La santé en France et en Europe : convergences et contrastes

De
Publié par

La France affiche l'un des meilleurs taux d'espérance de vie dans l'Union européenne, mais, la mortalité par suicide est très élevée. On observe aussi que le poids de dépenses de santé dans le PIB est le plus élevé de l'Union européenne, mais le niveau de dépenses par habitant n'arrive qu'en sixième position. Voici quelques-uns des enseignements de ce rapport comparatif France-Union européenne sur l'état de santé. Le rapport met ainsi en exergue les atouts et les handicaps de la situation française en indiquant des pistes possibles d'amélioration. Réalisé pour la première fois par le Haut Conseil de la santé publique, ce rapport prend appui sur l'ensemble des indicateurs de santé ECHI (European Community Health Indicators), défini par la Commission européenne en vue d'établir une cohérence dans les données statistiques à l'échelle communautaire.
Publié le : mardi 1 mai 2012
Lecture(s) : 27
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/124000364-la-sante-en-france-et-en-europe-convergences-et-contrastes
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 265
Voir plus Voir moins
Lasanté en France et en Europe : convergences et
contrastes
Collection Av is e t R app or ts
Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé Haut Conseil de la santé publique
Lasanté en France et en Europe : convergences et contrastes
Mars 2012
La santé en France et en Europe : convergences et contrastes
2
IN T R O D U C T I O N
SN T H È S EY
Sommaire
Editorial   
Contexte Équipe projet  Remerciements
L’intérêt des comparaisons internationales Le système d’indicateurs ECHI,European Community Health Indicators(liste courte) Principes de la présentation des fi ches  Les sources de données Difficultés rencontrées et limites Eléments de synthèse  Contexte démographique et social  État de santé de la population   – Sur l’espérance de vie   Sur la mortalité infantile   – Pourquoi un taux de mortinatalité élevé ?   – Sur les causes de décès
 Déterminants de la santé   – Alcool, tabagisme et drogues   – Activités physiques, déterminants physiologiques   – Fruits et légumes et déterminants environnementaux  Ressources et utilisations du système de santé   Equipement et personnels   – Vaccinations et dépistages   Utilisation du système de santé – Eléments d’efficience      – Dépenses de santé   – Eléments de discussion FI C H E S P A R IC A T E U R SN D I  I. Facteurs - Population 1 démographiques de natalité - Taux 2 et socio- - 3 des mères à la naissance L’âge  4 - Indicateur conjoncturel de fécondité économiques - Projections démographiques 5  6 Niveau d’éducation de la population - 7 - Niveau de qualification de la population active  8 - Chômage  9 - Pauvreté et inégalités de revenus   II. État de santé de vie - Espérance 10  11 - Mortalité infantile  12 - Mortalité périnatale
Haut Conseil de la santé publique
5
7 8 9
11 13 13 14 14 15 15 16 17 17 17 18
19 20 20 21
21
21 22 22 22 23 23
25 28 30 33 35 37 41
43 45
49 52 54
La santé en France et en Europe : convergences et contrastes
 13 - Mortalité par pathologies spécifi ques 57   14 - Décès liés à la drogue 65  15 - Décès liés au tabac 67  16 - Décès liés à l’alcool 69  17 - Surmortalité liée à la canicule 71  18 - Maladies transmissibles 73  19 - Mortalité liée au sida 73  20 - Incidence des cancers 77  21 - Diabète 82  22 - Démences 84   23 - Dépression 86  24 - Cardiopathies ischémiques 88  25 - Maladies cérébro-vasculaires 92  26 - Asthme 95  27 - Broncho-pneumopathies chroniques obstructives (BPCO) 98  28 - Petits poids de naissance 101  29 - Accidents de la vie courante 104  30 - Traumatismes par accident de la route 106  31 - Accidents du travail 108  32 - Suicide 111  33 - Etat de santé perçu 114  34 - Morbidité chronique 117  35 - Restriction d’activité 120  36 - Limitations fonctionnelles 123  37 Douleurs musculo-squelettiques 130 - 38 - Détresse psychologique 130  39 - Bien-être psychologique 132  40 - Espérance de vie sans incapacité 134  41 - Autres