Le Défenseur des droits - Rapport annuel 2011

De
Publié par

L'article 71-1 de la Constitution, issu de la révision du 23 juillet 2008, a créé un Défenseur des droits. Cette autorité indépendante regroupe, dans le cadre de la protection des droits, les missions exercées auparavant par le Médiateur de la République, le Défenseur des enfants, la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (HALDE) ainsi que la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS). Le premier rapport d'activité présente l'institution, ses missions, le bilan de l'année et les conventions signées par le Défenseur des droits.
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/124000308-le-defenseur-des-droits-rapport-annuel-2011
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 150
Voir plus Voir moins
Rapport annuel
Éditorial                                                                                                                   2
Chapitre 1 : Une autorité indépendante inscrite dans la Constitution                                                                           8 1CL’organigramme institutionnel                                                                                      16 AUne institution au service de la protection des droits                                                  9 BUne institution garante des expertises acquises                                                           11 PrésentationChapitre 2 : La stratégie d’intervention                                                            18 de l’InstitutionALa protection des droits et libertés : le traitement des réclamations individuelles    22 BLa promotion des droits et libertés : les actions de prévention et de réforme          9 Chapitre 3 : La stratégie d’organisation administrative                                 AUn eneu umain essentiel                                                                                           BLe rapprocement des services                                                                                  9 CLa recevabilité l’orientation et le traitement des réclamations adressées au éfenseur des droits                                                                               La force de proximité le réseau territorial                                                                 6 Le département du réseau territorial                                                                          6 aire connaître la nouvelle institution et ses compétences                                         6 Un eneu financier                                                                                                       6 Le budget 212 : un budget à moens constants                                                        6 Le difficile regroupement sur deux sites                                                                      6 Chapitre  : ission édiation avec les services pulics                              2 2Chapitre  : L’évolution gloale des réclamations entre 21 et 211        ALa mission en ciffres                                                                                                  BLe réseau des délégués                                                                                                CLe ecteur ustice                                                                                                       6 LesLe ecteur iscal                                                                                                         9 Le ecteur ffaires générales                                                                                      comptesLe ecteur ravail solidarité et fonction publique                                                      2 rendusLe ecteur anté                                                                                                          ha ueLa irection des réformes                                                                                            demcissqionChapitre  : ission nance                                                                               1 ALa mission en ciffres                                                                                                 92 BLes réclamations reçues par la mission                                                                      9 CLe premier rapport annuel consacré aux droits de l’enfant                                        9 es « eunes ambassadeurs » au service de missions  de sensibilisation et promotion                                                                                   99 Le compte rendu de l’activité du collège « éfense et promotion des droits de l’enfant »                                                                                                99 Chapitre  : ission Lutte contre les discriminations                                  12 ALa mission en ciffres                                                                                                12 BLes réclamations individuelles                                                                                   1 CLa promotion des droits et de l’égalité                                                                       11 Le compte rendu de l’activité