Mostaganem, ou la mutation d'une région coloniale en Algérie - article ; n°466 ; vol.84, pg 699-713

De
Publié par

Annales de Géographie - Année 1975 - Volume 84 - Numéro 466 - Pages 699-713
Mostaganem, the changes of a colonial region in Algeria.
The crisis of the Mostaganem wine growing area was prompted by the decolonisation of Algeria and the subsequent banning of the Algerian wines from the French market. This crisis induced the decline of Mostaganem's region. The region's organisation was based upon the exchanges of goods and services directed to and from the wine growing area by the main town and its harbour where were located all banks, trades and other technical supports which commanded the nearby countryland and through which most of the locally produced wine used to be exported. This region was achieved by colonisation together with its extensive vineyards. It seems that its present decline is an unavoidable and probably necessary step towards complete decolonisation, though it goes with the decline of wine production and the wearying rise of unemployment.
La décolonisation, puis la fermeture du marché français au vin algérien ont, en provoquant la crise du vignoble local, entraîné le déclin de la région de Mostaganem. Fondée sur les échanges de biens et de services entre la zone de production viticole, d'une part, et la ville et son port qui étaient, d'autre part, le siège des services bancaires, commerciaux et techniques nécessaires au vignoble et l'instrument de l'exportation du vin, cette région n'était qu'une création coloniale. Son déclin paraît une étape inévitable, et sans doute nécessaire, de la décolonisation, si éprouvants que soient la baisse de production et la montée du chômage qui l'accompagnent.
15 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1975
Lecture(s) : 101
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins

Pierre-Yves Péchoux
Mostaganem, ou la mutation d'une région coloniale en Algérie
In: Annales de Géographie. 1975, t. 84, n°466. pp. 699-713.
Abstract
Mostaganem, the changes of a colonial region in Algeria.
The crisis of the Mostaganem wine growing area was prompted by the decolonisation of Algeria and the subsequent banning of
the Algerian wines from the French market. This crisis induced the decline of Mostaganem's region. The region's organisation
was based upon the exchanges of goods and services directed to and from the wine growing area by the main town and its
harbour where were located all banks, trades and other technical supports which commanded the nearby countryland and
through which most of the locally produced wine used to be exported. This region was achieved by colonisation together with its
extensive vineyards. It seems that its present decline is an unavoidable and probably necessary step towards complete
decolonisation, though it goes with the decline of wine production and the wearying rise of unemployment.
Résumé
La décolonisation, puis la fermeture du marché français au vin algérien ont, en provoquant la crise du vignoble local, entraîné le
déclin de la région de Mostaganem. Fondée sur les échanges de biens et de services entre la zone de production viticole, d'une
part, et la ville et son port qui étaient, d'autre part, le siège des services bancaires, commerciaux et techniques nécessaires au
vignoble et l'instrument de l'exportation du vin, cette région n'était qu'une création coloniale. Son déclin paraît une étape
inévitable, et sans doute nécessaire, de la décolonisation, si éprouvants que soient la baisse de production et la montée du
chômage qui l'accompagnent.
Citer ce document / Cite this document :
Péchoux Pierre-Yves. Mostaganem, ou la mutation d'une région coloniale en Algérie. In: Annales de Géographie. 1975, t. 84,
n°466. pp. 699-713.
