Les enjeux du renouvellement urbain durable. : Rapport_final

De
Le Commissariat a mis en place une plateforme d'échanges dont l'objet est de "conduire une réflexion sur les moyens de mettre le développement durable au coeur des stratégies et des projets de requalification urbaine". Ce groupe de travail a réuni différents représentants des institutions et associations issues de la politique de la ville et du développement durable. Ce travail a débouché sur une série de recommandations visant à :
- faire émerger une politique nationale de renouvellement urbain durable articulant les différentes politiques de rénovation urbaine et de développement urbain durable aujourd'hui relativement cloisonnées ;
- améliorer la cohérence des modes d'action au service du renouvellement urbain des territoires à travers entre autres le renforcement du rôle des intercommunalités dans la mise en oeuvre de véritables stratégies dans ce domaine ;
- soutenir les initiatives locales contribuant au développement durable indépendamment des projets de rénovation urbaine.
Bailly (E), Bonetti (M), Charreyron Perchet (A), Llorente (M), Tual (M). Marne La Vallée. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0070773
Publié le : samedi 1 janvier 2011
Lecture(s) : 82
Source : http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0070773&n=4257&q=%28%2Bdate2%3A%5B1900-01-01+TO+2013-12-31%5D%29&
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins

U iversité Paris Est
Labor toire de S ciologie U baine Gén rative




RE HERCHE‐D VELOPPEM NT EXPLO ATOIRE SU LES DEMA CHES DE D VELOPPEMENT
DUR BLE MISES N UVRE ANS LES O ERATIONS E RENOUV LLEMENT RBAIN : AP UI AU
CGDD DANS LANI ATION ET L CAPITALISATION DES RAVAUX D UNE PLATE ORME DE HANGES





« DEVE OPPEME

NOT STRATE IQUE

T DURA

LE ET RE UALIFIC



apport Fin l
Août 2011

ichel Bon tti
élanie Tu l
arie Llore te
Emeline Bai ly

Délégation u Développe ent Durable
Notificatio DAS dossier n 10DDDS00

TION U

BAINE
»

1


Le Com issariat au Développe ent Durabl (Délégatio au Dévelo pement Durable) a mis en place
une pla eforme dé hanges dont lobjet est de « conduire une réfle ion sur les moyens de ettre le
développement dur ble au cur des straté ies et des p ojets de re ualification urbaine ».
Ce groupe de trav il a réuni ifférents représentants des princi ales institu ions et associations
issues de la politiq e de la vill et du dév loppement durable (SG‐CIV, ANRU, CDC, ACSE, Villes et
Banlieu , IRDSU, Pr fession Ba lieue, MEE DM/Agend 21) et audi ionné plusi urs experts dans ces
domain s. Les réfle ions du gr upe ont ég lement ét alimentées par les tra aux du CS B sur les
concept ons du dév loppement urbain dur ble, lévalu tion des P ojets de Rénovation Urbaine, et
les strat gies de ren uvellemen urbain dur ble de gran es villes.
Ces réflexions ont fait appara tre la néc ssité dinsc ire les pro ets de développemen durable
(notam ent les pro ets déco‐q artiers) da s des strat gies de ren uvellement urbain à une échelle
intermé iaire entr le quarti r et la ille et lin érêt de p omouvoir une conce tion du
développement ur ain durable fondée su « lactivati n du pote tiel urbain des sites e de leur
environ ement »
Ce trav il collectif débouché sur une série de sreco mandatio visant en premier lieu à faire
émerge une polit que nationale de ren uvellemen urbain d rable artic lant les di férentes
politiqu s de rén vation ur aine et de dévelop ement du able aujo rdhui relativement
cloisonnées, améliorer la cohérence des modes dacti n au servic du renou ellement u bain des
territoir s à travers entre autr s le renfor ement du ôle des int rcommunalités dans la mise en
uvre e véritable stratégies dans ce domaine et s utenir les initiatives locales contri uant au
développement dur ble indépe damment des projets d rénovatio urbaine.

