Wundt et la fondation en 1879 de son laboratoire - article ; n°1 ; vol.105, pg 133-170

De
Publié par

L'année psychologique - Année 2005 - Volume 105 - Numéro 1 - Pages 133-170
Résumé
L'établissement par Wilhelm Wundt (1832-1920) à Leipzig de l'Institut de psychologie expérimentale pendant le semestre d'hiver 1879-1880 a été considéré comme une étape majeure dans l'institutionnalisation de la psychologie en tant que science moderne. Il est regrettable que si peu d'informations soient disponibles sur les circonstances qui ont amené Wundt à établir et à développer son laboratoire. Seule la date 1879 est présente dans presque toutes les histoires de la psychologie et dans beaucoup de livres introductifs à la discipline. Dans la première partie de l'article on présente la vie et l'œuvre de Wundt jusqu'à son élection au poste de professeur de philosophie à Leipzig. Dans la seconde partie de l'article on présente chronologiquement l'origine, le développement et l'organisation du laboratoire de Wundt. L'accent est mis sur l'utilisation des archives et des documents de l'époque.
Mots clés : Wundt, laboratoire, Leipzig, Institut de psychologie expérimentale.
Summary: Wundt and the founding of his laboratory in 1879
The establishment of Wilhelm Wundt's Leipzig Institute for experimental psychology during the Winter Semester of 1879-1880 has been regarded as a major accomplishment in the institutionalization of psychology as a modern science. It is unfortunate that little information is available about the circumstances under which Wundt established and developped his laboratory. Only the date of 1879 has found its way into almost all histories of psychology and in many introductory books. In the first part of the paper, Wundt's early life and his call to Leipzig is presented. In the second part of the paper, the origin, development, and organization of Wundt's laboratory is chronicled. Emphasis is placed on the use of archival materials, documents, and eyewitness accounts.
Key words : Wundt, laboratory, Leipzig, Institute of experimental psychology.
38 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 2005
Lecture(s) : 42
Nombre de pages : 39
Voir plus Voir moins

S. Nicolas
Wundt et la fondation en 1879 de son laboratoire
In: L'année psychologique. 2005 vol. 105, n°1. pp. 133-170.
Résumé
L'établissement par Wilhelm Wundt (1832-1920) à Leipzig de l'Institut de psychologie expérimentale pendant le semestre d'hiver
1879-1880 a été considéré comme une étape majeure dans l'institutionnalisation de la psychologie en tant que science moderne.
Il est regrettable que si peu d'informations soient disponibles sur les circonstances qui ont amené Wundt à établir et à développer
son laboratoire. Seule la date 1879 est présente dans presque toutes les histoires de la psychologie et dans beaucoup de livres
introductifs à la discipline. Dans la première partie de l'article on présente la vie et l'œuvre de Wundt jusqu'à son élection au
poste de professeur de philosophie à Leipzig. Dans la seconde partie de l'article on présente chronologiquement l'origine, le
développement et l'organisation du laboratoire de Wundt. L'accent est mis sur l'utilisation des archives et des documents de
l'époque.
Mots clés : Wundt, laboratoire, Leipzig, Institut de psychologie expérimentale.
Abstract
Summary: Wundt and the founding of his laboratory in 1879
The establishment of Wilhelm Wundt's Leipzig Institute for experimental psychology during the Winter Semester of 1879-1880
has been regarded as a major accomplishment in the institutionalization of as a modern science. It is unfortunate that
little information is available about the circumstances under which Wundt established and developped his laboratory. Only the
date of 1879 has found its way into almost all histories of psychology and in many introductory books. In the first part of the
paper, Wundt's early life and his call to Leipzig is presented. In the second part of the paper, the origin, development, and
organization of Wundt's laboratory is chronicled. Emphasis is placed on the use of archival materials, documents, and eyewitness
accounts.
Key words : Wundt, laboratory, Leipzig, Institute of experimental psychology.
