Comment favoriser les conditions d'accès des entreprises de transport routier au réseau ferroviaire.

De
Cette recherche tente de cerner les relations des transporteurs routiers vis-à-vis des modalités d'accès au réseau ferroviaire et de déceler les améliorations souhaitables pour favoriser une meilleure articulation entre le fer et la route. Cette recherche a donc deux objectifs : un objectif de compréhension sur les rapports qu'entretiennent les réseaux routiers et les réseaux ferroviaires ; le deuxième objectif concerne les orientations possibles à donner, afin de favoriser une meilleure articulation entre le fer et la route. La première partie de cette recherche cherche à mieux comprendre les transporteurs routiers vis-à-vis des conditions d'accès au fer. Dans la deuxième partie, sont analysés les enjeux du combiné en les resituant dans l'environnement économique, social et juridique. Cette recherche permet d'améliorer la connaissance des chaînes de transport d'un point de vue intermodal, d'autre part de dégager des orientations pour mieux gérer les points de rupture des chaînes de transport et d'en faciliter la continuité.
Bessay (Gaston). Paris. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0072527
Publié le : jeudi 1 janvier 1998
Lecture(s) : 14
Source : http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0072527&n=40993&q=%28%2Bdate2%3A%5B1900-01-01+TO+2013-12-31%5D%29&
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 97
Voir plus Voir moins
1
OGC Logistique avec la collaboration d'IPT-IFRETet de l'UNOSTRA/TRDERIDPSAT 1996/2000Groupe lieux de transports : continuit
é et rupture
2
3
SOMMAIRE 1-OBJECTIFS2-PROBLEMATIQUE3-MÉTHODOLOGIE4 - RÉCAPITULATION DES RÉPONSES DE L'ENSEMBLE DES QUESTIONNÉS OU DES NON UTILISATEURS 5-ANALYSE COMPARATIVE DÉTAILLÉE DES RÉPONSES DES DEUX POPULATIONS QUESTIONNÉES (ENSEMBLE ET NON UTILISATEURS) 6-RÉPONSES GLOBALES DES UTILISATEURS DE TRANSPORT COMBINE 7-ANALYSE COMPARÉE DES RÉPONSES DES UTILISATEURS DU COMBINÉ 8 - LES ENJEUX DU COMBINE
PAGE
4
5
7
10
27
51
61
79
 4  janvier 1998 1 - OBJECTIFS:Cette recherche, effectuée dans le cadre du Prédit, a été réalisée par OGC Logistique en collaboration avec IFRET (institut fer route études transport), IPT (institut de prospective transport) et l'UNOSTRA (syndicat professionnel représentant les P.M.E. du transport routier). Il s'agissait de tenter de cerner l'analyse des transporteurs routiers vis à vis des modalités d'accès au réseau ferroviaire et de déceler les améliorations souhaitables pour favoriser une meilleure articulation entre le fer et la route. Cette recherche a donc deux objectifs, un objectif de compréhension sur les rapports qu'entretiennent les réseaux routiers et les réseaux ferroviaires. Deuxièmement il s'agissait de dégager des orientations possibles afin de favoriser une meilleure articulation entre le fer et la route. Jusque là, l'examen des ruptures dans la chaîne de transport a souvent été traité de façon exclusivement modale. Par ailleurs, les réflexions concernant les perspectives de développement du transport combiné sont presque toujours définies dans une approche macro-économique sans suffisamment tenir compte des réalités du marché et des attentes des acteurs. C'est pourquoi cette recherche essaye dans sa première partie de mieux comprendre quelles sont les analyses des transporteurs routiers vis à vis des conditions d'accès au fer. Dans sa deuxième partie , elle vise à décrire les enjeux du combiné en les resituant dans l'environnement économique, social et juridique. Cette recherche a donc une double ambition, elle vise d'abord à améliorer la connaissance des chaînes de transport d'un point de vue intermodal d'autre part à dégager des orientations en vue de mieux gérer les points de rupture des chaînes de transport et d'en faciliter la continuité. 2 - PROBLÉMATIQUE
