La science-fiction, du miroir de nos sociétés à la réflexion prospective.

http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0077474

Publié le : jeudi 12 janvier 2012
Lecture(s) : 32
Source : http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0077474&n=1383&q=%28%2Bdate2%3A%5B1900-01-01+TO+2013-12-31%5D%29&
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
Centre d’analyse stratégique
Dcm 2012 n311 LA Note D:ANALyse D db La cnc-fcn, d m d n c  la fln cv
Les progrs de la science laissent aujourdhui nos prise de conscience de la finitude des ressources socits face au sentiment dtre  la croise des (Soleil vert,H. Harrison, 1966), questions thiques chemins : des ruptures technologiques sont annon- souleves par les biotechnologies (Bienvenue  Gat-ces (nanotechnologies, biologie de synthse, etc.)taca,1997) ou encore angoisse dune catas-Niccol, au moment o nos modles de croissance cono- trophe climatique (Le Jour daprs,Emmerich, 2004) mique semblent vous  se heurter aux limites phy- trouvent ainsi un cho au fil du temps dans la littra-siques et environnementales de la plante. Alors ture et le cinma danticipation. que se multiplient les dbats quant au modle de La palette de scnarios que la SF explore constitue dveloppement le plus souhaitable, en quoi la un vritable outil de rflexion sur les futurs possibles science-fiction et les regards quelle porte sur notre de nos socits. En poussant les questionnements socit peuvent-ils enrichir la rflexion ? au plus loin de leurs consquences logiques ou ra-En explorant la faon dont elle a volu depuis sa listes, et en adoptant des hypothses audacieuses, naissance au XIXe elle permet denrichir la rflexion prospective. Cessicle, il apparat que la science-fiction est un rvlateur de notre rapport  la tech- rcits ne sont pas des tentatives de prdire lavenir, nologie et, au-del, de notre rapport  lautre. En mais une occasion offerte de mettre  lpreuve tmoignent les nombreuses interrogations sur ce diffrentes trajectoires de dveloppement futures. qui nous dfinit en tant quhumains, dans des La SF rvle un certain nombre de dfis que nos uvres telles queBlade Runner(P.K. Dick, 1966), socits devront relever, dont certains sont particu-Ghost in the Shell(M. Shirow, 1989), ou encore e lirement prgnants aujourdhui : crainte de la L cycle des boRsto des ressources, angoisse du changement pnuriedI. Asimov. De fait, les uvres de SF sont indissociables du climatique, ou encore impact des applications des contexte socio-conomique dans lequel elles ont biotechnologies  lhomme (augmentation des t produites. Elles sont le reflet des questionne- capacits cognitives, clonage, etc.) ou  son envi-ments de leurs contemporains, de leurs craintes et ronnement (OGM, etc.). Entre projection prospective de leurs espoirs, projets dans un monde futur ou et songe romanesque, les rcits de science-dans un prsent alternatif. Peur de lapocalypse fiction ont ainsi leur place dans la rflexion collec-nuclaire (La Plante des singes, Schaffner, 1968), tive sur nos choix davenir.g
www.ag.gv.f
Cn d:anal agq
Selon Jeremy Rifkin, nous serions  laube dune nouvelle rvolution industrielle(1), celle de lre postcarbone et de la convergence des technologies de linformation et de la communication. Dans le mme temps, les proccupations sur le devenir de nos socits et de notre plante se font de plus en plus prgnantes, et les technologies, quelles soient la cause ou le remde de ces inquitudes, y tiennent un rle important.  lheure o nous nous interrogeons sur le chemin  prendre pour concilier dveloppements conomique, social et environnemental, et sur la finalit  donner aux connaissances scientifiques dont nous disposons aujourdhui et disposerons demain, cette note vise  alimenter ces rflexions en les situant dans un champ peu exploit : celui de la science-fiction. Bien qu notre connaissance peu de recherches aient t menes dans ce domaine(2), deux ides mritent dtre explores. Premire ide, la SF reflte la complexit de notre rapport  la technologie et  autrui, et la manire dont le progrs technique et scientifique modifie les relations humaines et le fonctionnement de nos socits. Deuxime ide, les uvres de SF, indissociables du contexte socio-conomique de leur poque, sont le reflet des questionnements, des craintes et des espoirs de leurs contemporains(3), projets dans un monde futur ou dans une ralit alternative(4). La prsente note propose dillustrer ces deux axes par une approche chronologique. Elle explore les diffrents ges de la SF, de ses dbuts jusqu aujourdhui, et tente de mettre en lumire le contexte  la fois scientifique et socio-conomique de chaque poque.
