Les coûts de la filière électronucléaire

De
Par une lettre du 17 mai 2011, le Premier ministre a demandé à la Cour des comptes, au titre de sa mission d'assistance au Gouvernement, d'expertiser « les coûts de la filière nucléaire, y compris ceux relatifs au démantèlement des installations et à l'assurance des sites ». Dans sa réponse du 8 juin suivant, le Premier président a indiqué « qu'au regard de l'intérêt majeur présenté par le sujet », il a « décidé de l'inscrire au programme de travail de la Cour » et précise les dispositions d'organisation qu'il a prises pour que cette enquête soit réalisée « dans le cadre des procédures habituelles de la Cour des comptes ». Le présent rapport est le résultat de cette démarche.
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/124000056-les-couts-de-la-filiere-electronucleaire
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 430
Voir plus Voir moins
 
              
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 SOMMAIRE SOMMAIRE.................................................................................................. 3 DELIBERE.................................................................................................... 9 INTRODUCTION....................................................................................... 11 CHAPITRE I LES DEPENSES PASSEES.............................................. 17 
I - Le montant des investissements physiques ......................................... 17     A - Les centrales à l’arrêt de la 1èregénération......................................... 19 B - Les 58 tranches nucléaires actuellement en activité ........................... 20 C - Les installations d’AREVA................................................................ 33 
II - Les dépenses de recherche .................................................................. 35 A - 1945 – 1969 : les premiers programmes de recherche ....................... 36 B - 1970 – 1989 : priorité à la filière à neutrons rapides .......................... 37 C - 1990 - 2010 : une recherche plus encadrée et partenariale ................. 39 D - Le total des dépenses de recherche sur l’électronucléaire de 1957 à 2010.......................................................................................................... 44 E - Superphénix........................................................................................ 46 CHAPITRE II LES DEPENSES COURANTES ..................................... 49 
I - Les coûts d’exploitation d’EDF............................................................ 49 A - Le coût du combustible nucléaire ...................................................... 49  B - Les dépenses de personnel d EDF...................................................... 52 C - Les consommations externes.............................................................. 55 D - Les impôts et taxes ............................................................................. 56 E - Le coût des fonctions centrales et supports ........................................ 57 F - Total des coûts d’exploitation............................................................. 58 
II - Les autres types de dépenses actuelles ............................................... 59 A - Les dépenses de recherche financées par des crédits publics ............ 59 B Les coûts de la sécurité, de la sûreté et de la transparence financés sur -crédits publics .......................................................................................... 62 CHAPITRE III LES DEPENSES FUTURES .......................................... 83 
I - Le démantèlement des installations nucléaires .................................... 84 A - Qu’est-ce que le démantèlement ? ..................................................... 84 B - L’évaluation des charges de démantèlement des installations nucléaires d’EDF...................................................................................... 86 C - L’évaluation des charges de démantèlement d’AREVA .................. 102 D - L’évaluation des charges nucléaires civiles de démantèlement du CEA........................................................................................................ 108 
 
4
COUR DES COMPTES
II - La gestion des combustibles usés...................................................... 116 A - La gestion des combustibles usés d’EDF ......................................... 117 B - Coût de gestion des combustibles du CEA....................................... 127 
III - La gestion des déchets radioactifs................................................... 132 A - Les types de déchets et leurs modes de gestion ............................... 132 B - Les déchets disposant actuellement d’un exutoire ........................... 134 C - Les déchets sans exutoire ................................................................. 137 D - La reprise et le conditionnement des déchets anciens (RCD) ......... 152 E - Les questions en suspens .................................................................. 154 F - Récapitulatif des charges brutes de gestion des déchets dans les comptes des exploitants.......................................................................... 159 CHAPITRE IV PROVISIONS ET ACTUALISATION ....................... 163 
I - Le montant des provisions dans les bilans ........................................ 163 
II - L’actualisation des provisions .......................................................... 166 A - Le principe de l’actualisation ........................................................... 166 B - Le taux d’actualisation utilisé .......................................................... 168 C - La sensibilité des provisions des exploitants au taux d’actualisation ................................................................................................................ 175 
III - Les provisions dans les comptes de résultat................................... 177 A - Les provisions d’EDF pour le parc actuel ........................................ 177 B - Les provisions des autres acteurs de la filière .................................. 179 CHAPITRE V LES ACTIFS DEDIES.................................................... 181 
I - Le cadre réglementaire et législatif.................................................... 181 A - Des actifs dédiés à la couverture d’une partie des charges futures de la filière nucléaire....................................................................................... 181 B - Les caractéristiques du système français de sécurisation des charges nucléaires futures ................................................................................... 183 
II - Des modalités d’application variées et en évolution ....................... 185 A - La gestion des actifs dédiés d’EDF .................................................. 185 B - La gestion des actifs dédiés d’AREVA ............................................ 192 C - La gestion des actifs dédiés du CEA ................................................ 196 
III - Réflexions sur la situation actuelle ................................................. 198 A - Une évolution qui s’éloigne de l’objectif initial............................... 199 B - La crise financière met en évidence les faiblesses du dispositif...... 201 C - Une gouvernance encore imparfaitement assurée ............................ 203 
CHAPITRE VI LES EVOLUTIONS POSSIBLES DES DEPENSES FUTURES.................................................................................................. 207 
 
