1erINFORME_229:_, page 1 @ Preflight - Sénateur Christian Demuynck

De
Publié par

1erINFORME_229:_, page 1 @ Preflight - Sénateur Christian Demuynck

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 97
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
15, rue Vaugirard - 75291 Paris cedex 06 - Tél : 01 43 00 25 67 - Fax : 01 43 00 92 66
L
A
L
ETTRE DU
S
ÉNATEUR
C
HRISTIAN
D
EMUYNCK
Notre responsabi-
lité d’élus appelle à
ce que nous regardions en
face les difficultés qui frap-
pent notre Jeunesse. Au-delà
des difficultés d’aujourd’hui,
il nous incombe surtout de
créer les espoirs de demain.
Bien que le mot “budget” rime
avec “crédits”, “crise” et “chif-
fres”, je sais que nos jeunes
concitoyens souhaitent qu’il rime
davantage avec espoir.
Le constat est dou-
ble : la jeunesse est
à la fois volontaire et dyna-
mique, engagée et mobile,
mais aussi bien souvent in-
quiète. Mon rôle de Président
d'une assemblée parlemen-
taire est de permettre l’espé-
rance. C’est pourquoi je ne
me résous pas à accepter
certaines réalités telles qu’un
taux de chômage des jeunes
deux fois supérieur à celui de
la moyenne nationale.
LA PHRASE…
…de la semaine :
La session parlementaire 2009-2010,
régie par
les nouvelles règles de procédure parlemen-
taire issues de la révision constitutionnelle du
23 juillet 2008, marque une importante revalori-
sation du Parlement.
Ce sont ainsi vingt lois d'origine parlementaire
qui ont été adoptées, soit une augmentation de
70 % par rapport à la session précédente. Cette
session a vu 57 textes adoptés, sans compter
les 52 conventions internationales ratifiées ou
approuvées.
Alors que nous traversons une crise écono-
mique majeure, le Parlement a examiné et voté
dans des délais exceptionnellement brefs les
mesures de solidarité nécessaires entre Etats
membres de la zone euro.
Il a, par ailleurs, poursuivi le programme des
réformes structurelles avec la modernisation
de la Poste, la réforme du crédit à la consom-
mation, le Grand Paris, la mise en oeuvre du
Grenelle de l'environnement, la suppression de
la taxe professionnelle, ou encore la réforme
des collectivités territoriales. Le législateur a
également renforcé les moyens de lutte contre
les violences de groupe, contre les violences
faites aux femmes et a permis de réduire les
risques de récidive criminelle. La grande loi pé-
nitentiaire doit permettre d'améliorer les condi-
tions d'exécution des peines.
Cette année parlementaire est aussi celle de la
Jeunesse. Elle aura été l’occasion de renfor-
cer la politique en faveur des jeunes. L’inter-
diction des stages hors cursus, le service
civique ou encore plus récemment le maintien
du dispositif Envie d’Agir sont autant de me-
sures menées à bien dans l’objectif de donner
de réelles opportunités d’avenir aux 16/25 ans.
Mais mon enthousiasme reste modéré. De fait,
le taux de chômage est un problème majeur sur
lequel le Parlement et le Gouvernement doivent
être forts de propositions.
La sécurité des Français doit être aussi une de
nos prochaines préoccupations majeures. La
loi d'orientation et de programmation pour la
performance de la sécurité intérieure donne
certes plus de moyens aux forces de l’ordre de
notre pays mais les décisions pénales peinent
à suivre. L’indépendance de la Justice l’a ren-
due irresponsable et la proposition de jurys po-
pulaires dans les tribunaux, faite par Nicolas
SARKOZY, est une vraie réponse que je sou-
tiens totalement.
2010 a été l’année du changement. Le Gouver-
nement et le Parlement ont su s’adapter pour
mener à bien les réformes, dans un esprit par-
ticulièrement constructif. L’année 2011 doit être
porteuse d’optimisme pour tous les Français.
Nous y travaillerons sans relâche.
