Les marchés des matières premières : évolution récente des prix et conséquences sur la conjoncture économique et sociale

De
La prise de conscience croissante de la rareté des ressources naturelles et des exigences du développement durable exercera à l'avenir une pression à la hausse de plus en plus vive sur les cours des matières premières. Le Conseil économique, social et environnemental trace les contours d'une stratégie de réponse pour surmonter les difficultés engendrées par cette mutation et remédier aux dysfonctionnements des marchés.
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/084000728-les-marches-des-matieres-premieres-evolution-recente-des-prix-et-consequences-sur
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 268
Voir plus Voir moins
                       
RÉPUBLIQUEFRANÇAISE AVIS ETRAPPORTS DU CONSEIL ÉCONOMIQUE,SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL 
LES MARCHÉS DES MATIÈRES
PREMIÈRES : ÉVOLUTION RÉCENTE
DES PRIX ET CONSÉQUENCES
SUR LA CONJONCTURE
ÉCONOMIQUE ET SOCIALE
2008 Rapport présenté par M. Luc Guyau     Les éditions des Journaux officiels
Année 2008 - N° 33  
NOR : C.E.S. X08000133V
 
Mercredi 26 novembre 2008
MANDATURE 2004-2009
 
Séance des 18 et 19 novembre 2008
 
LES MARCHÉS DES MATIÈRES PREMIÈRES : ÉVOLUTION RÉCENTE DES PRIX ET CONSÉQUENCES SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE
Avis du Conseil économique, social et environnemental sur le rapport présenté par M. Luc Guyau au nom de la section des questions économiques générales et de la conjoncture   (Question dont le Conseil économique, social et environnemental a été saisi par décision de son bureau en date du 27 novembre 2007 en application de l'article 3 de l'ordonnance n° 58-1360 du 29 décembre 1958 modifiée portant loi organique relative au Conseil économique et social) 
 
III
SOMMAIRE
AVISadopté par le Conseil économique, social et environnemental au cours de sa séance du mercredi 19 novembre 2008.........................................................I - 1 Première partie -Texte adopté le 19 novembre 2008..... 3 I - UN CHOC SYMPTOMATIQUE DES MUTATIONS STRUCTURELLES DE L’ÉCONOMIE MONDIALE .....................5 
II
- UN CHOC QUI PLAIDE EN FAVEUR D’UNE   MONDIALISATION MIEUX RÉGULÉE..........................................8
 
