De nouveaux espaces pour l'évaluation de la recherche : cinq évaluations 1994 - 1997

De
Les évaluations présentées dans ce rapport concernent en premier lieu deux grands organismes publics de coopération scientifique et internationale, l'Institut français de recherche scientifique pour le développement en coopération (ORSTOM, aujourd'hui Institut de recherche pour le développement - IRD) et le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD). Le transfert des résultats de la recherche en direction des acteurs économiques est abordé dans trois autres évaluations, la première consacrée à l'examen des Centres régionaux d'innovation et de transfert de technologie (CRITT), la seconde aux actions incitatives en faveur de la Recherche et Développement dans le domaine des matériaux, la troisième au département Sciences pour l'ingénieur du CNRS. Enfin cet ouvrage présente le bilan des suites données à deux évaluations menées en 1992, celle du Centre Scientifique et technique du bâtiment (CSTB) et celle de l'IFREMER.
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/054000362-de-nouveaux-espaces-pour-l-evaluation-de-la-recherche-cinq-evaluations-1994-1997
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 396
Voir plus Voir moins

SOMMAIRE S O M M A I R E
PRÉFACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
COMPOSITION DU COMITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
PARTIE 1 S O M M A I R E
Évaluation de l’institut français de recherche scientifique
pour le développement en coopération (ORSTOM) . . . . . 11
CHAPITRE 1
Le déroulement de l’instruction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
CHAPITRE 2
Diagnostic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
CHAPITRE 3
Recommandations du CNER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
ANNEXE 1
Les unités de recherche et les départements . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
ANNEXE 2
Le cahier des charges des expertises scientifiques . . . . . . . . . . . . . 51
ANNEXE 3
Composition des commissions scientifiques53
Observations du président du conseil d’administration de
l’ORSTOM sur le rapport du CNER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
PARTIE 2
Évaluation du Centre de coopération internationale en
recherche agronomique pour le développement (CIRAD)57
INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
CHAPITRE 1
Déroulement de l’évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
CHAPITRE 2
Le constat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
CHAPITRE 3
Recommandations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
ANNEXE
Liste des experts ayant participé à l’évaluation du CIRAD . . . . . . . 101
Observations du président du conseil d’administration
du CIRAD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
S O M M A I R E 3
PARTIE 3
Évaluation des centres régionaux d’innovation et de
transfert de technologie (CRITT) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
CHAPITRE 1
Le cadre de l’évaluation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
CHAPITRE 2
Caractérisation des CRITT – Réalisation d’une enquête . . . . . . . . . 117
CHAPITRE 3
Création et évolution des CRITT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
CHAPITRE 4
Analyse des CRITT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
CHAPITRE 5
Principaux enseignements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
CHAPITRE 6
Conclusions et recommandations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
ANNEXE
Liste des CRITT constituant l’échantillon des expertises. . . . . . . . 161
PARTIE 4
Recherche et développement dans le domaine des
matériaux : évaluation des actions incitatives des
pouvoirs publics . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
CHAPITRE 1
Présentation et champ de l’évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
CHAPITRE 2
Les différents acteurs concernés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
CHAPITRE 3
L’action des pouvoirs publics . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
CHAPITRE 4
Impacts de la politique publique199
CHAPITRE 5
La position des acteurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213
CHAPITRE 6
Conclusions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221
CHAPITRE 7
Recommandations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225
PARTIE 5
Évaluation du département des sciences pour l’ingénieur
du CNRS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229
PRÉFACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231
INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
I – Les enseignements de la caractérisation . . . . . . . . . . . . 237
4 S O M M A I R ECHAPITRE 1
La création et l’évolution du département et des laboratoires SPI 239
CHAPITRE 2
Identité du département SPI : quelques indicateurs . . . . . . . . . . . . 245
CHAPITRE 3
Comparaisons internationales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255
II – Les constats de l’expertise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257
CHAPITRE 4
Le point de vue des industriels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261
CHAPITRE 5
Notoriété et champ des recherches271
CHAPITRE 6
Les laboratoires et l’évaluation279
CHAPITRE 7
La politique du département sciences pour l’ingénieur . . . . . . . . . 287
III – Conclusions et recommandations . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299
CHAPITRE 8
Conclusions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301
CHAPITRE 9
Recommandations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 307
CHAPITRE 10
Postface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 313
ANNEXE 1