Du milieu Du XiXsiÈcle À la PremiÈre Guerre monDiale : le triomphe Du progrÈs, les premiÈres craintes D=une rarÉfaction Des ressources et les DÉrives De la thÉorie De l=Évolution (d =    d l=d d  :   Mme si de nombreux rcits plus anciens peuvent tre considrs comme prcurseurs de la science-fiction, ce genre nat vritablement au XIXesicle, lors de la premire rvolution industrielle.
ogn  dfnn d la cnc-fcn La science-fiction est un genre littraire qui apparat vritablement  la fin du XIXesicle, et dont les diffrents courants se dveloppent tout au long du XXesicle. Si le premier rcit combinant fiction et lments de science est probablementFrankensteinde Mary Shelley (1818), le terme de science-fiction apparat ponctuellement en 1853(5), puis simposera dans les pages des premierspulp magazines(6)dans les annes 1920. Contrairement au fantastique  qui donne  voir des phnomnes dont on ne sait pas sils sont explicables  ou  la fantaisie (ou `merveilleux)  qui dcrit des phnomnes proprement inexplicables(magie) , la SF droule des rcits intgrant un lment de science, et propose des explications rationnelles aux phnomnes quelle donne  voir. Partant de ce `c^ur ` scientifique, elle imagine des univers futurs ou alternatifs qui peuvent aboutir  crer de nouvelles lois ou innovations scientifiques.
Elle se dveloppe dailleurs dans les deux berceaux histo-riques de la transformation conomique et sociale que reprsente cette rvolution : lEmpire britannique, pays industrialis et grande puissance coloniale, et la France, hte en 1889 de la dixime exposition universelle, qui voit son activit conomique porte par le dveloppement du chemin de fer ou le lancement des grands travaux du baron Haussmann, qui fait de Paris une ville moderne. Lpoque est au dbat relatif au progrs technologique et  la validit de la vision saint-simonienne, doctrine fonda-trice de la socit industrielle. La SF, trs lie  la socit occidentale, reflte galement son got pour la rationalit, son idal de progrs conduisant  lamlioration de la condition humaine, mais aussi le fonctionnement de la consommation de masse. Dans la littrature francophone,
(1) Rifkin J. (2012),La Troisime Rvolution industrielle,380 p. (2)  noter cependant le projetThinking post-ecological societies with science-fictionsociale et environnementale de luniversit de Qubec de la chaire de responsabilit Montral. (3) Voir Gyger P., Haver G. (2002),De beaux lendemains ? Histoire, socit et politique dans la science-fiction. (4) Cest le cas notamment des uchronies, qui rcrivent lhistoire  partir de la modification dun vnement pass. (5) Wilson W. (1853),A Little Earnest Book Upon A Great Old Subject. (6) Leur nom fait rfrence au papier de mauvaise qualit (pulpen anglais) sur lequel ils taient imprims. Le terme apparat ainsi dans un ditorial d'Hugo Gernsback, premier numro dupulp magazineintitulScience Wonder Stories(1929).