 5 Aujourd'hui le mode routier et le mode ferroviaire sont le plus souvent considérés comme des modes concurrents. En réalité les champs de concurrence sont de plus en plus réduits dans la mesure où le fer comme la route ont relativement bien stabilisé les frontières de leurs marchés respectifs. Certes il reste encore des marchés communs aux deux modes mais progressivement le fer s'est installé sur les secteurs économiques plutôt en amont des processus de production ou sur les marchandises très massifiées, tandis que la route se situe davantage en aval et sur des lots plus éclatés. La route occupe désormais sur le marché des transports terrestres une part prépondérante (60 à 70% en TK mais plus de 90% en CA); le risque de marginalisation du fer est important en Europe car on ne saurait se fonder sur les seuls résultats de la SNCF qui sont plus satisfaisants que la plupart des réseaux ferrés des grands pays de l'Union économique. A partir d'un indicateur qui peut se discuter, la TK, Eurostat indiquait en 92 que la rail détenait (pour 12 pays) 14% des TK intérieurs à la CEE. Sur ces 14% seulement 3,5% concernent les trafics intra-communautaires. En clair cela signifie que le fer est le plus faible sur son domaine de pertinence technique à savoir les grands parcours. Or la création prochaine de la monnaie unique, la libéralisation du cabotage routier vont encore accroître les échanges intra-communautaires. Sur les tendances actuelles, la marginalisation totale du fer n'est donc pas à exclure. Pourtant chacun est désormais persuadé que le tout routier risque de poser de nombreux problèmes. Des problèmes d'investissement d'abord, dans la mesure où les flux sont relativement concentrés sur certains axes et à certaines périodes. D'ores et déjà, il est prévisible que les schémas de développement routiers ne pourront être respectés compte tenu des contraintes budgétaires. Par ailleurs, la sensibilité aux externalités négatives du transport routier va freiner certains projets, précisément dans les zones les plus denses. Il est donc de l'intérêt général de tenter de favoriser une meilleure articulation des modes. Cela passe toutefois par une plus grande accessibilité des réseaux ferroviaires conçus, organisés, et localisés en fonction le plus souvent de leurs seules contraintes. Par ailleurs, on ne peut raisonner en matière d'articulation des modes en fonction du seul transport physique entre points de massification des flux. Pour rendre l'accès aux réseaux ferroviaires plus facile, il convient aussi de développer des services assurant la continuité de la chaîne logistique notamment pour le trafic international. Les différentes techniques de transports combinables méritent d'être analysées au regard de ces exigences. Avec la nouvelle donne réglementaire (contrat de progrès, accords suite aux conflits routiers de 96 et 97, décrets sur le temps de service, meilleure application du règlement européen 3820-85, hausse de salaires de base etc), les transporteurs devront progressivement réduire la durée de service et rémunérer tous les temps travaillés à partir d'un salaire horaire réévalué. La principale variable de flexibilité sera donc de plus en plus contrainte par ce nouveau contexte; certains transporteurs pourraient envisager un report de la traction sur le fer et notamment le transport combiné afin de n'avoir plus à gérer les difficiles problèmes de durée et de coût de travail.
 6 A la perte de flexibilité, s'ajoute en effet une hausse des coûts liée à la rémunération de tout le temps travaillé. Certes la majorité des entreprises du transport routier n'est pas encore engagée de la même manière dans la démarche du contrat de progrès, ceci étant des progrès assez significatifs ont été réalisés comme en témoigne en particulier l'enquête du DTT-SES (voir Observatoire social du TRM). A terme, avec l'objectif d'une durée de 200 heures (après 240 heures en 96, 230 en 97) vers l'an 2000, il est certain que le transport routier devrait voir sa compétitivité relativement affectée. Pour compenser cette normalisation des conditions sociales, il pourrait alors être plus intéressant dans certains cas de faire assurer la traction par le fer sur des parcours principaux qui exigeraient plus d'un chauffeur mais qui cependant ne pourraient justifier une pleine utilisation de deux conducteurs. En outre, avec la libéralisation totale du cabotage routier en 1998, les échanges devraient être encore davantage favorisés, l'internationalisation est appelée à se développer au sein de l'Europe et la demande transport sur longue distance va progresser. Les transporteurs routiers -sauf quelques groupes- ne disposeront pas de réseaux à l'échelle de l'Europe, ils pourraient alors suppléer cette carence en utilisant le réseau ferré européen notamment le combiné en tant que de besoin. Ceci étant, un certain nombre de réticences demeurent vis à vis du fer et plus particulièrement du combiné actuel et notamment vis à vis des différents intervenants dans la production et la commercialisation de cette technique. En outre, dans certains cas, les transporteurs routiers considèrent que la qualité et la compétitivité du combiné ne sont pas assez satisfaisantes en l'état actuel du marché. L'étude aura donc pour objet de faire ressortir ce que pensent les entreprises du TRM des conditions d'accès au fer et notamment du transport combiné actuel. Par ailleurs, il s'agira de faire émerger les principales améliorations pour permettre une meilleure articulation fer/route. 