A - IL FAUT RÉPONDRE À COURT TERME AUX CONSÉQUENCES DU NIVEAU TOUJOURS ÉLEVÉ DES PRIX DE LA PLUPART DES MATIÈRES PREMIÈRES .................8 
B - À PLUS LONG TERME, IL CONVIENT D’ADAPTER NOS ÉCONOMIES À L’IMPÉRATIF DU DÉVELOPPEMENT DURABLE .........................................................................................11 
C - LA CRISE EST RÉVÉLATRICE DES DYSFONCTIONNEMENTS DE L’ÉCONOMIE MONDIALE ET DU BESOIN MANIFESTE DE RÉGULATION...............................15 Deuxième partie - Déclarations des groupes.............. 19 ANNEXE À L’AVIS..........................................................................................45 SCRUTIN............................................................................................................45 RAPPORTprésenté au nom de la section des questions économiques générales et de la conjoncture par M. Luc Guyau, rapporteur - 1......................................... II INTRODUCTION ...............................................................................................5 
CHAPITRE I - LES MATIÈRES PREM IÈRES DANS L’ÉCONOMIE MONDIALE ...........................................................................11 
I - LES DIFFÉRENTES CATÉGORIES DE RESSOURCES « NATURELLES » ..............................................................................13 
A - LE CONCEPT ÉCONOMIQUE DE RESSOURCE « NATURELLE » ..............................................................................14 
B - LES RESSOURCES ÉPUISABLES..................................................18 1. Des stocks relativement incertains .................................................19 
II
IV
2. L’évaluation aléatoire du nombre d’années résiduelles de consommation ................................................................................24 
C - LES RESSOURCES RENOUVELABLES .......................................26 
- MATIÈRES PREMIÈRES OU COMMODITÉS ?........................27 
A - ÉLÉMENTS DE DÉFINITION.........................................................29 
B - LE CYCLE PRODUCTIF : DES RESSOURCES AUX BESOINS..34 
C - LA SUBSTITUABILITÉ DES MATIÈRES PREMIÈRES ENTRE ELLES ..................................................................................36 
D - LES CARACTÉRISTIQUES ET LES ENJEUX DU SECTEUR PRIMAIRE.........................................................................................38 
III - LES DÉBATS SUSCITÉS PAR L’EXPLOITATION DES MATIÈRES PREMIÈRES .................................................................42 
A - LES INQUIÉTUDES VÉHICULÉES PAR LE RAPPORT DU CLUB DE ROME ..............................................................................43 
B - LES RESSOURCES ALIMENTAIRES ET LA QUESTION DE LA FAIM DANS LE MONDE ..........................................................47 
C - LA QUESTION CENTRALE DE L’ÉNERGIE................................51 
D - LE DÉFI ENVIRONNEMENTAL ....................................................53 
CHAPITRE II - LA FORMATION DES PRIX ET LE FONCTIONNEMENT D ES MARCHÉS DE COMMODITÉS .....................................................................67 
I - L’EXPLOITATION DES RESSOURCES ÉPUISABLES : VALEUR ET LIMITES DE LA RÈGLE DE HOTELLING ..........67 A - LES FONDEMENTS DE LA RÈGLE D’ÉPUISABILITÉ ..............67 
II
B - UNE RÈGLE DIFFICILEMENT VÉRIFIABLE MAIS QUI PEUT S’APPLIQUER AUX CHOCS PÉTROLIERS .......................70 
- DIVERSITÉ ET UNITÉ DES PRIX DES COMMODITES..........71 
A - LE CONSTAT D’UNE PLURALITÉ DE PRIX...............................71 
B - L’EXISTENCE D’UN PRIX DE RÉFÉRENCE ...............................72 1. Les prix de bourses.........................................................................74 2. Les prix producteurs .......................................................................75 3. Les prix négociés............................................................................77 4. Les ventes aux enchères et les marchés inorganisés.......................78 
C - LE SYSTÈME DES PRIX MONDIAUX ..........................................80 
V
III - L’INSTABILITÉ STRUCTURELLE DES PRIX DES COMMODITES...................................................................................81 
A - LES RAISONS DES FLUCTUATIONS DES PRIX ........................81 1. Les variations de la consommation et de la production ..................81 2. La rigidité de la demande par rapport au prix à court terme...........82 3. La rigidité de l’offre par rapport au prix à court terme...................84 
B - LE CAS D’UN MARCHÉ DE COMMODITÉ MINÉRALE COMPÉTITIF ....................................................................................85 1. L’existence d’une zone plafond......................................................85 2. L’existence d’une zone plancher ....................................................86 3. Une instabilité « naturelle »............................................................87 
C - L’INFLUENCE GRANDISSANTE DES MARCHÉS À TERME ...88 1. Origine et définition .......................................................................89 2. Les prix du physique et à term e évoluent en théorie de façon parallèle..........................................................................................97 3. Le rôle controversé de la spéculation .............................................99 
D - LES MOYENS D’UNE STABILISATION DES PRIX..................103 1. Stocks régulateurs et capacités poumons......................................104 2. Le problème connexe de la stabilisation des recettes d’exportation des pays producteurs..............................................107 
CHAPITRE III - LES MARC HÉS DE COMMODITÉS SONT EN EFFERVESCENCE .............................................................113 
I - DES HAUSSES SIGNIFICATIVES MAIS AUSSI UNE GRANDE VOLATILITÉ..................................................................113 
II
A - UNE TENDANCE QUASI-GENERALE .......................................113 1. L’analyse globale .........................................................................113 2. L’approche par grandes catégories de commodités ......................116 3. Le fret ...........................................................................................124 
B - DES ORIGINES STRUCTURELLES ET CONJONCTURELLES 125 1. Des tendances lourdes ..................................................................125 2. Des aléas circonstanciels ..............................................................134 
- UN NIVEAU DES COURS QUI DOIT ÊTRE RELATIVISÉ ET DES PERSPECTIVES INCERTAINES....................................139 
A - DES ÉVOLUTIONS REELLES ET RELATIVES SENSIBLEMENT DIFFÉRENTES DES ÉVOLUTIONS NOMINALES ..................................................................................140 1. La prise en compte de l’inflation ..................................................140 2. La prise en compte des taux de change ........................................143 3. La prise en compte de l’évolution du pouvoir d’achat .................144 
VI
B - LES PERSPECTIVES EN MATIERE DE RESERVES ET DE PRIX.................................................................................................146 1. Les perspectives d’épuisement des réserves .................................146 2. Les perspectives de prix ...............................................................149 
CHAPITRE IV - DES CONSÉQUENCES SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE QUI PLAIDENT EN FAVEUR D’UNE MEILLEURE RÉGULATION ............153
I
II
- L’IMPACT THÉORIQUE ATTÉNUÉ MAIS RÉEL D’UN CHOC PÉTROLIER SUR L’ÉCONOMIE ....................................155
 
 
A - LES MÉCANISMES DE TRANSMISSION D’UN CHOC PÉTROLIER ....................................................................................156 1. La hausse des prix des consommations intermédiaires peut ralentir la production....................................................................156 2. Les transferts de richesse entre pays peuvent exercer un effet dépressif .......................................................................................157 3. La boucle prix-salaires peut accentuer l’effet inflationniste .........157 4. L’environnement incertain peut peser sur la consommation et l’investissement ...........................................................................159 
B - LES TROIS EXPLICATIONS GÉNÉRALEMENT AVANCÉES DE L’AFFAIBLISSEMENT DES EFFETS DU PRIX DU PETROLE ........................................................................................159 1. Les variations du prix du pétrole ont un effet asymétrique ..........159 2. La relation entre le PIB et le prix du pétrole s’est modifiée .........160 3. Les effets des variations du pri x du pétrole dépendent du cycle conjoncturel .................................................................................161 
C - QUELQUES RÉSULTATS SUR DES DONNÉES FRANÇAISES162 
- LES EFFETS DU CHOC ACTUEL DES MATIÈRES PREMIÈRES......................................................................................166 
A - LE RETOUR DU RISQ UE INFLATIONNISTE ............................167  
B - LES CONSÉQUENCES POUR LES PAYS DÉVELOPPÉS DANS LEUR ENSEMBLE..............................................................173 
C - LES CONSÉQUENCES AU SEIN DE L’UNION EUROPÉENNE EN GÉNÉRAL ET EN FRANCE EN PARTICULIER ................................................................................179 1. Un regain de hausse des prix ........................................................181 2. Des conséquences directes sur le niveau de vie des ménages ......188 3. Des incidences importantes pour certains secteurs d’activité.......193 
D - UN IMPACT QUI PEUT ÊTRE DRAMATIQUE DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT ......................................................196 
VII
CONCLUSION................................................................................................203
LISTE DES ILLUSTRA TIONS.....................................................................209
 
 
 
 
  
 
AVIS  adopté par le Conseil économique, social et environnemental au cours de sa séance du mercredi 19 novembre 2008
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.