Evaluation de l'enseignement dans l'académie de Montpellier

De
L'académie de Montpellier a connu jusque dans les années 1990, une situation relativement privilégiée tant au plan économique et social qu'au plan des performances scolaires. Ces performances se sont dégradées par la suite. Tel est le premier constat établi par la mission d'inspection qui a choisi de développer trois axes de recherche : évaluer l'état du fonctionnement du système éducatif dans la région Languedoc-Roussillon en reliant systématiquement le niveau des performances scolaires aux évolutions du contexte socio-économique, de la dotation de moyens et de l'offre de formation de façon à mieux cerner la valeur ajoutée de l'académie. Envisager, ensuite, ce qui dans cette situation, tient à l'action des collectivités territoriales dans le domaine éducatif, aux objectifs et au contenu de la politique académique ainsi qu'à la qualité des modes de pilotage - aussi bien administratif que pédagogique - qui permettent d'en assurer l'opérationnalité. Confronter, enfin, les diverses impulsions académiques à la logique des acteurs de terrain pour mettre en évidence, aussi bien les inerties qu'elles rencontrent, les tensions qu'elles génèrent que les dynamiques nouvelles qu'elles enclenchent. Le rapport est complété par une série de propositions.
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/034000608-evaluation-de-l-enseignement-dans-l-academie-de-montpellier
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 134
Voir plus Voir moins
 MINISTÈRE DE LA JEUNESSE, DE L’ÉDUCATION NATIONALE ET DE LA RECHERCHE   Inspection générale Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale de l’éducation nationale et de la recherche __________ __________     
N° 02 - 051
 
 
de Montpellier        rapport à monsieur le ministre de la  jeunesse, de l’éducation nationale  et de la recherche
E 2002
       
 
 
Evaluation
NOVEM BR  N° 02 - 073
1
  
 
de l’enseignement
 
dans l’académie
à monsieur le ministre délégué à l’enseignement scolaire
  
 
 
2
 MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE L’EDUCATION NATIONALE ET DE LA RECHERCHE    Inspection générale Inspection générale de l’administration de de l’éducation nationale l’éducation nationale et de la recherche             EVALUATION DE L’ENSEIGNEMENT  DANS L’ACADEMIE DE MONTPELLIER           Octobre 2002  
Françoise DUCHÊNE Jean ETIENNE Alain HEBRARD Rémy JOST
 
 
    
 
    Rapport présenté par :                      
3
 
Annie DEROCLES Jean-Yves DUPUIS Éliane LANGLOIS Jean-Louis PERILLIER  
       L’équipe qui a conduit cette mission et rédigé le présent rapport a bénéficié de contributions rédigées par les membres de l’inspection générale soit à l’occasion de visites d’établissements ou en circonscription, soit sur l’analyse de l’état de l’enseignement dans les différentes disciplines. Elle remercie :        Gérard BONHOURE  Jacky BOURDAIS  Brigitte DORIATH  Marcel GAGNEUX  Jean HÉBRARD  Guy LEYRAL  Annie LHERETE  Jean-Georges KUHN  Denise RINDERKNECH  Jean-Pierre RIOUX  Alain ROYNETTE  Georges SEPTOURS     ***********************      
 
