Comparaison des niveaux des prix de la construction dans 33 pays européens en 2005

De
Com paraison des niveaux des prix de la c onst ruc t ion dans 33 pays européens en 2005 Statistiques Cet article présente les principaux résultats d’une enquête sur les prix de la construction en 2005 dans 33 pays européens qui fait partie du programme Eurostat-OCDE « Parités de pouvoir d’achat » (PPA). 33 pays ont participé à en bref l’enquête: 27 États membres, les trois pays candidats: la Croatie, l’ancienne République yougoslave de Macédoine et la Turquie, ainsi que les trois pays de l’AELE: l’Islande, la Norvège et la Suisse. Cette enquête sur la construction, ainsi qu’une enquête sur les prix des biens d’investissement, a pour objectif de générer des PPA et des indices de niveau ECONOMIE ET FINANCES des prix (INP) pour la Formation brute de capital fixe (FBCF) pour les 33 pays susmentionnés. Cet agrégat est l’une des principales composantes du Produit 108/2007 intérieur brut (PIB). La FBCF comporte trois catégories de dépenses: « machines et équipements », « autres produits » et « construction ». Dans la plupart des États membres de l’Union européenne (UE), la construction Prix représente environ 10% du PIB. Les résultats de l’enquête sur les biens d’investissement font l’objet d’un autre numéro de Statistiques en bref. Auteur Carlos DÍAZ MURIEL Figure 1: Indices de niveau des prix de la construction (UE27=100), 2005 Contenu Indices de niveau des prix de la construction, 2005 .......................
Publié le : mardi 6 mars 2012
Lecture(s) : 1 004
Source : EU Bookshop, http://bookshop.europa.eu/
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Statistiques
en bref
ECONOMIE ET FINANCES
108/2007
Prix
Auteur
Carlos DÍAZ MURIEL
C
o
n
t
e
n
u
Indices de niveau des prix de la
construction, 2005 .......................2
INP de la FBCF 2005, total de la
construction
et
de
ses
composantes................................4
Dispersion des prix des produits
de construction ............................6
Com paraison des niveaux
des prix de la c onst ruc t ion
dans 33 pays européens en
2005
Cet article présente les principaux résultats d’une enquête sur les prix de la
construction en 2005 dans 33 pays européens qui fait partie du programme
Eurostat-OCDE « Parités de pouvoir d’achat » (PPA). 33 pays ont participé à
l’enquête: 27 États membres, les trois pays candidats: la Croatie, l’ancienne
République yougoslave de Macédoine et la Turquie, ainsi que les trois pays
de l’AELE: l’Islande, la Norvège et la Suisse.
Cette enquête sur la construction, ainsi qu’une enquête sur les prix des biens
d’investissement, a pour objectif de générer des PPA et des indices de niveau
des prix (INP) pour la Formation brute de capital fixe (FBCF) pour les 33 pays
susmentionnés. Cet agrégat est l’une des principales composantes du Produit
intérieur brut (PIB). La FBCF comporte trois catégories de dépenses:
« machines et équipements », « autres produits » et « construction ». Dans la
plupart des États membres de l’Union européenne (UE), la construction
représente environ 10% du PIB. Les résultats de l’enquête sur les biens
d’investissement font l’objet d’un autre numéro de Statistiques en bref.
Figure 1: Indices de niveau des prix de la construction (UE27=100), 2005

Fin de rédaction: 03.09.2007
Données extraites le: 28.06.2007
ISSN 1977-0332
Numéro de catalogue: KS-SF-07-108-FR-C
© Communautés européennes, 2007
2
St at ist iques e n bref
Economie et finances
108/2007
_______________________________________________

Indices de niveau des prix de la construction, 2005
Les indices de niveau des prix permettent de
comparer les niveaux des prix des différents pays par
rapport à la moyenne européenne: lorsque l’indice de
niveau des prix est supérieur à 100, le pays concerné
est relativement cher par rapport à la moyenne de
l’UE
et
vice
versa
(cf.
également
les
notes
méthodologiques).
La figure 1 ci-dessus reprend les INP 2005 de la
construction pour les 33 pays qui ont participé au
programme de comparaison. De manière générale,
les indices des pays nordiques sont les plus élevés
et ceux dans l’Europe de l’Est sont les plus bas,
notamment
ceux
de
l’ancienne
République
yougoslave de Macédoine et de la Bulgarie avec des
indices INP de 31 et 32 respectivement. Les pays de
l’Europe
du
Sud
se
situent
à
des
niveaux
intermédiaires.