Bonnes fêtes de fin d’année à toutes et à tous.
Gérard LARCHER,
aux “Rendez-vous du Sénat”
consacrés aux “jeunes, citoyens
et responsables de leur avenir”,
le jeudi 18 novembre 2010 à Cambrai.
ER(E)
INFORMÉ(E)
N° 229 - Décembre 2010
…du mois :
w
w
w
.
c
h
r
i
s
t
i
a
n
-
d
e
m
u
y
n
c
k
.
c
o
m
-
e
-
m
a
i
l
:
c
.
d
e
m
u
y
n
c
k
@
s
e
n
a
t
.
f
r
w
w
w
.
c
h
r
i
s
t
i
a
n
-
d
e
m
u
y
n
c
k
.
c
o
m
-
e
-
m
a
i
l
:
c
.
d
e
m
u
y
n
c
k
@
s
e
n
a
t
.
f
r
E
N
B
REF
Gérard LARCHER, Président du Sénat, a demandé à Christian DEMUYNCK de participer
aux Rendez-vous du Sénat, consacrés aux “jeunes, citoyens et responsables de leur
avenir”, qui se sont tenus le jeudi 18 novembre au centre universitaire de Cambrai (Nord).
Ce sont plus de 450 personnes
qui ont participé aux diverses
tables rondes organisées au-
tour des thèmes inhérents à
la jeunesse. Le sénateur a
ainsi animé celle consacrée
à l’engagement citoyen de la
jeunesse. Elle a permis de
mettre en exergue un réel
désir de s’engager de la part
des jeunes.
Pour le sénateur :
“La mise en place du service civique a été largement saluée ;
mais des pistes de progression doivent être envisagées pour s’adapter au plus
grand nombre des demandes, avec comme objectif de toucher 10% des 16/25 ans.”
La journée s’est ensuite poursuivie avec la visite de l’établissement EPIDE (Etablisse-
ment Public d’Insertion de la Défense) et de l’entreprise CEREPLAS (textile technique).
L’enseignement majeur de ces Rendez-vous du Sénat est la nécessité de répondre
de manière globale et non plus sectorisée à la problématique de l’emploi des jeunes.
Le 14 novembre dernier, sur la proposition
du Premier ministre, le Président de la
République a nommé le nouveau Gouverne-
ment constitué de 22 ministres et 8 secré-
taires d’État.
Parmi les nommés :
M. Alain JUPPÉ
, ministre d’État, ministre de la Défense et des Anciens combattants ;
• Mme Michèle ALLIOT-MARIE
, ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et européennes ;
• Mme Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET
, ministre de l’Écologie, du Développement durable,
des Transports et du Logement ;
• M. Michel MERCIER
, garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés ;
• M. Brice HORTEFEUX
, ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer, des Collectivités territoriales
et de l’Immigration ;
• Mme Christine LAGARDE
, ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie ;
• M. Xavier BERTRAND
, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé ;
• M. Luc CHATEL
, ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative ;
• M. François BAROIN
, ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique
et de la Réforme de l’Etat, porte-parole du Gouvernement ;
• Mme Valérie PÉCRESSE
, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ;
• M. Patrick OLLIER
, ministre auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement ;
• Mme Nora BERRA
, secrétaire d’État chargée de la Santé ;
• M. Benoist APPARU
, secrétaire d’État chargé du Logement ;
• M. Georges TRON
, secrétaire d’État chargé de la Fonction publique ;
• Mme Jeannette BOUGRAB
, secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de la Vie associative.
PALAIS DU LUXEMBOURG
15 rue de Vaugirard - 75291 PARIS Cedex 06
Tél. : 01 43 00 25 67 - Fax : 01 43 00 92 66
E-mail : c.demuynck@senat.fr
2010, UNE ANNÉE RICHE DE RÉFORMES
R
E
M
A
N
I
E
M
E
N
T
M
I
N
I
S
T
É
R
I
E
L
Christian DEMUYNCK
NOUVEAU SITE
INTERNET
Christian DEMUYNCK vous invite
à découvrir son nouveau site
Internet qui a été amélioré afin
de lui donner plus de visibilité.
