Emplois verts. Pour un travail décent dans un monde durable, à faibles émissions de carbone. Messages politiques et principales conclusions à l'intention des décideurs.

De
Le présent document reprend les principales conclusions du rapport.
- Combien d’emplois verts ont été créés dans les premières phases du passage à une économie respectueuse de l’environnement ?
- Combien pourrait-on en créer à l’avenir ?
- Où ces emplois ont-ils été créés et qui a des chances d’y avoir accès ? Les pays en développement en bénéficient-ils autant que les pays industrialisés ?
- De quel type d’emplois s’agit-il ? Peuvent-ils être considérés comme décents et que peut-on faire pour qu'ils le deviennent ?
- Quels emplois sont menacés du fait des mutations ? Quelles actions sont requises pour aider les perdants ?
- Quels sont les obstacles à surmonter sur le chemin d’un avenir plus respectueux de l’environnement ?
- Quelles sont les voies à emprunter et les politiques à mettre en œuvre pour assurer une économie et une société durables ?
Nairobi. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0062024
Publié le : mardi 1 janvier 2008
Lecture(s) : 12
Source : http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0062024&n=11348&q=%28%2Bdate2%3A%5B1900-01-01+TO+2013-12-31%5D%29&
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 33
Voir plus Voir moins
    Emplois verts : Pour un travail décent dans un monde durable, à faibles émissions de carbone      Messages politiques et principales conclusions à l’intention des décideurs        
   
 
 
 
 
 
 Photos de couverture :  © Wolfgang Steche / VISUM / Still Pictures Installation de panneaux solaires sur une ancienne mine (Allemagne)  © Wolfgang Maria Weber / argus / Still Pictures Recyclage de téléphones portables usagés : employé réparant un portable pour réutilisation.  © Peter Frischmuth / argus / Still Pictures Construction d’une turbine éolienne par des travailleurs                            Green.dot   Le PNUE s’efforce de promouvoir des pratiques respectueuses de l’environnement dans le monde entier comme dans ses propres activités. La présente publication est imprimée sur du papier recyclé à 100 % et des encres végétales et autres pratiques écologiques ont été utilisées pour sa production. Notre politique en matière de distribution vise à réduire l’empreinte carbone du PNUE.  
2
       Emplois verts : Pour un travail décent dans un monde durable, à faibles émissions de carbone      Messages politiques et principales conclusions à l’intention des décideurs     
 
3
  © septembre 2008, Programme des Nations Unies pour l’environnement   Note des éditeurs :  Le présent document s’inspire des données et des conclusions figurant dans le rapport Jobs:« Green Towards Decent Work in a Sustainable, Low-Carbon World ». Elle reprend les grandes lignes de ce rapport, mais tient compte aussi des points de vue exprimés lors des échanges tenus entre les partenaires de l’Initiative pour des emplois verts et non reflétés dans le rapport initial.  Le rapport initial a été élaboré à la demande du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), qui l’a également financé dans le cadre de l’InitiativeEmplois verts, mise en place conjointement par le PNUE, l’Organisation internationale du Travail (OIT), l’Organisation internationale des employeurs (OIE) et la Confédération syndicale internationale (CSI). Il a été élaboré, pour le PNUE, par l’Institut Worldwatch, avec l’assistance technique du Global Labour Institute de l’Université Cornell.   Exemplaires du rapport :  Le rapport a été publié sous forme électronique, en anglais uniquement. Il peut être téléchargé à partir des sites web du PNUE et de l’OIT :  www.unep.org/civil_society/Publications/index.asp   www.unep.org/labour_environment/features/greenjobs.asp  www.ilo.org   Des exemplaires du présent document peuvent être obtenus en anglais, espagnol et français, à l’adresse suivante :  Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) P. O. Box. 30552 Nairobi ( Kenya) Mél : civil.society@unep.org Site Internet :icteyiciv_losnep.org/www.u    Conception, présentation et impression :  Section des services de publication Office des Nations Unies à Nairobi (ONUN)
4
 
  Remerciements  Le PNUE remercie l’Organisation internationale du Travail (OIT), l’Organisation internationale des employeurs (OIE), la Confédération syndicale internationale (CSI), l’Institut Worldwatch et le Global Labor Institute de l’Institut Cornell des contributions qu’ils ont apportées à la préparation et à la publication du rapport.               
 Notes explicatives  Dans ce document, toutes les unités sont des unités métriques, sauf indication contraire. Les valeurs monétaires sont exprimées en dollars des Etats-Unis dans l’ensemble du rapport. Les valeurs monétaires initiales autres que celles en dollars sont indiquées entre parenthèses et converties en dollars en utilisant les taux de change moyens suivants de 2007 : 1 euro = 1,37 dollar; 1 livre sterling = 2,00 dollars (taux de change de la Banque de réserve fédérale de New York « Foreign Exchange Rates Historical Search » sur le siterocilah/mo.efcms/etrafxs/testhi.yn..brf/grokramwww)  
 