Abstr ct

The Office of the G neral Com issioner f r Sustainable Develop ent has set up a working group
gatheri g key stake olders (ins itutions an non for profit associa ions) in the fields of sustainable
development and u ban renew l aiming at thinking a out ways t put sustainable develo ment at
the hea t of urban r newals str tegies and rojects.
Experts rom different institutio s and the STB have c ntributed t provide th working g oup with
thinking material including CST s work on sustainabl urban dev lopment strategies of big cities
regardi g urban ren wal, appraisal of urban renewal pr jects in soci lly deprive areas.
The wo king group as brought into light th need for d veloping p oper urban renewal str tegies at
an inter ediary lev l between eighborho d and the c ty levels,th t would include projects such as
eco‐ .red velopment It has also identified  he urban p tential of s tes and the environme t as the

ground rinciple of i s concepti n of sustain ble urban evelopmen .
This collective grou has led to he definition of several recommen ations including: the el boration
of a nat onal policy or sustaina le urban re ewal, a be ter linking etween the different sustainable
urban r newals st keholders, institutions and tools, especially y promoti g a suprac mmunal
governance, and fin lly the sup ort of local initiatives al ng urban r newal proj cts.

1

1.

Context

et fondement de la

latefor

2

e déc anges nitiée

Le Com issariat au Développe ent Durable a mis en place une lateforme échanges ssociant
différen s acteurs SGCIV, AN U, ACSE, DC, IRDSU Profession Banlieue) dont lobje est de
« conduire une réfl xion sur les moyens de ettre le développeme t durable a cur des tratégies
et des projets de re ualification urbaine ». ette réflexi n sinscrit notamment ans le prolongement
de la Charte de Lei zig de 2007 qui réaffir e les trois imensions urable (jus ice et équit sociale,
environ ement viable et écono ie durable t qui surto t met laccent sur linté ration des olitiques
urbaine et sur la nécessité dac order une ttention sp cifique aux uartiers dé avorisées.

Dans le adre de la lateforme, a réflexion ngagée a v lontaireme t cherché à élargir le p isme des
seuls q artiers pla és en géo raphie pri ritaire et saffranchir des disp sitifs existants pour
réfléchi à des no veaux mod s daction. Elle sest ourrie détudes et de réflexions en cours
restitué s par les p rticipants e a été enric ie dexpéri nces françaises et internationales. insi, des
échang s ont eu lie sur les poi ts de reco vrement et de divergence entre la olitique de la ville et
le dével ppement durable et sur la place d volet socia dans les A endas21. L réseau interrégional
dappui aux Projets Urbains Int grés (PUI) été prése té ainsi qu le programme URBAC , la grille
RST 02 u CERTU, etc.

En com lément de es apports, le CSTB a recueilli et s nthétisé lexpérience d s participa ts sur la
base d ntretiens t de note et la en ichi dexpé iences fra çaises (Roubaix, Bègle , Seclin,
Bayonn ) et interna ionales (Va couver, St ckholm, Manchester) d renouvelle ent urbain durable.
Nous s mmes également rev nus dans l rapport i termédiair sur la délimitation d champ
daction que reco vre le ren uvellement urbain du able, sur la manière dont les e jeux de
développement dur ble ont été pris en co pte dans le projets de rénovation rbaine pro us dans
le cadr de la politique de la ille, ainsi que sur les onceptions qui sous‐tendent les p ojets de
développement ur ain « durable ». Face à ces consta s, nous av ns propos une conc ption du
développement ur ain durable fondée su « lactivati n du pote tiel urbain des sites e de leur
environ ement », qui nest pas sans rappeler certains principes du « développement en ogène »,
selon lesquels le d veloppement économique repose sur lactiv tion des ressources di ponibles
localem nt. Elabor e et expé imentée p r notre L boratoire, ette appr che nous mène à
considé er que le développem nt urbain durable sins rit nécessa rement da s des dém rches de
renouv llement urb in.

Les poi ts forts des échanges de cette plateforme ain i que la co tribution d CSTB sont restitués
dans le rapport inti ulé « les e jeux du re ouvellemen urbain du able, qui s mpose don comme
lorient tion probl matique r tenue. La présente note strat gique prés nte une érie de
recommandations e différents niveaux p ur favorise le dévelop ement de éritables projets de
renouv llement urb in.

2

2.

3

Préconi ations visant à favo iser le dével ppeme t du
renouv llement urbain urable