du collège « Lutte contre les discriminations et promotion de l’égalité »                                                           11 Chapitre 8 : ission éontologie de la sécurité                                              121 ALa mission en ciffres                                                                                                 121 BLes réclamations reçues et traitées par la mission                                                    12 CLe compte rendu de l’activité du ollège de la déontologie de la sécurité                 11 Annee 1 : Les actions dans le domaine européen et international            13 3ALes réseaux                                                                                                                1 BLes partenariats                                                                                                          11 Annee 2 : Les propositions de réormes                                                            1 ALes recommandations de réformes closes en 211 et au premier trimestre 212     1 AnnexesBLes recommandations de réformes ouvertes en 211 et au premier trimestre 212    16 Crganiser la snergie entre services et les partenariats externes :  
les comités des études et réformes                                                                           1 Annee 3 : Les conventions signées par le éenseur des droits               18 Aonvention lutte contre les discriminations ordeaux                                             1 Bonvention avec le ontrôleur général des lieux de privation de liberté                  1 Convention avec l’École nationale de la magistrature                                               19 onvention avec le arquet général d’miens                                                           19 onvention avec l’rganisation internationale du travail                                          19 région des as de la Loireonvention de partenariat avec la                                  19 onvention avec le onseil national des arreaux                                                    19
Éditorial
 usteiéoc sneov ne étéd ed eianissumn quatiorcvi eéd tliane na dernier les responsables des quatre autorités auourd’ui regroupées dans le cadre du éfenseur des droits Une société au bord de la crise de nerfs pour le édia  teur de la épublique ean aul elevoe qui alertait sur leburn-outUne société blessée par le « fléau des discriminations »,  ominiue Baudisdont le président de la aute éenseur des droits autorité de lutte contre les discriminations et pour l’éga  lité alde Éric olinié rappelait qu’« elles sont une forme d’injustice particulièrement révoltante qui mine le pacte républicain. » Une société où« la précarité touche près de 2 millions d’enfants en rance », constatait la éfenseure des enfants ominique ersini  Une société où l’autorité indépendante cargée de veil  ler à la déontologie de la sécurité rencontrait« des diffi-cultés, des oppositions, des échecs »dans sa mission de défense des roits de l’omme écrivait oger eauvois président de la ommission nationale de déontologie de la sécurité nds 
e tableau brossé par mes prédécesseurs donne la mesure de la tâce et de l’urgence  l traduit une crise de confiance : notre épublique estelle capable de se isser à la auteur de ses idéaux  l exprime une profonde aspiration à ce que soient mieux garantis et de façon concrète les droits et libertés l’égalité et la solidarité qui fondent le pacte républicain 
ace à un tel constat la épublique pouvaitelle se rési gner et rester sourde aux alertes des autorités car  gées de faire respecter les droits  ouvaitelle laisser les citoens se débattre au milieu des difficultés qu’ils rencontrent que ce soit à la suite d’une erreur commise par une administration du fait d’une discrimination proi bée par la loi pour faire prévaloir les droits des enfants ou apporter réparation à celui qui a été victime d’un manque ment aux règles de déontologie des forces de l’ordre 
vec la création du éfenseur des droits la épu  blique a relevé le défi en offrant à cacun un nouveau moen de mieux faire respecter ses droits et ses libertés grâce à une nstitution accessible à tous et armée de pouvoirs uridiques plus étendus que ceux dont dispo  saient les autorités administratives indépendantes auourd’ui regroupées
La création du éfenseur des droits est donc loin d’être une simple mesure de réorganisation ou rationalisation
A AUL 211
2
administrative L’élévation au rang constitutionnel de l’nstitution cargée de la défense et de la promotion des droits et libertés lui confère en effet une force nouvelle ’un tel fondement uridique découlent des obligations et d’exigeantes responsabilités  L’égal accès aux droits fondamentaux l’effectivité des droits la prévention des risques de discrimination ou de rupture d’égalité et la sanction des infractions aux prin  cipes républicains fondamentaux sont au cœur d’une culture des droits qui doit se déploer dans l’ensemble de la vie sociale et dont le éfenseur des droits doit être le garant La légitimité de notre nstitution dépend de sa capacité à exercer ses missions de manière effective et efficace à offrir à cacun l’accès à l’ensemble de ses droits  Les eneux sont d’autant plus forts que la crise et ses répercussions dans l’ensemble des domaines de la vie sociale économique politique intellectuelle… fragi  lisent l’accès aux droits et aux libertés la conscience de leur universalité et mettent en danger la coésion sociale en contrevenant aux principes fondamentaux de notre épublique rop souvent l’efficacité semble se construire au détriment de l’égalité de la solidarité et de la protection sociales voire contre elles  ans ce contexte paradoxalement la connaissance croissante des droits ouverts se double trop souvent d’une mécon  naissance sur les voies et moens d’accéder concrète  ment à ces droits