5
   Photo 1 :  ©Muxaun-UNEP/Still Pictures Cheminées rejetant dans l’air des polluants industriels. De nombreux procédés industriels ont pollué la quasi-totalité des composantes de la biosphère : terres, cours d’eau, mers, et atmosphère. Roumanie.  
6
 
 I. Enjeux mondiaux et questions pressantes  Face à un double enjeu  La notion d’« emplois verts » est devenue en quelque sorte emblématique d’une économie et d’une société plus durables, déterminées à préserver l’environnement pour les générations présentes et futures et à garantir à tous les individus et à tous les pays des conditions de plus grande équité et d’intégration.  Les emplois verts permettent d’espérer que l’humanité sera en mesure de répondre aux deux enjeux majeurs du vingt et unième siècle :   Eviter des changements climatiques dangereux et potentiellement ingérables et protéger le milieu naturel, garant de la vie sur terre   Promouvoir le travail décent et, par conséquent, la perspective pour tous de jouir de conditions de vie satisfaisantes et dignes, face à l’accroissement rapide de la population partout dans le monde et à l’exclusion de plus d’un milliard d’êtres humains du développement économique et social  Les enjeux ci-dessus sont étroitement liés entre eux et il faut y répondre simultanément. Les emplois verts jouent un rôle critique à cet égard.  La dégradation de l’environnement, notamment la pollution de l’eau, de la terre et de l’air, la perte irréversible de biodiversité, la détérioration et l’épuisement des ressources naturelles, comme l’eau, les terres agricoles fertiles et le poisson, est l’une des menaces les plus graves qui pèsent sur le développement économique et le développement durable au sens large. Les conséquences pour l’environnement et la santé sont souvent déjà supérieures aux gains tirés de l’activité économique à l’origine des dommages.  A l’avenir, cette dégradation sera exacerbée par l’incidence des changements climatiques, déjà ressentie dans nombre de pays en développement. A moyen et long terme, les changements climatiques prévus conduiront à de graves perturbations de l’activité économique et sociale dans nombre de secteurs partout dans le monde. D’après les scénarios établis par les scientifiques, si l’on veut éviter des changements climatiques dangereux et éventuellement ingérables, il faudra que les émissions globales de gaz à effet de serre, qui atteindront un niveau record sur les 10-15 prochaines années, diminuent par la suite pour revenir à un niveau de moitié inférieur d’ici au milieu du siècle. La stabilisation du climat exigera que l’on passe rapidement à une économie mondiale à faibles émissions de carbone.  L’enjeu social estaussi important : pas moins de 1,3 milliard d’individus, soit plus de 40 % de la tout population active mondiale, et les personnes qui sont à leur charge sont condamnés à vivre dans la pauvreté et l’insécurité du fait de gains trop faibles, se trouvant ainsi relégués dans l’économie informelle. On dénombre 190 millions de chômeurs, alors que des dizaines de millions de jeunes chercheurs d’emploi ne peuvent se faire une place dans la société.  Les marchés du travail sont vitaux non seulement pour la production et la génération de richesses, mais également pour leur distribution. Le revenu du travail joue un rôle essentiel dans la réduction de la pauvreté et dans la répartition des fruits de la croissance économique. Au-delà de son rôle économique fondamental pour les pays, les entreprises, les familles et les individus, le travail permet à chacun de construire son identité, de participer à la société et d’y contribuer. L’emploi rémunérateur et le travail décent sont donc aussi indispensables à la cohésion et à la stabilité sociales.
 
