La lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie. Année 2008

De
Publié par

Depuis près de vingt ans, la Commission nationale consultative des Droits de l'homme (CNCDH) dresse un tableau annuel des manifestations de racisme, d'antisémitisme et de xénophobie ainsi qu'un panorama des mesures de lutte mises en oeuvre à différents niveaux. Alors que les trois dernières années avaient été marquées par une diminution régulière de ces actes portés à la connaissance des autorités, l'année 2008 marque un renversement de tendance brutal. Après un état des lieux statistique commenté, suivi des différentes réponses judiciaires et pénales apportées, sont présentés les résultats de l'enquête annuelle réalisée par l'institut CSA pour la Commission, à l'appui de son rapport annuel. Elle permet d'analyser l'évolution des opinions des Français à l'égard du racisme ou de la xénophobie. La deuxième partie du rapport présente les différentes mesures de lutte mises en place par les pouvoirs publics et par la société civile. Un éclairage particulier est ensuite porté sur Internet où s'exerce désormais aussi une vigilance accrue par l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC). Face à tous ces actes inquiétants, complexes dans leur nature, variables dans leurs manifestations, la CNCDH reste persuadée que seule la mobilisation de tous permettra de faire reculer le racisme dans les esprits comme dans les actes.
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/094000186-la-lutte-contre-le-racisme-l-antisemitisme-et-la-xenophobie.-annee-2008
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 256
Voir plus Voir moins
Sommaire
Introduction 7
Synthèse9 
Première Partie État des lieux : les chiffres du racisme, de l’antisÉmitisme et de la xÉnophobie������������������������������ 15
Chapitre 1 les violences et menaces recensées par le ministère de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales���������������������������������������������� 17 Évolution du racisme, de la xénophobie et de l’antisémitisme depuis 1993����������� 19 Éléments de réflexion21 Les chiffres du ministre de l’intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales72 
Chapitre 2 les violences et menaces recensées par le ministère de l’Éducation nationale�������������������������������������������������������������� 43 Éléments de réflexion54 Les chiffres du ministre de l’Éducation nationale84 
Chapitre 3 la réponse judiciaire pénale35 Éléments de réflexion 55Les chiffres du ministre de la Justice��������������������������������������������������������������������������������������� 61
Chapitre 4 l’état de l’opinion publique71 Éléments de réflexion74 Présentation des résultats par l’institut CSa��������������������������������������������������������������������������� 78 Structures et dynamiques des représentations de « l’autre » : anciens et « nouveaux » préjugés90 
 
5
DeUXième Partie lutter contre le racisme, l’antisÉmitisme et la xÉnophobie������������������������������������������������ 119
Chapitre 5 l’action du gouvernement en 2008���������������������������������������������������������������������������� 121 L’analyse de l’action du gouvernement en 2008 123Synthse des actions du gouvernement����������������������������������������������������������������������������������� 128
Chapitre 6 les actions initiées par la société civile������������������������������������������������������������������� 167 Les syndicats 619Les ONG 108
trOiSième Partie ÉclairaGe��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 207 L’internet raciste : comment lutter ?������������������������������������������������������������������������������������������ 209
annexe les réponses aux questions du sondage csa 225
6
introduction
en 1990 le législateur confiait à la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) le soin de remettre au gouvernement un rapport sur la lutte contre le racisme� Forte de sa composition pluraliste, de son indépendance de fait et de l’expertise de ses membres, elle a rempli cette mission chaque année avec sérieux et détermination� Face à des phénomnes toujours inquiétants, complexes dans leur nature, variables dans leurs manifestations et surtout extrêmement diffi-ciles à évaluer avec une objectivité et le recul nécessaires, la CNCDH reste persua-dée que seule une mobilisation forte de tous permettra de faire reculer le racisme dans les esprits et dans les actes� Le présent rapport s’inscrit dans cette démarche� avec les limites inhérentes à un tel exercice, la CNCDH tente ici de dresser pour l’année 2008 un tableau des manifestations de racisme, antisémitisme et xénophobie, ainsi qu’un panorama des mesures de lutte mises en œuvre dans diverses enceintes et à différents niveaux� Ce tableau ne peut pas être un miroir exact