situation psychologique analogue à celle où iï
se trouve lorsqu'il conduit un avion ; 2 épreuves d'exécution»
méthodiques d'une tâche (montage d'objets et fils enchevêtrés).
3° Tests destinés à apprécier les capacités d'observation
visuelle choisis spécialement en vue de la sélection des obser
vateurs. Ce 3e groupe comprenait : 2 tests d'observation discr
iminative (labyrinthe et comparaison d'images simultanées) ';
3 tests d'observation et mémoire visuelles (comparaison
d'images successives, reproduction de vues aériennes, réponses
au questionnaire sur un film présenté au sujet pendant le,
test de réactions) ', 2 tests de structure spatiale (assemblage
de surfaces et orientation). ,
Nous avons numéroté les tests, de 1 à 28, en conservant
cet ordre, sauf pour les 6 épreuves du test de réactions avec
attention distribuée et les réponses au questionnaire sur lé
film qui ont été groupées à la fin de la batterie.
Description des tests. — La majorité des tests utilisés pro
viennent soit du Laboratoire de Biométrie humaine (du
Centre National de la Recherché Scientifique), séit du Labor
atoire du Travail de la S. N. G. F. de Viroflay, Ils ont été mis
au point par Mlle Weinberg, qui en a emprunté les éléments à
divers auteurs étrangers, suivant les indications bibliogr
aphiques qu'elle nous a données et que nous reproduisons
ci-dessous. Ils étaient d'ailleurs "destinés pour la plupart à
figurer comme parties intégrantes de batteries ou d'échelles,
,et non pas comme tests autonomes. Les autres tests, plus .
spécialement établis en vue de la sélection des aviateurs, ont
été imaginés par le Pr Piéron.
1. Test de mouvements mécaniques, dit « ITX », du Laborat
oire de Viroflay (Batterie Apprentis). Les questions de ce
test ont été empruntées à divers auteurs étrangers, notam
ment aux publications du Laboratoire central d'orientation
et de sélection professionnelle de Moscou. On donne au sujet
les schémas de dispositifs mécaniques simples (combinaisons
de poulies, de roues dentées, de bielles, de soupapes, etc.)/
suivis de diverses questions concernant le fonctionnement dfc
ces différents dispositifs. Pour la plupart des questions, le
sujet doit simplement choisir, entre plusieurs solutions qui lui
sont proposées, en soulignant la réponse correcte.
La durée du test est de 10 min. On note le nombre' de
-bonnes réponses (maximum 40). ' < BERNYER. ANALYSE FACTORIELLÈ DES APTITUDES 205 G.
2. Test de mouvements mécaniques dit« IT2 » du Laboratoire
•de Viroflay (Batterie Apprentis), inspiré de tests proposés
par Cox. Ce test est analogue au précédent. Le sujet doit
résoudre différents problèmes concernant quatre dispositifs
(combinaisons de poulies et de leviers ou de roues) en souli
gnant la réponse correpte.
La durée du test est de 10 min. On note le nombre de
bonnes réponses (maximum 14). ,
3. Test de développements de solides dit « V2 » du Laboratoire
de Viroflay (Batterie Apprentis). Ses éléments ont été emprunt
és en partie à une batterie de tests mécaniques du Laborat
oire central d'orientation et de sélection professionnelle de
Moscou. On donne au sujet le dessin d'un solide vu en perspect
ive, et quatre figures représentant des développements de
solides ; l'une de ces figures, si elle était découpée et pliée
convenablement aux endroits indiqués par des lignes, permett
rait de reconstruire exactement l'objet proposé. Le sujet
doit marquer d'une croix la figure correcte,
La durée du test est de 10 min. On note le nombre de
bonnes réponses (maximum 20).
4. Test de classification de figures, mis au point au Laborat
oire de Viroflay, d'après un test de la batterie de>Thurstone.
Ce test, dû à Line, figure, parmi les tests utilisés par Spear
man, comme un des meilleurs à employer pour la mesure
de « G ». '■-.
On présente au sujet deux groupes de figurés obéissant
chacun à une certaine loi, et un 3e groupe de figures
chacune à l'une de ces deux lois. La tâche consiste à marquer
d'ufie croix, dans les figures à classer, celles qui appartiennent
au groupe I (voir fig. 1).
Le sujet a 7 min. pour lire les consignes et les exemples
dont cinq lui sont offerts comme exercices préalables. La
durée du test proprement dit est de 10 min. On note le nombre
de bonnes réponses (maximum 28).
• 5. Séries de nombres. Test emprunté par le Laboratoire de
Biométrie à la batterie de Thûrstone. On donne des séries de
nombres obéissant à une certaine loi. Le sujet doit découvrir
cette loi et compléter la série en ajoutant, dans deux espaces
laissés en blanc, les termes qui conviennent.