Citer ce document / Cite this document :
Nicolas S. Wundt et la fondation en 1879 de son laboratoire. In: L'année psychologique. 2005 vol. 105, n°1. pp. 133-170.
doi : 10.3406/psy.2005.3823
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_2005_num_105_1_3823L'Année psychologique, 2005, 105, 133-170
NOTE HISTORIQUE
Université René- Descartes et EPHE
Institut de psychologie
Laboratoire de psychologie expérimentale
UMR CNRS 858 11
WUNDT ET LA FONDATION
EN 1879 DE SON LABORATOEŒ.
HISTOHΠDOCUMENTAIRE
DE LA CRÉATION ET DU DÉVELOPPEMENT
DE L'INSTITUT DE PSYCHOLOGIE EXPÉRIMENTALE
DE LED7ZIG
Serge NICOLAS
SUMMARY: Wundt and the founding of his laboratory in 1879
The establishment of Wilhelm Wundt' s Leipzig Institute for experimental
psychology during the Winter Semester of 1879-1880 has been regarded as a
major accomplishment in the institutionalization of psychology as a modern
science. It is unfortunate that little information is available about the
circumstances under which Wundt established and developped his laboratory.
Only the date of 1879 has found its way into almost all histories of psychology
and in many introductory books. In the first part of the paper, Wundt's early
life and his call to Leipzig is presented. In the second part of the paper, the
origin, development, and organization of Wundt's laboratory is chronicled.
Emphasis is placed on the use of archival materials, documents, and eyewitness
accounts.
Key words : Wundt, laboratory, Leipzig, Institute of experimental
psychology.
1. 71, avenue Edouard- Vaillant, 92774 Boulogne-Billancourt Cedex,
France. Serge Nicolas 134
INTRODUCTION
Pour beaucoup d'historiens de la psychologie (cf. Boring, 1950, 1965)
l'année 1879 marque une date importante parce qu'elle correspond à la fon
dation par Wilhelm Wundt (1832-1920) du premier laboratoire de psychol
ogie expérimentale et donc à la première étape de l'institutionnalisation de
la psychologie en tant que discipline scientifique. Depuis cette époque,
dans la représentation collective, le laboratoire est vu comme un locus clas-
sicus, à la fois site de recherches et image symbolique de la psychologie
scientifique, où s'élaborent grâce à d'ingénieuses techniques expérimental
es les futures découvertes dans le champ de la cognition et du psychisme
(Capshew, 1992). C'est à l'Université de Leipzig que Wundt eut l'oppor
tunité de développer la psychologie en tant que science expérimentale
autonome. Étant donné le rôle originel de son laboratoire dans la construc
tion de la « scientificité » de la psychologie, il était essentiel de donner enfin
une histoire la plus complète actuellement possible, autant que les docu
ments nous le permettent, de l'Institut de psychologie de Leipzig qui abri
tait alors ce fameux laboratoire. Pour établir la chronologie des événe
ments, nous nous appuierons essentiellement sur quelques comptes rendus
historiques élaborés à partir d'archives (Bringmann, Bringmann, et Unge-
rer, 1980 ; Bringmann et Tweney, 1980 ; Bringmann & Ungerer, 1980 ;
Sokal, 1980), sur des documents publiés par des visiteurs à cette époque
(Biervliet, 1892 ; Grafé, 1886) et sur les propres écrits de Wundt (1893,
1909, 1920). L'objectif est ici de montrer, malgré ce que pensent certains
historiens aujourd'hui, l'importance de cette fondation pour le développe
ment de la psychologie scientifique. L'année 1879 est bien un acte fonda
teur majeur de notre discipline.
1. WILHELM WUNDT AVANT SA NOMINATION
À L'UNIVERSITÉ DE LEIPZIG
Probablement la réalisation la plus importante de Wundt durant les
années 1870-1880 fut l'établissement de son fameux Institut de psychologie
qui fut le premier dans le monde à être dévolu à l'étude expérimentale de
la psychologie à travers le laboratoire qui en constituera le noyau dur.