et exhaustif de la réalité, il a simple-ment pour vocation de dessiner les grandes tendances� Les seules statistiques ne sont en effet pas à même de rendre compte avec exactitude de la réalité des actes racistes, xénophobes et antisémites� D’abord, elles ne prennent pas en compte les discriminations racistes, notamment dans l’emploi et le logement� Les discriminations sont du ressort de la Haute autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Égalité (HaLDe), dont la CNCDH salue le travail mené depuis trois ans dans les domaines de la préven-tion des discriminations, de la promotion de l’égalité et de la condamnation des comportements discriminatoires� Le rapport annuel 2007 de la HaLDe (publié en mai 2008) constitue un élément important d’appréhension et de compréhension des phénomnes de discriminations en France� ensuite, comme la CNCDH le fait remarquer depuis de nombreuses années, les statistiques qui lui parviennent de différentes sources officielles ne peuvent être considérées comme exhaustives et même suffisamment fiables pour rendre compte avec exactitude de la réalité des phénomnes de racisme et d’antisémitisme� en effet, les faits survenus ne parviennent pas nécessairement et systématiquement à la police, à la gendarmerie ou aux organismes de veille, pour une part parce que les victimes ne les signalent pas� On peut donc supposer l’existence d’une « zone
introduction
7
grise » inconnue� et surtout, la méthode de recueil des données par les différentes autorités compétentes a une incidence prédominante sur les données elles-mêmes : les phénomnes de racisme, d’antisémitisme et de xénophobie étant extrêmement complexes et difficilement quantifiables, les différentes méthodes de recueil de données revêtent inévitablement une part de subjectivité qui affecte par nature leur fiabilité� enfin, le recueil des données est effectué par des autorités diverses, dans le cadre de leurs compétences et avec leurs outils propres� On se trouve donc face à une diversité de données statistiques que l’on ne peut malheureusement rapprocher, ds lors qu’elles n’ont pas été établies sur les mêmes bases� C’est pour ces raisons que chaque série de données statistiques, publiée dans les chapitres pertinents, est précédée d’éléments de réflexion débutant toujours par une analyse de la méthode de recueil de données� il convient de s’y reporter et de les considérer attentivement pour la lecture des données, afin d’éviter toute inter -prétation erronée� Néanmoins, dans la mesure où la CNCDH recueille depuis plus de dix ans des statistiques selon les mêmes critres, il est possible d’indiquer - et c’est l’un des objectifs de ce rapport - des évolutions et des tendances dans les manifestations des phénomnes racistes, antisémites et xénophobes�
8
Ce rapport a été préparé par des membres de la CNCDH ainsi que par le Secrétariat Général de la Commission. Il contient comme chaque année les contributions des ministères ainsi celles des chercheurs et de certains de nos membres. Cependant, les analyses de la CNCDH n’ont pas été validées par l’assemblée plénière, comme le veut le règlement intérieur, dans la mesure où le mandat des membres de la CNCDH arrivait à échéance.
introduction
Synthse
alors que les trois dernires années avaient été marquées par une diminution régu-lire des actes racistes, xénophobes et antisémites portés à la connaissance des autorités, l’année 2008 marque un renversement de tendance brutal : on note en effet une nette augmentation de la violence, en particulier raciste� Paradoxalement, le sondage d’opinion fait pour le compte de la CNCDH sur les comportements, en France, à l’égard du racisme, de la xénophobie et de l’antisémitisme témoigne d’une décrispation certaine à l’égard des étrangers ou des personnes d’origine étrangre� Paralllement, on constate que les actes racistes et antisémites sont de plus en plus et de mieux en mieux pris en compte par les autorités judiciaires� en 2007, la CNCDH entendait mettre en garde les autorités contre un risque d’ex-cs d’optimisme aprs trois années de baisse globale des indicateurs du racisme, de la xénophobie et de l’antisémitisme en France, et elle tenait à prévenir toute tentation de démobilisation� Les chiffres enregistrés par le ministre de l’intérieur en 2008 rappellent en effet qu’en matire de racisme et d’antisémitisme, le combat est loin d’être gagné et que la mobilisation ne doit en aucun cas s’essouffler � Cette année, on constate que : – Les violences et menaces à caractre raciste et xénophobe enregistrent une aug-mentation alarmante� – Le nombre global d’actes et menaces à caractre raciste, xénophobe et antisé-mite reste toujours élevé par rapport à celui de la période des années 1990-2000� – Les violences recensées revêtent toujours un caractre important de gravité et les personnes physiques continuent à être la cible premire de ces violences� – L’attitude paradoxale des Français à l’égard du racisme est révélée par le son-dage� La plupart des personnes interrogées adhrent aux valeurs d’universalisme de la république et semblent plus tolérantes à l’égard des personnes étrangres ou d’origine immigrée� mais paradoxalement, lorsqu’on les interroge sur leur situa-tion personnelle ou lorsque l’on mentionne des cas particuliers, les sondés peuvent avoir tendance à trouver des « justifications » à leur comportement d’intolérance ou de racisme�
