Etude prospective sur le développement du réseau de transport 2008-2017.

De

Paris. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0061755

Publié le : mardi 1 janvier 2008
Lecture(s) : 5
Source : http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0061755&n=10682&q=%28%2Bdate2%3A%5B1900-01-01+TO+2013-12-31%5D%29&
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 37
Voir plus Voir moins
ÉTUDE PROSPECTIVE SUR LE DÉVELOPPEMENT DU RÉSEAU DE TRANSPORT
2008-2017
SOMMAIRE
Avant-Propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4 I.Le réseau de GRTgaz et son dimensionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .6 I.1 Le réseau de GRTgaz, parmi les plus étendus en Europe. . . . . . .6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I.2 L’offre de GRTgaz, basée sur les zones entrée/sortie. . . . . . .7. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I.3 Vers une simplification significative de l’offre de GRTgaz au 1erjanvier 2009. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8 I.4 La dynamique de développement du réseau. . . . . . .9. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . II.L’environnement du transport de gaz en Europe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10  II.1 De nombreux projets d’infrastructures d’approvisionnement en Europe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 II.2 La France au confluent des ressources européennes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12
III.Stratégie de développement de GRTgaz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14 IV.Développements en cours et envisagés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15 IV.1 Les développements des interconnexions avec les terminaux méthaniers. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15 IV.2 Les développements des interconnexions avec les transporteurs adjacents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16 IV.3 Synthèse des capacités développées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 IV.4 Les conséquences du développement des capacités d’entrée et de sortie sur le cœur de réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21 IV.5 L’accroissement des capacités de liaison entre les zones entrée/sortie et la fusion des zones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23
V.Hypothèse indicative d’investissements sur la période 2008 - 2017 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26
Annexe ILa consommation en France et les souscriptions normalisées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27 Annexe IICapacités du réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31
Annexe IIILes investissements de GRTgaz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34
Avertissement. Par nature, le présent document prospectif est communiqué à titre indicatif. Il ne peut donc pas engager une quelconque responsabilité de GRTgaz notamment quant à la réalisation ou non des projets présentés, des données et/ou documents inexacts, incomplets, omis ou sujets à interprétation. Cependant, GRTgaz fait ses meilleurs efforts afin que, à sa date de publication, ce document transcrive la vision prospective la plus juste que GRTgaz peut avoir à 10 ans sur le marché du gaz, au vu notamment du contexte actuel, de ses compétences, et des documents et informations en sa possession.
GRTgaz-Étude prospective 2008-2017
3
AVANT-PROPOS
L’investissement dans les infrastructures gazières estréseau mais se doit d’apporter audéterministe de l’évolution du un enjeu central dans la construction du marché inté-marché les éléments techniques et économiques qui aideront les rieur du gaz. à définir au mieux les besoins d’acheminement sur lesquelsLivre Vert, publié en mars 2006, sur la acteurs Dans son stratégie européenne pour une énergie sûre, compétitive et durable, ils sont prêts à s’engager. la Commission européenne souligne l’urgence des investissements nécessaires en Europe pour garantir la sécurité des approvisionne-Ainsi, GRTgaz a souhaité dans cette nouvelle étude ments et le développement d’un marché concurentiel.prospective 2008-2017 mettre clairement en évidence les impacts, sur le réseau, des différents projets d’inter-Dans la construction du marché intérieur du gaz, le rôle connexion identifiés à ce jour.Pour ce faire, une distinction a des transporteurs est essentiel. Ilintroduite entre le cœur du réseau principal, véritable moteur des  été consiste à développer et promouvoir un accès des tiers au réseau, transparent et non dis- flux