Les pays participant à l’enquête ont communiqué des
prix pour trois types différents de projets de
construction: bâtiments résidentiels, bâtiments non
résidentiels et travaux de génie civil.
La catégorie des bâtiments résidentiels inclut les
bâtiments à un ou deux logements et les bâtiments à
résidences multiples.
Dans la catégorie des bâtiments non résidentiels, les
pays ont calculé les prix des bâtiments agricoles,
industriels, commerciaux et autres édifices non
résidentiels.
La catégorie génie civil comprend les infrastructures
de transport, les canalisations de toute nature, les
communications, les lignes électriques et les autres
travaux de génie civil. L’enquête 2005 sur la
construction a été effectuée au cours des mois de
juin et juillet 2005.
Les
indices
de
niveau
des
prix 2005
de
la
construction se répartissent selon les groupes de
pays présentés dans la figure 2.
Groupe 1 (>= 120):
Danemark (DK), Irlande (IE), Norvège (NO), Pays-
Bas (NL), Royaume-Uni (UK), Suède (SE) et Suisse
(CH)
(7)
Groupe 2 (>= 80 et < 120):
Allemagne (DE), Autriche (AT), Belgique (BE),
Espagne (ES), Finlande (FI), France (FR), Islande
(IS), Italie (IT) et Luxembourg (LU)
(9)
Groupe 3 (>= 60 et < 80):
Chypre (CY), Estonie (EE), Grèce (EL),
Hongrie
(HU), Lituanie (LT) et Portugal (PT)
(6)
Groupe 4 (>= 40 et < 60):
Croatie (HR), Lettonie (LV), Malte (MT), Pologne
(PL), République tchèque (CZ), Slovaquie (SK),
Slovénie (SI) et Turquie (TR)
(8)
Groupe 5 (< 40):
Ancienne République yougoslave de Macédoine
(MK
1
), Bulgarie (BG) et Roumanie (RO) (3)
Figure 2: Indices de niveau de prix de la construction (UE27=100), 2005
163
142
140
107
103
101
93
85
69
69
68
66
62
59
58
57
56
56
56
49
40
31
32
55
72
111
113
114
116
129
131
133
155
0
20
40
60
80
100
120
140
160
180
SE CH DK IE NO NL UK AT DE IS
FR
FI
BE LU ES
IT
EL CY HU EE LT PT HR MT TR LV
SI
SK CZ PL RO BG MK
G 1
G 5
G 2
G 3
G 4
EU15 = 108
EU25 = 85
EU27 = 80
________________________________________________
108/2007
Economie et finances
St at ist iq ues en bref
3

Ce graphique montre que les pays les plus chers – la
Suède (163) et la Suisse (155) – enregistrent des
prix de la construction d’un niveau cinq fois supérieur
à celui des pays les moins chers: Bulgarie (32) et
ancienne République yougoslave de Macédoine (31).
Les pays du groupe 1, les plus chers, sont pour la
plupart ceux d’Europe du Nord, alors que le
groupe 5, le moins cher, comporte deux nouveaux
États membres, la Roumanie et la Bulgarie, ainsi que
l’ancienne République yougoslave de Macédoine.
Le groupe 2 inclut les pays dont le niveau des prix de
la construction se situe entre -20% et +20% de la
moyenne de l’UE27. Ce groupe comprend surtout les
pays de l’Europe centrale et du Sud, bien que
l’Islande et la Finlande, avec respectivement un INP
de 113 et 107, en fassent également partie.
Les groupes 3 et 4 comprennent principalement les
dix pays ayant rejoint l’UE en 2004. La Grèce (72) et
le Portugal (62) sont cependant classés dans le
groupe 3, et la Croatie (59) et la Turquie (57) – pays
candidats – font partie du groupe 4.
Encadré 1: Quelques caractéristiques de l’enquête 2005 sur la construction
L’objectif de l’enquête sur la construction est la collecte de prix dans chaque pays pour établir une liste de
« devis quantitatifs ». Ceux-ci sont des projets fictifs ayant plusieurs chapitres ou éléments principaux (tels que
travaux de terrassement, de bétonnage, de maçonnerie, etc.), subdivisés ensuite en positions élémentaires
(par exemple les excavations, le remblaiement et le compactage de déblais, etc.). La raison pour laquelle
l’enquête sur la construction a recours à ces devis quantitatifs est qu’il est très difficile de trouver exactement le
même projet dans chacun des pays.