7
 Encadré 1 : Travail décent  Les hommes et les femmes doivent pouvoir accéder à un travail décent et productif dans des conditions de liberté, d'équité, de sécurité et de dignité humaine.  Le travail décent résume les aspirations des êtres humains au travail - leurs aspirations à accéder à un emploi et à une juste rémunération, à jouir de droits, de moyens d‘expression et de reconnaissance, de justice et d’égalité entre les sexes. Ces diverses dimensions du travail décent sont les fondements de la paix dans les communautés et la société. Le travail décent est au cœur des efforts menés pour éradiquer la pauvreté, il est un moyen de parvenir à un développement durable, équitable et fédérateur.  (Définition de l’OIT) Source: http://www.ilo.org/global/About_the_ILO/Mainpillars/WhatisDecentWork/index.htm    Un double enjeu :Les changements climatiques eux-mêmes, les mesures d’adaptation qu’ils supposent et les efforts faits pour les enrayer en réduisant les émissions ont des conséquences de grande portée pour le développement économique et social, pour les modes de consommation et de production et, partant, pour l’emploi, le revenu et la réduction de la pauvreté. Ces conséquences sont à la fois lourdes de risques et porteuses de promesses pour les travailleurs de tous les pays, mais surtout pour les plus vulnérables d’entre eux dans les pays les moins avancés et dans les petits Etats insulaires en développement.
 Pour assurer la compatibilité de la croissance économique et du développement avec la stabilisation du climat et une empreinte écologique durable, un virage radical s’impose en faveur d’un développement propre et d’une économie mondiale respectueuse de l’environnement et faible émettrice de carbone. Il faudra pour cela qu’intervienne une nouvelle grande transformation de l’économie et de la société, d’aussi grande ampleur que la première transformation suscitée par la révolution industrielle. La nécessité d’une croissance écologiquement rationnelle et d’un développement propre a été justifiée essentiellement par l’intérêt qu’une telle option présente aussi bien pour l’environnement que pour le développement économique. La dimension sociale du développement durable, notamment les conséquences pour l’emploi et pour le travail décent, n’a fait l’objet que de peu d’intérêt ou d’un intérêt superficiel.  Encadré 2 : Le double enjeu en chiffres  Enjeu environnemental ¾ Catastrophes liées au climat :de personnes ont été touchées chaque année sur la 262 millions période 2000-2004 ¾ Pénuries d’eau :1,8 milliard de personnes devraient souffrir d’une pénurie d’eau douce d’ici à 2025, essentiellement en Asie et en Afrique ¾ Réfugiés écologiques :de personnes pourraient être contraintes par les changements 50 millions climatiques à grossir les rangs des réfugiés au cours des quelques prochaines années ¾ Déplacement par les inondations330 millions de personnes sont de plus en plus exposées aux: inondations dans les zones côtières, les plaines fluviales inondables et les petits États insulaires ¾ Pénuries alimentaires et malnutrition: actuellement, 180 millions de personnes en souffrent et 600 millions pourraient en souffrir d’ici à 2080 ¾ Pollution :2 millions de décès prématurés sont dus chaque année à la pollution atmosphérique intérieure et extérieure ¾ Perte de biodiversité: la grande majorité des espèces connues sont soit moins bien réparties, soit moins abondantes, soit les deux. Les produits et procédés biologiques représentent 40 % de l’économie mondiale. Les pauvres, en particulier ceux vivant dans les régions où la productivité agricole est faible, dépendent fortement de la diversité génétique de l’environnement  
8
 
 Enjeu du travail décent ¾ Travailleurs pauvres :1,3 milliard de personnes dans le monde ont des gains trop faibles pour être en mesure de passer, avec les personnes à leur charge, au-dessus du seuil de pauvreté de 2 dollars par jour (elles représentent plus de 43 % de la population active mondiale) ¾ Chômeurs :190 millions au niveau mondial ¾ Jeunes demandeurs d’emploi :plus de 500 millions de demandeurs d’emploi supplémentaires sur les 10 prochaines années ¾ sécuIn rité: 5,3 milliards de personnes n’ont accès à aucune couverture sociale ¾ Accès à l’énergie : 1,6 milliard de personnes n’ont pas accès à l’énergie moderne (près d’un être humain sur 4 aujourd’hui) ¾ Logement adéquat: 1 milliard d’habitants des bidonvilles vivent dans des logements insalubres sans services essentiels comme l’eau potable et l’assainissement    Rapport sur les emplois verts : réponse à des questions pressantes  Le rapport sur les emplois verts a été élaboré à la demande du PNUE, qui l’a aussi financé dans le cadre de lInitiative Emplois verts lancée conjointement par le PNUE, l’OIT et la CSI, afin de mettre en lumière l’incidence que le passage a une économie écologiquement rationnelle aura sur l’emploi, l’activité d’entreprise et la façon dont les individus gagnent leur vie.  Le rapport a été élaboré par l’Institut Worldwatch avec l’assistance technique du Labor Institute de l’Université Cornell. Il s’agit de la première étude présentant une vue d’ensemble tirant parti des informations disponibles partout dans le monde. Le rapport apporte une première réponse aux questions pressantes ci-après :   d’emplois verts ont déjà été créés dans les premières phases du passage à une économieCombien respectueuse de l’environnement?
 Combien pourrait-on en créer à l’avenir?   pays en développement en LesOù ces emplois sont-ils créés et qui a des chances d’y avoir accès? bénéficieront-ils autant que les pays industrialisés?
 De quels types d’emploi s’agit-il? Peuvent-ils être considérés comme décents et, dans la négative, que peut-on faire afin qu’ils le deviennent?
  aura-t-il plus de gagnants que de perdants? YQuels emplois sont menacés du fait des mutations? Quelles actions sont requises pour aider les perdants?
 sont les obstacles à surmonter sur le chemin d’un avenir plus respectueux deQuels lenvironnement?  
 Quelles sont les voies à emprunter et les politiques à mettre en œuvre pour assurer une économie et une société durables?  Le présent document reprend les principales conclusions du rapport.  
 