Le département SPI au sein du CNRS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 315
ANNEXE 2 1
Le budget exécuté 1995 du département . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 316
ANNEXE 2 2
Répartition des moyens par orientations scientifiques et technolo
giques (1995) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 317
ANNEXE 2 3
Soutien de base des laboratoires – actions interdisciplinaires hors
PIR (1995) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 318
ANNEXE 3 1
Évolution des ressources propres SPI (1989 1995) . . . . . . . . . . . . . 319
ANNEXE 3 2
Taux d’intervention du CNRS – Part des contrats dans les ressour
ces financières des unités (1992) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 320
ANNEXE 3 3
Évolution des effectifs des personnels concernés par le départe
ment SPI (1993 1996) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 321
ANNEXE 4 1
Unités du département SPI au sein du CNRS . . . . . . . . . . . . . . . . . . 322
ANNEXE 4 2
Évolution du nombre de structures opérationnelles du départe
ment SPI (1993 1996)323
S O M M A I R E 5
ANNEXE 5 1
Carte des unités de recherche du département SPI (1996). . . . . . . 324
ANNEXE 5 2
Index des structures opérationnelles du département par code
unité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 325
ANNEXE 6
Contrats communautaires des unités liées au CNRS (1989 1994)330
ANNEXE 7
Répartition des publications par disciplines (1986 1994) . . . . . . . . 331
ANNEXE 8 1
Nombre de chercheurs rattachés aux sections du Comité national
(département SPI – 1995). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 332
ANNEXE 8 2
Représentants de la recherche industrielle au Comité national
(1991 1995) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 333
ANNEXE 9
Textes sur les conseils de département . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 334
ANNEXE 10
Comparaisons internationales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 335
ANNEXE 11
Liste des experts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 339
ANNEXE 12
Expertises sur l’attente des industriels – sociétés visitées par les
experts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 341
RÉPONSE ET OBSERVATIONS DU CNRS . . . . . . . . . . . . . . . . . . 343
PARTIE 6
Bilan des suites données à deux évaluations de 1992 . . 347
INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 349
CHAPITRE 1
Bilan des suites données à l’évaluation du Centre scientifique et
technique du bâtiment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 353
CHAPITRE 2
Bilan des suites données à l’évaluation de l’Institut français de
recherche pour l’exploitation de la mer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 363
Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 373
Composition actuelle du CNER. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 375
oDécret n 89 294 du 9 mai 1989 relatif au Comité national d’évalua
tion de la recherche. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 377
LISTE DES SIGLES ET ABRÉVIATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 381
TABLE DES MATIÈRES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 389
6 S O M M A I R EPRÉFACE
DE Christian B ÈCLE P R É F A C E
président du CNER de novembre 1991 à avril 1997 P R É F A C E
Le présent ouvrage est le troisième que publie à la Documentation
française le Comité national d’évaluation de la recherche (CNER). Il renferme
les principaux travaux effectués par le CNER au cours des quatre dernières
années et rendus publics à partir de juillet 1994. Ces travaux ont été réalisés
alors que j’assurais la présidence du Comité. Aussi mon successeur, le profes
seur Jean Dercourt, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, m’a t il
demandé de les préfacer. Je le fais d’autant plus volontiers que je garde de ces
années de travail et de réflexion au CNER la conviction que la démarche
adoptée par le Comité s’est progressivement enrichie au contact des enquêtes
de terrain conduites durant cette période et qu’il a su en tirer pleinement profit
dans l’exercice de ses missions.
Les sept premières évaluations du CNER publiées en janvier 1994 sous
le titre « .Un autre regard sur la recherche.» couvraient la période 1990 1993.
Celles que nous proposons aux lecteurs dans les pages qui suivent prennent
leur relais. Elles sont essentiellement consacrées à l’examen de deux espaces
d’intervention de la politique nationale de recherche et de technologie. Le
premier concerne le dispositif de coopération scientifique et technique pour le
développement qui constitue une des spécificités de l’appareil français de
recherche.; le second, les mécanismes de transfert des résultats et des compé
tences de la recherche publique en direction des acteurs économiques.
S’agissant du premier de ces thèmes, le CNER a souhaité évaluer les
deux établissements publics qui en sont les principaux opérateurs : l’Institut
français de recherche scientifique pour le développement en coopération
(ORSTOM) et le Centre de coopération internationale en recherche agronomi
que pour le développement (CIRAD). La dissémination internationale des
implantations relevant de ces deux organismes a nécessité des expertises de
terrain sur plusieurs continents .; le CNER leur doit de précieux enseignements
sur la diversité des fonctions assurées localement par nos unités de recherche,
leur perception par les institutions des pays hôtes, la nécessaire adaptation à
laquelle ces unités et les établissements dont elles relèvent sont confrontés,
enfin la méthodologie requise pour conduire de tels travaux. Les deux premières
parties de l’ouvrage rendent compte de ces évaluations.