Synthse
9
– Dans un contexte toujours marqué par de fortes préoccupations économiques et sociales, les immigrés et les étrangers restent souvent stigmatisés� malgré une décrispation des attitudes à l’égard de l’autre, on constate toujours une certaine stigmatisation des immigrés, soupçonnés de ne pas vouloir réellement s’intégrer à la société française� Ce climat de méfiance et de xénophobie latente, qui n’apparaît pas forcément dans les statistiques concernant les faits, reste inquiétant en ce qu’il révle des problmes endémiques d’inégalités et de discriminations� Derrire le racisme et la xénophobie peut se cacher une discrimination sociale non explicitée� C’est pourquoi il convient de rappeler l’importance de la lutte contre la précarité et la grande pauvreté pour lutter contre le racisme et la xénophobie qui requirent aussi une mobilisation forte, tout en rappelant que les populations d’origine étran-gre ne sont pas toutes dans des situations de précarité et d’exclusion et que ces situations concernent aussi des populations d’origine française� il est à craindre que l’année 2009 ne vienne confirmer ces tendances inquiétantes : les évnements au moyen-Orient ont entraîné une hausse des actions antisémites au cours du mois de janvier 2009 et, dans un contexte économique particulire-ment difficile, les étrangers et les populations d’origine immigrée pourraient vite devenir des boucs émissaires� Ces différents constats et inquiétudes démontrent que loin d’être inutile, la lutte contre le racisme et l’antisémitisme reste plus que jamais nécessaire en France� Sous l’impulsion de la Commission européenne qui a déclaré l’année 2007 «année de l’égalité des chances pour tous », de nombreuses actions ont été ini-tiées en France autour de la lutte contre les discriminations et de la promotion de la diversité et de l’égalité des chances� Les discriminations et la diversité sont devenues depuis ces dernires années une priorité gouvernementale� il faut toute-fois rappeler que les phénomnes de racisme et d’antisémitisme ne peuvent être amalgamés au phénomne des discriminations (ils se manifestent différemment, ont des caractéristiques qui ne se recoupent pas toujours et n’appellent pas les mêmes traitements ou mesures de lutte)� C’est pourquoi la lutte contre le racisme et l’antisémitisme doit faire l’objet d’une politique spécifique et concertée� il faut poursuivre les efforts déployés, renforcer les mesures de lutte et développer la prévention - en favorisant d’une part la formation des acteurs de terrain, l’éduca-tion aux droits de l’homme d’autre part� La mise en œuvre d’un plan d’action national de lutte contre le racisme et des réu-nions plus régulires du Comité interministériel de lutte contre le racisme et l’anti-sémitisme seraient des signes politiques forts et témoigneraient de la mobilisation du gouvernement dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme�
une augmentation des violences et menaces à caractère raciste
On trouvera dans le chapitre 1 de ce rapport, les données présentées par le minis-tre de l’intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales, précédées d’une
10
synthèse
analyse concernant les actes et menaces racistes, xénophobes et antisémites portés à la connaissance de la police et de la gendarmerie� L’année 2007 a été marquée par un arrêt brutal de la baisse des violences et menaces à caractre raciste� La tendance à la baisse enregistrée depuis 2005 semble s’inver -ser� On dénombre en effet un total de 864 faits racistes, xénophobes et antisémites en 2008 contre 723 en 2007, soit une augmentation de 19,5 %�
De plus : – Les chiffres de la violence raciste et antisémite restent, aujourd’hui encore, plus élevés que ceux recensés au cours de la période 1990-2000� – La tendance à une augmentation de la violence, déjà constatée les années pré-cédentes, se trouve confirmée et les personnes physiques restent les premires vic-times de cette aggravation�
les violences et menaces à caractère raciste et xénophobe
