Les carrières scientifiques : une approche fondée sur des éléments d'analyse comparative européenne

De
Le rapport présente une analyse comparative sur les carrières scientifiques dans plusieurs Etats membres de l'Union européenne (Allemagne, Espagne, Finlande, Irlande, Italie et Royaume-Uni) notamment dans les domaines de la politique de recherche, la mobilité, les contrats à durée déterminée, les rémunérations... Le rapport aborde également la place des universités françaises dans la production du savoir scientifique et la situation en France, puis conclut sur vingt recommandations apportées par l'IGAENR.
Publié le : vendredi 1 octobre 2004
Lecture(s) : 12
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/054000064-les-carrieres-scientifiques-une-approche-fondee-sur-des-elements-d-analyse
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 307
Voir plus Voir moins

Les carrières
scientifiques :
une approche fondée
sur des éléments
d'analyse comparative
européenne
rapport à monsieur le ministre
de l’éducation nationale,
de l'enseignement supérieur
et de la recherche
à monsieur le ministre délégué
à la recherche
N° 2004-140 Octobre 2004MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE, DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR
ET DE LA RECHERCHE
_____
Inspection générale de l’administration
de l’éducation nationale et de la recherche
_____
Groupe thématique Recherche
Les carrières scientifiques :
une approche fondée sur des éléments d'analyse
comparative européenne
OCTOBRE 2004
François BONACCORSI Marc GOUJON
Suzanne Bella SRODOGORA Patrice VAN LERBERGHE
Inspecteurs généraux de l’administration de l’éducation nationale
et de la recherche
4Sommaire
___________________________________________________________________________
Introduction............................................................................................................9
Une mission en cohérence avec le suivi du 6ème PCRDT............................................................. 9
Un nouveau regard sur les carrières scientifiques et techniques en Europe.................................. 10
Le débat national sur la recherche............................................................................................... 11
Démarche adoptée pour les études de terrain............................................................................... 11
Le choix des thèmes traités dans le rapport ................................................................................. 13
Chapitre 1 : Pour une gestion intégrée des carrières scientifiques et
techniques................................................................................ 15
I - Le fil directeur du rapport........................................................................................15
I.1 Une gestion intégrée des carrières scientifiques : un nouvel état d'esprit ................15
I.2 Les effets de la LOLF : l'émergence des notions de métier et de performance .........16
I.3 Positionnement sur la scène internationale et gestion des ressources humaines......18
II - La gestion des carrières scientifiques confrontée à des enjeux démographiques ....19
II.1 Les enjeux démographiques....................................................................................19
II.1.1 Une situation préoccupante..................................................................................19
II.1.2 Le "paradoxe français"........................................................................................20
II.1.3 La notion de "chercheur à vie" ............................................................................ 21
II.2 La structure matricielle A.M.E.S.22
II.2.1 Anticipation.........................................................................................................22
II.2.2 Mobilité...............................................................................................................24
II.2.3 Evaluation...........................................................................................................25
II.2.4 Synergie..............................................................................................................25Chapitre 2 : Panorama des pays de l'échantillon ...................................... 27
I - Approche statistique ...................................................................................................27
I.1 Données de base économiques et démographiques..................................................28
I.2 Identité européenne et intérêt des européens porté à la recherche ..........................28
I.3 Potentiel scientifique et technique des pays tests.....................................................29
I.3.1 Ressources financières.........................................................................................30
I.3.2 Ressources humaines...........................................................................................31
I.4 La mobilité géographique.......................................................................................32
I.4.1 La mobilité des étudiants dans les pays tests et les échanges avec les États-Unis . 33
I.4.2 Les perspectives des titulaires européens de PhD obtenus aux États-Unis ............ 34
I.5 La valorisation des résultats de la recherche et du développement technologique...34
I.5.1 Les publications......................................................................................................34
I.5.2 Les brevets..........................................................................................................35
I.5.3 Les exportations de produits de haute technologie ............................................... 35
I.6 Conclusion..............................................................................................................36
II - Un aperçu des différents modes d'organisation de la recherche dans les six pays
