la mise a niveau de l'entreprise au maroc

De
Publié par

Ecole: L’INSTITUT SUPERIEUR D’INFORMATIQUE AP
Niveau: BAC + 1
ce travail est résumé tous les difficultés face a la mise a niveau des entreprises marocaine -(le programme national de la mise a niveau ;le programme meda, .......) également les difficulté de L'investissement au Maroc ....
Publié le : samedi 19 février 2005
Lecture(s) : 662
Nombre de pages : 27
Voir plus Voir moins
NMIA Adil
Date de création :01.01.2005 Date de dépôt :19.02.2005 Niveau :BAC + 1
la mise a niveau de l'entreprise au maroc
Copyright © NMIA Adil Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the GNU Free Documentation License, Version 1.2 or any later version published by the Free Software Foundation; with no Invariant Sections, no Front-Cover Texts, and no Back-Cover Texts. A copy of the license is included in the section entitled "GNU Free Documentation License".
sommaire
   Introduction .......................................................................................................................................... 2 Programme national de mise à niveau de l'entreprise ...................................................................... 4 1- Mesures d'appui à l'environnement immédiat des entreprises :............................................... 4 2/ Le développement de service de soutien aux entreprises ....................................................... 5 3/ Mesure d'appui direct aux entreprises...................................................................................... 5 CARTOGRAPHIE DES PRINCIPALES COOPERATIONS INTERNATIONALES .................. 9 Programme MEDA .......................................................................................................................... 9 1) OBJECTIF ............................................................................................................................... 9 2) ACTE ....................................................................................................................................... 9 3) SYNTHÈSE ........................................................................................................................... 10 4) MESURES D'APPLICATION .............................................................................................. 12 1) Le diagnostic stratégique global ................................................................................................ 14 2) le plan de mise à niveau............................................................................................................. 15 Conclusions :.................................................................................................................................. 17  
 
1
 Introduction
 Dans un contexte international marqué par une forte avancée de la mondialisation, l'attractivité des investissements est devenu l'enjeu d'une réelle compétition à l'échelle international pour faire face à cette situation, et assurer son développement économique et social, notre pays a fait de la promotion des investissements le support stratégique de la politique de croissance économique et de promotion de l'emploi.  La lettre royale du 9 janvier 2002 adressée par notre auguste souverain sa majesté le roi Mohamed VI que dieux l'assiste au Premier ministre, a constitué la manifestation suprême de la volonté de faire de la politique de promotion des investissements une préoccupation prioritaire de notre pays.  Le Maroc a entrepris un important programme d'ouverture et de redressement des équilibres macro-économiques, sur l'adaptation et la modernisation du dispositif législatif et réglementaire ainsi que sur les réformes de structure pour l'amélioration de l'environnement économique. Vu que la globalisation de l'économie mondiale, d'une part, et l'adhésion du Maroc à l'OMC et son association, actuelle et future, à plusieurs groupements économiques régionaux (UE, AELE...) et à ses partenaires sud- méditerranéens, d'autre part, offrent à l'économie marocaine d'indéniables opportunités tout en constituant un nouveau chalenge.  A cet égard, le Maroc a signé plusieurs accord de libre échange avec l'accord du GAT et un des groupements régionaux comme (UE, AELE...) et pays partenaires (Tunisie, Egypte...), qui supposent le démantèlement de toutes les barrières tarifaires et non tarifaires aux échanges des produits industriels. Compte tenu du fait que la meilleure façon de réussir l'intégration de notre économie à l'économie mondiale et de tirer meilleur profit des nouvelles données, suppose davantage d'ouverture et de compétitivité de l'économie marocaine. Les pouvoirs publics, en étroite concertation avec les opérateurs privés, ont initié, lors de ces dernières années, un programme cohérent de réforme. Celle ci, matérialisées par un ensemble de mesures, perpétue le principe de l'amélioration continue de l'environnement général des affaires et consacrent le secteur privé comme principale secteur de développement.  