Les bénéfices d'un tunnel sous la Manche.

De

S. L.. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0005495

Publié le : vendredi 1 janvier 1960
Lecture(s) : 149
Source : http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0005495&n=71862&q=%28%2Bdate2%3A%5B1900-01-01+TO+2013-12-31%5D%29&
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 30
Voir plus Voir moins

Rcr. n CDAT
2489s
i
I
LES BENEFICES ECONOMIQUES D'UN TUNNEL SOUS LA MANCHE1
25 Juillet, I960.
I
I
1
i
Groupement d'Etudes du Tunnel sous la Manche.
fiI
I
I
I
I
Préparé avec l'aide de :I
SOCIETE D'ETUDES TECHNIQUES ET ECONOMIQUES, Paris.I
0
DE LEUW CATHER & C ., Chicago.
I THE ECONOMIST INTELLIGENCE UNIT LTD., London.
I
I
I
I
I
I
ITable des Matières,
Page,
INTRODUCTION :
- Résumé des bénéfices économiques d'un tunnel
sous la Manche .... 1
CHAPITRE I • :.
- Bénéfices pour les utilisateurs. 6 •
CHAPITRE II :
- Bénéfices pour les Chemins de Fer 10
- Bénéfices directs 10
-s indirects0
- Effets de l'arrêt des services maritimes.... 13
- Perspectives en cas de maintien des services
maritimes3
CHAPITRE III :
- Bénéfices pour la Grande-Bretagne et la France..., 17
- ANNEXES.- . .
- Conclusions économiques générales 19
- L'a/anta^p économique du Tunnel.9
- Année optimum d'ouverture du Tunnel 27.sb
INTRODUCTION.
RESUME DES BENEFICES ECONOMIQUES D'UN TUNNEL SOUS LA MANCHE.
La capacité du tunnel ferroviaire proposé sera quatre fois
celle de la flotte portée au volume nécessaire pour le trafic pré-
vu pour 1966, et près de deux fois celle du "trafic attendu pour
1980. Il apportera des bénéfices substantiels aux voyageurs, auto-
mobilistes, expéditeurs de marchandises et autres utilisateurs,
aux Chemins de Fer qui assureront le service, et aux nations bri-
tannique et française^ .
1. Bénéfices pour les utilisateurs»
Les voyageurs ferroviaires disposeront par tous les temps d'un
service confortable et sûr qui leur fera gagner plus d'une heure
et demie et deux shillings sur le tarif par rapport au service ma-
ritime actuel. Les automobilistes accompagnant leurs véhicules
n'auront plus besoin de retenir à l'avance le passage de leurs
véhicules et ils gagneront environ deux heures et demie et £ 3.3.0
sur le tarif. En moyenne, les marchandises traverseront la Manche
sans les délais et frais de transbordement, à un prix à peu près
égal à la moitié des tarifs actuels. L'économie totale de frais
et de temps pour les utilisateurs s'élèvera à £ 4.800,000 en 1966,
première année d'exploitation; ./.
(1) Les chiffres de trafic et de recettes figurant dans ce rapport
sont extraits de l'Etude du Trafic et des Recettes préparée
pour le Groupement par ses consultants. Les autres chiffres
proviennent des meilleures sources disponibles.2. Bénéfices pour les Chemins de Fer.
Les Chemins de Fer amélioreront leur position commerciale,
puisqu'ils pourront assurer à travers la Manche un trafic plus in-
tense avec un coût unitaire moindre que celui qui résulterait du
développement des services maritimes. On estime que le coût de
l'exploitation ferroviaire en 1966 dans le Tunnel serait inférieur
de £ 2.100.000 à celui du service maritime nécessaire pour faire
face au trafic. Sans tunnel, les Chemins de fer devront, avant
cette date, investir au moins £ 20.000.000 de nouveaux navires et
d'agrandissements portuaires. Même à ce prix, les services mariti-
mes auraient moins de 25$ de la capacité du Tunnel.
Si leur coût d'exploitation monte de 2$> par an (taux considé-
rablement inférieur à celui observé au cours des dix dernières an-
nées) et si leurs tarifs sont augmentés au même taux, les recettes
nettes des services maritimes, y compris la restauration, s'accroî-
tront seulement de £ 1.600.000 dans les quinze années de 1966 à
1980, même en supposant que les tarifs maritimes s'accroissent au
même taux. En revanche, les recettes nettes du Tunnel -avec des
péages stables- monteront., de £ 6.200.000-dans la même période.
