Co-construction des savoirs et des décisions dans la recherche : l'exemple de la sélection participative en agri-environnement. 26 octobre 2011.

De
La question initiale de cette étude vise à favoriser et valoriser des expériences de partenariat dans la recherche, entre chercheurs, associations et citoyens, en matière de recherche agronomique à travers la sélection variétale, pour favoriser une agriculture durable respectueuse de l'environnement et d'une alimentation saine.
Le projet a été motivé par plusieurs questions globales :
- Quelles nouvelles formes de partenariats entre chercheurs, associations et citoyens ?
– Quelle intervention des organisations de la société civile, notamment de paysans, sur les orientations de la recherche, des protocoles de recherche et l'évaluation de l'excellence scientifique ?
– Comment et avec qui définir des thèmes et des protocoles de recherche plus conformes aux exigences d'une agriculture durable respectueuse de l'environnement et d'une alimentation saine ?
– Comment les scientifiques pourraient-ils accompagner les paysans dans leurs propres démarches d'innovation ?
– Quelles conclusions à tirer des expériences des partenaires impliqués dans le projet ?
– Quels outils d'expertise pour évaluer l'impact à long terme (durabilité) des différentes méthodes et systèmes existants ?
Voir aussi les documents :

Neubauer (Claudia). Paris. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0075701
Publié le : samedi 1 janvier 2011
Lecture(s) : 12
Source : http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0075701&n=5426&q=%28%2Bdate2%3A%5B1900-01-01+TO+2013-12-31%5D%29&
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins
A l'atenon de Marie-Chrisne Bagna, Minisère de l'Ecologie du Développemen Durable des Transpors e du Logemen Commissaria Général du Développemen Durable DRI/CR Tour Volaire bureau 4-43 92055 La Défense Cedex Paris, le 26 ocobre 2011
Rapport fnal du projet « Co-construcon des savoirs et des décisions dans la recherche : l'exemple de la sélecon parcipave en agri-environnement » , Numéro de convenon de subvenon 10-MUTS-REPERE-2-CVS-011 Projet porté par la Fondaon Sciences Citoyennes en partenariat avec le Réseau Semences Paysannes
Contexte du projet :
Une des suies du Grenelle de l’environnemen fu la mise au poin du programme REPERE - Réseau d’échange e de projes sur le piloage de la recherche e l’experse par le Minisère de l’Ecologie. Ce programme, lancé en ocobre 2009 sur une durée de 3 ans, vise à « accompagner une réforme durable du piloage de la recherche e de l’experse en y inégran la parcipaon des ONG ». Un appel à projes a éé lancé n 2009, en insisan sur l’imporance du « fondemen de la crédibilié de l’énoncé scienque ainsi que sur les faceurs de conance e les procédures d’alere » ou sur la « diversicaon des poins de vue noammen par la consulaon de la sociéé civile pour dénir, conduire ou évaluer les programmes de recherche appliquée ».
La proximié des ermes du programme, à savoir experse, parcipaon cioyenne, parage d’expérience – si ce n’es leur similiude – avec la mission de la Fondaon Sciences Cioyennes a foremen mové la FSC à parager avec ses amis chercheurs e paysans la nécessié de répondre à une elle ore : porer un proje sur 10 mois, don l'innovaon soi le maîre mo, e qui permete d’apporer des ressources nouvelles au piloage de la recherche e de l’experse sur le développemen durable par l’associaon des ONG à cete gouvernance.
Le proje a éé pensé par la FSC qui a ensuie sollicié le Réseau Semences Paysannes e l'associaon BEDE (Biodiversié : Echanges e Diusion d'Expériences). FSC e RSP avaien auparavan ravaillé ensemble sur des projes. Par ex. Science Technology And Civil Sociey (STACS) en 2007, Cooperave Research on Environmenal Problems (CREPE) in Europe en 2010. Les associaons BEDE e PEUV (Pour l’Emergence d’une Universié du Vivan) furen ensuie associées au proje. Les chercheurs associés au proje on éé conacés au fur e à mesure du monage. Les chercheurs impliqués dans la sélecon parcipave son rès peu nombreux en France : ils ravaillen principalemen à l'INRA, beaucoup son en généque e son majoriairemen des femmes. Deux (les nommer?) des chercheurs associés l'on éé rès rapidemen car fon pare du conseil d'adminisraon de la FSC. C'es de cete manière qu'une des acons du proje, le suivi d'un proje de sélecon parcipave en cours, a éé proposée par Isabelle Goldringer.
Une équipe de 4 personnes, ou comié de piloage, s'es consuée e a ravaillé régulièremen ensemble pendan oue la durée du proje. Il s'agi de Claudia Neubauer, direcrice de FSC e coordinarice du proje, Parick de Kochko, coordinaeur du RSP e animaeur du groupe blé, Bob Brac de la Perrière, coordinaeur des programmes de l'associaon BEDE (associaon membre du RSP) e Bérangère Sorup, chargé de proje recruée sur oue la durée du proje (novembre 2010 - aoû 2011). C'es un des aous majeurs de ce comié de coordinaon : les experses, expériences e caracères des uns e des aures se son combinés e on ainsi permis que les décisions soien prises à 4 voix à chaque acon du proje. De par l'embauche d'une
salariée sur le proje grâce au nancemen accordée par le Minisère de l'Ecologie, FSC a éé le parenaire le plus impliqué dans le proje, an au niveau de mise en œuvre que dans sa valorisaon.