SOMMAIRE 
5
I - Deux facteurs d’évolution majeurs .................................................... 207 A - La durée de fonctionnement des centrales ....................................... 207 B - Les recherches futures ...................................................................... 220 
II - Les coûts de l’EPR ............................................................................. 224 
III - Les variantes..................................................................................... 226 A - La situation de base.......................................................................... 226 B - Variante : durée de fonctionnement de 50 ans ................................. 227 C - Variante : « arrêt du retraitement » .................................................. 229 D - Variante : « sans 4èmegénération »................................................... 230 CHAPITRE VII LES COUTS DIFFICILEMENT CHIFFRABLES... 233 
I - Les externalités .................................................................................... 233 A - Les impacts sur l’environnement ..................................................... 234 B - Les impacts sur la santé humaine ..................................................... 237 C - Les autres externalités ...................................................................... 238 
II - Risque nucléaire et assurances ......................................................... 240 A - Le risque nucléaire ........................................................................... 240 B - Les conventions internationales sur la responsabilité civile nucléaire ................................................................................................................ 245 C - Le droit positif français .................................................................... 253 CHAPITRE VIII CONCLUSION GENERALE.................................... 265 
I - Les coûts inclus dans les comptes des exploitants............................. 265 A - Investissement et capital .................................................................. 266 B - Charges d’exploitation ..................................................................... 275 C - Les calculs du coût de production et leur sensibilité aux évolutions de différents paramètres .............................................................................. 278 
II - Les dépenses financées sur crédits publics ...................................... 284 
III - Les questions en suspens.................................................................. 288 ANNEXES ................................................................................................. 295 GLOSSAIRE ............................................................................................. 434 
 
 
  
Les rapports publics de la Cour des comptes
  
- élaboration et publication -
La Cour publie un rapport public annuel et des rapports publics thématiques.
Le présent rapport est un rapport public thématique. Il traite des résultats d’une enquête réalisée par la Cour à la demande du Premier ministre (procédure désormais régie par l’article L. 132-5-1 du code des juridictions financières1).
Les rapports publics de la Cour s’appuient sur les contrôles, les enquêtes et les évaluations conduits par la Cour des comptes ou les chambres régionales des comptes et, pour certains, conjointement entre la Cour et les chambres régionales ou entre les chambres. En tant que de besoin, il est fait appel au concours d’experts extérieurs, et des consultations et des auditions sont organisées pour bénéficier d’éclairages larges et variés.
Au sein de la Cour, ces travaux et leurs suites, notamment la préparation des projets de texte destinés à un rapport public, sont réalisés par l’une des sept chambres que comprend la Cour ou par une formation associant plusieurs chambres.
Trois principes fondamentaux gouvernent l’organisation et l’activité de la Cour des comptes, ainsi que des chambres régionales des comptes, et donc aussi bien l’exécution de leurs contrôles et enquêtes que l’élaboration des rapports publics : l’indépendance, la contradiction et la collégialité.
Lindépendance des juridictions financières et institutionnelle statutaire de leurs membres garantit que les travaux effectués et les conclusions tirées le sont en toute liberté d’appréciation. De même, la Cour et chaque chambre régionale ou territoriale des comptes décident librement de la programmation de leurs travaux.
Lacontradictionimplique que toutes les constatations et appréciations ressortant d’un contrôle, d’une enquête ou d’une évaluation, de même que toutes les observations et recommandations formulées ensuite, sont systématiquement soumises aux responsables des administrations ou organismes concernés ; elles ne peuvent être rendues définitives qu’après prise en compte des réponses reçues et, s’il y a lieu, après audition des responsables concernés.
                                                 1L’article L. 132-5-1 a été introduit dans le code des juridictions financières par la loi n° 2011-1862 du 13 décembre 2011 relative à la répartition des contentieux et à l’allègement de certaines procédures juridictionnelles.
 
