Vieillissement et déficit mnémonique : effet des indices catégoriels et spécifiques dans le rappel d'une liste de mots - article ; n°4 ; vol.90, pg 511-528

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1990 - Volume 90 - Numéro 4 - Pages 511-528
Résumé
Deux expériences, fondées sur la technique du rappel indicé, sont présentées. Leur objectif vise à apporter une contribution à la connaissance des facteurs susceptibles d'expliquer les différences généralement observées entre adultes jeunes et âgés en situation de rappel libre.
L'expérience I, utilisant des indices de récupération catégoriels, compare la performance de trois groupes de sujets correspondant aux classes d'âges : 20-30 ans ; 40-50 ans et 60-75 ans. Les données montrent que le déficit des âgés est annulé lorsque l'indice présent au moment de l'apprentissage est de nouveau présent au moment du rappel. Ce résultat est interprété dans le sens d'un déficit lié à l'âge en relation avec les processus de recherche en mémoire.
L'expérience II, utilisant des indices de récupération spécifiques, a pour objectif précis de vérifier l'hypothèse (Craik et Simon, 1980) selon laquelle les âgés rencontreraient des difficultés particulières dans l'élaboration d'un encodage spécifique. Les classes d'âges comparées sont semblables à l'expérience précédente. Les résultats ne confirment pas l'hypothèse.
Des propositions, relatives aux processus d'encodage ou de recherche, sont avancées pour expliquer les différences jeunes-âgés apparaissant dans les situations de mémorisation utilisant des indices spécifiques.
Mots clés : vieillissement, rappel indicé, encodage, recherche en mémoire.
Summary : Memory deficit and aging : The effect of categorical and specific cues on a word-list recall.
The two experiments reported here investigated the question of age-related deficit in recall with the use of retrieval cues. In Exp. I, we have tried by using categorical cues to determine if the memory deficit of the elderly in recall memory tasks may be the result of a slowing down linked to the memory search processes. The results suggest that the elderly show a significant improvment in performance when presented at the output with the cues which were at hand on input. These observations tend to support the idea that aging is accompanied by a worsening of the memory search processes.
In Exp. II, it is proposed that age related deficit in recall can also be determined by a decrease in the effectiveness of use of contextually specifie retrieval eues. The results show that the elderly seem capable of carrying out a functional specific encoding at input ; the difficultes in this situation again seem linked to a deficit in memory search processes.
Key words : aging, cued recall, encoding, memory search.
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : lundi 1 janvier 1990
Lecture(s) : 27
Nombre de pages : 20
Voir plus Voir moins

Michel Isingrini
R. Fontaine
Anne Grellier
Véronique Sauger
Vieillissement et déficit mnémonique : effet des indices
catégoriels et spécifiques dans le rappel d'une liste de mots
In: L'année psychologique. 1990 vol. 90, n°4. pp. 511-528.
Citer ce document / Cite this document :
Isingrini Michel, Fontaine R., Grellier Anne, Sauger Véronique. Vieillissement et déficit mnémonique : effet des indices
catégoriels et spécifiques dans le rappel d'une liste de mots. In: L'année psychologique. 1990 vol. 90, n°4. pp. 511-528.
doi : 10.3406/psy.1990.29425
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1990_num_90_4_29425Résumé
Résumé
Deux expériences, fondées sur la technique du rappel indicé, sont présentées. Leur objectif vise à
apporter une contribution à la connaissance des facteurs susceptibles d'expliquer les différences
généralement observées entre adultes jeunes et âgés en situation de rappel libre.
L'expérience I, utilisant des indices de récupération catégoriels, compare la performance de trois
groupes de sujets correspondant aux classes d'âges : 20-30 ans ; 40-50 ans et 60-75 ans. Les données
montrent que le déficit des âgés est annulé lorsque l'indice présent au moment de l'apprentissage est
de nouveau présent au moment du rappel. Ce résultat est interprété dans le sens d'un déficit lié à l'âge
en relation avec les processus de recherche en mémoire.
L'expérience II, utilisant des indices de récupération spécifiques, a pour objectif précis de vérifier
l'hypothèse (Craik et Simon, 1980) selon laquelle les âgés rencontreraient des difficultés particulières
dans l'élaboration d'un encodage spécifique. Les classes d'âges comparées sont semblables à
l'expérience précédente. Les résultats ne confirment pas l'hypothèse.
Des propositions, relatives aux processus d'encodage ou de recherche, sont avancées pour expliquer
les différences jeunes-âgés apparaissant dans les situations de mémorisation utilisant des indices
spécifiques.
