La lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie. Année 2010

De
Publié par

Conformément à la loi du 13 juillet 1990 tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe, la CNCDH est chargée de recenser chaque année dans un rapport remis au Premier ministre les manifestations de racisme, d'antisémitisme et de xénophobie ainsi que les moyens de lutte mis en oeuvre dans notre pays, pour les combattre. Redonnant une plus grande place aux éléments qualitatifs, le rapport s'articule autour de deux grands axes : l'état des lieux d'une part (détermination des préjugés racistes, présentation des différentes manifestations du racisme en 2010), et la lutte contre le racisme d'autre part (réponse judiciaire devant être apportée à ces manifestations, autres moyens mis en oeuvre pour lutter contre les préjugés, les expressions et les manifestations racistes). Les recommandations de la Commission se trouvent désormais en fin de rapport. Elles se présentent comme un bilan des éléments contenus dans l'ensemble du rapport d'où se dégage un certain nombre de recommandations.
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/114000197-la-lutte-contre-le-racisme-l-antisemitisme-et-la-xenophobie.-annee-2010
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 430
Voir plus Voir moins

SommaireSommaire
Avant-propos ���������������������������������������������������������������������������������� 9
CNCDH
Introduction 11
CNCDH
PremIère PA rtIe
ÉtAt deS lIeux : le rAcISme,
l’ AntISÉmItISme et lA xÉnoPhobIe
en FrAnce ������������������������������������������������������������������������������������ 19
chapitre 1
Perceptions du racisme, de l’antisémitisme
et de la xénophobie ���������������������������������������������������������������� 21
le racisme dans l’opinion ��������������������������������������������������������� 23
Présentation de l’enquête qualitative et du sondage ������������������������ 23
CNCDH
Racisme, discrimination et intégration dans la France de 2010 :
défnitions, évolutions et perceptions depuis 2007 ��������������������������� 26
Institut TNS-Sofrès
Analyse des résultats du sondage ������������������������������������������������������� 62
Institut CSA
Analyse des résultats des enquêtes ���������������������������������������������������� 75
CNCDH
l’expérience de la discrimination vécue
par les populations immigrées et d’origine immigrée :
les premiers résultats de l’enquête téo ����������������������������� 83
Yaël Brinbaum, Christelle Hamel, Jean-Luc Primon, Mirna Saf, Patrick Simon
Sommaire 3chapitre 2
les manifestations du racisme en France
en 2010 ������������������������������������������������������������������������������������������ 95
l es actes et menaces à caractère raciste et antisémite �� 97
Présentation des statistiques du ministère de l’Intérieur ���������������� 97
CNCDH
Actes et menaces à caractère raciste et antisémite
commis en 2010 ������������������������������������������������������������������������������������ 99
Ministère de l’Intérieur
Statistiques de la violence raciste établies par des ONG ��������������� 122
LICRA et SOS Racisme
Analyse des statistiques du ministère de l’Intérieur ���������������������� 126
CNCDH
le racisme sur l’Internet ��������������������������������������������������������� 141
Racisme et antisémitisme sur l’Internet francophone en 2010 :
la contagion ���������������������������������������������������������������������������������������� 141
Marc Knobel
Le racisme sur internet : usages et thématiques ����������������������������� 160
Service d’information du gouvernement (SIG)
Lutte contre le racisme sur l’Internet ��������������������������������������������� 164
CNCDH
Police, justice et discriminations raciales en France :
état des savoirs ������������������������������������������������������������������������������ 167
Fabien Jobard et René Lévy
le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie
vus par les organisations internationales ������������� 199
Sommaire4deuxIème PA rtIe
lA lutte contre le rAcISme,
l’ AntISÉmItISme et lA xÉnoPhobIe
en FrAnce ���������������������������������������������������������������������������������� 209
chapitre 1
la réponse institutionnelle ���������������������������������������������� 211
la réponse judiciaire pénale �������������������������������������������������� 213
Présentation de la contribution du ministère de la Justice ����������� 213
CNCDH
État de la réponse pénale ������������������������������������������������������������������ 215
Ministère de la Justice et des Libertés
La réponse pénale en 2010 ���������������������������������������������������������������� 235
CNCDH
les réponses du Gouvernement ������������������������������������������� 247
Présentation des réponses du Gouvernement ��������������������������������� 247
CNCDH
Contribution du ministère de l’Éducation nationale ��������������������� 250
Contribution du ministère de l’Intérieur ���������������������������������������� 266