2.1‐F ire émer er une p litique nationale e renou ellement urbain d rable
Les poli iques et ré lisations e matière d renouvell ment urbain souffrent dun éclate ent qui
engend e une mise n uvre c mplexe et n limite limpact en ter es de dura ilité. Pour allier ces
manques, il nous se ble nécessaire dagir à différents iveaux. En amont, au ni eau de lél boration
des poli iques nationales, il fau sortir dun approche sectorielle ui sépare olitique de a ville et
politiqu s de lamé agement du territoire et trouver des articul tions pour favoriser la mise en
uvre t la durabilité des proj ts. Au nive u de la con eption des projets, il n us paraît n cessaire
daméli rer la prise en compte des territoi es de diffé ents niveaux (quartier, portion de ille, ville,
agglom ration) dan lesquels s inscrivent l s projets p r le biais de lélaboration de stra égies de
renouv llement ur ain durabl qui peuve t aussi êtr un moyen de pérenni er ou prol nger les
démarc es engagé s dans le ca re dun pr gramme n tional. Per ettre lévolution des u ages des
territoires en reno vellement onstitue u autre critè e de durabilité des inv stissement réalisés
selon u e approch en terme de coût g obal tout comme la p ise en compte de la dimension
économique. Lélab ration de c s stratégies coordonna t plusieurs olitiques p bliques no s semble
pouvoir être menée de manièr optimale à léchelle lein ercommun. Enfin, u effort doi être fait
pour co bler les déficits en matière dingé ierie de pr jet de cert ines collec ivités local s afin de
valorise et permett e le dévelo pement du able des co lectivités lo ales même défavorisée .

Articule les politi ues de ré ovation ur aine des uartiers d abitat soc al et les olitiques
damén gement du territoire t uchant au r nouvellem nt urbain urable
A léch lle urbaine, les politiq es publiqu s actuelles qui contri uent au re ouvelleme t urbain
sinscriv nt principalement dan le champ de la rénov tion urbai e et de la ille durable. Le plan
daction Ville durable élaboré ar lEtat e 2008 a vo ation à su citer la réalisation de ouvelles
opérati ns et comp end trois principales ini iatives : les oncours Ec Quartiers, le projet des EcoCités
et lap el à projets transport collectifs. Ce sont a tuellement les conco rs EcoQua tiers qui
mobilis nt le plus g and nombr de collecti ités et con tituent la ajorité des réalisations actuelles
en matière de ren uvellemen urbain. D ns les périmètres de la politique de la ville ce sont
essentiellement les rojets de R nouvellem nt Urbain ( RU) instigu s par lANR .
Pourtan , ces deux politiques sont élabo ées et conduites de anière dis ociée alors quelles
pourrai nt senrichi mutuellem nt.
Ainsi, la politique d la ville a p u intégré l s enjeux te hniques en ironnementaux mais e le a joué
un rôle ionnier dans la prise en compte da tres enjeu du dévelop ement dur ble :
‐ la mise en uvre de pr jets intégré de développement urbain (articula t les enjeu urbains,
echniques, économiqu s et sociaux),
‐ laméliorati n de la gou ernance d s projets et la mise en uvre de démarches de conduite
e projet f ndées sur la coopéra ion entre les partenaires et la c ncertation avec les
habitants,
‐ la prise en compte d certains enjeux urbains du développement durable (in égration
urbaine de quartiers, requalification du pat imoine im obilier, d s équipem nts, des
infrastructu es existant s et des espaces paysag rs, amélior tion de la g stion urbai e).


1 Par pol tiques de la énagement du territoire, on entend le politiques a ant un impa t en termes e
renouvellement urbai des villes, h rs secteurs olitique de la ville.

3

4

Inverse ent, la remière v gue décoquartiers et laccent sur les enjeux techniques
environ ementaux (économies dénergie, estion de eau et de déchets, développem nt de la
biodiversité) et moi s sur la pris en compt des enjeux urbains et s ciaux :
‐réalisation e projets e extension rbaine san réelle artic lation avec leur enviro nement,

oire relativ ment enclavés,
‐bsence de oncertatio avec les riv rains,

‐non prise e compte du « potentiel rbain » de lenvironne ent,

‐réflexion li itée sur la conception des espaces ublics et su le fonctionnement soc al urbain

énéré par l s formes u baines,
‐ffets prob ématiques des forme architectu ales visant à amélior r les perf rmances

nergétiques (façades et pignons aveugles ur rue, u banisation en peigne, voieries
urdimensi nnéesetc) sur lanimation urbaine.
Néanm ins certain écoquarti rs constit ent de vé itables pro ets de ré ovation ur aine de
faubour s ou de fri hes industri lles (exem le du proje de lUnion Roubaix) u visent à c ntribuer
au reno vellement rbain de le r environn ment (cf. la ZAC de Bonne à Greno le, le projet de lARC
Nord Es à Reims).
Ces deu politiques agneraient donc beauc up à être a ticulées afi que :
‐lon nait p s des démarches différ ntes voire ontradictoi es dévelop ées parfois dans les

mêmes ville ,
‐les savoir‐fa re dévelop és dans cha une delles soient transférées de l ne à lautre

‐la politiqu de dével ppement des éco‐quartiers pui se pleine ent bénéficier des

nseignements de la politique de la ille (y com ris de ses e reurs).
Ainsi, il aut veiller à :
proposer d s espaces paysagers ou des voieries qui e soient p s surdime sionnés,

répondent ux attentes des habitan s, et contri uent à ren orcer la pré ence de la ature en
ille tout en générant u entretien aisé pour les services de la ville ou le bailleurs,
‐rganiser la mobilité et les réseaux iaires tout n assurant le désencla ement des uartiers,

poursuivant ainsi lobje tif majeur d la politiqu de la ville,
‐iser lintég ation urbai e de ces qu rtiers.