Mais, avant de présenter les événements proximaux qui ont concouru à
cette fondation, il est utile de se reporter au passé de Wundt avant sa
nomination à Leipzig afin de cerner l'importance du personnage à cette
époque.
Après ses études à l'Université d'Heidelberg, Wilhelm Maximilian
Wundt (pour une biographie : Lamberti, 1995 ; Meischner et Eschler,
1979) obtient le grade de docteur en médecine en novembre 1855 puis et la fondation de son laboratoire 135 Wundt
décide d'effectuer un séjour à Berlin (mars 1856 - septembre 1856) pour
étudier la physiologie avec les maîtres du temps : Johannes Müller (1801-
1858) et Emil Du-Bois Reymond (1818-1896). Le résultat le plus notable
de ce stage post-doctoral fut sa décision de continuer en physiologie plutôt
qu'en médecine et d'entreprendre une carrière universitaire. Immédiate
ment après son retour à Heidelberg, il soutient son Habilitation
(février 1857) puis est recruté en août de l'année suivante (1858) comme
assistant de Hermann (von) Helmholtz (1821-1894) à Heidelberg où il res
tera jusqu'en 1864. Durant cette période, il lut assidûment les écrits
récents en psychologie (Herbart, Lotze, Fortlage, George, Volkmann)
aussi bien que les œuvres des prédécesseurs (Wolff, Kant). En plus de ses
tâches de laboratoire et d'enseignement en physiologie, il va donner des
cours réguliers sur des sujets comme l'anthropologie en 1859 et la psychol
ogie en 1862. C'est de cet enseignement qu'ont paru deux ouvrages
majeurs de Wundt. En 1862, il publie sa Contribution à la théorie de la per
ception sensorielle (Wundt, 1862) où il étudie surtout l'influence des mou
vements de l'œil sur la conception de l'espace. Dans l'introduction du
livre, il propose pour la première fois la constitution officielle d'une nouv
elle science : la psychologie expérimentale. L'année suivante voit
paraître ses Leçons sur l'âme de l'homme et des animaux (Wundt, 1863) qui
contenaient déjà en germes sa sociopsychologie (Völkerpsychologie) et où il
annonce que la constitution de la psychologie comme discipline autonome
ne peut se faire en considérant seulement la méthode expérimentale,
l'histoire et l'ethnologie doivent être des auxiliaires à l'étude des fonctions
supérieures. Pendant l'année universitaire 1863-1864 Wundt établit un
petit laboratoire de physiologie chez lui, supportant lui-même avec ses
revenus les frais d'édition de ses premiers ouvrages de physiologie (Wundt,
1864-1865, 1871-1876) et de médecine (Wundt, 1867). Il continue son
enseignement et ses recherches en physiologie avant d'être promu profes
seur associé. Quittant peu après Helmholtz, durant les six années suivant
es qu'il passe à Heidelberg, il continue à enseigner et à beaucoup publier.
Finalement, en août 1871, il est nommé professeur extraordinaire et donne
même des cours d'anthropologie et de psychologie médicale. En plus de ses
obligations régulières, Wundt est chargé de l'enseignement de physiologie
pendant le semestre d'été 1871 en remplacement de Helmholtz qui avait
accepté un poste à l'Université de Berlin.
Avant de quitter Heidelberg (Bringmann, 1975), Wundt publie son
fameux Traité de psychologie physiologique (Wundt, 1874 ; la première
partie publiée en hiver 1873 et la seconde partie au printemps 1874), le pre
mier du genre, qui eut un succès considérable si l'on en juge par ses multip
les rééditions profondément remaniées jusqu'au début du siècle (la
seconde édition de ce livre sera traduite en français par E. Rouvier
en 1886). C'est le chef-d'œuvre de sa psychologie expérimentale (même si
son Précis de psychologie paru en 1896 reste un très bon exposé de la disci
pline) où il met en avant le concept d'aperception hérité de Leibniz et Her- 136 Serge Nicolas
bart ; il y expose notamment les méthodes et les fondements physiologi
ques de la psychologie et ne traite en détail que les parties de la psychologie
qui peuvent recevoir par ce moyen une explication particulière (la descrip
tion et l'analyse sont reléguées dans l'ombre par l'expérimentation)
(cf. Nicolas, 2003).
