Inégalités entre jeunes sur fond de crise - Rapport de l'Observatoire de la jeunesse

De
Publié par

Cette étude livre un diagnostic sur la situation des jeunes en temps de crise, révélant une forte aggravation des clivages intragénérationnels. Les jeunes les moins diplômés sont les plus fragilisés ; le chômage les expose au risque d'exclusion sociale et professionnelle et de plus grande pauvreté. Le taux de chômage des 15-29 ans est de 9% pour les diplômés du supérieur, de 22 % pour les titulaires d'un bac, CAP ou BEP, mais de 46 % pour les non-diplômés. Le taux de pauvreté (revenus mensuels inférieurs à 964 €, en 2012) est de 30 % pour les non-diplômés, contre 10 % pour les diplômés du supérieur. Les diplômés sont confrontés à la précarisation de l'emploi. En raison de l'ancrage de la crise dans la durée, les auteurs du rapport soulignent l'urgence de ma mise en oeuvre de politiques publiques concertées.
Publié le : samedi 1 décembre 2012
Lecture(s) : 37
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/134000305-inegalites-entre-jeunes-sur-fond-de-crise-rapport-de-l-observatoire-de-la-jeunesse
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 240
Voir plus Voir moins

Inégalités
entre jeunes
sur fond de crise
Rapport de l’Observatoire
de la jeunesse
Sous la direction de Francine Labadie
IINJEP Rapport 2012.indd 1NJEP Rapport 2012.indd 1 225/10/2012 16:48:535/10/2012 16:48:53L’INJEP, Institut national de la jeunesse
et de l’éducation populaire est un établissement
public national placé sous la tutelle du ministre
chargé de la jeunesse.
L’INJEP a pour mission :
– d’observer et d’analyser les pratiques et les attentes des jeunes ainsi que les
politiques et les actions qui leur sont destinées ;
– de participer à l’évaluation de ces politiques et actions ;
– de réaliser et de difuser des études et des analyses conduites dans ces
domaines aussi bien sous forme papier que numérique ou dans le cadre de
conférences, séminaires, colloques ou rencontres ;
– de contribuer à la connaissance et à l’analyse des politiques en faveur de la
jeunesse des autres pays, particulièrement de l’union européenne ;
– d’exercer une veille documentaire et de constituer un centre de ressources
pour les acteurs de la jeunesse et de l’éducation populaire ;
– de proposer, en cohérence et en complémentarité avec ces missions, des
activités de formation, d’études et de conseil, ou sa participation à l’organisation
de manifestations en faveur de la jeunesse.
L’INJEP a ainsi vocation à fonctionner comme un centre d’expertise et un
laboratoire d’idées au service des politiques de la jeunesse.
L’INJEP publie la revue Agora débats/jeunesses, la collection des « cahiers de
l’action » et le bulletin de l’observatoire de la jeunesse, Jeunesses : études et
synthèses.
L’INJEP a été désigné comme l’agence de mise en œuvre du programme
européen « jeunesse en action » qui complète dans le champ de l’éducation non
formelle les programmes européens de formation initiale et de formation tout
au long de la vie.
L’INJEP fait enfn partie du groupement d’intérêt public (GIP) constituant
l’agence de service civique.
Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire
95 avenue de France – 75650 Paris Cedex 13
www.injep.fr
« Aux termes du Code de la propriété intellectuelle, toute reproduction ou représentation, intégrale ou partielle
de la présente publication, faite par quelque procédé que ce soit (reprographie, micro flmage, scannérisation,
numérisation...) sans le consentement de l’auteur ou de ses ayant droits ou ayant causes est illicite et consti-
tue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. »
« Il est rappelé également que l’usage abusif et collectif de la photocopie met en danger l’équilibre économique des
circuits du livre. »
© Direction de l’information légale et administrative, Paris, 2012.