4
  
 SOMMAIRE
INTRODUCTION...................................................................................................................................................................9 
PREMIERE PARTIE : L’ÉCOLE DANS SON ENVIRONNEMENT ................................................................. 11 1.1. LE SYSTEME EDUCATIF CONFRONTE A UN CONTEXTE SOCIO-ECONOMIQUE EN PROFONDE MUTATION..........12 1.1.1. Dynamique démographique et adaptation de l’appareil de formation ................................................... 12 Des capacités d’accueil limit ées pour faire face à une forte expansion ...................................................................... 12 démographique............................................................................................................................................................12 La croissance démographique accentue les déséquilibres territoriaux ....................................................................... 13 Le brassage des populations pose des problèmes d’intégration sociale et scolaire .................................................... 15 1.1.2. Les paradoxes dun système économique dynamique mais déséquilibré................................................15 Un tissu économique qui présente de fortes spécificités ............................................................................................. 15 Une faible production de richesse et un faible niveau de revenus .............................................................................. 17 Un fort taux de chômage malgré une dynamique certaine de l’emploi ...................................................................... 17 1.1.3. Structure socioprofessionnelle et niveau de la difficulté sociale..............................................................18 Une structure socioprofessionnelle dans laquelle dominent les catégories moyennes ............................................... 18 Mais une frange importante de la population est en sit uation de grande fragilité sociale .......................................... 19 Un problème complexe : l’évaluation du niveau réel de la difficulté sociale............................................................. 20 1.2. LA DOTATION DE LACADEMIE DEMONTPELLIER EN MOYENS DENSEIGNEMENT ET EN POSTES DE PERSONNELS ...........................................................................................22 AOT.S................................................................ 1.2.1. Les moyens de l'académie se sont accrus entre 1990 et 1998, mais la situation des départements est restée très contrastée .................................................................................................................... 22 Le premier degré : une amélioration des moyens qui a laissé le Gard et l'Hérault à la traîne .................................... 22 Le second degré : des moyens en hausse dans une académie qui est restée sous-dotée............................................. 23 1.2.2. Des évolutions accélérées : un effort de l'État qui permet un rééquilibrage encore insuffisant ...................................................................................................................................................................... 25 Le premier degré : dans un contexte amélioré, l’écart entre le Gard, l’Hérault et les autres départements ne se réduit guère .................................................................................................................................. 25 Le second degré : une amélioration qui reste encore fragile ....................................................................................... 26 1.3. L’OFFRE DE FORMATION P ROFESSIONNELLE ET TECHNOLOGIQUE:LA PERSISTANCE DE DESEQUILIBRES MALGRE UN EFFORT DADAPTATION A LA DEMANDE SOCIALE ET AUX BESOINS DE LECONOMIE REGIONALE.....29 1.3.1 La politique d’amélioration de l’offre de formation professionnelle n’a atteint qu’en partie ses objectifs ........................................................................................................................................................ 29 Un effort de rattrapage nécessaire pour revigorer l’orientation vers l’enseignement professionnel ............................................................................................................................................................... 29 La lutte contre l’évaporation des élèves de l’enseignement professionnel ................................................................. 30 1.3.2 La carte des formations professionnelles et technologiques : une répartition plus ou moins équilibrée selon les spécialités et les aires géographiques.......................................................................31 La continuité de l’offre de formation entre production et services est problématique tant au niveau académique que dans les départements et les bassins ..................................................................................... 32 Une offre de formation bien articulée au sein des enseignements tertiaires technologiques et professionnels..............................................................................................................................................................33 Une répartition des spécialités en sciences biologiques et sociales appliquées proche de la moyenne nationale ...................................................................................................................................................... 35 La création de « projets filières » apparaît une nécessité si l’on veut renforcer la cohérence de l’offre de formation dans le domaine industriel .......................................................................................................... 37 1.4. PERFORMANCES ET PARCOURS SCOLAIRES................ 04.............................................................................................. 1.4.1. Une situation d’ensemble contrastée............................................................................................................. 40 Une faible proportion de bacheliers dans une génération ........................................................................................... 40 Une diminution des sorties sans qualification mais une augmentation concomitante des sorties au niveau V ................................................................................................................................................................. 41 1.4.2. Une amélioration significative de la fluidité des parcours scolaires dans l’ ignement primaire et au collège...................................................................................................................... 41 ense La proportion d’élèves en retard de deux ans ou plus a diminué faiblement en cours préparatoire mais est en net recul en sixième.................................................................................................................................. 41 Les collèges ont réussi à améliorer la fluidité des parcours scolaires tout en obtenant des résultats convenables au DNB .................................................................................................................................... 43
 
