Enquête : le mode de vie des résidents en foyers pour isolés à la SONACOTRA : rapport final

De
Publié par

Présentation de la morphologie sociale de la population des résidents en foyers pour isolés de la Sonacotra en étudiant successivement sa composition socio-démographique puis sa répartition socio-spatiale. Puis analyse des modes de vie de cette population : trajectoire et comportements résidentiels (sociabilité au sein du foyer).
Publié le : vendredi 1 décembre 1995
Lecture(s) : 63
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/974057200-enquete-le-mode-de-vie-des-residents-en-foyers-pour-isoles-a-la-sonacotra-rapport
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 389
Voir plus Voir moins

SOMMAIRE
Introduction page 1
PREMIERE PARTIE :
La Morphologie sociale page 13
I. La composition démographique page 15
A. Les variables élémentaires
1. De la distribution des sexes aux situationsfamiliales: célibataires
et célibatairisés.
2. Les origines nationales. Français et étrangers: la mosaïque des
nationalités
B. La structure des âges: prédominance des âges moyens et
élevés et vieillissement de la population résidente.
1. La structure des âges et son évolution depuis 1970
2. Le vieillissement relatif de lapopulation des résidents
C. L’état de santé
1. Consommation de soins et état de santé des résidents
2. Les variations deperception concernant la santé, un indice
d’insertion sociale ?
II. La répartition socio-spatiale page 77
A. La répartition socio-professionnelle
1. Emploi et transition vers l’emploi
La documentation Française : Enquête : le mode de vie des résidents en foyers pour isolés à la Sonacotra2. Retraite et sorties anticipées du marché du travail.
3. Les autres lignes de partage du rapport à l’activité
B. Les caractéristiques de l’activité professionnelle
1. Les modalités de l’activité
2. Les caractéristiques socio-économiques
C. La répartition spatiale
1. La géo-topographique des foyers de l’échantillon
2. La répartition spatiale des enquêtés
DEUXIEME PARTIE:
Trajectoires résidentielles et occupation de
l’espace page 147
I. Les trajectoires résidentielles page 147
A. Aux deux bouts du foyer: antécédants et projets de sortie.
1. Les antécédants résidentiels ..
2. Après le foyer: les projets d’avenir concernant le logement
B. La durée de séjour dans le foyer
1. Comparaison des sources de durées de séjour
2. Comment expliquer l’augmentation de la durée de séjour?
C. L’espace collectif
1. Le contrôle des lieux: les règles dujeu de la vie au foyer
La documentation Française : Enquête : le mode de vie des résidents en foyers pour isolés à la Sonacotra2. Les règlespratiquées : l’usage réel des espaces collectifs.
L’exemple des cuisines
3. Les conflits avec les voisins autour de l’usage des lieux collectifs
II. L’occupation de l’espace page 240
A. L’espace privatif
1.L’installation et les signes d’appropriation de la chambre
2. Les activités développées dans la chambre: lieu de repos ou de
loisirs?
B. La sociabilité dans le foyer
1. Les contacts
2. Les échanges de service avec les voisins : une relative symétrie
C. La sociabilité hors du foyer
1. Les occasions de contacts à l’extérieur
2. L’information commeforme de contact avec le reste du monde
Conclusion page310
Table des matières page 316
Annexes
La documentation Française : Enquête : le mode de vie des résidents en foyers pour isolés à la SonacotraIntroduction
Réaliser une étude d’ensemble sur le logement pour isolés géré par
la Sonacotra relevait d’une double nécessité: d’une part l’absence
1d’étude de ce genre depuis 1981, date de l’étude de la C.N.L.I. ; d’autre
part la volonté de la Sonacotra et de ses tutelles de connaître la réalité
de la mutation actuelle de la population résidente.
2L’étude de M. Ginési-Galano à partir des données de l’étude de la
Cofremca de 1973, les résultats de l’étude Obsys de 1981 et les
différentes monographies et recherches des années quatre-vingt ne
suffisaient plus. Et cela d’autant plus qu’hormis les statistiques
produites par la Sonacotra, les sources d’informations d’ensemble sur
les résidents sont très réduites.
La méconnaissance d’ensemble obligeait à des extrapolations
quant aux éléments constitutifs de la population habitant en 1993 dans
ce type de logement ainsi qu’à la manière dont s’établissait son mode
a eu pour objectif de donner des éléments dede vie. Cette enquête
réponses globales pour ces deux questionnements.
Nous avons initié une enquête comportant deux volets principaux,
une enquête qualitative et une enquête quantitative, qui fait l’objet de
ce rapport. Après avoir rappelé les conclusions de l’enquête
qualitative, nous présenterons les hypothèses de l’enquête quantitative
puis les deux temps de l’analyse des résultats.