9
  Photo 2 : © Mark Edwards / Still Pictures Au Danemark, les initiatives pour l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables ont la priorité depuis plus de 25 ans. Les plans et initiatives menés dans ce pays ont permis de mettre au point de nouvelles technologies, d’assurer un meilleur rendement énergétique et de promouvoir avec succès les énergies renouvelables. Aarhus, Danemark.  
10
 
 II. Principales conclusions du rapport  Qu’entend-on par « emplois verts »?  Les emplois verts réduisent l’impact sur l’environnement des entreprises et des secteurs économiques, pour le ramener à des niveaux viables. Dans le rapport, les « emplois verts » sont définis comme des emplois dans l’agriculture, l’industrie, les services et l’administration qui contribuent à la préservation ou au rétablissement de la qualité de l’environnent.  On trouve des emplois verts dans un grand nombre de secteurs de l’économie, depuis l’approvisionnement énergétique jusqu’au recyclage et depuis l’agriculture jusqu’à la construction et les transports. Ils contribuent à diminuer la consommation d’énergie, de matières premières et d’eau grâce à des stratégies d’amélioration du rendement, à réduire les émissions de carbone dans l’économie, à minimiser ou à éviter totalement toutes les formes de déchets et de pollution et à protéger et restaurer les écosystèmes et la biodiversité.   Les emplois verts jouent un rôle crucial dans la réduction de l’empreinte écologique de l’activité économique. Cette réduction est progressive et chaque emploi y contribue de façon différente. Les ouvriers fabriquant des automobiles économes en carburant ou hybrides, par exemple, contribuent moins à la réduction des émissions venant des transports que ceux travaillant dans les systèmes de transport public. Par ailleurs, ce qui est considéré aujourd’hui comme à haut rendement énergétique ne le sera plus dans dix ans. Le concept d’emploi vert n’est donc pas absolu : il y a plusieurs ‘nuances’ de vert et la définition est appelée à évoluer avec le temps (voir tableau 1).  Emplois verts et travail décent  Le rapport constate qu’un grand nombre d’emplois considérés comme verts en principe ne le sont pas dans la pratique, en raison des dommages causés à l’environnement par des pratiques inadaptées. En outre, les données disponibles montrent que les emplois verts ne constituent pas automatiquement un travail décent. Par exemple, un grand nombre d’emplois actuels dans le secteur du recyclage permettent de récupérer des matières premières et contribuent ainsi à atténuer les pressions sur les ressources naturelles, mais les procédés appliqués sont souvent sales, dangereux et complexes, se traduisant par des dommages importants pour l’environnement et la santé humaine. L’emploi dans ce secteur tend à être précaire et les rémunérations faibles. Pour que les emplois verts puissent servir de passerelle vers un avenir véritablement respectueux de l’environnement, il faut que ces caractéristiques s’améliorent.  Une économie durable ne peut plus externaliser les coûts environnementaux et sociaux. Les conséquences de la pollution pour la société, comme la dégradation de la santé, doivent être reflétée dans les prix pratiqués sur le marché. Les emplois verts doivent donc se conformer à la définition du travail décent (voir encadré 1 pour cette définition). Des emplois verts décents sont à même de relier effectivement l’Objectif 1 du Millénaire pour le développement (réduire la pauvreté) avec l’Objectif 7 (protéger l’environnement) et contribuent à rendre ces objectifs complémentaires plutôt que conflictuels.  
 
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.