Eoliennes : nouveau souffle ou vent de folie ? - Juillet 2008. : Juillet_2008

De
Après un démarrage tardif par rapport à ses voisins européens, la France s'est lancée dans un développement massif de l'éolien dans le but d'atteindre près de 10 % de sa consommation nationale d'électricité à l'horizon 2020. Ces deux études montrent qu'un développement éolien de cette ampleur ne répond pas à un besoin en France et qu'il induirait un surcoût pour la société de l'ordre de 2 à 3 milliards d'euros. En revanche, un développement modéré de cette source d'énergie qui s'appuierait sur des appels d'offres plutôt que sur un tarif d'achat garanti peut permettre d'accompagner dans une certaine mesure l'augmentation de la demande d'électricité tout en diminuant les émissions de CO2 et en mettant fin aux profits particulièrement élevés observés dans la filière éolienne.
Le Biez (V). Paris. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0067244
Publié le : mardi 1 janvier 2008
Lecture(s) : 12
Source : http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0067244&n=12574&q=%28%2Bdate2%3A%5B1900-01-01+TO+2013-12-31%5D%29&
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
B R I E F I N G P A P E R
J U I L L E T 2 0 0 8
www.institutmontaigne.org
Amicus
Curiae
L A C O N T R I B U T I O N A U D É B A T P U B L I C D E L’ I N S T I T U T M O N T A I G N E
ÉOLIENNES : NOUVEAU SOUFFLE OU VENT DE FOLIE ?
Après un démarrage tardif par rapport à ses voisins européens, la France s’est lancée dans un développement massif de l’éolien dans le but d’atteindre près de 10 % de sa consommation nationale d’électricité à l’horizon 2020. Pour cela, la puissance publique a multiplié les aides et les garanties à destination de ce secteur. Cette étude montre qu’un développement de l’éolien de cette ampleur ne répond pas à un besoin en France et qu’il induirait des surcoûts pour la collectivité pouvant dépasser 2,5 milliards d’euros par an à horizon 2020. En revanche, un développement modéré de cette source d’énergie qui s’appuierait sur des appels d’offres plutôt que sur un tarif d’achat garanti peut permettre d’accompagner dans une certaine mesure l’augmentation de la demande d’électricité tout en diminuant les émissions de CO2 et en mettant fin aux profits particulièrement élevés qu’on observe aujourd’hui sans justification dans la filière éolienne.
Dans le contexte actuel de Grenelle de l’Environnement al lutte contre le réchauffement opté pour un développement ien1. L’éo dans le climatique, les pays de l’Union massif de cette filière dans lescontexte électrique européenne ont décidé de années à venir : il s’agit defrançais et européen développer massivement les parvenir à 25 000 MW de énergies renouvelables (EnR) puissance installée en 2020, afin qu’elles atteignent 20 % ce qui représenterait environ Les éoliennes, ou aérogénéra-de la consommation finale 10 % de la consommation teurs, transforment l’énergie dénergie à lhorizon 2020. française délectricité.émleécctarinqiuqeu.e  Ldeuu rv epnrto deunc téinoenr gie La déclinaison de cet objectif Atteindre cet objectif, qui est soumise aux aléas pour la production d’électricité implique des investissements météorologiques, elle est donc place l’éolien dans une position colossaux, nécessite des intermittente. Quand il n’y a pas incontournable puisque les mécanismes de subvention assez de vent (moins de 3 m/s), autres sources renouvelables publique. Il convient donc l’éolienne ne fournit pas sont soit près d’être saturées, d’en examiner la pertinence d’électricité, quand il y en a comme l’hydraulique, soit dans un contexte français où la trop (plus de 25 m/s), elle se moins compétitives – même à production d’électricité émet met en rideau pour éviter moyen terme – comme le déjà très peu de CO2en raison d’être endommagée. Une autre solaire photovoltaïque. de la forte part qu’y occupent caractéristique essentielle de ce C’est la raison pour laquelle le le nucléaire et l’hydraulique. type d’énergie est qu’elle est
1
Institut Montaigne
« La France est le pays d’Europe qui a la production électrique la plus sobre en termes d’émissions de gaz à effet de serre »
1Source : Université de Louvain qui a réalisé une analyse cycle de vie (ACV) de l’éolien et qui estime des émissions de 0,008 tCO2/MWh contre 0,05 tCO2/MWh pour le nucléaire, 0,1 tCO2/MWh pour le solaire photovoltaïque, 0,4 tCO2/MWh pour le gaz et 1 tCO2/MWh pour le charbon. 2Données : Bilan prévisionnel de RTE de 2007 (1 GW = 1 000 MW = 1 000 000 kW). 3Le foisonnement éolien est la loi statistique qui fait que, à tout instant, la probabilité de voir toutes les éoliennes simultanément en panne de vent est plus faible que celle qui pèse sur chacune d’elles prises séparément. 4Données DGEMP, valeurs pour l’année 2007. 5Données calculées pour l’Europe des 15, source Union européenne.