Concev ir des proje s de rénov tion urbain et décoq artiers qui intègrent ans une str tégie de
renouv llement urb in durable des territoi es dans les uels ils son implantés
Les PR visent lintégration urbaine des quartiers Ils favori ent effectivement lo verture,
larticul tion des quartiers av c leur env ronnement immédiat, sans garan ir pour au ant leur
intégrat on urbaine Lévaluati n de la qu lité urbain de 10 PR que le C TB vient d réaliser
montre que leffica ité des acti ns conduit s est limité par le fait ue général ment ces rojets ne
sinscriv nt pas dan des straté ies de reno vellement rbain durable des territ ires dans l squels ils
sont im lantés. Ces territoires corresponde t à la ville, mais aussi une échell intermédi ire entre
quartier et ville.
Souvent, les quarti rs bénéfici nt de ces rojets de rénovation sont effectivement requalifiés et
restruct rés, mais environne ent dans lequel ils s situent peut être lui‐ême déq alifié ou
déstruc uré (friche industrielles, entrées de villes où saccu ulent des bâtiments activité
hétéroclites dégrad s, de grand s emprises routières d voies expr ssetc) et e pas offrir de pôles
durban té et de ser ices sur les uels ils pui sent sétay r. Cet envir nnement r présente s uvent un
gâchis f ncier, dans la mesure ù il compr nd de nom reuses fric es, des dél issés urbai s ou des
espaces résiduels.

4

5

Les éco uartiers p sent aussi roblème d ce point e vue. Certains sont d fait des p ojets de
rénovat on urbaine (cf supra), ais dautre constituen des exten ions urbain s sans réel lien avec
leur en ironnemen , alors que celui‐ci pourrait être r qualifié et ensifié. De plus, les p ojets qui
visent l renouvell ment de riches urbaines ou in ustrielles s nt parfois conçus de manière
autocentrée, sans chercher à développe linterface avec leur environne ent, sans efforcer
dappor er des équipements ou des services aux habit nts de cet nvironnem nt. Ils pâtis ent eux‐
mêmes en retour de la déqualification e leur env ronnement, notamme t des voie qui les
rattach nt au centr ville.
On voit donc tout l bénéfice q e représen erait linscr ption des projets de ré ovation ur aine des
quartiers de la politique de la vi le ou des é oquartiers ans des str tégies de r nouvellement urbain
des ter itoires dan lesquels il sont impl ntés. Celle‐ci permet raient darticuler les p ojets de
renouv llement ur ain avec es projets daméliora ion de la ualité de leur environnement
(requali ication des espaces pu lics et des paysages, d nsification, développe ent déqui ements,
dactivit s économi ues et com erciales).
A ce titr , la monté en charge une secon e génération décoquartiers majori airement si ués dans
des zones de renouvellement urbain peu constitue un levier. On pourrait imaginer des éco‐
quartiers « éclatés , composés de différentes opérati ns dissémi ées dans d s territoire qui ont
une cer aine cohérence et contribuant ainsi à requalifie et à densifi r ces territ ires, en y i plantant
notam ent de petits pôles déquipements t de service bien choisi .
Inciter l s acteurs concevoir des projets fondés sur la valorisa ion de les ace, lacti ation du
potenti l urbain de sites et de eur environ ement et l enrichissement en reto r de ce pot ntiel
Dans ce te perspect ve consista t à intégrer les projets écoquarti r ou de rénovation urb ine dans
le cadre de stratégi s de renou ellement u bain des te ritoires, no s avons proposé une c nception
du développement rbain dura le fondée ur la valorisation de le pace et la tivation du potentiel
urbain de lenvironnement et lenrichissement en retou de ce pote tiel.
Il sagit tout dabor de consid rer lespac comme u bien rare t précieux et de le valoriser au
mieux. Cela implique concrèt ment dex loiter les élaissés urbains, de éduire les emprises
routières, dexploit r les dents creuses et e densifier dans la m sure du po sible le tis u urbain
e stant
xi
Il sagit ensuite de prendre en compte le otentiel géographique, économiq e, déquipements et
dinfras ructures, le potentiel c lturel et d istoricité, le potentiel d interaction sociales et paysager
de lenv ronnement et de favoriser la requalification de ce potentie et laccessi ilité à ces léments.
Au lieu e créer de nouveaux équipements, de nouveaux aménag ments paysagers, cela onduit à
requalifier lespace public et l s équipem nts existants, éventue lement en les réaffect nt à de
nouvea x usages et à favoriser l ur mutuali ation.
Mais cela conduit ussi à ass cier les ri erains à la conception dune nou elle opéra ion et à
sinterr ger sur les aménités ue cette pération p ut leur apporter, à s interroger onc sur
lenrichi sement d potentiel urbain du site et de lenvironn ment auq el lopérat on peut
contrib er.
Cette c nception p se les final tés des pr jets urbains durables e amène à onsidérer l s enjeux
techniq es environnementaux comme d s contrain es qui doivent être intégrées ans ces
démarc es et non pas comme des objectifs en soi. ans cette perspective il est néce saire de
prendre en compte e potentiel physique et climatique es sites (sol, vent, tem érature, dis onibilité
en eau etc) et dad pter les techniques environnement les en conséquence.
Il convi nt égaleme t dêtre at entif à créer les conditi ns permet ant de facil ter lévolutivité et le
développement ultérieur de ces territoires.