Ces mesures ont porté particulièrement, outre le parachèvement de la réponse du secteur financière sur le cadre juridique des affaires. Elles se sont également, traduites par l'amorce de l'ouverture des services publics et d'infrastructure au privé. L'effort sera poursuivi et étendu à la réforme de l'administration, afin qu'elle joue pleinement sont rôle dans le développement socio-économique et qu'elle soie réellement au service des usagers, et notamment, de l'entreprise.  Un intérêt particulier sera accordé au développement des ressources humaines, qui constituent un facteur déterminant dans la compétitivité de l'entreprise. Dans ce sens, il aura procédé à la réforme des systèmes d'éducation et de formation en vu d'une meilleure opération formation-besoin du marché et portant, contribuer à la promotion de l'emploi, principale priorité des pouvoirs publics. La démarche participative des pouvoirs publics et du secteur privé a permis de mettre en place, de manière concertée, un programme national de mise à niveau, global et pluriel, en ce sens qu'il porte à la fois sur l'appui directe aux entreprises et sur la mise à niveau et la modernisation de l'environnement général des affaires. Alors dans qu'il mesure ce programme permettre aux entreprises marocaines d'être compétitif et comment les coopérations qui sont accordées par le Maroc avec les payés développés pouvant mettre les entreprise marocaine à niveau.  2
      L'économie marocaine a connu depuis plus de deux décennies d'importantes évolutions, caractérisées par une libéralisation accentuée visant l'intégration de nos marchandises à l'économie mondiale.  A cet égard le Maroc a signé plusieurs accords de libre échange avec des groupements régionaux (Union européenne) et pays partenaires (Tunisie, Egypte...) qui supposent le démantèlement de toutes les barrières tarifaires et non tarifaires aux échanges des produits.  Le processus de l'ouverture progressive de l'économie marocaine devra traduire par une modification et un élargissement de l'environnement concurrentiel des entreprises industrielles, contraintes à déployer des efforts particuliers d'adaptation et de restructuration visant le maintien de leurs avantages compétitifs et leur positionnement sur de nouveau marchés.  capacités de production et de hisser lesLa mise à niveau de l'entreprise consiste à renforcer les entreprises au niveau de la concurrence internationale pour améliorer durablement leur compétitivité. A cette raison, le gouvernement marocain dépose un programme qui permet de hisser l'entreprise marocaine au niveau de la concurrence internationale.                                
 
3
Programme national de mise à niveau de l'entreprise Le programme de mise à niveau comprend un ensemble des mesures complémentaires ou d'accompagnement à mettre en oeuvre aussi bien au niveau de l'entreprise qu'au niveau de l'environnement des affaires. Ainsi, le programme national de mise à niveau a pour objectif de soutenir la dynamique de restructuration, de compétitivité, d'intégration et de développement des entreprises. Il est à souligner que les pouvoirs publics ont initié lors des dernières années un ensemble des mesures au perpétuent le principe de l'amélioration continue de l'environnement général des affaires et qui ont porté particulièrement. Outre, le parachèvement de la réforme du secteur financier sur le cadre juridique et institutionnel des affaires et la réduction des coûts de facteurs. Elles se sont également traduites par l'amorce de l'ouverture des services publics et d'infrastructure au privé et la réforme du système d'éducation et de formation.  1- Mesures d'appui à l'environnement immédiat des entreprises : D'abord, il est évident que la réussite du programme nationale de mise à niveau de l'entreprise demeure également, tributaire des nécessaire mobilisation d'important moyen techniques, humains et financiers, en égard aux délais impartis pour la concrétisation des différentes composantes retenues. C'est dans cet esprit qui a eu procédé à diversifier les sources de financement en mobilisant de manière anticipée des ressources budgétaires importantes combinées à celles prévues dans le cadre de la coopération internationale, ainsi bien bilatérale que multilatérale.  