É O L I E N N E S : N O U V E A U S O U
fatale : elle vient avec le vent et TONNES DE CO2ÉMISES ce sont les autres sources dePOUR LA PRODUCTION D’1 MWh production d’électricité qui doivent constamment s’adapter pour maintenir l’équilibre entre l’offre et(analyse cycle de vie) la demande. Enfin, une éolienne n’émet presque pas de CO2sur sa durée de vie1et son coût marginal1,2 peut être considéré comme nul. Pour bien saisir les enjeux du1 débat sur l’énergie éolienne, il faut comprendre le contexte électrique0,8 dans lequel cette source d’énergie s’insère. En particulier, quatre0,6 éléments méritent d’être soulignés.0,4 Le marché de l’électricité doit aujourd’hui être appréhendé à0,2 l’échelle européenne, en particulier » au niveau de la « plaque0 France-Benelux-Allemagne. GrâceÉolien Nucléaire Gaz Solaire Charbon aux interconnexions, même si ellesphotovoltaïque demeurent limitées,les électrons ne connaissent pas de frontière etSource : université de Louvain il n’est plus possible aujourd’hui de raisonner en termes de production ou de consommation franco-françaiseue rà l p saentnq iug zaotrun  elhéaqrubialui bcrue  aeunotnr eo  ed sepuorg .rrti uet.ioerffid selr stneré desimég dntvee  maximale, ou de puissanceMalgré les efforts de maîtrise de la demande énergétique globale,le faut également prendre enturbines à combustion qui Il marché de l’électricité est, lui, enpeuvent être lancées en très les compteparticularités du mix croissance, de l’ordre de 1 à 2 %peu de temps.électrique français. Avec près par an Ces réserves sont pour la plupart. L’augmentation du prix dude 77 % de nucléaire et 12 % pétrole entraînera probablement émettrices de CO2, et leurd’hydraulique4, la France est le une substitution accrue de dimensionnement dépend despays d’Europe qui a la production l’électricité à des matières fossiles fluctuations et surtout de laélectrique la plus sobre en termes (voiture électrique, chauffage prévisibilité de l’offre et de lad’émissions de gaz à effet de serre. électrique, pompes à chaleur…), demande d’électricité. À titre de comparaison, la France ce qui nourrira l’augmentation de est responsable de 4,6 % des la demande dans les années àLe développement de nouveaux émissions de CO2dues à la venir, notamment lors des pointes.imntoiymeenms ednet  lpiréo dauuc trieonnf oerscte ment dupsrooitd umcotiionsn  eélne cvtarliequure  aebns oEluureo pqeu,e En conséquence, l’Europe devra se doter de nouveaux moyens réseau de transport de l’électricité. les Pays-Bas ou la Grèce, et de production délectricité.Cdea créhseemaiun epr elrémleetc trbiiceitné  ednetse nlideuuxlsuArllteoumt asgenpet5 .sniAe ,iFrn cean, ofsi ns q moiue Le gestionnaire du réseau (RTE) estime à 10,5 GW la puissancedceo npsroomdumcatitioonn ,v emrsa ilse sil  lieesut xa udsesilée mpisotsieonntise ld ed eg raéz dàu cetfifoent  ddee ss erre supplémentaire nécessaire à un moyen de mutualiser les aléas dans le secteur de l’électricité est l’horizon 2020 pour la France2 limité.. et particulièrement de gérer au mieux l’équilibre Pour assurer à tout instant entre l’offre et la demande. Cette l’équilibre entre l’offre et la considération est particulièrement Ces éléments de contexte en tête, demande,le réseau doit disposer s’agit maintenant d’étudier ilimportante dans le cas d’une de réserves de production économique du l’impactproduction intermittente comme rapidement mobilisables. Il peut les éoliennes si l’on veut profiter développement des éoliennes en s’agir de barrages hydrauliques au maximum de l’effet de France, en s’intéressant tout (utilisés principalement en hiver), foisonnement3, c’est-à-dire de au coût global pour la d’abord
2
F F L E O U V E N T D E F O L I E ?
société puis aux mécanismes publics retenus pour attirer les investisseurs sur ce secteur.
