Approvisionnement électrique. L'Europe sous tension - Rapport d'information sur la sécurité d'approvisionnement énergétique de la France et les moyens de la préserver. : 2

De
Le rapport présente dans sa première partie la production d’électricité nécessaire à la France et à l’Europe. Il s’interroge sur une possible pénurie en Europe en 2020, propose de diversifier le bouquet énergétique de la France et pose la question de l’établissement des prix de l’électricité.
Il étudie dans sa seconde partie la fiabilité de l’acheminement de l’électricité aux consommateurs (fragilité des réseaux de transport et de distribution d’électricité), il décrit le maillage électrique en France et en Europe et présente de nouveaux équilibres pour harmoniser les règles de sûreté concernant le transport d’électricité au niveau européen.
Il expose dans sa troisième partie les moyens envisagés pour maîtriser la consommation d’électricité : amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments, renforcement de l’utilisation des équipements vertueux, aide à l’évolution des comportements des consommateurs.
Le second tome est consacré aux auditions et déplacements de la mission d'information.
Billout (M), Deneux (M), Pastor (Jm). Paris. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0061464
Source : http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0061464&n=14789&q=%28%2Bdate2%3A%5B1900-01-01+TO+2013-12-31%5D%29&
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 492
Voir plus Voir moins

N° 357

SÉNAT
SESSION ORDINAIRE DE 2006-2007

Annexe au procès-verbal de la séance du 27 juin 2007




RAPPORT D’INFORMATION





FAIT


au nom de la mission commune d’information (1) sur la sécurité
d’approvisionnement électrique de la France et les moyens de la préserver,



Par MM. Michel BILLOUT, Marcel DENEUX et Jean-Marc PASTOR,
Sénateurs.

Tome II : Auditions et déplacements









(1) Cette mission commune d’information est composée de : M. Bruno Sido, président ;
MM. Gérard Longuet, Pierre Laffitte, vice-présidents ; M. Michel Esneu, Mme Nicole Bricq, secrétaires ;
MM. Jean-Marc Pastor, Marcel Deneux, Michel Billout, rapporteurs ; M. Jean-Paul Amoudry,
Mme Marie-France Beaufils, MM. René Beaumont, Gérard César, Éric Doligé, Claude Domeizel, Philippe
Dominati, Ambroise Dupont, Serge Lagauche, Mme Élisabeth Lamure, MM. Dominique Mortemousque,
Jackie Pierre, Xavier Pintat, Daniel Raoul, Thierry Repentin, Henri Revol, Michel Sergent, Jacques
Valade, André Vallet, Mme Dominique Voynet.