Mots clés : vieillissement, rappel indicé, encodage, recherche en mémoire.
Abstract
Summary : Memory deficit and aging : The effect of categorical and specific cues on a word-list recall.
The two experiments reported here investigated the question of age-related deficit in recall with the use
of retrieval cues. In Exp. I, we have tried by using categorical cues to determine if the memory deficit of
the elderly in recall memory tasks may be the result of a slowing down linked to the search
processes. The results suggest that the elderly show a significant improvment in performance when
presented at the output with the cues which were at hand on input. These observations tend to support
the idea that aging is accompanied by a worsening of the memory search processes.
In Exp. II, it is proposed that age related deficit in recall can also be determined by a decrease in the
effectiveness of use of contextually specifie retrieval eues. The results show that the elderly seem
capable of carrying out a functional specific encoding at input ; the difficultes in this situation again seem
linked to a deficit in memory search processes.
Key words : aging, cued recall, encoding, memory search.L'Année Psychologique, 1990, 90, 511-528
Laboratoire de Psychologie expérimentale
Université François-Rabelais, Tours1
VIEILLISSEMENT ET DÉFICIT MNÉMONIQUE :
EFFET DES INDICES CATÉGORIELS ET SPÉCIFIQUES
DANS LE RAPPEL D'UNE LISTE DE MOTS
par Michel Isingrini, Roger Fontaine,
Anne Grellier et Véronique Sauger
SUMMARY : Memory deficit and aging : The effect of categorical and
specific cues on a word-list recall.
The two experiments reported here investigated the question of age-
related deficit in recall with the use of retrieval cues. In Exp. I, we have tried
by using categorical cues to determine if the memory deficit of the elderly
in recall memory tasks may be the result of a slowing down linked to the
memory search processes. The results suggest that the elderly show a
significant improvment in performance when presented at the output with
the cues which were at hand on input. These observations tend to support
the idea that aging is accompanied by a worsening of the memory search
processes.
In Exp. II, it is proposed that age related deficit in recall can also be
determined by a decrease in the effectiveness of use of contextually specific
retrieval cues. The results show that the elderly seem capable of carrying
out a functional specific encoding at input ; the difficulties in this situation
again seem linked to a deficit in memory search processes.
Key words : aging, cued recall, encoding, memory search.
L'interprétation des différences observées dans les tâches de
rappel entre adultes, jeunes et âgés (pour revue Craik, 1977)
s'inscrit, à l'heure actuelle, dans deux perspectives de recherche
étroitement liées. La première est relative aux processus d'enco
dage, la seconde aux opérations de recherche en mémoire.
1. 3, rue des Tanneurs, 37041 Tours Cedex. 512 M. Isingrini, B. Fontaine, A. Grellier el V. Sauger
Cette question a été abordée à l'aide de la technique du rappel
indicé.
Dans ce cadre, les paradigmes expérimentaux utilisés présen
tent l'avantage de fournir des indications relativement précises
à la fois sur les phases d'encodage et de recherche en mémoire.
En effet, dans cette perspective, on suppose que l'observation
d'une réduction, voire de l'annulation des différences jeunes-
âgés, causée par la présentation d'indices de récupération, sug
gère des difficultés particulières dans les processus de recherche.
Par contre, l'inexistence de ce type d'effet tendra plutôt à
souligner une atteinte des opérations d'encodage, qui dans ce
cas pourra être précisée par la manipulation des informations
(sémantiques, structurales) portées par l'indice.
Les premiers travaux utilisant ces paradigmes dans les études
sur le vieillissement (Laurence, 1967 ; Hultsh, 1975 ; Smith, 1977)
ont porté essentiellement sur l'utilisation d'indices catégoriels.
D'une façon générale, ils ont confirmé l'hypothèse d'un déficit
dans la phase de récupération et par là même montré que les
difficultés rencontrées par les âgés ne sont probablement pas,
ou que très peu, liées à la réalisation d'un encodage sémantique
générale.
Des travaux plus récents, incluant l'utilisation d'indices spé
cifiques (non catégoriels) (Graik et Simon, 1980 ; Rabinowitz,
Graik et Ackerman, 1982 ; Rabinowitz et Akerman, 1982), ont
permis d'avancer l'idée (Graik et Simon, 1980) selon laquelle
les âgés pourraient présenter des difficultés particulières d'en
codage dans l'élaboration de traces mnésiques suffisamment spé
cifiques au matériel à apprendre.
Les âgés seraient plus enclins à développer un encodage sur
la base d'un traitement faisant intervenir des éléments d'info
rmation généraux, trans-situationnels comme le degré d'asso
ciation ou la catégorie d'appartenance.