1-1 : Programme de renforcement de l'infrastructure d'accueil : Ce programme consiste à la mise en place d'une infrastructure d'accueil industrielle moderne et adoptée à l'implantation. Voir à la délocalisation des projets industriels dès lors qu’indisponibilité d'une infrastructure de qualité et à des prix compétitifs constituait l'un des principaux handicapes à l'acte d'investir. Ainsi, un programme prioritaire d'aménagement de nouveaux sites industriels et de réhabilitation de zones existantes, d'un montant global de 315 millions de DH au titre du budget du département du commerce et de l'industrie a été arrêtée dans le cadre du plan de développement Economique et social 2000 – 2004, la réalisation deces projets est menée dans le cadre d'une vision rénovée privilégiant le partenariat entre l'Administration et les opérateurs du secteur privé et favorisant le partage des responsabilités et la promotion de l'initiative privée. De même se faisant l'écho des besoins pressants en lots aménagés exprimés par les investisseurs tant nation aux qu'étrangers, le fonds Hassan II pour le développement Economique et social contribué à hauteur de 205 millions de dhs a la prise en charge de l'aménagement de nouvelles zones et a la réhabilitation des infrastructures d'accueil défaillantes, induisant ainsi une offre globale d'environ 335 Ha dont l'impact Socio-économique attendu se chiffre à plus 19 Milliards de DH d'investissement et plus de 71.000 nouveaux emplois  1-2 . Renforcement de l'infrastructure technologique  Ce programme, doté d'un montant global de prés de 300 millions de DH ,dont prés de la moitié prise en charge par le Maroc est en cours de mise en oeuvre a fin de permettre aux entreprises de répondre aux exigences internationales en matière de norme et de qualité et d'être à l'écoute des évolutions technologiques. Ainsi le Département du Commerce et de l'Industrie a contribué à la création, dans une première phase, de quatre centres techniques industriels, érigés en associations a but non lucratif et gérés par les professionnels des secteurs concernés.
 
4
Cependant, le démarrage effectif de ces centres a enregistré un léger retard dans la mise a la disposition de ces centres, des secteurs de plasturgie et du caoutchouc, du transport, du bois et de l'ameublement. De la chimie et de cuir, Par ailleurs, le Département du Commerce et de l'industrie oeuvre en étoile concentration avec le secteur privé, pour la mise en place d'institution responsable de la promotion de la qualité, de l'accréditation, de la normalisation, de la certification et la création de laboratoire d'étalonnage.  Les associations professionnelles seront appelées à jouir un rôle plus important dans la mise en application des différentes mesures du programme de mise à niveau. Ainsi, est-il impératif de les doter des moyens matériels et humains nécessaires. Dans ce cadre, les efforts seront focalisés sur : Le renforcement des missions de représentation, de défense des intérêts et de concentration entre les adhérents de ces associations.  2/ Le développement de service de soutien aux entreprises  L’intervention en tant qu'interface, entre les entreprises et les opérateurs économiques concernés, Dans les domaines liés à la mise à niveau ( formation, qualité, normalisation, technologie, environnement. Pour leur part, les chambres professionnelles sont appelées à accompagner l'entreprise tant au long de son processus de mise à niveau. A cet effet, il importe qu'elles jouent pleinement leur rôle d'instrument de mobilisation, d'assistance et de promotion c'est dans ce sens que le statut de ces chambres a été récemment révisé pour leur permettre d'accomplir efficacement leur niveau. Ainsi ce programme de soutien aux associations professionnelles daté de 65 millions de DH.  Dont 30 pris en charge par l'union européenne en opérationnel depuis le début de cette année, qui sera marquée par le lancement d'opération pilotes en faveur de 4 associations professionnelles en tant qu'interface entre les entreprises et leurs différentiels interlocuteurs, en vue de relayer l'administration dans l'assistance, l'encadrement, la représentation et l'orientation des entreprises. En vue de pallier le retard pris dans la concrétisation de ce programme dans le cadre MEDA 1 des projets « inter maire » est en cours de mise en ouvre dans le cadre de la coopération technique maroco-allemande et dotés d'un budget de 30 millions DH, et qu'il a trait au renforcement de l'association marocaine des Industries textiles et de l'habilement, de la fédération des matériaux de construction et de l'association marocaine du conseil de l'ingénierie.  