//img.uscri.be/pth/b8c216c97bd36127520c579a2d9d7112bbfea68a
Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Le Figaro du 11-12-2017

De
44 pages
Publié par :
Ajouté le : 12 novembre 2017
Lecture(s) : 4
Signaler un abus

2,40€ lundi 11 décembre 2017 LE FIGARO - N° 22 810 - www.lefigaro.fr - France métropolitaine uniquement Dernière édition
« Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur » Beaumarchais
CHAMPAGNE LE FIGARO SANTÉ
AUX ÉTATS-UNIS COMME EN FRANCE, AUTISME : COMMENT
LE VIN BLOND PÉTILLE RECONNAÎTRE LE SYNDROME
SUR LES TABLES DE FÊTE NOTRE SUPPLÉMENT D’ASPERGER ? PAGE 14
UKRAINE
Mobilisation à Kiev
pour la libération Après sa large victoire, les
de Saakachvili
PAGE 8
MOYEN-ORIENT défis de Laurent WauquiezParis appelle
Nétanyahou à faire
un geste pour Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a été élu dimanche soir à la tête des
la paix PAGE 10 Républicains, avec 74,64 % des voix. « Nous sommes au début d’une renaissance », a-t-il assuré.
ÉDUCATION
Au terme de trois mois d’une lengers : la maire de Taverny, de LR, qui souhaitait « asseoir » tif est aussi de stopper l’effrite- è LA DROITE SAVOURE Blanquer confirme
LA « VITALITÉ » RETROUVÉE, campagne morose et sans grand Florence Portelli (16,11 %), et son élection. ment du parti alors que certains l’interdiction des LA GAUCHE FUSTIGE suspense, Laurent Wauquiez a l’élu de Roscoff, Maël de Calan Mais pour lui, c’est maintenant ténors ont pointé les « lignes
rouUN LEADER CONSERVATEURtéléphones portables été élu dimanche soir président (9,25 %). que tout commence. Laurent ges » à ne pas franchir.
du parti Les Républicains. Avec La participation a été plus im- Wauquiez va s’employer à ras- « Nous sommes au début d’une è POUR LE NOUVEAU CHEF en primaire
DE LR, C’EST MAINTENANT 74,64 % des voix, il est arrivé portante que prévu, avec près sembler sa famille politique. Il renaissance », a assuré, diman-et au collège PAGE 17 QUE TOUT COMMENCE très largement en tête au pre- de 100 000 votants. Un soula- souhaite s’entourer d’une équi- che soir, le nouveau patron des
PAGES 4, 6 ET L’ÉDITORIALmier tour devant ses deux chal- gement pour le nouveau patron pe dirigeante rajeunie. L’objec- Républicains.
PATRONAT
Jour J pour la
candidature Senard
à la présidence Immense hommage populaire à Johnny Hallyday avant Corse :
du Medef PAGE 26
son inhumation dans l’intimité à Saint-Barthélemy Macron
ARTS
face aux Quels lauriers
pour César ? PAGE 36 exigences des
nationalistesn À Jérusalem,
l’Église grecque
La coalition nationaliste corse a orthodoxe recueilli 56,50 % des voix
didans la manche et remporte la majorité
absolue à la nouvelle assemblée tourmente
unique territoriale, qui compte
n La Russie 63 élus. Les nationalistes veulent
engager un bras de fer avec est-elle
l’exécutif pour faire aboutir le nouveau
leurs revendications,
notammaître du ment sur les « prisonniers
politimonde arabe ? ques » ou la langue corse.
Dimanche soir, Édouard Philippe a
n Entretien : appelé le leader autonomiste
Brice Gilles Simeoni pour lui faire part
La dépouille du chanteur, transportée à bord d’un Boeing 757, est arrivée dimanche sur l’île des Antilles. de sa « disponibilité » à le rece-Couturier-Ivan
Seuls les proches du rocker ont fait le voyage pour son enterrement lundi, dans le cimetière marin de Lorient, voir rapidement.
Rioufol : faut-il loin de la foule et des médias. PAGES 16 ET 17 PAGES 2 ET 3
faire confiance
à Macron ?
n La chronique ÉDITORIAL par Yves Thréard ythreard@lefigaro.fr
de Nicolas
Baverez Le plus dur commence
n La tribune
du docteur
our Les Républicains, l’année finit peut compter sur un parti qui n’est pas
Luis Alvarez mieux qu’elle n’a commencé. Les anéanti, le soutien de nombre de
parlemenPAGES 20 À 23 militants ont apporté, ce diman- taires et d’un réseau solide d’élus locaux.
che, la meilleure des réponses à L’homme doit encore prouver qu’il a la statu-Pceux qui voulaient un peu vite en- re d’un leader, qu’il n’est pas le chef d’une FIGARO OUI terrer leur parti. Ils se sont exprimés beau- formation repliée sur elle-même. Sa campa-@ FIGARO NON coup plus nombreux que prévu pour se choi- gne interne l’a contraint à durcir le ton, mais
sir un nouveau président. Signe qu’à droite avait-il d’autre choix pour mobiliser les fidè-Réponses à la question
on n’a pas perdu la volonté de se battre pour les de son camp ? L’obstacle passé, l’avenir lui de samedi :
ses idées. commande de ras-Regrettez-vous que
Cette bonne nouvelle oblige plus que jamais le Wauquiez sembler le plus pos-Johnny Hallyday soit
vainqueur à être à la hauteur de l’espoir placé sible, de tendre laenterré à Saint- doit encore
en lui. Pour Laurent Wauquiez, dont le succès main à cette FranceBarthélemy ?
faisait peu de doute, le plus dur commence prouver qu’il populaire que la
donc. Contesté, critiqué, caricaturé, parfois droite a trop négli-OUI NON a la stature
jusqu’à l’excès, il peut à présent se prévaloir gée ces dernières30 % 70 %
de la légitimité d’un vote. À lui de savoir s’en années.d’un leader
TOTAL DE VOTANTS : 74 103
servir pour redorer le blason de la droite, por- Cela suppose une
ter haut et loin son étendard. Lourde respon- vision de l’économie qui n’est pas seulement Votez aujourd’hui
sabilité. comptable, même si la lutte contre le gaspilla-sur lefigaro.fr
Dans un paysage politique en ruine, il a dé- ge de l’argent public reste, plus que jamais, à Pensez-vous que la Corse
sormais les armes pour s’imposer comme le l’ordre du jour. Cela nécessite aussi des posi-puisse un jour devenir
premier opposant d’Emmanuel Macron. La tions claires et assumées pour défendre l’art de
indépendante ?
place est libre. Jean-Luc Mélenchon et Mari- vivre à la française.
ne Le Pen n’ont ni les troupes ni les bons ar- Le défi est immense. Le relever exige
intelliguments pour assumer ce rôle. Le PS, décapi- gence et persévérance. Or Laurent Wauquiez
té, est en déshérence. Laurent Wauquiez, lui, n’en est pas dénué. ■
AMELIE-BENOIST / BSIP
PHO TO GRA PH IE R ETO UC HÉ E
AND : 2,60 € - BEL : 2,40 € - CH : 3,70 FS - CAN : 5,20 $C - D : 3,00 € - A : 3,50 € - ESP : 2,70 € - Canaries : 2,80 € - GB : 2,20 £ - GR : 3,00 € - DOM : 2,70 € - ITA : 2,80 €
SOFT IS THE NEW S TR ONG:LAD OUCEUR EST UNE FORCE. www .eric - bompard.com
LUX : 2,40 € - NL : 3,00 € - PORT.CONT : 2,80 € - MAR : 20 DH - TUN : 3,80 DT - ZONE CFA : 2.200 CFA ISSN 0182.5852
M 00108 - 1211 - F: 2,40 E
3’:HIKKLA=]UWYUV:?l@c@b@b@k";
CHAMPS LIBRES
LUDOVIC MARIN/AFP
Clundi 11 décembre 2017 LE FIGARO
2 L'ÉVÉNEMENT
LE RISQUE
DE LA Un plébiscite pour les « natios » en Corse
SURENCHÈRE
La liste Pè a Corsica, conduite
DÉCRYPTAGE par Gilles Simeoni, arrive
Yves Thréard
ythreard@lefigaro.fr largement en tête. Elle a recueilli
Pour les nationalistes corses, 56,5 % des suffrages dimanche.
le bras de fer avec l’Élysée
est engagé. Bénéficiant de la
Valérie Bozzi, qui se sont ralliées aprèsmajorité absolue dans la AUDREY CHAUVET £@AuChauDrey respectivement 18,3 % et 12,6 % desnouvelle assemblée unique BASTIA
suffrages obtenus au premier tour.territoriale, ils sont désormais
Quant à Jean-Charles Orsucci, sous la
seuls maîtres sur l’île. Un « TUMBULA ! » Après avoir réalisé le bannière En marche !, il n’avait
rassemdouble défi se présente à eux. score sans précédent de 45,4 % des voix blé pour sa part que 12,7 % des voix.