Par contre, les jeunes encoderaient chaque item non seul
ement sous une forme semblable, mais également d'une manière
plus spécifique, prenant en compte les aspects informatifs du
contexte immédiat. Ce type d'encodage présenterait l'avantage
de fournir au moment du rappel une meilleure différenciation
de chaque événement par rapport à des événements sémantique-
ment proches. La conséquence de ce modèle théorique, à propos
de l'effet des indices de récupération, serait que les âgés présente
raient des différences moins importantes vis-à-vis des jeunes Vieillissement et mémoire 513
dans les situations expérimentales où l'efficacité des indices de
récupération n'est basée que sur un encodage de type général
(par ex. dans les situations expérimentales basées sur l'utilisation
d'indices catégoriels ou fortement associées à l'item cible pré
senté au sujet uniquement au moment de la récupération). Par
contre, les jeunes devraient être plus avantagés lorsque l'efficacité
des indices repose en partie, ou essentiellement, sur un encodage
de type spécifique.
Si les premiers travaux (Graik et Simon, 1980 ; Graik et
Byrd, 1982 ; Rabinowitz et al., 1982) semblent aller dans le
sens de cette hypothèse, une recherche plus récente (Puglisi,
Park, Smith et Dudley, 1988) maintient la question ouverte
en montrant qu'il existe chez les âgés un effet positif significatif
des indices spécifiques, dans le cadre d'un encodage spécifique,
sur les opérations de récupération en mémoire, et ceci même
lorsque l'indice et l'item cible ne sont pas associés.
Notre recherche s'inscrit dans les deux perspectives théo
riques qui ont été soulevées. La première expérience basée sur
un paradigme expérimental utilisant des indices de récupération
catégoriels a pour principal objectif de confirmer le rôle de la
phase de récupération dans le déficit mnémonique des âgés. Dans
cette expérience on cherchera, à vérifier si les indices présentés
au moment du test de rappel permettent ou non d'annuler les
différences jeunes-âgés.
Dans la seconde expérience, utilisant des indices spécifiques,
nous tenterons plus précisément de mettre à l'épreuve l'hypo
thèse de Graik et Simon (1980), en faisant varier au moment du
rappel le rôle joué par l'encodage spécifique, tout en tentant de
maintenir constant le degré d'association sémantique entre l'in
dice de récupération et l'item cible.
EXPÉRIENCE I
Cette expérience a été principalement élaborée à partir du
paradigme expérimental développé par Tulving et Pearlstone
(1966), pour l'étude de l'influence des indices catégoriels sur la
récupération en mémoire.
La tâche des sujets consiste à mémoriser une liste de mots
appartenant explicitement à des catégories sémantiques. Durant
AP — 17 514 M. Isingrini, R. Fontaine, A. Grellier et V. Sauger
l'apprentissage, les items cibles sont présentés avec le nom de
leur catégorie, néanmoins seuls les items seront à restituer. La
phase de mémorisation est identique pour tous les sujets, seule
la situation de rappel varie. Le rappel est libre pour la moitié
des sujets, alors que l'autre moitié dispose sur une feuille de
réponse des noms des catégories comme indices de récupération.
Les résultats de l'expérience de Tulving et Pearlstone ont
d'une part montré la grande supériorité du rappel indicé vis-à-vis
du rappel libre et par ailleurs attiré l'attention sur l'importance
que prennent les opérations d'accès à l'information mémorisée
dans le déterminisme de l'oubli. En effet, comme les différents
groupes de sujets sont équivalents et qu'ils apprennent strict
ement dans les mêmes conditions, les différences observées entre
eux, consécutives à la seule manipulation des conditions de
rappel, ne peuvent être attribuées qu'à des différences dans les
processus de récupération en mémoire.
En ce sens, l'utilisation de ce paradigme expérimental dans
une optique différentielle jeunes-âgés doit permettre de vérifier
l'importance que peuvent prendre ces mêmes opérations dans le
déficit lié à l'âge. En effet, celui-ci pourra être attribué princ
ipalement à une atteinte des processus de recherche en mémoire
si les différences jeunes-âgés sont annulées dans la situation de
rappel indicé.
SUJETS
Au total, 135 sujets ont participé à l'expérience, répartis en trois
groupes d'âge (Gl : 20-30 ans, moyenne d'âge : 26, N = 45 ; G2 : 40-
50 ans, moyenne d'âge : 43,46, N — 45 ; G3 : 60-75 ans, moyenne d'âge :
65,13, N = 45).