3/ Mesure d'appui direct aux entreprises  Le programme national de Mise à niveau de l'entreprise consacre également un grand intérêt à l'appui direct aux entreprises, en tant que contribution à la réalisation des investissements matériels concernant, une amélioration de leur compétitivité et à la réalisation des investissements immatériels souvent perçus comme des investissements «non patrimoniaux»  3 -1- Mécanisme de financement des investissements de mise à niveau :  En égard à l'importance de l'effet financier requis pour la modernisation de l'outil productif qui ne peut pas être couvert uniquement par les ressources propres des entreprises principalement les PME /PMI. Impactées par le démantèlement tarifaire, un mécanisme de financement a été mis en  
5
place dans le cadre du programme Nationale de Mise à niveau.  3-1-1- Fonds de garantie.  En vue de faciliter l'accessibilité aux financements bancaire, il a eu procédé en anticipant sur les fonds MEDA prévus dans ce cadre, à la mise en place d'un fond de garantie pour la mise à niveau (FOGAM), daté de 100 millions de DH dans le cadre du soutien des pouvoirs publics aux entreprises dans leur effort de mobilisation de fonds pour leur mise a niveau, cette initiative est aujourd'hui consolidée par une ligne de garantie des investissements de mise a niveau mobilisé auprès de l'agence française de Développement pour un montant globale de 200 millions de FF, ces fonds constituent un important effet de levier en ce sens que l'investissement global de mise a niveau inédit par ce mécanisme est estimé après de 5 milliards de DH environ, ce dispositif de garantie sera un incessamment renforcé, au cours, de l'année 2002 par la contribution de l'UE de 30 millions d'Euro  3-1-2- Capital – risque Dans le but de contribuer aux renforcement des ressources propres des entreprises, engagées dans le processus de mise a niveau et de supplier l'insuffisance de leur capacité d'autofinancement, une ligne de financement en capital – risque de 450 MDHa été mobilisés dans le cadre de programme MEDA, aux quels s'ajoutent des ressources similaires du secteur financier, l'effet de levier attendu de ce mécanisme est fort prometteur dans la mesure où l'investissement global de mise a niveau facilité par ce mécanisme se situerait aux alentours de 7 milliards de DH  3-1-3- Crédit bancaire spécifique à la mise à niveau :  il convient de rappeler à cet égard, l'engagement de système bancaire exprimé à l'occasion de la déclaration de mise à niveau, a soutenu l'entreprise dans son processus de restructuration compétitive en mettant en place des lignes de crédit spécifique à la mise à niveau. De même, plusieurs lignes de crédits concessionnels sont dédiées à la mise à niveau, il s'agit notamment de la ligne française PME/PMI la ligne espagnole PME/PMI, la ligne italienne pour le partenariat. Par ailleurs, la mise en place du fonds de Dépollution industrielle est à même de revoler aux opérateurs concernés la rentabilité des mesures proventives et volontaires de dépollution et d'utilisation des Technologies propres. 4/ Assistance technique aux entreprises Pour permettre aux entreprises de réaliser les diagnostics stratégiques et la mise en oeuvre des plans d'affaires, le centre Euro Maroc Entreprise, doté de 220 MDH, qui a, certes, connu des difficultés de démarrage, est désormais doté d'un mode opératoire souple et adapté aux besoins des entreprises et a même de prendre en charge partiellement les frais y afférent. En outre, dans le cadre de son plan opérationnel. Euro Maroc Entreprise a déjà identifié un ensemble d'actions groupées de mise à niveau des entreprises avec notamment l'AMITH, L'AMICA, la FIMME, l'AZIT au titre de la période 2002-2004. Parallèlement, plusieurs projets de coopération, sont mis en oeuvre pour répondre aux besoins des entreprises en matière d'assistance technique, A ce titre, il y'a lieu de citer particulièrement : Le projet de coopération marocco-allemande, qui permet l'accompagnement des PME dans leur démarche de mise à niveau dans les secteurs du textile-habillement et des matériaux de construction. Le projet de la coopération avec l'ONUDI, qui a contribué à appuyer la mise à niveau et  
6