2. Une énergie plus chère qu’il y paraît
Le coût complet de l’éolien est composé du coût initial d’investissement (achat de l’éolienne, génie civil, raccordement au réseau de distribution) et du coût de maintenance auxquels il faut ajouter les externalités générées par l’intermittence de ce mode de production. L’investissement initial explique la majeure partie du coût de l’éolien. Après avoir connu une baisse continue grâce à l’augmen-tation de la puissance unitaire des aérogénérateurs, ce coût est aujourd’hui à la hausse, d’une part en raison de l’augmentation du prix des matériaux de construction (acier, ciment…) et d’autre part en raison de la forte demande d’éoliennes à travers l’Europe. On retient couramment la valeur de 1 300/kW6 installé, avec un taux d’actualisation de 8 %7et une durée de vie de 20 ans. On arrive donc à une charge annuelle de capital de 120/kW. Pour calculer les charges fixes annuelles,il faut ajouter le coût de l’entretien, du gardiennage et de l’assurance,qui varient entre 2 et 3 % de l’investissement initial soit environ 30/kW. Le coût complet hors externalités de l’éolien est donc de 150/kW/an.
Mais, en raison de son intermittence et de son degré dimprévisibilité8, l’énergie éolienne devrait par ailleurs conduire à uneaugmentation du dimensionnement des réserves « d’équilibrage »,qui pourvoient aux aléas de l’ajustement quotidien entre l’offre et la demande. Il faut rapprocher l’aléa
éolien des autres aléas qui déterminent traditionnellement les réserves d’équilibrage du système électrique : variations de température (en hiver) et risque de perdre subitement les deux plus grands groupes de production du parc français. Tel qu’il est aujourd’hui dimensionné, le parc électrique français est capable d’accueillir une part raisonnable d’éolien sans qu’il soit vraiment besoin d’augmenter la taille des réserves d’ajustement. On estime que, jusqu’à 5 GW de puissance installée d’éoliennes en France, le surcoût occasionné est quasiment nul et que, pour 10 GW, il faudrait envisager quelques centaines de MW de réserves supplémentaires, ce qui peut être considéré comme raisonnable. Mais, au-delà, l’aléa éolien deviendrait « dimensionnant » pour les réserves d’équilibrage, cela induisant des surcoûts substantiels.
Enfin, le développement de l’éolien nécessite uneévolution et un renforcement du réseau de transport d’électricitépermettant de transporter l’électricité produite vers le réseau, puis vers l’utilisateur. L’installation de ces nouveaux équipements est beaucoup plus lente, en moyenne, que la construction des aérogénérateurs eux-mêmes : 7 ans, contre 2 ans pour installer une ferme d’éoliennes. En raison de ce décalage, si les investissements nécessaires ne sont pas consentis et si les délais administratifs ne sont pas raccourcis, le risque d’affaiblissement du réseau deviendrait important dans le cas d’un développement significatif de l’éolien. En effet, les aérogénérateurs sont souvent installés dans les plaines où le réseau n’est pas très dense. On estime là encore à 5 GW la puissance installée qui pourrait être accueillie sans surcoût
3
Amicus Curiae
