Les Français et la biodiversité : une attention de plus en plus soutenue en dépit d'une connaissance encore diffuse.

De

Roy (A). Paris. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0067061

Publié le : mercredi 6 janvier 2010
Lecture(s) : 4
Source : http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0067061&n=7622&q=%28%2Bdate2%3A%5B1900-01-01+TO+2013-12-31%5D%29&
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
COmmSSARA gÉÉRAL A dÉLOPPm dRAL
55 Juin 2010
Les Français et la biodiversité : une attention de plus en plus soutenue en dépit d’une connaissance encore diffuse
Les Français possèdent une connaissance relativement bonne de la notion de biodiversité puisque 6 personnes interrogées sur 10 connaissent la signification du mot. Ils ont en revanche certaines difficultés à identifier les facteurs qui contribuent à l’érosion de la biodiversité : moins d’une personne sur 5 cite les pratiques agricoles intensives ou l’urbanisation. À peine 1 personne sur 10 évoque les modes de vie et de consommation des ménages comme facteur de dégradation. Les Français portent une attention croissante à la sauvegarde des espèces végétales et animales : depuis 2007, ils sont de plus en plus nombreux à la placer parmi les actions prioritaires que l’État doit mener en faveur de la protection de l’environnement. Àche poure rechere  tlbol éutedden cos rvseioat ed  eivtidnsnoib alidoingil ,seua Q indrsveé.itd  erpcé lsgatique recoiser ce  ,noiton al ervu ntsos leel du ande demlaiS xepsrnoen soCgernrttree indre Ss)u,s  léee ruiqfsfea(  0O1Svtasst atsnieimtcte   eqosi rd evta,e rdounteisle se dssnbao sevdr esSr egncai (Crédoc)  6 sur 10 à estimer que la biodiversité comprend égalementinterroge les Français depuis 1994 sur les actions qui doivent être menées en priorité par les pouvoirs  tous les êtres vivants sur la planète (aussi bien dans le publics et les particuliers pour protéger l’environnement. sol, l’air, les mers), y compris les hommes . Déclarer Ces données alimentent le baromètre Crédoc-SOeS de suivi savoir ou pas en quoi consiste la biodiversité influe rela -de l’opinion publique sur l’environnement. À l’occasion de tivement peu sur les réponses données à propos du sens  l’Année internationale de la biodiversité , afin de savoir qu’elle recouvre. Si 67 % des personnes disant savoir ce quelle appréhension avait le public de la biodiversité, ce qu’est la biodiversité y incluent tous les êtres vivants y baromètre a été complété par une série de questions compris les hommes, 53 % de celles avouant ne pas portant spécifiquement sur le sujet. Même si l’environne - connaître le sens du mot donnent la même réponse. ment est l’objet d’une attention de plus en plus clairement D’une manière générale, les caractéristiques socio-exprimée par les personnes interrogées, il est important démographiques (sexe, âge, catégories sociales, revenus, de rappeler qu’en 2010 le chômage, les maladies graves taille d’agglomération, région) ont une influence limitée et la pauvreté sont les sujets qui préoccupent le plus les sur les réponses ; toutefois, on observe pour la question Français, assez nettement devant la dégradation de portant sur la connaissance du mot biodiversité un effet l’environnement. du diplôme et du niveau social. Les cadres supérieurs et les professions intermédiaires, détenteurs en général du ne connaissance diffuse de la notion de biodiversitéou d’un diplôme d’études supérieures, sont plus nom -BAC breux à se déclarer familiers de la notion que les ouvriers  Pour caractériser le niveau d’appréhension qu’ont les et les employés.   Français de la notion de biodiversité, on peut parler d’une c onnaissance diffuse. Ils sont en effet ajone perception approximative déclarer connaître s, mais sdes facteurs de dégradation il s’agit de cte  a été S ’ecer sur biement En %n plus 90ques -7800Ainsi, 5  à la 5400pari -30sur
20 10 0
 BAC(niveau baccalauréat) Diplôme du supérieur
41 27 15
Oui Non Source : Crédoc-SOeS, enquête sur les « Con dit ions de vie   et aspirations des Français », janvier 2010.