Énergie.
- 2 - - 3 -
SOMMAIRE
Pages
AUDITIONS .................................................................................................................................. 5
AUTORITÉS ET ÉTABLISSEMENTS PUBLICS........................................................................ 5
M. François Loos, ministre délégué à l’industrie - 24 janvier......................................................... 5
erCommission de régulation de l’énergie (CRE) - 1 février..........................................................
M. Philippe de Ladoucette, président .............................................................................................. 23
Commissariat à l’énergie atomique (CEA) - 11 avril...................................................................
M. Alain Bugat, président du conseil d’administration et administrateur général........................... 33
Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) - 9 mai .............................
Mme Michèle Pappalardo, présidente............................................................................................. 45
Autorité de sûreté nucléaire (ASN) - 22 juin ................................................................................
Courrier de M. André-Claude Lacoste, président............................................................................ 59
PRODUCTEURS ET ENTREPRISES DE LA FILIÈRE ÉLECTRIQUE..................................... 63
Union française de l’électricité (UFE) - 14 mars ..........................................................................
M. Pierre Bart, président ................................................................................................................ 63
Electricité de France (EDF) - 8 février .........................................................................................
M. Pierre Gadonneix, président directeur général 71
SUEZ - 28 mars..............................................................................................................................
Gérard Mestrallet, président-directeur général............................................................................... 87
ENDESA France - 22 février .........................................................................................................
M. Alberto Martin Rivals, directeur général ...................................................................................101
Gaz de France (GDF) - 9 mai ........................................................................................................
M. Olivier Lecointe, directeur Electricité........................................................................................113
Total - 21 mars ...............................................................................................................................
M. Philippe Sauquet, directeur Stratégie Gaz Electricité ................................................................123
Groupement des producteurs autonomes d’énergie hydroélectrique (GPAE) - 18 avril ...........
Mme Anne Penalba, présidente, et M. Hugues Albanel, vice-président ...........................................135
Syndicat des énergies renouvelables (SER) - 15 février ...............................................................
M. Jean-Yves Grandidier, vice-président147
AREVA - 2 mai
M. Bertrand Barré, conseiller scientifique auprès de Mme Anne Lauvergeon, présidente ...............165
TRANSPORTEUR ET DISTRIBUTEURS ....................................................................................177
erRéseau de Transport d’Electricité (RTE) - 1 février .................................................................
M. André Merlin, président du directoire ........................................................................................177
Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) - 11 avril.......................
M. Xavier Pintat, président .............................................................................................................193
Union nationale des entreprises locales d’électricité et de gaz (UNELEG) - 16 mai ..................
M. Gérard Vincent, président, et M. Gérard Lefranc, vice-président de la Fédération
nationale des SICAE (FNSICAE).....................................................................................................205
INTERMÉDIAIRES ET FOURNISSEURS...................................................................................217
Association nationale des opérateurs détaillants en électricité (ANODE) - 22 février ...............
M. Fabien Choné, président ............................................................................................................217
erBourse de l’électricité Powernext - 1 février ..............................................................................
M. Jean-François Conil-Lacoste, directeur général ........................................................................233
CONSOMMATEURS .....................................................................................................................241
Mouvement des entreprises de France (MEDEF) - 11 avril ........................................................
M. Philippe Rosier, président du groupe Stratégies énergétiques et compétitivité...........................241
Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) - 28 mars.....................
M. Jean-François Roubaud, président.............................................................................................253 - 4 -