La collaboraon n'a pas éé consane ou au long du proje : elle s'es caracérisée par des accéléraons en foncon du calendrier déni par les 3 évènemens du proje. La chargée de proje éan « la cheville ouvrière » du proje, elle a souven sollicié les diérens parenaires en foncon des besoins pour faire avancer le proje. Elle a éé souenue ou au long du proje par la coordinarice.
Les thémaques du projet :
Le proje pore sur des expériences de recherche parcipave en sélecon variéale en agriculure, ou sélecon parcipave. Ainsi, desexpériences en maère de sélecon parcipaveson menées en France depuis 10 ans. Elles poren sur des variéés paysannes de blé endre e blé dur, fourragères, choux, poagères, ournesols e maïs. Dans ces expériences, des paysans, des chercheurs de l’INRA, des echniciens, ainsi que des consommaeurs, des ransformaeurs, des disribueurs ou des ONG, s’associen pour développer e évaluer de nouvelles variéés de semences. Cete geson dynamique de la biodiversié agricole (biodiversié culvée) s’inscri dans une perspecve de mainen de celle-ci e dans une voloné d’auonomie paysanne, dans un conexe où le seceur semencier es soumis à de fores pressions de la par des indusries semencières pour s'assurer le monopole du marché, accroîre la dépendance des agriculeurs aux inrans chimiques, e par là même imposer une agriculure producvise elle qu’on l’a vue se développer depuis les années 60.
Avec la sélecon parcipave, le paysan redevien aceur, séleconne dans ses champs, en foncon de ses besoins, de ses atenes, an de permetre l’évoluon d’une variéé appropriée à ses praques culurales -une agriculure biologique ou paysanne, faible en inrans - e à son erroir. Des « variéés-populaons », généquemen peu homogènes, issues de croisemen ou de mélange, son semées à la ferme e évaluées. Cete démarche privilégie auan la diversié dans l’environnemen physique (sol, clima), dans les champs (micro organismes, ore e faune sauvages…), qu’à la ferme (praques culurales, sysèmes agricoles).Il s’agit d’un autre rapport au vivant.Ces expériences s’inscriven dans un processus de co-consrucon des savoirs, de co-valorisaon des connaissances, le chercheur apporan dans le proje un proocole, des méhodes, des moyens d'analyse. Chercheurs e paysans son réellemen parenaires e non plus dans une relaon de hiérarchie des savoirs. Les chercheurs jusque là associés à de els projes son (rès) peu nombreux e ravaillen souven au sein de l’INRA. 
L'appel à proje du Minisère a bien souligné que l'imporance de la légimié e du parage des savoirs, de la pernence de l'experse, éaien des noons à metre en avan dans un proje de co-consrucon. Commen faire pour qu'un disposif enne compe de ous ces enjeux ? La queson iniale du proje poré « Co-consrucon des savoirs e des décisions dans la recherche... » vise à favoriser e valoriser des expériences de parenaria dans la recherche, enre chercheurs, associaons e cioyens, en maère de recherche agronomique à ravers la sélecon variéale, pour favoriser une agriculure durable respecueuse de l'environnemen e d'une alimenaon saine. L'exemple de la sélecon parcipave perme d'illusrer ces quesonnemens. Ce proje perme ainsi de lier plusieurs hémaques inerdépendanes : l'agriculure e l'environnemen, la recherche parcipave e les processus démocraques, l'experse e la consrucon de savoirs. Le proje a éé mové par plusieurs quesons globales.
Quelles nouvelles formes de parenarias enre chercheurs, associaons e cioyens ?
Quelle inervenon des organisaons de la sociéé civile, noammen de paysans, sur les orienaons de la recherche, des proocoles de recherche e l'évaluaon de l'excellence
scienque ?
Commen e avec qui dénir des hèmes e des proocoles de recherche plus conformes aux exigences d'une agriculure durable respecueuse de l'environnemen e d'une alimenaon saine ?
Commen les scienques pourraien-ils accompagner les paysans dans leurs propres démarches d'innovaon ?
Quelles conclusions à rer des expériences des parenaires impliqués dans le proje ?
Quels ouls d'experse pour évaluer l'impac à long erme (durabilié) des diérenes méhodes e sysèmes exisans ?
Ces hémaques s'inscriven dans plusieurs des dés de la Sraégie naonale de développemen durable.
diérenes formes de savoirs dans les programmesLe proje, en conribuan à favoriser e à inégrer de recherche parcipafs, s'inscri foremen dans le premier dé inulé « Sociéé de la connaissance », qui vise un développemen e un souen de la connaissance, noammen pour « préparer le fuur cioyen à comprendre, à inégrer la complexié des relaons enre le social, l'économique, le culurel e l'environnemenal e à agir ». Ce dé vise égalemen une « implicaon des chercheurs e des cioyens dans un dialogue public e responsable ».
enre le dé « Gouvernance », visan à « favoriser la parcipaon du public à la prise deL'analogie décisions ayan des incidences sur l'environnemen noammen dès le débu d'une procédure d'aménagemen » e le proje par la smulaon de parenarias enre associaons, chercheurs e cioyens dans le domaine de l'agriculure perme de démonrer la conribuon du proje à la SNDD.