L’enquête sur la construction a été effectuée durant les mois de juin et de juillet. Les pays participants ont
collecté le prix des quinze devis quantitatifs de l’enquête 2005 (cf. encadré 2).
Les pays sont invités à collecter les prix d’achat correspondant aux devis quantitatifs, c’est-à-dire aux prix
effectivement payés par chaque composante élémentaire des quinze devis quantitatifs.
La collecte des prix a été effectuée par les instituts nationaux de statistiques, souvent assistés par des experts
externes du domaine de la construction.
À la fin de la collecte des prix, les pays avaient évalué 744 devis quantitatifs au total, compte tenu de leurs
variantes. Celles-ci sont indispensables parce qu’il existe une interaction étroite entre les matériaux utilisés et
les méthodes de construction mises en oeuvre (en fonction des régions, du climat, etc.). Les variantes relatives
à certains composants élémentaires (postes) sont incluses dans les devis quantitatifs afin d’améliorer leur
représentativité.
Les devis quantitatifs évalués par le plus grand nombre de pays en 2005 concernaient surtout les immeubles
de bureaux (30), les collecteurs d’égout (29), les hangars agricoles et les routes asphaltées (28 chacun). Les
devis quantitatifs évalués par le moins de pays sont les maisons nordiques (11), les routes bétonnées et les
bâtiments industriels/usines (14 chacun).
4
St at ist iques e n bref
Economie et finances
108/2007
________________________________________________

INP de la FBCF 2005, total de la construction et de ses composantes
Tableau 1: Indices de niveau des prix de la FBCF: construction et composants (UE27=100), 2005
PAYS
FBCF
Total
construction
Bâtiments
résidentiels
Bâtiments non
résidentiels
Travaux de
génie civil
Belgique
BE
99
103
105
100
106
Bulgarie
BG
52
32
29
31
46
République tchèque
CZ
71
55
45
57
74
Danemark
DK
125
142
162
127
123
Allemagne
DE
104
114
116
116
89
E
s
t
o
n
i
e
E
E
7
8
6
8
6
3
7
0
7
7
Irlande
IR
128
140
152
133
100
G
r
è
c
e
E
L
8
4
7
2
6
6
7
5
8
6
Espagne
ES
96
93
89
89
117
France
FR
109
111
113
112
102
Italie
IT
91
85
84
85
72
Chypre
CY
81
69
69
66
75
L
e
t
t
o
n
i
e
L
V
6
9
5
6
5
3
5
1
8
7
Lituanie
LT
74
66
63
61
85
Luxembourg
LU
100
101
103
97
114
Hongrie
HU
78
69
61
66
97
M
a
l
t
e
M
T
7
3
5
8
5
2
5
3
9
5
Pays-Bas
NL
113
131
140
122
115
Autriche
AT
107
116
117
114
117
Pologne
PL
65
49
39
51
70
Portugal
PT
78
62
54
65
75
R
o
u
m
a
n
i
e
R
O
6
0
4
0
3
3
4
1
6
5
S
l
o
v
é
n
i
e
S
I
7
0
5
6
4
9
5
8
6
9
Slovaquie
SK
73
56
52
56
67
Finlande
FI
105
107
107
107
108
Suède
SE
126
163
155
165
185
Royaume-Uni
UK
115
129
111
143
143
Croatie
HR
71
59
58
68
53
Ancienne république
yougoslave de Macédoine
MK
48
31
28
33
34
T
u
r
q
u
i
e
T
R
7
4
5
7
4
9
6
6
6
8
Suisse
CH
124
155
169
145
142
Islande
IS
111
113
124
101
123
Norvège
NO
124
133
136
129
135
Maximum
128
163
169
165
185
M
i
n
i
m
u
m
4
8
3
1
2
8
3
1
3
4
Max./Min.
265
526
604
532
544
________________________________________________
108/2007
Economie et finances
St at ist iq ues en bref
5

Le tableau 1 ci-dessus présente les INP de la
FBCF pour la construction totale et pour ses trois
principales composantes: bâtiments résidentiels,
bâtiments non résidentiels et travaux de génie
civil.