ISBN 978-2-11-009090-4
IINJEP Rapport 2012.indd 2NJEP Rapport 2012.indd 2 225/10/2012 16:49:155/10/2012 16:49:15INSTITUT NATIONAL
DE LA JEUNESSE
ET DE L’ÉDUCATION
POPULAIRE
OBSERVATOIRE
DE LA JEUNESSE
ET DES POLITIQUES
DE JEUNESSE
Inégalités
entre jeunes
sur fond de crise
Rapport de l’Observatoire
de la jeunesse
Sous la direction de Francine Labadie

IINJEP Rapport 2012.indd 3NJEP Rapport 2012.indd 3 225/10/2012 16:49:155/10/2012 16:49:15Remerciements
Olivier Toche, directeur de l’INJEP, tient à remercier tous les contributeurs sollicités dans
la réalisation du rapport pour leur implication et leur concours : Yaëlle Amsellem-Mainguy,
François Beck, Jean-Pierre Bontoux, Yaël Brinbaum, Régis Cortesero, Philippe Coulangeon,
Thomas Couppié, Éric Favey, Sandrine Forzy, Olivier Galland, Christine Guégnard, Stéphane
Jugnot, Brahim Laouisset, Claire Létroublon, Léa Lima, Damien Megherbi, Pierre Merle,
Muriel Nicolas, Irène Pequerul, Thierry Rocher, Joaquim Timoteo, Nisrine Zaibi.
Il remercie également tous ceux qui, à l’INJEP, se sont impliqués dans ce projet, en
particulier :
Francine Labadie, chef de projet Observatoire de la jeunesse, qui s’est investie totalement
dans la direction du rapport, de l’idée initiale au conseil scientifique, dont elle assure
l’animation, jusqu’à sa valorisation ;
Jean-Claude Richez, coordonnateur de la mission observation et évaluation pour ses conseils
et son expertise ;
Marianne Autain pour la qualité de ses apports dans le secrétariat d’édition et le suivi de
fabrication ;
Isabelle Fiévet, coordonnatrice du centre de ressources, pour sa veille documentaire très
précieuse.
IINJEP Rapport 2012.indd 4NJEP Rapport 2012.indd 4 225/10/2012 16:49:165/10/2012 16:49:16Sommaire
Préface ................................................................................................. 11
Valérie Fourneyron
Introduction ....................................................................................... 13
Olivier Toche
Première partie
État des lieux :
les jeunes en temps de crise ............................................... 17
Francine Labadie
Par temps de crise, les clivages entre jeunes s’accentuent dans la transition
vers l’âge adulte. La compétition s’accroît au sein de l’école et le phénomène
de décrochage s’amplif e malgré les ambitions af rmées d’égalité des chances.
Les jeunes peu ou pas diplômés peinent à accéder au marché du travail, lequel
fait fortement reposer la précarisation de l’emploi sur les entrants. Évincée de
l’emploi ou occupant des emplois temporaires, une fraction croissante de la
jeunesse est exposée au risque de pauvreté. Les jeunes diplômés sont confrontés
à une dégradation de la qualité de l’emploi et peinent davantage qu’auparavant à
réaliser leur indépendance résidentielle.
Deuxième partie
Le creusement des inégalités
intragénérationnelles .............................................................. 55
Préambule. Les deux jeunesses ..................................................... 56
Olivier Galland
Les inégalités au f l des trajectoires scolaires
et d’accès à l’emploi ................................................................... 59
Les inégalités scolaires. Quels constats ?
Quelles politiques éducatives ? ..................................................... 60
Pierre Merle
Les inégalités scolaires sont multiples. Elles concernent, par exemple, la durée
des études, devenue plus inégale depuis 1985, mais aussi, plus classiquement,
les dif érences de destin scolaire selon l’origine sociale. Leur mesure est déli-
cate. Des situations identiques – être bachelier ou sans diplôme – ont des
SOMMAIRE 5
IINJEP Rapport 2012.indd 5NJEP Rapport 2012.indd 5 225/10/2012 16:49:165/10/2012 16:49:16signif cations dif érentes selon les périodes. Les politiques éducatives, telles que
l’éducation prioritaire ou l’assouplissement de la carte scolaire, censées réduire
ces inégalités, ont parfois des ef ets contre-productifs. Il serait pourtant possible
de s’inspirer des politiques scolaires ef caces mises en œuvre par d’autres pays
européens.
Le diplôme, un sésame pour l’emploi.