Les semences paysannes mises au poin dans le cadre de projes de sélecon parcipave s'inscriven au cœur de praques favorisan des agriculures biologiques, paysannes, mais surou locales e ancrées dans des circuis cours de producon, de commercialisaon e de consommaon, le plus généralemen. Elles s'adapen naurellemen au erroir dans lequel elles poussen, au conraire des semences modernes homogènes qui impliquen d'adaper les sols e praques culurales aux variéés semées. Cete adapaon au errioire es un des objecfs du dé « Changemen climaque e énergie ».
qu'elles favorisen l'accroissemen de la biodiversié culvée, les semences paysannesParce conribuen largemen au dé de la SNDD inulé « conservaon e geson durable de la biodiversié e des ressources naurelles ».
L'analyse du déroulement du projet : le proje peu êre analysé à deux niveaux
l'un considère les parenaires, FSC, RSP, ainsi que les chercheurs associés dans leurs ineracons pour la mise en place e le bon déroulemen du proje (organisaon, communicaon, ec).
L'aure consise à décrire les processus à l'oeuvre (blocages consaés, avancées majeures) au cours du proje e qui concernen les aceurs (chercheurs, paysans, animaeurs) direcemen impliqués dans la sélecon parcipave. FSC, dans ce cadre-là, a sricemen un rôle d'observaeur e d'analyse : en créan des évènemens, ou en analysan des projes de sélecon parcipave.
Déroulement du projet :
 1.  Les acons  qui ont été réalisées : Unpremier séminaire chercheurs, paysans e personnel echnique a eu lieu à Angers le 8 e 9 réunissan février 2011. Il a éé l’occasion de revenir sur les diverses expériences de sélecon parcipave auxquelles chacun d’enre eux a parcipé, d’en rer des analyses e de formuler une méhodologie des processus parcipafs an d’encourager le développemen de ce genre d’iniaves. Il a réuni 33 personnes, don 9 chercheurs (INRA e CNRS), 10 paysans e 14 animaeurs-echniciens ou coordinaeurs, qui se son réunis auour d'un espace d'échange commun e d'analyses paragées pour revenir sur les diérens projes de sélecon parcipave qu'ils on iniés en France au cours de ces dix dernières années. En ee, 9 projes de sélecon parcipave qui on eu lieu au cours des 10 dernières années on éé présenés. Les discussions on poré sur les diérens élémens d'un proje de sélecon parcipave, à savoir la place de la plane e des diérens aceurs (le rappor au vivan), les bases éhiques e le code de conduie dans un proje en parenaria, la co-consrucon d'une connaissance nouvelle ainsi que la muualisaon des résulas. Diérenes recommandaons on éé émises, comme le rôle prépondéran de l'animaeur e l'imporance qu'un proje s'inscrive dans la durée. Il a éé beaucoup queson de la diculé de faire coïncider un proje déjà consrui e en atene de nancemen avec les appels à projes au niveau européen ou naonal ainsi que du décalage de emporalié enre les obligaons des chercheurs (durée d'une hèse, période nancée) e celles des paysans, plus saisonnières mais moins limiées dans le emps.
Les débas on éé riches e les échanges nombreux. Beaucoup des parcipans se connaissaien déjà (majoriairemen des personnes rès impliquées dans le Réseau Semences Paysannes), ce qui a rendu l'évènemen rès convivial e en même emps a permis que les diérens aspecs de la queson soien abordés sans reenue. Les co-organisaeurs du RSP e de BEDE nous on conrmé que ce séminaire, en permetan un reour sur des expériences de manière approfondie, signiai une éape rès imporane de fuurs projes en sélecon parcipave. C'es dans ce événemen que l'associaon BEDE a éé le plus impliquée, essenellemen dans l'organisaon, l'animaon e la resuon du séminaire. Ce événemen a déni la rajecoire au proje : la vision des paysans pour la recherche a éé clairemen consolidée à Angers. Chercheurs e paysans se son écoués pour dénir des principes communs, ce qui consuai une base pour le deuxième séminaire du 24 mai à l'atenon des chercheurs qui a éé foremen oriené par les discussions du séminaire d'Angers. Ces échanges on permis d'armer la nécessié de bouleverser les paradigmes exisans, pour invener une aure manière de faire de la recherche.
Le séminaire d'Angers a donné lieu à l'écriure d'un livre qui n'éai pas prévu dans le cadre du proje. Ce livre reprend les élémens abordés de manière réexive en enan de donner des pises d'orienaon e de dénir par exemple les aceurs essenels aux processus de recherche parcipave. Il présene les diérenes expériences de sélecon parcipave qui on éé menées en France e ailleurs e les conexualise dans un mouvemen de réappropriaon par les paysans de la sélecon des semences e des savoirs qui leurs son liées. Ces expériences permeten de dégager des grandes lignes d'orienaon de la recherche parcipave. Ce livre es à l'atenon des aceurs débuans – ou pas – en recherche e sélecon parcipave, chacun pouvan y rouver les élémens don il a besoin pour oriener ses praques e s'impliquer au mieux dans un proje de recherche parcipave. La réussie de projes de recherche parcipave suppose de ne pas privilégier seulemen les expériences echniques, mais égalemen les dimensions sociales e éhiques. Les aceurs qui cheminen ensemble paragen un proje de sociéé e le chercheur es avan ou un cioyen e le paysan n'es plus un simple obje de recherche.
