Le Livre à la télévision : rapport à Mme la ministre de la culture et de la communication

De
La première partie recense l'ensemble des émissions de la télévision française présentant des livres et rappelle les principales émissions littéraires diffusées par la télévision française depuis 1975 et dresse un bilan comparatif de la situation en France et dans d'autres pays (Espagne, Grande-Bretagne, Allemagne, Italie...). La seconde partie étudie les interactions culturelle (pratique culturelle des Français), commerciale (place de la télévision dans la promotion du livre, publicité) et économique entre le livre et la télévision. La troisième partie s'interroge sur la place que l'on peut attendre pour le livre à la télévision, compte tenu de ces transformations. Enfin la dernière partie analyse le rôle du ministère de la culture et de la communication en respectant le principe d'indépendance des chaînes dans leurs décisions de programmation et en tenant compte du caractère privé des activités éditoriales.
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/004000432-le-livre-a-la-television-rapport-a-mme-la-ministre-de-la-culture-et-de-la
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 79
Voir plus Voir moins
Rapport pour Madame la Ministre de la Culture et de la Communication
LE LIVRE A LA TELEVISION
1
Olivier Bourgois
16 mars 2000
Sommaire
Introduction I L'inventaire des émissions qui parlent des livres A. L'inventaire détaillé des émissions de la télévision française Emissions quotidiennes: Emissions hebdomadaires Emissions mensuelles Emissions occasionnelles au cours de la période concernée: Autres émissions sans caractère culturel Magazines
Journaux télévisés Stations régionales de FR3 Liste des films adaptés d'œuvres littéraires: Programmation de pièces de théâtre - La radio B. Historique des émissions littéraires en France. C. L'étranger: Grande-Bretagne Allemagne Italie Espagne Belgique Pays-Bas Etats-Unis Conclusions sur l'étranger La situation française apparaît comme exceptionnelle. - Pourquoi cette exception française?  - Va-t-elle durer?
2
7 11
13 15 16
17
18 20 22 23 25 29
34 34
37
II Le livre et la télévision 39 A. L'Interaction culturelle: La télévision concurrence le livre  La pratique de la télévision: -- La pratique du livre: 40 La télévision ne se substitue pas au livre. 42 Mais la télévision modifie l'attitude à l'égard des livres: 45 B. L'Interaction commerciale: 45 La place de la télévision dans la promotion du livre Le problème de la publicité. 48 C. L'interaction économique 53 La place du livre dans le monde des mass-media. L'édition et les grands groupes de communication. - Le livre et les nouveaux supports. 54 - Livre, télévision et droits d'auteur. 56 III. Quelle télévision pour quel livre? 57 A. Les chaînes généralistes: Les chaînes privées Les chaînes publiques B B. Les chaînes thématiques. 59 C C. La télévision numérique 61 D. Internet. 62 IV. Le Ministère de la Culture et de la Communication entre Livre et Télévision. A. Le Ministère de la Culture et le Livre. 63 L'exclusion initiale du livre du champ des affaires culturelles Les objectifs: Conservation du patrimoine littéraire: 65 Développement de la lecture. Pluralité et Création: 66 Promotion du livre français dans le monde. B. Le Ministère de la Culture et la Télévision. La télévision lieu de création culturelle La capacité de la télévision à rendre compte de la vie culturelle Légitimité d'une intervention publique en faveur de la culture. 67 Esprit de la télévision d'aujourd'hui
3
Rôle du CSA. Conclusions
Annexes
I- Documentation II- Personnalités rencontrées III- Programmes de télévision étudiés IV- De qui dépendent les chaînes thématiques. V- C.V. du rapporteur.