La même année (1874), il reçut la proposition d'une chaire de « philo
sophie inductive » à l'Université de Zurich. Les compétences de Wundt en
philosophie étaient reconnues après un premier ouvrage sur le sujet
(Wundt, 1866). L'Université de Zurich était une institution relativement
jeune (fondée en 1833) et modeste, considérée à l'époque comme un trem
plin vers lequel les jeunes universitaires se dirigeaient pour ensuite, et assez
rapidement, être propulsés à des postes dans des universités allemandes
plus prestigieuses. Dès son arrivée, il demande à ce qu'une petite pièce lui
soit attribuée au sein du bâtiment principal de l'Université pour stocker ses
précieux instruments ramenés de Heidelberg. Néanmoins, entre 1874
et 1875 Wundt n'eut pas l'occasion de réaliser des recherches expérimental
es à cause de ses obligations universitaires très prenantes.
Sept mois plus tard, dans une lettre datée du 24 avril 1875, Wundt
reçoit la proposition non officielle du doyen Friedrich Zarnke (1825-1891)
pour occuper une chaire de philosophie à l'Université de Leipzig, la plus
grande et la plus fameuse université allemande de l'époque. Wundt accepte
immédiatement en ces termes : « Après avoir reçu votre demande ce matin,
je n'hésite pas à vous donner une réponse affirmative. (...) Je veux faire une
seule requête à cette occasion. J'ai déjà apporté une collection d'aides à
l'enseignement — larges illustrations et équipements divers - à Zurich, qui
m'appartiennent et que je suis habitué à utiliser dans mes cours de psychol
ogie. Ici (à Zurich), une petite pièce dans l'Université m'a été immédiate
ment octroyée pour le rangement de ces objets. Je vous serais très recon
naissant si un espace similaire pouvait être mis à ma disposition à Leipzig »
(lettre du 26 avril 1875, d'après Bringmann et al., 1980) L'appel à Wundt
pour occuper un poste de professeur était le fruit de toute une discussion
qui eut lieu à l'Université de Leipzig. À cette époque, le professeur de philo
sophie en titre était un très vieux disciple de Johann Friedrich Herbart
(1776-1841), Moritz Wilhelm Drobish (1802-1896), qui avait en charge le
programme de cette discipline à l'Université. Il était secondé par d'autres
enseignants, souvent enthousiastes mais amateurs dans cette discipline,
dont l'astrophysicien Cari Friedrich Zöllner (1834-1882) dont on connaît en
psychologie aujourd'hui l'illusion qui porte son nom. En accord avec le
ministère, le conseil de l'Université décida de recruter un nouveau profes
seur spécialiste de l'histoire de la philosophie et ayant un fort intérêt dans
l'étude des relations entre la et les sciences naturelles. Le minis
tère suggéra le nom de Wilhelm Dilthey (1833-1911) mais celui-ci ne fut pas
retenu par les membres de la faculté à cause du nombre encore limité de ses
publications et à cause de son manque d'assiduité supposé dans les tâches
universitaires. C'est alors qu'une nouvelle liste fit apparaître les noms de Wundt et la fondation de son laboratoire 137
Kuno Fischer (1829-1889) et de Karl von Prantl (1820-1888) dont les can
didatures potentielles furent tout aussitôt rejetées par les membres de la
faculté. C'est alors qu'il fut décidé de dédoubler la chaire : Max Heinze
(1835-1909), historien de la philosophie et ami de Nietzsche, fut choisi pour
la chaire d'histoire de la ; Wilhelm Wundt, philosophe et phys