La précarisation entraîne le sentiment trop souvent ustifié d’un déficit de protection d’une inégalité liée à l’exclusion doublée d’un sentiment d’ignorance face aux codes de notre société complexe  ragilisés par une désocialisation croissante certains renoncent d’eux mêmes à exiger le respect de leurs droits  otre nsti tution doit s’attacer à informer les plus vulnérables de leurs droits et du fait qu’ils ont droit au droit 
oute atteinte au principe d’égalité est une rupture du lien de citoenneté aque individu doit disposer des voies de recours et se voir reconnu comme suet de droit à l’égal de tout autre audelà des différences sociales économiques de la maladie de l’âge de l’origine…
La révision constitutionnelle a créé une nstitution indépendante qui se doit également d’être impartiale  i son indépendance est garantie par les dispositions de la loi organique son impartialité relève d’une démarce qui lui incombe et qui repose notamment sur la transpa  rence et le caractère contradictoire de ses procédures 
La gratuité la simplicité de la saisine qui peut s’effec  tuer en ligne la possibilité de nous saisir directement sur l’ensemble des missions contribuent à faire du éfenseur des droits une nstitution,leceacibss au service des citoens et àl’écoutede leurs difficultés
argé par les pouvoirs exécutif et législatif de construire et de faire vivre cette nstitution nouvelle
3
1  ette ausse des saisines rassurera ceux qui craignaient un tarissement  Utiliser pleinement les capacités juridiques de la nouvelle Institution Le législateur organique a confié au éfenseur des droits une gamme complète d’outils uridiques lui permettant d’adapter sa réponse aux situations dont il est saisi quelle que soit la mission concernée  n premier lieu l’autosaisine  ette faculté a permis de se saisir d’office avec l’accord des victimes ou de leurs familles ar exemple un groupe de personnes sourdes et malentendantes qui s’était vu refuser l’em barquement sur un vol  utre exemple ce eune garçon grièvement blessé par les forces de l’ordre au cours d’une manifestation à aotte l’automne dernier n matière de déontologie de la sécurité le éfenseur des droits examine toute situation aant abouti à un décès  L’nstitution a déà été amenée à le faire à trois reprises 
2 édiateur de la épubliqueéfenseur des enfants ommission nationale de déontologie de la sécurité 
Éditorial
ÉU  
’une part leurs collaborateurs sont touours au service de la défense des droits qui continue de bénéficier de leur expérience et de leur engagement  râce à eux ceux qui font appel au éfenseur des droits trouvent une réponse dont la pertinence se fonde sur une exper  tise reconnue Les équipes ont poursuivi le traitement des réclamations les actions de promotion des droits et l’élaboration des propositions de réforme  ’autre part pour la lutte contre les discriminations et la promotion de l’égalité pour la défense des enfants et pour la déontologie de la sécurité le éfenseur des droits bénéficie des avis de trois collèges spécialisés composés de personnalités qualifiées dont certaines siégeaient déà dans les collèges de la aute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité alde et de la ommission nationale de déontologie de la sécurité nds nfin au service de ces trois missions la loi organique entoure le éfenseur des droits de trois adoints  nt été nommées sur ma proposition trois adointes : me arie erain éfenseure des enfants  me ar  vonne Laid cargée de la lutte contre les discrimina tions et de la promotion de l’égalité et me rançoise otes cargée de la déontologie de la sécurité  lles m’apportent leurs conseils assurent à mes côtés la viceprésidence des collèges relevant de leurs compé tences et elles représentent l’nstitution en différentes circonstances Un élégué général à la médiation avec les services publics   ernard refus est cargé du suivi de cette mission auprès du éfenseur des droits  Le nombre de réclamations concernant la défense des enfants a progressé de 2   our la mission éon tologie de la sécurité l’augmentation dépasse les
19 parlementaires se sont exprimés pour soit   et 1 contre soit 26 