Vous découvrirez ainsi de nouvelles
rubriques telles que “Activités par-
lementaires” ou encore “Presse”
dans lesquelles vous retrouverez
toute l’actualité du sénateur.
La rubrique “Photos” est toujours
à la disposition des internautes qui
souhaitent télécharger les images
d’un évènement. La rubrique
“Vidéos” permet désormais de
les visualiser sur le site même.
Le sénateur vous souhaite une
bonne navigation !
CHRISTIAN DEMUYNCK
MEMBRE DE L’OPECST
Christian DEMUYNCK a été nommé
membre de l’Office Parlementaire
d’Évaluation des Choix Scientifiques
et Technologiques.
L’Office est une structure commune
à l’Assemblée nationale et au Sénat,
composée de dix-huit députés et de
dix-huit sénateurs.
Il a pour mission d'informer le Parle-
ment sur les conséquences de ses
choix à caractère scientifique ou
technologique. Il peut également être
amené à participer à la désignation
de représentants du Parlement au
sein de diverses instances ou encore,
à être au conseil d’administration de
différents organismes.
Il est également devenu un interlo-
cuteur reconnu par l’ensemble de la
communauté scientifique. Chaque
année, plusieurs colloques et jour-
nées d’étude sont organisés par
l’Office, soit en relation avec un de
ses rapports, soit sur un thème
scientifique ou technologique.
Enfin, l’Office contribue aussi au dé-
veloppement des relations parlemen-
taires internationales. Il souhaite, dans
les années à venir, intensifier ses
missions et contribuer notamment
à l’approfondissement du dialogue
entre monde politique et monde
scientifique.
LES RENDEZ-VOUS DU SÉNAT À CAMBRAI
Christian DEMUYNCK,
Intervention en séance
concernant les crédits
Jeunesse dans le PLF 2011,
le mercredi 1
er
décembre 2010.
1erINFORME_229:_
22/12/10
14:18
Page 4
Alors qu’une circulaire du 12 août 2010 annonçait la
suppression du dispositif le plus efficace de soutien
et d’accompagnement des jeunes dans la réalisation
de projets citoyens, solidaires et/ou de création
d’activité, Christian DEMUYNCK et le collectif
“Pour Envie d’Agir” se sont fortement mobilisés
pour demander son maintien. Le rassemblement du
3 novembre dernier devant l’Assemblée Nationale
en présence de nombreux parlementaires de tous
bords politiques a permis d’obtenir l’engagement
oral du rétablissement du programme par l’ancien
ministre de la Jeunesse, le 5 novembre, dans l’hémicycle de la Chambre Basse.
Suite à la nomination du nouveau Gouvernement, Christian DEMUYNCK a déposé un amendement,
demandant le rétablissement de la ligne spécifique “Envie d’agir”, pour un montant de 3.2 millions
d’euros, dans le budget 2011.
A l’occasion du vote en séance du budget Sports, Jeunesse et Vie associative, le 1
er
décembre,
Luc CHATEL, ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative s’est
engagé, auprès du sénateur et devant l’ensemble de ses collègues, à maintenir le dispositif
avec le même budget que celui de 2010.
Christian DEMUYNCK déclare :
“C’est une victoire pour la Jeunesse. Les jeunes ont prouvé par
leur mobilisation générale qu’ils méritent qu’on agisse pour eux. Leur donner les moyens,
c’est leur permettre de se construire un avenir par eux-mêmes.”
SÉCURITÉ DANS LES LYCÉES DE SEINE-SAINT-DENIS
Christian DEMUYNCK a attiré l’attention du ministre de l’Intérieur, de l’Outre-
Mer, des Collectivités territoriales et de l’Immigration sur l’état des lieux
de la sécurité au sein des 58 lycées de Seine-Saint-Denis.