doi : 10.3406/geo.1975.19830
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1975_num_84_466_19830îîî -t/.o nv
Mostaganem
ou mutation une région coloniale en Algérie
par Pierre-Yves Péchoux
Maître-Assistant Université de Toulouse-Le Mirail
La crise du vignoble de Mostaganem révélé la fragilité et étroitesse
des rôles régionaux de cette ville grandie comme un des éléments de
deuxième rang du réseau urbain colonial de Algérie1 Privant la ville
une partie de ses fonctions et des emplois entretenus par ces dernières
la crise rend également plus sensible la proximité et la concurrence
Oran La masse de la population de Mostaganem de ordre de 70 000
habitants paraît hui disproportionnée par rapport celle de
son arrière-pays aussi bien que par rapport ses activités propres im
portance du chômage et la fréquence du sous-emploi accentuent cette im
pression de déséquilibre que font ressortir par contraste les trans
formations enregistrées par Arzew du fait de son développement indus
triel rapide fondé sur la manutention le conditionnement et la trans
formation des hydrocarbures conduits depuis les gisements du Sahara
au littoral
Le port de Mostaganem est dans une position maritime analogue
celle Oran mais ses qualités nautiques sont moindres difficile accès
Une partie des matériaux utilisés ici été rassemblée lors de missions de coopération
technique Institut technologie agricole de Mostaganem et occasion de la préparation de
plusieurs mémoires de maîtrise de géographie présentés Université de Toulouse-le Mirail en
1971 et 1972 MILL et PASTOR La crise du vignoble de Mostaganem Algérie en 1971 1971
LARRIEU PERRAMOND VERNHFS et SALLES Recherches sur le travail dans la région de
Mostaganem et Etudes des quartiers extérieurs de Mostaganem 1971 GUILA et AJAC
Ti ret en 1972 Etude une ville algérienne décolonisée 1972 De même ont été consultés les
dossiers enquêtes socio-géographiques préparés en 1971 et 1972 pour le CNRP Secrétariat
Etat au Plan Alger par les deux dernières équipes citées et le mémoire de maîtrise de
ONARD Enquêtes géographiques dans la banlieue Oran la commune Es Sonia Algérie)
Toulouse 1972 qui permet de retrouver sur les marges une grande ville des phénomènes
de déstructuration spatiale post-coloniale comparables ceux dont le vignoble de Mostaganem est
le siège ANNALES DE OGRAPHIE Mos aganem circonscriptions administratives et trafic routier F;g
Circonscription de la Direction du Génie rural de Mostaganem Circonscription du Bureau
de la Main-d uvre Ces deux couvrent tout le département de Ti ret et étendent
donc Aflou et au Djebel Amour Circonscription des Eaux et Forêts Flux de trafic
routier sur les quatre routes principales desservant Mostaganem 12 000 véhicules par semaine sur
axe Mostaganem-Mascara 702 ANNALES DE OGRAPHIE
sensible aux coups de vent mal protégé contre la mer il reste long
temps menacé par les alluvions de oued Ain Sefra qui partage la ville
et qui engrava encore son bassin le plus ancien la suite une crue de
1927 Cela peut suffire expliquer que Mostaganem ait jamais fixé
un trafic la fois plus spécialisé et moins important que celui du port
Oran et que la concurrence aidant ses équipements se révélèrent
parfois inférieurs ses possibilités comme ses tâches commerciales
Car la position continentale de Mostaganem est forte ses relations
avec intérieur étant faciles De cette place on accède non seulement
aux plaines et aux plateaux du voisinage immédiat où la colonisation
fut particulièrement dense mais on atteint aussi les chaînes et les pla
teaux telliens plus éloignés et grâce aux passages ouverts par oued
Mina et oued Habr on parvient au Sersou et aux hautes steppes
Si bien que dans histoire cette ville signalée par les négociants comme
le marché des riches tribus du Chélif et utilisée lors de la conquête
coloniale comme un centre opérations vers Mascara joua souvent
le rôle un doublet Oran assumant une partie des fonctions de la capi
tale régionale elle en était empêchée2 Ville de garnison elle
eut des casernes et des quartiers de cavalerie dont les emprises marquent
encore organisation de son plan et le schéma de ses liaisons avec les
villages satellites Mazagran Hassi Mamèche Aïn Nouissy Aïn Tededès
etc Ville de commerce dont le port échangeait les surplus de céréales
de arrière-pays contre les huiles de Est algérien elle avait ses silos
primitifs et ses minoteries fixées par oued instruments élémentaires
activités de stockage et de transformation qui prirent par la suite
une ampleur considérable Ses fonctions commerciales et son rôle straté
gique suscitèrent pour organisation de sa desserte la mise en place
un large faisceau routier qui représente sans doute encore une de ses
meilleures chances avenir Cependant la construction la fin du xixe
siècle du chemin de fer et de la route Alger ran suivant axe pro
posé par la dépression du Chélif fait perdre Mostaganem une partie
de son pouvoir de contrôle sur son arrière-pays et établissement de
la voie ferrée de Mostaganem Ti ret via Relizane entre 1886 et 1891