visités........................................................................................................................36
II.1 Au Royaume-Uni.....................................................................................................37
II.2 En Allemagne37
II.3 En Espagne et en Italie ...........................................................................................38
II.4 En Finlande et en Irlande........................................................................................38
Chapitre 3 : Carrières et mobilité .............................................................. 41
I - La mobilité, pierre d'angle de la mondialisation des échanges scientifiques et
techniques ................................................................................................................41
II - Situation de la mobilité internationale en Europe et dans le monde .......................43
II.1 - L'expatriation durable ou "la fuite des cerveaux" en Europe et en France ..............43
II.1.2 Pour une meilleure connaissance des phénomènes d’expatriation durable :
l'avis de l'Académie des technologies................................................................................ 44
II.1.3 Le suivi des mouvements migratoires : un programme statistique à développer ... 46
II.2 - Les effets de la mobilité internationale des étudiants...............................................46
4II.2.1 La situation dans les pays de l’OCDE ...................................................................... 47
II.2.2 Quelle évolution dans les dix prochaines années ? ............................................... 48
II.3 - Quelques exemples de mesures incitatives dans les pays de l'échantillon pour
favoriser la mobilité et développer les ressources d'attractivité...............................49
II.4 - Un outil pour la mobilité en Europe : les "actions Marie Curie".............................51
II.4.1 Perspectives et évolutions des actions Marie Curie .............................................. 51
II.4.2 Les différents types d'action proposés..................................................................52
II.4.2.1 Les actions d’accueil........................................................................................................ 52
II.4.2.2 Les actions individuelles.................................................................................................. 53
II.4.2.3 La promotion et la reconnaissance de l’excellence............................................................ 53
II.4.3 Les infrastructures de soutien..............................................................................54
II.4.4 Organisation du dispositif en France.................................................................... 54
III - Le soutien de la mobilité dans le contexte français..................................................56
III.1 Les chercheurs étrangers en France .......................................................................56
III.1.1 Un impératif : une meilleure connaissance des mouvements migratoires..............56
III.1.2 Les chercheurs étrangers en France : quelques éléments d'information................. 57
III.1.2.1 Une étude empirique qualitative..................................................................................... 57
III.1.2.2 La recherche publique en France : répartition des chercheurs étrangers par nationalité....... 58
III.2 Les mesures existantes en faveur du développement de la mobilité transnationale
et de l'attractivité de l'appareil français de R&D ............................................................59
III.2.1 Aides à la formation, bourses et chaires de haut niveau........................................ 59
III.2.2 Orientation et information des post-doctorants français de retour de mobilité et
des chercheurs étrangers en mobilité en France.................................................... 60
III.2.3 Initiatives des organismes publics de recherche pour accroître leurs facteurs
d'attractivité......................................................................................................... 61
III.3 Des mesures à prendre pour renforcer la mobilité ..................................................61
III.3.1 Retenir et valider les expériences de mobilité parmi les critères d'appréciation
des carrières scientifiques.................................................................................................. 61
III.3.2 Favoriser la mobilité croisée entre chercheurs et enseignants-chercheurs.............63
III.3.3 Poursuivre l'effort déjà engagé en faveur de la mobilité des chercheurs du secteur
public en direction des entreprises ....................................................................... 65
III.3.3.1 La loi sur l'innovation et la recherche .............................................................................. 66
III.3.3.2 Les conventions industrielles de formation par la recherche (CIFRE)............................... 67
5IV - Conclusion ...............................................................................................................68
Chapitre 4 : Les contrats à durée déterminée : un expédient ou une
nécessité ? ................................................................................ 69
I - Quelques constatations sur le marché de l'emploi scientifique dans l'Union
européenne69
I.1 Le contrat à durée déterminée dans les pays du nord de l'Europe. ..........................70
I.1.1 La Finlande.........................................................................................................70
I.1.2. Le Royaume-Uni.................................................................................................71
I.1.3. L’Allemagne.......................................................................................................76
I.1.4. Quels enseignements peut-on tirer de ces trois exemples ?................................... 77