D’abord, ils vont devoir erau premier tour des élections territoria- Au 1 janvier, c’est donc une alliance
prouver qu’ils sont capables les en Corse, la liste nationaliste Pè a d’autonomistes, incarnés par le
charisCorsica (« Pour la Corse »), conduite par matique Gilles Simeoni, et d’indépen-de sortir la Corse
Gilles Simeoni, a franchi sans peine la dantistes, dont Jean-Guy Talamoni est de son ornière économique.
barre de la majorité absolue au second le plus médiatique représentant, qui Outre la pauvreté et le
tour : 56,5 % des Corses ont choisi de re- prendra les rênes de cette collectivité
chômage, parmi les plus
conduire les sortants à la collectivité unique. Un test institutionnel sur la
forélevés de France, la dette territoriale de Corse (CTC) pour piloter me, mais surtout un défi pour Paris sur
y atteint un niveau record, la nouvelle collectivité régionale, fruit le fond.
autour de 600 millions d’euros. de la fusion des deux départements et de
Une légitimité inédite Ils sont donc très attendus la CTC. « Une grande victoire électorale
qui, je l’espère, marquera un tournant Le programme des nationalistes pré-sur ce front. Ensuite,
politique majeur pour la Corse », s’est fé- voit, d’ici à trois ans, d’obtenir un statutautonomistes et
licité dimanche soir Gilles Simeoni. d’autonomie avec des pouvoirs régle-indépendantistes ne sont pas
Le seul suspense de ce second tour ré- mentaires, législatifs et fiscaux pour les
d’accord sur tout. Cette fragile
sidait dans le taux de participation : de institutions insulaires. Le refus de
l’Ascoalition électorale risque 53,7 % au premier tour, il chute à 52,6 % semblée nationale, 48 heures avant le
d’être mise à rude épreuve ce dimanche. Cette abstention, que scrutin en Corse, d’instaurer une
écodans le cours de la négociation Jean-Guy Talamoni, colistier de Gilles taxe sur les camping-cars réclamée par
avec Paris pour faire entendre Simeoni, analyse comme la preuve que les députés nationalistes a offert sur un
des « populations se sont senties aban- plateau d’argent un argument supplé-ses revendications.
données, en Corse comme ailleurs », est mentaire aux partisans de l’autonomie. Emmanuel Macron pourra-t-il
aussi liée à un grand brassage des cartes En revanche, l’indépendance est loin ou voudra-t-il toutes
politiques dans l’île. d’être à l’ordre du jour : les plus
optiles satisfaire ? Il évitera
À la suite des élections législatives qui mistes tablent sur une consultation d’ici
difficilement le piège de la ont envoyé au Palais Bourbon trois dé- à une dizaine d’années, à condition que
surenchère. Co-officialité de la putés nationalistes sur les quatre cir- la Corse ait la capacité économique de
langue corse, statut prioritaire conscriptions de Corse, ce scrutin acte faire face à une rupture avec Paris.
Gilles Simeoni (à droite), président de l’exécutif corse et tête de liste de Pè a Corsica pour les élections territoriales, et Jean-Guy Talamoni, président de l’assemblée de Corse réservé aux insulaires la volonté des électeurs de s’affranchir Forts de ce score historique,
Jeanet également candidat de Pè a Corsica, célèbrent leur victoire lors du second tour, dimanche à Bastia. OLIVIER SANCHEZ/CRYSTAL PICTURESd’un système que tous s’accordent à Guy Talamoni et Gilles Simeoni ont dé-sur le marché de l’immobilier,
qualifier de « clanique » et « clientélis- sormais une légitimité inédite pour de-régime successoral adapté,
te ». Ce « dégagisme », qui met fin à des mander au gouvernement de rouvrir le jet brûlant des prisonniers dits « politi- évoluer leur situation », a déclaré Gilles amnistie des prisonniers dits
décennies de dynasties politiques, a pu dialogue sur la co-officialité de la langue ques » (lire ci-dessous), dont les natio- Simeoni.
« politiques »… toutes déboussoler certains électeurs que ni Pè corse et le statut de résident (lire ci-des- nalistes demandent a minima le « Paris n’a plus d’excuses » pour ne
ces dérogations sont-elles a Corsica ni ses concurrents n’ont réussi sous). À ces « lignes rouges » pour Paris, rapprochement et que les deux leaders pas dialoguer avec les nationalistes,
clacompatibles avec notre à rattraper : les deux listes de droite, qui nécessiteraient une modification de nationalistes ont salué dès dimanche mait Jean-Guy Talamoni dans la presse
République une et indivisible ? menées par Jean-Martin Mondoloni et la Constitution française, s’ajoute le su- soir. « J’espère que notre victoire va faire régionale dès l’entre-deux tours.
DéSur nombre de sujets,
la solution ne peut passer,
semble-t-il, que par une
réforme de la Constitution. Le camp nationaliste attend un message fort de Paris
C’est dire si le « cas corse »
est truffé d’embûches. Avant, nos opposants brandissaient la
ANTOINE GIANNINILes réponses du chef de l’État menace d’une hégémonie totalitaire des
BASTIA
nous renseigneront nationalistes à la tête de la collectivité
territoriale. Mais ils ont bien vu que nous sur sa vision de la France.
DANS LES RUES de Bastia, l’efferves- n’étions pas dans la lignée d’un Ceau-« Je ne veux pas d’une Corse
cence est palpable. Il y a de l’euphorie sescu, ironise le militant de Corsica Li-sous perfusion, je veux
et on entend des cris de joie. bera. Tout s’est fait dans un état d’esprit
l’émancipation »,
Fort de sa victoire du second tour démocratique. » Celui qui arpente aussi
avait-il affirmé pendant (56,5 % des voix), le camp nationaliste le terrain pour le STC, y voit également
la campagne présidentielle. songe déjà à l’après. Ce fameux « rapport « un retour à la sérénité, notamment en ce
Certes mais, aujourd’hui, de force démocratique », brandi comme qui concerne les règles de transparence. Il
comment concilier cette un slogan par Gilles Simeoni lors des dif- y a un climat de règles démocratiques mis
férents meetings de Pè a Corsica. Dans en place par le pouvoir actuel ». approche girondine avec
les permanences de campagne du mou- Au sein du bureau centralisateur de lasa conception verticale
vement, quelques sourires fleurissent ville de Bastia, les anciens soutiens cô-de l’exercice du pouvoir
sur les visages. Des poings levés, des bi- toient les nouveaux sympathisants.
et notre pacte national ?
ses de félicitation, la victoire est modes- L’ouverture prônée par Gilles Simeoni a
Ce propos n’est-il pas te mais importante. porté ses fruits sur cette élection.
Parune invitation à une future « Les Corses vont envoyer un signe fort fois au désespoir d’une partie de la base
indépendance, dans dix à Paris, lance Dominique Biaggi, porte- militante, beaucoup plus « dure », qui a
Les soutiens de la liste nationaliste Pè a Corsica fêtent leur victoire, sous un chapiteau ou quinze ans, perspective parole du Syndicat des travailleurs cor- préféré se tourner vers l’autre
mouveinstallé sur la place du marché, dimanche soir à Bastia . OLIVIER HUITEL/CRYSTAL PICTURESses (STC), cheville ouvrière de la liste ment nationaliste Core in Fronte, ambi-envisagée par quelques élus
nationaliste. C’est l’aboutissement de gu sur la question de la lutte armée. Unecorses la semaine dernière ?
quelque chose après un combat de cin- aux campagnes depuis les premières hommes prévoient d’arpenter les bars chose est sûre, le signal envoyé par leEmmanuel Macron va devoir
quante ans. Nous faisons tous partie victoires, en 2014. Jean-Dominique, en compagnie de leurs camarades de gouvernement d’Emmanuel Macron
sortir de l’ambiguïté. Il lui
d’une génération qui a connu des défaites 22 ans, voit ce nouveau succès comme campagne. sera scruté par les nationalistes, comme
faudra beaucoup d’habileté politiques. Paris doit à présent entendre « la récompense des deux ans de travail l’explique Dominique Biaggi : «
L’Aspour ne pas mécontenter « Nous réclamons l’autonomie »notre message. » Un message qui est de nos élus à l’Assemblée de Corse. semblée de Corse doit pouvoir légiférer.
ses interlocuteurs ni donner particulièrement bien passé auprès de Maintenant, tout reste à faire. La lutte Crâne rasé camouflé sous une casquette, Nous réclamons l’autonomie. La France
le sentiment de brader la jeunesse insulaire. armée a été remplacée par la lutte de Fred Bagnaninchi y voit « simplement la est très en retard par rapport à
l’applicaTrès actifs sur les réseaux et le ter- masse. C’est le modèle vers lequel le continuité de l’action entreprise depuis tion des délibérations prises par l’Assem-un morceau de la France.
rain, les nouveaux militants participent mouvement doit se tourner. La Corse a 2015. La campagne s’est bien passée. blée de Corse… » ■
connu quarante années de conflit. La
lutte armée n’a plus lieu d’être », avance le
militant de Corsica Libera, le parti
inUn statut de « résident permanent » censé dépendantiste de Jean-Guy Talamoni.
Satisfait par l’alliance ponctuée de suc- lutter contre la spéculation immobilièrecès avec le parti Femu a Corsica de
Gilles Simeoni, le jeune homme n’en
reste pas moins prudent : « La coalition La disposition a été adoptée en mesure de réguler efficacement
tiendra le temps que ça tiendra. Il n’y a par l’Assemblée de Corse en avril les flux immobiliers, permettant ainsi
pas de fracture pour l’instant. Corsica 2014 par 29 voix pour (18 contre aux Corses de se loger dignement
Libera garde quand même une liberté de et 4 non-participation). Elle prévoit et maintenir la vocation productive
parole. Depuis l’alliance en 2014, tout que pour devenir propriétaire d’un de leur terre », estiment-ils dans une
s’est très bien passé. » terrain ou d’un logement en Corse, déclaration à l’Assemblée de Corse.