notable9. Mais, dans la réalité, l’éolien se développe évidemment là où il y a du vent et, surtout, là où il est accepté par les riverains – ce qui ne correspond pas nécessairement aux zones disposant d’un bon réseau.En conséquence, il faut compter avec 3 milliards d’euros d’investissements supplémentaires pour l’adaptation du réseau à un parc éolien terrestre d’environ 20 GW d’ici à 202010, ce qui représente un coût souvent négligé de 13/kW d’éolien installé. Au total, ces éléments montrent qu’il est raisonnable d’estimer le coût annuel complet de l’éolien terrestre à environ 163/kW, si la puissance installée reste inférieure à 10 GW. Au-delà, les externalités négatives dues à l’intermittence de l’énergie éolienne deviendraient plus significatives ce qui renchérirait encore plus ce moyen de production du point de vue de la collectivité. Ce coût ne doit évidemment pas être comparé au tarif d’achat garanti de l’éolien puisqu’il ne prend pas en compte les marges des industriels du secteur mais que, en revanche, il comptabilise les externalités générées par l’éolien. À noter enfin que, en ce qui concerne l’éolien offshore, les coûts sont sensiblement supérieurs, en particulier pour ce qui concerne le raccordement au réseau. On peut retenir un coût de 275/kW11en comparant les tarifs d’achat entre l’éolien terrestre et le offshore. Côté « recettes », il faut estimer ce quel’installation d’un kW éolien sur le réseau permet d’économiser : – d’une parten puissance installée de turbine à gazpour le passage des pointes extrêmes de consommation, ces pointes susceptibles d’intervenir dans les périodes exceptionnelles – une année sur dix ou sur vingt – où
6Hypothèse haute prise par la Commission de régulation de l’énergie dans son avis du 27 juillet 2006 sur le tarif d’achat garanti de l’éolien. Aujourd’hui, le Syndicat des énergies renouvelables parle même de 1 600/kW installé, ce qui renchérit l’éolien de 20/kW installé par rapport au calcul proposé. 7Pour les investissements privés, le taux d’actualisation usuellement retenu est de 8 %. Pour les investissements publics, on retient un taux d’actualisation de 4 % en se fiant au rapport du Commissariat au Plan de 2005 intitulé «Révision du taux d’actualisation des investissements publics», coordonné par Daniel Lebègue. 8Rappelons au passage que ce qui compte pour les réserves d’équilibrage, ce n’est pas tant les variations de production d’une éolienne prise individuellement mais le degré d’imprévisibilité du parc éolien dans son ensemble. 9Calcul réalisé par RTE en 2003, à l’époque on estimait entre 6 et 7 GW la puissance directement raccordable au réseau. Depuis, plus de 2 GW ont été installés. 10En tenant compte du renforcement du réseau de transport et de distribution. Estimation faite par André Merlin, ancien président de RTE, en 2002. 11Pour obtenir ce coût, on prend celui de l’éolien terrestre calculé précédemment et on le multiplie par le rapport des prix d’achat garanti de l’éolien offshore et de l’éolien terrestre.
Institut Montaigne
« Une éolienne tourne à pleine puissance un quart du temps environ »
12En considérant que les moyens de pointe sont des turbines à combustion, dont la durée de vie est estimée à 25 ans et dont le coût d’installation est de 280/kW selon la DGEMP (coûts de référence de la production d’électricité) soit une charge annuelle de 23/kW avec un taux d’actualisation de 8 %, à laquelle on ajoute 12de charge fixe annuelle. On aboutit donc à un coût évité de 7par kW d’éolien. 13Source : ADEME« Le contenu en CO2 du kWh électrique »,octobre 2007. C’est principalement en pleine nuit que la production nucléaire est marginale.
14Source :Bilan prévisionnel 2007 de RTE,comparaison entre les tableaux des pages 63 et 67.
15L’économie correspond à un coût évité du kWh nucléaire de 11/MWh et à un coût évité du thermique à flamme de 50/MWh (données CRE, réévaluées pour tenir compte de la montée du prix du gaz). Le coût évité moyen est donc de 37/MWh.
16Voir note 11.
17Source :Global Wind Energy Council dans son rapport 2006.