I.2 Le contrat à durée déterminée : outil d'une gestion des ressources humaines
dans le cadre d'une politique de recherche.......................................................................78
I.2.1. L’Italie................................................................................................................ 78
I.2.2. L’Espagne...........................................................................................................80
I.2.3. Quels enseignements pour le débat en France ?...................................................83
II - La situation en France.............................................................................................84
III - Conclusion87
Chapitre 5 : La question des rémunérations : esquisse d'une analyse
comparée.................................................................................. 89
I - Les difficultés de la confrontation des salaires nationaux.......................................89
II - Analyse comparative ................................................................................................90
II.1 En début de carrière...............................................................................................90
II.2 En milieu de carrière ..............................................................................................91
II.3 En fin de carrière....................................................................................................92
II.4 Écarts entre les premiers et derniers échelons ........................................................93
II.5 Observations générales...........................................................................................94
III - Conclusion ...............................................................................................................95
Chapitre 6 : Université et recherche : les enjeux....................................... 97
I - La place centrale de l'université dans la production du savoir scientifique et le
transfert de technologie en Europe et en France.....................................................97
6I.1 Rôle de l'enseignement supérieur dans quelques pays de notre échantillon.............98
I.2 En France, la création de pôles de compétitivité et ses implications .......................99
II - L'université et ses enjeux.......................................................................................101
II.1 Les actions urgentes..............................................................................................101
II.1.1 Des moyens financiers adaptés pour des universités autonomes......................... 102
II.1.2 Une réflexion sur les métiers des enseignants-chercheurs et sur leurs conditions
d'exercice. ......................................................................................................... 102
II.2 L’Europe doit constituer un vivier de futurs chercheurs........................................103
II.2.1 La désaffection pour les filières scientifiques, un constat général à nuancer....... 103
II.2.2 Une âpre compétition internationale pour faire face à la pénurie des
qualifications..................................................................................................... 104
II.2.3 La formation à et par la recherche : le "c ur de métier" de l'université.............. 106
II.2.4 La sensibilisation à la science et l'éveil des vocations ........................................ 107
II.2.5 Économie et gestion administrative et financière de la recherche et de
l'innovation........................................................................................................ 108
Chapitre 7 : Recommandations de l'IGAENR ........................................ 109
1 - Une approche intégrée des carrières et des métiers de la recherche .......... 109
2 - Attirer les jeunes vers les métiers de la recherche ...................................... 111
3 - Des mesures en faveur des jeunes docteurs ................................................. 114
4 - Une évaluation de proximité......................................................................... 116
5 - Favoriser la mobilité ..................................................................................... 117
6 - Valoriser les compétences des chercheurs parvenant en fin de carrière.... 121
Liste des personnalités consultées ..................................................................... 123
Bibliographie .....................................................................................................127
Liste des sigles et des abréviations..................................................................... 133
Annexe 1A : Données Statistiques 137
Annexe 1B : propositions avancées au cours du débat sur la recherche qui
ont retenu notre attention…………………………………..….…151
7
?Introduction
armi les missions confiées à l'Inspection générale de l'administration de l'éducation
nationale et de la recherche (IGAENR), dans le cadre du programme annuel 2003-2004
1Prelatif à la recherche , figure "le statut des chercheurs". La lettre de mission précise :
"[…] il s'agira de regarder si la construction de l'espace européen de l'enseignement
supérieur et de la recherche nécessite des adaptations statutaires, notamment pour favoriser
la mobilité. Vous aurez à procéder à une étude comparative des solutions adoptées dans
différents pays européens".
Une mission en cohérence avec le suivi du 6ème PCRDT
Ainsi définie cette mission est en cohérence avec celle qui concerne le suivi permanent du
ème6 programme-cadre européen de recherche et de développement technologique et, plus
généralement, avec la réflexion entreprise au sein du groupe thématique Recherche de
l'IGAENR sur la contribution apportée par la France à l'édification de l'espace européen de la
recherche. A ce titre elle prolonge l'enquête confiée à l'inspection dès septembre 2002 sur la
ème 2préparation et la mise en uvre du 6 PCRDT .