Au regard des
violences dont les établissements scolaires sont victimes, il souhaite
connaître le bilan des audits de sécurité effectués dans ces lycées ainsi
que les recommandations qui ont été faites à la région Île-de-France.
Réponse du ministre
Conformément à la circulaire interministérielle du 24 mars 2009, tous
les établissements scolaires doivent rédiger un diagnostic de sécurité partagé.
Ce diag-
nostic, construit en deux parties, est un état des lieux de l’établissement. Les rédacteurs pro-
cèdent à l’identification des facteurs de risques de violences dans l’établissement et avancent
des préconisations pour améliorer la sécurité. Un état des incidents dans et aux abords de
l’établissement est établi et des propositions sont faites par le chef d’établissement pour amé-
liorer l’organisation interne.
À ce jour, 50 lycées de la Seine-Saint-Denis ont effectué ce diag-
nostic.
Si des problématiques particulières sont rencontrées, un référent sûreté pourra être mis-
sionné afin de rédiger un diagnostic complet et personnalisé
qui comprendra des préconi-
sations précises en matière de sûreté.
Au sein de la Seine-Saint-Denis, 21 lycées ont déjà
fait l’objet d’un tel diagnostic de sûreté approfondi, dont 5 des 13 établissements recensés
comme les plus sensibles du département.
Les principales recommandations établies lors
de ces diagnostics de sûreté portent sur le réaménagement des espaces publics, la réalisa-
tion d’un périmètre sécurisé autour de l’établissement, l’entretien et l’éclairage des espaces
verts et la mise en oeuvre de dispositifs de vidéoprotection.
L’ABSENTÉISME SCOLAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS
Christian DEMUYNCK a interrogé le ministre de l’Éducation nationale sur les pourcentages
d’absentéisme scolaire par niveau, en Seine-Saint-Denis, pour l’année scolaire 2008-2009.
Réponse du ministre
Le dispositif qui permet d’évaluer l’absentéisme des élèves est une enquête réalisée auprès
d’un échantillon d’un millier d’établissements scolaires du second degré public, en France
métropolitaine.
Les résultats de l’enquête permettent de déterminer le taux d’absentéisme
des élèves au niveau national. Cet échantillon n’a aucune représentativité académique, a
fortiori infra-académique.
En France métropolitaine, tous mois et types de collèges et
lycées publics confondus, 7 % des élèves ont été absents, en 2007-2008, quatre demi-
journées ou plus par mois, sans qu’il y ait régularisation de cette situation. Il s’agit des
derniers résultats nationaux publiés en avril 2010.
INAUGURATION DU
CARRÉ DES HARKIS
À GOURNAY
Afin de rendre hommage aux Français
musulmans qui ont servi la France lors
de la Guerre d’Algérie, une cérémonie
a eu lieu, le samedi 23 octobre, pour
inaugurer le Carré des Harkis érigé
dans la ville de Gournay.
Après l’allocution de plusieurs person-
nalités dont le maire de Gournay-
sur-Marne, M. Michel CHAMPION, le
sénateur Christian DEMUYNCK, le Pré-
fet de Seine-Saint-Denis, M. Christian
LAMBERT, le président de l’union natio-
nale des Harkis de France et le prési-
dent du GR 210,
une plaque sur laquelle
est inscrit “Carré des Harkis, soldats de
l’Armée Française 1954-1962” et la stèle,
commémorant cette inauguration, ont
été dévoilées.
A l’occasion de cette cérémonie, le sé-
nateur a rendu hommage aux Harkis :
“L’inauguration de ce carré à Gournay-
sur-Marne, à l’initiative de Michel
CHAMPION et du Groupement 210
de la fédération nationale André
MAGINOT, salue votre courage et rai-
sonne comme un devoir de mémoire
qui a trop longtemps été omis… De
même, la présence de Monsieur le
Préfet de la Seine-Saint-Denis, té-
moigne de la volonté de la France de
vous rendre un hommage légitime.
C’est un devoir moral… Ce Carré est
ainsi le symbole du respect que la Ré-
publique et nos compatriotes portent
à ces femmes et à ces hommes qui ont
défendu, sans relâche, sans aucun
doute, nos valeurs.”