8
COUR DES COMPTES
la communication du projet de texte que la Cour se propose de publier aux ministres et aux responsables des organismes concernés, ainsi qu’aux autres personnes morales ou physiques directement intéressées. Dans le rapport publié, leurs réponses accompagnent toujours le texte de la Cour.
Lacollégialitépour conclure les principales étapes des  intervient procédures de préparation, de contrôle ou d’évaluation et de publication.
Tout contrôle, enquête ou évaluation est confié à un ou plusieurs rapporteurs. Leur rapport d’instruction, comme leurs projets ultérieurs d’observations et de recommandations, provisoires et définitives, sont examinés et délibérés de façon collégiale, par une chambre ou une autre formation comprenant au moins trois magistrats, dont l’un assure le rôle de contre-rapporteur, chargé notamment de veiller à la qualité des contrôles. Il en va de même pour les projets de rapport public.
Le contenu des projets de rapport public est défini, et leur élaboration est suivie, par le comité du rapport public et des programmes, constitué du premier président, du procureur général et des présidents de chambre de la Cour, dont l’un exerce la fonction de rapporteur général.
Enfin, les projets de rapport public sont soumis, pour adoption, à la chambre du conseil où siègent, sous la présidence du premier président et en présence du procureur général, les présidents de chambre de la Cour, les conseillers maîtres et les conseillers maîtres en service extraordinaire.
Ne prennent pas part aux délibérations des formations collégiales, quelles qu’elles soient, les magistrats tenus de s’abstenir en raison des fonctions qu’ils exercent ou ont exercées, ou pour tout autre motif déontologique.
*  
Les rapports publics de la Cour des comptes sont accessibles en ligne sur le site Internet de la Cour des comptes et des chambres régionales et territoriales des comptes :www.ccomptes.fr. Ils sont diffusés parLa documentation Française.
 
 
Délibéré
La Cour des comptes, délibérant en chambre du conseil, a adopté le présent rapport sur « Les coûts de la filière électronucléaire ». Le rapport a été arrêté au vu du projet communiqué au préalable aux administrations et organismes concernés, et des réponses qu’ils ont adressées en retour à la Cour. Les réponses sont publiées à la suite du rapport. Elles engagent la seule responsabilité de leurs auteurs. Ont participé au délibéré : M. Migaud, Premier président, MM. Babusiaux, Descheemaeker, Bayle remplacé par M. Cazanave, conseiller maître, M. Bertrand, Mme Froment-Meurice, MM. Durrleman, Lévy, Lefas, présidents de chambre, MM. Pichon, Picq, Mme Cornette, M. Hespel, présidents de chambre maintenus en activité, MM. Richard, Devaux, Rémond, Gillette, Monier, Troesch, Beaud de Brive, Moreau, Mme Lévy-Rosenwald, Mme Pappalardo, MM. Brun-Buisson, Cazala, Andréani, Dupuy, Mme Morell, M. Braunstein, Mmes M. Phéline, Saliou, Dayries, Mmes Ratte, Ulmann, MM. Barbé, Jean Gautier, Vermeulen, Mmes Darragon, Seyvet, MM. Bonin, Vachia, Vivet, Mme Moati, MM.  Corbin, Trupin, M.Charpy, Davy de Virville, Petel, Mme Mme Froment-Védrine, MM. Rigaudiat, de Gaulle, Guibert, Piolé, Prat, Guédon, Claude Martin, Le Méné, Baccou, Sépulchre, Arnauld d’Andilly, Mousson, Mmes Malgorn, Bouygard, Vergnet, M. Chouvet, Mme Démier, M. Clément, Mme Cordier, MM. Le Mer, Léna, Migus, Rousselot, Mme Esparre, MM. Geoffroy, Lambert, de Nicolay, de la Guéronnière, Guillot, MM. Duwoye, Aulin, Senhaji, conseillers maîtres, MM. Schott, Klinger, Gros, Carpentier, Schmitt, conseillers maîtres en service extraordinaire. A assisté et participé aux débats, sans prendre part au délibéré, M. Bénard, Procureur général. A été entendu en son rapport, M. Bertrand, rapporteur général, assisté de Mme Pappalardo, conseillère maître, et de M. Dupuy, conseiller maître.
 *** M. Terrien, secrétaire général, assurait le secrétariat de la chambre du conseil. Fait à la Cour, le 27 janvier 2012  
 