Toutefois la présente mission de l'inspection générale, telle qu'elle est définie, a sa spécificité :
en premier lieu sa légitimité repose sur une analyse comparative de certaines pratiques
relatives à la gestion des ressources humaine dans plusieurs États membres de l'Union
européenne ; ensuite et plus globalement, elle ne peut se soustraire au contexte marqué par
deux types de débat :
- en premier lieu, la thématique relative aux carrières scientifiques qui fait l'objet d'une
réflexion commune au sein des États membres de l'Union européenne, dans la mesure où il
apparaît clairement que la gestion des ressources humaines est au centre de la réalisation des
objectifs de Lisbonne (2000) et de Barcelone (2002) pour la recherche et qu'elle est intégrée
aux prolongements du processus de Bologne (1999) pour l'enseignement supérieur ;
- en second lieu, le débat d'idées en France sur l'appareil national de recherche et
d'enseignement supérieur, auquel participent de nombreux acteurs scientifiques, représentant
les institutions ou les groupements dont ils relèvent, ou s'exprimant à titre personnel. Ajoutons
que ce débat est l'occasion de contributions multiples dont certaines visent clairement les
ambitions européennes, d'autres, la préparation du projet de loi sur l'orientation et la
programmation de la recherche, dont l'adoption est attendue à la fin du premier semestre de
l'année 2005.
1 Lettre de mission en date du 28 juillet 2003, émanant du directeur du cabinet de la ministre déléguée à la recherche et aux
nouvelles technologies.
2 Cette enquête avait donné lieu à deux rapports rendus publics en décembre 2002 et en juillet 2003 :
9
?Un nouveau regard sur les carrières scientifiques et techniques en Europe
La Commission européenne a donné une forte impulsion à l'examen des carrières scientifiques
3
et techniques en lui consacrant en juillet 2003 une communication à l'adresse du Conseil et
du Parlement européen. Cette initiative repose, d'une part, sur un pronostic quantitatif ; d'autre
part, sur la prise en compte des conditions d'exercice des professions scientifiques dans
l'espace européen.
4
Les hypothèses de croissance du potentiel humain permettant d'atteindre l'objectif des 3 %
fixé lors du Conseil européen de Barcelone de mars 2002 , font état de la nécessité d'accroître
la densité des effectifs de chercheurs rapportés à la population active de l'Union européenne,
de 5,7 ‰ en moyenne (UE 15 en 2001) à 8 ‰, ce qui se traduit par une augmentation à
l'horizon 2010 du nombre des personnels de R&D, évaluée selon certains scénarios à environ
1,2 million, dont 600 à 700.000 chercheurs. Selon l'ancien commissaire pour la recherche,
Philippe Busquin, si l'objectif des 3% est atteint en 2010, "10 millions d'emplois seront créés,
et la productivité, accrue de 5%".
Cet effort quantitatif important constitue aux yeux de la Commission européenne un des défis
ème
du 7 PCRDT. Il ne saurait être envisagé que dans le cadre d'une politique commune en
matière de ressources humaines scientifiques et techniques qui dépasse la méthode "ouverte"
de Lisbonne consistant à coordonner les politiques nationales, et qui veille à intégrer les
dimensions économiques, sociales et éducatives qui concourent à la réalisation d'un tel
objectif. Aussi la Commission européenne invite-t-elle les États membres à procéder à une
réflexion collective sur les carrières scientifiques qui prenne en compte "toute activité
directement ou indirectement liée à la R&D, y compris la gestion des connaissances et des
droits de propriété intellectuelle, la valorisation des résultats de la recherche ou le
journalisme scientifique en tant que partie intégrante d'une carrière dans la R&D".
Cette démarche trouve dans les préconisations de la Commission des orientations qui ont fait
leur chemin depuis juillet 2003. Elles sont supportées par les travaux d'un groupe de haut
niveau dans lequel la France est représentée, chargé d'identifier les bonnes pratiques en
matière d'emploi scientifique. Signalons en particulier :
- l'élaboration en cours d'une "Charte européenne du chercheur", attendue pour la fin
2004 ;
- l'esquisse d'un "code de conduite pour le recrutement des chercheurs" ;
- l'inauguration en juin 2004, à Paris, du réseau européen des centres de mobilité ERA-
MORE ;
- l'examen d'un dispositif de visa à l'intention des scientifiques des pays tiers sur le modèle
français ; modèle qui devrait d'ailleurs faire l'objet d'une évaluation ;
- le lancement d'études d'impact " pour évaluer et analyser comparativement les multiples
5
parcours de carrière des chercheurs" (…).