Contribution du ministère des Affaires étrangères ������������������������ 279
Contribution du secrétariat d’État à la Fonction publique ���������� 288
Contribution de la délégation interministérielle pour l’égalité
des chances des Français d’Outre-mer �������������������������������������������� 293
La politique du Gouvernement en matière de lutte
contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie ����������������������� 296
CNCDH
la hAlde et la lutte contre la discrimination
raciale����������������������������������������������������������������������������������������������� 309
Présentation de la contribution de la HALDE ������������������������������� 309
CNCDH
Contribution de la HALDE à la lutte contre le racisme ����������������� 311
HALDE
Sommair e 5chapitre 2
les actions de la société civile dans la lutte
contre le racisme, l’antisémitisme
et la xénophobie ��������������������������������������������������������������������� 323
les onG ������������������������������������������������������������������������������������������ 325
Contribution d’ATD Quart Monde �������������������������������������������������� 325
Contribution de la Ligue des droits de l’homme (LDH) ���������������� 330
Contribution de la Ligue internationale contre le racisme
et l’antisémitisme (LICRA) ��������������������������������������������������������������� 334
Contribution du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié
entre les peuples (MRAP) ����������������������������������������������������������������� 345
Contribution de SOS Racisme – Touche pas à mon pote ��������������� 352
les syndicats ��������������������������������������������������������������������������������� 358
Contribution de la Confédération française démocratique
du travail (CFDT) ����������������������������������������������������������������������������� 358
Contribution de la Confédération française des travailleurs
chrétiens (CFTC) ������������������������������������������������������������������������������� 363
Contribution de la Confédération générale du travail –
Force ouvrière (CGT-FO) ����������������������������������������������������������������� 366
les religions et courants de pensée ������������������������������������ 373
Contribution du Conseil français du culte musulman (CFCM)����� 373
Contribution de la Fédération protestante de France – FPF �������� 376
Contribution du Grand Rabbinat de France ��������������������������������� 377
Contribution de la Grande Loge de France ������������������������������������ 380
Contribution du Grand Orient de France ��������������������������������������� 383
Conclusion ������������������������������������������������������������������������������������������ 386
CNCDH
Recommandations de la CNCDH ����������������������������������������������������� 388
Annexes ������������������������������������������������������������������������������������������� 393
Sommaire6note au lecteur
Le rapport de la CNCDH sur la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et
la xénophobie est composé de différents chapitres, rédigés par des acteurs
divers : la CNCDH elle-même, des ministères, des ONG, des chercheurs,
des instituts de sondage, etc.
Pour que le lecteur identife plus facilement les différentes parties du
rapport, les textes et analyses rédigés par la CNCDH se voient attribuer
un code couleur (vert), une typographie et une mise en page différente.
Par ailleurs, le lecteur trouvera en bas de page un rappel de l’auteur qui
a écrit le chapitre qu’il est en train de lire.
Les textes rédigés par la CNCDH ont été adoptés en assemblée plénière
le 3 février 2010 (37 voix pour, 2 abstentions)
Les autres textes sont des contributions au rapport qui n’engagent que
leurs auteurs.
Afn d’harmoniser et d’améliorer les contributions de tous à la rédaction
de son rapport, la CNCDH a souhaité engager un dialogue avec les minis-
tères et les différents acteurs de la société civile. Elle a donc élaboré une
liste de questions indicatives, afn de les guider dans la rédaction de leur
contribution. Elle a par ailleurs pu interroger directement (lors d’auditions
ou par courrier) les ministères ayant apporté une contribution substan-
tielle, afn de leur demander des précisions ou des éclaircissements sur
certaines de leurs affrmations. En raison de l’importance des réponses
apportées à cette occasion, la CNCDH a estimé nécessaire de faire fgurer
in extenso celles ayant fait l’objet d’une réponse écrite. Afn de permettre
au lecteur de comprendre comment les contributions ont été élaborées,
les questions posées par la CNCDH sont insérées en vert et avec une
typographie différente, dans le corps du texte rédigé par les ministères.
Ce rapport a été élaboré dans le cadre des travaux de la sous-commission B
« Racisme, xénophobie, discriminations », présidée par Marc Leyenberger,
avocat honoraire, membre au titre de la France de la Commission euro-
péenne contre le racisme et l’intolérance du Conseil de l’Europe (ECRI).