10
COUR DES COMPTES
Le projet de rapport soumis à la chambre du conseil a été préparé, puis délibéré le 19 janvier 2012, par une formation interchambres de la Cour des comptes, présidée par M. Levy, président de chambre, et composée de MM. Camoin, Monier, Moreau, Mme Seyvet, MM. Vivet, Cossin, Rigaudiat, de Gaulle, Claude Martin et Migus, conseillers maîtres, M. Schott, conseiller maître en service extraordinaire, ainsi que de Mme Pappalardo, conseillère maître, rapporteure générale, et de M. Dupuy, conseiller maître, contre-rapporteur. Il a été examiné et approuvé, le 6 décembre 2011, par le comité du rapport public et des programmes de la Cour des comptes, composé de MM. Migaud, premier président, Bénard, procureur général, Descheemaeker, Bayle, Bertrand, rapporteur général du comité, Mme Froment-Meurice, MM. Durrleman, Levy et Lefas, présidents de chambre, M. Beysson, conseiller maître.   
  
 
  
  
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
Introduction
 Par une lettre du 17 mai 2011 (annexe 1), le Premier ministre a demandé à la Cour des comptes, au titre de sa mission d’assistance au 2 Gouvernement , d’expertiser « les coûts de la filière nucléaire, y compris ceux relatifs au démantèlement des installations et à l’assurance des sites », en précisant qu’il souhaitait « pouvoir disposer de ce rapport avant le 31 janvier 2012 ». Dans sa réponse du 8 juin suivant (annexe 2), le Premier président a indiqué « qu’au regard de l’intérêt majeur présenté par le sujet », il a « décidé de l’inscrire au programme de travail de la Cour » et précise les dispositions d’organisation qu’il a prises pour que cette enquête soit réalisée « dans le cadre des procédures habituelles de la Cour des comptes ». Le présent rapport est le résultat de cette démarche. L’objectif premier de cette enquête n’est pas, comme dans un travail classique de la Cour, de contrôler des comptes ni de porter un jugement sur l’efficacité ou l’efficience des politiques menées en matière énergétique. Le rapport a pour seule ambition de mesurer des coûts sans porter de jugement sur leur niveau, ce qu’il n’était pas possible de faire dans les délais fixés. Il vise donc essentiellement à identifier et à mesurer les différents coûts afférents à la production de l’électricité électronucléaire en France et à expliquer les modes de calcul et les hypothèses retenues pour chacun, même si l’enquête permet aussi de faire quelques recommandations regroupées à la fin du présent rapport, dans la conclusion générale. Ne traitant que les « coûts » liés à la production d’électricité nucléaire, le présent rapport ne fait aucune analyse des « prix » de cette                                                  2 L’article 47-2 de la Constitution prévoit notamment que la Cour des comptes «le contrôle de l’exécution des lois deassiste le Parlement et le Gouvernement dans finances et de l’application des lois de financement de la sécurité sociale ainsi que dans l’évaluation des politiques publiques. » S’agissant de l’assistance au Gouvernement, l’article 132-5-1 du code des juridictions financières précise : «Le Premier ministre peut demander à la Cour des comptes la réalisation de toute enquête relative à l’exécution des lois de finances, à l’application des lois de financement de la sécurité sociale ainsi que de toute enquête sur la gestion des services ou organismes soumis à son contrôle ou à celui des chambres régionales ou territoriales des comptes. » (article introduit dans le code des juridictions financières par la loi n° 2011-1862 du 13 décembre 2011 relative à la répartition des contentieux et à l’allègement de certaines procédures juridictionnelles).
 