3 COM (2003) 436 final du 18.07.2003 : "Les chercheurs dans l'espace européen de la recherche : une profession, des
carrières multiples".
4 Il s'agit de porter les dépenses totales consacrées aux activités de R&D de l'Union à hauteur de 3 % du PIB d'ici 2010 ;
actuellement le ratio DIRD/PIB est d'environ 2 % pour l'UE 15 (2002) et de 1,93 % pour l'UE 25 (2001). Les textes
fondateurs de l'objectif des 3% fixent la répartition des contributions publique et privée à hauteur respectivement de 1% et
2% du PIB.
5 COM (2003) 436 déjà citée.
10Cette ouverture du statut traditionnel des carrières scientifiques à l'ensemble des "métiers" de
la R&D qui contribuent au développement d'une société de la connaissance telle que l'ont
souhaitée les gouvernements réunis au sommet de Lisbonne en mars 2000 ; la nécessité de
recenser les bonnes pratiques des États membres de l'Union et des États tiers et partenaires
associés ont orienté les travaux qui donnent lieu au présent rapport.
Nous étions partis sur la base d'un examen des statuts des chercheurs, éclairés par une analyse
comparative internationale. Notre réflexion s'est progressivement infléchie en direction d'une
analyse où dominent les impératifs liés à une gestion intégrée des carrières scientifiques et
techniques, prenant en compte les parcours professionnels individuels, leurs différentes
étapes, leur durée et leurs bifurcations. Cette orientation fait l'objet du premier chapitre du
rapport.
Le débat national sur la recherche
Les membres de la mission de l'IGAENR ont été particulièrement attentifs au débat en cours
sur la recherche, aux contributions auxquelles il donne lieu, à la convergence de certaines de
ces propositions (cf. annexe 1B).
Le projet de BCRD 2004 avait été construit sur trois constatations :
• les grands organismes disposaient de reports importants ;
• le financement d’une partie de l’objectif des 3% de Lisbonne devait être pris en charge par
le secteur privé (proportion des 2/3) ;
• il était nécessaire d’accroître le nombre d’emplois temporaires dans la recherche pour
répondre aux besoins des laboratoires
Ce dernier point qui a été à l'origine d'un vaste débat, s'étendant progressivement à l'ensemble
des composantes de l'appareil national de recherche, justifiait un approfondissement, mis en
perspective internationale. Il a alimenté une grande part de nos réflexions.
Certaines des recommandations figurant en conclusion du présent rapport ont pu être
proposées sous des formulations diverses par les parties prenantes au débat national. Il n'était
pas dans notre intention de nous engager dans la recherche périlleuse de formules originales à
tout prix. Par ailleurs certaines de nos propositions sont en convergence avec les observations
et recommandations de la Cour des comptes figurant dans le rapport sur la gestion des
personnels des EPST que la haute juridiction a communiqué à la Commission des finances du
Sénat en novembre 2003.
Ce qui fonde notre démarche et légitime nos propositions, c'est l'analyse à laquelle nous avons
procédé au cours de nos missions à l'étranger et l'identification de "bonnes pratiques", c'est-à-
dire de pratiques évaluées comme positives par les États mêmes qui les ont mis en uvre,
d'autant plus que le recours aux expériences de nos partenaires européens nous semblait
singulièrement absent des débat nationaux.
Démarche adoptée pour les études de terrain
L'étude comparative conduite par la mission de l'IGAENR, selon une démarche qui conserve
un caractère innovateur au sein de l'Inspection générale et du groupe thématique Recherche, a
nécessité une préparation et un traitement qui encadrent le séjour à l'étranger proprement dit,
nécessairement de courte durée.
11
?

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.