On donne au sujet 4 min. pour lire les instructions et les
exemples et faire l'énreuve préliminaire comprenant six séries
à compléter. La durée du test proprement dit est de 10 min. MÉMOIRES ORIGINAUX 206
On note le nombre de bonnes réponses (maximum 22)..
6. Code. Forme de test classique de substitution imaginée
par Mlle Weinberg.. Les chiffres de 0 à 9 sont remplacés par des,
symboles établis selon une règle simple ; les nombres supé
rieurs à 9 s'obtiennent d'après le système décimal. Le test
1 1
l.
X
consiste soustractions, à effectuer Fig. En en haut, multiplicationSj 1. bas, — le Exempte le une groupe série du J de ; test d'opérations au divisions) figures milieu, des figures à le classer groupe en à faciles classer utilisant U" II x (additions, si seul
ement ces symboles.
Le suje^a 5 min. pour lire les consignes, apprendre le code
et s'exeFcer. La durée du test proprement dit est de 5 min. On
note le nombre de bonnes répanses (maximum 25).
7. Analogies verbales. Test emprunté à la batterie de
Thurstone. On donne au sujet 2 mots entre lesquels il y a un
certain lien ; puis un 3e mat et au-dessaus 5 autres mots. Le
sujet doit souligner parmi ces 5 derniers celui qui présente
avec le 3e une relation analogue à celle existant entre 1&
second et le preiriier. ' '

BERNYER. ANALYSE FACTORIELLE DES APTITUDES '207 G. '<:■■'
/
' • Exemple :
— chaussure ; main... Pied
Pouce, tête, gant, doigt, serrer.
(Il faut souligner le mot gant.)
La durée du test est de 3 min. 30 sec. On note le nombre de
bonnes réponses (maximum 12).
8. Raisonnement. Test adapté par le Laboratoire de Bio
métrie d'après celui de Thurstone. On donne au sujet une
série de syllogismes dont il doit juger la correction au moyen
d'un simple signe (+ ou—).
La durée du test est de 6 min. On no.te le nombre de
bonnes répnses (maximum 17).
9. Phrases en désordre. Test construit au Laboratoire de
Biométrie. On donne au sujet une série, de phrases dont le&
mots ont été mélangés ; il doit reconstituer la phrase correcte.
La duré« du test est de 10 min. Notation : le test comprend
10 phrases ; la première n'est pas comptée dans la notation ;
les- autres donnent droit à un certain nombre de points,
variable suivant leur difficulté et suivant que la phrase a été
parfaitement ou imparfaitement reconstituée (note maxi
mum 48).
10. Organisation d'une mission. Test du Pr Piéron. Le sujet
doit établir le plan du parcours à effectuer pour« l'exécution,
dans les conditions les meilleures, d'une mission aérienne
comprenant diverses tâches : observer une zone de tranchées
et un- nœud de voies ferrées, photographier une ligne de che
min de fer, lancer des tracts sur une ville, lâchée un parachut
iste au-dessus d'une clairière. Le sujet doit tracer suc un plan
le trajet choisi, en précisant ses variations d'altitude ; il lui
faut tenir compte, de nombreuses particularités' concernant le
terrain, le vent et les positions ennemies, et cela sans dépasser
une consommation donnée d'essence.
La durée de l'épreuve est de 30 min. La notation se fait à
l'aide de pénalisations affectant les diverses fautes commises.
11. Mémoire d'Un récit. -Lé récit d'un accident d'aviation
(environ 50 lignes) est lu à haute voix par l'examinateur,
pendant que le sujet suit le texte des yeux sur un cahier. On
donne ensuite au 7 min. pour répondre à un questionnaire
sur les détails de l'accident. On note le nombre de réponse»
correctes (maximum 20).
1.2. Montage d'objets. Test mis au point par Mlle Weinberg
d'après un test américain de Stenquist. On présente au sujet 208 MÉMOIRES ORIGINAUX
une boîte à 10 compartiments contenant chacun un objet
usuel démonté (targette, pince à linge, etc). Le sujet doit
reconstituer ces objets le plus rapidement possible.
La durée du test est de 10 min. Chaque montage compor
tant plusieurs opérations, on note le nombre total d'opérations
correctement effectuées (maximum 36).
•13. 14. Fils enchevêtrés. Test imaginé par Mlle Weinberg
sur le principe du test de réaction réfléchie de Poppelreuterj
repris par Blumenfeld pour les aviateurs péruviens. On pré
sente au sujet tin tableau sur lequel se trouvent un certain
nombre de boutons interrupteurs commandant des lampes et
reliés à celles-ci par des connexions apparentes enchevêtrées
•de façon compliquée. Le tableau porte 13 lampes : 9 ont une
douille peinte en rouge et les 4 autres une douille blanche. Le
test comprend 4 épreuves successives. La lre épreuve consiste
à éteindre les 9 lampes rouges le plus rapidement possible en
évitant, d'une part d'allumer les 4 lampes blanches qui sont
éteintes au départ, d'autre part de manœuvrer 4 bouton^
supplémentaires qui ne commandent aucune lampe mais pro
voquent un son aigu (chaque erreur doit être aussitôt corrigée
en manœuvrant une seconde fois le même interrupteur). Au
début de la 2e épreuve, les 4 lampes blanches sont allumées, le
sujet doit allumer lés 9 lampes rouges. La 3e et la 4e épreuve
sont une répétition de la 1M et de la 2e épreuves.