Les Chemins de Fer tireront des recettes supplémentaires de
l'accroissement du transport terrestre des voyageurs et marchandi-
ses, aussi bien que du transport des voyageurs, automobiles et
marchandises dans le Tunnel. Beaucoup de voyageurs et la plupart
des marchandises détournées parcourront sur rail des distances
terrestres plus grandes parce que, en moyenne, les entrées du
Tunnel seront plus loin des points d'origine et de destination,..que les ports actuels. En sus des bénéfices directs que les Chemins
de Per retireront de leur paxticipation aux recettes du Tunnel, les
bénéfices indirects pour les Chemins de Per Britanniques et Fran-
çais résultant d'une utilisation plus intense de leurs installa-
tions terrestres s'élèveront à une recette nette supplémentaire
de plus de £ 1.000=000 en 1966,
3. Bénéfices pour la Grande-Bretagne et la France.
La Grande-Bretagne et la France bénéficieront à beaucoup d'au-
tres titres d'un Tunnel offrant un bas prix de revient et une gran-
de capacité de transport,capable de faire face pendant des années
à toute montée imprévue du trafic sans investissement supplémen-
taire. Le Tunnel encouragera le développement du commerce aussi
bien que du tourisme, provoquera l'expansion de l'industrie et
contribuera au resserrement des liens économiques entre le
Royaume-Uni et le Continent; Les dépenses touristiques en Angle-
terre, à elles seules, monteront du fait du Tunnel de plus de
£ 1.200.000 en 1966. Les autres bénéfices économiques indirects
sont plus difficiles à estimer quantitativement.
En dehors des bénéfices indirects pour la Grande-Bretagne et
la France, il y a un certain nombre de critères économiques mesu-
rant les bénéfices directs du Tunnel qui montrent qu'il est plus
avantageux que les services maritimes des Chemins de Fer. La va-
leur économique brute du Tunnel, actualisée sur 50 ans à 5$> est
de £ 419 millions; la valeur économique brute des services mariti-
mes, actualisée sur la même période, est de £ 77 millions; l'avan-
tage économique brut actualisé du Tunnel est donc de£ 342 millions^ . En retranchant la différence entre l'investisse-
ment estimé du Tunnel, £ 134 millions, et celui de la flotte, £ 46
millions -soit £ 98 millions- de l'avantage économique brut actua-
lisé du Tunnel, il reste pour le Tunnel un avantage économique net
actualisé de £ 244 millions.
Une autre mesure, plus significative, de l'avantage du Tunnel
(2)
v
sur les services maritimes est le taux de rentabilité propre de
l'investissement supplémentaire du Tunnel, Une comparaison de la
valeur actuelle de l'investissement supplémentaire du Tunnel avec
la valeur actuelle des bénéfices supplémentaires futurs de cet in-
vestissement pendant 50 ans faii/apparaître un. taux de rentabilité
ld environ 14,2%.
Si les recettes nettes du Tunnel sont comparées, année après
année, avec les charges financières des £ 134 millions d'investis-
sement, l'année la plus avantageuse pour la construction du Tunnel
sera la première année à partir de laquelle apparaît une tendance
constante à un profit net croissant pour le Tunnel, c'est-à-dire
celle où la différence entre les montants ci-dessus sera la plus
faible. En 1966, les recettes nettes s'élèveront à £ 13,6 millions,
contre une charge financière de £ 6,7 millions.
(1) En supposant les péages du Tunnel constants, et les tarifs
maritimes croissant de 2% par an.
(2) Le taux de rentabilité propre -time adjusted rate of return-
est le taux d'intérêt maximum que pourrait supporter l'inves-
tissement, ou taux fictif d'actualisation égalisant profits et
dépenses sur sa durée de vie.Comme cette marge, déjà grande, s'élargira au cours des années
ultérieures, l'année optimum pour construire le Tunnel était, de
- ce fait, l'une des années écoulées où les avantages économiques
du Tunnel étaient moins grands» Aujourd'hui, le Tunnel doit être
entrepris et ouvert dès que possible, c'est-à-dire en 1966*
4c Effets de la construction du Tunnel sur la main-d'oeuvre et les
ressources.
Le prélèvement entraîné par la construction du Tunnel sur la
main-d'oeuvre et les ressources Britanniques et Françaises serait
léger. Le Rapport sur le Tunnel sous la Manche, publié en 1930 par
le Conseil Consultatif Economique, indique, page 53 > que la
Grande-Bretagne et la France emploieraient chacune seulement 250
hommes par an pendant 5 ans pour la galerie de service, et 1,550
hommes pour les galeries principales. L'emploi créé indirectement
dans chaque pays serait de 750 hommes pendant la première phase et
4.500 hommes pendant la seconde, occupés aux fournitures et aux
équipements nécessaires à la construction du Tunnel.