Jean-Baptiste, 23 ans, le visage as- il faudra y avoir résidé de manière Comble de l’ironie, cette délibération
sombri par une casquette noire et une permanente au moins cinq années. avait été votée sous la mandature
barbe bien fournie, préfère y voir un Les indépendantistes demandent de Paul Giacobbi, issu du Parti radical
signe pour la jeunesse : « Avec ce résul- l’expropriation de tous les de gauche. Une aubaine pour les
tat, nous allons obtenir les clés du pays, propriétaires non corses de biens nationalistes, surtout pour ceux de
nous, les jeunes. C’est comme ça que je immobiliers ou fonciers acquis Corsica Libera porteurs de la mesure.
le vois. La jeunesse s’est déplacée en après ce 24 avril 2014. En juillet 2016, Manuel Valls, alors
nombre. Je crois également beaucoup « Seule la mobilisation des outils premier ministre, avait qualifié ces
dans la “corsisation” des emplois », d’aménagement et d’urbanisme revendications de « lignes rouges ».
analyse l’indépendantiste. Déterminés couplée à un statut de résident est A. G.
à fêter la victoire, les deux jeunes
C 1LE FIGARO lundi 11 décembre 2017
3L'ÉVÉNEMENT
L’île de Beauté met à l’épreuveUn plébiscite pour les « natios » en Corse le « pragmatisme » d’Emmanuel Macron
les nationalistes. « La République a une percée des nationalistes. La semaine
FRANÇOIS-XAVIER BOURMAUD langue : le français », leur avait répli- dernière, le chef de l’État s’était
réfu£@fxbourmaud
qué Emmanuel Macron. Une position gié dans un attentisme prudent,
refude fermeté donc, mais qui n’empêche sant de faire le moindre commentaire
EMMANUEL MACRON avait promis aux pas le président de se montrer ouvert sur les résultats du premier tour. « On
Corses du « pragmatisme », le voici au sur d’autres points. « S’il apparaît que va laisser le processus électoral se
dépied du mur. Après la victoire des natio- le cadre actuel ne permet pas à la Corse rouler », éludait-on dans l’entourage
nalistes lors des élections de dimanche, de développer ses potentialités, alors du président de la République. Un
dosles revendications de l’île s’empilent sur nous pourrons envisager d’aller plus sier suivi toutefois de très près,
notamle bureau du président de la Républi- loin et de réviser la Constitution… Je ne ment grâce au directeur de cabinet
que : autonomie, pouvoir législatif, re- veux pas d’une Corse sous perfusion », d’Emmanuel Macron, Patrick Strzoda,
connaissance du peuple corse, amnistie avait-il également lancé lors de sa vi- qui fut préfet de Corse.
des « prisonniers politiques »… site sur l’île. Impossible d’éviter le dossier
déVoici donc Emmanuel Macron sormais, d’autant que les vainqueurs
confronté à un dossier d’autant plus ont directement interpellé le chef de
Si le cadre actuel difficile qu’il ne bénéficie pas dans ce l’État. « La question de l’indépendance“territoire d’une forte assise politique. ne fait pas peur aux Corses, qui saventne permet pas à la Corse
Lors du second tour de l’élection prési- que les indépendantistes sont aussi desde développer ses
dentielle, il y avait enregistré un score démocrates et que la Corse sera
indépotentialités, alors nous de 51,28 %, très loin de son résultat na- pendante dans dix ans ou dans quinze
tional. Le signe d’une méfiance à son ans s’ils le veulent majoritairement »,pourrons envisager d’aller
égard que les résultats du scrutin de assurait l’indépendantiste Jean-Guyplus loin et de réviser
dimanche ont confirmé. Talamoni après le premier tour. Car
la ConstitutionIl faut dire qu’Emmanuel Macron n’a c’est bien de cela qu’il s’agit.
L’indéEMMANUEL MACRONjamais promis monts et merveilles aux pendance de l’île lancée comme un défi”
Corses. « Je n’arriverai pas avec les sept à Emmanuel Macron. De par sa fonction
points pour la Corse pour faire voter pour Face aux nationalistes, le président de président de la République, il est le
moi. Je ne crois pas à ce clientélisme qu’on de la République va toutefois devoir garant de la Constitution et donc de son
déclinerait de territoire en territoire », sortir de l’ambiguïté et clarifier sa po- premier article qui stipule que « la
leur avait-il expliqué pendant la campa- sition. Au travers du dossier corse, France est une République indivisible ».
gne présidentielle à l’occasion d’un dé- c’est toute sa conception de la nation Ce ne sera d’ailleurs pas le seul
dosplacement sur l’île de Beauté. Tout juste qui est interrogée. Or le mois dernier, sier de cet ordre qu’aura à affronter le
leur promettait-il de prendre en compte Emmanuel Macron s’était montré très chef de l’État au cours de son mandat.
les « spécificités corses ». Et encore… ferme vis-à-vis des revendications in- Dans un an, la Nouvelle-Calédonie se
pas forcément toutes. dépendantistes de la Catalogne en ap- prononcera par référendum sur son
Pas question par exemple de faire portant un soutien clair à Madrid. Dif- autonomie, comme en écho aux
velléidu corse la langue officielle de l’île ficile de faire moins avec la Corse. D’où tés indépendantistes des nationalistes
avec le français, comme le demandent une forme de gêne à l’Élysée face à la corses. ■
Gilles Simeoni (à droite), président de l’exécutif corse et tête de liste de Pè a Corsica pour les élections territoriales, et Jean-Guy Talamoni, président de l’assemblée de Corse
et également candidat de Pè a Corsica, célèbrent leur victoire lors du second tour, dimanche à Bastia. OLIVIER SANCHEZ/CRYSTAL PICTURES
sormais largement majoritaires à l’As- festement oui. Le premier ministre,
semblée de Corse, les nationalistes sont Édouard Philippe, a appelé dès
dimanbien décidés à faire entendre leur voix. che soir Gilles Simeoni pour lui adresser
Résonnera-t-elle aussi fort à Paris que des « félicitations républicaines » et lui
celles qui, ce dimanche soir, criaient faire part de sa « disponibilité » à le
recevictoire dans les rues de Bastia ? Mani- voir rapidement à Paris. ■
Les « prisonniers politiques »,
une question sensible
à nouveau sur la table
strictement la loi ». Le tout en fonction
JEAN CHICHIZOLA de critères techniques (regroupement
familial, durée de la peine encore à
efLA REVENDICATION n’a guère tardé. fectuer, comportement, sécurité
péniAprès la victoire nationaliste au premier tentiaire…). Si l’amnistie reste un
tatour des élections régionales, l’indépen- bou, ce rapprochement est d’ores et
dantiste Jean-Guy Talamoni, président déjà appliqué. Il est vrai que la situation
de l’Assemblée de Corse, a évoqué est plus favorable car l’adieu aux armes
« l’amnistie pour les prisonniers et les re- décrété par le FLNC en 2014 a de facto
cherchés. Ce sont des questions dont Paris entraîné une baisse des interpellations
n’a pas voulu discuter depuis deux ans ». et des détenus.
Une amnistie qui, du point de vue natio- Onze personnes (dont neuf prises en
naliste, devrait s’appliquer à tous les dé- charge par l’association nationaliste
tenus, y compris les assassins du préfet Associu Sulidarità) seraient
actuelleÉrignac encore en prison. Ces mots rap- ment détenues dans les prisons
françaipellent les débats de la fin des années ses pour des dossiers terroristes corses.
1990 et du début des années 2000 Quatre sont en détention provisoire en
quand, en pleine négociation des ac- région parisienne, trois étant
poursuivies pour des attaques à la roquette
contre des gendarmeries et la
quatrième dans une affaire de meurtre. QuatreL’amnistie
autres ont été condamnées et purgent lepour les prisonniers “
restant de leur peine au centre
pénitenet les recherchés tiaire de Borgo (Haute-Corse, à côté de
Bastia). Le plus connu de ces détenus,sont des sujets
Charles Santoni, a été condamné endont Paris n’a pas voulu
1999 à 28 ans de réclusion criminelle
discuter depuis deux ans pour avoir tué en 1996 un policier du
JEAN-GUY TALAMONI, Raid, René Canto, dans une fusillade.”
PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE DE CORSE Les trois autres ont été condamnés,
pour des attentats remontant à 2012, à
cords de Matignon, la question des « pa- des peines de 6, 7 et 8 ans entre 2014
triotti incarcerati » était déjà l’une des et 2016. Tous devraient recouvrer la
liplus épineuses. Comme au temps de Lio- berté dans les années à venir.
nel Jospin, les nationalistes savent pour- Reste donc trois hommes, membres
tant qu’il n’y aura pas d’amnistie. Mais du « commando Érignac » condamnés
la question des « prisonniers politi- à la réclusion criminelle à perpétuité :
ques », et, avec eux de leurs familles, de Yvan Colonna, Pierre Alessandri et
leurs proches, de leurs amis politiques, Alain Ferrandi. Condamnés à des
peiest toujours particulièrement sensible. nes moins sévères, quatre autres
memLa justice peut en revanche autoriser bres du commando ont été libérés au
un « rapprochement » de détenus cours des dix dernières années. Yvan
épargnant à leurs proches des déplace- Colonna, qui s’est marié en prison, est
ments compliqués et coûteux. Certains détenu à Arles. Alessandri, qui s’est
accas seraient actuellement à l’étude. cusé de l’assassinat du préfet, et
Porte-parole du ministère de la Justice, Ferrandi sont détenus eux en région
Youssef Badr souligne qu’il n’y a parisienne. Les conseils d’Yvan
Colon« aucune opposition de principe mais na notaient en 2011 que leur client
aucun droit acquis. Les dossiers sont pourrait faire sa première demande de
traités au cas par cas, en appliquant liberté conditionnelle en 2021… ■
P. POCHARD/AFP
C
1lundi 11 décembre 2017 LE FIGARO
4 POLITIQUE
Laurent Wauquiez gagne haut la main
l’élection à la présidence des Républicains
Trois candidats étaient sur la ligne de départ. Avec un score de 74,64 %, le président de la région
AuvergneRhône-Alpes écrase ses deux challengers, Florence Portelli et Maël de Calan. À lui désormais de rassembler.
MARION MOURGUE £@MarionMourgue
DROITE À l’issue d’une campagne de
trois mois sur le terrain qui n’aura guère
passionné les foules ni même les militants
LR, les trois candidats pour la présidence
- Laurent Wauquiez, Florence Portelli et
Maël de Calan - attendaient l’issue du
scrutin sans trop de doutes. Élu dès le
premier tour, Laurent Wauquiez est
largement en tête, avec 74,64 % des votes,
devant Florence Portelli, avec 16,11 % des
votes, et Maël de Calan, 9,25 %. Sur les
234 566 adhérents LR à jour de cotisation,
99 597 ont voté, soit une participation de
42,46 %, supérieure à celle escomptée ces
derniers jours. Les résultats définitifs
seront communiqués mercredi, après
d’éventuels recours.
« Laurent Wauquiez aura mené une
campagne digne : offensive mais jamais
agressive, indifférente aux attaques
médiatiques et toujours respectueuse des
militants », soulignait dans la foulée son
directeur de campagne, Geoffroy Didier,
pour expliquer le niveau de son score.
« Six mois après la défaite, le FN est K.-O.,
le socialisme éteint et la droite, elle, se
réveille déjà », ajoutait-il.
Dans cette élection sans enjeu où le
président de la région
Auvergne-RhôneAlpes a toujours fait figure de favori, ce
n’était pas tant sa victoire qui était
attenLaurent Wauquiez arrive dans la salle du Tripot Régnier pour y célébrer sa victoire, dimanche soir à Paris. SÉBASTIEN SORIANO/LE FIGAROdue que son score et surtout le niveau de
participation. « Ce soir, c’est le début
d’une nouvelle ère pour la droite », a ainsi Si les trois ex-candidats étaient donc te Jean Leonetti au gaulliste Julien
déclaré Laurent Wauquiez, dimanche, à loin de partager la même analyse des ré- Aubert, du sarkozyste Brice Hortefeux à CONTRE-POINTParis, au cours d’une brève allocution, sultats, au moins avaient-ils l’intention la juppéiste Virginie Calmels, du
vicePAR GUILLAUME TABARD £@gtabardentouré de ses soutiens de campagne et de rester membres des Républicains. président de la région Île-de-France,
de nombreux militants. « C’est une droite « Nous pouvons dire : la droite est de re- Geoffroy Didier, à Damien Meslot, maire
renouvelée qui se lève aujourd’hui, une tour », s’est ainsi félicité Laurent Wau- de Belfort, et proche de Xavier Bertrand.
droite qui assume ses valeurs, une droite quiez au cours de son allocution, repre- « Le soutien de raison du début de cam- De la large victoire
sereine qui ne se cachera plus dans les pe- nant là le leitmotiv de sa campagne. pagne se transforme en soutien
d’affectits renoncements. Elle sera franche, elle « Nous allons tout reconstruire, nous allons tion », appuyait Brice Hortefeux, proche au leadership de la droitesera déterminée, elle sera droite », a-t-il tout renouveler avec de nouveaux visages. de Laurent Wauquiez, juste avant le
réencore insisté, parlant de Et surtout, nous allons tirer les sultat final. Et alors que les ténors LR l’ont
son score comme d’« un leçons de nos échecs. C’est une mis publiquement en garde sur des «
limessage sans ambiguïté ». droite renouvelée qui se lève gnes rouges » à ne pas franchir, Laurent ne longue marche coïncide à nouvel élan de la droite, 42,46 %« Le résultat très net de ce aujourd’hui, une droite qui as- Wauquiez leur a adressé un message. « Je commence pour Laurent il doit inventer un fonctionnement
soir illustre le décalage entre sume ses valeurs, une droite veux aussi dire aux personnalités qui n’ont Wauquiez. Le voilà des Républicains innovant. Son de participationla ligne de notre parti et les sereine », a encore fait valoir pas voulu s’engager dans cette campagne Uprésident des autorité sera d’autant plus
aspirations des électeurs de la le nouveau chef, qui a com- que je respecte leur choix. Je crois au ras- Républicains. Mais pour battre renforcée qu’il saura organiser
droite et du centre », a au contraire retenu mencé dimanche un mandat de cinq ans semblement. Ce qui se joue dépasse nos Emmanuel Macron en 2022, il doit la liberté et la diversité au sein
Maël de Calan, qui espérait franchir la à la tête du parti. destins personnels. Il faut reconstruire la réussir à la fois à reconstruire la du parti. Son deuxième combat est
barre des 10 % pour peser sur la ligne po- Mais après cette dernière campagne droite, ils ont du talent et aujourd’hui, droite et à en incarner le leadership. donc politique.
litique du parti. « Un électeur sur deux n’a électorale de 2017, c’est aujourd’hui sur la quand on a du talent, il faut le mettre au Défi politique et défi personnel Mais à travers tout, Laurent
pas été voté », a souligné de son côté Flo- capacité à rassembler Les Républicains et service de notre famille. Personne ne peut indissociables. Bousculé par un Wauquiez doit réussir une mue
rence Portelli, souhaitant se faire la re- à faire vivre le débat au sein de la droite rester spectateur », a-t-il déclaré sur scè- Emmanuel Macron, bien décidé à personnelle. Être chef de parti ne
présentante de la « majorité silencieuse » que Laurent Wauquiez sera vraiment jugé ne. Une façon de leur renvoyer la balle et continuer à braconner à droite ; sera rien s’il ne conquiert pas un
des adhérents. « Et cette voix-là, je comp- (lire page 6). Accusé par les fondateurs de les mettre devant leurs responsabilités. contesté par des rivaux qui le véritable leadership sur son camp.
te l’incarner, comme celle des 16 % qui m’a d’Agir et une partie des ténors LR de tra- « Quand il y a un chef, bon courage à ceux peignent en fossoyeur de la droite Ce qui suppose plus de charisme
porté ses suffrages », a-t-elle encore in- hir les idéaux du parti et de glisser « vers qui critiquent ! », glissait Laurent Wau- « républicaine » ; boudé par une que de savoir-faire. Certains
diqué en soulignant qu’elle se montrerait une droite populiste », le candidat a voulu quiez pendant la campagne. En ajoutant, opinion qui ne reconnaît pas encore l’accusent d’être trop à droite et
« très vigilante », sur l’évolution des Ré- afficher, au cours de ses 70 déplacements, avec gourmandise : « Bertrand et Pécresse en lui le sauveur attendu : il sait que d’autres de manquer de convictions
publicains. Dès dimanche soir, Laurent des élus de toutes sensibilités à ses côtés, ne peuvent pas m’arrêter. Leur stratégie, personne ne lui fera de cadeaux. réelles. Ces deux reproches furent
Wauquiez et Florence Portelli s’étaient dont beaucoup étaient présents autour de c’est attendre et dire que je vais me planter. Sur l’échelle de l’opposition adressés dans le passé à Jacques
d’ailleurs parlé par téléphone. lui lors de la soirée électorale. Du centris- Mais moi, je n’aime pas me planquer ! » ■ brutale au chef de l’État, Laurent Chirac puis à Nicolas Sarkozy. Si
Wauquiez sera toujours doublé par ces deux-là ont pris successivement
Jean-Luc Mélenchon et Marine l’ascendant sur leur camp c’est
Le Pen. Il est en revanche le seul parce qu’au-delà des réserves
chef de parti à pouvoir porter personnelles et des désaccords
une alternance crédible. Pour être politiques, ils ont su démontrer une La droite savoure la « vitalité » retrouvée,
audible, il doit moins chercher à capacité à gagner, à offrir la victoire
être le meilleur opposant qu’à être à leur camp. Les ralliements, la gauche fustige un leader conservateur le meilleur proposant. Autrement souvent, suivent ce constat.