ne lui pas permis de restaurer sans partage
Les premières expériences agricoles faites dans le cadre de la colo
nisation organisée abord entre le Chélif et la Maeta partir de 1848
puis étendue au Dahra vingt ans après ne suffirent pas transformer
espace accessible depuis Mostaganem et desservi par la ville en une
région La ville était guère un point de départ et un point appui
pour les colons qui pénétraient progressivement intérieur selon les
plans des commandants militaires locaux et les fluctuations de la poli
tique algérienne de la France ouverture relativement tardive la colo-
Notamment après 1732 Oran ayant été reprise par les Espagnols MOSTAGANEM 703
nisation des cantons situés est du bas Chélif est cependant pas étran
gère au fait que influence de Mostaganem fut jamais aussi nettement
établie ouest La production de agriculture incertaine quant
aux céréales traversée par les crises qui affectèrent notamment le tabac
limitée par le manque de ressources en eau pour ce qui est des agrumes3
restait incapable avoir pour la ville des effets entraînement décisifs
est le développement du vignoble colonial né de la crise phylloxé-
rique du vignoble fran ais qui fit la région La ville étoffa et diversi
fia ses fonctions autour des équipements nécessaires pour commercia
liser la production de vin de son arrière-pays laquelle son port devait
essentiel de son trafic Alors que les chais et la cuverie ne présentaient
pas encore toutes les qualités ils devaient acquérir par la suite et
tandis que les transports terrestres restaient lents du fait des véhicules
utilisés comme du revêtement des routes empruntées le vignoble était
inévitablement tributaire un port proche La région de Mostaganem se
définissait donc progressivement comme la zone de prélèvement de la
main-d uvre de pointe nécessaire aux grands travaux de la vigne taille
cueillette et comme espace gravitant autour un organisme urbain
qui constituait le débouché du vignoble de masse suscité par la demande
extérieure et auquel elle était associée origine surtout par un système
de voies de communication mais de plus en plus par la suite par toute
une série de relais techniques attraction de Mostaganem devint
sensible jusque dans le vignoble du Sersou Et le pouvoir de comman
dement de la ville sur sa région affermit pendant la période coloniale
tandis que affinaient les formes un capitalisme agricole qui assurait
la croissance de la viticulture en créant autour du vignoble tout un
appareil technique commercial et bancaire dont la plupart des organes
se trouvaient rassemblés articulation entre la zone de production et
instrument exportation Car la vente une vendange aux négociants
et aux exportateurs établis proximité du port exigeait la garantie des
banques auxquelles les viticulteurs demandaient autre part les prêts
nécessaires entretien et au développement de leurs activités
utopie une économie autarcique fondée sur exploitation agricole
familiale qui avait inspiré certains des premiers colons et dont témoi
gnent les récits ils ont parfois laissés avait plus cours les liens
désormais établis entre la campagne et la ville mettaient une dans la
dépendance de autre
Et le vignoble se constituant rapidement en monoculture Mostaga
nem devint bientôt le marché nécessaire des produits de consommation
courante pour une nombreuse population rurale origine européenne
et pour une partie de sa main-d uvre salariée algérienne Cette évolu-
Mostaganem sert aussi de débouché aux agrumes des plantations de la dépression du
Chélif mais les installations de conditionnement ont que peu importance 704 ANNALES DE OGRAPHIE
tion survenant dans une société où les revenus de la viticulture étaient
inégalement partagés entre les colonisés et les colonisateurs fit que
appareil commercial de la ville concurren le réseau des petits souks
hebdomadaires qui suffisait jusque-là satisfaire les besoins des cam
pagnards et que avait pas doublé dans les centres de colonisation
rurale une gamme complète de commerces Dans le même temps les
exigences techniques du vignoble il agisse engrais ou de matériel
de culture analyses de conseils ou équipements pour la vinification
faisaient de Mostaganem un centre de services spécialisés laboratoires
nologie ateliers de réparation marchands outillage et de machines
se fixèrent en ville les villages de colonisation ne disposaient dans ces
différents registres que de facilités réduites au minimum nécessaire
pour assurer des dépannages simples au village donc le maréchal-
ferrant puis le mécanicien parfois un comptoir de produits pour agri
culture mais Mostaganem les spécialistes les grossistes les stocks
les laboratoires et une fa on plus générale tout appareil de diffusion
des innovations en matière technique qui rendaient la fréquentation de
la ville autant plus nécessaire que les producteurs en rencon
trant pouvaient échanger leurs informations et leurs expériences
entretenant ainsi animation des cafés et de leurs locaux professionnels