2
A Note Dcmn 2301121DL:ANALyse
le genre nat ainsi avec les uvres de Jules Verne, donta cent cinquante ans, des gisements dAberfoyle. Entre ces lditeur Hetzel vise un large public. SesVoyages extraor-deux morceaux, bien des gnrations de travailleurs se dinaires(7)dgagent,  premire vue, un grand optimismeLseosn tI nsduecsc ndoir edsan(nos .)7M ! tniaof ssess,tc nenaf nietsi !sur les perspectives ouvertes par la technologie pour lex-187 ploration de linconnu(Vingt mille lieues sous les mers)et le voyage(Cinq semaines en ballon).Son romanDe lalLesr Inaldiseast inooni rces7718(ioverncoteru d,i) edn  ieuuqJnedlu tsoesV nredee,u rlcaei,s see nltl endter Terre  la Lune(1865) ainsi queLes Premiers Hommespiue saemtnd ser essources nergital tnavAldans la Lunede lAnglais H.G. Wells (1901) ont inspirLeques. Voyage dans la Lune0a9e1 (u osnviulemMt nsieggers eroo mGd, eleouvan seruvcodn u dte des2), lunles  depuis naicneson m ade sreunurtreseuqienotd , premiers films de science-fiction. Dans ses romans, Jules que Verne exprime la formidable foi que la pense positivisteLmei nmeuersss saognet  epsatr tipsa rptoicuru lsie rreemcoennvt eartnirg doiasnssa lnta,g rpiuciultureil. place dans le progrs : la nature y est une ressource  squ exploiter par la main et lesprit de lingnieur(8) lpuisement des ressources et la fin de lindus-, et les per- envisage sonnages y prouvent une vritable fascination pour latr ilaliinsdautisotnri eq, uli hcoommmmee nscee  ralvorlse  :v iunlfnordab lae uext  msea cphinders, technique. Mais ses uvres sont en ralit marques par sil oublie que les richesses mini er a un rapport complexe  la technologie, laquelle napporte rat res pourraient un jour gnralement du bonheur qu une lite claire ou cono- dispa re. assouvir ses propres desseins sans chercher  en faire(d dw     u =   : dmiquement favorise, qui la matrise et lutilise pour profiter lensemble de la socit. Les fabuleuses machi- L fin du XIXesicle est marque par la primaut crois-nes imaginespar J. Verne finissent dailleurs toutes parsaante de la thorie de lvolution de CharlesDarwin tre dtruites, et dfinitivement inutilisables  lissue de (De l>origine des espces,1859). Elle sera cepend t laventure(9). an transpose  cette mme poque par les tenants du Ainsi, ds ses origines, la SF se construit autour dun de darwinisme social, doctrine politique considrant que la ses messages centraux : la technologie doit tre consid- slection nat l uer au sein re par lhomme comme un moyen, et non une fin. Sonhumaines. Ceusr edlelre nideorist  osnat pnpotiaqmment soutedneus l es roecinftor-s utilisation peut mener  la catastrophe, voulue ou impr- elle u vue : un accident de train dansLes Enfants du capitainems.eF arlueginton, councis Galemsiel ,el ecar smlit eeol ciaonmda dnarg te nisreuatirq sigolt sedt oidcenem Grant(1868), un dessein de vengeance pour leNautilus de Charles Darwin, est le principal initiateur du courant du capitaine Nemo (Vingt mille lieues sous les mers, 1870). Au cur de lindustrialisation de lEurope, la SFeAupgpunyistee  peanr  Gdreasn dsec-ieBnretitfaigqnuee s  elta dfiens  dum XdIXeee.clcin sedsi apparat dores et dj comme une forme de questionne-ment sur le grand rcit du progrs. renom(10), cette pense devient peu  peu un lment central des dbats britanniques jusqu la veille de la (u   d =Seconde Guerre mondiale. La Socit pour lducation d  eugniste, cre en 1907 en Grande-Bretagne et dirige La demande en ressources nergtiques, en particulier par Lonard Darwin, fils de Charles, fut  