É O L I E N N E S : N O U V E A U S O U
le cumul des aléas menace soit 0,25 kW. Selon Météo (c’est-à-dire évitant la combustion l’équilibre de l’offre et de la France, le parc réel, avec des de pétrole, gaz ou charbon dans demande ; régimes de vent complémentaires, les pays où la France exporte de garantirait 0,20 kW. Soitunel’électricité) et un tiers à du – d’autre parten énergie,lorsqueéconomie de substitution dethermique à flamme français14. l’énergie produite par les éoliennes,712par kW.Ces proportions dépendent quand elles tournent, permet de toutefois fortement de l’évolution réduire la production de centralesQuant auxéconomiesde la demande intérieure nucléaires ou thermiques.d’énergie, sur cette période eton peut admettre d’électricité qu’aujourd’hui 1 kWh éolien se doivent donc être prises avec Pour ce qui est de lapuissancesubstitue à 75 % à du thermique Comme une éolienne précaution. que 1 kW d’éolien peut garantir à pleine puissance un tourneà flamme (charbon, gaz) et à  statistiquement,en période de 25 % à du nucléaire13, mais cet quart du temps en moyenne , pointe extrême où écart se réduit à mesure que la c’est-à-dire qu’1 kW installé toutes les puissances installées part de l’éolien progresse. Des fournit environ 2 100 kWh dans disponibles doivent être simulations, basées sur un déve- l’année,l’économie réalisée est mobilisées : une seule éolienne loppement de l’éolien de l’ordre deégale à 80/kW d’éolien isolée ne peut rien garantir ; un 17 GW de puissance installée eninstallé15. parc infini, fonctionnant en 2015, montrent que le kWh éolien moyenne 25 % du temps de se substituerait environ pour unAu total, face à un coût annuel façon totalement aléatoire, tiers au nucléaire, un tiers à dudu kW éolien de 163(275garantirait 25 % de sa puissance, thermique à flamme « étranger »pour l’offshore16), les économies
LE BOOM DE L’ÉOLIEN
Après un démarrage tardif, l’éolien connaît un développement très rapide depuis 2006, ce qui correspond à la réévaluation du tarif d’achat garanti. En mai 2008, plus de 2 200 éoliennes étaient installées, soit 3 000 MW. Au rythme actuel, on construit 1 000 MW d’éolien chaque année. Par ailleurs, 7 300 MW d’éolien ont déjà reçu leur permis de construire (données : SER). Cinq régions concentrent 57 % de la puissance éolienne installée : le Centre (13 %), la Lorraine (13 %), la Bretagne (11 %), la Picardie (10 %) et le Languedoc-Roussillon (10 %). Moins de 20 % des éoliennes sont implantées dans le régime de vent méditerranéen, contre près de 50 % dans le régime Puissance éolienne installéecontinental. (au 31 décembre de l’année considérée)À noter que, au premier janvier 2008, la France se situait au 5erang européen et au 10erang mondial en termes de puissance éolienne installée – loin derrière l’Allemagne, l’Espagne, les États-Unis et l’Inde. Le Danemark est le pays qui produit la plus grande partie de son électricité à partir de l’énergie éolienne (25 %). À ce niveau, l’intermittence devient un problème majeur pour la gestion de l’équilibre offre/demande, ce qui conduit ce pays à importer et à exporter énormément d’électricité. Le marché de l’éolien est en forte croissance à l’échelle mondiale (plus de 25 %/an)17. Au premier janvier 2007, 78 GW étaient installés. Ce chiffre reste toutefois marginal si on le compare aux dizaines de GW de centrales à charbon installées chaque année rien qu’en Chine.
4
F F L E O U V E N T D E F O L I E ?
réalisées chaque année sont donc de 87/kW d’éolien. Dès lors, si les objectifs du Grenelle sont atteints, c’est-à-dire si25 GW d’éolien sont installés d’ici à 2020, avec une hypothèse de 17 GW de terrestre et 8 GW d’offshore, le surcoût annuel serait égal en moyenne à 1 milliard d’euros sur la période 2008-2020 et dépasserait les 2,5 milliards au-delà de 2020auxquels il faudrait ajouter les surcoûts correspondant à un redimensionnement des réserves d’ajustement, puisque la limite des 10 GW d’éolien serait largement dépassée. Avec 25 GW installés, les émissions de CO2 seraient ainsi limitées, d’après les calculs réalisés par l’ADEME, de 16 millions de tonnes par an, soit environ 150par tCO2évitée. Aujourd’hui, le prix de la tonne de CO2est estimé à 20et des études prospectives de la puissance publique se basent sur des fourchettes allant jusqu’à 10018. Le développement de l’éolien n’est donc pas la solution économique la plus appropriée pour limiter les émissions de