n deuxième lieu de véritables pouvoirs d’investiga tion ont été confiés au éfenseur des droits  ls vont de la simple demande d’explications par écrit au contrôle psique sur place ar exemple des vérifications dans les centres de rétention administrative afin d’ consta ter la présence de mineurs  ette prérogative étendue à la défense des enfants a permis d’obtenir qu’il soit mis fin à ces situations qui méconnaissent la urisprudence de la our européenne des roits de l’omme  n troisième lieu le éfenseur des droits dispose de réels moens pour développer une culture de la protection des droits Le règlement amiable oue dans ce contexte un rôle de premier plan dans les moens d’action que peut mobiliser notre nstitution : confor  mément aux vœux de l’Union européenne comme de nos uridictions nationales le recours à des modes non contentieux de règlement des conflits est privilégié sur toute la gamme de ces modalités d’intervention du gré à gré informel à la transaction pénale sous le contrôle du arquet n quatrième lieu alors que l’action de trois des insti tutions2qui lui préexistaient s’arrêtait devant la porte des tribunaux la capacité du éfenseur des droits à se faire entendre dans un conflit soumis au uge national ou européen lui permet d’accompagner pleinement les victimes dans la reconnaissance et la réparation des torts qui leur sont causés  ar ailleurs l’action uridique du éfenseur des droits sur le plan des saisines individuelles comme de la formulation de propositions de réformes ou de la promotion des droits de l’égalité et des libertés tend à faire évoluer la loi et les pratiques au service d’une société fondée sur l’égale dignité de tous 
e mesure la responsabilité qui m’incombe  Une feuille de route guide mon action  n effet dans le cadre de l’article 1 de la onstitution ’ai présenté un proet devant les parlementaires et ’ai entendu les proposi tions formulées par les députés et les sénateurs qui ont ensuite approuvé ma nomination1ès mon entrée en fonction le 2 uin 211 e me suis attacé à mettre en œuvre les cinq engagements de ce proet Le présent rapport en rend compte et montre combien en moins d’un an les quatre institutions fusionnées ont opéré une véritable mutation  elleci aura permis tout en préservant les acquis de cacune d’entre elles de mutualiser les compétences  Fusion des moyens sans confusion des missions ensible à l’inquiétude légitime de ceux qui ont pu craindre une dilution des missions et une perte d’acuité dans leur exercice notre nstitution a sauvegardé les acquis et les spécificités des quatre autorités regroupées
Éditorial
Le croisement des expériences et des savoirfaire des agents réunis au sein du éfenseur des droits a permis en quelques mois de développer des modes d’interven tion inédits au service de cacune des missions qui lui sont confiées Une relation de confiance avec le arlement est une condition essentielle pour ancrer le éfenseur des droits dans notre pasage institutionnel ainsi qu’un gage de son efficacité  ’ores et déà le travail engagé avec le énat et l’ssemblée nationale notamment à travers des écanges fréquents avec les commissions parlementaires atteste de la qualité et de la fluidité de cette relation Le éfenseur des droits et ses équipes doivent être en permanence à l’écoute de la société civile des asso ciations et des organisations représentatives  nstance clé dans le débat démocratique à la fois observateur et acteur de la société il lui revient non seulement de lutter contre les discriminations l’arbitraire l’inustice… mais aussi de permettre par le dialogue de construire de nouvelles perspectives de faire évoluer le droit et les pratiques de mieux comprendre la société et de contribuer à la faire progresser vers touours plus de ustice de liberté et d’égalité  Rendre un meilleur service aux citoyens sans demander davantage aux contribuables Un nombre significatif de réclamations pouvait relever de la compétence de plusieurs des quatre autorités fusionnées au sein du éfenseur des droits dotées de prérogatives nouvelles et étendues  n premier lieu la création du éfenseur des droits a permis d’ouvrir une entrée unique qui simplifie grande ment la saisine par le réclamant qui n’a plus à s’inter roger sur l’institution compétente pour traiter d’une situation dans laquelle il a été porté atteinte à ses droits et qui peuvent relever de plusieurs cefs de saisines  insi en estil de la question de la scolarisation des élèves en milieu ordinaire dans le cadre de la mise en œuvre de la loi du 11 février 2 pour l’égalité des droits et des cances et la participation et la citoen neté des personnes andicapées  elleci faisait l’obet de travaux parallèles au sein de la alde du édiateur de la épublique et du éfenseur des enfants cacun au titre des missions qui lui étaient confiées  ésormais de tels suets sont d’emblée traités de façon transver sale dans l’nstitution en prenant en compte l’ensemble des droits garantis par les différents textes 
ette simplification de l’accès aux droits facilite les démarces des citoens qui font appel à nous 
n deuxième lieu la création d’un service de recevabi lité unique permet immédiatement l’orientation la plus favorable au traitement rapide et efficace du dossier  À cet égard la mise en place d’une application infor  matique unique appelée à assurer l’enregistrement l’arcivage et la traçabilité de l’ensemble des réclama
A AUL 211
4