dit, remettre la droite au travail sur On lui reprochera moins son
Du côté de Force républicaine, Bruno Le député de l’Essonne juge qu’une partie le fond. En réécrivant un discours positionnement s’il parvient à
EMMANUEL GALIERO Retailleau a interprété la mobilisation des de la droite va rejoindre Macron. C’est sur la France ; celle qui, par montrer qu’il peut être gagnant. egaliero@lefigaro.fr
adhérents comme un « désaveu cinglant » une « occasion historique », selon lui, pour exemple, a communié dans le C’est cette force d’entraînement
à ceux qui avaient annoncé la mort de la « franchir le Rubicon », ne plus « rester en- double hommage à Jean que Laurent Wauquiez doit
L’ÉLECTION de Laurent Wauquiez à la droite. « Non, toute la France n’est pas fermé dans le politiquement correct » et ne d’Ormesson et Johnny Hallyday. prouver ; et d’abord, trouver.
tête des Républicains a été diversement tombée sous hypnose macroniste », s’est plus écarter un dialogue avec son parti, Son premier combat est donc Son troisième combat est donc
appréciée dans la classe politique. « C’est réjoui le président du groupe LR au Sénat, « comme avec le Front national ». intellectuel. personnel. C’est le plus difficile.
un succès ! », a clamé Bernard Accoyer, le en vantant la « deuxième étape du redres- Du côté de la majorité présidentielle, Dans sa « famille politique », Mais le seul décisif. ■
secrétaire général du parti, dès la procla- sement de la droite et de la construction Christophe Castaner, délégué général de Laurent Wauquiez doit compter
mation des résultats. Saluant la victoire d’une alternative ». Pour Éric Ciotti, dé- La République en marche, a adressé ses avec trois rivaux, qui pensent à
» Retrouvez de « la première force militante politique de félicitations au président LR et ajouté : «Il 2022 tout autant que lui : François
Guillaume Tabard France » et « première force d’opposi- est important pour la vitalité du débat dé- Baroin, Xavier Bertrand et Valérie
tous les matins à 8 h 10 Non, toute la France tion », il a annoncé l’ouverture d’une mocratique que ceux qui, à LR ou au PS, Pécresse. Ni tout à fait dehors ni sur Radio Classique“« nouvelle page après les défaites graves veulent incarner l’opposition puissent avoir tout à fait au cœur du parti, ils n’est pas tombée sous
du printemps ». « Enfin, nous pouvons re- une ligne claire. » Le ton s’est nettement misent sur l’échec de la stratégie du hypnose macroniste
garder l’avenir de façon positive », s’est-il durci avec Frédéric Lefebvre. Le délégué nouveau président de LR. Celui-ci
BRUNO RETAILLEAU, PRÉSIDENT DE FORCE félicité, avant de saluer « le brillant suc- national d’Agir a dénoncé les «dés pipés» peut espérer que ces trois-là se Pour être ”RÉPUBLICAINE ET PATRON DES SÉNATEURS LR
cès » de Laurent Wauquiez. « Il rassem- d’une compétition «entachée du soupçon neutraliseront entre eux au audible, Laurent blera », a enfin promis Accoyer, en con- de tricherie, avec des listes électorales fai- moment où il s’agira de proposer
fiant au vainqueur les rênes de la re- puté des Alpes-Maritimes, Laurent Wau- sant la part belle aux démissionnaires et une alternative à sa ligne. Mais en Wauquiez doit
fondation. quiez sera le président « du rassemble- aux morts ». Pour Sacha Houlié, député fait, tous ces « barons » ont partie
moins chercher Gérard Larcher, président LR du Sénat, ment et de la reconquête pour une droite LREM, « il n’y a rien à attendre du conser- liée. Maintenant que le scrutin a eu
a voulu voir le nombre de votants (99 597) qui s’assume, à l’image de deux de ses il- vateur Laurent Wauquiez », mais son lieu, les anti-Wauquiez ne peuvent à être le meilleur
comme le signe d’une « vitalité démocra- lustres prédécesseurs que sont Jacques élection « accélère encore la recomposition rester dans un statut de dissident
tique ». « Il faut maintenant rassembler Chirac et Nicolas Sarkozy ». déjà en marche ». de l’intérieur. Mais Wauquiez opposant qu’à
toutes les sensibilités et reconstruire autour Nicolas Dupont-Aignan a fait, quant à Enfin, selon les socialistes, cette victoi- ne peut pas non plus les ignorer être le meilleur d’un projet », a-t-il souligné, en appelant lui, une analyse très différente de ce scru- re est simplement celle d’une « droite ul- ou les marginaliser au risque de
« une équipe diverse et renouvelée » autour tin. « Le parti LR va se fracturer en deux », traconservatrice, qui prétend combattre le transformer le parti en coquille proposant
du nouveau chef. a estimé le président de Debout la France. FN en reprenant ses idées ». ■ vide. S’il veut que sa victoire »
CPa ris. 15, rue de la Paix -66, av.des Champs Elysées
Information points de vente:0180181590-Liste complète des points de vente sur www.mauboussin.fr/boutiques
PhotoSylvieLancrenon
L’actriceOrnellaFleurylundi 11 décembre 2017 LE FIGARO
6 POLITIQUE
Pour le nouveau chef des Républicains,
c’est maintenant que tout commence
Laurent Wauquiez dévoilera avant Noël les premiers noms de sa direction avant de rendre public l’ensemble
de son équipe pour le conseil national, le 27 janvier. Objectif : « reconstruire la pensée de la droite ».
dépasse nos destins personnels. Notre
resMARION MOURGUE £@MarionMourgue ponsabilité est grande, il n’y a plus de place
pour les parcours solitaires, c’est ensemble
DROITE « C’est ici que tout commence », qu’il faut avancer », insistait le candidat
annonçait Laurent Wauquiez pendant la pour son dernier meeting.
campagne, convaincu que son heure Par ailleurs, Wauquiez réfléchit
toucomme leader de la droite serait enfin ar- jours à constituer un « shadow cabinet »
rivée. Convaincu aussi que l’élection à la en collant au plus près à l’architecture
tête du parti ne constituerait qu’un point gouvernementale. Bien que décrié par
de départ. En rien un point d’arrivée. « Je nombre de parlementaires LR qui y
suis très confiant. Moi, j’ai quatre ans pour voient le risque d’une coquille vide,
Laureconstruire », ajoutait-il, se projetant rent Wauquiez est convaincu du
biendéjà dans le temps long face à Emmanuel fondé de son idée et voit l’occasion pour
Macron. « On lui souhaite longue vie, mais le parti de faire des propositions, sujet par
il n’est pas exclu qu’on l’arrête avant ! » sujet. Une façon aussi d’essayer de mettre
C’est en tout cas ce à quoi aspire le nou- fin à l’armée mexicaine des secrétaires
veau patron des Républicains. nationaux de LR…
Étape par étape, très méthodiquement Au point de dessiner un parti
totale- brutalement, diront ses nombreux op- ment à sa main ? C’est ce que certains
posants -, Laurent Wauquiez veut désor- élus LR redoutent de plus en plus, tant
mais construire la suite. Persuadé qu’en dans la composition que sur la ligne
policas d’échec du chef de l’État les Français tique… « S’il se recentre, il perd les
miliréclameront « de la clarté » et attendront tants qui l’ont soutenu et à qui il a dit qu’il
une réponse des partis politiques comme ne se renierait pas, explique un député LR
« clés de propositions ». Avec lui, alors, au qui le soutient. S’il ne se recentre pas, il
bon endroit. Wauquiez a tout organisé. pousse un peu plus les élus LR sur le
déSans tarder, lundi matin à 9 h 30, le part. CQFD . » Un autre parlementaire,
nouveau président rencontrera ainsi au
siège du parti Bernard Accoyer,
secrétaiLaurent est capable re général sur le départ. « Il faut qu’il ait le “courage de renouveler les têtes et de tout d’adapter sa ligne.
changer, confiait peu avant l’élection Ce n’est pas un idéologue
Bernard Accoyer. Comme un chirurgien, il
mais un opportunistefaut qu’il ait le courage de couper le pied
tout de suite. » Avant les grands travaux, UN PARLEMENTAIRE LR ”
cette journée devrait être consacrée
surtout à préparer son « 20 heures » sur TF1, qui le connaît depuis très longtemps,
où il interviendra pour la première fois imagine une troisième voie : « Il ne peut
comme patron d’une partie de l’opposi- pas choisir entre ces deux options. Mais
tion. Laurent est capable d’adapter sa ligne. Ce
Certains proches lui ont aussi conseillé n’est pas un idéologue mais un
opportude faire rapidement quelques gestes sym- niste. On l’a vu sur l’Europe. » Les ténors
boliques : un déjeuner avec une person- de LR attendent donc Wauquiez au
tournalité importante de la droite et du centre nant, le plaçant « sous surveillance ». « Sa
- le nom de Jean-Louis Borloo a été sug- ligne n’est pas tactique ni stratégique.
géré -, un témoignage pour les habitants Wauquiez, il ne faut pas s’attendre à ce
de sa région, Auvergne-Rhône-Alpes, qu’il change de positionnement, défend
afin de souligner son enracinement local. son entourage. Sa ligne politique est
Lui entend surtout déminer… « Cette connue. Mais celle du parti sera issue des
semaine sera celle du renouvellement et du débats, elle ne les précédera pas. Toutes les
rassemblement », confie Laurent Wau- sensibilités pourront se faire entendre. Ça
quiez au Figaro. « Je veux tout de suite ar- ne veut pas dire se renier. »
river à montrer une nouvelle génération, Enfin, dès 2018, le président des LR
une nouvelle droite. Nous devons immédia- compte renouveler les secrétaires
départementaux, véritables préfets du parti, en
les nommant pour une durée précise. À
Guillaume Peltier chacun, il compte donner une lettre de “ mission avec une exigence de résultats fait partie des nouveaux
(évolution du nombre d’adhérents, res-visages que je mettrai
pect des objectifs pour les élections
inen avant termédiaires, etc.). Dans le même temps,
LAURENT WAUQUIEZ, LE 30 SEPTEMBRE il aimerait confier des réflexions thémati-”
ques à des élus pour revitaliser le parti.