iologiste, pour la chaire de des sciences. Zöllner semble avoir
joué un rôle majeur dans cette décision en soulignant ses compétences :
1 / en philosophie avec la publication de son ouvrage intitulé : « Les axio
mes physiques et leur dépendance au principe de causalité. Un chapitre de phi
losophie des sciences de la nature » (Wundt, 1866) appuyées par son récent
recrutement comme professeur de philosophie à l'Université de Zurich ;
2 / en physiologie avec son expérience à la direction d'un laboratoire de
physiologie à Heidelberg et ses nombreuses contributions dans le domaine
qui en faisaient un spécialiste reconnu et avec la publication de son récent
ouvrage intitulé Principes de psychologie physiologique (Wundt, 1874). Ce
qui est le plus important c'est que Wundt croyait fermement à l'époque à
l'importance de la philosophie pour les sciences, comme il l'avait souligné
dans sa leçon d'ouverture à Zurich : « Plus la philosophie prendra au sens
littéral sa vocation d'être "la science des sciences", plus il lui sera facile de
transmettre un jour à la postérité un tableau fidèle du mouvement scienti
fique de notre époque. Car les systèmes d'une certaine importance, que
l'histoire de la philosophie inscrit sur ses pages, ne sont pas de frivoles comb
inaisons d'idées de quelques penseurs isolés ; cette histoire réunit les
innombrables sources de connaissance répandues dans les sciences spéciales
en un grand fleuve, où sans doute on ne reconnaît pas le cours de chaque
source particulière, mais où l'on peut voir la direction qu'elles ont suivie
dans leur ensemble. Dans ces derniers temps on n'a pas toujours tenu
compte de l'influence réciproque qu'exercent l'une sur l'autre la philo
sophie et chacune des sciences particulières. Celles-ci méritent à cet égard le
moindre reproche. Car c'est la tâche de la philosophie de maintenir les bons
rapports avec les sciences spéciales en leur empruntant ce dont elle a
besoin, la base de l'expérience, et en leur communiquant ce qui leur
manque, l'enchaînement général des connaissances » (Wundt, 1874 b-
1876). Le contenu de ce discours était en phase avec ce qu'attendaient à
l'époque les membres de l'Université de Leipzig.
Wundt reçut le 5 mai 1875 l'offre officielle du secrétaire d'état saxon
Cari Friedrich von Gerber (1828-1891) à laquelle il répondit favorablement.
2. INSTALLATION DU LABORATOIRE AU KONVIKTGEBÄUDE (1879-1892)
DE L'UNIVERSITÉ
Wundt arrive à Leipzig le 17 juin 1875 et commence son enseignement
début octobre. Il entre dans la plus fameuse université allemande (fondée
en 1409) de l'époque où Luther, Leibniz, Fichte, Goethe et Schelling 138 Serge Nicolas
avaient déjà enseigné et où se trouvaient encore des représentants éminents
de la psychologie : Gustav Theodor Fechner (1801-1887) et Ernst Heinrich
Weber (1795-1878). L'importance de ce centre intellectuel est attestée par
le nombre de ses étudiants : ils étaient près de 3 000 en 1875 (cf. Decaisne,
1876)1. Il faudra attendre le 20 novembre 1875 pour que Wundt devienne
officiellement membre titulaire de l'Université de Leipzig et qu'il débute sa
carrière comme professeur de philosophie en donnant une leçon introduc-
tive intitulée : « L'influence de la sur la science empirique »
(Wundt, 1876) où il souligne l'importance d'une orientation philosophique
pour la psychologie et les sciences naturelles.