3 - MÉTHODOLOGIE L'étude sur les conditions d'accès des entreprises de transport routier au réseau ferroviaire comporte trois étapes. D'abord une recherche bibliographique afin de dégager l'état de l'art sur cette question. Deuxièmement, une enquête qualitative auprès des transporteurs routiers afin de mettre au point le questionnement devant être soumis aux enquêtés. Le questionnaire étant élaboré puis testé a été adressé aux entreprises sélectionnées. La collaboration entre OGC Logistique et IFRET a permis de comparer les réactions de deux types d'entreprises, les plus importantes d'une part et les plus petites d'autre part. IFRET et IPT de leur côté ont effectué une enquête auprès des 1000 plus importantes entreprises de transport. Ce sont les éléments de cette enquête qui sont exploités ici en comparaison avec l'enquête réalisée par OGC Logistique sur la population des plus petites entreprises. Pour ces dernières, le concours de l'UNOSTRA a rendu possible l'analyse des réactions des petits transporteurs. Sur 1000 questionnaires adressés par IFRET environ 300 ont été retournés. Sur 500 questionnaires adressés par OGC Logistique environ 150 ont été retournés. Soit au total un taux de réponses de l'ordre de 30%, taux tout à fait exceptionnel et qui tient d'une part à la notoriété d'IFRET, d'autre
 7 part à la collaboration de l'Unostra. Compte tenu du second objectif de cette recherche, il était important d'obtenir le concours d'une organisation professionnelle. D'ores et déjà le taux de réponses marque l'intérêt des questionnés vis à vis de la problématique posée et rendra d'autant plus facile une adhésion à de nouvelles orientations qui pourraient découler de cette recherche. D'ores et déjà l'UNOSTRA a manifesté l'intention d'utiliser les travaux de cette recherche afin de mieux comprendre les réticences des petits transporteurs vis à vis du combiné mais aussi pour proposer une stratégie de développement du combiné plus adaptée aux P.M.E. du transport. Ces propositions de l'UNOSTRA pourraient être formulées courant 98 et transmises au Ministre. Cette recherche vise donc à apporter une contribution à l'amélioration des connaissances en matière de rupture de chaînes mais aussi à aider les acteurs à mieux formuler leur stratégie en matière de gestion des flux. LES RÉSULTATS DE L'ENQUETE Pour les petites entreprises 10% des questionnés utilisent le transport combiné, tandis qu'ils sont 16% pour les plus grosses. Cela signifie que le transport combiné reste très marginal comme mode alternatif ou comme maillon de la chaîne de transport. Ceci est encore plus vrai pour les plus petites entreprises. On constate donc la relative faiblesse du transport combiné, faiblesse confirmée par le poids relatif de cette technique dans l'ensemble du marché de transport de marchandises. En effet, le transport combiné représente de l'ordre de 25% du trafic de la SNCF, ce qui évidemment est loin d'être négligeable mais le fret SNCF lui-même représente en chiffre d'affaires, 10% du marché total. Certes la progression des techniques combinées a été forte au cours de ces dernières années mais il faut bien prendre en compte que cette progression s'appuie sur une valeur absolue encore marginale. Dès lors il est intéressant de s'interroger d'abord sur les raisons qui conduisent les transporteurs à ne pas faire le choix du combiné. Les réponses des transporteurs publics sont en effet essentielles. Comme on le sait le transport combiné, dans l'état actuel des techniques et de la structure des coûts, n'est pertinent qu'à partir de 500 ou 600 km. Sur ces distances longues, le transport public est très majoritaire par rapport au transport pour compte propre, le marché longue distance est donc largement maîtrisé par les routiers qui sont les utilisateurs potentiels dominants du transport combiné.