lorigine du vote, de charbon, qui stait dj beaucoup intensifie avec en 1913, dune loi pour linternement des dficients men-laugmentation de la population au Royaume-Uni, sac- taux. Aux tats-Unis, la Californie adopte en 1909 des lois crot de nouveau avec la monte en puissance de la eugnistes qui auront pour consquences la strilisation machine  vapeur, vritable moteur de la premire rvo- de 65 000 Amricains contre leur gr, linterdiction de lution industrielle. Le charbon et le coke remplacent le certains mariages et lisolement de populations. bois et sont extraits jusqu lpuisement des mines. Dans un roman inspir du darwinisme,La Guerre des mondes(1898), H.G. Wells imagine une invasion dextra-`Ce morceau de houille, mes amis, reprit James Starr, cestterrestres qui, dpourvus de ressources vitales sur leur comme le dernier globule du sang qui circulait  travers lesplante, dcident dinvestir la Terre. Mais, comme dautres veines de la houillre ! Nous le conserverons, comme nouscolonisateurs en leur temps(11), les envahisseurs succombent avons conserv le premier fragment de charbon extrait, il y un microbe terrien auquel leurs rsistances naturelles
(7) Collection de 68 romans dont le premier opus estCinq semaines en ballon(1863). (8) Voir notamment la transformation de lle mystrieuse entreprise par les naufrags guids par l'ingnieur Cyrus Smith,inVerne J. (1874),Lle mystrieuse. (9) Voir Angelier F. (2006),Dictionnaire Jules Verne. (10) Ronald Fisher, un des fondateurs de la gntique moderne, fut titulaire de la chaire Galton deugnisme de lUniversity College de Londres, Charles Robert Richet, prix Nobel de mdecine 1913 fut prsident de la Socit franaise d'eugnique de 1920  1926. Galton et son disciple, Karl Pearson, sont les initiateurs de la biomtrie et de la gntique des populations. Les biologistes Julian Huxley (frre dAldous Huxley), John Haldane ou Ronald Fisher  tenu pour le fondateur de la gntique moderne , militrent quant  eux pour un eugnisme moins dur, que lon qualifiait de `rformiste. (11) Un parallle entre linvasion martienne et la colonisation de lOcanie par lEurope est explicitement tabli par lauteur dans le premier chapitre du roman. Comme nombre dauteurs de cette poque, H.G. Wells sest interrog sur les implications du darwinisme et de leugnisme. Voir notamment lessaiThe Work, Wealth, and Happiness of Mankind,1931.
3
www.ag.gv.f
Cn d:anal agq
ne sont pas accoutumes. En ralit, ces Martiens sont le rsultat dune volution de lespce humaine, tres au cer-veau hyper-dvelopp et dpourvus de membres, deve-nus inutiles. Limage de cette espce volue menaant la civilisation occidentale et ses valeurs, et entrant en guerre contre elle, est relativement indite et sinscrit naturellement dans la pense eugniste en montrant le rsultat dune volution humaine non matrise. Plus tard, dans de nombreuses uvres de SF, lextraterrestre sera ainsi la mtaphore de lautre, quil faut combattre (Alien, R. Scott, 1979 ;Independence day, R. Emmerich, 1996), ou, plus rarement, apprivoiser (E.T., Spielberg, 1982). Les progrs du gnie gntique inspirent par la suite dautres auteurs de SF, au premier rang desquels Aldous Huxley, frre du biologiste-gnticien Julian Huxley, galement thoricien de leugnisme. Dans son roman Le Meilleur des mondes(1931), il prsente une socit o la procration naturelle nexiste plus et o les humains sont crs en laboratoire ; les ftus voluent dans des flacons et sont conditionns en vue de dterminer leur future position dans la hirarchie sociale.