Ont contribué à la rédaction de ce rapport, pour le secrétariat général
de la CNCDH : Nils Monsarrat, Cécile Riou-Batista et Tiffany Conein.Avant-propos
Le rapport annuel de la Commission nationale consultative des droits de
l’homme sur le racisme en France a vingt ans.
C’est en effet la loi du 13 juillet 1990 qui a donné mandat à la CNCDH
de recenser chaque année dans un rapport remis au Premier ministre les
manifestations de racisme, d’antisémitisme et de xénophobie ainsi que
les moyens de lutte mis en œuvre dans notre pays, pour les combattre.
Pendant ces vingt années, le phénomène n’a cessé d’évoluer, sa percep-
tion de s’affner, les réponses de s’améliorer. Avec ce rapport, la France
dispose aujourd’hui d’un outil précieux d’analyse dans la durée, permet-
tant la mise en perspective des mutations de notre société et des évolu-
tions de l’action politique.
S’il est vrai que cet instrument de mesure et d’analyse reste toujours per-
fectible, le sérieux et la pertinence du travail dont il est le résultat sont
salués par les organisations internationales, les observateurs et les cher-
cheurs. Mais il est et doit rester avant tout, le moyen privilégié du dia-
logue entre la CNCDH, dont les membres représentent une large partie
de la société civile d’une part, et le gouvernement d’autre part.
À cet égard, notre commission se félicite de l’excellente collaboration
qui a présidé à l’élaboration de ce document avec plusieurs ministères.
Force est de constater que, malgré les efforts déployés par les pouvoirs
publics, malgré l’engagement tenace sur le terrain de nombreuses ONG et
malgré l’investissement sans relâche de la CNCDH, le racisme et l’anti-
sémitisme réapparaissent toujours, se manifestant de façon très violente
parfois, mais aussi de façon insidieuse.
Quelle que soit la forme qu’il emprunte, le racisme est et demeure into-
lérable pour notre société et pour les victimes.
La persistance du phénomène raciste appelle à une vigilance sans faille.
Les changements ou bouleversements politiques, économiques et sociaux,
sur la scène internationale, entraînent, sur le plan intérieur, des attitudes
de rejet, de discrimination et de repli identitaire.
La CNCDH se doit de rappeler la responsabilité des hommes et des femmes
politiques dont le discours ne saurait laisser place à quelque forme de
stigmatisation que ce soit ou de discrimination à l’égard de l’« Autre ».
Avant-propos 9Cette responsabilité incombe aussi aux médias et à tous ceux qui concourent
à forger l’opinion publique. Elle est évidemment celle de chaque citoyen.
Notre pays est en droit d’attendre de ses gouvernants l’expression d’une
volonté politique claire, cohérente et déterminée en matière de lutte contre
le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie. Il est aussi en droit d’attendre
de l’ensemble des forces vives, un engagement déterminé dans ce combat.
Sans doute l’occasion en sera-t-elle donnée dans le cadre de l’élabora-
tion de ce grand chantier qu’est le plan national d’action de lutte contre
le racisme, annoncé l’été dernier, par le gouvernement.
Les organisations internationales l’appelaient de leurs vœux depuis la
conférence de Durban sur le racisme ; la CNCDH le recommandait depuis
plusieurs années dans ses rapports successifs.
De grands espoirs sont donc placés aujourd’hui dans ce plan qui sera
l’occasion pour la France de tenir toute la place qui doit être la sienne
sur la scène internationale, dans un domaine aussi essentiel que celui du
racisme et de démontrer la réalité de ses engagements.
Son histoire en matière de défense des droits de l’homme en fait un pays
particulièrement observé dans le monde et notamment par le Comité des
Nations unies pour l’élimination du racisme ou encore par la Commission
européenne contre le racisme et l’intolérance du Conseil de l’Europe. Ce
plan national d’action est un déf de taille.
Il est à la mesure d’un État dont le nom a valeur de symbole et qui depuis
plus de deux décennies, lutte contre le racisme, l’antisémitisme et les
discriminations.
Yves Repiquet
Président de la CNCDH
10 Avant-proposIntroduction
CNCDH
Depuis vingt ans, le rapport annuel de la Commission nationale consul-
tative des droits de l’homme (CNCDH) permet, avec le recul nécessaire,
une mise en perspective des évolutions profondes de la société française.