Union des industries utilisatrices d’énergie (UNIDEN) - 14 mars...............................................
M. Laurent Chabannes, président....................................................................................................263
Comité de liaison des entreprises (CLEE) - 16 mai......................................................................
M. Franck Roubanovitch, président, et M. Roland Gérard, vice-président ......................................279
ARKEMA - 14 mars.......................................................................................................................
M. Nicolas de Warren, directeur des relations institutionnelles ......................................................291
Consommation, Logement et Cadre de Vie (CLCV) - 21 mars ...................................................
Mme Reine-Claude Mader, présidente ............................................................................................303
EXPERTS ET UNIVERSITAIRES ................................................................................................315
M. Jean-Michel Glachant, professeur en sciences économiques à l’université Paris XI -
16 mai .............................................................................................................................................315
M. Bernard Laponche, ancien directeur général de l’Agence française pour la maîtrise de
l’énergie (ADEME), expert en politique de l’énergie - 28 mars ......................................................327
M. Henri Prévot inspecteur général des mines et auteur du livre « Trop de pétrole !
Energie fossiles et réchauffement climatique » - 22 février .............................................................337
M. Pierre Radanne, auteur du livre « Energies de ton siècle ! Des crises à la mutation » -
8 février...........351
M. Jean-Luc Thomas, professeur titulaire de la chaire d’électrotechnique au
Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) - 21 mars ........................................................361
PERSONNALITÉS DIVERSES.....................................................................................................375
Fédération nationale des mines et de l’énergie de la Confédération générale du travail
(CGT) - 2 mai.................................................................................................................................
M. Jean-Pierre Sotura, responsable des questions économiques et industrielles .............................375
Compagnie européenne d’intelligence stratégique (CEIS) - 2 mai..............................................
M. Olivier Darrason, président .......................................................................................................385
Electricité de France (EDF) - 16 mai ............................................................................................
M. Yves Bamberger, directeur de la recherche et du développement...............................................391
ENTRETIENS À L’ÉTRANGER .................................................................................................403
• Compte rendu du déplacement à Bruxelles (5 et 6 mars 2007) .................................................403
Bruxelles - 5 et 6 mars ....................................................................................................................403
• Compacement en Allemagne (Düsseldorf, Bonn et Berlin - du 2 au 4 avril 2007) 417
Allemagne - 2 au 4 avril..................................................................................................................417
• Compte rendu du déplacement en Pologne (du 4 au 6 avril 2007) ............................................431
Pologne - 4 au 6 avril......................................................................................................................431
• Compacement au Royaume-Uni (18 et 19 avril 2007) .....................................443
Royaume-Uni - 18 et 19 avril ..........................................................................................................443
• Compte rendu du déplacement en Italie (23 et 24 avril 2007)...................................................455
Italie - 23 et 24 avril .......................................................................................................................455
• Compacement en Suisse (25 avril 2007)..........................................................471
Suisse - 25 avril...............................................................................................................................471
• Compte rendu du déplacement en Espagne (26 et 27 avril 2007)..............................................479
Espagne - 26 et 27 avril479
VISITES DE SITES EN FRANCE ...............................................................................................491
Centre national d’exploitation du système (CNES) de Réseau de Transport
d’Electricité (RTE) à Saint-Denis - 2 mai......................................................................................491
Centre de recherche et de développement d’Electricité de France (EDF) à Chatou -
3 mai................491
Centrale à cycle combiné à gaz DK6 de Gaz de France (GDF) à Dunkerque - 9 mai.................492
Ferme éolienne de Total à Mardyck - 10 mai ................................................................................492
Centre nucléaire de production d’électricité (CPNE) d’Electricité de France (EDF)
à Gravelines - 10 mai......................................................................................................................492 - 5 -