Si on distingue les données concernant le racisme et la xénophobie d’une part, l’antisémitisme d’autre part, les chiffres fournis par le ministre de l’intérieur permettent d’affiner quelque peu cet inquiétant constat : on note en effet que la violence antisémite enregistre une certaine stabilisation : 397 actions et menaces antisémites en 2008, contre 402 en 2007, soit une légre baisse de 1,2 %� C’est donc en matire de racisme et de xénophobie que les chiffres sont inquiétants en 2008 : 467 actions et menaces, contre 321 en 2007, soit une augmentation de 45,5 %� Comme les années précédentes, les personnes d’origine maghrébine sont les plus touchées à la fois par les actes racistes (37,1 % de la violence raciste est dirigée contre la communauté maghrébine) et les menaces racistes (32,7 % du volume global des menaces racistes)�
les violences et menaces à caractère antisémite
Les efforts du ministre de l’intérieur en matire de lutte contre l’antisémitisme ont porté leurs fruits puisque les violences et menaces antisémites aprs avoir enre-gistré une nette baisse en 2007 (-32,5 %), se stabilisent en 2008 (397 actions et menaces antisémites en 2008, contre 402 en 2007, soit une petite baisse de 1,2 %)�
l’importante réponse pénale apportée aux affaires d’actes racistes, xénophobes et antisémites
L’activité des juridictions pénales en matire de répression des actes racistes, xéno-phobes et antisémites est présentée par la Direction des affaires criminelles et des grâces (DaCG) dans le chapitre 3 de ce rapport ; elle est précédée d’une analyse� il faut souligner que l’activité du juge pénal en 2008 ne correspond pas forcément à la réponse aux actes portés à la connaissance de la police et de la gendarmerie
Synthse
11
cette même année, du fait du décalage d’intervention de ces différentes autorités� De plus, l’activité quantifiée dans le présent rapport ne concerne que l’activité des juridictions pénales et ne comprend pas celle des juridictions civiles ou adminis-tratives qui connaissent pourtant nombre d’affaires de racisme, notamment dans le domaine des discriminations� il est regrettable qu’il n’ait pas été possible de fournir de données sur l’activité des juridictions civiles et administratives� il serait par conséquent utile que le ministre de la Justice complte le dispositif de recueil des données statistiques en l’étendant à ces juridictions� entre 2007 et 2008, une tendance à l’augmentation des faits constatés en matire de racisme, d’antisémitisme et d’antireligion a été observée� Cette tendance s’op-pose aux évolutions constatées les trois précédentes années et semble corroborer les chiffres fournis par le ministre de l’intérieur � Cette année encore, le nombre de condamnations prononcées pour des infractions à caractre raciste ou antisémite a augmenté� Cette augmentation s’inscrit dans une tendance générale constatée depuis cinq ans� Cependant l’augmentation du nombre de condamnations prononcées pour des infractions à caractre raciste ne traduit pas nécessairement un accroissement du nombre des crimes et délits à caractre raciste ou antisémite commis� en effet, ces chiffres doivent être mis en relation avec l’apparition en 2005, dans l’activité des juridictions pénales, des pre-miers effets de nouvelles normes (lois du 9 mars 2004, du 30 décembre 20041…) et des nouvelles modalités de fonctionnement (magistrat référents notamment)� Cette augmentation du nombre de condamnations reflte une meilleure prise en compte de ce type d’infractions par les juridictions� Depuis quelques années le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie sont effectivement condamnés par l’ins-titution judiciaire, ce dont on peut se féliciter dans la mesure où cela contribue à renforcer la lutte contre ces phénomnes� Les infractions à caractre raciste constituent la trs grande majorité des faits constatés en matire de racisme, d’antisémitisme et d’antireligion : 2 845 affaires enregistrées par les parquets pour les neuf premiers mois de 2008, soit 89 % des affaires totales enregistrées en matire de racisme, d’antisémitisme et d’ « anti-religion »� elles sont en augmentation de 25 % par rapport à 2007� Le nombre d’infractions à caractre raciste est treize fois plus élevé que les seules infractions à caractre antisémite� enfin il est encourageant de constater que cette année encore les procédures alter -natives aux poursuites ayant une vocation principalement pédagogique ont été uti-lisées de manire importante (35 % des affaires ont donné lieu à ces procédures en 2008)� Les parquets ont d’ailleurs tendance à privilégier des réponses à vocation pédagogique lorsqu’ils constatent, parmi les auteurs des infractions, la présence de « mineurs ou de jeunes majeurs qui ne mesurent ni le sens ni la portée particulire de leurs actes »�
1� Loi n° 2004-204 du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité et loi n° 2004-1486 du 30 décembre 2004 portant création de la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité�
12
synthèse
Vers un recul de l’intolérance ?