Pour des raisons que nous préciserons plus loin, on a noté :
1° le logarithme du temps (en secondes) de la lre épreuve (Ti) ;
2° la somme des logarithmes des temps des 3 épreuves su
ivantes (T). _,
15. Test du labyrinthe, adapté par le Laboratoire de Bio
métrie d'après le test de Porteus. On présente au sujet un
labyrinthe, composé de 10 figures successives, qu'il doit par
courir d'un trait de crayon en moins de 4 minutes*
Notation : on déduit du nombre de figures parcourues
(apprécié à 1/2 figure pr<ès) le de fausses pistes suivies
(note maximum 10).
16. Images simultanées; Test du Pr Piéron (réalisations de
Mme Piéron). On montre au sujet 2 photographies de tableaux,
■en apparence identiques, mais qui présentent toutefois une
petite différence (ainsi, on peut voir sur l'une des images un
' petit pavillon qui ne se trouve pas sur l'autre). Le sujet
a 25 sec. pour comparer les 2 images ; on lui donne ensuite
35 sec. pour écrire succinctement quelle différence il a observée. :
.
BERNYER. • — ANALYSE FACTORIELLE DES APTITUDES 209 G.
Le test comprend 12 couples d'images ; on note le nombre
de différences perçues.
17. Images successives. Test du Pr Piéron, analogue au
précédent, mais où les 2 photographies à comparer sont pré
sentées l'une après l'autre ; les différences sont ici plus import
antes (par exemple, l'un des personnages à été supprimé) ;
d'autre part, on a introduit dans la série quelques couples
d'images sans différence.
On donne au sujet 10 sec. pour observer la première
image, 45 sec. pour observer la deuxième et écrire/ brièvement sa
réponse. La note s'obtient en retranchant du nombre des bonnes
réponses la moitié du nombre des mauvaises (maximum 10).
18. Vues aériennes. Test imaginé par le P? Piéron (réalisa
tion du lieutenant Louvier). On présente au sujet pendant
20 sec. la photographie d'un paysage vu d'un avion._On lui
donne ensuite 2 min. pour en faire un croquis aussi détaillé
et aussi précis que possible. ,
Le test comprend 2 épreuves analogues. Notation :
chaque détail perçu donne un certain nombre de points où
une fraction de point. On prend la moyenne des notes des
2 épreuves (maximum 10)1.
19. Test d'assemblage de surfaces dit « Vx », du Laboratoire
de Viroflay, emprunté à la batterie de tests mécaniques de
l'Université de Minnesota. Test analogue aux puzzles. : on
offre au sujet une figure géométrique simple (cercle, carré, etc.)
et un certain nombre de figures plus petites de formés variées
qui, placées convenablement sur la première, la recouvrent
exactement. Le sujet doit dessiner sur la première figure
l'emplacement des petites pièces.
: On donne au sujet 2 min. 30 sec. pour lire les consignes et
les'exemples. La durée du test proprement dit est de 15 min.
On note -le nombre de figures reconstituées (maximum 54).
20. Test d'orientation. Test imaginé par le Pr Piéron. On
présente au sujet un groupe de 3 à 5 points A, B, G, etc. (voir
figure 2 ci-contre). Il doit se représenter le trajet en ligne
brisée A B C... afin d'indiquer par écrit pour.chaque virage :
1° le sens de la rotation effectuée (droite ou gauche);
2° sä grandeur approximative en degrés ; 3° l'orientation qui
en résulte.
Exemple : la direction de départ est indiquée par la flèche.
En A, le trajet tourne à droite de 30°, sa nouvelle orientation
(AB) est WNW.
l'année psychologique, xli-xlii 14 MEMOIRES ORIGINAUX 210
II y a 2 épreuves à effectuer en présence du schéma, et 5 où
le sujet voit le plan pendant un temps limité (de 10 à 25 sec.)-
et doit donner sa réponse de mémoire.
Fig. 2
On pénalise de 2 points, 1 point ou 1/2 point suivant l'i
mportance des fautes commises.
21 à 28. Test de réactions avec attention distribuée, mis au
point au Laboratoire de Biométrie, par A. Fessard et Mlle Weinb
erg1. Le sujet est assis devant une table sur laquelle se trouve
un tableau de bord muni de 2 lampes blanches, d'une lampe
rouge, d'un milliampèremètre, d'un compteur électrique, et,
d'un dispositif de glaces formant périscope. Il tient dans la
mai© daroite une poignée fixée à la table qu'il peut incliner en
avant ou en arrière ; cette poignée porte en haut un bouton
y

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.