AUDITIONS

AUTORITÉS ET ÉTABLISSEMENTS PUBLICS

M. François Loos, ministre délégué à l’industrie -
24 janvier
M. Bruno Sido, président – Le 4 novembre 2006, un incident
survenu en Allemagne a provoqué l’effondrement d’une partie du réseau
d’approvisionnement électrique allemand et français. Suite à cet événement,
l’un de nos collègues parlementaire a demandé la création d’une commission
d’enquête. Après réflexion, le Sénat a opté pour une mission commune
d’information sur la sécurité d’approvisionnement électrique de la France et
les moyens de la préserver. J’ai l’honneur d’en être le président. Les trois
rapporteurs ici présents, Jean-Marc Pastor, Marcel Deneux, Michel Billout et
moi-même avons l’ambition de remettre nos conclusions le plus tôt possible.
L’idéal serait que le ministre alors en exercice trouve notre rapport sur son
bureau au lendemain des élections, en juin prochain. Par conséquent, je vous
remercie d’avoir répondu si vite à notre très récente invitation. Nous y
sommes très sensibles. La question principale est contenue dans l’appellation
de notre mission. Nous avons certainement, toutes et tous, des questions à
vous adresser. Je serai donc très bref. L’incident de novembre nous incite à
réfléchir à l’avenir. En effet, tout dépend et dépendra de plus en plus de
l’électricité. Par ailleurs, nous pouvons constater les difficultés éprouvées dans
certaines régions françaises en cas de mauvaises conditions climatiques. Tout
cela soulève des interrogations légitimes auxquelles vous êtes, M. le ministre,
le mieux placé pour répondre. Après votre exposé liminaire, les rapporteurs,
les membres de la mission et moi-même serons amenés à vous poser des
questions.
M. François Loos, ministre délégué à l’industrie – Le
4 novembre 2006, le black-out de l’Europe a été évité et la réaction française
s’est avérée exemplaire. Ce soir-là, vers 22 heures 10, cinq millions de
consommateurs français se sont retrouvés dans le noir. Il en était de même
pour plus de dix millions de consommateurs dans les différents pays de l’ouest
de l’Europe.
Que s’est-il passé ? En moins de trente secondes, le réseau
interconnecté européen s’est séparé en trois parties. La partie ouest, soit la
France, l’ouest de l’Allemagne et le Benelux, s’est alors retrouvée avec un
système qui recevait toujours de l’électricité en provenance de l’est, mais dont
la production accusait brusquement un très fort déficit de 9 000 mégawatts - 6 -
(MW), soit 9 tranches nucléaires. Ce déficit s’est traduit par une baisse
automatique très rapide de la fréquence de 50 à 49 Hertz. Cette baisse a été
accélérée par les déclenchements de très nombreux petits moyens de
production décentralisée, principalement des co-générations et des éoliennes,
pour une puissance cumulée de plus de 10 000 MW. Le déficit a ainsi doublé,
passant de 9 000 à 19 000 MW. Cet événement est le plus grave et le plus
spectaculaire qui ait jamais affecté le réseau électrique européen. Pour autant,
le black-out a été évité et les coupures qui ont touché les consommateurs ont
duré moins d’une heure.
La question est de savoir si cette panne était un événement
imprévisible, contre lequel on ne pouvait pas, en conséquence, se prémunir.
Selon toutes les conclusions des analyses conduites jusqu’ici, il n’en est rien.
La panne qui a touché toute l’Europe a été provoquée par une erreur humaine,
apparemment anodine, effectuée par l’entreprise E.ON, l’un des quatre
gestionnaires du réseau allemand, au cours de la mise hors tension d’une ligne
électrique située en Allemagne du Nord.
Pour comprendre comment un incident sur une seule ligne allemande
a pu engendrer de tels troubles sur le réseau européen, il faut bien saisir la
particularité des flux d’électricité qui se répartissent sur le réseau, suivant des
lois physiques d’autant plus compliquées à modéliser que le réseau est grand.
Ce travail de prévision des flux est mené par les pilotes du système électrique,
que l’on appelle les « dispatcheurs ». Ils sont les seuls à pouvoir décider de
mettre en service ou d’arrêter tel ou tel ouvrage.
Le 4 novembre 2006, les dispatcheurs d’E.ON ont commis l’erreur
d’agir sans concertation suffisante avec leurs collègues des gestionnaires de
réseaux voisins. Leur prévision de flux s’est par conséquent révélée erronée.
Ils ont mal anticipé les événements consécutifs à la coupure de cette ligne. Ils
ont alors constaté un phénomène « d’écroulements en cascade », autrement dit
la coupure successive d’un grand nombre de lignes à très haute tension.
Pour autant, l’incident a été bien géré. En effet, la crise a été