La documentation Française : Enquête : le mode de vie des résidents en foyers pour isolés à la SonacotraLa démarche méthodologique
1La première phase de l’enquête (rapport intermédiaire de janvier
1993) nous a permis de rendre compte d’un certain nombre de
situations individuelles et collectives spécifiques. L’enquête qualitative
concernant le mode de vie dans les résidences SONACOTRA s’est
déroulée entre le 25 juin 1992 et le 10 août 1992. Quarante entretiens
qualitatifs ont été menés auprès de résidents dans douze implantations,
à savoir Paris et la région parisienne,réparties sur le territoire français,
Marseille et la région PACA, Metz, Dunkerque, Limoges. Nous avons
procédé à une analyse lexicale comparée des entretiens. Nous avons
à celle de l’analyse biographique. Cetteprivilégié cette méthode
dernière consistant à conserver sa linéarité à l’entretien et à l’analyser
comme un tout, la méthode ne correspondait pas à nos besoins.
En effet la nécessité qui s’imposait à nous était de construire un
cadre d’analyse pertinent pour une remise à jour des informations
disponibles sur les résidents des établissements gérés par la Sonacotra.
En raison des changements notables, mais pas encore répertoriés, de la
population des foyers depuis une quinzaine d’années, nous ne
pouvions pas proposer un cadre préétabli pour le relevé des données
statistiques, au risque de se servir de catégories importées ne
correspondant pas ou plus à la réalité du peuplement et de la vie
quotidienne au sein de ces structures d’habitation. Et cela d’autant plus
que rien ne spécifie conceptuellement le foyer de travailleurs migrants
qui fait partie d’un type d’habitation regroupant plusieurs catégories
administratives différentes tels que le foyer de jeunes travailleurs, le
foyer-soleil, le logement-foyer pour personnes âgées, etc.
La documentation Française : Enquête : le mode de vie des résidents en foyers pour isolés à la SonacotraDe ce point de vue, le fractionnement systématique des entretiens
dans leur linéarité et la recomposition de groupes de différentes
réponses à des questions identiques nous a permis de faire émerger des
récurrences concernant tant les individus que l’organisation du mode
de vie au quotidien et ainsi, sinon des types avérés et massivement
représentés, du moins des catégories possibles et différenciées de
résidents. Nous avons pu construire des axes typologiques quant aux
individus et à leur environnement socio-urbain. Les différents items et
leurs occurences multiples ont permis de mettre au point un "champ
d’undes possibles" réponses permettant d’envisager la mise au point
questionnaire quantitatif.
Les conclusions de l’enquête qualitative
Les deux principales séries de conclusions de l’enquête qualitative
étaient les suivantes: l’une avait trait aux foyers eux-mêmes comme
modes d’habitat, l’autre à la population actuelle des résidents
interrogés.
La répartition géographique et topographique des foyers est
spécifique. Construits et aménagés durant une période de croissance
économique, leurs implantations sont principalement liées aux grands
bassins d’emploi. Ils sont construits dans des espaces, qui peuvent
connaître soit la pression extrême sur le marché du logement, comme
en Région Parisienne, soit des phénomènes de quasi-désertification de
sites industriels occupés et utilisés par le passé. Le taux d’occupation
varie en fonction notamment de la structure du marché du logement
mais aussi de la conjoncture du marché du travàil. De plus la
spécificité de ce type de logement se traduit souvent par une
discrimination spatiale, qui est quelquefois seulement symbolique,
La documentation Française : Enquête : le mode de vie des résidents en foyers pour isolés à la Sonacotrarendant plus difficile l’intégration de ces lieux d’habitation dans les
réseaux urbains.
Le foyer de travailleurs migrants est tantôt un espace séparé de
1urbain immédiat, vivant souvent dans un cloisonnementson contexte
et adoptant une attitude de repli par rapport à l’extérieur, tantôt un lieu
ouvert sur l’extérieur et attractif y compris pour les habitants des
quartiers environnants. Ces deux situations peuvent concerner le
même site à des moments différents.
Enfin il y a peu de mobilité résidentielle pour une part importante
de la clientèle de la Sonacotra. En effet les foyers ont tendance à être
utilisé comme un logement définitif.
L’homogénéité de la population présente dans les foyers, même si
nous savons qu’elle était plus le produit d’une représentation de la
condition immigrée que la réalité, a fait place à un conglomérat
traversé par de multiples lignes de fractures. Ces dernières ont été
causées par des différences économiques plus prononcées que par le
passé, par des d’âge, par des oppositions sur des critères de
légitimité à utiliser le foyer comme logement.