S
EINE
-S
AINT
-D
ENIS
S
ÉNAT
CHRISTIAN DEMUYNCK
PARLEMENTAIRE EN
MISSION AUPRÈS DE
VALÉRIE PÉCRESSE
Soucieuse
de conduire
un nombre
croissant de
jeunes vers
les plus hauts
niveaux de
qualification,
V
a
l
é
r
i
e
PÉCRESSE,
ministre de l’Enseignement supérieur,
a confié officiellement une mission
d’analyse et de réflexion au sénateur
Christian DEMUYNCK sur les réalités
du décrochage à l’université. Le rap-
port devra être remis en avril 2011,
fort de propositions qui mettent en
oeuvre des politiques adaptées, en par-
ticulier dans le domaine de l’orienta-
tion.
Le sénateur travaillera en collaboration
avec les principaux acteurs de l’En-
seignement supérieur afin de mesurer
précisément le phénomène du dé-
crochage, d’en analyser les causes et
de créer les conditions d’une diversi-
fication des parcours afin de proposer
aux jeunes en difficulté à l’université,
de façon plus systématique, une pour-
suite ou une reprise d’études dans un
cursus adapté à leur situation et à
leurs aptitudes.
Il déclare :
“C’est avec un grand inté-
rêt que j’ai accepté cette mission.
Valérie PÉCRESSE connaît mon en-
gagement envers les jeunes et mon
souci permanent de permettre à cha-
cun de trouver sa place dans la so-
ciété. Cette mission est simplement
la continuité d’un travail parlementaire
auquel je m’attèle depuis plusieurs
années sur la politique en faveur des
jeunes et je compte bien l’exécuter
avec toute l’assiduité nécessaire pour
la mener à bien”.
Parallèlement, Christian DEMUYNCK
va entamer “un Tour de France des
universités” pour aller à la rencontre
des étudiants afin de mieux compren-
dre leurs difficultés et leurs attentes.
Dans le cadre de la promotion du service civique,
Christian DEMUYNCK, rapporteur de la proposition de
loi relative au service civique, a repris son Tour de
France. Et c’est à l’occasion d’un café politique, le
8 novembre dernier, que le sénateur a présenté le
dispositif aux élus de Romainville, aux adhérents UMP
de la 9
ème
circonscription de Seine-Saint-Denis ainsi
qu’aux jeunes de la ville et des alentours.
Une étape supplémentaire dans le Tour de France qu’ef-
fectue le sénateur depuis mars dernier. En effet, dé-
cidé à valoriser le service civique, Christian DEMUYNCK sensibilise jeunes, élus et responsables
associatifs à cette initiative ambitieuse. Après Romainville, le sénateur a poursuivi à Rouen. Dans une
volonté de mobiliser un plus grand nombre de futurs jeunes volontaires, d’autres étapes sont au pro-
gramme.
“A ce jour, plus de 5 000 jeunes se sont déjà engagés. Nous
sommes encore loin du compte mais la jeunesse française est
motivée et répond positivement à ce projet citoyen. En tant
qu’élu, j’en fais la promotion auprès de tous ceux qui ont la pos-
sibilité d’accueillir ces jeunes pour faire du service civique un
outil majeur de cohésion sociale.”
Christian DEMUYNCK conclut :
“Une nouvelle campagne de com-
munication a débuté en novembre dans la presse écrite. Ce sont
des messages forts qui, je l’espère, sauront retenir l’attention des
16/25 ans. Le service civique doit devenir à terme une étape évi-
dente dans la vie des jeunes.”
w
w
w
.
c
h
r
i
s
t
i
a
n
-
d
e
m
u
y
n
c
k
.
c
o
m
-
e
-
m
a
i
l
:
c
.
d
e
m
u
y
n
c
k
@
s
e
n
a
t
.
f
r
SERVICE CIVIQUE : CHRISTIAN DEMUYNCK À ROMAINVILLE
PORTRAIT :
AUDE LAGARDE
CONSEILLÈRE RÉGIONALE
Pouvez-vous nous pré-
senter votre parcours ?
