- Darwin, pardonne-moi, mais je dois dire la verite !

De
Publié par

J`aurais voulu que ce texte fusse connu en 1994,apres avoir termine d`ecrire le livre,mais comme tout a son temps, je n`ai eu autre choix. J`ai du attendre jusqu`aujourd`hui,le 21.12.2012,le jour ou tout se redefinit au niveau de la conscience humaine.
Donc, a tous ceux qui ont cru et croient encore dans la theorie evolutioniste je dois leur dire : - Darwin, pardonne-moi, mais je dois dire la verite ! – Le concept evolutioniste ne fut qu`une manipulation !Le moment ou l`humanite, bon gre mal gre va passer dans une autre ere, est venu.J`ai choisi un fragment du texte dramatique ou mes personages sont sinceres et disent la verite, et aussi la reponse partielle a la question QUI SOMMES-NOUS, D`OU VENONS-NOUS ET VERS OU DEVONS-NOUS ALLER. ( si le texte ci-dessous te provoque a te poser la moindre question, alors je te permets de le recommander a d`autres personnes, parce que c`est vrai que le 21.12.2012 apporte un changement.
Publié le : mercredi 19 décembre 2012
Lecture(s) : 553
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins





FRAGMENT DU TEXTE DRAMATIQUE ,,VIVE ππ ”

J`aurais voulu que ce texte fusse connu en 1994,apres avoir termine d`ecrire le livre,mais comme tout a
son temps, je n`ai eu autre choix. J`ai du attendre jusqu`aujourd`hui,le 21.12.2012,le jour ou tout se
redefinit au niveau de la conscience humaine.
Donc, a tous ceux qui ont cru et croient encore dans la theorie evolutioniste je dois leur dire : - Darwin,
pardonne-moi, mais je dois dire la verite ! – Le concept evolutioniste ne fut qu`une manipulation !Le
moment ou l`humanite, bon gre mal gre va passer dans une autre ere, est venu.J`ai choisi un fragment du
texte dramatique ou mes personages sont sinceres et disent la verite, et aussi la reponse partielle a la
question QUI SOMMES-NOUS, D`OU VENONS-NOUS ET VERS OU DEVONS-NOUS ALLER. ( si
le texte ci-dessous te provoque a te poser la moindre question, alors je te permets de le recommander a
d`autres personnes, parce que c`est vrai que le 21.12.2012 apporte un changement.
...........................................................................................................................................................
..........
( les cris qui parviennent de l`exterieur du palais se sont amplifies en s`approchant)
SA MAJESTE : Tout ce que je desire maintenant est pouvoir donner le jour a cet enfant, l`embrasser au
moins une fois, l`entendre pleurer, apres quoi...
L`ADJOINT: Apres quoi, quoi, Majeste? Ni meme pas penser a cela ( sur de soi) .Nous retablissons
l`ordre et la discipline , nous defendons l`integrite et la souverainete !Nous ne pouvons laisser
toutes nos realisations aux mains de...On trouve les coupables et on les fusille poc-poc comme a
des chiens !
S.M. : Non, Adjoint ! On doit les laisser aller jusqu`au bout, c`est seulement comme ça qu`ils peuvent
s`identifier avec le passe !C`est seulement comme ça qu`ils vont montrer leur vrai visage. Ne leur
fait aucun mal !
A : Mais vous etes encore le Dirigent !
S. M. :Non Adjoint, tu te trompes...moi aussi, je me suis trompee ! Je ne fus pas le Dirigent, le furent les
autres. Ma coulpe fut de les avoir cru. Maintenant, je voudrais rester seule avec mon enfant ! Vous
etes libre, Adjoint. Va-t-en, souve ta peau , va-t-en !
A : Votre Majeste, je ne peux pas vous quitter Je n`en peux pas !...Laissez-moi rester aupres de vous
jusqu`au bout...jusque...
S.M. : ( perdue )...Pierre ! Pierre !
A.: Pardon ? Je ne m`appelle pas Pierre !
S.M. : Je le sais,Adjoint !Quand on l`a demande s`il avait connu le maitre ( d`ecole ) avant la
condamnation a mort de celui-ci, il a repondu qu`il ne sait pas, qu`il ignorait de qui il s`agit.
A.: Un escroc, un menteur, un profiteur !...Comment pouvez-vous croire, Majeste ,que je pourrais dire (
rage ) de telles choses ?
S.M. : Tu vas les dire, Adjoint ! Tu ne vas pas tarder a te debarrasser de moi, comme tous les autres.
A. : Plutot mort que...
S.M. : ( lui coupe brusquement la parole)..Ne dis pas de grandes paroles adjoint .Tout a un
commencement et un fin. Et n`oublie pas – l`histoire se repete, un autre commencement arrive, un
autre fin s`approche, ily en a qui viennent, il y en a qui s`en vont...
A. : ( pour soi ) C`est seulement l`histoire qui se repete toujours !
S.M. : Si cet enfant etait venu au monde plutot, cette fin aurait ete differente. Jusqu`aujourd`hui j`ai pense
en dirigent, maintenant je pense en mere...Mais tu ne peux pas savoir ce qui se cache dans les
trefonds d`une ame de mere, tu ne sais pas quelle couleur a l`amour, la tendresse, mais surtout la
haine...Cet enfant m`a sauvee, m`a ramenee a la vie, parce que jusque maintenant j`ai ete comme
morte. J`etais aveugle ( elle se caresse la ventre )...il m`a redonne la vue. J`etais sourde, il m`a redonne l`ouie. J`ai ete dirigent dans une periode ou je n`existais guere.Quel dommage que
maintenant, quand je suis nee, j`ai si peu de temps pour vivre.Peut-etre c`est la volonte du bon
Dieu !
A. : ( ebahi) C`est a dire 999 ??!!
S.M. : Oui, c`est ca, Adjoint !
A. : Mais vous disiez que ça n`existe pas !
S.M. : Ca existe, Adjoint, ça existe ! Il y en a partout, il y a eu, il y en a et il y en aura. Sa presence me
comble, c`est si pres ( elle pleure ) et, en meme temps si loin ( elle parle pour elle –meme) ,,Aimer
ton proche comme a toi-meme ’’.Je l`ai sue, cette chose et je l`ai ignoree. Maintenant il est trop
tard, qui pourra me croire ?
A. : Moi, Majeste, moi !
S.M. : Je te remercie, Adjoint, et si tu le peux, pardonne-moi pour mon comportement anvers toi et pas
seulement...Maintenant, je te prie, si ça ne te derange pas...Je voudrais rester seule.Je dois me
soulever le tablier...Ohhh...ohh...
A. : Ou aller et que faire, Majeste ? Je ne connais personne.
S.M. : Bah, tu vas faire des connaissances. Tu vas connaitre ou tu seras connu.
A: Comment, Majeste ?
S.M. :Ecoute-moi. Tu as entendu parler d`un tel Darwin ?
A.: Non. Mais si. Il me semble que ce Pope, le moine, disait quelque chose d`un tel...
S.M. : Non, non. Celui-ci est David. C`est autre chose.Celui dont je te parle est celui qui dit que l`homme
descend du singe.
A. : Et ce n`est pas vrai ? C`est comme ca qu`ils nous ont dit a l`ecole.
S.M. : ( a une sort de vision) Non. Nous avons accepte le mensonge. Les hommes sont des anges tombes
, qui n`ont rien en commun avec les animaux. Antan nous avions des ailes, nous volions.Et tu dois
devoiler cette verite.
A.: Qui pourra me croire, Majeste, et comment pourrais-je le temoigner?
S.M. ( les yeux vers le haut, halucinante).Les poux.
A. : Les poux ?
S.M. : Et les puces.
A. : ( ne comprenant rien, repete ) Les poux et les puces ?
S.M. : Ce sont deux mondes totalement differents. Par ça, tu peux temoigner que nous pouvons voler.
Que nous, antan, nous avions des ailes, et que le parent le plus proche de l`homme, ce n`est pas le singe,
mais les poux et ce sont les oiseaux qui ont des poux. Par consequence les hommes aussi peuvent
voler.N`oublie pas : chaque race ailee peut etre identifiee selon ses poux ,comme chaque animal selon ses
puces. Donc nous, les hommes, nous avons nos poux.
A. : Et les animaux leurs puces.
S.M. : Bravo ! Il y en aura beaucoup qui se vanteront que c`est leur decouverte, la technique va les aider
et toi, tu vas etre exclu. N`aie pas peur quand ils vont confirmer avec leur ADN. Laisse-les et, quand ils
seront courones, toi,tu...
(elle tousse, elle ne peut plus parler, lui fait signe de s`approcher et lui chuchote a l`oreille)
A. : ( effraye) C`est a dire... je pourrai...
S.M. : Toi aussi.Tu es homme. Plus precis, tu es le seul homme qui a acces a ce qui s`appelle ,,
L`Experiment Terre.”N`oublie pas ce que je t`ai dit : un nouveau commencement arrive...( elle sort une
poupee) une autre fin s`approche.
A. : ( se retire en pleurant).Vous me manquerez, Majeste ( il pleure, les cris sont plus claires et plus
proches)
S.M. : ( chante doucement pour l`enfant, ,,cucule, pasare sura”,envers l`adjoint). Ne pleure pas...Voila, je
te laisse l`enfant. Tiens ! Attention! Va-t-en ! ( les cris sont encore plus proches, l`adjoint prends l`enfant
et s`enfuit)
se poate identifica după puricii lui. Prin urmare, noi oamenii avem păduchii noştri.
SCENE VIII