Le thème du « .transfert.» quant à lui occupe une place privilégiée dans
la compréhension et l’appréciation d’une des aspirations les plus profondes de
la politique nationale de recherche. Le CNER l’a approché à maintes reprises
P R É F A C E 7
dès ses premières évaluations. Il poursuit son examen par l’intermédiaire des
trois études figurant dans l’ouvrage, chacune ayant choisi de s’intéresser à un
type d’opérateur particulier : ce sont les Centres régionaux d’innovation et de
transfert de technologie au contact des demandes émanant des petites et
moyennes entreprises.; ce sont également les actions incitatives des pouvoirs
publics appliquées au vaste domaine des matériaux .; c’est enfin le département
des sciences pour l’ingénieur du CNRS qui contribue, au même titre que
d’autres départements scientifiques de cet organisme, à favoriser le rapproche
ment et la coopération entre laboratoires publics et partenaires industriels.
Les dispositions du décret créant le CNER lui font obligation d’établir
périodiquement un bilan rendu public des suites données aux évaluations. La
dernière partie de l’ouvrage est consacrée à l’inauguration de cette procédure
qui fournit au Comité l’occasion non seulement d’apprécier la prise en compte
de ses recommandations par les autorités qui en furent les destinataires, mais
également de s’interroger avec le recul nécessaire sur la pertinence de ses
préconisations. Les évaluations du Centre scientifique et technique du bâtiment
et de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer sont soumises
à cette analyse rétrospective, trois ans après leur conclusion.
Certains seront tentés d’objecter que des études figurant dans le présent
ouvrage se réfèrent à une situation institutionnelle qui s’est sensiblement
modifiée depuis l’époque où elles furent conduites .; en conséquence, méritent
elles d’être publiées aujourd’hui .?
On répondra à cette objection qu’une telle publication s’avère particu
lièrement opportune pour deux raisons essentielles. Elle permet tout d’abord
de faciliter l’accès à des rapports qui nous sont souvent demandés. Mais surtout
la présence conjointe dans un même ouvrage de travaux distincts auxquels nous
avons apporté la plus grande attention et qui ont parfois exigé plusieurs années
de réflexions et de débats au sein de notre Comité, met en évidence, par les
relations mêmes qu’ils entretiennent entre eux, des questions importantes
renvoyant à l’organisation et au fonctionnement de l’appareil national de
recherche et de développement. Ces questions demeurent d’actualité, même si
les institutions qui nous ont permis de les poser ont pu quelque peu évoluer par
rapport au constat que nous faisions en les examinant. C’est le sens même de
la mission impartie au CNER que de s’efforcer de proposer, à partir d’une
analyse conjoncturelle, des éléments permanents de réflexion susceptibles
d’orienter l’action des pouvoirs publics. Puisse cet ouvrage contribuer à mieux
faire connaître et comprendre cette démarche.
Paris, le 25 novembre 1997
Christian BÈCLE
8 P R É F A C ECOMPOSITION DU COMITÉ
Jusqu’au 23 avril 1997, date du renouvellement de son président
et de quatre de ses membres C O M P O S I T I O N D U C O M I T É
Président
Christian B ÈCLE,
recteur d’académie, ancien directeur général de la recherche et de la technologie
Membres
Jean Louis A RMAND,
professeur des universités, ancien président de l’Institut méditerranéen de technologie
Lucien B RAMS,
directeur honoraire de la mission interministérielle recherche expérimentation auprès
des ministères sociaux
Jacques D UCUING,
professeur des universités .; ancien directeur général du Centre national de la recherche
scientifique
Pierre F EILLET,
directeur de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique, ancien direc
teur général délégué de cet Institut
Claude J EANMART,
membre correspondant de l’Académie des sciences, ancien directeur scientifique du
groupe Rhône Poulenc
Gaston M EYNIEL,
doyen honoraire des facultés de médecine et de pharmacie de Clermont Ferrand, ancien
président de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale
Roland M ORIN,
erprésident de chambre à la Cour des comptes (membre du CNER jusqu’au 1 janvier 1995)
Michel Q UATRE,
ingénieur général des ponts et chaussées, coordonnateur de la sous section « .prévention
et sécurité .» au Conseil général des ponts et chaussées, ancien directeur de la prospec
tive et des programmes au ministère chargé de la recherche
Jean François T HÉRY,
conseiller d’État, président de la section du rapport et des études, ancien directeur de
la politique générale de la recherche au ministère chargé de la recherche
C O M P O S I T I O N D U C O M I T É 9
PARTIE 1
Évaluation
de l’institut français de
recherche scientifique
pour le développement
en coopération
(ORSTOM)
Juillet 1994 P A R T I E 1

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.