5

6

Les pou oirs public pourraient inciter les acteurs à co cevoir les rojets de d veloppeme t urbain
durable en sappuy nt sur une telle problé atique, voi e à poser d s exigences pour quils rennent
en com te ces obje tifs.

Veille à ce qu le développeme t écono ique ne oit pas l parent pauvre
des pr jets
De lévaluation de l qualité urb ine menée en 2011 par le CSTB sur 10 PRU, il r ssort que la question
du dév loppement économiqu nest pas un sujet pr oritaire pui quil est tr ité de ma ière très
marginale dans le conventio s ANRU, u mieux à travers la question e la (re)vi alisation
comme ciale. En te mes de dév loppement durable, ce te situation révèle la prise en comp e limitée
du pilier économi ue. Ceci nest dailleurs pas sur renant pui que « lact on écono ique » a
longtemps été pens e à part au sein de la politique de l ville, ce q i nenlève rien à leffort consenti
en term s de moye s, à travers un arsenal impressionn nt de dispositifs de soutien à la for ation, à
linserti n et à la cr ation dent eprises. No re propos n est pas ici de discuter d leur effica ité, mais
de souligner là encore, à lins ar du Rapport de pro ositions à l politique de la Ville dopté à
lunani ité par la C IP (août 2 08), quune des conditi ns du succ s est « lobligation de ener de
front u e approch économiq e, sociale t urbanisti ue ». Plus énéraleme t, notre e périence
montre que le pilie économiq e a tendan e à être traité indépen amment d s autres piliers dans
les projets de ren uvellement alors quo sait com ien larticulation des ifférents piliers est
essentiel en termes e durabilit .
Cepend nt, certains projets de enouvellem nt urbain s nt particulièrement co vaincants n termes
dappro he intégré du renouvellement urbain. Le qu rtier de l nion à Rou aix par ex mple ne
cible p s dun côt lhabitat u de laut e le dével ppement conomique ou bien e core les
transpo ts, mais a ticule les ifférentes ynamiques urbaines, la fois s cio‐résiden ielles et
économiques à luvre sur le territoire et à ses différen es échelles. Surtout, il valorise les r ssources
locales xistantes, en particulier les savoirs‐aires historiques (dans le textile essentiellemen ) afin de
créer des emplois non délo alisables. utrement it, lUnion opte pour une stra égie de
différen iation, en réant des activités à h ute valeur‐joutée aut ur des filiè es image e textiles,
pour co tourner le champ des activités pl s concurre tielles dans lequel elle a peu de c ance de
simpos r face aux coûts sala iaux plus f ibles des ays émerg nts. Il y a donc une r cherche
dadéquation entre le type dac ivités écon miques dune part, et les savoirs‐f ires locaux ainsi que
la main uvre dis onible sur l territoire.
Ce site ffre également des op ortunités p ur des entr prises néc ssitant des mprises pl s vastes,
notam ent la distri ution et la ente à dist nce. Divers secteurs d ctivités son ainsi présents sur le
site et irent ainsi arti des di férents niv aux de qu lification p ésents sur le territoire Limage
industri lle a donc considérabl ment évol é et le sit sinscrit d ns une dynamique éc nomique
renouv lée qui che che à parti iper au ray nnement r gional et e ropéen, d fait de sa roximité
avec la étropole lilloise et de l Belgique. ais cela ne sest pas fai sans une démarche d ctivation
de ce p tentiel économique gr ce à une ambition pol tique très ffirmée, la mise en place dune
gouvernance origin le, la créati n dun pro ramme da cueil et entda compagne des en reprises,
etc. En outre, la utualisatio des équi ements est constamm nt présente, quil sa isse des
équipe ents (park ng silo :m ltifonctions parking oitures, vélos, stocka e deaux e pluie,
pannea x photovoltaïques, etc.), des servic s (crèche) ou des espaces verts.
Perm ttre lin cription des stra égies d renouv llement urbain ans le
temps long
Cette re ommandation est fond e dune pa t sur limpo tance de la prise en co pte du lon terme si
lon veu assurer la urabilité du développe ent et dautre part sur n constat r levé auprè de villes