4
69 73
75
INTRODUCTION
En mars 1999, le Salon du Livre a été l'occasion pour un certain nombre de professionnels de l'édition et de la télévision d'exprimer publiquement leurs inquiétudes face à la réduction de la présence du livre dans les programmes des chaînes publiques ou privées de notre pays. Ces inquiétudes étaient notamment exprimées dans un article du Monde en date du 30 mars signé d'éditeurs particulièrement attachés à la défense de la littérature, tels que Maurice Nadeau et Paul Otchakovski-Laurens, et d'écrivains de renom, dont certains connaissent bien pour y travailler le fonctionnement des maisons d'éditions, ainsi Roger Grenier ou Jean-Marie Laclavetine. Les mêmes inquiétudes avaient été exprimées, un an plus tôt, par une voix plus qu'aucune autre autorisée dans le monde de l'audiovisuel, celle de Bernard Pivot. Dans sa "Remontrance à la ménagère de moins de cinquante ans", il manifestait avec un humour qui dissimulait mal la gravité de son propos, le pessimisme de son pronostic quant à l'avenir du type d'émissions qu'il anime depuis plus d'un quart de siècle. Dans les deux cas, ce qui était stigmatisé, c'était, d'une part, la disparition progressive des émissions littéraires qui avaient fleuri en France au cours des vingt dernières années, d'autre part, la tendance accélérée, liée au poids croissant de l'audimat dans les décisions des programmateurs, à repousser les émissions qui survivaient vers des horaires de plus en plus tardifs. C'est pour répondre à ces préoccupations que Mme Catherine Trautmann a demandé, dès avril 1999, à l'auteur du présent rapport de mener une "mission d'étude sur la place du livre et de la lecture dans le secteur audiovisuel, notamment public"…;"de recenser les obstacles qui peuvent s'opposer à sa plus large présence, de suggérer les moyens susceptibles de les surmonter", et de lui présenter ses conclusions à échéance de janvier 2000. Le rôle joué par le rapporteur dans la création et la mise en place de la Direction du Livre et de la Lecture et du Centre National du Livre au moment même où naissait Apostrophes, le regard que pouvait lui donner sur la période qui avait suivi l'expérience acquise comme administrateur d'institutions culturelles, comme conseiller culturel, accessoirement comme auteur et traducteur, enfin des séjours prolongés à l'étranger, notamment aux Etats-Unis, constituaient autant d'atouts pour examiner les problèmes soulevés avec un recul suffisant. En vue de préparer ses conclusions, le rapporteur a interrogé de très nombreux professionnels du livre, responsables de maisons d'édition, attachés de presse, représentants du S.N.E., et libraires, les dirigeants des chaînes publiques, à peu près tous les journalistes responsables d'émissions littéraires, le président du C.S.A., la
5
médiatrice de France-Télévision, les responsables du livre et de l'audiovisuel au Ministère de la Culture et de la Communication, etc. Il a effectué plusieurs déplacements à l'étranger, notamment à New-York et à Londres. Il a épluché les programmes de la télévision française, visionné de nombreuses émissions, étudié les programmes de télévision de pays comparables à la France. Enfin, il a dépouillé la presse professionnelle, notamment Livres Hebdo, et trouvé dans un certain nombre d'ouvrages plus ou moins récents, dont la liste figure en annexe de ce rapport, des éléments essentiels à sa réflexion. Celle-ci l'a conduit vers des conclusions qui n'étaient pas toujours celles qu'il anticipait au début de son enquête. D'une part l'examen comparatif des programmes fait apparaître que la place du livre à la télévision continue de constituer une "exception française" et que c'est en tant que telle qu'elle doit être défendue et maintenue. En second lieu, il semble difficile d'imputer aux chaînes, notamment publiques, les problèmes très réels que fait apparaître l'évolution du chiffre d'affaires de l'édition ou que laissent présager les bouleversements qui se préparent, pour les années à venir, dans l'ensemble de la chaîne du livre. Troisièmement, la fréquentation assidue de gens qui travaillent dans les métiers du livre et dans ceux de l'audiovisuel fait apparaître une relative méconnaissance réciproque des spécificités de chaque métier. Chacun de ces métiers est à la veille de mutations considérables: la télévision avec le développement du numérique et de l'interactivité qui devrait se traduire par une articulation pour ne pas dire une confusion progressive entre l'écran de