l'amélioration de la compétitivité de certaines entreprises agroalimentaire. maroco-suédoise, qui a permis de lancer un programme de promotionLe projet de la coopération et de développement de système de gestion de la maintenance industrielle au sein des entreprises. En autre, Un programme d'accompagnement de plus de 200 entreprises à la démarche d'assurance qualité voir leur assistance jusqu'à la certification des entreprises a été en 2002.  5/ Développement des ressources humaines En égard à l'intérêt porté à la mise à niveau des ressources humaines au Maroc, un programme de développement de la formation continue a été mis en oeuvre en vue de mettre à niveau le système de la formation professionnelle et de répondre aux besoins en formation continue des entreprises, il s'agit particulièrement de : La création des groupements interprofessionnels d'assistance et de conseil (GIAC), qui prodiguent une assistance technique et financière aux entreprises pour l'identification et l'expression de leurs besoins en compétences, et la mise en place des Contrats Spéciaux de Formation comme outils de mise en oeuvre et de financement des plans et actions de formation des entreprises. Ce dispositifs s'est renforcé, au titre du programme MEDA 1 par la mise en oeuvre d'un projet, d'un montant global de 380 DH, destiné à appuyer principalement la mise à niveau du système de la formation professionnelles. De même, l'union Européenne vient d'accorder 500 MDH au titre du programme MEDA II, en vue de soutenir le développement qualitatif en compétences dans les secteurs du Textile, du Tourisme et des nouvelles technologies d'information, de manière à contribuer au développement de ces secteurs et à drainer de nouveaux investissements.  6/ Fonds Hassan II par l'appui direct aux entreprises Dans le cadre de la mise en oeuvre du fond Hassan II par le Développement Economique et Social, une enveloppe budgétaire globale de près de 600 MDM est allouée au soutien du développement des secteurs à fort potentiel du développement et d'exportation, par la mise en charge partielle du coût du terrains et bâtiments industriels. Le choix des branches industrielles bénéficiaires procède d'une vision stratégique basée sur la valorisation des potentialités des secteurs du textile-habillement, de l'électronique, de la transformation du cuir et de la sous-traitance automobile. Il s'agit de répondre, à titre d'illustration, a l'intégration totale de la filière du secteur textile-habillement pour améliorer sa compétitivité et à la densification du tissu des équipements, en vue de prérentrée l'activité du montage automobile au Maroc. 7/ Crédits a la mise a niveau Le système bancaire marocain s'est engagé à soutenir l'entreprise dans son processus de restructuration compétitive en mettant à sa disposition un financement spécifique aux opérations de la mise à niveau conditions d'éligibilité 1.avoir un total avant investissement n'excédant pas40.000.000dh et un programme de mise à niveau dans la limite de20.000.000dh 2.présenter un diagnostic et un plan d'affaires Quantum de financement:le crédit à la mise à niveau peut financer jusqu'à 70%du projet  Durée du crédit :5 à 12 ans avec un différé d'amortissement de trois ans au maximum,  Taux d'intérêt des créditsvigueur le plus bas, à, la date de: taux de base bancaire (TBB) en
 
7
megagne sed stne  dson f
8
 
 signature du contrat .  Déblocage des crédits  propres et fonds quasi-propres.
 
tnemxua nnoiellero prtpoenmmett occnruer :
 CARTOGRAPHIE DES PRINCIPALES COOPERATIONS INTERNATIONALES   Plusieurs projets de coopérations bilatérales et multilatérales sont mis en oeuvre par ce département pour appuyer le processus de mise à niveau , dont notamment : Le programme MEDA,un instrument financier de partenariat Euro Méditerranéen pourqui est l'appui à la transition économique des pays Sud Méditerranéens , et qui contribue à financier un programme d'appui au secteur privé marocain. Le projet de coopération Maroc-Français ,qui a contribué à l'appui à la création des centres techniques industriels. Le projet de coopération Maroc-Allemande«TAAHIL AL MOKAWALAT»qui vise ,en plus du renforcement de la cellule de mise à niveau au sein du Ministère , à concrétiser des actions de restructuration des entreprises par le biais , de l'Association marocaine des Industries Textiles et de l'Habillement , de la Fédération des Matériaux de Construction et de l'Association marocaine du Conseil et d'Ingénierie. Le projet de la coopération Maroco-Suédois ,qui a permis de lancer un programme de promotion et de développement de système de gestion de la maintenance industrielle au sein des entreprises. Le projet de la coopération Maroco-Suisse , qui a permis de mettre en place le Centre National de Production Propre. Le projet de coopération avec l'ONUDI ,à appuyer la mise a niveau etqui a contribué l'amélioration de la compétitivité de certaines entreprises agroalimentaires.  