La ville et le port avaient fixé diverses activités touchant au transport
et la transformation du vin Quelques distilleries installèrent mais
surtout une quantité de caves de stockage et entrepôts appartenant
parfois des associations de producteurs parfois des utilisateurs
résidant en France mais le plus souvent des négociants Le dévelop
pement de ces entreprises intermédiaires montre bien comment la ville
vivait du vignoble disposant une large capacité de stockage non seu
lement elles échappaient mieux que les producteurs aux fluctuations
des cours mais encore pouvaient-elles en profiter revendant la hausse
ce elles avaient acquis en baisse alors que les chais des exploitations
agricoles devaient le plus souvent être débarrassés de la récolte précé
dente pour recevoir la nouvelle vendange Ainsi Mostaganem prélevait-
elle au passage une fraction importante des bénéfices de la viticulture
Le crédit étant nécessaire au développement de ce système de pro
duction les établissements bancaires se multiplièrent Mostaganem
pour répartir dans le vignoble les avances sur récolte les prêts de cam
pagne et les fonds destinés des investissements rentabilité différée
La ville qui rassemblait déjà les rouages techniques nécessaires la
bonne marche de la viticulture et organisation du marché du vin
contrôlait donc par ses banques la gestion du vignoble et devenait ca
pable en régler le volume de la production en fonction objectifs qui
ne correspondaient pas toujours ceux des viticulteurs Car le vignoble
colonial lancé une époque où le marché fran ais manquait de four
nisseurs locaux avait rencontré la concurrence du vignoble fran ais MOSTAGANEM 705
dès que ce dernier eut surmonté la crise du phylloxéra et ses séquelles
Ce qui fit que les représentants élus des colons exprimèrent bien
souvent au nom de groupes intérêts économiques plutôt que selon
les appartenances politiques traditionnelles
Dans ce cadre le mode de colonisation changeait selon une évolution
qui fut interrompue en 1962 par indépendance de Algérie car il
était devenu clair que la possession de la terre ou simplement son usage
présentait moins intérêt que le marché du vin Certains colons frac
tionnèrent donc tout ou partie de leurs domaines pour les revendre de
petits propriétaires algériens mais ils conservaient grâce leur expé
rience professionnelle leurs machines leurs chais et aux emprunts
faits aux banques sous leur garantie par les acheteurs le contrôle
une production de raisin dont ils avaient plus supporter les charges
ni craindre les risques Il arriva même que les viticulteurs se détour
nèrent du faire-valoir direct de leurs vignobles pour se consacrer au
commerce du vin et ses spéculations La prospérité du vignoble
conditionnait certes le développement de Mostaganem mais dans cette
symbiose la campagne dépendait étroitement de la ville qui animait et
contrôlait toutes ses activités évolution de la répartition des activités
au sein de quelques grandes familles colonisatrices parfois imitées
par la bourgeoisie algérienne illustre bien une génération autre
affermissement des rôles urbains dans la région de Mostaganem rares
étaient les grandes entreprises viticoles qui avaient pas de liens fami
liaux ou contractuels durables avec des entreprises urbaines
exemple décrit Mostaganem pourrait être vérifié Ti ret qui
fut le point de départ principal et un des points appui majeurs de
la colonisation céréalière du Sersou Mais les céréales exigeaient une
moindre infrastructure technique et leur collecte fut assez vite assurée
par un appareil Etat dès lors la population du secteur des services
associés la production la collecte et la transformation des céréales
ne pouvait être inférieure en nombre et en activité celle que suppor
tait le vignoble de même sa marge initiative bien plus limitée est
ainsi que le pouvoir attraction commerciale de Ti ret ne fut jamais
suffisant pour supplanter le gros souk de Sougueur qui se tient moins
de 30 km au sud-est de la ville
indépendance priva rapidement de leur objet et de la plupart de
leurs moyens et de leurs arguments les groupes de pression qui étaient
organisés pour assurer la vente des vins Algérie en France Elle fut
donc concurremment avec le vieillissement des plantations et exode
ANN DE OG LXXXIVe ANN 45 706 ANNALES DE OGRAPHIE
des techniciens de la viticulture origine de la crise du vignoble4
autogestion apparue spontanément pour sauver la récolte de 1962 et
préserver les moyens de production fut légalisée par les décrets octo
bre 1962 codifiée par ceux de mars 1963 et complétée par les nationali
sations octobre 1963 ce qui fit négliger les clauses des accords Evian
relatifs au commerce du vin Ainsi le sursaut des ouvriers agricoles pour
sauver des vignobles dans lesquels la colonisation était identifiée
assurait-il pas leur avenir disposant du vignoble Algérie était
désormais encombrée un vin dont la production organisait aupara
vant suivant un système différent et dont écoulement devenait difficile
sur un marché international encombré par des excédents origine