télévision et celui du Net; l'édition avec le basculement progressif d'une partie de ses contenus en dehors du papier (CD-Rom et encore un fois Internet), la mise en cause par le commerce électronique des modes actuels de distribution, la nécessité de "placer" le livre dans tous les lieux de la vie quotidienne, lieux de promotion ou lieux de vente, soit anciens, école, bibliothèque, librairie et presse écrite, soit plus récents, grandes surfaces, émissions de radio et de télévision, soit tout à fait nouveaux, réseaux du Net. Dans sa tournée des éditeurs, le rapporteur a ressenti chez certains un mélange de pessimisme et d'orgueil à l'égard de la télévision mais aussi, en général, des nouvelles technologies, comme s'ils devaient être les vestales chargées d'entretenir le feu sacré du livre dans un monde étranger, voire hostile. Chez d'autres, au contraire, il a perçu une conscience claire des nouveaux défis et la volonté d'y faire face. Dans les deux cas, la télévision apparaissait, par delà l'attente immédiate (obtenir qu'elle présente au grand public les ouvrages que chacun publie), comme le révélateur des risques et des incertitudes auquel le livre se trouve aujourd'hui confronté. Voilà pourquoi il est bien vite apparu au rapporteur qu'il ne pouvait pas faire l'économie, au delà d'un simple recensement des programmes consacrés au livre, d'une réflexion plus poussée portant sur l'environnement culturel, technologique et économique dans lequel livre et télévision se côtoient, se concurrencent ou s'épaulent. A cet égard, il paraît essentiel au rapporteur d'insister dès le départ sur ce qu'il ne faut pas attendre de son rapport.
6
En aucun cas, il ne saurait être question de suggérer et moins encore d'imposer des formules d'émissions littéraires ou plus généralement culturelles. Cette responsabilité, ce devoir d'imagination, revient aux professionnels. Le rôle que peut jouer ici le Ministère ne peut être que d'encourager les occasions de rencontres entre les deux milieux, le développement des relations entre éditeurs et réalisateurs, et de susciter les idées et les projets, voire d'encourager leur réalisation par des procédures adéquates. En ce qui concerne la possibilité pour l'Etat d'utiliser le cahier des charges des chaînes publiques pour imposer des règles qui actuellement n'existent pas en matière d'horaire (notamment s'il compense le manque à gagner publicitaire par le biais de la redevance ou d'une subvention), il convient d'abord de souligner combien une telle mesure, même s'il ne faut pas l'exclure a priori, va à contre-courant de l'évolution récente de la programmation des chaînes publiques, ensuite d'analyser toutes les possibilités que la diversification des réseaux de télévision va offrir et de replacer dans cet éventail de moyens les actions du Ministère, du C.S.A. et de l'ensemble des responsables publics en vue d'encourager un nombre suffisant d'émissions consacrées au livre dans la diversité des grilles. Ce que le présent rapport souhaiterait offrir, préalablement à des propositions concrètes ponctuelles, c'est une réflexion sur la vie actuelle du couple livre-télévision, et sur les moyens d'infléchir la relation entre ces deux vecteurs de l'information, des loisirs et de la culture, en tenant compte de leur nature spécifique. Ce n'est que sur la base de cette réflexion que des propositions d'action, dans des conditions qui bénéficient autant à l'un qu'à l'autre, pourront être envisagées. *
* *      Quel jugement porter sur la place actuelle du livre à la télévision en France? Cette question reste la première que ce rapport doit aborder. Une seconde question vient aussitôt s'accrocher à la première: Comment va évoluer la place du livre à la télévision en l'absence d'actions destinées à corriger les évolutions naturelles? L'étude prospective doit ici tenir compte - de l'évolution des pratiques culturelles, - du rôle joué par la télévision dans la promotion commerciale des livres avec le problème posé par l'interdiction de la publicité - et de l'intégration croissante et mondiale de l'édition au sein de groupes de communication.  Ce sera l'objet de la seconde partie du rapport.  La troisième s'interrogera sur la place que l'on peut attendre pour le livre dans l'espace de la télévision, compte tenu de ses transformations: - Peut-on imposer aux chaînes généralistes un cahier des charges dans ce domaine?  Faut-il transférer tout ou partie des émissions littéraires sur les -chaînes thématiques?