Nous avons contrôlé l'équivalence des groupes, pour le facteur
catégorie socioprofessionnelle (sans profession : 23 % par groupe ;
agriculteurs, ouvriers, employés : 30 % ; techniciens, enseignants : 29 % ;
cadres supérieurs, professions libérales : 16 %), pour le facteur sexe
(63 % de femmes ; 37 % d'hommes). Pour le groupe des âgés (60-75 ans),
aucun sujet n'était hospitalisé et ne subissait un traitement pouvant
avoir une influence importante sur la mémoire.
Les sujets des groupes Gl et G2 ont été recrutés au sein d'une
population tout venant. Les sujets âgés l'ont été principalement auprès
de différents organismes d'accueil du troisième âge (clubs du troisième
âge, associations sportives, accueil de France). Vieillissement et mémoire 515
PROCÉDURE EXPÉRIMENTALE
Les sujets ont été testés dans trois situations expérimentales :
— Une situation (SI) correspondant à une condition contrôle, où
les sujets avaient à apprendre une liste de 40 mots présentés de façon
aléatoire avec restitution immédiate en rappel libre (Si : Apprentissage
et rappel libre).
— Une situation (S2) avec apprentissage de la même liste de 40 mots
catégorisée explicitement par la présentation du nom des catégories et
restitution immédiate en rappel libre (S2 : Apprentissage indicé et
rappel libre).
— Une situation (S3) où la condition d'apprentissage est strict
ement identique à celle de S2. La restitution est immédiate en rappel
indicé. Le nom des catégories étant présenté au sujet au moment du
rappel (S3 : Apprentissage et rappel indicé).
Le matériel est présenté oralement par l'expérimentateur à raison
d'un mot toutes les deux secondes. Pour les situations S2 et S3, le nom
de la catégorie est annoncé avant la présentation des items qui la
composent.
Ce mode de présentation a été choisi compte tenu de la commodité
d'utilisation qu'il favorisait avec les personnes âgées. En effet, celles-ci
se déplaçant difficilement au Laboratoire, nous avons été contraints
de pratiquer les tests directement dans les institutions où nous les
rencontrions. Bien que toutes les précautions aient été prises, aussi
bien concernant le local de passation que pour la présentation des
stimuli, il convient de préciser que le contrôle du temps interstimuli
dans ce type de présentation n'est pas absolument garanti.
Le rappel est réalisé par écrit. Pour les situations SI et S2, une feuille
vierge est fournie au sujet, pour la situation S3, les indices catégoriels y
sont indiqués. Les données recueillies et analysées seront : le nombre
de mots rappelés correctement.
Le traitement statistique des données est réalisé par analyse de
variance. Nous avons utilisé le logiciel var 3 qui permet des compar
aisons globales et partielles (Lépine, Rouanet et Lebeaux, 1976).
MATERIEL
Dans les trois situations, le matériel à mémoriser est identique,
constitué de 40 noms communs. Pour les situations S2 et S3, les mots
sont groupés par catégorie. Elles sont au nombre de 8, réparties de la
façon suivante : 2 catégories de 8 éléments, 2 de 6, 2 de 4, 2 de 2.
La liste des mots et des catégories est présentée en annexe. 516 M. Isingrini, R. Fontaine, A. Grellier et V. Sauger
Les deux variables indépendantes (âge et situations) ont été croisées
dans un plan entièrement interindividuel : Si 5 (G3 x S3), soit 9 condi
tions de 15 sujets.
RÉSULTATS
NOMBRE DE MOTS RAPPELES
Les résultats relatifs au nombre de mots rappelés sont pré
sentés au tableau I et à la figure 1.
Tableau I. — Moyenne et écart type du nombre d'items
corrects rappelés en fonction de l'âge et de la situation expé
rimentale (Expérience I)
Mean of correct recalls as a function of age and experi
mental condition (Experience I)
SittMtiMS Sroupes
SI sz S3
f 1 (2B-38 «is) 18.BS (2.72) 18, B? (4.11) 22.14 (4.31)
6 Z (48-58 ms) 17,88 (1.B8) 19.13 (1.66) 21. tt (4.36)
11.53 (2.13) 19. tt (3.3U 6 3 (6B-7S MS) 11.60 (3.38)
L'analyse statistique globale de ces données met en évidence
un effet significatif du facteur âge (F(2,126) = 12,53 ; P < .001)
et du facteur situation (F(2,126) = 15,90 ; P < .001). Il n'appar
aît pas d'interaction entre les deux facteurs (F(4,126) = 1,64 ;
NS). Les analyses partielles montrent que l'effet de l'âge est
déterminé particulièrement par une différence entre le groupe
des âgés (G3) et les deux autres groupes (Gl et G2). La différence
entre Gl et G2 est non significative (F(l,126) = 0,06 ; NS), alors
que la différence entre les résultats de Gl et G2 regroupés com
parés à ceux de G3 est (F(l,126) = 25 ; P < .001). Vieillissement et mémoire 517
BOY,
23 6 1 (28-38)
22 6 Z (48-58)
21
28
H 6 3 (68-75)
18
17
16
15
14
13
12
11
10
S 1 S 2 S Z
Fig. 1. — Moyenne du nombre d'items corrects rappelés (moy)
en fonction de l'âge et du type de situation (SI, S2, S3) (Expérience I)
Mean of correct recalls (MOY)
as a function of age and experimental condition (Experience I )
L'effet dû à la situation est déterminé par une différence
significative entre les résultats des situations SI et S2 regrou
pées par rapport à S3 (SI S2, S3 : F(l,126) = 31,58 ; P < .001).