Quels leviers pour une politique d’emploi des jeunes ? ........ 74
Stéphane Jugnot
Les jeunes actifs sont plus exposés au chômage et aux emplois précaires que
les autres actifs. Cette réalité n’est pas nouvelle, d’autant qu’elle est en partie
mécanique. De plus, certains des indicateurs utilisés conduisent à des diagnos-
tics biaisés, parfois trop englobants. Le niveau de diplôme hiérarchise en
ef et fortement les conditions d’accès à l’emploi des jeunes. En particulier, les
non-diplômés sont, de loin, les plus nombreux à rencontrer des dif cultés. Ils
devraient donc rester la cible prioritaire des politiques publiques. Malgré des
évolutions, celles-ci jouent sur les mêmes leviers depuis plus de trente ans,
posant la question de leur renouvellement.
Des études à l’emploi :
parcours et contraintes des jeunes issus de l’immigration .. 92
Yaël Brinbaum, Christine Guégnard
L’insertion professionnelle des jeunes est inf uencée par de multiples contraintes
qui tiennent aux caractéristiques individuelles des jeunes, à leur cursus scolaire
antérieur et aussi à l’espace social et économique dans lequel ils évoluent. Les
jeunes issus de l’immigration sont davantage pénalisés pour trouver un emploi,
et de manière accentuée s’ils sont originaires du Maghreb, d’Afrique subsaha-
rienne ou qu’ils résident dans des quartiers défavorisés. Un chômage persistant
et des orientations contraintes au cours de leur formation initiale renforcent
leur sentiment de discrimination à l’embauche.
+ DONNÉES STATISTIQUES ..................................................................... 108
– Éducation, Thierry Rocher
– Emploi, Brahim Laouisset, Damien Megherbi
– Entrée dans la vie active
des jeunes issus de l’immigration, Thomas Couppié
+ POINTS DE VUE D’ACTEURS ................................................................. 120
– L’emploi reste un outil, les jeunes sont la solution, Nisrine Zaibi
6 INÉGALITÉS ENTRE JEUNES SUR FOND DE CRISE
RAPPORT DE L’OBSERVATOIRE DE LA JEUNESSE 2012
INJEP Rapport 2012.indd 6INJEP Rapport 2012.indd 6 225/10/2012 16:49:165/10/2012 16:49:16Le cumul des inégalités,
un déf pour l’action publique ............................................... 123
Les inégalités sociales de santé.
Vers une prévention mieux ciblée ................................................ 124
François Beck, Yaëlle Amsellem-Mainguy
Les inégalités sociales de santé résultent à la fois du contexte socio-économique
et environnemental, des comportements et modes de vie et du recours aux
soins, dans un processus cumulatif qui s’installe avant même la naissance et
prend racine pendant l’enfance et l’adolescence, avec d’importantes disparités
de territoire et de genre. Si un accès équitable aux soins apparaît comme un
enjeu majeur, les principaux déterminants du gradient social de santé restent
extérieurs au système de soins. Les jeunes qui subissent une situation sociale
défavorable présentent globalement des niveaux de pratiques addictives, de
sédentarité et de surpoids nettement plus élevés. Il apparaît primordial que les
mesures de santé publique ne renforcent pas ces tendances.
Entre homogénéisation des pratiques et nouveaux clivages :
la nécessité de repenser l’action éducative et culturelle ...... 137
Philippe Coulangeon
L’univers des cultures juvéniles subit aujourd’hui des inf uences contradic-
toires et paraît davantage soumis à des clivages pluriels et changeants – selon
l’âge et le genre, notamment. Tout indique pourtant qu’il demeure fortement
hiérarchisé et dominé par des formes émergentes de distinction culturelle, qui
ne s’appuient sans doute plus exclusivement sur la familiarité avec la culture
savante, mais mobilisent aussi les ressources de l’éclectisme et de la diversité. Il
n’est pas certain que ces formes émergentes soient moins discriminantes que ne
l’étaient les formes plus traditionnelles de la distinction culturelle. Elles rendent
à tout le moins l’action éducative et culturelle plus complexe, dans un contexte
où ce ne sont plus seulement les manières de transmettre qui sont en débat mais
le contenu même de ce qui est transmis.