Le deuxième séminaire du projet vision paysanne de la recherche parcipave. Commen co- La, « consruire e muualiser les connaissances sur les planes ? », a eu lieu le mardi 24 mai à l'AgroParisTech, à
Paris. Il avai pour objecf de réunir des chercheurs de diverses disciplines (agronomie, écologie, généque, sciences sociales e humaines...) en ciblan spéciquemen des chercheurs inéressés mais pas encore impliqués dans des processus de co-producon des savoirs. Il visai égalemen à quesonner les objecfs e méhodes de la recherche publique ainsi que la gouvernance des insuons de recherche publique. En plus de présener des projes de recherche parcipave (don la sélecon parcipave), il visai à favoriser les échanges auour de la vision paysanne de la recherche produie par les paysans du Réseau Semences Paysannes suie à leurs expériences dans les programmes de sélecon parcipave conduis avec des chercheurs de l'INRA au cours des dix dernières années en France (blé endre e dur, haricos, fourragères, choux, maïs, aures poagères). Les reours sur ces expériences se son basés en pare sur le premier séminaire organisé à Angers en février 2011 e on servi, avec les présenaons des aures expériences e visions au sein de l'INRA, de bases aux discussions.
Une cinquanaine de chercheurs éaien présens don beaucoup de jeunes hésards e pos-doc. Nombreux son ceux qui on souligné l'imporance d'organiser un séminaire sur la recherche parcipave dans un hau lieu de l'agronomie, monran ainsi une évoluon de la recherche publique en France vers une meilleure prise en compe des parenaires de la recherche, des aceurs de errain. Inervenans du déparemen SAD, du RSP e chercheurs d'aures déparemens ou insus de recherche on discué des crières pour dénir l'excellence scienque e des connaissances scienques qu'ils son en rain de produire, du rôle des sciences humaines e sociales dans les programmes locaux, naonaux, e européens (par exemple, elles son souven relayées à un second plan, e souven pour accompagner l'inroducon des nouvelles echnologies), des renconres humaines, des renconres hommes-planes, du chercheur « compagnon », des condions dans lesquelles évoluen la recherche parcipave, mais aussi de la diculé de faire de la recherche parcipave, du lock-in echnologique, de la grande héérogénéié des savoirs scienques e des savoirs paysans, de la façon de formaliser - ou non - les relaons de parenaria, auour des conceps e héories – pragmasme, posivisme, ec. L'après-midi, des hémaques inhérenes à la sélecon parcipave on éé présenées puis discuées : la place de la plane e des diérens aceurs, les bases éhiques e le code de conduie (la concepon de l'agriculure e du parenaria), les condions de co-consrucon de connaissances nouvelles, la muualisaon des résulas (le cadre juridique).
Lemardi 14 juin eu lieu à aRennes leForumRecherche agricole – Projet de société, organisé par la Fondaon Sciences Cioyennes, en parenaria avec le Réseau Semences Paysannes, e avec le souen du Codespar. Il visai à mobiliser des aceurs breons – mais pas seulemen – chercheurs, membres de collecviés locales, d’associaons, du seceur privé, paysans e cioyens, auour du lien enre agriculure, recherche e approches parcipaves. Il souhaiai donner une plus grande place à une agriculure plus respecueuse de l’environnemen e favorisan les circuis cours. Ouver à oues e ous, il a eu pour objecf de sensibiliser les chercheurs, cioyens e aceurs du monde agricole aux quesons enouran l’implicaon des ONGs dans les projes de recherche e dans les processus décisionnels en maère de programmaon de la recherche. Le forum a réuni environ 130 personnes, de provenance géographiques e professionnelles variées. Diérens projes ayan un ancrage erriorial en Breagne on éé présenés lors d'aeliers e de ables-rondes. La réussie de nombre de ces expériences es liée à la diversié des aceurs qui les composen, noammen à ravers les parenarias insuons-cioyens-chercheurs. Les diérens aeliers on permis d'aborder des hémaques variées e s'inulaien :
« la co-consrucon des savoirs : reconnaissance e rôle d'aures ypes de savoirs »
« les circuis cours – produis locaux e poliques locales »
« l'experse : inerrogaons sur les fondemens de l'experse scienque »
« quelle innovaon au service du cioyen ? Recherche publique e propriéé inellecuelle : les
dérives dans la recherche publique »
« la consrucon sociale auour de l'auonomie semencière »
« la muaon du modèle agricole en Breagne ? »
Nous avons égalemen eecué le suivi d'unprojet de sélecon parcipave en cours sur le blé tendre. Le ravail enre les paysans du Réseau Semences Paysannes e l'équipe des chercheurs de l'INRA-Moulon se consrui depuis plusieurs années, e s'inscri désormais au sein du proje européen Solibam. L'ulisaon d'ouls sociologiques a permis de metre au poin un quesonnaire déaillé. Plusieurs enreens semi-direcfs on donc éé réalisés avec des paysans, chercheurs ou personnel echnique an de mieux comprendre les ineracons enre les diérens aceurs e d’éablir le décrypage d'un el proje : Qui son les diérens aceurs ? quels son leurs ineracons ? Quels son leurs objecfs, muuels e personnels ? Quelles son les conraines ? Ec. Ils son la base d'une analyse sociologique. En analysan d'un poin de vue exérieur une réalié de errain, au niveau micro, elle vise à permetre aux diérens aceurs de prendre du recul par rappor à un proje sur lequel ils ravaillen depuis des années e de mieux comprendre les implicaons e liens des uns e des aures. Ce ravail s'es imbriqué à l'analyse de Parick de Kochko, coordinaeur du RSP e animaeur du groupe blé du RSP. Il es impliqué dans le proje depuis ses débus. Le documen produi éabli quelques recommandaons pour guider les aceurs déjà impliqués pour le fuur e favoriser la consuon d'aures projes en recherche/sélecon parcipave par le repérage d'ouls méhodologiques à sysémaser.