 8 4 - RÉCAPITULATION DES RÉPONSES DE L'ENSEMBLE DES QUESTIONNÉS OU DES NON UTILISATEURS Comme indiqué, deux types de questionnaires ont été adressés aux entreprises, l'un aux plus grandes (les 1000 plus importantes, fichier EAE) et l'autre aux plus petites (fichier Unostra). Ce questionnaire est différent car après test, il a dû être adapté pour les petites entreprises afin de faciliter leurs réponses. Les structures des questionnaires ne sont donc pas tout à fait semblables, cependant ils permettent des comparaisons sur les grandes tendances relatives à l'appréciation du combiné par les transporteurs. Dans un premier temps, il a paru intéressant d'analyser d'abord le point de vue des non utilisateurs ou de l'ensemble de la population (en sachant que la plus grande partie est non utilisateur). Dans un deuxième temps ce sont les réponses des utilisateurs qui ont été isolées afin d'affiner les facteurs explicatifs relatifs aux dysfonctionnement du combiné. Réponses globales des petites entreprises 1 - QUELLE EST LA TAILLE DE VOTRE ENTREPRISE ? 11 - de 0 à 10 salariés 71%  12 - de 11 à 50 salariés 20%
 13 - de 51 à 100 salariés 2%  14 - plus de 100 salariés 7% 2 - ETES-VOUS UTILISATEUR DU TRANSPORT COMBINE ?  21 - oui 10%  22 - non 90%  Si vous avez cochéouirépondez aux questionsn° 3 à 6 et 12 à 19  Si vous avez cochénonrépondez aux questionsn° 7 à 197 - AVEZ-VOUS ESSAYÉ DE RECOURIR AU MOINS UNE FOIS AU TRANSPORT  COMBINÉ  OUI - 5%  NON 95% -8 - QUELLES SONT LES RAISONS QUI VOUS ONT CONDUIT A NE PAS FAIRE LE DU TRANSPORT COMBINE 81 - relation inexistante 45%  82 - nombre de trains insuffisant 48%
CHOIX
 9  83 - prix trop élevés 35%  84 - investissement initial trop important 30%  85 - gains de productivité insuffisants 5%  86 - autres (précisez) 10% 9 - POURQUOI  91 à priori défavorable 6% - 92 - l'activité ne s'y prête pas 74%  93 - autres 17% 10 - QUELLES SONT LES RAISONS QUI A L'AVENIR POURRAIENT VOUS CONDUIRE A UTILISER LE TRANSPORT COMBINE ?  101 - un souhait de votre clientèle 42%  102 - une occasion d'améliorer votre compétitivité 35%  103 - une occasion de mieux utiliser votre personnel 32%  104 - une occasion de mieux utiliser votre parc 37%  105 - une occasion de mieux respecter les réglementations  sociales et de sécurité 26%  106 - des incitations financières fortes 29%  107 - une facilité d'accès pour les P.M.E. 38% 11 -12 - ESTIMEZ-VOUS QUE LE TRANSPORT COMBINE EST :  121 - concurrent du mode routier 30%  122 - complémentaire du mode routier 53%  123 - sans réponse 17%
POUR VOUS QUELLE SERAIT LA TECHNIQUE LA PLUS ADAPTÉE
111 - caisse mobile 112 conteneur -113 - semi-remorque sur train 114 - tracteur + semi-remorque sur trai
n
 5%
58% 30% 20%
 10 13 - DANS L'AVENIR PENSEZ-VOUS QUE LE TRANSPORT COMBINE VA SE DÉVELOPPER ?  131 - oui - passez à la question n° 14  132 - non - passez directement à la question n° 15 14 - POURQUOI ?  141 - comme technique de substitution sur longue distance 52%  142 - parce qu'il sera imposé par l'Europe sur  certaines relations 30%  143 - parce que le réseau routier sera trop encombré  sur certains axes 35%  144 - parce que les routiers vont s'organiser pour faire  du combiné 41% 15 - POUR LES P.M.E. PENSEZ-VOUS QUE LE SCHÉMA D'ENSEMBLE ACTUEL EST BIEN ADAPTE (SNCF, C.N.C., NOVATRANS, GNTC ETC. )  151 - oui 5%  152 - non 45%  153 - sans opinion 50% 16 - PENSEZ-VOUS QU'IL FAUDRAIT CRÉER UNE ORGANISATION SPÉCIFIQUE POUR LES P.M.E.  161 - oui 60%  162 - non 40%
17 -
18 -
11 QUEL SERAIT LE ROLE DE CETTE ORGANISATION ?
171 - massification des achats 172 - mise à disposition de matériel de combiné 173 - groupe de pression pour les P.M.E. 174 - organisation de dessertes terminales 175 - mise en place de réseaux nationaux et européens 176 - gestion des aides adaptées aux P.M.E.
 42% 30% 52% 39% 38 %  41%
LES PRINCIPALES AMÉLIORATIONS A APPORTER AU COMBINE
181 - des délais garantis 182 - une offre de relations élargie 183 - un information plus soutenue 184 - un équipement des terminaux185 - une réduction des prix 186 - un plus grand dynamisme de la SNCF 187 - autres (précisez)
 39%  38%  30%  42% 19 - QUE DEVRAIT FAIRE L'ETAT POUR AIDER LE COMBINE ?  191 - limiter la SNCF à un rôle de tractionnaire 53%  192 - donner plus de place aux routiers dans la décision 55%  193 - organiser les dessertes terminales 38%  194 - donner des aides plus incitatives aux entreprises 40%  195 - autres (précisez)
40% 37% 10%
11%
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.