tions constitue un proet stratégique maeur qui aura mobilisé des crédits substantiels  Le rapprocement des services dans le cadre d’une nstitution unique crée les snergies indispensables entre des entités qui auparavant agissaient séparé ment les unes des autres  n peut prendre l’exemple du ôle anté : il coopère désormais étroitement au traitement de certaines des réclamations adressées au ôle éontologie de la sécurité à celui de la éfense des enfants ou pour des discriminations pour raisons de andicap ou d’état de santé  on expertise est précieuse ce qui n’était pas envisageable lorsque les autorités étaient séparées  roisièmement le éfenseur des droits peut recou rir à des modes d’intervention gradués qu’il s’agisse de la recommandation en droit ou en équité du règlement amiable des conflits de la transaction civile ou pénale… es différents modes d’interven tion permettent désormais à cacune des missions inscrites dans la loi de mieux répondre aux réclama tions qui lui sont adressées our les actions de promotion des droits d’une part et les propositions de réforme de textes législatifs et réglementaires d’autre part le éfenseur des droits offre auourd’ui cette faculté à cacune des missions qui lui incombent ctions de formation actions de sensibilisation conduite partenariale d’études exten sion du centre de documentation développement des actions internationales…
Les évolutions mentionnées cidessus ont été conduites à coût constant
lors que les différences de salaires et de primes entre les anciennes institutions sont significatives la création d’un cadre de gestion commun ne peut se faire qu’en réduisant les écarts entre agents appelés à effectuer le même travail au service de l’nstitution 
andis que dans un passé récent les fusions de directions au sein des ministères des inances ou d’organismes publics dans le domaine de l’emploi ont légitimement bénéficié de crédits supplémentaires importants pour être menées à bien le rapprocement des quatre autorités composant le éfenseur des droits a été conduit à moens constants  Lorsque d’autres autorités administratives indépendantes ou organismes publics agissant dans le camp de la protection des droits ont été récemment créés ou se sont vus dotés de nouvelles compétences il leur a été accordé de nouveaux postes ainsi que les crédits  afférents  lors même que le éfenseur des droits aligne par le aut en les étendant les prérogatives antérieurement dévo lues aux organismes qui  ont été fusionnés et que de nouvelles et importantes compétences lui sont accor dées rien n’a été prévu pour lui assurer des moens supplémentaires comparables à ceux des organismes évoqués cidessus
5
Le réseau des délégués, garants de la proximité Lors de mon audition par le arlement le 1 uin 211 e me suis engagé à « faire du éfenseur des droits une nstitution de proximité grâce au maillage territorial » avec un accent porté sur les départements d’utremer et la compétence en matière de défense des enfants en unifiant les réseaux des trois autorités qui en dispo saient Les délégués établissent avec les citoens une relation de proximité grâce aux 11 bénévoles tous expé rimentés qui apportent leur compétence et leur enga gement au service de ceux qui s’adressent au éfenseur des droits e contact est essentiel pour réumaniser les relations entre les administrés et les pouvoirs publics  L’obectif est de donner à caque réclamant partout en rance l’opportunité de bénéficier d’une écoute  uelle que soit la raison qui amène une personne à solliciter le éfenseur des droits il est indispensable que caque délégué soit à même de la recevoir de l’écouter de l’orienter dans ses démarces et d’enregistrer son dossier eci a été mis en place grâce à une formation suivie par l’ensemble des délégués  ans ce contexte la première mission de la nouvelle direction du réseau territorial est de compenser les départs en nombre limité intervenus durant la période transitoire ou par rotation naturelle pour d’une part permettre aux départements les moins peuplés de disposer d’au moins deux délégués et d’autre part de mieux couvrir le territoire en tenant désormais compte de l’ensemble des compétences du éfenseur des droits eci suppose que dans caque département se mettent en place les modalités d’organisation d’un travail collégial et de mutualisation des compétences disponibles par la formation et les recrutements sur caque territoire Le réseau du éfenseur des droits est au service de tous les individus pour faire valoir leurs droits surtout dans les quartiers défavorisés trop souvent désertés par les services publics 
ien n’aurait été possible sans les compétences et l’implication des équipes regroupées au sein du éfen seur des droits Leur mobilisation et leur expertise constituent le socle sur lequel les individus peuvent s’appuer pour faire respecter leurs droits et libertés  L’action décisive des délégués bénévoles sur les terri toires témoigne également d’un engagement civique au service des droits et de l’égalité auquel e tiens à rendre un ommage très sincère 
e premier rapport annuel rend compte d’une période de transition : d’abord un trimestre durant lequel les quatre autorités administratives indépendantes fonc tionnaient de manière autonome  ensuite un trimestre d’incertitude après l’adoption de la loi organique du 29 mars 211 usqu’à la nomination du éfenseur des droits le 22 uin  enfin un semestre d’installation et de démarrage de la nouvelle nstitution 
es démarces contribuent au développement de la démocratie dans différentes aires géopolitiques proces en particulier les espaces francopones et méditerranéens
ÉU  