Nous avons égalemen écri unlivret à l'usage des chercheursqui développe des réexions sur de diverses quesons : Qu'es-ce que l'excellence scienque e quels crières pour l'éablir ? Commen se consruisen les carrières scienques - sur quels résulas, sur quels parenarias ? Commen les profanes peuven-ils devenir des expers ? Commen e avec qui dénir les grandes direcons de la recherche ? La recherche enre marchandisaon e innovaon sociale - à quels besoins doi elle répondre ? Commen organiser la recherche si on accepe que la sociéé civile s'en mêle ? Qu'es-ce que la recherche a à gagner des parenarias avec des organisaons de la sociéé civile ? Quelle responsabilié sociale e environnemenale de la recherche, des chercheurs ?
Au fond, le livre pose donc la queson du commen êre un chercheur épanoui, libre e responsable au XXIe siècle ? Sans avoir ni vocaon ni préenon à l'exhausvié, le livre souhaie apporer sa pierre au déba acuel sur la recherche publique. Concrèemen, il propose une coure présenaon de la siuaon acuelle, des pises de réexion e présene des exemples de ravaux menés loin des auoroues du modèle dominan de recherche. Il inclu égalemen des informaons concrèes - lecures, conacs - pour ceux qui souhaien aller plus loin.
Le livre s'appuie à la fois sur les projes, réexions e acons menées par la Fondaon Sciences Cioyennes e sur des enreens menés auprès de chercheurs du CNRS, de l'INSERM, de l'INRA, du Muséum Naonal d'Hisoire Naurelle, e des universiaires. Direceurs de recherche, direceurs de laboraoires, professeurs, pos-doc, jeunes chercheurs récemmen recrués, chargés de recherche - les chercheurs inerrogés ravaillen dans diérenes villes françaises e son spécialises de disciplines variées, allan de la biologie à l'élecronique en passan par la sané, la sociologie, la géologie, l'hisoire ou encore la philosophie, l'écologie e l'agronomie.
La trajectoire du projet :
Dans la rajecoire du proje, le premier séminaire a permis de revenir sur les expériences e de revenir de façon héorique avec des aceurs de la sélecon parcipave sur les orienaons qu'ils souhaiaien donner
aux projes dans lesquels ils s'impliquen. Les propos échangés lors de ce séminaire on servi de référence pour l'orienaon des aures évènemens ; ils on égalemen servi à alimener les ravaux d'analyse produis dans le cadre de ce proje REPERE. Chaque événemen en sa suie logique du précéden, e alimene le suivan. La cohérence éai pour nous, organisaeurs, imporane pour expliquer aux parcipans ce que nous atendions de chaque événemen. Cete cohérence nous a permis aussi de pouvoir analyser les processus à l'œuvre. Le deuxième séminaire visai à ouvrir les débas à d'aures chercheurs poenellemen complices de cete vision paysanne plus ouvere e plus radicale de la recherche elle que dénie à Angers. Le forum a permis d'ouvrir encore plus largemen le panorama puisqu'il éai ouver à ou public désireux de mieux connaîre des projes de parenarias dans la recherche en agriculure. Il visai les échanges enre praciens, chercheurs, cioyens, membres de collecviés locales, aures srucures, ec. Le livre sur les visions paysannes s'es appuyé sur des expériences mulples, mais il a surou éé nourri par les échanges du séminaire d'Angers. Il vise donc à graver ces informaons e à les diuser largemen.
La rajecoire de ce proje peu êre appliquée à d'aures projes dans le sens où le proje a inialemen rassemblé un cercle resrein d'aceurs pour ensuie ouvrir graduellemen le panel du public cible. Il es donc imporan de dénir à l'avance quel public vise--on e quel message souhaie--on faire passer lors d'un événemen. L'inérê du proje es égalemen qu'il a allié l'organisaon d'évènemens (visan à mobiliser les aceurs e évenuellemen favoriser les parenarias) avec des analyses de processus e recommandaons, que l'on pourrai plus caracériser de producon inellecuelle.