Les inégalités au prisme du territoire :
les jeunes des quartiers populaires .............................................. 151
Régis Cortesero
Les jeunes des quartiers populaires subissent les « handicaps » combinés de trois
registres d’inégalités : la pauvreté et la précarité associées à la perte des capa-
cités de défense du monde ouvrier (question sociale) ; le développement des
« inégalités d’accès » et d’un « stigmate spatial » (question urbaine) ; le poids des
discriminations et du racisme (question ethnique). Leur expérience se caracté-
rise alors par une accumulation d’obstacles pour se construire et construire leur
identité, construction qui, pourtant, constitue l’épreuve centrale du « temps de
la jeunesse ».
SOMMAIRE 7
IINJEP Rapport 2012.indd 7NJEP Rapport 2012.indd 7 225/10/2012 16:49:165/10/2012 16:49:16+ DONNÉES STATISTIQUES ..................................................................... 166
– Santé, Yaëlle Amsellem-Mainguy
– Pratiques culturelles, Claire Létroublon
– Territoires, Joaquim Timoteo
+ POINTS DE VUE D’ACTEURS ................................................................. 178
– Jeunes, culture et cultures : transmission et transition, Éric Favey
– Les jeunes entre mobilités et immobilités subies ou choisies, Sandrine Forzy
Les aides publiques en question ........................................ 183
Les jeunes vulnérables :
laboratoire de l’État social actif ? .................................................. 184
Léa Lima
Les jeunes sont aux avant-postes des transformations sociales : ils en sont parfois
les moteurs mais aussi souvent les premières victimes. Ainsi les jeunes sont les
premiers touchés par la f exibilisation du marché du travail et son lot de contrats
précaires. Les jeunes peu qualif és et issus de familles elles-mêmes fragilisées ont
de plus toujours été soumis à un traitement spécif que dans l’État social, tout
d’abord en qualité d’élèves dont il ne faut pas décourager la scolarisation, puis,
à partir des années 1990, comme jeunes chômeurs qu’il faut inciter à travail-
ler. Enf n, cette double théorie des incitations est à l’origine de multiples règles
discriminatoires dans les politiques sociales.
Comment la branche Famille de la Sécurité sociale
soutient-elle les jeunes de 16 à 24 ans ?...................................... 199
Muriel Nicolas
Qu’ils soient enfants à charge ou allocataires en leur nom, plus de la moitié des
jeunes de 16 à 24 ans bénéf cient d’au moins une prestation légale versée par la
branche Famille de la Sécurité sociale. Depuis dix ans, le taux de couverture des
jeunes a progressé de 6,2 % contre seulement + 2,4 % pour celui de la population
générale. Ces jeunes bénéf ciaires des caisses d’allocations familiales perçoivent
alors le plus fréquemment des prestations familiales et des aides au logement.
Au total, près de 30 % de la masse totale annuelle des prestations ont été af ectés
aux jeunes de cette tranche d’âge en 2010, soit 16 milliards d’euros.
+ DONNÉES STATISTIQUES ..................................................................... 218
– Vulnérabilités, Joaquim Timoteo
– Aides à l’éducation, Brahim Laouisset, Damien Megherbi
+ POINTS DE VUE D’ACTEURS ................................................................ 226
– Aides publiques aux jeunes, soutiens familiaux et redistribution, Irène Pequerul
– Une démarche solidaire, Jean-Pierre Bontoux
8 INÉGALITÉS ENTRE JEUNES SUR FOND DE CRISE
RAPPORT DE L’OBSERVATOIRE DE LA JEUNESSE 2012
INJEP Rapport 2012.indd 8INJEP Rapport 2012.indd 8 225/10/2012 16:49:165/10/2012 16:49:16Annexes
Décret relatif aux missions et à l’organisation de l’INJEP ... 230
Composition du conseil scientifi que de l’INJEP ...................... 236
Ouvrages publiés par l’INJEP en 2011-2012 .............................. 237
Liste des principaux sigles utilisés .............................................. 239
SOMMAIRE 9
IINJEP Rapport 2012.indd 9NJEP Rapport 2012.indd 9 225/10/2012 16:49:165/10/2012 16:49:16IINJEP Rapport 2012.indd 10NJEP Rapport 2012.indd 10 225/10/2012 16:49:165/10/2012 16:49:16

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.