u’il s’agisse de l’rganisation des ations Unies U du onseil de l’urope ou de l’Union européenne nous sommes associés à l’ensemble des travaux de réflexion et d’évaluations portant sur la protection des roits de l’omme et des droits fondamentaux os agents sont reconnus pour leur compétence ls portent la parole de l’nstitution dans des réseaux spécialisés tels que par exemple le réseau européen des édiateurs l’noc
n effet le débat qui a entouré la création du éfenseur des droits a eu des écos bien audelà de nos frontières dans la mesure où dans les nombreuses enceintes internationales où notre pas est présent son action en matière de respect des droits et libertés demeure particulièrement observée
L’international e mesure l’importance du legs international des quatre autorités précédentes et l’intérêt que nos nombreux partenaires internationaux manifestaient à l’égard d’une nstitution nouvelle
uropean etor of mbudspersons for children ou le réseau européen des organismes de lutte contre les discri minationsuropean etor of qualit odiesquinet es lieux d’écange d’expertises et de bonnes pratiques apportent aux uristes du éfenseur des droits un regard renouvelé sur les grands eneux uridiques européens et d’utiles références en vue du traitement de certains dossiers aant un caractère transnational  ette présence dans les enceintes internationales est décisive dans la mesure où il s’ débat de l’application effective des textes internationaux et où s’ façonnent les normes internationales qui demain s’imposeront au législateur et au uge national  ’ai rencontré le nouveau président de la our euro péenne des roits de l’omme ir icolas usan rata et le uge français  ndré otoci afin qu’ensemble nous envisagions les modalités de notre coopération au service des droits et la faculté pour le éfenseur des droits de pouvoir déposer des observations devant la our dans le cadre d’un litige et de contribuer au suivi de l’exécution des arrêts de la our concernant la rance es initiatives se sont traduites par une intervention sstématique de l’nstitution pour éviter que les parents accompagnés de mineurs soient placés en centre de rétention administra tive pratique réprouvée par le uge européen Les travaux engagés dans le cadre de partenariats bilatéraux acédoine uébec Liban ou multilaté raux partenariat oriental avec l’urope de l’st et le aucase permettent des transferts de savoir et des partages d’expérience
Éditorial
1 Présentationde l’Institution
chapitre 1
Une autorité indépendante inscrite dans la Constitution
Le arlement a fondé unenouvelle nstitution de la épubliqueà caractère constitutionnelindépendante accessible à tous notamment aux plus vulnérables et dotée d’un ensemble de compétences uridiques permettant desinterventions graduées et eficaces ès sa nomination le 2 uin 211 le éfenseur des droits s’est emploé à donner sa pleine mesureslateur le légielemtn  tarulees rteaubeupcoréa  l àov emrofrap eulu à faire et de nombreux cantiers se poursuivront en 212 et audelà 
A AUL 211
8
AUne institution au service de la protection des droits 1  L’ACA CUL L’article 11 de la onstitution issu de la révision du 2 uillet 2 crée un éfenseur des droits afin d’apporter uneconsécration constitutionnelleà la mission de protection des droits assurée par un ensemble d’autorités indépendantes auxquelles il se substitue et de donnerdavantage de cohérence et de lisiilitéà notre sstème de protection des droits pour le plus grand bénéfice des réclamants ace à la multiplication des autorités indépen dantes cargées de protéger les droits et libertés le omité de réflexion et de proposition sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions de la eune étape  « aosuiaétq uép liube qu importante soit francie dans le sens dune amélioration de la protection des droits des citoens »
inspirant du « succès rencontré en spagne par le éfenseur du euple mentionné à larticle  de la onstitution » il a recommandé la création d’un éfenseur des droits de rang constitution nel aant vocation à exercer les compétences de plusieurs autorités administratives indépendantes
Article 71-1 de l A constitution
Le Défenseur des droits veille au respect des droits et libertés par les administrations de l’État, les collectivités territoriales, les établissements publics, ainsi que par tout organisme investi d’une mission de service public, ou à l’égard duquel la loi organique lui attribue des compétences. Il peut être saisi, dans les conditions prévues par la loi organique, par toute personne s’estimant lésée par le fonctionnement d’un service public ou d’un organisme visé au premier alinéa. Il peut se saisir d’office. La loi organique définit les attributions et les modalités d’intervention du Défenseur des droits. Elle détermine les conditions dans lesquelles il peut être assisté par un collège pour l’exercice de certaines de ses attributions. Le Défenseur des droits est nommé par le Président de la République pour un mandat de six ans non renouvelable, après application de la procédure prévue au dernier alinéa de l’article 13. Ses fonctions sont incompatibles avec celles de membre du Gouvernement et de membre du Parlement. Les autres incompatibilités sont fixées par la loi organique. Le Défenseur des droits rend compte de son activité au Président de la République et au Parlement.