diverses bien que la consommation mondiale du vin soit en progrès
Parallèlement au début du déclin du vignoble algérien qui ne le concur
rence plus on peut noter les progrès en quantité et en qualité des vi
gnobles méditerranéens fran ais
La crise du vignoble de Mostaganem tient donc avant tout la dis
sociation un marché colonial Bien que les récoltes diminuent aussi
cause de âge du vignoble et souvent de son mauvais entretien il
agit essentiellement une crise de surproduction liée la mévente
du vin Cette crise entraîne le chômage une grande partie de la main-
uvre naguère sollicitée par les exploitations coloniales car Algérie
depuis son indépendance répondu la mévente par arrachage pro
gressif du vignoble sans pouvoir substituer jusque-là des cultures
aussi peuplantes arrachage du vignoble abandon peu près total
des replantages et la dégradation des chais font aujourdhui la crise
ne pourrait être rapidement surmontée par une relance de la production
si Algérie disposait de nouveaux marchés pour ses vins
Vivement ressentie par les travailleurs agricoles cette crise entraî
né dans le même temps la déstructuration de la région de Mostaganem
Héritiers des exploitations coloniales les domaines autogérés sont
hui administrés sous la responsabilité de la direction départe
mentale de Agriculture dont le siège est Mostaganem mais qui re oit
essentiel de ses instructions des services centraux du ministère de
Agriculture Alger la marge initiative dont disposent les échelons
locaux de décision est extrêmement réduite5 Les domaines ont-ils
besoin acquérir de nouveaux engins de culture de remplacer une
partie de leur outillage ou de faire changer des pièces ou réparer diverses
La consommation algérienne jamais été la mesure de la production Et considérer
que pour obtenir des résultats positifs dans la consommation intérieure il faudrait absolu
ment activer le réseau socialiste dans la commercialisation du vin Document VVI 33-34/2
I.T.A. Mostaganem 1970-71 ne tenait guère compte des réalités locales et participait une
analyse encore mal affranchie des perspectives coloniales
Nous avons pas pu tenir compte dans ce qui suit de la mise en place des coopératives
de la révolution agraire ni des réformes récentes des appareils du commerce national en
Algérie mais effet de ces nouveautés sur les structures de espace régional ne peut être
immédiatement sensible échelle de notre analyse MOSTAGANEM 707
mécaniques Ils doivent en remettre Office national du matériel
agricole qui est la centrale de distribution compétente pour ensemble
de Algérie et dont les antennes départementales assurent entretien
du parc de machines dans la limite des moyens disponibles Cette centra
lisation fait disparaître la plupart des entreprises privées qui assu
raient naguère ces services De même Office national de commercia
lisation du vin dont la branche de Mostaganem couvre aussi les dépar
tements de Sa da et de Ti ret est en fait dirigé directement depuis
Alger ce est un rouage technique exécution qui re oit ordre
de transporter tel ou tel tonnage de vin depuis telle ou telle cave et
assurer son chargement sur tel pinardier escale de Mostaganem ou
ailleurs cette grosse entreprise qui employait 700 salariés en 1972
rien que dans arrondissement de Mostaganem agit que sur des
instructions venues de son siège central et aucune latitude de ma
uvre dans le périmètre qui lui est dévolu De la même fa on les
quatre banques nationales installées dans la ville la suite des banques
fran aises ne font guère plus exécuter des opérations comptables
parmi lesquelles la plus connue dans la population est le virement aux
comptes des domaines des sommes correspondant aux salaires des
ouvriers permanents ou saisonniers Leur activité commerciale est
fort réduite
Destinée transmettre les instructions et comptabiliser leur exé
cution une hiérarchie de bureaux étroitement subordonnés ceux de
la capitale nationale été substituée aux multiples faisceaux des rela
tions entre la ville et le vignoble Car on tenté de faire gérer par des
fonctionnaires et par des représentants des travailleurs appareil de
production hérité de la période coloniale Cette hiérarchie peut masquer
les causes de la crise du vignoble le premier mouvement de ouvrier
agricole sans travail est parfois attribuer incompétence des bu
reaux la responsabilité du marasme actuel Mais elle ne dissimule pas
appauvrissement des liens régionaux entre la ville et son arrière-pays
Mostaganem est hui chef-lieu de daïra et de wilaya6 la
compétence de ses services administratifs étend de la plaine maréca
geuse de la Maeta au Dahra et atteint par-delà la dépression du Chélif
la retombée septentrionale de Ouarsenis et des monts des Béni Chou-
grane
Le recensement de 1966 permis établir que la majorité de la popu
lation active de la ville dépendait du secteur tertiaire 51 100 des
emplois contre 29 100 au secteur secondaire et 20 100 au secteur
Arrondissement et département

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.