Si l’outil chiffré, considéré dans l’instant, se heurte à des limites métho-
dologiques, l’analyse de fond trouve toutes ses raisons d’être dans la
durée. La société française, comme l’ensemble des sociétés européennes,
connaît une mutation démographique, sociologique et culturelle, qui se
caractérise par une ouverture internationale, une mixité, un métissage,
une diversité et une intégration traduisant la force d’attraction de notre
modèle de société. De manière plus récente, une série de bouleversements
planétaires – depuis le choc du 11 septembre en 2001, jusqu’à la crise
mondiale de 2008, en passant par la radicalisation des confits interna-
tionaux – mais également des événements nationaux, comme la crise des
banlieues de 2005, ont entraîné un sentiment d’inquiétude et de repli
identitaire, sur fond de déclin, de chômage et d’insécurité. Ainsi l’idéal
partagé d’égalité et de fraternité est-il confronté quotidiennement, et dans
de larges couches de la société, à des attitudes de discrimination et de
rejet. Loin d’apporter des remèdes à ce malaise profond, les événements
de 2010, avec leur lot de polémiques et de surenchères, ont contribué à
accentuer les diffcultés du « vouloir-vivre ensemble » et les risques de
rejet et de stigmatisation, fondés sur des discours discriminatoires. Pour
sa part, la CNCDH qui appelle tous les responsables publics, notamment
les autorités locales, et l’ensemble des forces vives de la société à un
engagement réaffrmé dans la lutte contre toutes les formes de racisme et
de xénophobie, se félicite de l’annonce de la prochaine mise en œuvre
par le gouvernement d’un plan national d’action contre le racisme. Elle
souhaite que les prochaines échéances électorales soient l’occasion de
réaffrmer les valeurs et les principes de la République.
CNCDH 11En juillet 1990, le législateur, conscient de la nécessité d’avoir une meil-
leure connaissance d’un phénomène pour le combattre de manière adé-
quate, confait à la CNCDH le soin d’élaborer et de remettre annuellement
au gouvernement un rapport sur la lutte contre le racisme.
loi 90-615 du 13 juillet 1990 tendant à réprimer tout acte
raciste, antisémite ou xénophobe
Art. 2. – Le 21 mars de chaque année, date retenue par l’Organisation des
Nations unies pour la Journée internationale pour l’élimination de toutes les
formes de discrimination raciale, la Commission nationale consultative des
droits de l’homme remet au Gouvernement un rapport sur la lutte contre le
racisme. Ce rapport est immédiatement rendu public.
Depuis vingt ans, la CNCDH s’est attachée à remplir cette mission avec
sérieux et détermination. Face à des phénomènes complexes dans leur
nature, et variables dans leurs manifestations, elle a toujours cherché à
faire preuve d’objectivité et à mesurer et analyser les données en prenant
tout le recul nécessaire. Elle remplit, avec ce rapport, une double fonc-
tion de veille et de proposition, afn de faire progresser la lutte contre le
racisme, l’antisémitisme et la xénophobie.
La composition pluraliste de la Commission, son indépendance, l’exper-
tise de ses membres, mais aussi son rôle de conseil et de recommandation
auprès du gouvernement, ainsi que ses missions auprès des organisations
internationales, font de la CNCDH un interlocuteur privilégié des auto-
rités publiques et de la société civile en matière de racisme, d’antisémi-
tisme et de xénophobie.
Quatre objectifs principaux ont été assignés au rapport de la CNCDH :
•  le premier consiste en une évaluation quantitative, la plus proche pos-
sible des réalités et des différentes manifestations du racisme. Constatant
que l’appréhension de ce phénomène – qu’on le minimise ou qu’on le
dénonce – est entachée d’une forte part d’irrationnel, il est primordial d’en
prendre la plus juste mesure, en multipliant les garanties d’objectivité.
•  Cette approche quantitative serait incomplète, et peut-être déformante, 
s’il n’était pas procédé à des analyses qualitatives des phénomènes, prenant
en compte leurs causes et les contextes dans lesquels ils se manifestent.
•  Le troisième objectif consiste à répertorier les mesures de lutte mises en 
œuvre chaque année, celles-ci pouvant être adaptées année après année
en fonction des éléments quantitatifs et qualitatifs recueillis. Le rapport
a la particularité de réunir les contributions des ministères et institutions
concernées par la lutte contre le racisme, et les éléments d’actions et de
Introduction12

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.