gaziers, et les interconnexions assurant la jonction des différen-criminatoire, fondé sur une offre de transport adaptée aux besoins tes infrastructures adjacentes à ce cœur de réseau. des clients. À ce titre également, un éclairage particulier est donné sur le déve-L’amélioration de l’offre d’accès, tant dans sa forme com-loppement de liaison entre les zones Nord et Sud de GRTgaz. merciale que dans le niveau des capacités offertes, est une pré- Trois réserves méritent cependant d’être soulignées con t ce occupation constante de GRTgaz : le développement de nouvelles cernan capacités d’acheminement est un axe majeur de sa stratégie. nouveau document : Faute de recul suffisant, l’impact en termes de besoin de transport Cependant, alors que l’ouverture du marché se poursuit, une Commissi grande incertitude pèse sur lévolution du système gazier dans son deeu rogapzé ednnuen  estnr imcta trieèsrpe edcte  lduetst eo cbjoencttriefs l e  xréécs hpaaurf flea ment climaotin- ensemble : sur les consommations, alors que la Commission euro-que, n’a pas été étudié. péenne a confirmé au premier trimestre 2007, avec des objectifs emière réserve ’ ombreuses ambitieux à l’horizon 2020, la volonté des États membres de lutterEn lien avec cette pr l émergence de n , contre le réchauffement climatique en développant les énergies re-ctreanntsraploerst  àd ec ymcloe dcuolamtiboinn éq guailz  ceonntrviaeînnedrraa  dde éntuoduiveer aeut xd be essaotiisnfsa idree  nouvelables (ENR) et en réduisant les consommations d’énergie ; fa oncertée ilité. mais également sur les flux gaziers intra-européens, et les projetsort, par-d ru eal eéreéd Dit du fad segarvpsnart eioatisalous den çon ced e ibexeuss drsof sinrueva el c de gaz naturel liquéfié (GNL) et de grands gazoducs internationaux r-tardant à se concrétiser. fois plus longue que celle nécessaire au développement de ce taines infrastructures adjacentes et de la multiplicité des projets, Dans cet environnement en forte instabilité, les expéditeurs voire des tensions sur le marché de l’ingénierie, la réalisation de et opérateurs d’infrastructures adjacentes (terminaux méthaniers, ré- ces ouvrages pourraient être en risque sur les délais. seaux de transport d’autres gestionnaires, centrales à cycle combiné…) ; l’article cdeosnsta irGeRs Tdgea sz odné rpéesnead uf, oarfte rmmeennt t paovuerc  fdoérc nei lr eluerss  dbéevseolionsp pdee mneonutvse lnleés- P2a1r  daiel lleau rlso,i  il2 0c0o3n-v0ie8n td ud e3  rjaapnpvieelre r 2q0u0e3,  cmoondfio réme épmare nlat  làoi 2006-1537 du 7 décembre 2006, le programme d’investissements de cmaepsaucriteé sd ed ec otrnacnréstpisoertr  rdaepsitidneémese nàt l laerubrist reanggea, gsaenms epnotsu. r autant être en GRTgaz est soumis annuellement à lapprobation de la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), et que le montant total des investis-Au vu de ce nouveau contexte, GRTgaz ne dispose plus d’une vision sements est validé par le Conseil d’administration de GRTgaz.
GRTgaz-Étude prospective 2008-2017
4
Structure du présent documentDans une quatrième partie, sont présentés les projets de dé-veloppement et les renforcements susceptibles d’être néces-L’étude prospective sur le développement du réseau de du m tés casaires e transport 2008-2017 s’articule autour de cinq parties.pacinn  ,nurahc.éE sftitiac l àsaa iosed snd nob seevts sniemtnsiese s quiuqnic etrap emèthyn sielee isét La première partie rappelle les principales caractéristiques du GRTgaz pourrait être amené à entreprendre sur la période réseau de GRTgaz et expose les fondamentaux permettant le 2008-2017. dimensionnement des capacités. Cette étude prospective est accompagnée de trois an-La seconde partie présente l’ensemble des éléments de contex-nexes décrivant : te po rptearnçcues  dpaanr s GleR Tdgéavze lcooppmemmee anyt adnut  ruésnee aiun d eu etrnacnes peto rut.n eA iinmsi-, les hypothèses retenues par GRTgaz pour lévolution des consommations de gaz en France et des souscriptions nor-tàa lnta mléovnot,l uqtiuoen l édveso lruotiuotne s dde ul a gdaez maapnpdroe vdisei ognanza ennt  lFrEaunrcoep, eà,  malisées ; l’aval, conditionnent le développement des capacités d’ache-la méthodologie utilisée par GRTgaz pour identifier les minement reliant les fournisseurs aux clients finals. congestions et définir les renforcements nécessaires sur le  réseau ; La troisième partie expose la stratégie de GRTgaz en matièrele détail des investissements envisagés sur la période par de développement des infrastructures. finalité.