rapidement maîtrisée par les gestionnaires de réseaux et les parades mises en
œuvre ont fonctionné. En moins de trois-quarts d’heure, la fréquence a été
ramenée aux environs de la normale de 50 Hertz sur les trois réseaux séparés,
ce qui a permis de les reconnecter entre eux. En effet, quand la fréquence sur
une partie du réseau est inférieure à celle du reste du réseau, on ne peut les
connecter sans risquer de bloquer l’ensemble. Quand la fréquence est
redevenue suffisante, on a alors pu reconnecter. Dans le même temps, au fur et
à mesure du rétablissement des marges de production par rapport à la
consommation, les clients concernés par les coupures ont été à nouveau
alimentés. Environ une heure après la crise, la situation était à peu près
rétablie et la quasi-totalité des clients réalimentés.
En France, comme l’a confirmé la mission du Conseil Général des
Mines que j’ai diligentée en novembre, Electricité de France (EDF) et son
gestionnaire du réseau de transport d’électricité (RTE) ont été très réactifs. - 7 -
Afin de contribuer à rétablir l’équilibre, des systèmes de sécurité ont
immédiatement interrompu une partie de la consommation d’électricité. Ainsi,
plus de 6 000 MW ont été délestés à 22 heures 15, chez cinq millions de
clients. Cela s’est déroulé selon des plans de délestage préétablis préservant
l’alimentation électrique des sites sensibles, comme les hôpitaux ou les centres
névralgiques, sans aucun incident à déplorer. Parallèlement, plus de
5 000 MW de production nouvelle ont été injectés dans le réseau en moins de
30 minutes, grâce à notre potentiel hydro-électrique rapidement mobilisable.
Grâce à ces actions très rapides, la moitié des clients a pu être reconnectée dès
22 heures 30. À 22 heures 40, RTE a demandé la reconnexion du reste de la
consommation délestée. A 23 heures, soit moins d’une heure après l’incident,
l’ensemble des consommateurs était réalimenté.
RTE et ses équivalents européens ont bénéficié, en la circonstance,
d’une situation relativement favorable. En effet, en raison de la date et de
l’heure de la panne, le niveau de consommation était assez modéré. Par
ailleurs, ils ont profité de la grande disponibilité des groupes
hydro-électriques, capables de fournir toute leur puissance en quelques
minutes. Si l’on a pu éviter le black-out complet lors de cette panne d’une
ampleur exceptionnelle, on ne peut exclure l’éventualité d’une panne encore
plus grave. Il convient donc d’examiner comment s’en prémunir et comment
en limiter l’impact si, malgré tout, un tel événement devait à nouveau survenir.
Plusieurs enseignements peuvent être tirés de cette panne. La sûreté
du système électrique a plusieurs composantes. Une crise peut s’expliquer par
trois facteurs :
– d’un déséquilibre structurel entre l’offre et la demande d’électricité.
C’est la situation qu’a connue la Californie il y a quelques années, avec des
coupures tournantes ;
– d’un problème sur une infrastructure électrique à la suite d’un aléa
climatique. On peut citer par exemple les tempêtes de 1999, qui ont
endommagé plusieurs centaines de pylônes et des milliers de poteaux de
distribution ;
– d’une erreur d’exploitation, comme le 4 novembre dernier.
La résolution de ces problèmes appelle des stratégies différentes. Les
déséquilibres entre l’offre et la demande font l’objet d’une surveillance
attentive via le bilan prévisionnel réalisé par RTE, une fois tous les deux ans.
Ce bilan est ensuite repris pour élaborer, une fois par législature, la
programmation pluriannuelle des investissements de production électrique
(PPI). La PPI est ensuite transmise au Parlement. La dernière PPI sur la
période 2006-2015, qui vous a été transmise en décembre dernier, n’a pas
identifié de besoin supplémentaire pour la fourniture en base grâce à la mise
en service d’un réacteur EPR à Flamanville en 2012. Près de 2 600 MW de
besoins d’investissements en semi-base ont été identifiés à l’horizon 2015. Ils
devraient être couverts par les projets de cycles combinés gaz annoncés par les
sociétés SNET, Powéo, Gaz de France et EDF d’ici à 2011-2012. Enfin, sur - 8 -
les besoins de pointe qui devraient apparaître à compter de 2013, aucun
investissement n’est annoncé à ce jour. Je souhaite néanmoins que des projets
de stations de pompage se développent, car ils permettent d’utiliser au mieux
notre potentiel hydraulique. Par ailleurs, ils sont indispensables lors
d’incidents comme celui du 4 novembre dernier. Je rappelle que le rapport,
confié à M. Fabrice Dambrine, sur le développement du potentiel