7
- Que peut-on attendre des chaînes numériques en tant que supports de telles émissions? - Quel rôle pourront jouer les sites internet dans la présentation des livres?
  Enfin, la quatrième partie portera sur le rôle du Ministère de la Culture et de la Communication entre Livre et Télévision, par rapport aux objectifs de service public qui sont les siens, compte tenu du caractère privé des activités éditoriales, d'une part, et du principe d'indépendance des chaînes dans leurs décisions de programmation, d'autre part.
8
 
 
 
I L'inventaire des émissions qui parlent de livres.  
 
 en premier lieu, un recensement des émissions actuellementNous présenterons, présentes sur la grille des différentes chaînes françaises, ensuite un rappel des principales émissions littéraires diffusées dans le passé par la télévision française avec comme point central de référence l'année 1975, enfin un examen comparatif de la situation dans un certain nombre de pays comparables à la France.  Au terme de cet inventaire seront présentées quelques observations sur les causes et les conséquences de ce qui apparaît comme une "exception française": la place notable et la relative pérennité des émissions littéraires dans notre pays, et l'importance qu'y attachent les milieux professionnels et culturels concernés.
 
 - L'inventaire détaillé des émissions de la télévision française auquel nous avons procédé porte, plus particulièrement sur la période du 15 janvier au 4 février 2000.
  Emissions quotidiennes: F2 -  el suo s-T 0 à  6h3s dejourtamép ni03h8léT r ues det euoqévI  lnep ilrvse. arle de livres tous les matins et plus particulièrement une fois par semaine le mardi (présentation de Françoise Xénakis).  nique Moes dlivred srv e nil02U èstrt pos nu tse naltA e- A 8h3,01 h251e  t71h bref de présentation d'un titre et de son auteur  donnons ci-dessous les titres présentés au cours des trois semainesNous concernées.  Lundi 1èreB  HéLyv :eLs èi semaine:ssar.)tee cl Sdetrar(Ge 2èmean( ePrrni.)uiLod's esYvueés  GniamL :eab e nor 3èmedn.)leof Gkiik N(Bl meemuas secoed segav semaine: Les n  Mardi 1èresema  Graine:l).de (SeuiuD nnoM L eDiF a JLer ouviine ll 2ème eaL osT  esamni.)duS setcA( resnre BsaLie  deu 3èmeno-sbatiiuh zeq : Chaine semonsud  eaMhtei uLindon (P.O.L.)  