Un abordé le sens de la biodiv em sonnes interrogées de se  e sa dégradation. L  révèle une appr jet de la biodiversité à mesur   tionn e ent évoque des dimensions plus quand il s’agit de désigner les différentes biodiversité, 1 personne sur 3 cite en premi tion de certaines espèces animales e égét 10 la diminution de la diversité des milieux
Service de l'observation et des stat iques
www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr
Le Point sur 2010 juin n°55
Quand poen nésveoz-qvuoeu s«  sLuerst oatutte, ivnoteuss  àp lear s obinondeilvleermsietén t »?, à quoi  L’impact des modes de vie sur la biodiversité En %Les modes de vie et de consommation des ménages ne À la disparition de ce(ratnaiimnaeuxs  eetspplaèncteess)33par les Français comme un des facteurssont pas identifiés À la diminution de la diversité des milieux naturelssur la biodiversité. Cependant, quand on pro -de pression 22longe l’interrogation sur ce qui, dans les modes de vie À la dégradation de la qualité de l'air et de l'eau 13des individus, affecte le plus la biodiversité, 4 personnes Au changement climatique 11 Lesinterrogées sur 10 choisissent  déchets produits par chacun . Les transports et les produits consommés À la détérioration de la qualité de vie 10(aliments, vêtements, meubles) sont ensuite mentionnés À la perte de patrimoine naturel (disparition de parcs naturels)4es diquéprattés itiv sca .eL r01sus neonrspe2 r apd ses jéuosrasion des loisirutanslerl à ccos ans lelimix eu la dis rition de certains produits alimentaires À pa ou de médicaments 1seaped sec séque, frion ntatn stropsseuqituaisurto   (esquti suo À une diminution des possibilités touristiques nsnaturels pour la randonnée, usage des motos et deux (moins de voyages, réduction d'accès à certains sites…)roues tout terrain) d’une part, ou la chasse, la pêche et  À d'autres atteintes nsla cueillette de produits végétaux d’autre part sont très Cela ne vous fait penser à rien 4faiblement évoquées (respectivement 3 % et 2 %). Ces 0 5 10 15 20 25 30 35révèlent les difficultés qu’ont les individus àrésultats Note : ns = non significatif. Source : Crédoc-SOeS, enquête sur lesrelier ce qui dans leurs habitudes quotidiennes peut « Conditions de vie et aspirations des Français », janvier 2010.contribuer à la diminution de la biodiversité.
Pour désigner ce qui menace le plus la biodiversité,ne attente de plus en plus forte pour la une certaine hésitation peut également se lire dans lessauvegarde des espèces animales et végétales réponses. Les premières se répartissent autour d’un groupe de 3 facteurs — la pollution de l’air et l’eau (merSi la disparition de certaines espèces animales et et rivières), les catastrophes provoquées par l’hommevégétales1ne fait pas partie des tout premiers sujets de comme les marées noires ou les accidents industriels etpréoccupations des Français en matière d’environnement, l’intensification des pratiques agricoles et de la pêche —ces derniers expriment un intérêt croissant pour cette pour ensuite évoquer dans une moindre mesure l’évolu -question. Quand on leur demande de se prononcer sur tion du climat, l’urbanisation ou les modes de vie et deles problèmes environnementaux qui les préoccupent le consommation des ménages. Ces résultats rejoignentplus, 3 sujets retiennent avant tout l’attention des indivi -ceux d’une enquête « Eurobaromètre » réalisée sur ledus interrogés : le réchauffement de la planète, la pollu -même sujet en février 2010 (voir encadré page 4). Biention de l’air et la pollution de l’eau, des rivières et des qu’identifiée par les scientifiques comme l’une des causeslacs. La biodiversité évoquée à travers la disparition de principales de l’érosion de la biodiversité en France,certaines espèces végétales et animales, est ensuite l’artificialisation du territoire à travers l’urbanisation etmentionnée. On peut noter parallèlement, qu’entre 2007 la destruction des espaces naturels n’est que faiblementet 2010, les préoccupations concernant le réchauffement perçue comme une pression par l’opinion.de la planète ont reculé alors que celles liées, d’une part, à la pollution de l’eau, des rivières et des lacs et, d’autre Parmi les éléments suivants, quel est celui qui, selon vous,part, à l’érosion de la biodiversité se sont accrues. menace le plus aujourd’hui la biodiversité ? On observe des résultats similaires concernant les  En % de l’État en faveur de la protection deactio ttendues La pollution de l'air et de l'eau 26 anstmeelirnvfuahemefeL .cér  planètent de la( ted  e (mers, rivières, etc.)onne n l’effet de serre) a été introduit dans la liste des items sou -Les catastrophes d'origine humaine 20 (par exemple : marées noires, accidents industriels)mis aux personnes interrogées en 2007. Ce changement L'intensification( udtileissa tpiorna tdieqpueestsi ciadgesr,i ctroolpe sd eeptoidsseo nlsa  ppêcêhcéhse )18c no sedts-amet  permoinnéancérpnedé setli ;tstaes dnn as ée evacel ser sélumparaison strictcoe uns pae isortuan L'évolution du climat(augmentation des températures,12se situe la sauvegarde de la biodiversitéter que le rang où augmentation du niveau des mers…)dans la hiérarchie des actions environnementales que les L'urbanisation et la destruction d'espaces naturels 123a is plus de quinz enaénsee tnerl iéarep d9419sO .llic tnaupednoudtnc ioevscd eu vès pa trire liub prsoiuvpoeu t es i Les modes de vie et de consommation des ménages 6la 4eposition, la sauvegarde des plantes et des animaux est ainsi un sujet vis-à-vis duquel l’attente des personnes L'introduction de plantes et d'animaux dans des 4interrogées est très constante. lieux d'où ils ne sont pas originaires Ne sait pas1 Le mot biodiversité  n’est pas utilisé comme tel dans le 2 0 5 10 15 20 25 30baromètre Crédoc-SOeS. Le sujet est ainsi abordé à travers la question deLa disparition de certaines espèces végétales ouSource : Crédoc-SOeS, enquête sur les « Conditions de vie animales . Le terme a en revanche été utilisé dans les ques -et aspirations des Français », janvier 2010.tions spécifiquement insérées en 20 10.