La configuration du point de vue de la santé est particulière. Le
vieillissement des résidents est un aspect majeur de la situation
sanitaire et sociale. S’y associent, dans le même temps, la modification
progressive de l’état de santé des résidents présents depuis plusieurs
années dans le foyer, en lien principalement avec la catégorie socio-
professionnelle et le niveau de formation, et un mouvement d’entrée de
nouveaux résidents soit vieillissants et qui trouvent au sein des foyers
des solutions d’hébergement, soit souffrant d’un certain nombre
La documentation Française : Enquête : le mode de vie des résidents en foyers pour isolés à la Sonacotrad’affections et que les services médicaux et sociaux qui les suivent
orientent vers le foyer.
Du point de vue culturel, l’espace du foyer n’est pas radicalement
différent de tout lieu d’habitation de population principalement
ouvrière. Lorsqu’ils existent sans entraves, la consommation de loisirs
et l’organisation du temps libre semblent se développer à l’extérieur du
foyer, autour d’un café, d’un site sportif, de divers jeux. En revanche
lorsque, individuellement, pour des raisons de baisse de revenus ou de
fractures de la sociabilité habituelle au sein du foyer ou de l’entreprise,
le poste consacré aux dépenses de loisirs décroît, l’activité se concentre
autour de la chambre, les sorties sont limitées dans le temps et
l’occupation principale devient la radio ou la télévision. La sociabilité
se réduit.
Les conditions et les hypothèses de l’enquête quantitative
A partir de ces éléments nous avons mené à bien une enquête
quantitative permettant de tester sur un échantillon significatif des
foyers gérés par la Sonacotra, ces types tirés des résultats obtenus dans
la première phase et les hypothèses qui les fondaient.
1Les conditions de l’enquête et le choix de l’échantillon
Pour la réalisation de cette phase de recherche il était nécessaire,
faute de pouvoir interroger les 70 000 résidents, de construire un
échantillon représentatif de la population des foyers dans son
ensemble. La taille de l’échantillon (1 100 personnes interrogées
La documentation Française : Enquête : le mode de vie des résidents en foyers pour isolés à la Sonacotraprévues au départ, 1 044 questionnaires réellement utilisables)
correspond à la taille des échantillons habituels des panels d’instituts
1de sondage. Cette taille permet de limiter les marges d’erreurs. Mais
cette étape statistique étant la seconde dans le déroulement de l’étude,
nous pouvions penser que la simple méthode de tirage aléatoire des
enquêtés n’était pas la plus adaptée. Elle posait notamment des
problèmes pratiques de réalisation, dans la mesure où nous avions
prévu de faire passer les questionnaires en "face à face" entre un
enquêteur et un enquêté.
Nous avons donc envisagé la pré-stratification de l’échantillon à
partir non seulement à partir des informations -incomplètes-, dont nous
2 quant à la composition de la population des résidences dedisposions
la Sonacotra mais aussi de la typologie des conceptions architecturales
présentes dans le patrimoine de la Sonacotra. A partir de là les
3.résidents eux-mêmes ont été choisi de façon aléatoire
La documentation Française : Enquête : le mode de vie des résidents en foyers pour isolés à la SonacotraNous avons pu stratifier ce patrimoine bâti en trois grandes
1catégories de foyers : premièrement des foyers de grandes tailles, de
2type F1/2 et construit entre 1967 et 1975, qui représentent environ un
tiers des foyers et la moitié de la population logée. Deuxièmement des
3foyers de taille intermédiaire, de type F6 et construits avant 1967,
représentant un tiers du patrimoine et hébergeant un tiers de la
4 (F1,population. Enfin des foyers de petite taille de types divers
appartements et hôtels rénovés) construits ou réhabilités depuis 1976
qui représentent un tiers des sites et 20% de la population. A partir de
cette typologie nous avons sélectionné 35 foyers, soit 10% du parc,
l’ensemble du parc. Ces foyers sont habités par 6 300représentatifs de
personnes environ et nous en avons interrogées environ 20%. La
passation des questionnaires s’est effectuée entre le 4 octobre 1993 et
5le 12 novembre 1993 .
La plupart des questions du questionnaire qualitatif ont été
réutilisées après transformation en questions fermées. D’autres
s’y greffer en fonction des réponses et desquestions sont venues
occurrences que le rapport qualitatif avait mis à jour. L’équipe des
enquêteurs a été constituée de jeunes chercheurs universitaires d’un
La documentation Française : Enquête : le mode de vie des résidents en foyers pour isolés à la Sonacotra

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.