6

7

comme Mancheste et Stockholm qui évoquent leu volonté d rompre vec un système de
progra mes natio aux de re ouvellement urbain q i intervien ent de manière ponc uelle, se
succèdent les uns autres, et dont les effets ne durent ouvent pas beaucoup lus que le emps du
progra me. Ce con tat nest pas éloigné de celui des a teurs français de la poli ique de la v lle ou de
la rénovation urbaine après trente ans dint rvention dans les quartiers en diffic lté.
En réponse à ce p oblème, la ville de M nchester a ticule projets de reno vellement rbain et
projets e territoire en les inscrivant dans l cadre dun « vision » u développ ment du t rritoire à
trente ans. Stockho m répond à cet enjeu e pérennis tion des m sures de renouvelleme t urbain
dune z ne urbaine n les insér nt dans le f nctionnem nt habituel des services de la ville plutôt que
de crée des dispositifs spécifi ues. A Van ouver, les rojets de r nouvellem nt urbain e la ville
sinscriv nt dans un stratégie e renouvellement en p usieurs temps, au long cours, sur plus de 10
ans. En France, lA RU se pos la questi n des mod lités du re our dans l droit commun des
quartiers ayant fait lobjet dun RU.
Cette p ise en compte de la d mension temporelle « ongue » dans la conce tion des p ojets de
renouv llement ur ain impliq e aussi d concevoir des proje s évolutifs dans le t mps qui
permettent de sad pter aux é olutions d la ville (d nsification, phénomèn s de dépris ) mais
aussi aux évolution sociétales vieillissement de la po ulation, ré uction de l taille des énages,
par exe ple).
Veille à ce que les pr jets pré oient de aména ements t constr ctions
adapt bles et utables ans le t mps sel n une ré lexion e termes e coût
global
Le développement durable vis avant tou à se préo cuper des ncidences futures des décisions
prises e des nouve ux aménag ments mis n uvre de manière à e pas obér r lavenir. L s projets
de ren uvellement urbain consistent à r qualifier d s espaces égradés et à les adapter à de
nouvell s exigences mais il faut veiller à ce uils nentr inent pas à leur tour une dégradati n rapide
des am nagements réalisés et quils ne crée t pas des o stacles aux évolutions utures.
Par exemple, les rands ens mbles mai égalemen les tissus de faubo rg ou les quartiers
pavillon aires ont ouvent été construits en limite urbanisati n des ville et conçus de telle
manièr quils ont loqué tout possibilité de dévelop ement urb in ultérieu . Il importe donc de
favorise les démar hes qui ont le souci de énager de possibilité de dévelo pement ur ain futur
à des oûts limit s. A une chelle plu fine, la ertinence conomique des opérations de
renouv llement urbain se juge ussi à ladaptabilité de bâtiments t des espa es conçus à dautres
usages ans le fut r (ex. : tra sformation agrandiss ment). U critère important co cerne la
possibili é de trans ormer un âtiment o un équip ment sans avoir à tra sformer à nouveau
lorgani ation urbai e (trame vi ire par exe ple).
Il paraît également écessaire de prendre e compte le contrainte et mes co ts de gestion dans la
concept on et la requalification es bâtime ts et des es aces publics pour assu er leur pérennité. En
favorisa t les dém rches de c nception q i prennent en compte les contraintes et les coûts de
gestion (démarches en termes de coût gl bal), on réduit global ment les c ûts et on ssure la
pérenni é des inves issements, la durabilité des aména ements. C s démarches nécessite t que les
gestion aires soien associés à la concepti n des proj ts et que l s pratiques des habita ts soient
mieux p ises en co pte.