9
  pour enfants).Mercredi (livres 1èrençras ai Ndeolic :en seLitepF stemai s eaLbmre.t 2ème.)essenujel uiSe (nehi Csemaine: Lola en 3èmesemaine: Ulysse de Stéphanie Janicot (Zulma).  Jeudi 1èresemaine: TohuBohude Richard Jorif (Julliard). 2ème.esam  Perine:lassa PaaréG ed lrebO drrche(Cé i)id-Mhe è 3mes meiaen :Les tsarines de dalVrimideF voroi skoc(Rr)he.  Vendredi 1èresema itnouqsel  ani:eanFre  dneaium h.leunammE sioç 2èmeine:  La semaudX IX èg eurr eLae enurècsi dleb(o ccaeze.h)ciudMO  tJw aeilr 3ème tai aepitetaz ctel e:inal B maselse chinoeu.d)arimllGa (ejliS jaD ed esi
 - FR3  présenter des 04hh9 àp 04 tueau-L Arey gr 8deariede Mnce  Fra rnej uo -nU écrivains  -U  nilrvtuseq iuuqled  em niuqse quosionennetidirraB reisimé ,toou june ivOld'r très bien située entre Questions pour un champion et le journal bénéficie d'une audience exceptionnelle. 3,6 millions (31% de parts de marché).  Lundi 1èrese inma Ae:erlboC tresseL yoc srs duleuinfae l'( oLim.e)d.fsle 2èmek)ocSt (l.ueanmmE sioçnarF ed en.se   Le:inmaitseuq aiamuh no 3èmesemaine: e nuet dbonnMon ierc(Mr iestMen -siuabéSd tioL e). erFnaecreucerd  Mardi 1èreiof serèno iuq s le:inmamire pes.P .ap r.n( iSomventt inris e PacaPi).rd se 2ème de Bruce Bernard. (Phaidon).semaine: Siècle 3ème J.C. Fichou (Le chasse-marée).semaine: Phares de  Mercredi 1èreP laca eesamni:eMichel Rde Jean- set)duSsebicA( .   2èmea Pa Per de lassdrO éGar éC(eblr-Mherche.i)idmasee:in  3èmeiames  seL :entsarines de VladmiriF derovoks ioc(Rr)he.  Jeudi 1èree n' Pirmêmeest c rep sad  eatni (chutVoe-cherCh.)idiMmes eniaeL :  2èmeames ine: Une affaired  eivloC ehtsreim H  esnd(A Drénami)ehc 3èmeit t eep:eL amnioms es nrt dRobeserporpes  
 Vendredi 1èree:inmase   eaPir sP uleid s Hevesipar Anar)yS( setr 2ème semaine: Romansde B. Franck (Flammarion). 3ème'dahmm eedd ibutine:semar co NoilluJdrai.)nn'A Siemoau (nt   
10
 Samedi 1ère)llimard Jeunesse yaKmohTnospaG( seoi P àisare  dEl: neaiem s è 2mes meiaen :itreprne) (édmannn CaitioirE'd seremmiZ cèrfrs Lequac Jes 3èmeé (Gallives Tadi eeJnaY-T mespd aldrdue  clahéatuorP ,tsiame :ens ).setrevuocéD-dram  - 5ème  fn  leeni dsiaueqauionteo isre mlsr nvea  isaupdrrccdneams erée  L10s8hreiv ldet  - Canal +  uNltraP e Aileurs tous les jours du lundi au vendredi de 18h 30 à 20h20 en clair avec des présentations régulières de livres qui peuvent intéresser le public de l'émission. Une émission très appréciée des éditeurs quant à ses effets sur les ventes mais avec des hauts et des bas.  - LCI  niamaL eEes nle auLbmev caDin Aussi a Cultureprres urs an disuot osoroj sel sal journée et le monde des idées plusieurs fois par semaine. - Paris-Première   30 à 20h L'émiss1h9The rrieucga dhet nosuorA yssidurelle Rion cultetr vi evi erdio les jours du lundi au vendredi reprise à différentes heures de la journée.  
 Emissions hebdomadaires   - Le lundi èm  5e -  .eh100 h5prreedD si ed a'ortirs duteumancu di  - Seasons  02uqBo5 h4 agenauie  talalp cêehchasse,  sur la rétteriae esil te  despruacttéli nature, portraits d'écrivains amoureux de la nature également le mardi
 Le mardi - - FR2   nçoise Xénakisà 8 2h 0vaceF arTémélinat  - Paris Première  èeiuelrerrptm esists ieop  érmaitFt éOr. n rleid seene ba i.rieG gLeh 21oiav saide soirée 1ère semaine P. Zarka un communisme à usage immédiat; P. Poivre d'Arvor et E. Zenmour: Les rats de garde; A. Genestar: Le baraquement américain; B. Morrot: Propos de la presse des corrompus et autres fossoyeurs; S. Mesnier: Un été corsé.   Le mercredi  Pas d'émission particulière le mercredi pour les enfants.
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.