tement ouvrir les portes et les fenêtres », Par exemple, l’ouverture de LR à la
sociépoursuit-il, alors que de nombreux té- té civile, le statut d’adhérent ou encore la
nors, parmi lesquels Nicolas Sarkozy, création d’un statut de sympathisant -
avaient expliqué qu’une « une famille po- une piste déjà proposée par Bernard
Aclitique », ce n’est pas « une secte ».« Le coyer ou Maël de Calan - pour
encouradeuxième message consistera à rassem- ger les Français à participer à la vie du
bler, tendre la main, proposer à tout le parti sans en prendre la carte.
monde de venir à bord pour arriver à re- Alors que nombre de Français se
démettre la droite ensemble. » Autant de dé- tournent des formations politiques et
fis à relever dans les prochains mois. qu’Emmanuel Macron a émergé sans
Wauquiez a aussi prévu de soigner les avoir fait carrière au sein d’un
mouvepersonnalités du parti occupant des fonc- ment, Laurent Wauquiez est convaincu
tions importantes en souhaitant les ren- que LR peut redevenir un lieu de vie et de
contrer au plus vite. Comme le président bouillonnement intellectuel. Il espère
Laurent Wauquiez, dimanche soir, à Paris. Il est convaincu que LR peut redevenir un lieu de vie et de bouillonnement intellectuel.du Sénat, Gérard Larcher, le président du ainsi associer aux grands débats de la
groupe LR au Sénat, Bruno Retailleau, droite les intellectuels et les think-tanks
son homologue à l’Assemblée, Christian Mais alors que la semaine sera riche en différents : « les métropoles » et « les terri- président de la région Île-de-France irri- qui partagent les valeurs de LR. Comme
Jacob, et, moins connu du grand public, actualité avec notamment le sommet sur toires », « la libérale » et « le populaire ». te aussi certains wauquiezistes de la sur la question de l’Europe, de la science,
le président de la délégation française du le climat, la remise du rapport sur l’aé- Pour son futur secrétaire général, Lau- première heure. Le maire de Château- de la recherche, de l’innovation, etc. « Je
Parti populaire européen (PEE), Franck roport de Notre-Dame-des-Landes, la rent Wauquiez aimerait trouver un profil roux, Gil Averous, a été jugé très bon en veux aussi que nous investissions le thème
Proust. Wauquiez compte aussi appeler conférence nationale des territoires, de « technicien », plutôt que de « politi- meeting, les jeunes députés Aurélien Pra- du développement durable. Je ne veux pas
ses concurrents, Florence Portelli et Maël Wauquiez réfléchit à présenter la pre- que ». Et qui soit d’une loyauté absolue, dié (Lot) et Fabien Di Filippo (Moselle), et qu’on le laisse à une poignée d’ayatollahs et
de Calan. Si la maire de Taverny a répété mière partie de son équipe dirigeante, de manière à bien tenir la boutique en son Alexandre Vincendet, maire de Rillieux- d’extrémistes de gauche », soutenait-il en
qu’elle ne voudrait aucun poste dans la soit le 13 décembre, soit le 18 décembre. absence… « Sauf qu’avec sa conception du la-Pape, ont aussi attiré l’attention. meeting, la semaine dernière. « Je veux
nouvelle direction, le jeune juppéiste La deuxième partie devant être officiali- pouvoir, Wauquiez fera tout et les autres, Les ténors de LR auront aussi droit à un que nous réfléchissions ensemble à ce
monaimerait que ses soutiens soient repré- sée après les vacances de Noël pour que le reste ! », persifle un ténor LR. traitement spécial, à l’instar de Valérie de de demain. Il y a tant de sujets qui nous
sentés au bureau politique et à la com- l’organigramme soit connu le 27 janvier, Pécresse ou de Xavier Bertrand, qui mul- attendent. Nous devons reconstruire la
mission nationale d’investiture, une ins- jour du conseil national des Républi- tiplient les critiques à l’égard de Laurent pensée de la droite, au lieu, à chaque fois,
Wauquiez réfléchit à tance stratégique dont la présidence cains, à Paris. Wauquiez. « Valérie Pécresse est face à un d’aller acheter la pensée de la gauche
comdevrait revenir à un wauquieziste. Chose promise, chose due : Virginie choix. Au moment où Emmanuel Macron me si la philosophie de la droite n’était pas constituer un « shadow
Mardi, le nouveau patron de LR a noté Calmels sera nommée vice-présidente. veut tuer la droite, participe-t-elle à l’en- assez riche », détaillait-il.cabinet » en collant au plus
dans son agenda la réunion de groupe des Avec Guillaume Peltier comme possible treprise de reconstruction ou joue-t-elle les Et c’est bien le plus gros défi qu’a de-près à l’architecture députés LR à l’Assemblée. Une phase ins- deuxième vice-président. À la Fête de la chapelles de la division ? », confiait Wau- vant lui Laurent Wauquiez : faire renaître
titutionnelle qui se poursuivra - heureux violette, fin septembre, Wauquiez avait gouvernementale quiez au Figaro pendant la campagne, l’enthousiasme sur le terrain pour
parvehasard du calendrier pour Wauquiez - annoncé que son hôte, le député de Loir- alors que certains sarkozystes le poussent nir à refaire de LR un parti populaire.
par une réunion du PPE, le 14 décembre à et-Cher, jouerait « un rôle éminent » à ses Plusieurs noms sont cités pour les dix à lui proposer la présidence du conseil « Laurent a toutes les capacités pour y
Bruxelles, avec notamment la chanceliè- côtés. « Guillaume Peltier fait partie des premières nominations. Ils correspon- national. « Je dis à Valérie, à Xavier et parvenir et y parvenir vite. Après, l’avenir
re allemande, Angela Merkel, et le prési- nouveaux visages que je mettrai en dent aux élus remarqués ces dernières Christian (Estrosi) que je respecte leur sen- n’est pas écrit, glisse Brice Hortefeux.
dent du gouvernement espagnol, Maria- avant », ajoutait-il. Un engagement plu- semaines par l’ex-candidat comme son sibilité, leurs convictions, que leurs ambi- Cela doit être l’histoire de son destin. »
no Rajoy. Une façon d’essayer de se poser sieurs fois confirmé par Wauquiez au porte-parole, le maire de Chalon-sur- tions sont légitimes. Je connais leur talent C’est ici que tout commence, espère donc
comme le premier opposant à Emmanuel fondateur des Populaires. Une manière Saône, Gilles Platret, le député LR de l’Ain et quand on a du talent, on le met au service Laurent Wauquiez : « C’est un long
cheMacron avant le Conseil européen des 14 pour le patron de LR de créer un binôme Damien Abad ou le directeur de campa- de sa famille politique. Je leur dis aussi que min, et je sais qu’il prendra du temps. Cette
et 15 décembre. Calmels-Peltier, aux profils politiques gne, Geoffroy Didier. Même si le vice- l’heure est trop grave, que ce qui se joue élection, c’est une étape. » ■
C
SÉBASTIEN SORIANO/LE FIGAROlundi 11 décembre 2017 LE FIGARO
8 INTERNATIONAL
Mobilisation
à Kiev pour
la libération
de Saakachvili
Devenu une des figures de l’opposition
ukrainienne, l’ancien président géorgien
Brandissant des panneaux raillant le président Petro Porochenko, des dizaines de milliers de manifestants ont convergé dimanche a été arrêté vendredi à Kiev par la police. vers Maïdan, la place centrale de Kiev, pour réclamer l’élargissement de Mikhaïl Saakachvili, arrêté vendredi soir. G. GARANICH/REUTERS
Saakachvili ». « On ne met pas les oppo- pendant la Révolution de Maïdan, et se Saakachvili survient au beau milieu qu’il se trouvait à l’étranger,
SaakaADRIEN JAULMES £@AdrienJaulmes sants en prison ! », lance depuis la tribu- dirigent vers le siège du SBU. Les poli- d’une crise entourant le statut du bureau chvili est rentré en Ukraine en
septemENVOYÉ SPÉCIAL À KIEV
ne son épouse, Sandra Roelofs. ciers sont déployés dans les rues adja- national anticorruption, institution spé- bre, forçant pacifiquement un poste
Devenu une des figures de l’opposi- centes en cordons. Des discours sont cialement chargée de lutter contre la frontière avec la Pologne. Depuis son
UKRAINE Plusieurs dizaines de milliers tion ukrainienne, l’ancien président prononcés devant l’entrée de la petite corruption au plus haut niveau de l’État, retour à Kiev, il est devenu l’un des
opde manifestants ont convergé dimanche géorgien a été arrêté vendredi soir à rue Askoldov, défendue par plusieurs et dont le gouvernement actuel entend posants les plus résolus au
gouvernevers Maïdan, la place centrale de Kiev. Kiev par le SBU, les services de sécurité rangées de policiers anti-émeutes, qui réduire les prérogatives. Saakachvili dé- ment ukrainien de Porochenko,
réclaIls brandissent les drapeaux bleu et or de intérieurs, dans l’appartement d’un ont aussi garé un de leurs bus en travers nonce lui aussi de façon publique la cor- mant son « empêchement ».