Programme MEDA
 1) OBJECTIF  Mettre en œuvre les mesures de coopération destinées à aider les pays tiers méditerranéens à procéder à des réformes de leurs structures économiques et sociales et à atténuer les effets du développement économique sur le plan social et environnemental. 2) ACTE  Règlement (CE) n° 1488/96 du Conseil du 23 juillet 1996 relatif à des mesures d'accompagnement financières et techniques (Meda) à la réforme des structures économiques et sociales dans le cadre du partenariat euro- méditerranéen [Journal officiel L 189 du 30.07.1996]. Modifié par les actes suivants : Règlement (CE) n° 780/98 du Conseil, du 7 avril 1998 [Journal officiel L 113 du 15.04.1998] Règlement (CE) n° 2698/2000 du Conseil, du 27 novembre 2000 [Journal officiel L 311 du 12.12.2000].
 
9
3) SYNTHÈSE  Le règlement MEDA constitue le principal instrument de la coopération économique et financière du partenariat euro- méditerranéen. Il permet à l'Union européenne (UE) d'apporter une aide financière et technique aux pays du sud de la Méditerranée. Il s'agit des pays suivants : Algérie, Chypre, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Malte, Maroc, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie et Turquie. Le programme MEDA se substitue aux différents protocoles financiers bilatéraux existants avec les pays du bassin méditerranéen. Il s'inspire des programmes PHARE et TACIS, notamment en matière de transparence et d'information. Une ligne budgétaire est instituée pour assurer le financement de ce programme. MEDA visent à réaliser les objectifs du partenariat euro-Les interventions du programme méditerranéen dans ses trois volets : le renforcement de la stabilité politique et de la démocratie; mise en place d'une zone de libre-échange euro- méditerranéenne et le développement de lala coopération économique et sociale; la prise en compte de la dimension humaine et culturelle. Actions soutenues la transition économique des pays tiers méditerranéens (PTM) etLe programme MEDA soutient la réalisation d'une zone euro-méditerranéenne de libre-échange en appuyant les réformes économiques et sociales pour la modernisation des entreprises et le développement du secteur privé en mettant tout particulièrement l'accent sur : moyennes entreprises (PME) et la création d'emplois ;l'appui aux petites et l'ouverture des marchés ; de la coopération industrielle et des échangesl'encouragement des investissements privés, commerciaux entre les différents partenaires ; la mise à niveau des infrastructures économiques, y compris les systèmes financiers et fiscaux ; la consolidation des grands équilibres financiers et la création d'un environnement économique propice à l'accélération de la croissance (soutien à l'ajustement structurel). Le programme MEDA soutient également un développement socio-économique durable notamment à travers: des populations à la conception et à la mise en oeuvre dula participation de la société civile et développement ; l'amélioration des services sociaux (éducation, santé, habitat social, eau, ...) ; le développement harmonieux et intégré du monde rural comprenant le développement agricole ; de la démocratie, des droits de l'homme et de l'État de droit ;le renforcement la protection et l'amélioration de l'environnement ; la mise à niveau des infrastructures économiques notamment dans les secteurs du transport, de l'énergie et de la société de l'information ; la promotion des échanges de jeunes et de la coopération culturelle ; le développement des ressources humaines (formation professionnelle, amélioration de la recherche scientifique et technologique). Par ailleurs, MEDA soutient la coopération régionale, sous-régionale et transfrontalière notamment par : et le développement des structures de coopérations régionales entre les PTM etla mise en place entre ces pays, l'UE et ses États membres ; la mise en place des infrastructures nécessaires aux échanges régionaux dans les domaines des transports, des communications et de l'énergie ; les échanges entre les sociétés civiles de la Communauté et des PTM dans le cadre de la coopération décentralisée à travers la mise en réseau des acteurs de la société civile (universités, collectivités locales, associations, syndicats, médias, entreprises, organisations non gouvernementales, etc.). règlement insiste sur la nécessité de prendre en compte dans la programmation et laLe présent
 
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.