 2. Degré d'aeinte des objecs :  
Les objecfs du proje son les suivans :
- montrer l’intérêt et l’importance – pour les chercheurs, la recherche, les divers acteurs, pour la société - de l’implicaon des partenaires associafs dans la recherche à travers l’exemple de la sélecon parcipave, qui est au croisement de l’agriculture durable, environnement et alimentaon
Les divers séminaires on permis de monrer à ravers des expériences en maère de sélecon parcipave que la recherche suppose l'implicaon de mulples aceurs qui se réfèren à des réaliés qui leurs son propres. En ee, les aceurs impliqués apparennen à des champs professionnels diérens, e on donc des référenels diérens, en foncon de leurs expériences e formaons. Ils se confronen parfois e ravaillen en parenaria, pour consruire un processus de collaboraon e s'oriener vers le bu qu'ils se son xés ensemble. Le parenaria perme au chercheur de remetre en adéquaon ses ouls avec la réalié du errain, ou comme le regard du chercheur va aider les parenaires de errain à avancer dans leur quesonnemen e modier évenuellemen leurs praques. Les diérens aceurs des projes de sélecon parcipave on pu, lors des séminaires que nous avons organisés ou des enreens réalisés, discuer de leurs expériences e présener les conraines auxquelles ils se confronen ainsi que la façon de les faire évoluer. Ils son égalemen revenus, par exemple, sur la façon de faire remoner des quesons de recherche ou se mobiliser pour faire évoluer la réglemenaon. La mobilisaon d'aceurs au sein d'associaons a permis de favoriser l'émergence e la diusion des expériences auour de sujes singuliers e de nouveaux champs de recherche, en permetan de parager des visions e des programmes de recherche. Il s'agi d'un processus dynamique de compagnonage. Les résulas scienques e les variéés développées son un des résulas atendus (sachan qu'un séleconneur de méer me 12 à 14 ans à développer une variéé de blé). Mais les ouverures crées chez chaque parenaire par cete reconnaissance muuelle de leur savoir e savoir-faire propres en son l'appor principal.
- crédibiliser ces praques en établissant les méthodologies et les processus permeant de mener à bien des projets de recherche parcipave
Les séminaires e le forum y parcipen pleinemen. Le premier séminaire a permis de rassembler e de donner un espace d'échanges aux aceurs de la sélecon parcipave : paysans, chercheurs, echniciens-animaeurs des projes de sélecon parcipave. Les discussions, analyses e recommandaons émises visen à permetre de pérenniser ce genre d'expériences. Le deuxième séminaire, à l'atenon des chercheurs inéressés par la recherche parcipave, a permis de revenir sur les processus permetan de mener à bien des projes de recherche parcipave mais aussi des conraines insuonnelles e organisaonnelles. Il a égalemen conribué à diuser les expériences de sélecon parcipave à un plus grand nombre de chercheurs, en inscrivan ces expériences au cœur des discussions du séminaire. La mise en relief de hémaques inhérenes à la sélecon parcipave, leur arculaon avec les préoccupaons de chercheurs de disciplines similaires ou aures, e la richesse des discussions enre chercheurs de oues disciplines on permis de souligner des processus an de mener à bien des projes de recherche parcipave.
- dénir concrètement les condions qui assurent une véritable parcipaon des acteurs de terrain tout au long du processus : dénion et co-pilotage des projets, réalisaon des recherches et diusion
Les élémens apporés à l'objecf précédan son parfaiemen applicables pour ce objecf-ci. De plus, le suivi e l'analyse de l'expérience de sélecon parcipave en cours vise à apporer des élémens d'analyse don puissen se saisir les aceurs du proje. Ce proje s'inscri dans le cadre du proje européenSolibam – Strategies for Organic and Low-Input Integrated Breeding and Management. Le livre « Les visions paysannes de la recherche dans le conexe de la sélecon parcipave »présene égalemen des élémens d'analyse de projes en sélecon parcipave. Parmi les condions qui assuren une vériable parcipaon des aceurs de errain ou au long du processus, on peu cier quelques élémens :
le parage des savoirs
De nombreuses passerelles on pu êre ainsi éablies auour des planes enre le monde des savoirs scienques e le monde des savoirs paysans, populaires ou di des praciens. Dans la praque quodienne, les ineracons permeten aux aceurs don les savoirs e méhodes divergen de cheminer ensemble ou en s'enrichissan du savoir e des expériences de l'aure. L'imporance du respec de ous les savoirs, qu'il s'agisse de celui du chercheur ou celui du paysan (le rappor à la plane, l'approche inuive ou inellecuelle, la par de mysère, ec) es une condion à la mise en place des projes. Par exemple, dans le proje de croisemens de blé endre, les appors muuels de la chercheuse en généque Isabelle Goldringer e du paysan Jean-François Berhello leur on permis à ous deux d'avancer dans leur recherche, l'un à côé de l'aure. L'analyse scienque e les connaissances du paysan s'en rouven renforcées muuellemen.
Exrai de l'analyse du proje : « ce que je faisais c'éai la geson des populaons qui éai rès héorique, même si on s'appuyai sur l'expérimenaon. Mais l'expérimenaon, elle éai en saon. E je rouvais que ça n'allai pas, que ça ne pouvai avoir un sens que si ça pouvai s'appuyer sur des aceurs locaux. » « On a énormémen discué des mécanismes d'évoluon, c'es-à-dire commen les populaons variables pouvaien évoluer. C'es là-dessus que j'avais ravaillé. Donc il éai rès demandeur de comprendre le fai que les blés pouvaien quand même se croiser un pe peu même si c'éai une espèce auogame, quel rôle pouvaien jouer les muaons » (I. Goldringer)
érinanreli'piilidcs
Les expériences de sélecon parcipave s'inscriven égalemen dans l'inerdisciplinarié à ravers les
diérens savoirs scienques qui les composen : généque (la dimension écologique de l'ineracon avec variaon génoype x environnemen), ehnologie (le savoir paysan), agronomie (l'associaon des praques culurales avec les semences paysannes),nurion, sociologie (la mise en réseau e la conracualisaon enre les diérens aceurs), philosophie (l'ehos).