L’ancrage du éfenseur des droits dans la onstitutionau sommet de notre édifice uri  diuelui confèreune légitimité supérieureà celle dont ouissaient les autorités administra tives indépendantes intégrées  n sait que si cet article 11 a expressément constitutionnalisé et renforcé la fonction précé demment remplie par leédiateur de la épu liue1le législateur organique à l’issue de débats parlementaires extrêmement rices qui ont précédé l’adoption de la loi organique du 29 mars 211 a également confié au éfenseur des droits les compétences exercées précédemment par trois autorités administratives indépendantes distinctes : leéenseur des enants2laCommis sion nationale de déontologie de la sécurité3 nds et laaute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité alde
Article 4 de lA loi orgAnique n° 2011-333 du 29 mArs 2011 relAtive Au défenseur des droits Le Défenseur des droits est chargé : 1. De défendre les droits et libertés dans le cadre des relations avec les administrations de l’État, les collec-tivités territoriales, les établissements publics et les organismes investis d’une mission de service public. 2. De défendre et de promouvoir l’intérêt supérieur et les droits de l’enfant consacrés par la loi ou par un engagement international régulièrement ratifié ou approuvé par la France. 3. De lutter contre les discriminations, directes ou indi-rectes, prohibées par la loi ou par un engagement international régulièrement ratifié ou approuvé par la France ainsi que de promouvoir l’égalité. 4. De veiller au respect de la déontologie par les personnes exerçant des activités de sécurité sur le territoire de la République.
1anvier 19 instituant un édiateur deLoi n° 6 du  la épublique 2Loi n° 2196  éfenseurdu 6 mars 2 instituant un des enfants Loi n° 29 du 6 uin 2 portant création d’une ommission nationale de déontologie de la sécurité  du  décembre 2 portant créaLoi n° 216 tion de la aute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité
9
ÉU  
chapitre 1 Une autorité indépendante inscrite dans la Constitution
2   AA ’ÉACêtre mis fin aux fonctions du éfenseur des droits que sur sa demande ou en cas d’empêcement Le législateur organique a prévu que le éfen constaté par un collège composé des cefs des seur des droits ne pourrait recevoiraucunetrois plus autes uridictions françaises instructiond’une autorité d’une personne ou d’un groupe de pression l a assuré son indépen n second lieu la onstitution dispose que le dance par plusieurs dispositions importantes  éfenseur des droits est nommé pour un mandat de six ansnon renouvelaleinterdiction tradi • Un mandat non révocale et non renouvelaletionnelle parmi les autorités administratives indépendantes Le mandat du éfenseur des n vertu de l’article 1 alinéa  de la onstitution et à la demande du résident de la épublique droits prendra donc finle 23 uin 21  omin 211 par ilqesu ec oamumdiiss sia oéntsé  deenst elnoidsu  dlee s1 d euuixn   atiilité• Un strict régime d’incomp assemblées cargées des libertés publiques et d’immunité Les fonctions du éfenseur des droits ne l a présenté son proet et répondu aux ques sont pas cumulables avec un mandat élec tions des députés et des sénateurs qui ont tif une autre fonction publique ou une acti ensuiteapprouvé sa nominationvité professionnelle l s’agit là d’unegarantie d’indépendance essentiellen effet exercer on mandat n’estni révocale ni renouveconcomitamment les fonctions de éfenseur lale desce qui apporte à son statut deux garan droits et un mandat électif ou une activité ties d’indépendance essentielles  professionnelle pourrait faire naître desconflits d’intérêts préudiciales à l’nstitutionn premier lieu la loi organique garantit l’inamo viilité outre un  ndu éfenseur des droits sur le modèletel régime garantit que le éfen des dispositions applicables aux autorités admi seur des droits se consacre à plein temps à ses nistratives indépendantes insi il ne pourrait fonctions
tableau CoMparatif Du régiMe D’inéligibilité et D’inCoMpatibilité appliCable au Défenseur Des Droits et De Celui De ses préDéCesseurs
Défenseur MéDiateur De Défenseur Des Droits la république Des enfants CnDs HalDe Possibilité de conserver le mandat de Non Oui Oui Oui Oui député, sénateur ou député européen détenu au moment de la nomination Possibilité de se présenter aux élections Non Non Oui Oui Oui législatives, sénatoriales et européennes En cas d’élection, possibilité de conser- Oui Oui Oui ver les deux fonctions Possibilité de conserver le mandat local Non Oui Oui Oui Oui détenu au moment de la nomination Possibilité de se présenter à une élection Non Oui, s’il exerçait un Oui, s’il exerçait un Oui, sans Oui, sans locale mandat local au moment mandat local au moment restriction restriction de sa nomination de sa nomination En cas d’élection, possibilité de conser- Oui Oui Oui ver les deux fonctions Possibilité de cumul avec une activité Non Oui Oui Oui (sauf dans Oui professionnelle le domaine de la sécurité)