Création du nouveau laboratoire (1879)
A son arrivée à Leipzig en 1875, Wundt nous dit avoir pris possession
d'un petit local (ancien réfectoire) attribué pour stocker l'équipement qu'il
avait apporté de Zurich. Rappelant l'histoire du laboratoire, il écrit
(Wundt, 1909, p. 279) : « Quand l'auteur du présent article est entré à la
Faculté de l'Université (de Leipzig) le 1er octobre 1875, il avait à sa dispo
sition une petite pièce qui avait été en son temps une salle que l'on appel
ait alors le Konviktgebäude2 . Cet espace lui avait été attribué par le minis
tère royal, avec le consentement du Sénat académique, dans le but de
stocker aussi bien le matériel de démonstration pour les cours de psychol
ogie que les appareils pour ses propres investigations expérimentales. »
Cependant certains éléments documentaires laissent à penser que ce n'est
que durant le semestre d'été de l'année 1876 que cette pièce lui fut
attribuée par le ministère de l'Éducation et les instances universitaires
(cf. Bringmann et al., 1980). Le bâtiment du Konvikt était un immeuble
situé au centre de l'ancienne Université de Leipzig et la pièce en question
était une salle située côté sud-ouest du troisième étage comprenant quatre
fenêtres du côté sud et une porte du côté nord. Mais à cette époque,
Wundt est plongé dans ses propres recherches et dans ses tâches universi
taires (cf. tableau des cours et tableau des supervisions de thèses), et il ne
songe pas encore à développer un laboratoire même s'il met en place un
séminaire de psychologie (sans travaux expérimentaux dirigés) durant les
semestres d'été 1877 et 1878.
1. Dans le monde germanique, seule l'Université de Vienne en Autriche lui
est comparable.
2. « Réfectoire universitaire pour étudiants pauvres ». Note du traducteur. Wundt et la fondation de son laboratoire 139
TABLEAU I. — Les cours de Wundt à l'Université de Leipzig entre 1875
et 1879 d'après Bringmann et lingerer (1980) et E. Wundt (1927)
Wundt teaching schedule at Leipzig University 1875-1879 according
to Bringmann and Ungerer (1980) and E. Wundt (1927)
Semestre Titre des cours Horaire Public Privé
* 1875-1876 Psychologie LMMJVS 18-19 h
du langage (hiver) * Anthropologie 18-19 h
Logique et LMMJVS h
dologie
* 1876 Psychologie LMMJVS 16-17 h
* Physiologie 17-18 h (été)
nerveuse et
psycho.
* 1876-1877 Cosmologie LMMJVS 17-18 h
* Histoire de la 16-17 h (hiver)
philosophie mod.
* 1877 Psychologie LMMJVS 18-19 h
(été) (conférence) * Logique et 17-18 h
dologie
* 1877-1878 Psychologie LMMJVS 18-19 h
* Anthropologie h (hiver)
1878 Histoire de la LMMJVS 17-18 h
philosophie mod. (été) * Psychologie 19-21 h
(conférence)
* Logique et LMMJVS 17-18 h 1878-1879
dologie (hiver)
Heures de bureau LMMJVS-12-13 h
* 1879 Éléments de LMMJVS-17-18 h
logique math. (été) * LMMJVS 19-21 h Logique (conférence)
• Psychologie 17-18 h
* 1879-1880 Histoire de la LMMJVS-17-18 h
philosophie mod. (hiver)
Psychologie LMMJVS 19-21 h
(conférence) Serge Nicolas 140
TABLEAU IL — Supervision de thèses par Wundt
à l'Université de Leipzig entre 1875 et 1879 d'après Tinker (1932).