lentre-DeuX-Guerres : une humanitÉ plus puissante grÂce aux technologies, mais De plus en plus DÉshumanisÉe (Pu azines, pas ocerapesgam pl d - Lentre-deux-guerres est riche davances scientifiques et techniques. La priode correspond aux premires fuses,  lmergence de moyens de transport de plus en plus rapides (moteur  explosion pour le transport terres-tre et progrs de laviation),  la diffusion de la thorie de la relativit gnrale dEinstein (1915), de ses cons-quences thoriques et de ses applications ultrieures en cosmologie (modles dunivers, trous noirs, etc.). Cest dans ce contexte que se dploya limagination des auteurs depulp magazines,priodiques bon march trs populaires auprs des adolescents amricains. Hugo Gernsback, grand admirateur de Jules Verne, fut le pre-mier  avoir lide de crer un magazine spcialis dans les rcits de nature scientifique. En 1926 il fondaAmazing Stories,sous-titr .The magazine of Scientifiction @ Toutes les formes de littrature  western, policier ou rcits daventure  saffichent dans ces publications. En 1920, plus de cent vingt titres se partageaient le march amricain, et attiraient prs de dix millions de lecteurs. Encore inconnus du grand public, les plus grands matres du genre ont fait leurs premiers pas dans lespulp magazines: Robert Heinlein, Isaac Asimov, A.E. Van Vogt, Clifford D. Simak.
Les super-hros apparaissent : Doc Savage (Doc Savage Magazine,1933), LHomme de bronze, prdcesseur de Superman (cr en 1932(12)). La maison ddition Timely Comics, qui deviendra lactuelle Marvel Comics,sinspire du succs de ce dernier personnage et cre plus tard, essentiellement aprs la Seconde Guerre mondiale, une palette de super-hros qui fera son succs international. Les pouvoirs de ces personnages sont issus de muta-tions gntiques (les X-Men) ou sont acquis lors dexp-rimentations scientifiques, par accident (Spider-man, Hulk, les Quatre Fantastiques), ou intentionnellement (Captain America, Iron Man). Lespace operaest lautre genre qui nat despulp magazines. Apparent  lpope, il droule des rcits daventure situs dans lespace, ou sur dautres plantes. Edward Elmer Smith est le premier  situer ses intrigues dans la galaxie. Il est galement le premier  avoir dvelopp un cycle de plusieurs romans (Fulgur,1928-1954, inAstounding Stories). La fiert nationale et un certain sentiment de puissance de la socit amricaine aprs la victoire de 1918 se retrouvent dans ses romans. Les empires galac-tiques quils mettent en scne crasent leurs ennemis extraterrestres avec lassurance dincarner le Bien et poursuivent la conqute de lOuest dans les espaces stel-laires. Dailleurs, certaines intrigues des premiersspace operassont le dcalque de celles dj utilises dans les pulpsspcialiss. Lespace opera,dont lexemple le plus connu est alors Flash Gordon, relve  cette poque de rcits caricaturaux. 8tnn9, h d la sF nn ? quivalent lointain despulpsamricains pour son succs auprs de la jeune gnration et son mode de publication priodique, la bande dessine sen rapproche galement par les sujets danticipation quelle aborde.Tintin,publi pour la premire fois en 1929 dans le supplment du journal belgeLe XXesicle,est ainsi marqu par des interrogations relatives au progrs. Les avances scientifiques et technologiques, au c^ur de lintrigue, donnent lieu  des dbats ou  des dmonstrations et sont souvent le fait du professeur Tournesol. Celui-ci devient, au fil des aventures de Tintin, un personnage rcurrent : le voyage spatial dObjectif Lune (1953), double album paru quinze ans avant la mission Apollo 11, prcdant le lancement deSpoutnik I, en est sans doute la meilleure illustration. Comme nombre dauteurs de SF, Herg extrapole  partir des dcouvertes scientifiques de son temps. Le ralisme frappant de son scnario est d  une tude approfondie de lAstronautique(1950) dAlexandre Ananoff. Avec prcision, il reprsente les conditions de lapesanteur, lattraction des corps astraux. DansTintin,pas de monstres extraterrestres fantaisistes, pas de paysages incroyables : daprs les astrophysiciens Lehoucq et Mochkovitch(13), la trajectoire de la fuse lunaire reproduit un plan de vol tout  fait raliste.