exprimés en faveur de la nomination de   ominique audis   des suffragesuaranteneuf parlementaires se sont exprimés ixsept se sont exprimés contre 26  
A AUL 211
10
Le arlement a souaité également que le éfen seur des droits ne puisse être « poursuivi recercé arrêté détenu ou ugé pour ses opinions ou ses actes liés à lexercice de ses attributions »ette disposition protège le éfenseur des droits d’actions contentieuses visant à l’empê cer d’exercer pleinement sa mission  • Les déclarations d’intérêts Le éfenseur des droits ses adointes le élégué général à la médiation avec les services publics le irecteur général des services et le ecrétaire général ont tous signé desdéclarations d’intérêts e telles déclarations n’étaient pas prévues par la loi organique relative au éfenseur des droits mais ce dernier a estimé qu’elles renforceraient encore les garanties d’indépendance de trans  parence et d’impartialité de l’nstitution  Les personnes susmentionnées ont fourniles uatre inormations suivantes : 1 instruments financiers détenus  2 responsabilités et activités antérieures durant les trois dernières années   autres intérêts éléments ou faits notamment familiaux souaitables d’être signalés   déclaration relative aux proces
ar ailleurs les vingtdeux membres des collèges ont remis au éfenseur des droits lesdécla rationspar l’article 1 de la loi orga prévues nique relative au éfenseur des droits  et article prévoit en effet que « les membres des collèges informent le éfenseur des droits des intérêts directs ou indirects quils détiennent ou viennent à détenir des fonctions quils exercent ou viennent à exercer et de tout mandat quils détiennent ou viennent à détenir au sein dune personne morale Le éfenseur des droits veille au respect de ces obligations »• Un code de déontologie en préparation L’article 9 de la loi organique relative au éfenseur des droits prévoit la rédaction d’un code de déontologie e code de déontologie aant vocation à s’ap pliquer à l’ensemble des agents et bénévoles de l’nstitution sa préparation a donné lieu à la
chapitre 1 Une autorité indépendante inscritedans la Constitution
constitution d’un groupe de travail  e dernier a associé agents et délégués territoriaux  e code de déontologie précisera et complétera la carte de déontologie des délégués territo riaux qui a été adoptée le 1erdécembre 211
BUne institution garante des expériences acquises La réflexion et les coix du législateur orga nique ont conduit àpréserver l’identité des missions usqu’ici remplies par les précédentes autorités administratives indépendantes  L’arcitecture institutionnelle originale qui en est ainsi résultée repose sur l’existence de trois adoints et de trois collèges tématiques 
Article 11 de l A loi orgAnique
I. Le Défenseur des droits préside les collèges qui l’assistent pour l’exercice de ses attributions en matière de défense et de promotion des droits de l’enfant, de lutte contre les discriminations et de promotion de l’égalité, ainsi que de déontologie dans le domaine de la sécurité. Sur proposition du Défenseur des droits, le Premier ministre nomme les adjoints du Défenseur des droits, dont : – un Défenseur des enfants, Vice-Président du collège chargé de la défense et de la promotion des droits de l’enfant, choisi pour ses connaissances ou son expérience dans ce domaine ; un adjoint, Vice-Président du collège chargé de la  déontologie dans le domaine de la sécurité, choisi pour ses connaissances ou son expérience dans ce domaine ; – un adjoint, Vice-Président du collège chargé de la lutte contre les discriminations et de la promotion de l’égalité, choisi pour ses connaissances ou son expérience dans ce domaine. II. Les adjoints sont placés auprès du Défenseur des droits et sous son autorité. Le Défenseur des droits peut déléguer ses attributions à ses adjoints, dans leur domaine de compé-tence, à l’exception de celles mentionnées aux articles 19, 29, 31, 32, 36 et au dernier alinéa des articles 18 et 25. Chaque adjoint peut suppléer le Défenseur des droits à la présidence des réunions du collège dont il est le Vice-Président et le représenter, dans son domaine de compétence, auprès des organisations rassemblant les autorités indépendantes de pays tiers chargées de la protection des droits et libertés.
11
ÉU  
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.