l’Ukraine, mais aussi les emblèmes rou- ami où il s’apprêtait à passer la nuit. Il de la rue. Aucun incident n’a lieu, mis à ruption généralisée, qui, quatre ans Saakachvili avait échappé mardi
derge et noir des nationalistes ukrainiens. est détenu depuis dans le quartier géné- part quelques boules de neige lancées après la révolution, bloque toutes les nier à une première tentative
d’arrestaSur des panneaux le président Petro Po- ral du SBU, sous haute protection poli- contre la vitrine d’une chocolaterie tentatives de réformes, économiques, tion. D’abord réfugié sur le toit de son
rochenko est dessiné derrière les bar- cière. Son avocat a annoncé qu’il avait Roshen, la compagnie qui a fait la fortu- politiques et sociales de l’Ukraine. immeuble, l’ancien président géorgien
reaux d’une prison. Malgré la neige qui commencé une grève de la faim. ne du président Porochenko. avait été libéré du fourgon de police par
commence à tomber dru, les orateurs se La manifestation de Maïdan terminée, Quatre ans après la révolution qui a l’intervention de ses partisans. Il s’était
Je veux retrouver ma succèdent à la tribune. Ils dénoncent la des milliers de personnes grimpent la chassé du pouvoir son prédécesseur depuis installé dans le campement érigé “corruption et réclament l’« empêche- rue des Cent-Héros-du-Paradis, bordée Viktor Ianoukovitch, Petro Porochenko depuis la mi-octobre devant le Parle-nationalité ukrainienne
ment » de Porochenko. Mais le slogan par les stèles érigées en mémoires des fait face à une opposition de plus en plus ment ukrainien par des manifestants. et jouer un rôle politique
qui revient le plus souvent est : « libérez manifestants tombés en février 2014 déterminée. L’arrestation de Mikhaïl Dans ce petit village de tentes entouré
en Ukraine. Le peuple par la police ukrainienne, Saakachvili
bénéficiait d’une relative sécurité en rai-ukrainien en a assez de la
son de la présence de centaines de ses classe politique actuelle
partisans. « Ils vont certainement essayer
SAAKACHVILI AU « FIGARO », MERCREDI” de m’arrêter à nouveau », avait-il
cependant prévenu dans un entretien avec Le «Lelivrequetouslesélecteurs
Citoyen géorgien, Saakashvili était Figaro mercredi dernier. « Les autorités
venu en Ukraine en 2015 à l’appel de m’ont déjà proposé de me laisser quitter le
Porochenko, qui l’avait nommé gou- pays. Mais ce que je veux, c’est retrouver dedroitedevraientlire!» verneur d’Odessa, le chargeant de lut- ma nationalité ukrainienne et jouer un rôle
ter contre la corruption endémique politique en Ukraine. Le peuple ukrainien
dans cette ville des rives de la mer Noi- en a assez de la classe politique actuelle. »PatrickCohen,«Càvous»,France5
re. Devenu citoyen ukrainien, Saaka- Saakachvili devrait être déféré ce
chvili avait dû renoncer à sa nationalité lundi devant un juge. Mais, loin de le
régéorgienne. Sa démission de son poste duire au silence, l’interpellation de
l’ande gouverneur et sa rupture avec Poro- cien président géorgien risque
d’augchenko en 2016, ont fait des deux hom- menter son audience. Et de donner un
mes des ennemis jurés. Déchu de sa na- crédit supplémentaire à ses critiques
tionalité ukrainienne à l’été 2017 alors envers le gouvernement ukrainien. ■
«Ilatoutvu,
toutentendu.
En Italie, la rude Etadécidé
denerienpasser campagne de Renzi
soussilence.» À quatre mois des prochaines élections, la gauche
LaurelineDupont,LePoint est devancée par le centre droit et les populistes.
nationalité aux enfants d’immigrés rési-RICHARD HEUZÉ rheuze@lefigaro.fr
dant depuis plus de cinq ans) n’a plus de ROME
chances d’être approuvée par cette
léITALIE Maison par maison, Matteo Ren- gislature. Quant à la galaxie de
l‘extrêzi veut récupérer l’électorat transfuge de me gauche, elle s’est rangée le 3
déla gauche. À l’issue d’une rude semaine cembre sous la bannière de « Libres et
pour le Parti démocrate dont il est le lea- Égaux », un nouveau mouvement
proder, l’ancien président du Conseil met gressiste et anti-Renzi lancé par l’an-«Unlivrequi ses troupes en ordre de bataille. « Si cien magistrat anti-mafia Pietro Grasso,
quelqu’un pense que l’incompétence des tout en restant président du Sénat. Une
Cinq Étoiles (populistes) et les provoca- scission qui devrait coûter 7 % au PD.selitd’une
tions de la Ligue (alliée à Berlusconi) sont
Une nouvelle coalitionplus utiles pour l’Italie, nous respecterons traite… le résultat. Mais je vois une autre Italie, Matteo Renzi attaque durement le M5S :
bien vivante », lançait-il hier. Il accuse « la première chose qu’ils ont faite en
preses anciens alliés de la gauche de n’avoir nant la mairie de Turin a été de tailler dans Captivant.»
pas « d’autre stratégie » que de le faire les fonds de la culture. Comparez leurs
diperdre. Les mêmes qui ont fait campa- rigeants à nos ministres, Paolo Gentiloni CharlesJaigu, gne contre le référendum constitution- (premier ministre), Marco Minniti
(IntéLeFigaro nel du 4 décembre 2016 rejeté par 59 % rieur), Dario Franceschini (Culture),
Andes Italiens. Il s’était aussitôt démis de la drea Orlando (Justice), Graziano Delrio
présidence du Conseil. Mais, très com- (Transports). Qui sont les plus
crédibatif, il se déclarait certain dès janvier bles ? ». Quant à Silvio Berlusconi, il
2017 de « pouvoir rassembler 40 % des l’étrille, l’appelant « Mister Spread » en
voix aux élections de 2018 ». allusion à la crise monétaire qui a
entraîOn est loin du compte. Les derniers né sa démission en septembre 2011 et
sondages créditent le Parti démocrate l’accuse de « promettre à nouveau les
ré(PD) de 25 %, loin derrière la coalition formes annoncées à son arrivée au pouvoir
de centre droit conduite par Silvio Ber- en 1994 et qu’il n’a jamais tenu ». «Lerécitimplacabled’unecatastrophe lusconi, aujourd’hui créditée de 33 %, Matteo Renzi annoncera dans la
seet des Cinq Étoiles (M5S) qui ne cessent maine une nouvelle coalition. Il attend
de progresser (29 %). « Un leader ne se un soutien de Romano Prodi, référence annoncée.»
laisse pas intimider par les sondages. Il emblématique de la gauche. « L’Italie est
RaphaëlleBacqué,LeMonde combat en engageant une bataille ouver- l’unique grand pays d’Europe où la gauche
te, au corps à corps », proclame-t-il. a encore une chance de victoire ». Mais il
À quatre mois des élections, le champ met en garde : « Chaque vote donné à
de bataille paraît pourtant bien miné Grasso sera un vote offert à Berlusconi et à
pour la gauche. Depuis la rentrée, aban- la Ligue. Nous nous battrons sur nos
vaRobertLaffont dons et désertions ne se comptent plus. leurs et nos projets comme le Job’s Act (loi
L’ancien maire PD de Milan Giuliano Pi- sur le travail) qui a permis de créer un
milsapia, courtisé de tous bords, vient de se lion d’emplois. Cette législature a fait des
retirer parce que la loi sur le « jus soli » pas de géant. Affichons-les avec fierté et
(devant accorder automatiquement la nous gagnerons », affirme-t-il. ■
ALesé ner gie s
re no uv elab les
s ontn otreave nir ,
quand on sa it les
co nn ecterp art ou t.
Enedi s, ges tionnaire du réseau
de dis trib ution d’ électri cit é, œuvr e
chaquejour en fave ur de la tr an sitio n
éner géti que en raccord ant plus
de 15 000n ouv elles ins talla tions
de pro duc tion d’ én er gie re nouv ela ble
en mo ye nne chaq ue an née .
Pour mi eux vo us ser vir, qu el que so it
votref ourn is se ur d’ éner gie.
Retr ouv ez-n ous sur Int er ne t
enedis .f r ened is .o ff iciel @en edi s en ed is .o ff icie lL’ ÉNER GIE ESTN OT RE AV ENI R. ÉC ONO MI SO NS L A!