(12) `The Reign of the Super-man,ontiic-FceenciS ,n 3. (13) Voir Lehoucq R. et Mochkovitch R. (2003),Mais o est donc le temple du soleil ? Enqute scientifique au pays d'Herg.
4
Dcm 2012DL:AANNALoytsee n311
mondiale. Aussi, lorsque le cinaste allemand Fritz Lang dcouvre New York en 1924  loccasion dun voyage daffaires, le dcalage est tel quil en fait la principale source dinspiration de son filmMetropolis(1927)(15). Cette uvre prsente une ville aux dimensions dmesu-res surplombant une ville ouvrire souterraine. Lhomme y est esclave des machines qui donnent vie  la grande mtropole. Limage de lalination  la technologie et de la mgalopole mcanise y est trs forte. Le thme de la dshumanisation par lorganisation scien-La fuse lunaieruer  a( fpour e-msoodndlee  lVe rmoinsisqiulee  Vs2u,r  qsui sera perfectionn soustifique du travail inspire une autre uvre danthologie. fHoarmmem daeg luairn ecn 195u9s). a table de lancement DansLes Temps modernes(1936), Charlie Chaplin est un Crdits :  gauche,  CNES ;  droite,  Herg/Moulinsart [2012].boulons dfiler  la chane sur sonouvrier qui voit les Tintin explore dautres domaines de la science : deposte de travail, illustration du caractre dcrbrant de lexistence dextraterrestres dansVol 714 pour Sydney: pris dans lengrenage, Charlot nela rptition de la tche (1968)  la tlvision couleur, alors  ses dbuts, quepeut sarrter, mme pendant les pauses. Le risque de le professeur Tournesol svertue  mettre au point danslalination de lhomme par la technologie inspire nombre  Les Bijoux de la Castafiore(1961). Le filmTintin et lesles deux plus connus tant Huxley et Orwell.dauteurs, Oranges bleues(1964)  qui na pas t scnaris parDansLe Meilleur des mondes(1931), les techniques de Herg  voque la cration de ce qui sapparente  desslection gntique permettent de rationaliser les apti-organismes gntiquement modifis.tudes au travail des diffrentes castes de la population et (d   ==l   de produire un nombre prcis de personnes pour chaque fonction de la socit. Dans1984(1948), les tlcrans observent et diffusent de linformation en continu, de Lindustrialisation est le moteur de la croissance. Cest aux sorte que les pulsions de lhomme sont canalises et ma-tats-Unis que lindustrie progresse le plus rapidement. trises. Dans ces uvres, la technologie est au service Lessor de laManufacturing Belt,zone de dveloppement dun petit nombre dindividus qui lutilisent pour soumet-de lindustrie lourde dans le Nord-Est, a ainsi engendr une tre le reste de la population. Les relations entre individus trs forte urbanisation dont New York fournit le meilleur ou entre groupes sont rduites  nant pour le maintien exemple. Ce mouvement sest accompagn de mutations de la paix. Les ingalits sociales sont trs fortes, la tech-profondes de la ville (gratte-ciel, concentration des loge- nologie tant sous le seul contrle des nantis. Cette image ments ouvriers, mtro, tramway, clairage, etc.) et de la vie de la socit reflte en partie celle de lpoque : une poi-en socit (arrives massives dimmigrants, ingalits gne de riches industriels matrise alors lconomie et la sociales, densification, crises sanitaires, etc). La recherche politique de pays entiers. En 1936, au Royaume-Uni, 10 % du rendement industriel est alors le matre mot : elle est des Britanniques les plus aiss possdent 88 % du patri-alimente par linnovation technologique, lmergence de moine priv national et 1 % en possdent 56 %. Le nom-marchs de masse (26 millions dAmricains ont la radio bre de chmeurs est par ailleurs rest suprieur  1 million en 1937(14) sur, les premiers tlviseurs  tube cathodique une population active denviron 20 millions de per-sont commercialiss) et