indicateurs d’espérance de santé 138 III. Déterminants42 - 143 Surpoids et obésité   de la santé 43 - 145 Hypertension artérielle  44 - Tabagisme 148  45 - Tabagisme des femmes enceintes 153  46 - Consommation d’alcool 156  47 - Consommation d’alcool à risque 159  48 - Usage de drogues illicites 161  49 et 50 -  Consommation de fruits et de légumes 164  51 - Allaitement 166  52 - Activité physique 168  53 - Travail et risques pour la santé 172  54 - Soutien social 177  55 - Pollution atmosphérique 179 IV. Systèmes 56 Vaccination - 181 des enfants de santé 57 Vaccination - 184 antigrippale des seniors  58 - Dépistage du cancer du sein 186  59 - Dépistage du cancer du col de l’utérus 189  60 - Dépistage du cancer colorectal 192  61 - Première visite prénatale 195  62 - Lits d’hôpitaux 198  63 - Médecins en activité 201     64 - Personnel infirmier en activité 204  65 - Mobilité des professionnels 206 Haut Conseil de la santé publique
3
La santé en France et en Europe : convergences et contrastes
4
 66 - Equipement en imagerie médicale  67 - Hospitalisation complète 68 et 69 - Hospitalisation de jour  70 - Durée de séjour à l’hôpital  71 - Recours aux médecins généralistes  72 - Autres recours à des professionnels de santé  73 - Actes chirurgicaux  74 - Consommation de médicaments  75 - Mobilité des patients en Europe  76 - Couverture des dépenses de santé  77 - Dépenses de santé  78 - Taux de survie au cancer  79 -  AVCMortalité à trente jours, infarctus du myocarde et  80 - Besoins de soins médicaux non satisfaits  81 - d’attente pour la chirurgie non urgenteDélai  82 - Infections du site opératoire (ISO)  83 - Qualité de traitement du cancer  84 - Contrôle de la maladie diabétique
V. Interventions en santé : promotion de la  santé
207
209 214
217 222 224
224 228
232 234 236 239 245
248 251 252
255 255
85 - Politiques sur le tabagisme passif 256 86 - Politiques sur la nutrition 260 87 - Politiques et pratiques en matière de modes de vie sains 260 88 Programmes intégrés dans des établissements, dont les lieux de travail, écoles, hôpitaux 260 -
CO N C L U S I O Nmeilleures données européennes pour les comparaisons internationalesVers de
Glossaire
Haut Conseil de la santé publique
261
264
Editorial
La santé en France et en Europe : convergences et contrastes
Par Roger Salamon Président du Haut Conseil de la santé publique
Ce rapport qui, à partir des indicateurs de santé ECHI(European Community Health Indicators), permet de positionner la France dans le concert européen est à mon sens d’une très grande importance. Il doit être perçu comme une sorte de boussole indispensable pour ceux qui, en France, ont des responsabilités en matière de santé publique.
La clarté de la présentation, l’intérêt des résultats, l’attirance quasi ludique que nous avons tous pour les classements ne doivent pas, néanmoins, nous conduire à trop facilement méconnaître les écueils d’une lecture trop simpliste de ce travail. Quels sont-ils ?
– Si l’ensemble des indicateurs ECHI est clairement défini au niveau de la Commu-nauté européenne, les systèmes d’information qui permettent de les renseigner dans chacun des États ne sont pas standardisés ni exempts de biais. Il faut donc savoir lire les résultats avec un minimum de prudence, sans exagérer la significa-tion précise d’un classement.
 Aujourd’hui, grâce à ces repères, il est utile et crédible de savoir que la France est en moyenne position en ce qui concerne le taux d’incidence du cancer du poumon et en très bonne position sur les traumatismes liés aux accidents de la route, plutôt que de se focaliser sur une place européenne de quatorzième et deuxième respectivement.
– S’il semble très pertinent, voire indispensable de se comparer et de se positionner à l’échelle européenne, il serait en revanche peu acceptable de se satisfaire d’une bonne position, avec le risque de ne pas chercher encore à s’améliorer quand cela est possible et soutenable. A mes yeux, ce palmarès doit surtout nous interpeller lorsque nous sommes parmi les derniers du classement.