hydro-électrique de la France souligne la possibilité d’accroître de 10 % notre
production actuelle. Cet objectif est inscrit dans la PPI à l’horizon 2015, et
nous avons besoin de réalisations avant 2013. Enfin, la PPI nous permet
d’atteindre nos objectifs de développement des énergies renouvelables en
lançant des appels d’offres pour que les investissements se réalisent. Ainsi, un
appel à projets de 300 MW à partir de biomasse est en cours.
La France soutient par ailleurs la mise en place de programmes
prévisionnels au niveau européen, afin que chaque pays investisse
suffisamment dans les moyens de production pour mieux éviter une
dépendance, partielle ou totale, envers ses voisins. Je pense notamment aux
petits pays. Le Luxembourg, par exemple, dépend complètement de
l’extérieur. La Hollande maintient une politique d’externalisation de sa
production. L’Italie, elle, est largement en sous-production.
Pour se prémunir des effets des aléas climatiques, le gouvernement a
demandé à RTE et EDF de bâtir des programmes d’investissements pour la
sécurisation des réseaux. Cela représente une enveloppe annuelle de plus de
300 millions d’euros, prévue dans le contrat de service public signé fin 2005
entre l’Etat et le groupe EDF. Par ailleurs, les réseaux de grand transport et les
interconnexions continuent à se développer pour renforcer la sécurité
d’approvisionnement de notre territoire : une enveloppe de 4 milliards d’euros
y sera consacrée via RTE d’ici à 2010.
S’agissant des erreurs d’exploitation, celles-ci doivent être traitées
par des règles de sûreté de plus en plus exigeantes et un entraînement régulier
des équipes de dispatcheurs. Ainsi, l’incident du 4 novembre a montré que les
règles de sûreté qu’utilisent les gestionnaires de réseaux de transport
d’électricité (GRT) ne sont pas suffisantes, ou qu’elles ne sont pas
correctement appliquées. Pour y remédier, il est nécessaire de renforcer le
contrôle de l’Union Européenne sur ces règles –diverses d’un pays à l’autre–
puis d’améliorer la coordination entre les GRT. Ces propositions, que j’ai
portées au niveau du forum pentalatéral associant le Bénélux, la France et
l’Allemagne, ont été reprises par la Commission européenne lors de sa
dernière communication dans le domaine de l’énergie, le 10 janvier 2007.
Cette communication stipule que les règles de sécurité seront harmonisées au
niveau européen. Il est proposé qu’elles fassent l’objet d’une approbation
commune par les Etats-membres. En ce qui concerne l’amélioration de la
coordination entre les GRT, la France souhaite la création d’un centre unique
qui permettrait aux différents gestionnaires d’établir des prévisions
communes. Je m’emploie déjà à en convaincre mes collègues au niveau - 9 -
pentalatéral. On constate l’utilité et l’obligation qui en découle de discuter
quotidiennement, et heure par heure, entre gestionnaires de réseaux voisins.
Enfin, à la lumière de l’expérience du 4 novembre, je souhaite qu’une
réflexion soit engagée sur les moyens de production décentralisée. En
particulier, les co-générations et les éoliennes en développement doivent
bénéficier de techniques suffisantes pour contribuer à la sauvegarde du réseau
en cas de chute de fréquence. Cela n’est manifestement pas le cas aujourd’hui.
Tout à l’heure, j’ai indiqué que le déficit de 9 000 MW généré par la coupure
en avait provoqué un autre, de 10 000 MW. Certaines installations de
production ne supportent pas la baisse de fréquence. Les éoliennes,
notamment, décrochent aussitôt. En France, nous avons peu recours aux
éoliennes. Mais l’Espagne, qui en utilise beaucoup plus, en a pâti. En France
et en Allemagne, les éoliennes ont donc arrêté de fonctionner. C’est
l’explication du phénomène de perte d’alimentation immédiate en cascade.
Cela est dû aux normes de décrochage des alternateurs qui produisent
l’électricité, différentes d’un pays à l’autre, différentes entre les moyens de
production d’un même pays, et même différentes d’un réseau régional à un
autre, comme en Allemagne. Aux bornes extrêmes d’une même ligne de
transport, on pourra trouver des règles de décrochage qui ne seront pas
identiques. Nous devons coordonner cela. Nous rencontrons donc un problème
technique avec les éoliennes et les co-générations, ainsi qu’un problème de
normes européennes entre les GRT européens.
En conclusion, je souhaiterais évoquer les fausses bonnes idées que
l’on a pu entendre ici et là, après l’incident du 4 novembre. Ce n’est pas un
manque d’investissement qui est à l’origine de cette panne, ni une trop forte
interdépendance des pays. C’est le Portugal qui a subi la plus forte baisse en