J’ai toujours été intéres-
sée par la chose pu-
blique. En 1995, à 19 ans, je me suis donc engagée pour
les municipales à Villeneuve-la-Comptal. Ayant été
élue, j’ai participé à la “gestion” municipale. Les an-
nées d’engagement dans un petit village ont été très
formatrices et passionnantes. J’ai accompli un vrai
travail de terrain.
J’ai ensuite adhéré au parti politique, Force Démo-
crate, une composante de l’UDF. Je suis devenue Pré-
sidente départementale des Jeunes Démocrates
pendant 6 ans. Puis, j’ai été candidate aux élections
régionales de 1998 dans le Languedoc-Roussillon et
aux élections européennes de 1999. Une fois mon man-
dat terminé, c’est tout naturellement, qu’en parallèle
de mes études à la Sorbonne, je me suis engagée là
où je vivais, à Drancy.
En 2001, j’étais donc candidate pour les élections
municipales de Drancy aux côtés de Jean-Christophe
LAGARDE. Je suis devenue adjointe au Maire en
charge de la santé, des affaires sociales, des per-
sonnes handicapées et des personnes âgées. En 2004,
j’ai été élue conseillère régionale, membre de la Com-
mission “politique de la ville” et de la Commission “dé-
veloppement social”.
En tant qu’adjointe au Maire de Drancy et conseillère
régionale, quelles sont vos missions ?
Depuis 2008, réélue adjointe au Maire de Drancy, je
poursuis le travail engagé depuis 2001 en mettant en
place de nombreux services à la personne.
En 2010, j’ai été réélue au Conseil régional où je siège
à la Commission Permanente et à la commission “Lo-
gement”.
Je suis particulièrement vigilante sur tous les dossiers
qui concernent la Seine-Saint-Denis car je refuse que
ce département reste trop souvent le “laissé-pour-
compte” de l’Ile-de-France.
L’année 2011 s’annonce riche, quels sont les gros dos-
siers qui vous tiennent à coeur et que vous défendrez
au Conseil régional ?
Il y a trois dossiers majeurs sur lesquels le Conseil
régional doit s’engager.
D’abord, celui des lycées car il n’est pas admissible
que l’on continue à installer des préfabriqués dans des
cours de lycée parce que l’exécutif régional a des an-
nées de retard sur le plan prévisionnel d’investisse-
ments en ce domaine. La réussite scolaire suppose
des conditions de travail satisfaisantes.
Ensuite, le logement social. La pénurie de logements
sociaux et la volonté des bailleurs sociaux de rénover
leur patrimoine sont telles que la Région recule au-
jourd’hui dans l’aide qu’elle a convenu d’apporter aux
organismes HLM. Demain, ce sont les locataires qui
risquent de payer sur leur quittance de loyer le dés-
engagement de la Région.
Enfin, les grandes décisions à venir dans le domaine
du Grand Paris au niveau des transports en commun et
de l’essor des communes situées autour du Bourget.
Les élus de Seine-Saint-Denis doivent se battre pour le
désenclavement maximum de tout le territoire et pas
seulement pour une simple desserte de la proche cou-
ronne de Paris. Ils doivent également se mobiliser pour
que la zone de l’aéroport du Bourget devienne un nou-
veau pôle de développement indispensable pour
“booster” le coeur du département.
UN AMENDEMENT POUR LE MAINTIEN DU DISPOSITIF ENVIE D’AGIR
w
w
w
.
c
h
r
i
s
t
i
a
n
-
d
e
m
u
y
n
c
k
.
c
o
m
-
e
-
m
a
i
l
:
c
.
d
e
m
u
y
n
c
k
@
s
e
n
a
t
.
f
r
LES QUESTIONS ÉCRITES AU GOUVERNEMENT
1erINFORME_229:_
22/12/10
14:18
Page 2
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.