Les indices les plus élevés sont ceux de la
Suède, avec des INP maximaux de 163 pour le
total de la construction, 165 pour les bâtiments
non résidentiels et 185 pour les travaux de génie
civil.
La Suisse est le pays le plus cher pour les
bâtiments résidentiels avec un INP de 169.
L’ancienne
République
yougoslave
de
Macédoine enregistre l’INP le plus bas pour la
construction
totale
(31),
les bâtiments
résidentiels (28) et les travaux de génie civil (34),
tandis
que
l’INP
pour
les
bâtiments
non
résidentiels le plus bas est celui de la Bulgarie
(31).
Encadré 2: Catégories analytiques, positions élémentaires et devis quantitatifs de l’enquête 2005
Le schéma ci-dessous montre les devis quantitatifs par pays de l’enquête 2005 sur la construction ainsi que les
positions élémentaires et les catégories analytiques qui les regroupent. Les quinze devis quantitatifs et leurs
variantes comportent 261 chapitres (composantes principales) et 1 395 postes (composantes élémentaires).
I. Bâtiments résidentiels
1. Immeubles à un ou deux logements
a. Maison individuelle (pavillon)
b. Maison « portugaise »
c. Maison « nordique »
2. Immeubles à logements multiples
a. Appartement
b. Appartement (mise à jour)
II. Bâtiments non résidentiels
1. Bâtiments industriels
a. Usine
b. Usine (mise à jour)
2. Bâtiments commerciaux
a. Immeuble de bureaux
3. Bâtiments agricoles
a. Hangar agricole, remise
4. Autres bâtiments non résidentiels
a. École primaire
III. Travaux de génie civil
1. Infrastructures de transport
a. Route asphaltée
b. Route bétonnée
c
.
P
o
n
t
d. Pont (mise à jour)
2. Conduites
a. Égout principal
6
St at ist iques e n bref
Economie et finances
108/2007
________________________________________________

Dispersion des prix des produits de construction
Tableau 2: Coefficients de variation par sous-groupe de produits, 2005
Zone euro (ZE13)
UE15
UE27
Total des 33 pays
Total: Construction
24,4
23,6
39,8
41,8
Bâtiments résidentiels
29,5
27,0
45,5
47,9
Bâtiments non résidentiels
22,4
23,2
39,8
40,5
Travaux de génie civil
17,3
24,5
29,6
33,0
Le tableau 2 ci-dessus, fondé sur le tableau 1,
montre la dispersion des prix au sein de la zone
euro (ZE13), de l’UE15, de l’UE27 et des 33 pays
ayant participé au programme de comparaison.
Cette dispersion des prix a été mesurée, pour
chaque groupe de produits, par le coefficient de
variation, c’est-à-dire par l’écart type exprimé
comme pourcentage de la moyenne arithmétique
des INP des pays.
La dispersion la plus importante concerne les
bâtiments résidentiels avec un coefficient de
variation de 47,9% pour le groupe du total des 33
pays. La dispersion la plus faible pour cette
catégorie est celle de l’UE15 (27,0%).
Le sous-groupe des travaux de génie civil est celui
dans lequel les niveaux de prix sont les plus
homogènes. Dans cette catégorie, la zone Euro
présente, comme d’habitude, le coefficient de
variation le plus bas (17,3%), alors que la
dispersion la plus grande concerne à nouveau le
groupe total des 33 pays (coefficient de 33,0%).
En ce qui concerne la construction totale, la zone
euro affiche un coefficient de variation de 24,4% et
le groupe des 33 pays un coefficient de 41,8%.
Pour tous les sous-groupes, le tableau 2 montre
que la zone euro et l’UE15 enregistrent des
coefficients de variation relativement faibles, alors
que la dispersion est la plus grande dans l’UE27 et
dans le groupe du total des 33 pays. L’explication
est évidente: ce dernier groupe inclut à la fois les
pays ayant les INP les plus élevés et les plus bas.
Comme le montre le tableau 1: certains pays
comme la Suisse ou la Norvège ont des INP élevés
pour toutes les catégories, alors que d’autres
comme l’ancienne République yougoslave de
Macédoine et la Bulgarie ont des INP très bas pour
toutes les catégories.