Ainsi, les appors d'une discipline, souven les sciences humaines, peuven êre ules à des chercheurs d'aures disciplines pour regarder en arrière, analyser leurs praques ou les aider à éablir une méhode de ravail. Par exemple les aceurs du proje Diverba (fourragères) on mis en avan l'imporance qu'il incombe d'atacher au processus, aux ineracons, plus qu'au produi (la variéé mise au poin) en lui-même, e au sens que les aceurs donnen au proje.
la reconnaissance scienque
La nécessaire reconnaissance scienque pour les chercheurs, par leurs pairs, de ravaux réalisés dans le cadre de recherche parcipave, es un aspec qui avai éé mis en avan dans l'écriure du proje avec le bu de « crédibiliser ces praques en éablissan les méhodologies e processus permetan de mener à bien des projes de recherche parcipave ». Au l du proje, il es vie apparu que l'ateine de ce objecf se faisai aussi par une reconnaissance scienque des aures parenaires, en l'occurrence les paysans. En ee, pour les paysans du RSP, un des enjeux majeurs des projes de sélecon parcipave es de permetre de faire reconnaîre le caracère scienquemen innovan de leurs ravaux (créaon variéale e éablissemen d'une méhodologie de sélecon) grâce au parenaria avec les chercheurs qui on eux auorié scienque.
On remarque donc qu'on donne une illusraon concrèe d'un aure des objecfs du proje, « monrer l'inérê e l'imporance de l'implicaon des parenaires associafs dans la recherche ». Un des enjeux de parenarias dans la recherche es alors d'acquérir une légimié comme aceur dans son propre domaine. Le RSP acquière donc à ravers ses projes une légimié à s'armer comme un aceur de poids en agriculure, pour la promoon de la biodiversié culvée e des variéés paysannes conservées e mises au poin par les paysans du RSP. Le RSP es légimé pour inervenir dans la modicaon de la réglemenaon, amener d'aures chercheurs à ravailler avec le RSP e inervenir par exemple dans d'aures projes don les parenaires soien aures que des chercheurs (appels à projes régionaux par exemple). Le processus, c'es-à-dire le parenaria, es un moyen d'ateindre pour le RSP sa n, ses objecfs inernes. Tou comme le parenaria pour le chercheur perme d'analyser les praques de errain e de conribuer à modier le monde qui l'enoure, en l'occurrence les praques e règles concernan la biodiversié culvée.
L'implicaon de ous les aceurs, de la formulaon des nouvelles quesons de recherche, à l'expliciaon e à la validaon des méhodes de ravail, à la mise en discussion des résulas.
L'animaon d'un proje de sélecon parcipave
Le rôle d'un aceur-clé dans la réussie des parenarias e la vériable parcipaon des aceurs de errain ou au long du processus, l'animaeur, a éé régulièremen mis en avan par les parcipans des projes de sélecon parcipave. En an qu'inerface enre les chercheurs e les paysans, il parcipe à la créaon de parenarias. En ee, il conribue à la diusion de praques isolées, au repérage de nouveaux aceurs (chercheurs, paysans ou aures), à l'éablissemen de bus communs enre aceurs apparenan à des mondes professionnels diérens. Proche des paysans mais souven issu de formaons similaires de celle des scienques, il es une courroie de ransmission enre les deux mondes. En assuran aussi la médiaon enre les diérens aceurs, à la formulaon ou pendan le déroulemen du proje, il conribue à sa réussie évier les incompréhensions.
Enn, les programmes de recherche parcipave son des programmes collecfs e une srucure collecve
es nécessaire, associaon formelle ou non. C'es l'animaeur qui perme le fonconnemen de cete srucure, qui recherche les nancemens, qui fai circuler l'informaon, organise les renconres e les parages de savoirs e savoir-faire. C'es souven là que se siue d'ailleurs la limie la plus sérieuse à son acon, car il doi passer un emps de plus en plus imporan, au fur e à mesure du développemen des acons collecves, sur des âches adminisraves e de recherche de nancemens au dérimen des acons de errains e de mise en réseau. C'es une conséquence de la limiaon dans le emps des nancemens e pour une plus grande ecacié, les souens aux associaons devraien égalemen êre engagés pour plusieurs années.
Des conraines se posen duran les diérenes éapes d'un proje : avan, pendan, à la n e après. Un proje naî de la dénion d'objecfs à remplir, mais avan ou d'une envie commune des parenaires de ravailler ensemble, avec des bus paragés. Les aceurs parfois ne se connaissen pas, e ne fonconnen pas de la même façon. Il fau prendre en compe les langages diérens (l'anglais des publicaons/le français des échanges), de emporaliés diérens (par exemple emps des récoles/emps des publicaons), e les lexiques diérens (proocoles, émoins, répéons, magie, sensibilié, inuion). Plusieurs élémens énoncés ci-dessous permeten de donner des pises sur lesquelles s'acheminer pour garanr la parcipaon de ous les aceurs à oues les éapes des parenarias, mais égalemen la réussie des parenarias e des projes menés.
le faceur humain e le réseau social
Les disposifs mis en place, dans le cadre d'un parenaria enre paysans e chercheurs, son souven rès fragiles. Leur résisance en souven aux personnaliés des uns e des aures qui on appris à se connaîre e à se faire conance. Ils meten souven en avan le fai que si un des aceurs s'en va, le proje pourrai s'eondrer. La réussie des projes de sélecon parcipave, ou comme celle des parenarias de façon générale enre associaons, chercheurs e cioyens, en beaucoup au faceur humain. Chaque proje es le résula d'une consrucon bien spécique.