Aider es collec ivités loc les souf rant dun déficit e ingénie ie de pro et
Le système des app ls doffres t autres appels à proje s qui tend se général ser aujourd hui dans
les do aines touc ant au re ouvelleme t urbain t au développement urable favorise les
collecti ités locales isposant d s ressources humaines et financièr s les plus i portantes. Ainsi, les
plus gr ndes villes de France sont‐elles urreprésen ées dans les réponse à lappel à projet
7

8

« urbanisme durabl » lancé par lANRU en 2008. Ce s stème a p ur travers e laisser d côté les
initiativ s menées par des colle tivités disp sant de m yens plus r duits, de m ttre lacce t sur des
projets spectacul ires » au d triment de projets plu simples tout aussi du ables, mais aussi de
contraindre la mise en place des projets de renouvelle ent urbain durable da s les collec ivités les
plus dé unies.
Il nous emble don important de prendr en compt cette que tion des di ficultés de certaines
collecti ités locales en matièr dingénierie de proj ts, en pro osant par exemple u soutien
extérieur temporai e pour pe mettre aux communes plus dém nies délaborer des p ojets de
renouv llement urb in durable t faire part de leur exp rience. Cet e recomma dation sin crit dans
la droit ligne du Pacte de Solid rité Ecologique qui con tate que « les villes petites et moy nnes ont
2
besoin un appui t chnique po r définir le r stratégie e développ ment .
»

Donn r davant ge de poids aux E CI dans l s dispos tifs de g uvernan e de la
politi ue de la ville et de la ré ovation urbaine pour un approc e plus
durab e des ter itoires
La cont actualisatio et le cara tère transv rsal de la p litique de l ville confèrent une importance
particulière au mod de gouver ance et po ent la ques ion du pilotage de lact on publiqu dans les
quartiers en difficu té. Celle‐ci est portée par deux a ences nati nales disti ctes pour l s volets
urbain ( NRU) et s cial (ACSE) selon un sy tème dap els doffre t de contr ctualisation avec les
collecti ités locales, chargées d la mise en uvre.

Cest donc à ces de nières que evient le r le de const uire de la c hérence et délaborer n projet
solidair . Il nous se ble que le Etablissem nts Publics de coopération Intercommunale (EPCI) sont
situés à une échell pertinent pour jouer ce rôle d pilote et ensemblie du développement
stratégi ue des territoires, en lien avec l s commun s concernées, car ils emblent le seuls à
pouvoir développer une vision tratégique u territoire permettan de réaliser lintégratio urbaine
des qu rtiers, inté ration qui épasse gé éralement les frontièr s commun les. Il nou semble
égalem nt nécessaire de palli r le déficit de reconnaissance des intercommunalités au sein des
systèmes de gouve nance des RU alors m me que le r rôle en atière de c nduite de rojet est
souvent important ( t cautionn par lANRU ).
Plus en ore, léchelle de lagglo ération si pose dans la mise en uvre de la solidarité t rritoriale
par‐delà les « égoï mes communaux4 », d la mutualisation des moyens5 e du développement
durable. Lorganisa ion des s rvices pub ics environnementaux et lexerci e de compétences
stratégi ues dans aménagement de lespace, lorg nisation d s transports, les polit ques du
logeme t tendent n effet à hi ser linterc mmunalité au rôle da teur « pivo » des poli iques de
développement dur ble. De trè nombreux EPCI se so t notamme t engagés ans la réali ation de
chartes de lenviro nement, d chartes p ysagères, dAgendas 2 et un pui sant mouv ment se
dessine actuelleme t en faveur es plans cli at territoriaux.
On ima ine dès lors comment la contract alisation d s PRU à l chelle inte communale pourrait
permettre de les i tégrer da s des proj ts de terri oire interc mmunaux en articulation avec
dautres dispositifs n faveur de lenvironne ent mais aussi de la p litique de la ville (CUCS) de façon
à garantir la cohére ce des politiques mené s sur les te ritoires.
Les co munes et l s EPCI po rraient alo s contractu liser sur la base dun projet loca quelles
auraien défini ensemble dans le cadre des orientation préconisé s par lEtat à léchelle ationale.