proportion : 19 % de perte contre 12 % en France. Ce n’est donc pas lié à
l’importance des liaisons, mais au fait qu’il en existe. Le renforcement des
interconnexions ne permettrait pas non plus d’éviter le renouvellement de ce
type de panne. La Commission européenne le souhaite et le défend
ardemment, mais dans le cas de l’incident du 4 novembre, il est faux de croire
qu’un accroissement des capacités d’échange aurait pu nous éviter la panne.
Celle-ci est due à une erreur d’exploitation et non à un déficit des
infrastructures. Enfin, la dernière fausse bonne idée est la mise en place d’un
régulateur européen unique, qui aurait pu prévenir la crise. En réalité, un
régulateur unique n’est pas nécessaire, car ce n’est pas lui qui aurait discuté
des prévisions de flux à 22 heures ce jour-là. Ce sont les dispatcheurs des deux
réseaux qui auraient dû s’informer entre eux. Le régulateur européen unique
est une idée intéressante, mais il ne remplacera pas les discussions techniques
indispensables sur le terrain. La mission d’inspection que j’ai mandatée me
remettra son rapport définitif dans les prochains jours : je vous le transmettrai,
de même que les informations supplémentaires que je pourrais obtenir
ultérieurement sur cette panne, pour un éclairage le plus large possible sur
cette question. - 10 -
M. Bruno Sido, président – Merci M. le ministre pour toutes ces
explications, qui vont naturellement susciter, je suppose, un certain nombre de
questions, particulièrement de la part de nos rapporteurs. Je me permettrai de
vous poser la première d’entre elles. Vous y avez d’ailleurs répondu en partie.
La France produit globalement plus d’électricité qu’elle n’en consomme.
Pourtant, en moment « de pointe », elle a besoin d’en importer. En effet,
l’incident du 4 novembre a démontré qu’en cas de crise, elle dépend de pays
étrangers pour desservir ses consommateurs. On en conclue donc qu’à ce
moment précis soit la consommation française était alors supérieure à la
capacité de production, soit la capacité de production n’était pas complètement
mobilisée voire pas complètement mobilisable. Cela, d’ailleurs, n’est pas
contradictoire. Pouvez-vous nous donner des précisions sur ce point ? Plus
généralement, pouvez-vous nous expliquer comment EDF prévoit son
planning de production et l’entretien de ses centrales nucléaires ?
M. François Loos – Le 4 novembre 2006, au moment où le black-out
s’est produit, la France exportait 6 000 MW. La capacité utilisée
instantanément à ce moment-là était largement suffisante et excédentaire. De
l’électricité était simultanément exportée et importée.
M. Bruno Sido, président – 9 000 MW quand même ! Il en manquait
donc 3 000…
M. François Loos – Nous ne pouvons pas raisonner ainsi. Lorsque la
coupure s’est produite, nous avons perdu 9 000 MW. Cependant, par ailleurs,
nous étions en train d’exporter notamment vers l’Italie, l’Allemagne. Ce bilan
global ne peut servir à déterminer les risques encourus lors d’une telle
coupure. A un endroit précis, sur une ligne donnée, on peut constater une
surcharge. A titre préventif, un surcroît de tension ou une baisse de la
fréquence déclenche automatiquement un délestage, qui vise à atténuer les
effets de ces phénomènes. Cela peut entraîner des réactions en chaîne. Mais la
production et la consommation globales nationales ne sont pas en cause. La
panne ne résulte pas d’un déficit ou d’un excédent en électricité. C’est à un
endroit précis qu’est nécessaire un équilibre entre production et
consommation. Par contre, réalimenter les consommateurs délestés nécessite
de remettre un certain nombre de moyens de production en route. Chaque pays
dispose de ses propres règles de délestage. En France, ces règles ont
fonctionné. Lorsque le délestage a eu lieu, pour réenclencher, il a fallu
relancer une production à la hauteur des pertes, soit 19 000 MW. Nous
n’avons pu les obtenir tout de suite. Cette production a permis que les
fréquences reviennent à niveau sur le réseau, nous autorisant ainsi à y
raccorder les consommateurs déconnectés. Nous devons donc disposer d’une
capacité résiduelle dans ces moments-là, soit de la capacité de pointe. C’est la
raison pour laquelle je pense que nous devons réévaluer notre capacité de
pointe actuelle. En effet, si un tel problème venait à se reproduire, on ne
pourrait le résoudre qu’en relançant des centrales immédiatement
mobilisables. Le bilan global de la production vis-à-vis des importations et des
exportations n’est pas en cause.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.