Il n'apparaît pas de différence significative entre SI et S2
(F(l,126) =0,22; NS). Une analyse plus détaillée prenant en
compte les deux facteurs met en évidence que, concernant l'effet
de l'âge, les différences entre Gl et G2 regroupés, comparés à G3
n'apparaissent pas en S3 (Gl G2, G3 * S3 = F(l,126) = 1,51 ;
NS), mais dans les deux autres situations SI et S2 (Gl G2,
G3 * SI : F(l,126) = 8,46 ; P < .001) ; (Gl G2, G3 * S2 :
F(l,126) = 20,43 ; P < .001).
Ces résultats montrent que le groupe des âgés présente un
déficit mnémonique dans les situations de rappel libre (SI et S2).
Ge déficit disparaît pratiquement entièrement en situation de
rappel indicé (S3). Ces observations semblent être en accord
avec l'idée selon laquelle le déficit lié à l'âge pourrait être parti
culièrement imputé à des difficultés d'accès à l'information
mémorisée.
Ce point de vue est renforcé par l'existence d'une interaction
partielle apparaissant entre le facteur âge et le facteur situation,
lorsque les résultats de Gl et G2 et de SI et S2 sont regroupés
(Gl G2, G3 * SI S2, S3 : F(3,126) = 12,33 ; P < .001). 518 M. Isingrini, R. Fontaine, A. Grellier et V. Sauger
On constate également une tendance pour le groupe des
âgés (G3) vers une diminution de la performance en S2 vis-à-
vis de SI. La différence est non significative (F( 1,126) = 1,44 ;
NS), mais néanmoins suffisamment marquée pour entraîner
une interaction partielle significative (Gl, G2, G3 * SI, S2 :
F(3,126) = 9,70 ; P < .001) tendant à montrer que les âgés
semblent particulièrement pénalisés lorsqu'ils ne retrouvent pas
au moment de la récupération les éléments d'information encodes
à l'apprentissage.
Par ailleurs, il ressort qu'il n'existe pas de différence entre
les sujets de 20-30 ans (Gl) et les sujets de 40-50 ans (G2),
quelle que soit la situation ; ceci semble suggérer que la baisse de
la performance mnésique pourrait apparaître de façon impor
tante après 50 ans.
Il convient enfin de souligner, en comparant les situations
faisant intervenir un test de rappel libre (SI et S2), que les
résultats apparaissent inhabituels sur deux points. Première
ment, pour les trois groupes d'âge, on n'observe pas de différence
significative entre SI et S2.
Or, il semble qu'on pouvait espérer un score en S2 supérieur,
ceci dans la mesure où les catégories sont dans cette situation
explicitement formulées au sujet au moment de l'apprentissage.
Une telle procédure en effet est de nature semble-t-il à faciliter
la mise en place d'une organisation du matériel et donc d'une
meilleure mémorisation (Bousfield, 1953).
Pour tenter d'expliquer ces deux points, nous ferons dans un
premier temps deux suppositions. La première se rapporte au
fait que la liste en SI est également catégorisable (puisque com
posée des mêmes mots, mais présentés selon un ordre déterminé
par le hasard, que les listes en S2 et S3), même si les catégories
ne sont pas explicites au moment de l'apprentissage.
La deuxième concerne le fait que la situation S2, par rap
port à SI, est susceptible d'entraîner une surcharge mentale
à l'apprentissage causée par la présentation des huit noms de
catégorie. La somme des effets respectifs de ces deux facteurs
pourrait expliquer le fait que la performance en S2 est très
proche de celle de SI, voire rendre compte des difficultés que
semblent rencontrer les âgés en S2.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.