– Il faut également faire attention aux erreurs possibles en matière d’interprétation : ainsi une situation qui pourrait paraître défavorable au vu d’une mauvaise
Haut Conseil de la santé publique
5
La santé en France et en Europe : convergences et contrastes
position française fondée sur des chiff res élevés d’incidence du cancer peut traduire en réalité l’excellente qualité d’un dépistage.
Enfin, il ne faudrait pas que les décideurs, volontiers attirés par des résultats globaux et nationaux, oublient l’énorme variabilité territoriale et les inégalités qui existent en France.
Au moment de l’installation des Agences régionales de santé (ARS), il est indispensa-ble de réussir à mettre en place un ensemble d’indicateurs de ce type au niveau des régions de manière à conduire entre régions françaises des analyses comparatives comme celles qui sont ici réalisées entre pays au niveau de l’Europe.
Ces quelques remarques qui ne sont évidemment pas des critiques ne doivent pas faire méconnaître l’intérêt majeur de cette comparaison internationale et l’énorme travail qui a été réalisé par une équipe que je souhaite chaleureusement féliciter. Qu’il me soit permis de remercier particulièrement Gérard Badéyan, responsable technique de cette équipe.
Un dernier mot encore : la lecture passionnante de ce rapport favorise la nécessaire prise de conscience que nous ne sommes ni seuls au monde ni les plus privilégiés. En matière de santé, la France est aujourd’hui un pays « moyen », parfois meilleur que certains autres mais pas toujours.
6Haut Conseil de la santé publi
que
I
N
T
R
Contexte
O
La santé en France et en Europe : convergences et contrastes
D
U
C
T
I
O
N
Dans le cadre du programme communautaire de surveillance de la santé puis du volet sur l’information et la connaissance en santé des programmes communautaires sur la santé publique, il a été développé un système européen d’indicateurs sur la santéEuropean Community Health Indicatorsse donnant comme objectif de décrire de façon homogène entre les Etats membres de l’Union européenne l’état de santé et ses principaux déterminants, le système de santé et son utilisation. Ceci corres-pond au besoin sans cesse plus affi rmé de comparaisons internationales dans les processus de définition des politiques de santé au niveau communautaire comme de chaque Etat membre. Les Etats membres sont incités à prendre en compte cet instrument communautaire dans leurs travaux nationaux. Les collègues hollandais de l’Institut national pour la santé publique et l’environne-ment des Pays-Bas (RIVM), fortement impliqués dans les projets ECHI successifs, ont conduit un exercice de faisabilité sur la base du dernier rapport du projet ECHI. Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP), conformément à ses missions d’expertise des politiques de santé mises en œuvre ainsi qu’à celles d’analyse des problèmes de santé de la population et des facteurs susceptibles de l’influencer, a estimé utile de se livrer à un exercice comparable pour la France. Pour ce faire il a été mis en place une équipe projet constituée d’experts du Haut Conseil et d’experts extérieurs avec un responsable technique, agent du secrétariat général du HCSP. La responsabilité de la réalisation des fiches relatives à chaque indicateur a été partagée entre les membres de l’équipe projet, et la majorité d’entre elles a été relue par un expert extérieur du domaine considéré. L’extraction des données, les graphiques et la première version des textes ont été réalisés par la société Metis-Partners.