2
Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques
Parmi les problèmes suivants liés à la dégradation de l’environnement, quels sont les deux qui vous paraissent les plus préoccupants ?
En % 50 45 45 40 38 37 35 34 34 33 32 3025262728 225023202119 15 1214 12 12 11 11 10 5 0
Le Point sur n°55 2010 juin
2007 2009 2010
9 10 11 10 10 10 7 8 5 321
Note : * En 2007, le libellé était : « Le réchauffement de la planète (et l’effet de serre) ». ** En 2007, le libellé était : « L’utilisation de technologies non respectueuses de l’environnement ». Source : Crédoc-SOeS, enquête sur les « Conditions de vie et aspirations des Français », janvier 2010.
Début 2010, interrogés sur les actions prioritaires deL’action publique prioritaire pour protéger l’État dans le domaine d tectionl’environnement de 1994 à 2010 ment, les Français placente  llaa  sparuovegarde dde els epnlvainrtoensn eet- Évolution des premières réponses des animaux juste après le trio de tête constitué par la En % lutte contre le réchauffement de la planète (et de l’effet de serre), la réduction de la pollution de l’air et la lutte45 contre la pollution de l’eau. Comme pour le classement40 des préoccupations environnementales, l’évolution entre 2007 et 2010 des attentes à l’égard des autorités publi -35 ques indique également un recul de l’importance accordée30 à la lutte contre l’effet de serre (- 8 points) et la pollution de l’air (- 7 points) au profit de la lutte contre la pollution25 de l’eau (+ 6 points) et de la sauvegarde des plantes et20 des animaux (+ 5 points).15
On notera que les individus les plus jeunes (moins de10 25 ans) se montrent les plus sensibles vis-à-vis de la5 sauvegarde des plantes et des animaux : avec 38 % des0 citations (contre 28 % pour la moyenne des personnes interrogées), ils la classent en seconde position derrière le ction de la pollution de l’air et de l’atmosphèreLa réd réchauffement de la planète parmi les premières préoccu -  uution de la poll eoctnerL aultts decslaesèrt  e sedivirel  ,ua pations environnementales ; ils sont 31 % (contre 21 %Le développement des technologies respectueuses de l’environnement en moyenne) à l’inscrire au second rang des priorités deLa sauvegarde des plantes et des animaux  l’action publique dans le domaine de l’environnement.L’élimination et le tri des déchets La prévention des risques naturels** Si on ajoute à la sauvegarde des plantes et des animauxaLl tue le récte contrmefeufhalae  dntetènalp *el sirqseu sedl La lutte contre erianditrus nieléuc les questions de protection des milieux aquatiques contreLa protection des paysages la pollution et de protection des paysages, le souhait d’uneLa lutte contre le bruit implication des pouvoirs publics en faveur de la sauve -Note :  »* « La lutte contre le réchauffement de la planète a été introduit en 2007. garde de la biodiversité et des milieux naturels (dont les avant la tempête Xynthia qui a ** L’enquête s’est déroulée en janvier 20 10  milieux aquatiques) est de plus en plus net. Ce regroupe -touché la France le 28 février 20 10. « prévention des risques La ment de préoccupations mobilise un tiers du total desnaturels » a été introduit en 2004. réponses avec une hausse modérée mais régulière depuisenquête sur les « Conditions de vieSource : Crédoc-SOeS, 2007 (+ 3 points/an).et aspirations des Français », janvier 2010.
Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques
Le Point sur n°55 juin 2010
Quelles sont, selon vous, les deux actions que l’État doit mener en priorité dans le domaine de la protection de l’environnement ? En % 450546 40 40 38 41 392007 2009 2010 35 34 32 30 29 26 22051720 22 202121  15 14 11 11  10 11 13 8 9 11 1210 10 10 7 8 8 5 0
Note : * En 2007, le libellé était : « Le réchauffement de la planète (et l’effet de serre) ».  ** En 2007, le libellé était : « L’utilisation de technologies non respectueuses de l’environnement ». Source : Crédoc-SOeS, enquête sur les « Conditions de vie et aspirations des Français », janvier 2010. Comparaisons européennesMéthodologie Une enquête Eurobaromètre sur les attitudes des habitantsLes données présentées ici sont issues de l’enquête des 27 pays membres de l’Union européenne à l’égard de la qui est« Conditions de vie et aspirations des Français » biodiversité a été réalisée en février 2010. Elle permet de voirréalisée chaque année par le Crédoc. L’enquête a été comment les Français appréhendent cette question par rap -réalisée en face-à-face, en janvier 2010, auprès d’un port aux autres habitants de l’Union. Les Français sont ainsiéchantillon représentatif de 2 individus âgés de 18 ans 006 78 % à déclarer avoir entendu parler du terme biodiversitéet plus, sélectionnés selon la méthode des quotas. Ces contre 66 % des Européens, mais seulement 36 % affirmentquotas – région, taille d’agglomération, âge, sexe, PCS en connaître la signification (contre 38 % des Européens). Ils(professions-catégories sociales) – ont été calculés ue la mo ed’après le dernier Recensement général de la population sont en revanche plus nombreux (42 %) q yenn Emploidisponible, actualisé grâce à l’enquête « » et au (c2e 8q u%e)  càe dlaé csliagrneirf iee.n avoir entendu parler sans toutefois savoir bilan démographique 2008 de l’Insee. Quand on leur demande ce qui menace le plus la biodiversité,E ruboramotèera Lenquêtevéf reir102  0té ééa rséliene de pays 27  lesadsnno eélhp rét neneéporue noinUl les Français comme les autres Européens citent en premier la diertpae un(en face-eu lieu ivwe s asei tnreap snaaf-àd ec pollution de l’air et de l’eau (30 % contre 27 %) et les catas- trophes d’origines humaines (26 % contre 26 %). Ils sont enuait Llaa  le,niqilbupéRqèhct eula Pue, ne oologR uo ual)ea aminrèupds haécilntsnoltan -oicos e mmnsaiay ptrec revanche en moyenne plus nombreux à désigner l’agriculture intensive, la déforestation et la surpêche : 25 % contre 19 %naux de 1 000 individus en moyenne âgés de 15 ans et des Européens.un ltsurés Le. usplti eneusno tta ss à esséredrété  seirtrapd riiaaresblalip vesmégoarhps cooid-e plus, iques. D Les Français, comme la moyenne des Européens, sont trèsp nc peu nombreux (17 %) à penser que la perte de biodiversité acoefficient a été calculé pour chaque pays de manière à des conséquences sur leur vie quotidienne actuelle. Ils sontce que chaque échantillon national ait un poids propor -près des trois quarts à plutôt penser que les conséquencesen.noitudelee c2 7à s lElporu ied population qu’il représente dans lamentoppeévelau d Cimmoarsst ianégél ra liées à l’érosion de la biodiversité se feront sentir sur eux-mêmes ou sur les enfants dans le futur. Plus que lesdurable autres pays Européens (37 %), les Français estiment en effetPour en savoir plus :Service de l'observation à 48 % que le déclin et l’extinction possible de certaines• CGDD-SOeS, 2010. « Données de synthèseet des statistiques espèces animales, de la flore ou de la faune aura davantage sur la biodiversité » . Orléans : SOeS. 84 p. VoltairTouraéDefsn9e0255L cee xde de conséquences sur leurs enfants que sur eux.(coll.Références).mel : diffu seosdgc.s@d.noi Enfin, si seulement 21 % des Européens déclarent avoir• Commission européenne, 2010. Enquête Flashfradue.blmepp-tneedolev entendu parler du réseau Natura 2000, les Français font preuveEuroBaromètre n° 290 : Attitudes of Europeansuvgor ./3)01  aF x :3(40 81 13 30 d’une moins grande ignorance en la matière : 31 % déclarenttoward the issue of biodiversity.Directeur de la publication : en avoir entendu parler parmi lesquels 12 % savent ce que c’est et 19 % l’ignorent. Les objectifs principaux des espaces   h ttp://www.ec.europfpd/hlf2_09oi/nlfsalic_opina.eu/pubRBréudnaoc tTeruérg oeunëcthef : naturels protégés comme ceux concernés par Natura 2000_en. sont pour tous de préserver les plantes et les animaux et lesCBoruorndoiTnraétigoonu ëétditoriale : milieux naturels d’intérêts ; les services rendus par les éco -Corinne Boitard systèmes comme la purification de l’eau et de l’air sontAlexis Roy, SOeS.CCohrnocempattiion est rÉdéiatiliosation : davantage cités par les Français (47 % contre 38 %).que ns Impression :Imprimerie Nouvelle, utilisant du papier issu de forêts durablement gérées. ISSN :2100-1634 Dépôt légal :juin 2010 www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.