par une nouvelle organisation du sonnes au cours de lentre-deux-guerres(16). travail. Ce dernier point fut particulirement dterminant. tCioens ts cdieanbtiofridq uF.e Wd. uT atryalovra iqlu if roencdome smuarn ldae  mueniell euorreg afnaisoan-De la seconDe Guerre monDiale de produire (dfinition, dlimitation et squenage desÀ la fin Des annÉes 1970 : tches), et de rmunrer louvrier (passage du salaire  lales granDes peurs De la sociÉtÉ tche au salaire horaire). Ford sinspire de ce modle pourpostmoDerne mettre au oint des chanes dassemb taioutno dmeos btilecp, hbeass deess  tsruarv laai lrlaetuirosn. alMisalagtirolna s geoet  nlp aso usutcra clnidsn,ad lrueds iftsorair-e-( space operas l   d   disme, qui fut utilis pour parer  la crise conomique de Laprs Seconde Guerre mondiale est fortement marqu 1929, ne traverse pas lAtlantique avant la Seconde Guerre par la guerre froide(17) laquelle se livrent les blocs
(14) http://scientia-universi.net/tpe/entre_deux_guerres.php (15) Lemieux P. (2001), `Mtropolis revisite,,sel Cin-Bulvol. 19, n 4, p. 42-45. http://id.erudit.org/iderudit/33719ac. (16) Mougel F.C. (2005), `La mondialisation  langlaise dans lentre-deux-guerres : stratgie plantaire ou repli imprial ?,Relations internationales,2005/3, n 123, p. 37-50. DOI : 10.3917/ri.123.0037. (17)  noter que le termeCold Warest employ par Orwell en 1945 dans son article `You and the Atomic Bomb (1945, in Tribune) et repris par la suite par Bernard Baruch, alors conseiller de ladministration Truman (1947), puis par le journaliste et intellectuel Walter Lippmann.
5
www.ag.gv.f
Cn d:anal agq
amricain et sovitique qui rivalisent entre eux, notam-ment sur les terrains de larmement nuclaire et de la conqute de lespace. Les avances technologiques de cette priode marquent les esprits : lancement du satellite sovitiqueSpoutniken 1957, voyage de Youri Gagarine dans lespace en 1961, premier pas de lhomme sur la Lune en 1969. Dans le mme temps, lcoute intensive de lespace est rendue possible  partir de 1960  laide dun norme radiotlescope install en Virginie, remplac ensuite par lactuel Green Bank Telescope, le plus grand au monde. Laccs  de nouvelles plantes et la rencontre de nou-veaux peuples prennent  ce moment-l un caractre presque tangible(18). La technique a en quelque sorte rat-trap la fiction. Le ton dcal et lger des fanzines de lentre-deux-guerres laisse la place  desspace operas srieux qui empruntent  la science des lments sou-vent rigoureux et des engins de laboratoires sophistiqus. Mme si2001, l>Odysse de l>espace(1968) ne relve pas  proprement parler de ce genre, le film de Stanley Kubrick bnficia de lexpertise dArthur C. Clarke, gale-ment auteur du scnario et du roman dont sinspire le film. Ce dernier, spcialiste en radar pendant la Seconde Guerre mondiale et inventeur du concept de satellite gostationnaire(19), apporta srieux et crdibilit scienti-fique  luvre. On y retrouve dailleurs lide de lmetteur radio et du relais en orbite. Ce nouveau courant despace operasassocie inluctablement la dcouverte de lespace  la recherche des origines de lespce humaine et  la peur de linconnu.2001, l>Odysse de l>espace(1968) et SolarisdAndre Tarkovski (1972) sinscrivent dans ces interrogations. Dans cette dernire uvre, la plante Solaris et ses manifestations mystrieuses voquent la rencontre et la peur de lautre. Le thme de la comprhen-sion dautrui, de lunivers et de soi-mme en constitue galement un des fils conducteurs. Dautres uvres danthologie apparaissent  cette mme poque. On peut citerLe cycle des RobotspuisLe cycle de FondationdIsaac Asimov,La Guerre des toiles(1977) de George Lucas, ou encoreLa Plante des singesde F.J. Schaffner (1968). Tous inventent des mondes possibles dans lespace ou sur dautres plantes et abordent des questions dordre philosophique, mtaphysique et humaniste. (l  d    = d =d : sf   - Paralllement  lenthousiasme li  la conqute spatiale et auxspace operasse dveloppe une prise de conscience de la capacit dautodestruction de lhomme. La rvlation des images dHiroshima et Nagasaki et de la Shoah, dclassifies  la fin des annes 1960, ancre profondment lide que la folie des hommes peut mener au gnocide