Haut Conseil de la santé publique
7
La santé en France et en Europe : convergences et contrastes
8
Équipe projet
Gérard Badéyan ( Responsable technique) Direction générale de la santé Secrétariat général du HCSP
Yves Charpak Directeur des études et de la prospective Etablissement français du sang
Sandrine Danet Chargée de mission, sous-direction de l’observation de la santé et de l’assurance maladie Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques Michel Depinoy Délégué général, chargé de la programmation et des partenariats Institut de veille sanitaire (InVS)
Alain Fontaine Direction générale de la santé Mission stratégie et recherche
Eric Jougla Directeur du centre d’épidémiologie sur les causes de décès (Inserm - CépiDc) Membre du HCSP
Catherine Sermet Directrice adjointe Institut de recherche et de documentation en économie de la santé Membre du HCSP
Anne-Catherine Viso Chargée de mission Europe Institut de veille sanitaire (InVS)
Haut Conseil de la santé publique
Remerciements
La santé en France et en Europe : convergences et contrastes
L’équipe projet remercie les experts qui ont relu et concouru à l’amélioration des fi ches :
Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts)  • Philippe Ricordeau, • Philippe Tuppin, • Alain Weill
Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares)  • Elisabeth Algava
Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees)   • François Guillaumat-Taillet, • Malik Koubi, • Christelle Minodier,  • Marie-Claude Mouquet, • Philippe Oberlin, • Denis Raynaud,  • Daniel Sicart
Institut national du Cancer  • Philippe-Jean Bousquet, • Martine Le Quellec-Nathan,  • N. Rassimimanana
Institut national d’études démographiques (INED)  • Emmanuelle Cambois
Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité  • Bernard Laumon
Institut national de la statistique et des études économiques (Insee)  • Olivier Chardon, • Anne Pla, • Hélène Thélot
Institut national de la santé et de la recherche médicale  • Albertine Aouba, • Jean-Marie Robine, • Grégoire Rey,  Jennifer Zeitlin
Institut de veille sanitaire (InVS)  • Aurélien Bélot, • Françoise Cazein, • Christine Chan-Chee,  • Bruno Coignard,  •• Arlette Danzon, Carole Dufouil,  • Anne Fagot-Campagna, • Katia Castetbon, • Daniel Lévy-Bruhl,  • Klervi Leuraud, • Florence Lot, • Emmanuelle Salines,  • Christine Saura, • Christine de Peretti, • Caroline Semaille,  • Bertrand Thélot , • Jean-Michel Thiollet
Institut national de la prévention et de l’éducation sanitaire (Inpes)  • François Beck Romain Guignard
Institut de la recherche et documentation en économie de la santé (Irdes) • Florence Jusot, • Laure Com-Ruelle,    • Philippe Lefur, • Marc Peronnin
Ligue nationale contre le cancer  • Albert Hirsch
Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT)  • Jean-Michel Costes, • Hélène Martineau
Haut Conseil de la santé publique
9
S
Y
N
T
La santé en France et en Europe : convergences et contrastes
H
È
S
E
L’intérêt des comparaisons internationales
L’intérêt et la nécessité des comparaisons internationales pour juger de la situation de son propre pays, définir des priorités de santé publique et plus généralement d’organisation des systèmes de santé font désormais consensus. En France, le Haut Comité de la santé publique, qui a donné naissance avec le Conseil supérieur d’hy-giène publique de France au Haut Conseil de la santé publique (HCSP), a joué son rôle dans ce cheminement puisque les objectifs proposés dans son premier rapport sur l’état de santé en France de 1994 étaient déjà aussi souvent que possible replacés dans le cadre de comparaisons européennes. La situation comparée de la France par rapport aux autres pays européens a ensuite été systématiquement utilisée pour la définition des objectifs de la loi de santé publique de 2004. Le groupe de travail sur la définition des indicateurs de suivi de ces objectifs s’est eff orcé de prendre en compte les indicateurs d’ores et déjà définis au niveau international pour assurer la comparabilité internationale la meilleure dans la présentation des données relatives à ces objectifs. C’est en particulier le cas pour l’ensemble des indicateurs transversaux de contexte sociodémographique.
Au niveau international, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a dès le départ intégré à ses missions un rôle de collecte et de diff usion de l’information en santé au niveau mondial comme à celui de son bureau régional pour l’Europe. La base de données« la santé pour tous » par ce bureau est rapidement devenue développée une référence qui reste très utilisée. Ce fut également le cas de l’OCDE pour les Etats membres de cette institution à travers la base Eco-Santé à partir du milieu des années 1980 avec un accent particulier sur l’organisation et le financement des sys-tèmes de santé. Au niveau de l’Union européenne, l’établissement d’une base juridi-que pour l’intervention communautaire dans le domaine de la santé par l’article 152 du traité de Maastricht a conduit à l’engagement de travaux dans le domaine de l’information en santé par la direction générale directement en charge de ce secteur : la Direction générale de la santé et de la protection des consommateurs (DG Sanco) et par Eurostat (Direction générale de la Commission européenne en charge des statistiques communautaires). Si l’organisation des systèmes de santé demeure de la
Haut Conseil de la santé publique
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.