5
La proportion d’élèves orientés en troisième d’insertion est deux fois plus forte qu’au niveau national........................................................................................................................................................................46 De l’efficacité à l’équité : l’effet de sélection sociale ................................................................................................. 48 1.4.3. Des parcours scolaires en second cycle nettement différenciés entre la voie générale et technologique et la voie professionnelle.............................................................................................................. 49 L’orientation en fin de troisième : priorité à l’enseignement général et technologique sur lenseignement professionnel......................................................................................................................................49 L’orientation en fin de seconde GT : une montée des réorientations vers l’enseignement professionnel et des réaménagements intérieurs à chaque filière ............................................................................... 52 Les évolutions de l’orientation en classe de première : une stabilité entre filière générale et filière technologique mais des réaménagements internes au sein de chaque filière ................................................... 53 Des parcours traditionnellement fluides dans la filière générale et technologique et en voie d’amélioration dans la filière professionnelle ............................................................................................................. 54 1.4.4. Les résultats aux examens : un rattrapage pour le baccalauréat, la persistance de faibles performances en CAP et BEP ....................................................................................................................... 55 Les taux de réussite au baccalauréat progressent à la session 2001 et se situent désormais au niveau national ............................................................................................................................................................ 55 Les taux de réussite aux CAP et BEP restent parmi les plus faibles de la France métropolitaine.............................. 55 1.4.5. La destinée des élèves à la sortie de l’enseignement secondaire ............................................................. 56 Un taux de poursuite d’études élevé dans l’enseignement supérieur.......................................................................... 56 Une insertion professionnelle difficile malgré une amélioration au cours des dernières années ............................... 58
DEUXIEME PARTIE : POLITIQUE ACADEMIQUE ET MODES DE PILOTAGE.................................... 61
 
2.1. LES POLITIQUES DES COLLECTIVITES TERRITORIALES EN MATIERE DEUDACONTI............................ 2...6............ 2.1.1. La meilleure concertation entre la région et le rectorat devrait permettre de rattraper les retards accumulés au cours des précédentes années.......................................................................................62 La programmation des travaux de rénovation des établissements souffre d’un manque de cohérence temporelle .................................................................................................................................................. 62 La construction de nouveaux lycées doit s’accélérer pour faire face à la croissance de la démographie scolaire .................................................................................................................................................. 63 La difficulté à mettre en place un véritable schéma prévisionnel des formations et à s’adapter à des besoins pédagogiques évolutifs ............................................................................................................................ 63 De fortes disparités dans l’équipement informatique des lycées ................................................................................ 64 2.1.2. La dotation et laction des départements sont très variables....................................................................64 Des engagements financiers inégaux.......................................................................................................................... 64 Un effort de construction et d’équipement des collèges plus accentué dans le Gard et l’Hérault .............................. 65 2.2. LE PROJET ACADEMIQUE ET LA DEMARCHE DE CONTRACTUALISATION PRE NNENT APPUI SUR UN VERITABLE TABLEAU DE BORD..............................................................................................................................................................76 2.2.1. Un programme académique d’action lisible, clair et opérationnel ................................................................... 67 2.2.2. La démarche de contractualisation est amorcée mais non finalisée .................................................................. 68 2.2.3. Le programme d’action académique prend appui sur un tableau de bord complet et bien actualisé.......................................................................................................................................................................68 2.3. LDES RESSOURCES HUMAINES AU SERVICE DES OBJECTIFSE MANAGEMENT ET LA MOBILISATION ACADEMIQUES.............................................................................................................70 ........................................................ 2.3.1. Le management des services académiques rectoraux et départementaux intègre peu à peu l’objectif d’un pilotage par projets.................................................................................................................... 70 L'originalité de l'organigramme du rectorat tient surtout à l'existence de pôles de compétences… ............................................................................................................................................................ 70 …. qui devraient favoriser la circulation de l'information et la cohérence de l'action administrative. ............................................................................................................................................................. 71 La liaison avec les services départementaux contrainte par la plus ou moins grande proximité géographique ............................................................................................................................................................... 71 2.3.2. La mobilisation des ressources humaines par une gestion modernisée.................................................. 72 Le positionnement académique de la DRH est à confirmer........................................................................................ 72 Une impulsion nouvelle à la politique de gestion des ressources humaines ............................................................... 73 2.3.3. Le remplacement des personnels : un manque de réactivité des services............................................... 75 Le remplacement des enseignants du second degré : le dispositif le plus sérieusement contesté par les chefs d’établissement ....................................................................................................................................... 75 2.3.4. Le remplacement des ATOS : des difficultés récurrentes .......................................................................... 77 2.4. LA FORMATION CONTINUE DANS L’ACADEMIE DEMLLEITNEPOR................................ 79....................................... 2.4.1. La formation des personnels enseignants, déducation et dorientation.................................................79 Le programme d’actions de formation continue : un dispositif complexe ................................................................. 79 La mise en œuvre de la politique de la formation continue : un nouveau partage des domaines de compétence ............................................................................................................................................................. 80
6
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.