GRTgaz-Étude prospective 2008-2017
5
I.SIMENON DENEMISNOTNR ELAESÉED UTRG gaz ET
I.1Le réseau de GRTgaz, parmi les plus étendus en Europe
Avec environ 31 700 km de canalisations à haute pression, le réseau de GRTgaz a permis d’acheminer en 2007 près de 700 TWh de gaz naturel et ainsi de satisfaire une consommation de l’ordre de 450 TWh, couvrant plus de 80 % de la demande française. Le réseau de GRTgaz est interconnecté :journée. Le corollaire de cette spécificité est qu’unsein de la même  du cœur de réseau ne peut être affecté spécifiquement àaux frontières, avec les réseaux de transport belge, allemand et ouvrage suisse ; l’acheminement du gaz en provenance d’une entrée ou à destina- tiondans le Sud-Ouest de la France, avec le réseau de TIGF, lui-même d’une sortie. interconnecté avec le réseau espagnol ; en façade maritime, avec les terminaux méthaniers de Fos et de Montoir, ainsi qu’avec le réseau norvégien de GASSCO ; avec des stockages souterrains répartis sur l’ensemble des zones de GRTgaz ;Nord de distribution en aval, qui acheminent le gazavec des réseaux  Nord-Est duVexin Marche s jusqu’aux consommateurs finals.Beauce Seine Physiquement, la quasi-totalilté duz ngaatzu rneaturel consom- Sologne Nord-EstV ndomois e smeaéu  eanu xFpraoinnctse  dé’itnatenrtc oinmnepxoiortné,ag ensdae  l-enrlé e trtre  nvasee  tosfrontièraux s er valognegrBuorBeyr les réseaux de distribution, ou encore directement vers d randsCentre e g clients industriels. Le gaz naturel entré dans le réseau de GRTgaz Est-LyonnaisGuyenne Centre-Est et qui n’est pas consommé en France, transite vers les réseaux ad-jacents. Enfin, une part importante du gaz naturel acheminé surRhône le réseau dl,e  pGriRnTcgipaazl eesmt einnjt epctoéuer  ecto suovruitri rléa e mdoadnsu llaetsi ostno cclkiamgaetisq duee  Guyenne gaz natureMidi ddiefsf écroennstioelms mdea tiporinxs  dmaaniss  lae utsesim, pdse  (plubsi teran gpelsu sé,c poonuor mbiéqnuées )c.ier des Gascogne ar On distingue le réseau principal de transport et le réseau régional de transport. Le réseau prin ipal composé des éléments du réseau qui estartères du cœur de réseau (source GRTgaz)Principales c relient les points d’interconnexion avec les réseaux de transport ad-jacents, les terminaux méthaniers et les stockages. Ce réseau estLe réseau régional est composé des éléments du réseau qui composé de canalisations de diamètre important, presque toujours permettent d’acheminer le gaz depuis le réseau principal jusqu’aux supérieur ou égal à 600 mm. Une part importante de ce réseau plus gros consommateurs ou jusqu’aux réseaux de distribution des est maillée et constitue le « cœur du réseau ». Dans cette partie villes. Sauf cas particulier, le réseau régional fonctionne en « antenne », du réseau principal, le gaz peut circuler dans les deux sens, selon car le gaz y circule dans un seul sens depuis le réseau principal jus-la configuration des entrées et sorties de gaz aux interconnexions. qu’au consommateur. Ce réseau est composé de canalisations de Le sens du flux peut ainsi varier d’une journée à l’autre, voire au diamètre presque toujours inférieur à 600 mm.