________________________________________________
108/2007
Economie et finances
St at ist iq ues en bref
7

C
E
Q
U
I
L
F
A
U
T
S
A
V
O
I
R
N
O
T
E
S
M
É
T
H
O
D
O
L
O
G
I
Q
U
E
S
Les données de la présente publication viennent du
programme Eurostat-OCDE sur les Parités de pouvoir
d’achat (PPA). La méthodologie complète de ce
programme est décrite dans le manuel commun
Eurostat-OCDE sur l’établissement des PPA, disponible
gratuitement sur le site internet d’Eurostat:
Site web EUROSTAT/Page d'accueil/Economie et
finances/Publications/Eurostat-OECD
Methodological manual on purchasing power
parities
Les Parités de pouvoir d’achat (PPA) sont des taux de
conversion monétaires qui s’appliquent pour convertir
les agrégats économiques en monnaie nationale dans
une monnaie commune fictive, appelée « standard de
pouvoir d’achat » (SPA), qui égalise les pouvoirs
d’achat des différentes monnaies nationales.
Les indices de niveau des prix utilisés dans cette
publication correspondent au ratio entre les Parités de
pouvoir d’achat (PPA) et les taux de change. Ils
mesurent la différence des niveaux de prix entre pays
en donnant pour un groupe de produits déterminé le
nombre d’unités de la monnaie commune fictive
nécessaires pour acheter la même quantité du groupe
de produits ou de l’agrégat, dans chaque pays. Les
indices de niveau de prix (INP) permettent de comparer
les niveaux des prix des pays par rapport à la moyenne
communautaire. Lorsque l’INP est supérieur à 100, le
pays concerné est relativement plus cher que la
moyenne communautaire et vice versa.
Les indices de niveau des prix n’ont pas pour but
d’établir un classement strict des pays. En fait, ils ne
fournissent qu’une indication donnant un ordre de
grandeur comparatif des niveaux de prix dans un pays
déterminé par rapport aux autres, surtout quand ceux-ci
sont groupés autour d’un très petit nombre de résultats.
Le degré d’incertitude lié aux données de base sur les
prix et les méthodes utilisées pour élaborer les PPA
pourraient donner lieu à des différences mineures entre
les INP et provoquer des différences de classement, qui
ne seraient pas significatives d’un point de vue
statistique ou économique. Par conséquent, il est
préférable d’utiliser ces indices pour répartir les pays en
groupes de niveau comparable, comme dans le présent
article.
L’utilisation principale des PPA est de convertir les
dépenses (y compris le PIB) de différents pays en
dépenses réelles (et PIB réel). Ces dépenses sont
évaluées à un niveau de prix uniformisé et reflètent par
conséquent seulement les différences de quantités
achetées dans les pays. Les PPA et les dépenses
réelles fournissent les prix et les volumes nécessaires
aux comparaisons internationales.
Note 1
: MK est un code provisoire. Il ne préjuge en rien la dénomination définitive de ce pays. Ce nom sera
attribué à la fin des négociations actuellement en cours aux Nations unies.
Pour en savoir plus :
Données :
Site web Eurostat/Page d'accueil/Economie et finances/Données
Économie et finances
Indicateurs économiques principaux
Comptes nationaux (PIB compris)
Secteur des Administrations publiques
Comptes financiers
Taux de change
Taux d'intérêt
Statistiques monétaires et financières
Prix
Indices des prix à la consommation harmonisés (IPCH)
Indices des prix à la consommation, 1985=100
Coefficients correcteurs
Parités de pouvoir d'achat
Les journalistes peuvent contacter le service média
support :
Bâtiment BECH, Bureau A4/125
L - 2920 Luxembourg
Tel.
(352) 4301 33408
Fax
(352) 4301 35349
E-mail:
eurostat-mediasupport@ec.europa.eu
European Statistical Data Support :
Eurostat a mis en place, conjointement avec les
membres du "Système statistique européen", un réseau
de centres d’appui, qui couvrira presque tous les États
membres et certains pays de l’AELE.
La mission de ces centres sera d’aider et d’orienter les
utilisateurs qui se procureront des données statistiques
européennes sur l’internet.
Vous trouverez sur notre site internet des informations
sur
ce
réseau
de
centres
d’appui :
http://ec.europa.eu/eurostat/
Une liste des bureaux de vente dans le monde est disponible à :
l’Office des publications officielles des Communautés européennes.
2, rue Mercier
L - 2985 Luxembourg
URL:
http://publications.europa.eu
E-mail:
info@publications.europa.eu
Le présent numéro de Statistiques en bref a été rédigé avec l'aide de Paul Thomas (Davis Langdon LLP).
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.