La méhode/le processus La réussie d'un proje en parenaria repose auan sur les résulas, que sur le processus de co-consrucon des savoirs « On a un enjeu de développer réellemen ces variéés adapées aux atenes des paysans. Un enjeu de co-consruire pour l'avenir, pour eux, évenuellemen pour d'aures, une manière de ravailler en sélecon parcipave. On es ou le emps dans les deux. On peu avoir le côé ineracon e co-consrucon qui marche bien, e avoir la manipulaon qui rae, ou le conraire. Ou les deux qui marchen. » Isabelle G. La rédacon d'une convenon es un excellen oul méhodologique pour servir de comparaison pour la consrucon d'aures projes de recherche parcipave. Cete convenon conen par exemple : poser le problème à la base, avec des objecfs communs, e le reposer par la suie. Tenir une chronique sur ce que produi le proje, quelles décisions son prises, c'es-à-dire laisser des races pour émoigner du changemen produi e pouvoir en rendre compe. quels son les parenaires e aceurs impliqués, an de metre en place une division du ravail appropriée, par exemple avec le rypque paysan-animaeur-chercheur. qui communique quoi sous quelle forme ? - communicaon académique - communicaon auprès du grand public - communicaon enre les parenaires S'engager à ce que la diusion des résulas doi se faire, quels que soien les résulas
Ce qui ne s'écri pas mais qui es implicie e paragé par ous les aceurs : le respec d'un code de conduie (l'ehos).
Le monage d'un proje e le nancemen alloué :  - un nancemen dans la durée, sur plusieurs phases  : Il es imporan, pour le nancemen spécique de la recherche, de faire comprendre aux bailleurs, aux insuons e aux poliques, que, pour une plus grande ecacié, les souens aux associaons devraien égalemen êre engagés pour plusieurs années. Il es imporan d'insiser sur la nécessié d'accorder du emps aux programmes de recherche e de permetre plusieurs phases : une phase de consrucon d'au moins deux ans, une phase expérimenale longue d'au moins 7 ans, e une phase de communicaon e de diusion de 2 ou 3 ans égalemen. Ces phases s'enchaînen mais l'engagemen de nancemen doi êre formulé sur la oalié du programme. Ceci sera le gage d'une réelle co-consrucon e non pas d'un simple "parcipaon" dans un programme consisan à metre des parcelles à disposion, évenuellemen conre une indemnisaon. Si les paysans son consulés dès le dépar e paragen la concepon du proje, les idées e les savoirs seron échangés e le chercheur pourra vraimen voir l'ee de la sélecon paysanne.
- un nancemen qui auorise la parcipaon de ous les parenaires nécessaires, avec un minimum d'aceurs permanens sur le proje, ce qui es imporan pour insaurer e mainenir un rappor de conance. L'implicaon des parenaires non-insuonnels passe par une rémunéraon/dédommagemen pour la parcipaon au proje. Par exemple, dans le monage de Solibam, le RSP pressen depuis le débu pour êre le parenaire naurel sur plusieurs espèce n'a pas ouefois pu êre ociellemen reenu, le programme européen ne reconnaissan que des insuons scienques comme parenaire. Il fu donc prévu que le RSP soi sous-raian sur le programme des croisemens de blé. Concernan les paysans, il es imporance de pouvoir êre remplacé quand le ravail à la ferme n'es pas fai, e donc de prévoir dans les budges la rémunéraon pour la personne qui rese à la ferme. . Ces coûs doiven êre inégrés de façon plus fore dans les projes mis en place.
- un nancemen qui permete le parenaria du débu à la n du proje :  Il fau absolumen prévoir un budge de raducon qui permeten à ous les aceurs d'un programme de comprendre, inerpréer e discuer les résulas des recherches auxquelles ils collaboren. Les paysans qui parcipen aux programmes de recherche viven mal la dominaon de l'anglais comme seule langue scienque, e le fai que l'inerpréaon des résulas d'analyse faies sur leur erre ne leurs soien pas accessibles. Beaucoup de diculés viennen du manque de conacs e d'échanges : les momens d'ineracons enre les diérens aceurs du proje son variés mais rop limiés e devraien êre plus récurrens, comme des réunions pluri-annuelles, la co-rédacon de rappors, ou l'analyse sysémaque des données à plusieurs. « jusqu'où aller dans l'ineracon chercheurs-paysans noammen dans les publicaons ? ». Les modaliés doiven êre précisées par les aceurs. L'imporance des réunions pour se renconrer, discuer des sraégies
Les lieux e évènemens propices aux échanges Au vu du déroulemen des diérenes séminaires e du forum, la possibilié pour les aceurs principaux de la sélecon parcipave/recherche parcipave es faciliée par le regroupemen en pes collecfs ne dépassan pas les 30 à 40 personnes (séminaires ou aeliers pendan le forum). Le fai que chacun se présene e émete ses movaons à parciper à un séminaire favorise les échanges d'expériences. L'espri du lieu inuence égalemen foremen la eneur des échanges e l'ambiance générale d'un événemen : un amphihéâre formalise e aurai endance à bloquer les échanges, alors qu'une réunion qui se en dans
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.