2http:// ww.developp ment‐durable.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport‐3. df (p.16)
3 La néce sité de renfor er la coopération intercomm nale, notamment en Île‐de‐rance a été so lignée dès 20 8 dans le
rapport d Comité déva uation et de s ivi de lANRU intitulé Condui e les projets A RU à une éch lle pertinente.
4 Desjardins X., Duret ., Tual M. A énager la m tropole parisi nne. Commen les intercom unalités fran iliennes se
saississen‐elles des pol tiques dhabit t pour construire une solid rité territoria e ?, rapport d recherche P CA, Paris,
Novembr 2010
5 IAU, Int rcommunalité et politique d la ville en Île‐e‐France, to e 1, Paris, Avri 2010
8

9

Les acteurs locaux ont en effe placés à l chelle la pl s adéquat pour défin r de façon ine leurs
stratégi s en matièr de dévelo pement so ial et urbai et de « re ise à niveau » des quart ers.

2.2‐A éliorer la cohére ce des odes da tion au s rvice du renouvellement
urbai des terri oires
Lobstacle majeur i entifié au iveau de l mise en uvre des p ojets de re ouvelleme t urbain
découle du caractèr sectoriel des politique nationales. Celui‐ci se raduit par des professionnels qui
travaillent sur des p ojets visan au renouv llement du erritoire av c des form tions et de cultures
différen es (lurbain le social), t utilisent es dispositi s et des ou ils différents. Ces professionnels
manquent dune cu ture partagée et de ré érences co munes. Le formation au renouvellement
urbain urable de territoires apparaisse t alors co me une pportunité pour perm ttre aux
acteurs de lurbain t de la poli ique de la ille de se c nstruire un culture pa tagée et d méliorer
leur col aboration t favoriser la mutualis tion des d spositifs. L s acteurs s nt confrontés à un
nombre pléthoriqu doutils e de disposi ifs qui co pliquent leur tâche, e termes d gestion
adminis rative mais aussi de co duite de p ojet. Les Agendas 21 c nstituent a même titr que les
documents de cad age straté ique des outils éman nt des coll ctivités lo ales en dehors des
politiqu s national s, qui de ce fait peuven jouer ce rôle densemblier et perm ttre de do ner de la
cohérence et darti uler les di férents dis ositifs au s rvice du r nouvellement urbain. n ce qui
concern les dispositifs de conduite de proj ts, plusieur villes euro éennes et ord‐améric ines ont
mis en lace des m sures perm ttant de ré uire les pr cédures de prise de dé ision et de résoudre
la quest on épineus du portag de projet.

Dével pper les formatio s comm nes des rofessio nels de la politiq e de la
ville e de lurb in sur le enouvellement urbain dur ble des t rritoires
Cette recommandation fait dire tement écho à la déma che de la plateforme et aux échang s qui sy
sont te us. Ces pr fessionnels qui travail ent souvent sur les êmes espa es ont souvent des
langage et une cul ure différe te qui con tituent un rein à leur ollaboratio . Le développement
durable constitue ne opport nité de d veloppeme t de pass relles entr les secte rs de la
politiqu de la ville et celui d lurbain a ec à la clé une oppor unité de cr ation dun culture
commu e du renou ellement u bain durable autour de la cohésion territoriale ui pourrait favoriser
des coll borations professionnelles.
Au vu d s évolutions des pratiques professionnelles qu font de pl s en plus a pel à des approches
transve sales, part nariales et selon une approche « projet », c tte préconisation nou semble
particulièrement importante. C la permett ait de plac r le dévelo pement d rable au c ur de la
maîtrise douvrage rbaine, qui peut être éfinie com e « lense ble des missions, port e par la
collecti ité publiqu , de pilotage stratégi ue et de anagemen dun proj t urbain, epuis la
concept on jusquà la mise en uvre »6 et qui donne davantage e place à l fonction mont du
projet u bain et à sa coproducti n à travers es dispositifs de conce tation, part nariats etc. .
Cepend nt il est né essaire de se donner le moyens de cette accul uration, même dans un contexte
de turn ver import nt des act urs. Il exist déjà une ffre de for ation en irection de acteurs,
lEcole e la Réno ation Urbaine7 propose notamm nt une for ation vill et développement
durable qui reste t ès axée sur les PRU. A oter aussi ua été lan é par le mi istère un g and plan
formati n A21 en di ection des ormateurs hargés de f rmer les ag nts de lEta .
Il parait en outre né essaire da opter une ision global des besoi s en format on sur lap roche du
développement dur ble de tout la chaine acteurs pa ticipant au enouvellem nt urbain.


6 Club Ville et Aménage ent sous la di ection de Jean Frébault, La aitrise douvrage urbaine, Ed tions Le Moniteur, Paris
2005
7 rbaine.com/http:// ww.ecoledelarenovation

9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.