Les travaux en psychologie ne deviennent prépondérants
qu'à partir des années 1880
Dissertation supervision by Wundt
at Leipzig University 1875-1879 (Tinker, 1932)
Année Auteur Nation Titre de la thèse
1876 R. Steppen Allemagne La doctrine de Kant de la
chose en soi
A. Swientochowski Tentative d'expliquer 1876 Pologne
l'origine des lois morales
1877 C. Dimitresco Roumanie Le concept de beauté
Allemagne Le problème de la causalité 1878 A. Bolliger W. Fischer L'épistémologie et la
physique d'Herder
1878 Allemagne Les principes éthiques de E. Härtung
Giordano Bruno
1878 P. Sobyc Pologne La base du système
goricien
W. Gude Allemagne Principes physiologiques 1879
et psychologiques
1879 D. Tzerteleff Russie Critique de Fépistémologie
de Schopenhauer
M. Vujic Yougoslavie Substance et causalité 1879
Le début de l'année 1879 marque un tournant dans sa vie. Le
24 mars 1879, Wundt présente une demande de crédit au ministre saxon de
l'Éducation pour l'établissement et le développement d'un ensemble
d'appareils de psychophysique. « Le soussigné avait déjà fait savoir à cette
époque (1875) son intention d'associer à son enseignement classique la pra
tique psychophysique... de manière à former ceux de ses étudiants qui
étaient particulièrement intéressés en psychologie par les techniques per
mettant de réaliser leur propre travail de recherche psychophysique. Il
croyait cependant qu'il ne pourrait mettre en pratique ses plans seulement
après s'être convaincu lui-même que de telles activités pratiques étaient
souhaitables. Puisque les séminaires sur les aspects théoriques de la
recherche psychologique, enseignés par le soussigné, ont attiré un nombre
d'inscrits significatif, il lui est devenu évident qu'ils avaient besoin d'être
aidés par une introduction pratique aux méthodes de recherche psycho
physique » (cf. Bringmann et al., 1980, p. 141). Wundt et la fondation de son laboratoire 141
Dans sa demande Wundt déclare aussi son intention de donner sa
propre collection d'appareils à l'Université en échange d'une allocation
annuelle de 600 marks pour l'établissement et la maintenance de l'ensemble
de l'appareillage psychophysique. Bien que cette demande financière soit
dérisoire, sa demande fut rejetée à cause des exigences financières du pro
fesseur. Est-ce par dépit que Wundt ne reconduit pas pour la troisième
année consécutive son séminaire de psychologie durant l'été 1879 (il le rem
placera par un séminaire de logique) ? Toujours est-il que le séminaire de
psychologie reprend pendant le semestre d'hiver 1879-1880 auquel a assisté
un ancien étudiant de William James (1842-1910), Granville Stanley Hall
(1840-1926), qui venait d'obtenir son doctorat de psychologie à Harvard.
Hall, qui fut réellement le premier étudiant américain de Wundt, raconte
dans son autobiographie : « J'ai aussi suivi le séminaire de au cours
duquel sa méthode était alors de donner des lectures, attendant de chacun
qu'ils les présentent en détail. Il prenait sans arrêt des notes, ainsi dans un
sens nous lisions pour lui ; et j'ai pensé que cette méthode était la clé de sa
vaste érudition qui marque ses publications » (Hall, 1924, p. 204). Mais
l'inscription à ce séminaire ne permettait pas de réaliser des recherches en
laboratoire : il fallait être inscrit au séminaire pratique qui venait d'être
ouvert par Wundt pour la première fois durant ce même semestre d'hiver
1879-1880. En lien avec le séminaire théorique appelé « Société psycholo
gique », qui avait été proposé depuis 1877 comme lieu de discussion de thè
mes abordés durant les cours, quelques étudiants commencèrent, à partir
de l'automne 1879, à réaliser des études expérimentales au sein du sémi
naire non officiel de pratique psychologique. Un modeste laboratoire de
psychologie venait d'être créé au sein de cette pièce appelée Konvikt-
gebäude ; il fut le premier acte officiel de l'institutionnalisation de notre
discipline.
Il fallut attendre quelques années avant que l'Institut de psychologie
et le laboratoire qui lui était attaché soient officiellement reconnus par les
instances universitaires. Si le premier laboratoire fut une installation
relativement sommaire, Wundt l'étendit peu à peu. On connaît la struc
ture et le fonctionnement du laboratoire à cette époque grâce à plusieurs
documents de l'époque qui vont nous servir de fil conducteur dans la
présentation.
Évolution et description du laboratoire (1879-1892)
C'est durant l'hiver 1879-1880 que commencèrent les premiers travaux
expérimentaux dans le laboratoire avec Wundt et ses deux étudiants Max
Friedrich et G. S. Hall. En 1881, Max Friedrich soutenait avec succès sous
la direction de Wundt la première thèse de psychologie expérimentale (titre
de la thèse : Durée des aperceptions simples et complexes) (cf. Friedrich,
1881). Hall qui avait participé comme sujet d'expérience dans le travail de
Friedrich nous dit : « Wundt était un infatigable travailleur » (p. 205) mais

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.