GRTgaz-Étude prospective 2008-2017
6
I.2L’offre de GRTgaz, basée sur les zones entrée/sortie
Le réseau est divisé en zones entrée/sortie qui permettent d’assurer le fonctionnement du marché, c’est-à-dire l’accès des fournisseurs de gaz à leurs clients, ainsi que les échanges de gaz entre les fournisseurs. C’est au sein de chacune de ces zones que chaque expéditeur doit équilibrer ses entrées et ses sorties de gaz. Ces zones entrée/sortie sont ainsi également appelées zones d’équilibrage.
Le modèle entrée/sortie permet aux utilisateurs du réseau d’ignorer la livraison d’un consommateur de gaz d’une zone à partir d’un les liens physiques entre les points d’entrée et les points de sortie du point d’entrée situé dans une autre zone entrée/sortie. réseau, ce qui permet un fonctionnement souple et concurrentiel du marché gazier.lPeo cuar ddreé tderu mminoedrè llee s ecnatrpéaec/istéosr tidee,  tGrRaTnsgpazo rrté caloisme mdeersc siialmisualbalteiso ndsa dnes  Le réseau de GRTgaz est développé selon le modèle «flux de gaz, sous-tendues par des hypothèses raisonnables. Cette entrée/sortie sans restriction »(fully unrestricted entry-exit), démarche est décrite en annexe 2 du présent document. qrap eepz nort etuê entéalimgaz  en tnav: seAuuo t1oc tomnstema durlae iuo fferl sef noctionnalités suier 2008, GRTgaz comptait 44 expéditeurs actifs sur son mai n’importe quel point d’entrée de la zone et, réciproquement, t t réseau.  ou fournisseur sur un point d’entrée peut alimenter n’importe quel consommateur de la zone ; corollaire de cette fluidité, les volumes de gaz, une fois présents60 sniu r dlea  lzao ndee,s tipneautivoenn,t  eêtt rlee sé cchaapnagciétsé ss asnosu isncrdiitceast isoonn td eé glaa lseomuercnet  4405 échangeables sans contrainte entre expéditeurs ;40 37  sacapicelsiopinlbse ,uqlele que soit la lan  étiivneégase.edamét s sepdneét êtuvenouscre sà ,setirruetuah ua qes d désitnt0323 Sur chaque zone d’équilibr les expéditeurs dispo-0215 a10 sent, pour optimiser lachemignee,ment, de services com-10 6 7 plémentaires aux fonctionnalités d’entrée et de sortie :0 un service d’accès à un Point d’Échange Gaz (PEG) où des tran-sactions d’achat/vente de gaz peuvent être enregistrées, bientôt complété par la mise en place d’une bourse d’échange de gaz, associée à chacune de ces zones ; des services de conversion de gaz de qualité H vers B, ainsi queÉvolution du nombre d’expéditeurs sur le réseau de GRTgaz (source GRTgaz). de B vers H ; une gestion du déséquilibre de bilan des expéditeurs (écart entreL’augmentation du nombre d’expéditeurs(multiplication as b sée dur mesnacéemsied sram les entrées tel ses roitse,)geedkxauodc spteésrtpaop,  ro20l0 6r)a pt rruuiest ar énp ;étlnic htéê rsi uàd aaclc ètess vurrerdo esuds   deectiesaecs enpécots ed -pour le marché français. Des producteurs de gaz ainsi que des kage. consommateurs intensifs sont venus compléter un panel jusqu’alors L’existence de plusieurs zones entrée/sortie essentiellement de fournisseurs traditionnels du marché,traduit les li- composé mitations de capacité physique qui existent dans le cœur du réseau de détaillants et de traders. Cette évolution accompagne l’ouver-principal de transport et l’impossibilité, dans certains cas, d’assurer ture totale du marché du gaz en France au 1erjuillet 2007.
GRTgaz-Étude prospective 2008-2017
7
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.