L'équipe de france (de l'économie) au Brésil

De
Publié par

I 9 OLA TRIBUNE - VENDREDI 6 JUIN 2014 - N 92 - WWW.LATRIBUNE.FR L’ÉVÉNEMENT L’équipe de France économique au Brésil Voici, à la façon de l'équipe de France de football, la dream team des grandes entreprises françaises à la conquête du gigantesque marché brésilien. En avril 2014, le groupe belge Solvay E a racheté les actifs de chimie de spé- 1cialité de ERCA Química. Son pré- Le groupe de Clermont-Ferrand exploite des plantations sident souhaite que les entreprises d'hévéas, dans le Mato Grosso et à Bahia. Il fabrique françaises l'imitent et regrette que et vend également des pneus : l'Amérique du Sud la France ne soit que le neuvième représente 10 % de sa recette mondiale (dont partenaire commercial du Brésil, 70 % au Brésil). Le taux de motorisation étant de derrière l'Allemagne et l'Italie, et son 200 véhicules pour 1 000 Brésiliens, contre 900 aux cinquième investisseur, avec quelque États-Unis et 700 en France, Michelin a encore une belle 600 entreprises présentes. marge de progression.
Publié le : mercredi 11 juin 2014
Lecture(s) : 616
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
L’équipe de France économique au Brésil Voici, à la façon de l'équipe de France de football, ladream teamdes grandes entreprises françaises à la conquête du gigantesque marché brésilien.
E
JEAN-PIERRECLAMADIEUSOLVAY
En avril 2014, le groupe belge Solvay a racheté les actifs de chimie de spé-cialité de ERCA Química. Son pré-sident souhaite que les entreprises françaises l'imitent etregrette que la France ne soit que le neuvième partenaire commercial du Brésil,derrière l'Allemagne et l'Italie, et son cinquième investisseur, avec quelque 600 entreprises présentes.
Le groupe français, qui s'est installé au Brésil en 1996, est 4 loin derrière les grandes insti-tutions bancaires du pays, puisqu'il y fait surtout de la banque d'affaires, se concentrant sur lefinancement d'activités commerciales et de projets. Il a été leader dans ce domaine en 2012,comme banque conseil pour BAUDOUINPROTla concession de l'aéroport BNPPARIBAS de São Paulo.
Installé depuis soixante ans au Brésil, le groupe convoité par GE et Siemenspossède 14 uni-6 tés de production et réalise près d’1 milliard d'euros de chiffre d’affaires. Alstom vient d'inaugurer son premier centre technologique en hydro-électricité, dans l'État de São Paulo, un investissement de 8 millions d'euros. La société a fourni plus de 100 turbines au PATRICKKRON Brésil ces dix dernières années. ALSTOM Quand au projet de TGV Rio-São Paulo, il attendra l’élection pré-sidentielle d’octobre.
Casino, qui a pris pied au Brésil en 1999 via Grupo Pão de AçÚcar 9 (GPA), dont il détient 41,3% du capital aujourd'hui, y est numéro 1 de la grande distribution. Fortde son succès, Jean-Charles Naouri a été nommé représentant spécial pour les relations économiques avec le Brésil par Laurent Fabius. En lutte avec JEAN-CHARLESNAOURI Casino depuis des années, CASINO Carrefour cherche aujourd'hui un partenaire pour s'y dévelop-per. Et il a pensé à l'ancien patron de GPA, Abilio Diniz…
2
CARLOSGHOSN RENAULT
1
JEAN-DOMINIQUESENARDMICHELIN
Renault, qui produit au Brésil depuis quinze ans, s'y classe aujourd'hui cin-quième parmi les constructeurs, et possède un réseau de 250 points de vente. En 2012, le groupe avendu près de 250000 véhicules, soit une part de marché de 6,6%.Le PDG de l’Alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn, est le plus international des Brésiliens. Son grand-père, immigré libanais, avait choisi d'investir dans le caoutchouc à son arrivée.
7
JEAN-PAULAGON L'OREAL
10
3
Le groupe de Clermont-Ferrand exploite des plantations d'hévéas, dans le Mato Grosso et à Bahia. Il fabrique et vend également des pneus :l'Amérique du Sud représente 10% de sa recette mondiale (dont 70 %au Brésil).Le taux de motorisation étant de200 véhicules pour 1000 Brésiliens, contre 900 auxÉtats-Unis et 700 en France, Michelin a encore une belle marge de progression.
CARLOSTAVARES PEUGEOT
La première voiture à sillonner les (rares) routes du Brésil a été une Peugeot, importée à la fin e duXIXLa marque s'est siècle. officiellement établie dans le pays en 1990. En 2011, elle a annoncé un investissement de plus d'1 milliard d'euros sur 2010 - 2015. En 2013, PSA Peugeot Citroën avendu près de 125000 véhicules légers dans le pays.Un beau potentiel pour rattraper Renault.
Avec un chiffre d'affaires en hausse de 13,3 % en 2013,la filiale brésilienne arrive en tête des 146 pays où opère L'Oréal. Le groupe de cosmétique a investi cette année 65 millions d'euros pour l'agrandissement d'une usine, d'un centre de recherche et la construction d'un nouveau centre de distribution, pour satisfaire une demande croissante. Sur le milliard de nouveaux clients que Jean-Paul Agon veut conquérir sur les dix ans à venir, nombreux seront Brésiliens.
CHRISTOPHEDEMARGERIETOTAL
En obtenant 20% de Libra, le plus grand gisement présalifère du Brésil, au terme d'une adjudication, en octobre 2013, Total va accroître ses réserves et sa production.Cette victoire, qu'il partage avec Petrobras, Shell, et les chinois CNPC et Cnooc, renforce la présence de Total dans un pays où il était jusqu'alors quelque peu à la traîne.
5
8
11
BRUNOLAFONT LAFARGE
MICHELCOMBESALCATEL
LUCOURSEL AREVA
PARLYSIANE J. BAUDU
Présent depuis 1959, Lafarge, désormais leader dans un pays qui manque cruellement de logements,possède 10 unités de production de ciment, dans 7 États,d'une capacité totale de 7 millions de tonnes par an. Le groupe dispose également d'unités de production de béton et d'agrégats, ainsi que de centres d'exploitation minière.
Tandis que les fournisseurs de services transforment leurs réseaux télécoms pour faire face à la croissance du trafic, le Brésil est devenu l'un des grands marchés d'Alcatel-Lucent dans le monde.Présente depuis 1981 sur place, la société vient de signer un partenariat avec TIM Brasil (filiale de Telecom Italia Mobile) pour améliorer la couverture et la capacité des réseaux.
Areva aremporté en novembre 2013 un contrat de 1,25 mil-liard d'eurospour construire le troisième réacteur du site d'An-gra, seule centrale du pays, dans l'État de Rio. Il devrait être opé-rationnel en 2018. Un marché potentiel énorme, le Brésil tablant sur le nucléaire pour son développement. Areva Renewables Brazil est aussi présent en biomasse dans divers États producteurs de canne à sucre.
LysBaudu›RÉALISATIONASK MEDIA
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.