avec des moyens dune ampleur ingale. Pour la premire fois, lhomme apprenti sorcier a cr une arme de destruction massive, et la peur dune apocalypse nuclaire, sur fond de guerre froide, sous-tend nombre duvres de science-fiction de cette poque. En 1954 sort le film japonaisGodzilla,de Tomoyuki Tanaka, qui met en scne un norme lzard prhistorique rveill de son sommeil ancestral par des explosions nuclaires en surface et dot de surcapacits suite  son irradiation. Aux tats-Unis, Stanley Kubrick ralise en 1964 son clbre filmDocteur Folamour ou : comment j>ai appris  ne plus m>en faire et  aimer la bombe, satire des relations amricano-sovi-tiques, dont lchec dbouche sur lholocauste nuclaire. En France, le roman postapocalyptiqueMalevil(1972), de Robert Merle, dcrit comment un groupe de survivants  une explosion tente de reconstruire une socit humaine. Si la crainte de lapocalypse est un thme rcurrent en science-fiction, les horreurs de la Seconde Guerre mon-diale font basculer les rcits apocalyptiques dune res-ponsabilit indirecte de lhomme  jusquici, les rcits de la fin du monde mettaient en scne une punition divine   sa responsabilit directe.La Jete,court-mtrage ra-lis en 1962 par C. Marker, situe ainsi son intrigue dans un monde dtruit par un conflit nuclaire. Ql mac d la m ncla dan la sF ana ? Les explosions dHiroshima et Nagasaki ont durablement marqu lopinion publique mondiale. La littrature de science-fiction japonaise, vritable singularit dans un courant essentiellement occidental, traite largement de la technologie nuclaire. Il serait pourtant inexact de rduire la SF japonaise  ce thme, car ses auteurs ont investi dautres sujets, lesquels rvlent dautres proccupations,  diffrentes poques. La peur dun dlabrement social transparat ainsi chez ceux qui imaginent, bien avant 1945, le droulement dune dfaite militaire nippone, notamment face  larme russe. Oshikawa Shunr voque ainsi une guerre sous-marine dansNavires de guerre au fond des mers(Kaitei Gunkan, 1900). Dans les annes 1970, alors que le pays connat pourtant un dveloppement conomique intense, un roman et son adaptation cinmatographique qui dcrivent son anantissement connaissent un grand succs :La Submersion du Japonde Sakyo Komatsu (1973) dcrit la disparition de larchipel dans le Pacifique  la suite de mouvements tectoniques. uvre trs patriotique, ce rcit dune submersion sans espoir est paradoxalement un hommage  la civilisation japonaise,  sa culture et  sa terre. Lide dune rosion des valeurs traditionnelles transparat galement dans des ^uvres rcentes.Akira (Katsuhiro tomo, 1982  1990), qui situe son action dans une socit en faillite et dcrit des paysages dtruits par la Troisime Guerre mondiale, prsente une interrogation complexe sur lvolution de la socit : des mutants au visage de personne ge et au corps denfant personnifient
(18) Plus rcemment, le filmContacten scne lcoute spatiale grce  des tlescopes et la dcouverte de civilisations extraterrestres.(R. Zemeckis, 1997) met ainsi (19) Arthur C. Clarke publia l'ide d'orbite gostationnaire dans la revueWireless World,octobre 1945.
6
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.