S.M. : seule, puis un Soldat, plus tard un Capitaine, un Juge et un Procureur.
S.M. : (seule, a la voix tremblante)...Maman te soignera ! Je serai avec toi ! Tant que j`existerai...( en
pleurant )...Ne pleure pas! ( les cris sont, maintenant, tres proches )...Par ici ! Et n`aie pas peur,
maman est avec toi !
( brusquement s`ouvre une porte et un soldat entre )
LE SOLDAT : ( emu et tres effraye)...Arrete ! Haut les mains ! Je l`ai ! Elle est ici ! Je l`ai ! Si tu
bouges...je te fais sauter la cervelle ! En aide ! En aide !Ou 666 etes-vous,hein, moi je l`ai !( crie
encore plus fort) .Je l`ai !
( desespere et effraye ouvre le feu sur elle. Apres un court moment de panique, le capitaine essaye retablir
l`ordre)
LE CAPITAINE : (hurlement)...Cessez le feu ! Ne tirez plus !
LE SOLDAT : (calme,visiblement affole)...Victoire ! Camarade capitaine ! Nous avons vaincu !Nous
sommes libres, nous avons vaincu !
LE CAPITAINE : ...Bravo a toi, soldat, la patrie te sera reconnaissante ! Tu es avance lieutenant !
LE SOLDAT : (heureux) Je suis...( etonne)...lieutenant ?...Quand ma mere l`apprendra, et
papa...Lieutenant !
LE JUGE : ( sort un pistolet et tire sur le soldat )...Post mortem !

..........................................................................................................................................................

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.