Chaque année depuis 1991, la CNCDH renouvelle son enquête par sondage sur le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie afin de mesurer, dans une perspective barométrique, les évolutions dans les perceptions des phénomnes par l’opinion publique� Le sondage de l’année 2008, dont on pourra lire les principaux résultats et enseignements au chapitre 4 de ce rapport, fait apparaître une tolérance accrue à l’égard des immigrés et des personnes d’origine étrangre� ainsi 52 % des per-sonnes interrogées se déclarent « pas raciste du tout », soit une augmentation de 4 points par rapport à l’an passé� Une lecture plus approfondie des résultats du sondage 2008, et une comparaison avec ceux des années précédentes, semblent montrer que la tendance au reflux de l’intolérance observée depuis 2006 se confirme ; mais certains des indicateurs du racisme et de la xénophobie sont aujourd’hui en hausse, et la baisse observée aprs le pic fortement médiatisé en 2005 s’est interrompue� il faut également noter que si l’on considre les résultats des sondages de la CNCDH sur le long terme, dans une perspective barométrique, on constate depuis plus de quinze ans, une baisse du sentiment raciste dans la société française et une augmentation de la tolérance� toutefois, on note une attitude paradoxale des Français à l’égard du racisme� La plupart des personnes interrogées adhérent aux valeurs d’universalisme de la répu-blique et considrent de manire générale que les comportements racistes sont condamnables mais, paradoxalement, lorsqu’on en vient à des cas particuliers, les sondés peuvent avoir tendance à trouver des justifications » à leur comportement « raciste� Ces résultats démontrent que, loin d’être inutile, la lutte contre le racisme reste toujours nécessaire en France et qu’aujourd’hui elle doit se traduire par une lutte contre les préjugés et les stéréotypes�
un nécessaire besoin de coordination
Les actions de lutte contre le racisme et l’antisémitisme mises en œuvre par le gouvernement en 2008 sont analysées et décrites dans le chapitre 5 de ce rapport� Des interrogations se portent sur l’implication apparemment moindre des autorités gouvernementales qui, cette année, ont plus orienté leurs actions en faveur de la lutte contre les discriminations et la promotion de la diversité, que vers la lutte contre le racisme et l’antisémitisme à proprement parler � il reste encore beaucoup de chemin à parcourir� Si la répression des auteurs d’actes racistes, antisémites et xénophobes est néces-saire et l’implication de l’autorité judiciaire dans ce domaine doit être soulignée -- une lutte efficace contre ces phénomnes doit essentiellement se faire en amont� il s’agit avant tout de prévenir, en développant la formation des acteurs de terrain, en favorisant l’éducation et l’enseignement nécessaires, en assurant un soutien a s d’information� Les acntiaonncis erm deensé easc tpioarn sl ed em liuntitset erte  edne  olrgÉadnuicsaatnito nd ens atciaomnapleg snoent donc particulire-ment importantes et doivent être poursuivies, voire renforcées�
Synthse
13
enfin, comme les années précédentes, on doit déplorer que, contrairement aux engagements pris, le Comité interministériel de lutte contre le racisme et l’antisé-mitisme ne se soit réuni qu’une fois depuis janvier 2005 et uniquement, semble-t-il, dans le but de pallier une situation d’urgence� il s’agit pourtant d’une enceinte importante de coordination des politiques publiques dans ce domaine, qui permet en outre de communiquer sur l’action du gouvernement en la matire� au moment où les Nations unies engagent le processus d’examen de la mise en œuvre de la Déclaration et du Plan d’action de la Conférence mondiale sur le racisme de Durban (2001), il faut noter que la France n’a toujours pas élaboré de plan national d’action de lutte contre le racisme� Si les autorités font preuve d’un réel engagement dans la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie, si beaucoup d’initiatives sont menées ou soute-nues par les différents départements ministériels, les actions semblent trop disper -sées et n’ont pas la lisibilité souhaitable : une perspective globale et intégrée de la lutte contre ces phénomnes doit prévaloir ; en ce sens l’affichage d’une réelle volonté politique est nécessaire� il faut enfin insister sur le rôle essentiel que joue la société civile dans la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie, en particulier les associations et les syndicats dont les actions, présentées dans le chapitre 6 du présent rapport, méritent d’être pleinement soutenues�
14
synthèse
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.