©Ayd ın Bü y ük ta ş.lundi 11 décembre 2017 LE FIGARO
10 INTERNATIONAL
Macron et Nétanyahou en désaccord
Le chef de l’État a appelé le dirigeant
israélien, qu’il recevait à l’Élysée, à « des
gestes courageux envers les Palestiniens »
ainsi que M. Nétanyahou l’avait
reproALAIN BARLUET ché aux Européens, quelques heures£@abarluet
plus tôt. Mais il a aussi saisi au bond
l’expression que venait d’utiliser son
PROCHE-ORIENT Sans surprise, Em- hôte - « Donner une chance à la paix »
manuel Macron et Benyamin Nétanya- (« Give peace a chance ») - pour
l’appehou ont fait le constat de leur désac- ler à faire « des gestes courageux envers
cord, lors d’un déjeuner à l’Élysée, les Palestiniens ». Le chef de l’État a
dimanche, quelques jours après la re- précisé sa pensée en disant qu’il
s’agisconnaissance mercredi dernier par Do- sait de « commencer par le gel de la
colonald Trump de Jérusalem comme capi- nisation et les mesures de confiance à
tale d’Israël. l’égard de l’Autorité palestinienne ».
« Jérusalem a toujours été notre
capiUn « appel au calme »tale et n’a jamais été la capitale d’aucun
autre peuple », a réaffirmé le premier En revanche, Emmanuel Macron a
ministre israélien devant la presse, à temporisé lorsqu’il a été interrogé sur
l’issue de la rencontre. « Ce n’est pas une éventuelle médiation française ou
une position nouvelle », lui a fait écho, européenne. « Trop tôt pour le dire »,
aquelques instants plus tard, le président t-il dit, donnant la priorité à un « appel
de la République, qui avait déjà reçu au calme », et renvoyant d’abord la Emmanuel Macron en compagnie du premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, dimanche à l’Élysée. PHILIPPE WOJAZER/REUTERS
Benyamin Nétanyahou à l’Élysée en balle aux « parties prenantes (…) sans
juillet dernier. « Ce qui est nouveau c’est lesquelles la paix ne peut se construire ».
qu’une puissance extérieure reconnaisse Samedi, Emmanuel Macron s’était Khaldi : « Les Américains ont perdu toute quelque chose qui est contraire au droit entretenu au téléphone avec son
homointernational », a dit Emmanuel Ma- logue turc, Recep Tayyip Erdogan, pour
cron, rappelant sa « désapprobation » lui demander de « contribuer à l’apaise- légitimité dans leur rôle de médiateur »de la décision du président américain ment » entre Israël et les Palestiniens.
sur Jérusalem que « Bibi » avait pour sa Dimanche, lors d’un discours durant
part qualifiée d’« historique », la semai- lequel ont été projetées des photos que veaux mécanismes internationaux. salem-Est comme capitale de la
PalestiPROPOS RECUEILLIS PAR
ne dernière. M. Erdogan a décrites comme celles Ceux-ci devront intégrer l’Europe ainsi ne, ainsi que l’aspiration de notre peupleCYRILLE LOUIS À JÉRUSALEM
« Les réactions montrent que cette dé- d’enfants palestiniens interpellés par que des forces comme la Russie, la Chine à la liberté.£@cyrille_louis
cision n’est pas bonne pour la sécurité des soldats israéliens, le dirigeant turc a et d’autres pays. Il y a un précédent,
d’Israël », a dit le président, tandis que qualifié Israël d’« État terroriste » et puisque la France a déjà organisé en 2015 Est-il exact que le prince saoudien
les violences ont fait quatre morts et « tueur d’enfants ». LE CONSEILLER diplomatique de Mah- une conférence à laquelle près de 70 pays Mohammed Ben Salman a fermement
plusieurs dizaines de blessés depuis Guère étonnant, qu’à la suite de ces moud Abbas commente pour Le Figaro ont participé. Ce n’est donc pas la fin de pressé Mahmoud Abbas d’accepter
mercredi dans la bande de Gaza et en propos, interrogé sur l’homme fort de la décision de Donald Trump. la solution des deux États, même si celle- le plan de paix préparé
Cisjordanie. Des manifestations ont la Turquie pendant la conférence de ci est fragilisée par la réalité d’apartheid par l’Administration Trump
également eu lieu ce week-end dans presse à l’Élysée, Benyamin Nétanya- LE FIGARO. - La reconnaissance de la et de colonisation qu’impose Israël. De lors de sa récente visite à Riyad ?
plusieurs capitales du Moyen-Orient, hou, réagisse avec virulence. « Je n’ai souveraineté israélienne sur Jérusalem notre côté, nous restons déterminés à Non, il s’agit de comptes rendus
mennotamment à Beyrouth, devant l’am- pas de leçons de moralité à recevoir d’un par Donald Trump signe-t-elle, à vos être reconnus comme État membre de songers. La position classique de
l’Arabassade américaine. dirigeant qui bombarde des villages kur- yeux, le mort du processus de paix ? plein droit aux Nations unies. bie saoudite, y compris durant cette
À Jérusalem, un Palestinien a poi- des en Turquie, qui emprisonne des jour- Majdi KHALDI. - Par cette décision, les rencontre, est de continuer à soutenir la
gnardé et sérieusement blessé un garde nalistes, aide l’Iran à contourner les Américains se sont disqualifiés et ont Le vice-président Mike Pence prévoit Palestine. J’observe d’ailleurs qu’elle
de sécurité israélien, dimanche. Em- sanctions internationales et aide des ter- perdu toute légitimité à jouer un rôle de d’effectuer une visite dans la région fournit un appui continu à notre budget
manuel Macron a condamné « tout ce roristes, notamment à Gaza », a-t-il dé- médiateur dans le processus de paix en- du 17 au 19 décembre, et des rumeurs et notre économie.
qui porte atteinte à la sécurité d’Israël », claré. L’« apaisement » invoqué par tre Palestiniens et Israéliens. Mais cette prêtent à Donald Trump le projet
réfutant les accusations de « double Emmanuel Macron passe mal sur la li- situation crée, de notre point de vue, une de convier Mahmoud Abbas pour Le Fatah et le Hamas ont annoncé
standard » vis-à-vis de l’État hébreu, gne entre la Turquie et Israël. ■ grande opportunité pour établir de nou- un entretien à la Maison-Blanche. leur intention d’accélérer le processus
Quelle sera sa réponse ? de réconciliation afin que l’Autorité
La période actuelle n’est pas propice à palestinienne reprenne le plein contrôle
l’échange de visites entre Palestiniens et de la bande de Gaza. Êtes-vous prêts
Américains. Il y a beaucoup de colère à lever les sanctions adoptées
dans nos rues comme parmi nos diri- au printemps dernier pour faire pression
geants, qui se sentent trahis et ont perdu sur le Hamas ?
confiance. Pour cette raison, il n’y aura Nous sommes plus déterminés que
japas de rencontre entre Mahmoud Abbas mais à unifier notre peuple et notre
teret Mike Pence. J’ajoute que, de notre re, et le gouvernement fait tout son
pospoint de vue, il n’y aura pas de visite of- sible pour reprendre pied dans la bande
ficielle du vice-président américain en de Gaza. Mais il est pour cela
indispensaPalestine. ble qu’il contrôle pleinement ses
ministères, ses points de passage et ses
services de sécurité. Tant qu’on ne pourra pas
Il y a beaucoup collecter des taxes et faire respecter “ l’État de droit dans la bande de Gaza, de colère dans nos rues
nous ne serons pas en mesure de sus-comme parmi
pendre ces mesures.
nos dirigeants, ,
Qu’attendez-vous de la France ?qui se sentent trahis
La France est un grand pays, qui a beau-et ont perdu confiance
coup aidé la Palestine à construire ses
MAJDI KHALDI, CONSEILLER DIPLOMATIQUE ” institutions et à développer son écono-DE MAHMOUD ABBAS
mie. Après la conférence de 2015, nous
comprenons que le président Macron est
Ne craignez-vous pas déterminé à jouer un rôle majeur dans le
que la détérioration du lien avec processus de paix. Dans cette
perspectil’Administration Trump ne débouche ve, nous appelons la France à
reconnaîsur une remise en cause des subventions tre l’État de Palestine. Cette démarche
américaines à l’Autorité palestinienne ? constituerait une importante
contribuLe Congrès américain vient de voter une tion au processus de paix, ainsi qu’à la
loi, le Taylor Force Act, qui crée des res- sécurité de la région. ■
trictions additionnelles aux
programmes d’aide qui nous sont octroyés par les
États-Unis. D’une façon plus générale,
l’assistance américaine est réduite à son
niveau minimal depuis plus de cinq ans.
Notre budget et notre économie, qui a sa
propre dynamique, ne dépendent donc
pas des États-Unis. Je ne dis pas que
l’assistance étrangère n’est pas
importante, mais nous n’accepterons pas
qu’elle soit subordonnée à des
conditions politiques qui vont contre nos
aspirations.
Les réactions des grands pays arabes
à la déclaration de Donald Trump
ont été pour le moins discrètes.
Vous sentez-vous trahis ?
Non. Les ministres des Affaires
étrangères arabes ont tenu samedi une réunion
extraordinaire en réponse à l’annonce
américaine afin de réaffirmer leur
soutien à notre cause. Ces dernières années,
après ce qu’on a appelé le printemps
arabe, de nombreux pays n’ont certes
pas été en mesure d’apporter beaucoup
Majdi Khaldi : « Nous restons déterminés d’aide à la Palestine en raison de leurs
à être reconnus comme État membre problèmes internes. Mais tous restent
de plein droit aux Nations unies. » PPOdéterminés à défendre le statut de
JéruA 1
Photo:Elsa&Johanna/FURY