gaz à effet de serre en France : d’autres solutions commele développement de la biomasse, l’installation de pompes à chaleur ou l’isolation de bâtiments anciens, permettent des diminutions d’émissions de CO2équivalentes à un coût moindre pour la collectivité19. Cela étant, combien peut-on construire d’éoliennes sans trop affecter le réseau ? Le bilan prévisionnel de RTE montre qu’un développement modéré de l’éolien à hauteur de 7 GW d’ici 2015 (contre 2,4 installé début 2008) permettrait d’accompagner la hausse de la demande sans trop se substituer au nucléaire et sans que l’intermittence n’induise de surcoûts vraiment importants. De plus, les données utilisées dans les calculs précédents peuvent subir des variations fortes et
Amicus
Curiae
imprévisibles (prix des matières chaque énergéticien de produire premières par exemple), il est donc une partie de son électricité à concevable d’essayer de diversifier partir d’énergies renouvelables le parc de production électrique (EnR), à défaut de quoi le pour se prémunir en partie contre producteur d’électricité doit les risques. Enfin, l’énergie acheter un certificat vert sur le éolienne contribue, à sa mesure, marché. Ce mécanisme présente à l’indépendance énergétique de l’avantage de permettre un l’Europe. C’est là un des objectifs pilotage précis de la part d’EnR et prioritaires des pays de l’Union, d’inciter les acteurs du marché à objectif qu’il est délicat de valoriser installer les éoliennes là où il y a en termes financiers. le plus de vent. Pour qu’il soit raefficace, ce mécanisme devrait dUonn cs cdéen adréiov erlaoipspoenrn aà blm ed oseyeenitlEue dehellléc i àatlberé  stênsairtcee uq erocne  eporuttooief« Biomasse,  tdmeera lnmaie è drlee émào laicenondm ee pte etln eàs  egrrae zlma phlaacuesrs eiguq)el uitilesScandinavie, Bel(yspa dntà.éjpompes les groupes au charbon les plusL’État peut aussi avoir recours àà chaleur ou... s d’ rpeollalnucaen tds eepaérietd mrteeadnetta l euq tnaclnuu  cnerte eppleseepforfes adl reuoj rucnoc anttaetrmreaief dneisolation des pmoesttsrieb lee nd se enrvoiucve edaèusx  qEuPeR  dCeutttieli smera naiuè rem ideeu xp lroacrégdeenrt  npeublic.bâtiments (paluu-s dtealràd  deen  F2la0m2a0.n vIill lfea u3t) , auicnodnuvsetnriaei t nsaaisnss adntoeu,t em paaiss  oà n upneeutréduisent les tcooumtepftoei s dneost epre rqmuies,  dsie  lcoonn stitreunitreeosntti mauejr oquurde lheusi  aatctteeinutr su dn e nlivéeolaiuenémissions de éaoclcieornd eésst,  ldaé jpà uliésgsèarnecme eanct quise endcee pmenatduarnitté,  qsuufef isdaenst .a Ipl peeslts  vrai,CO2à un coût ssuerpaéirti eauvries éà  d7e  GneW .mDaèinstleonrisr,  leilsoiat, rer su sleloreffodtnelar sl tnessirocées pset durene terdna éllpsubien moindre » subventions publiques qu’aunational, l’acceptation locale des bénéfice des projets en cours, d’éoliennes. Le temps estet champs de laisser ensuite le marché révolu où l’État pouvait décider décider si l’installation de l’implantation de moyens de d’éoliennes supplémentaires est production sans consulter les économiquement rationnelle. populations locales. Dans le cas de l’offshore, en revanche, l’appel d’offres ne pose pas ce problème 3. Des mécanismescar l’État est propriétaire des mers. d’incitation publiqueC’est la troisième possibilité qui inutilement généreuxa été retenue en France, comme d’ailleurs dans de nombreux Même si l’envolée du prix du autres pays européens, celle de l’obligation d’achat.Celle-ci a été pétrole rapproche l’énergie fixée par un décret de 2006 à éolienne de la rentabilité, du 82/MWh pendant 15 ans. Ce moins si on la compare au gaz ou mécanisme a l’avantage de au charbon, on ne peut échapper, donner de la visibilité aux acteurs à court terme, à la nécessité du marché, mais pose le difficile de subventionner ce type problème de la fixation du niveau18La DGEMP évalue la tonne de CO2 Tdrionisv epsotissssiebimliteénst .soffrentàde ce tarif dachat garanti. Enentre 20 et 100. f lapuissance publique : epefretm, esti  puans  pdriaxt ttirroerp lba s ne 19Source : rapport de la  escommission Énergie du Centre rs,hautd’analyse stratégique« Perspectives in borTr ourte  dunauatssdy,sltèÉtmaet pdeeu t ignévneèsrteis sdeeup nu xirportsei ertn suadneus énergétiques de la France à l’horizon certificats verts :il demande à2020-2050 »,présidée par Jean détriment de l’intérêt général.Syrota.
5
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.