Aujourd'hui, ce nombre relativement modique de travailleurs
serait réduit .par suite des progrès technologiques et du projet
de percement simultané des galeries principales et de service.
Les effets de la construction du tunnel sur l'emploi et les res-
sources en Grande-Bretagne et en France pourraient être encore ré-
duits, si cela était jugé désirable, par la livraison de fournitu-
res et d'équipements en provenance de pays tiers.CHAPITRE I.-
BÈNÈFICES POUR LES UTILISATEURS.
Le Tunnel apportera à ses utilisateurs de nombreux avantages,
par rapport aux modes de traversée actuels. Même lorsque la dis-
tance totale parcourue sera à'peu près la même, l'emploi du Tunnel
réduira la durée du voyage ou de 1' expédition, en même temps que
les frais de passage. Le Tunnel fournira par tous les temps une
traversée sûre de la Manche, qui ne sera plus sujette à retards
ou annulations. Il permettra de prendre une automobile sans avoir
à retenir son passage plusieurs mois à l'avance, comme maintenant.
Pour les voyageurs ferroviaires, le service maritime
Calais-Douvres est l'itinéraire le plus/court et le moins cher à
travers la Manche. Le Tunnel percevra un péage par voyageur de
£ 1.12.0, c'est-à-dire environ 2 shillings de moins que le service
précédent^ . Les voyageurs ferroviaires utilisant le Tunnel tra-
verseront le Pas-de-Calais presque deux fois plus vite que par le
service Calais-Douvres : le trajet par tunnel de 55 minutes seule-
ment en moyenne, y compris la douane et, éventuellement, le trans-
bordement, réduisant de 1 heure 35 minutes le trajet par mer de
plus de deux heures et demie.
L'Etude du Trafic et des Recettes a trouvé qu'une valeur ap-
proximative de 1,7 shilling par heure peut être appliquée au temps
gagné par les voyageurs qui choisissent leur itinéraire pour tra-
verser la Manche. En appliquant ce taux horaire aux 1 h.35 mn. ga-
gnées, et en ajoutant le résultat aux 2 shillings d'économie de...
(1) Les taxes portuaires ne seront pas perçues dans le Tunnelitarif, on voit que le voyageur moyen économisera une valeur de 4
shillings 8 pence en utilisant le Tunnel^*' ^ ',
Pour les automobilistes, les car-ferries Douvres-Boulogne don-
nent le trajet le plus rapide et le moins cher. Ceux qui utilise-
ront le Tunnel paieront un tarif moyen de £ 7.13.0, moins cher de
£ 3.3.0 que le tarif moyen du car-ferry Douvres-Boulogne. Le temps
de trajet sera réduit d'environ deux heures et demie. L'Etude du
Trafic et des Recettes a montré^' qu'une valeur de 8,4 shillings
par heure est affectée par le voyageur choisissant entre les diffé-
rentes traversées de la Manche. Sur cette base, l'automobiliste
moyen économiserait environ £ 4.2.0 en utilisant le Tunnel.
Les marchandises expédiées à travers le Tunnel auront, dans
une proportion beaucoup plus grande qu'avec les services de ferry-
boats actuels, les avantages d'une plus grande fréquence et vitesse
des services, de la disparition des coûts et délais de transborde-
ment, de la réduction des coûts d'emballage, d'avaries et d'assu-
l
rances, et d'un tarif moyen-correspondant par tonne, de l ordre de
50% du tarif actuel par ferry-boat, En tenant compte du trafic dé-
tourné aussi bien que du trafic engendré, l'économie moyenne pour...
(1) Une correction a été faite pour tenir compte des voyageurs
aériens détournés par le Tunnel, et ayant ainsi un trajet al-
longé; les tarifs aériens plus chers compensent cette variation
de durée. Les économies réalisées par les passagers aériens ne
peuvent être calculées de façon comparable, faute de données
disponibles. Les services aériens entre Paris et Londres béné-
ficient de subventions importantes, y compris celles pour la
construction et l'exploitation des aéroports.
(2) Cette économie est sous-estimée, car elle suppose que les taxes
maritimes resteront inchangées jusqu'en 1966.
(3) Partie B, page 55.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.