12
COUR DES COMPTES
électricité, notamment des tarifs qui financent les coûts. Il ne traite pas de l’évolution de la demande d’électricité ni du « mix » énergétique, contrairement aux exercices de prospective menés dans d’autres enceintes. 
Organisation et méthodes de travail Les procédures habituelles de la Cour ont été appliquées, notamment en matière de collégialité et de contradiction, mais une organisation particulière a été mise en place afin de pouvoir respecter le calendrier imparti et réunir les compétences nécessaires pour traiter un sujet à la fois scientifique et technique, financier et comptable. Outre une équipe d’une quinzaine de rapporteurs qui ont consacré environ 4 mois chacun à ce rapport, une formation inter-chambres spécifique a été constituée pour suivre ces travaux. Elle s’est appuyée sur les avis d’un groupe d’experts (composition en annexe 3) qui n’appartiennent ni à l’administration en charge du nucléaire en France aujourd’hui, ni aux entreprises et opérateurs concernés, mais qui connaissent bien le sujet et présentent une grande diversité de compétences (scientifiques, économistes, ingénieurs, etc.) et de points de vue. Les commentaires des membres de ce groupe ont aidé la Cour à mieux définir le sujet, à éviter des erreurs techniques et à vérifier la bonne compréhension de ses conclusions.  La formation inter-chambres a également procédé à des auditions (annexe 4), avec le souci d’entendre toutes les parties prenantes, notamment pour préciser la pertinence du questionnement, comme le suggérait la lettre du Premier ministre. C’est la raison pour laquelle des auditions ont été organisées avec des ONG du secteur de l’environnement et des organisations syndicales. Les autres auditions concernent les responsables de l’administration, ceux des opérateurs et des organismes de recherche concernés.  
Principes méthodologiques Les débats que suscite, depuis de nombreuses années, la question du « coût du nucléaire » montrent la nécessité de définir précisément le périmètre de l’étude et les méthodes utilisées pour définir chaque élément de coût.
Définition du périmètre de l’enquête L’enquête porte uniquement sur le coût de la production de l’électricité nucléaire en France :
 
INTRODUCTION 
13
%  exclut donc les coûts relatifs au nucléaire militaire ;e lle % en matière d’activités nucléaires civiles, les activités relatives à l’électricité sont les seules examinées, en dehors des usages industriels ou médicaux ; % parmi les activités du secteur électrique, seule la production est retenue, ce qui conduit à ne tenir compte ni du transport ni de la distribution d’électricité, activités nécessaires quelle que soit la forme de production, même si le mode de production de l’électricité a des conséquences sur les réseaux de transport et de distribution. Les coûts de production de la filière électronucléaire en France ont été mesurés, en se plaçant du point de vue du citoyen français qui, à travers les tarifs mais aussi les impôts et taxes, finance ces coûts soit directement, en tant qu’usager, soit indirectement en tant que contribuable, puisque l’Etat est d’abord propriétaire puis actionnaire très majoritaire d’EDF, seul producteur français d’électricité nucléaire sur le territoire national. Il ne s’agit donc pas de calculer le coût « pour EDF », ni pour les autres acteurs de la filière ; on verra que cette différence de point de vue explique les diverses méthodes utilisées pour calculer une partie des coûts.
Identification de tous les éléments de coût, passés, présents et futurs Dans une démarche didactique, les dépenses qui concourent à la production d’un kWh nucléaire en France aujourd’hui ont été identifiées à partir d’un découpage temporel, qui permet de comprendre comment, à travers les différentes séquences successives, un coût global peut être mesuré. On distingue par conséquent :
% les dépenses passées qui sont constituées essentiellement par les investissements dans la construction des installations nucléaires mais aussi dans les activités de recherche et développement ; % les dépenses courantes actuelles qui sont de deux types : les charges d’exploitation actuelles des centrales (personnel, combustibles, consommations externes, etc.) dont une partie est directement liée à la quantité d’électricité produite ; les dépenses « d’accompagnement » des activités de production nucléaire, notamment en matière de recherche, mais aussi de tutelle, de sécurité et de transparence ; % parmi lesquelles on distingue, d’une part, lesles dépenses futures, dépenses liées aux conséquences de la production actuelle mais qui ne seront effectives qu’après celle-ci (démantèlement des centrales, gestion du combustible usé et gestion à long terme des déchets),
 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.